Pierre Pinon, Paris pour mémoire. Le livre noir des destructions haussmanniennes, Paris, Parigramme, 2012, viii + 575 p. (Youri Carbonnier)

En novembre 1851, le conservateur du Plan de Paris, Eugène Deschamps, charge Gabriel Davioud de « conserver du moins le souvenir des quartiers qui vont disparaître », à cause du percement de la rue de Rivoli. En fait, le jeune architecte s’attelle à une tâche qui dépasse le cadre originellement fixé. Avec quelques comparses, Davioud a en effet œuvré trois ans durant (1852, 1853 et 1854) à lever également les façades de maisons condamnées par le réaménagement des Halles, de l’île de la Cité ou de la rue Saint-Jacques. La précision de ces dessins au trait complétés par des notes devait permettre la réalisation d’une version définitive, aquarellée, dont seules deux épaves, rescapées de l’incendie de l’Hôtel de Ville en 1871, sont parvenues jusqu’à nous[1]. Les relevés préparatoires de Davioud – laissons-lui la paternité globale du recueil – constituent donc l’unique témoignage complet de ce travail minutieux.

Ces dessins avaient été mis en lumière il y a près d’un demi-siècle dans la Gazette des Beaux-arts, par un article de Jean-Pierre Babelon consacré à ceux du seul quartier des Halles[2]. Certains réapparaissaient de temps à autre, mais jamais l’ensemble de ces deux volumes, conservés depuis 1877 à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (sous la cote ms C. 3369-3370) n’avait été présenté en totalité. Il faut donc rendre grâce à Parigramme, dont les atlas historiques consacrés à Paris ont montré la capacité à rendre accessible au grand public une information scientifiquement solide, d’avoir relevé le pari de présenter pour la première fois l’intégralité de ces relevés. L’opération, certes affectée d’un sous-titre un peu racoleur – ce « livre noir » pouvait être évité et il n’est pas certain qu’il atteigne son objectif –, est réalisée avec grand soin, donnant à voir, dans un format assez proche de l’original, des fac-similés d’une qualité remarquable, servie par le trait à la fois vif et sûr des hommes de l’art du XIXe siècle.

Telles quelles, les 574 planches préparatoires publiées sont une véritable promenade dans le Paris du premier XIXe siècle, pour peu qu’on fasse preuve d’un peu d’imagination, en particulier pour les couleurs, soigneusement notées pour chaque élément de façade (badigeon jaune ou blanc, gris sale, plâtre gris jaune constituent quelques éléments d’une palette qui comprend par ailleurs des nuances numérotées de 1 à 5 qui demeurent aujourd’hui énigmatiques). Au-delà des formes générales, marquées par l’irrégularité pittoresque des lignes de faîtes, par le guingois des murs et des toitures, ou par le surprenant désordre des baies, le crayon des dessinateurs n’omet aucun détail : la précision restitue jusqu’au garde-corps de balcon, à la grille de boutique, au store fatigué, à la descente de gouttière (avec ses entonnoirs pour jeter les eaux de ménage) ou à la moulure, dont un croquis marginal donne parfois le détail. La minutie est plus ou moins marquée, selon le dessinateur et les circonstances de l’exécution du relevé. Ainsi, certains croquis sont à peine esquissés, mais complétés par des cotes précises (rue de l’Arbre sec, p. 22), tandis que d’autres présentent des détails extrêmement précis pour ce qui est du décor, mais sont elliptiques pour l’écran des façades, parce qu’il est similaire à celles d’un autre relevé auquel renvoie alors une note manuscrite. Enfin, certaines planches n’omettent rien, jusqu’aux marchandises exposées devant les boutiques, comme celles consacrées à la rue du Marché à la Verdure (p. 355-361) ou cette façade de la rue de Rohan (p. 498) d’une densité qui provient autant des traits de crayon que des annotations. On pénètre alors dans le quotidien d’une époque. Témoignage fascinant que ces trois maisons de la rue Saint-Honoré (p. 268) où un cheval attelé apparaît sous une porte cochère qui jouxte la boutique d’un rôtisseur dans la vitrine duquel pendent des volailles. Ailleurs ce sont des linges qui sèchent aux fenêtres ou des plantes en pots qui ornent les balcons, des redingotes et des manteaux sous l’auvent d’un fripier, des chaussures et des bottines qui encadrent la devanture d’un cordonnier, comme en écho aux motifs décoratifs des devantures ou aux dessins des enseignes. Ces dernières, jointes aux nombreuses inscriptions commerciales qui colonisent parfois une façade complète, constituent une des nombreuses entrées pour orienter la lecture – on ose à peine employer ce verbe, s’agissant d’un recueil d’images. Ce « beau livre » se dévore une première fois, pour le plaisir des yeux, mais un survol unique n’en épuise pas la matière, loin s’en faut : chaque nouvelle visite – on devrait écrire promenade –  offre son lots de découvertes.

Document exceptionnel pour la connaissance d’un Paris englouti par les opérations d’urbanisme du XIXe siècle, complément en un sens supérieur par la technique mise en œuvre à la campagne photographique quasi contemporaine de Marville (dont le principal inconvénient est de montrer souvent des façades fuyantes), le recueil de Davioud est également un témoignage inestimable sur le Paris du XVIIIe siècle. La comparaison avec les tableaux de Raguenet permet en effet de constater la lenteur de l’évolution du bâti sur un siècle – voir en particulier la place de l’Hôtel-de-Ville, autour de son angle nord-ouest, orné d’une tourelle dont on peut aussi admirer une maquette au musée Carnavalet, tout à fait conforme, elle aussi, aux planches des pages 310-311.

En définitive, on peut certes regretter l’absence d’un plan de situation des façades dessinées, qui aurait été bienvenu, ou la trop courte présentation de Pierre Pinon, réduite à quatre pages, où même la taille réelle des planches (environ 35 x 23 cm en moyenne) n’est pas précisée. Néanmoins, ces menues réserves ne sauraient ternir le plaisir offert par l’auscultation de ce passionnant ouvrage qui devrait trouver sa place dans la bibliothèque de tout amoureux du vieux Paris.

Youri CARBONNIER


[1] On peut admirer la finesse du résultat, pour les rues Saint-Martin et Jean de l’épine, dans Michel Le Moël et Jean Dérens (sous la direction de), La place de Grève, Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 1991, p. 142-143, à comparer avec les minutes publiées par Parigramme, p. 325-328 et p. 377-381. Ces deux aquarelles, qui faisaient partie de la collection Hartmann, ont été acquises par la BHVP en 1966.

[2] Jean-Pierre Babelon, « Les relevés d’architecture du quartier des Halles avant les destructions de 1852-1854. Une source inédite sur l’iconographie parisienne entre le Louvre et l’Hôtel de Ville », Gazette des beaux-arts, juillet-août 1967, p. 1-90. L’article propose 46 planches.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *