Hélène Noizet, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (IXe-XIIIe siècle), Paris,Publications de la Sorbonne, 2007 (Emmanuel GRÉLOIS)

Issu d’une thèse dirigée par Henri Galinié (2003), l’ouvrage recourt à une présentation originale, chronologique mais procédant moins par grandes phases (jalonnées par les dates 774, 918, 1119, 1190 et 1323) que par dossiers successifs sous forme de courts chapitres (lecture aisée, conclusions intermédiaires fort claires) relatifs à une unité topographique de l’agglomération. La cinquième partie (chap. XXI-XXII), constitue le couronnement de l’édifice avec une approche strictement morphologique et « sociospatiale ». L’étude porte exclusivement sur la zone organisée autour de l’église Saint-Martin (d’abord établissement mixte, monastique et canonial, puis chapitre à partir du début du IXe siècle) et du monastère Saint-Julien, installé entre le castrum Sancti Martini (et Châteauneuf) et la Cité.

Si les relations entre l’archevêque et le suburbium sont abordées, l’analyse de la ville en son entier n’a pu (en raison du périmètre adopté) être menée à bien, Tours comptant pourtant au nombre des agglomérations non seulement doubles (civitas + burgus) mais encore polynucléaires (quartier cathédral, Saint-Martin, Saint-Julien, et même Marmoutier sur la rive droite de la Loire). À défaut, la lecture de l’ouvrage sera complétée à profit par celle de Tours antique et médiéval. Lieux de vie. Temps de la ville, Tours, 2007, auquel Hélène Noizet a d’ailleurs contribué1.

Au-delà de la monographie tourangelle, l’apport le plus significatif provient de l’appréhension de la ville sans les a priori usuels : fonctions urbaines, développement concerté ou programmé, lieux de pouvoirs. Renversant la perspective, à la suite de Henri Galinié, Hélène Noizet observe la ville comme un objet « impensé », produit de conditions économiques et sociales dont la finalité n’est pas de créer de l’urbain ; loin de résulter d’un projet, c’est « l’effet de structure involontairement produit par les activités sociales » (p. 420) ou « fabrique urbaine ». À rebours de bien des monographies (et de l’Histoire de la France urbaine) qui partent des institutions et de cadres préconçus (atonie du haut Moyen Âge, renaissance urbaine après l’an mil, formes de la croissance du Moyen Âge central, décadence au bas Moyen Âge), l’auteur considère d’abord ce que disent les sources textuelles et l’espace conçu ou matériel qu’elles dessinent, sans chercher à les lire de façon biaisée, orientée.

Au sein de la fenêtre considérée, trois espaces contigus s’individualisent par leur histoire et par leur morphologie : le cloître Saint-Martin, Châteauneuf et Saint-Julien. Le monasterium dépositaire des reliques de saint Martin adopte la règle canoniale à l’époque carolingienne et, fort de ses 200 chanoines, organise son ravitaillement en symbiose avec son environnement économique (le val de Loire) et humain (les laïcs servent les chanoines et assurent progressivement l’accueil des pèlerins). En faisant du monasterium un chapitre avec vie commune minimale, loin de corriger ou d’entériner un relâchement de la discipline, Charlemagne simplifie et unifie la condition des desservants, sans froisser des clercs ouverts sur la Loire, leur agglomération et son économie en devenir. Le nord du castrum Sancti Martini (construit vers 918) accepte les laïcs et se prolonge en direction de la Loire dans le castrum novum, désignation d’abord négative forgée par les moines de Marmoutier (rivaux des chanoines pour l’héritage de saint Martin), puis positive quand les bourgeois se l’approprient à partir du XIIe siècle. L’histoire du claustrum voit l’expulsion progressive des laïcs et des activités mondaines : les femmes (les moniales de Notre-Dame-de-l’Écrignole envoyées au loin à Beaumont, les prostituées exclues du côté nord du castrum), les hommes aussi (bourgeois, nobles, jusqu’au roi, Philippe IV renonçant au droit de gîte).

Symétriquement, Châteauneuf est le lieu par excellence des commerces et des bourgeois : tavernes, changeurs, infrastructures économiques du chapitre externalisées. À l’inverse, le monastère Saint-Julien, établi dans un no man’s land plus à l’est, soumis à la stricte règle bénédictine par l’archevêque Téotolon et le réformateur Odon de Cluny, répugne à s’entourer de laïcs, exclut le lotissement de son emprise et choisit un fonctionnement économique en vase clos.

Le résultat en matière de parcellaire et de réseau viaire apparaît contrasté, explique la forte discontinuité du tissu urbain. Le cadastre napoléonien et les plans des fiefs du XVIIIe siècle, traités sous SIG, révèlent une forte densité d’habitat et de rues dans Châteauneuf et au nord du castrum, correspondant à une intense activité sociale ; au sud du castrum, c’est-à-dire dans le cloître, lui-même étendu vers le Sud lors de la construction de la muraille urbaine au XIVe siècle, les grandes parcelles traduisent la fermeture progressive aux laïcs et le confortable style de vie canonial ; autour de Saint-Julien, la faible trame viaire et le maintien de vastes parcelles rurales à l’intérieur des îlots (bâtis seulement sur le front de rue) exprime la volonté farouche chez les réguliers de rester à l’écart du monde, fût-ce entre la Cité et Châteauneuf (la véritable ville) distants de seulement 1,5 km.

On pourra avoir quelques réserves s’agissant des emprunts récurrents de concepts à la sociologie et surtout à la géographie contemporaine : ils apparaissent de temps à autre pour corroborer une analyse lexicale plus que pour l’autoriser. L’analyse factorielle (difficile d’accès pour un profane) appliquée aux quelque 221 actes au sein des quatre segments chronologiques, portant sur des corpus réduits, fournit-elle vraiment des conclusions qu’une simple analyse du vocabulaire et des contextes aurait été incapable de produire ? De fait – c’est un résultat en soi – la diplomatique (capitale car les actes originaux et sincèresminoritaires requièrent une critique sévère des copies grâce à la suite de Pierre Gasnault), la lexicologie et la topographie historique sortent renforcées, en dépit des sirènes de l’interdisciplinarité entre « sciences sociales ». Enfin, l’archevêque de Reims qui examine l’acte de Louis VII falsifié par les bourgeois (p. 270) et qui participe à l’arbitrage de 1184- 1185 entre les bourgeois de Châteauneuf et les chanoines de Saint-Martin (p. 275) aurait dûêtre identifié à Guillaume aux Blanches Mains, issu de la famille des comtes de Blois et oncle de Philippe Auguste : précision utile puisque les rois de France placent des parents au poste de trésorier de Saint-Martin et surinvestissent Châteauneuf.

C’est en définitive une contribution décisive à l’histoire de Tours, complétant les travaux de Bernard Chevalier, de Henri Galinié et de son équipe, mais aussi à l’histoire urbaine. L’apport fondamental réside dans la méthode, dont on attend les résultats de l’application en cours au cas autrement plus complexe de Paris2.

1 Compte rendu dans Histoire urbaine, 24 (2009).

2 État des travaux de l’équipe ALPAGE accessible sur http://lamop.univparis1.fr/lamop/LAMOP/lamopII.Alpage.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *