Jacqueline Caille, Medieval Narbonne, a City at the heart of the Troubadour World, ed. by K.L.Reyerson, Ashgate Variorum, Aldershot, G.B., 2005, XXVI 388 p. (Marie-Thérèse Lorcin)

Le présent volume reproduit 14 des articles publiés par J.Caille au cours des 40 ans qui viennent de s’écouler. Certaines études sous leur forme initiale avec des addenda, d’autres sous forme de traductions en anglais assorties de mises à jour. Le tout est réparti en quatre groupes :

1) Développement de l’agglomération, composée d’une cité antique et d’un bourg médiéval. Des faubourgs s’ajoutent au temps de la prospérité. L’auteur analyse avec soin l’étalement spatial de Narbonne, la fondation des paroisses, l’histoire des remparts successifs qui protègent la ville, mais dont il ne reste rien.

2) Les seigneurs de la cité. De par ses origines, Narbonne est une ville où cohabitent, pas toujours de bon gré, le pouvoir de l’archevêque et le pouvoir du vicomte. L’essor démographique et les progrès de la richesse font naître un troisième pouvoir, celui du consulat. La ville ne peut éviter d’être entraînée dans les guerres qui opposent les lignages seigneuriaux tiraillés entre Toulouse et Barcelone.

3) Emerge de cette histoire troublée la personnalité d’exception qu’est la vicomtesse Ermengarde de Narbonne (1127-1197), à qui est consacrée la troisième partie. Jeune héritière convoitée, elle sut évoluer prudemment entre les deux grandes puissances de l’heure, obligeant ses vassaux à lui prêter serment et stabilisant le partage du pouvoir sur la ville. Elle se préoccupa de conclure des traités de commerce avec diverses villes commerçantes d’Italie et d’entretenir les routes. Les troubadours et juristes qu’elle protégea et employa perpétuèrent son souvenir. Mais comme tant d’autres femmes nobles ayant joué un rôle politique, dont Aliénor d’Aquitaine sa contemporaine, elle fut chassée sans ménagement dès lors qu’elle eut un neveu assez âgé pour exercer le pouvoir.

4) Le titre de la quatrième partie, Society and religious life, ne correspond pas à son contenu. Il s’agit essentiellement des hôpitaux et autres institutions charitables. Les documents conservés ne permettent pas de rencontrer les pauvres, ni le bas clergé, ni les simples fidèles, alors que les élites sont fort bien décrites.

Il manquait à ce recueil des données sur les bases économiques de la fortune de Narbonne au Moyen Age central. L’auteur l’a compris, qui a fait précéder l’ensemble d’une histoire de la ville « from Roman foundation to the fifteen century ». Ce texte inédit de 56 pages coordonne les éléments épars et décrit l’essor de l’artisanat, qui repose sur la transformation des productions locales (laine, peaux, plantes tinctoriales). L’exportation de draps teints par terre et par mer assure au commerce de Narbonne un remarquable succès et de nouvelles sources d’approvisionnement en matières premières.

La clarté du résumé placé en tête du recueil et la qualité des travaux sur les forces politiques et le développement urbain font espérer que paraissent bientôt la thèse et synthèse attendues.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *