Tous les articles par Natacha Coquery

Ports de plaisance et urbanité :échelles et enjeux de l’intégration des zones portuaires dans les villes contemporaines

Ports de plaisance et urbanité :échelles et enjeux de l’intégration des zones portuairesdans les villes contemporaines

ULCO – Boulogne/mer – 25-27 Janvier 2012

Appel à communications :

La thématique de la plaisance s’inscrit dans un contexte de saturation de la demanded’anneaux et d’appontements, coïncidant avec le redéploiement des villes littorales vers lesfriches portuaires adjacentes. Ce double phénomène, accéléré à partir des années 1990, s’estgénéralisé depuis le début du XXIe siècle.La présence ou l’extension d’un port de plaisance à proximité d’un centre urbain produit diversimpacts territoriaux. Ceux-ci peuvent être positifs, par l’apport d’une valeur ajoutée,économique, technique, sociale ou culturelle. Mais sa présence peut aussi conduire à desconcurrences d’usages, issues de perceptions très variables ou d’intérêts antinomiques, ou àdes tensions entre les différents acteurs qui cohabitent sur le territoire portuaire ou à proximitéde ce dernier. Ces faits peuvent dépendre des fonctions antérieures – ou plus anciennes – dusite (pêche, industrie portuaire, commerce…) qui interfèrent avec les usages nouveaux de lazone portuaire davantage orientés vers une économie des loisirs et du tourisme intégrant unevision plus complexe des pratiques, des usages et des attentes du plaisancier, du visiteur, dutouriste, du citadin ou d’autres usagers de port. Ce constat conduit à une extension de lafonction du port de plaisance, qui ne se limite plus au loisir ou au sport nautique. Le pôle« plaisance » doit revêtir une dimension polyfonctionnelles, en relation avec une demandesociale et territoriale devenue complexe : « Une des justifications du port se trouve dans leregard qu’on porte sur lui (…) l’une des fonctions du port est de se donner à voir » (N.Bernard, 1999).Le colloque se propose de se consacrer à la définition des relations entre ports de plaisance etcomportements urbains, à diverses échelles et selon une pluralité d’enjeux.Il convient de s’interroger sur ces enjeux liés aux impacts spatiaux, paysagers, fonciers etimmobiliers de ces infrastructures, qui matérialisent une triple interface :- physique et écologique, entre la terre et la mer,- administrative et politique, entre le port et la ville,- sociale, culturelle et économique, entre le monde maritime de la plaisance et lemonde terrestre urbain (statut de plaisancier et statut de résident, relations économiquesentre les acteurs…)Une situation d’interface qui peut aussi se matérialiser en une rupture entre deux territoires.Car, s’ « il faut concevoir le port de plaisance comme un lieu entre terre et mer, entre ville etlittoral … » (S. Gerbaud, 1994), il faut aussi penser que parfois le lien est plus incertain, lesdifférents mondes se côtoyant sans véritablement se rencontrer ou échanger, qu’il s’agissed’échanges économiques, matériels, culturels, symboliques ou sociaux.L’un des questionnements majeurs de proposer ou d’identifier des indicateurs susceptibles dedéterminer les éléments d’intégration du port dans la ville et, inversement, de la ville dans unport ; l’un des objectifs consiste à travailler sur le « gommage » d’une frontière physique ouimaginaire entre deux espaces aux temporalités et aux fonctions différentes, mais qui, par-delàleurs différences et leurs ressemblances, peuvent être complémentaires et « travailler » ensynergie.Les sessions s’organiseront autour de quatre thématiques principales : voir le lien en fin du billet.

Comité d’Organisation :

Nathalie Bétourné (MCF Sciences de Gestion, ULCO) ; Christophe Gibout (PU Sociologie,ULCO), Delphine Groux (Secrétaire générale, MRSH Dunkerque) ; Anne-Peggy Hellequin(MCF Géographie, ULCO) ; Vincent Herbert (MCF Géographie, ULCO) ; Simone Valcke(PRAG Economie, ULCO)…Comité scientifique (en cours de composition et sous réserve d’accord):Catherine Bersani (Inspectrice Générale de l’Equipement, Paris) ; Laurent Botti (MCFSciences de Gestion, Perpignan) ; Philippe Deboudt (MCF HDR Géographie, Lille 1) ;Bernard Dobrenko (PU Droit, ULCO) ; Christophe Gibout (PU Sociologie, ULCO) ; JeanGriffet (PU Sociologie, Aix-Marseille 2) ; Vincent Herbert (MCF Géographie, ULCO) ;Catherine Meur-Férec (PU Géographie, Brest) ; Didier Paris (PU Aménagement etUrbanisme, Lille 1) ; Olivier Sirost (PU STAPS & Anthropologie, Rouen)…

Rappel des données pratiquesFormat des propositions : en en-tête seront mentionnées, centrés et en caractère gras, le titre de la proposition suivi du nom du (ou des) auteur(s) et de son (leur) appartenanceinstitutionnelle. Rédigé en Times New Roman taille 12, le texte sera justifié, sans note infrapaginale, et avec une bibliographie sélective (15 références maximum dans un premiertemps).

Le volume total ne pourra excéder 9 000 signes (espaces compris).Laboratoire TVES – ULCO (EA 4477, PRES Lille Nord de France) ;MRSH de Dunkerque ; 21, Quai de la Citadelle, B.P. 35528 ; 59383 – Dunkerque Cedex1 ;Tél. : 0328237100 ; Fax. : 0328237110 ; Courriel : delphine.groux@univ-littoral.fr Simultanément envoyées en formats word et pdf, les propositions devront comporter dans lesujet du message et le titre du fichier joint les renseignements suivants : TVESplaisance&urbanitéproposition<suivie du nom de l’auteur>

Les propositions sont à adressées par courriel aux adresses suivantes :

Christophe.Gibout@univ-littoral.fr & plaisanceeturbanité@univ-littoral.fr

Les propositions retenues par le comité scientifique feront l’objet d’une présentation de 20minutes suivie d’échanges et de discussions avec la salle. Reprenant les caractéristiquesprécitées, le format définitif des papiers sera de 35 000 signes (titre, coordonnées de l’auteur,notes infrapaginales, références bibliographiques et espaces compris). Une diffusion ultérieurede l’ensemble des communications est programmée.

Date limite de dépôt des propositions : 20 septembre 2011

Date limite de retour des expertises : 15 novembre 2011

Date de la manifestation : 25 au 27 janvier 2012

Partenaires engagés :Ville de Boulogne/mer ; Communauté d’agglomération du Boulonnais, Chambre deCommerce et d’Industrie de la Côte d’Opale.

 

http://mrshdk.univ-littoral.fr/wp-content/uploads/2011/05/ports_de_plaisance_et_urbanit-_appel-communications_janvier2012.pdf

Des métropoles hors-sols ? La déterritorialisation de la production de l’urbain en question

http://calenda.revues.org/nouvelle19877.html

Des métropoles hors-sols ? La déterritorialisation de la production de l’urbain en question

Cette journée d’étude se déroulera à Lyon les 17 et 18 novembre prochains à l’Institut

d’urbanisme de Lyon. Elle s’adresse en priorité aux doctorants et jeunes docteurs en

urbanisme, ainsi qu’aux jeunes chercheurs dont les travaux questionnent l’action collective

urbaine. Elle sera orientée autour de la question suivante : dans quelle mesure l’affirmation de

gouvernements métropolitains permet-elle une meilleure prise en compte des particularités

et des enjeux locaux, ou au contraire contribue-t-elle à déterritorialiser l’action publique

urbaine, produisant ainsi des métropoles « hors-sol » ?

Lyon – 17 au 18 novembre 2011

Date limite de dépôt des projets de communication : 1er juillet 2011

Rencontres d’histoire de Paris PARIS,TERRAIN D’HISTOIRES

Programme de la journée d’étude Paris I aux Archives nationales : Rencontres

d’histoire de Paris PARIS,TERRAIN D’HISTOIRES.

Archives nationales – 9h00 – 18h30 (accès par l’Hôtel de Rohan)

31 mai 2011

Hotel de Rohan

87 rue Vieille du Temple

75003 Paris

09h00

Accueil : Agnès Magnien, directrice des Archives nationales

Introduction : Dominique Margairaz et Julie Claustre

Atelier 1 « L’université de Paris, objet d’histoire »

Thierry Amalou (EA 127), Thierry Kouamé (LAMOP), Boris Noguès (SHE-EA 127)

Atelier 2 « Paris, espace rituel, espace sacral »

Isabelle Brian (EA 127), Antoine Destemberg (LAMOP)

Atelier 3 « L’ordre public à Paris »

Vincent Denis (EA 127), Benoît Descamps (LAMOP)

Déjeuner

Instruments de recherche dans le Minutier central de Paris

Vincent Bouat (Archives nationales)

Atelier 4 « Spatialiser l’histoire parisienne :

les apports méthodologiques d’un système d’information

géographique historique (Alpage) »

Hélène Noizet (LAMOP) et Yoann Brault (Archives nationales)

Laure Christol (EA 127/CRHM), Héloïse Bocher (EA 127/IHRF)

Atelier 5 « Les territoires de l’économie parisienne

à l’époque pré-industrielle»

Dominique Margairaz (IDHE-UMR 8533), Charlie Chagny (LAMOP),

Thomas Le Roux (EHESS-CRH), Anne Conchon (IDHE-UMR 8533)

Atelier 6 « Paris, place financière : les réseaux du crédit parisien »

Katia Béguin (EA 127), Julie Claustre (LAMOP),

Nicolas Lyon-Caen (EA 127)

17h45 Conclusion : Yvolène Lemaresquier (Archives nationales)

et Françoise Hildesheimer (Archives nationales)

Organisation : Julie Claustre (LAMOP) et Yoann Brault (Archives nationales)

Contact : julie.mayade@univ-paris1.fr

http://lamop.univ-paris1.fr/ http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/

Comment expliquer l’appellation de “high streets” (Royaume-Uni) ?

Hello all,I wonder if anyone can help with the query below, that is, why ‘high’ streets are called this. I’m afraid that the dead-line is very tight, but if anyone has any suggestions, I’m sure they would be much appreciated! Responses should be sent directly to Louise, at louise.arthur@terntv.com

Many thanks in advance!

Best wishes

Laura

Dr Laura UgoliniReader in History School of Law, Social Sciences and CommunicationsMC BuildingUniversity of WolverhamptonWolverhamptonWV1 1LYE-mail: l.ugolini@wlv.ac.uk


From: Louise Arthur [mailto:louise.arthur@terntv.com]
Sent: Wed 04/05/2011 12:04

Dear Dr Ugolini

Thank you for agreeing to try to help me and apologies for the extremely tight deadline!

As I explained, I am working on a new BBC2 series Towns. Presented by Nicholas Crane, the series will look at how and why particular towns work.

I am trying to find out about the history of High Streets in the UK.   I don’t need to know about specific high streets, just general information about why they are called this. Was it always on the highest part of the town? Was it always the most important street in a town? Did it have anything to do with establishing a place as a town rather than a village? I have found some information on the internet but am not sure how reliable it is.

This is for a programme we are filming in Totnes in Devon at the minute so I am trying to find out what I can by the end of the day. Any help you can give me in understanding why high streets are so called would be much appreciated!

Many thanks and kind regards
Louise

Rencontre autour du livre “Les années 1960, hic et nunc, architecture, urbanisme, paysage”

Rencontre autour du livre “Les années 1960, hic et nunc, architecture, urbanisme, paysage”
à l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles
5, avenue de Sceaux, 78000 Versailles
11 mai 2011, 18h30, salle des Conseils / Petite écurie – niveau 2
Entrée libre
L’héritage des années 1960 marque en profondeur notre présent. Bien plus qu’on ne l’admet, il « travaille » nos pratiques et nos représentations sociales, par reproduction ou rejet, et ce à mesure de son éloignement dans le temps.
Sur le plan conceptuel, il exerce une fascination croissante auprès des professionnels de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage, cependant que son examen historiographique demeure un chantier ouvert. Dans le même temps, les traces physiques de ce passé récent, encore palpables, sont malmenées et disparaissent sous nos yeux : avec le projet social qui les avait portées mais avant même d’avoir été comprises dans la singularité de leur devenir ; avant que l’on ait saisi à quel point sa compréhension découle de ce que nous en faisons et que notre histoire s’actualise à travers un présent perpétuel.
Tel est le paradoxe qu’abordent, d’un point de vue décidément rétrospectif, les textes issus de travaux de l’équipe de recherche AM:HAUS, du Laboratoire de l’école d’architecture de Versailles (LéaV), et présentés ici en trois sections : Écrits, Éléments, Ensembles.
La première situe des postures critiques et théoriques des années 1960, d’une part, dans leur rapport à la période précédente, de l’autre, relativement à leur réactivation présente.
La deuxième traite d’un « élément naturel » de la technologie en architecture (hydrocarbure, air, atome, lumière).
Enfin, la troisième aborde des organisations spatiales à l’échelle des paysages urbains en insistant sur les dynamiques biophysiques et sociales du continuum qu’interroge notre projet : jadis et maintenant, ici et ailleurs.
Georges Farhat
Contact : Florence de Moussac, CDI
t. 01 39 07 40 09 – demoussa@versailles.archi.fr