Tous les articles par Frédéric Moret

Le numéro 38 d’Histoire Urbaine (Décembre 2013) “Aller au théâtre” est paru !

Au sommaire :

Mélanie TRAVERSIER, Christophe LOIR : “Pour une perspective diachronique des enjeux de la circulation autour des théâtres, Antiquité, XVIIIe-XIXe siècles”
Antonio MONTERROSO CHECA : “Aller aux théâtres antiques de Rome”
Éloïse LETELLIER : “Circulation et théâtres dans les villes romaines”
Alexandre VINCENT : “Rome, scène ouverte”
Peter BORSAY : “Transport et divertissement dans les villes anglaises au XVIIIe siècle”
Christophe LOIR : “Circulation et théâtromanie au temps des embellissements à Bruxelles (1785-1792)”
Jan Hein FURNÉE : “Spatial regulation and segregation around theatre halls : Amsterdam and The Hague, 1750-1900”
Cécile VANDERPELEN-DIAGRE : “La circulation autour du théâtre de la Monnaie à Bruxelles au XIXe siècle”

Dominique ADRIAN : “Traités de gouvernement et réalités urbaines dans les villes allemandes à la fin du Moyen Âge”

JOURNÉES 2014 DE LA SFHU (16 et 17 janvier 2014 à CAEN)

Les zones portuaires : aménagements, réaménagements, réhabilitations de l’Antiquité à nos jours

 

 

Les journées d’étude de la SFHU (Société française d’histoire urbaine) se tiendront les 16 et 17 janvier 2014, à l’université de Caen Basse-Normandie et sont organisées en collaboration avec le Centre de Recherche d’Histoire quantitative (UMR 6583 CNRS/UCBN).

 

 

La thématique retenue cette année invite à réfléchir aux liens entre les installations portuaires et la ville. Port au cœur de la ville, existence d’avant-ports dissociés de l’espace urbain, les schémas et leurs évolutions sont multiples depuis les époques anciennes et les mutations des espaces portuaires nombreuses. Cette thématique, conçue dans une perspective chronologique et géographique large, trouve un écho particulier dans les territoires de l’ouest de la France, et spécialement de Normandie, où les questions de rapports entre les espaces portuaires et le tissu urbain ont orienté les politiques d’aménagement.

 

À toutes les époques, les spécificités des villes portuaires sont liées à leur intimité avec l’eau, à la morphologie des quartiers du port et des zones qui accueillent les navires. Toutefois, les infrastructures portuaires ont évolué au fil du temps en liaison avec les mutations économiques et techniques : navires, fret, routes maritimes, circuits de redistribution. Comment ces évolutions se traduisent-elles dans l’espace des ports et dans le rapport des zones portuaires avec l’espace urbain ? Qui sont les acteurs du déplacement et quels sont les intérêts en jeu ? Certains espaces et bâtiments portuaires ont fait l’objet d’importantes opérations de renouvellement, tandis que les activités migraient vers de nouveaux sites plus adaptés. D’autres sont aujourd’hui encore délaissés (zones d’entrepôts et de fonctions logistiques…) et constituent des espaces dont l’insertion dans le tissu urbain est parfois problématique ou pour lesquels il faut réparer la césure ville/port longtemps créée par les voies ferrées et les infrastructures de logistique. Depuis les années 1960, la concentration des sites portuaires s’accélère et concerne presque toutes les activités. On propose d’étudier la réhabilitation et/ou requalification et les usages nouveaux qui peuvent en découler : waterfronts, patrimonialisation des « vieux ports », opérations événementielles, « mise en tourisme » de l’activité de pêche, etc. On attend à la fois un exposé des problématiques et des études d’exemples emblématiques des évolutions récentes et moins récentes. La comparaison internationale sera vivement souhaitée. Les aspects sociaux de la requalification ne seront pas oubliés.

 

 

 Comité scientifique : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2), Stéphane Frioux (université Lumière Lyon 2), Jean-Pierre Guilhembet (université Paris-Diderot-Paris 7), Laurence Jean-Marie (université Caen Basse-Normandie), Jean-Louis Lenhof (université Caen Basse-Normandie), Denis Menjot (université Lumière Lyon 2), Laurence Montel (université Caen Basse-Normandie), Thibault Tellier (université Lille 3).

Les propositions de communication devront parvenir avant le 15 septembre 2013 et sont à adresser à laurence.jean-marie@unicaen.fr

Journées d’étude et Assemblée Générale Annuelle 2013

Les journées d’étude  « Villes en photographies : Les usages de la photographie en histoire urbaine »

et l’Assemblée générale de la SFHU se tiendront les

17 et 18 janvier 2013 à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

(UFR SHS, bâtiment C Bois de l’Étang, Plan d’accès ICI)

PROGRAMME GÉNÉRAL (télécharger le programme ICI)

Pour tout renseignement : sfhu@univ-paris-est.fr

Jeudi 17 janvier 2013

13h30 : Ouverture des journées d’étude

13h45-15h30 : Session 1 – La photographie, outil de l’histoire urbaine

15h45-17h30 : Session 2 – Fonds et collections photographiques

17h30-18h : Remise du Prix de Thèse de la SFHU  à Elodie Vigouroux pour sa thèse d’histoire médiévale, portant sur Damas au XVe siècle

Vernissage de l’exposition Regard collectif. Photographies des correspondants de l’Humanité (années 1950-années 1990)

18h-20 h : Cocktail

Vendredi 18 janvier 2013

9h – 11h : Vote des sociétaires à jour de leur cotisation pour le renouvellement du Bureau

10h : Accueil des participants et Assemblée Générale statutaire de la SFHU

12h : Dépouillement des votes et proclamation des résultats / Réunion du nouveau Bureau (avec renouvellement des fonctions en son sein)

12h-13h30 : Déjeuner

14h-15h45 : Session 3 – De quoi la photographie urbaine est-elle le témoignage ?

16h-17h15 : Session 4 – Images d’enregistrement et urbanité

17h15-17h30 : Clôture des journées d’étude

 

RENOUVELLEMENT DU BUREAU DE LA SFHU :

L’Assemblée Générale du 18 janvier 2013 aura à son ordre du jour le renouvellement de 9 des 18 membres du Bureau de la SFHU. Les adhérents à jour de leur cotisation sont électeurs. Pour voter par correspondance, ils doivent faire parvenir sous double enveloppe le bulletin de vote. L’enveloppe dans laquelle se trouve le bulletin ne devra comporter aucune inscription. L’enveloppe extérieure comportera au dos les nom et prénom (lisibles) du sociétaire et sa signature. Elle est à adresser avant le 15 janvier 2013 à

Mélanie Traversier (élections SFHU) 161 quai de Valmy 75010 Paris

Neuf sièges sont à pourvoir pour l’élection du bureau de la SFHU. Il y a 10 candidats. Il faut donc barrer au moins l’un des noms sur le bulletin joint à ce courrier.

Il sera naturellement possible de voter également le matin de l’Assemblée Générale.

ADHÉSION / ABONNEMENT :

 

Cette journée sera aussi le moment de renouveler votre adhésion à la SFHU et votre abonnement à  Histoire urbaine. Pour continuer à publier Histoire Urbaine, nous avons besoin de votre soutien actif. Chaque abonnement compte ! Abonnez ou réabonnez-vous et faites connaître notre revue autour de vous.

 

Si vous ne pensez pas participer à cette journée et si vous ne voulez pas que votre abonnement soit interrompu, retournez dès à présent le bulletin d’abonnement ci-joint.


 

PROGRAMME DES SESSIONS

Jeudi 17 janvier 2013

 

13h30 : Ouverture des journées d’étude

 

13h45-15h30

Session 1 : La photographie, outil de l’histoire urbaine

 

Annie FOURCAUT (Université Paris 1), Usages du document photographique dans l’enseignement en ligne de l’histoire urbaine

Olivier BUCHSENCHUTZ (CNRS), La photographie comme outil de détection et d’analyse des villes protohistoriques

Jean-Yves MARC (Université de Strasbourg), Les apports de la collection de photographies anciennes de l’Institut d’archéologie classique de l’Université de Strasbourg à l’histoire des restaurations des vestiges archéologiques et de leur mise en valeur dans les paysages urbains

Elodie VIGOUROUX (Université Paris 4), Le texte et l’image : de l’utilité des photographies anciennes de Damas dans l’analyse des sources médiévales

Isabelle BACKOUCHE (EHESS), Les temporalités du changement urbain à l’épreuve de la photographie à Paris, 1941-1980

Débat avec la salle

 

15h45-17h30

Session 2 : Fonds et collections photographiques

 

Hélène BOCARD (INHA), Photographie et mutations urbaines au XIXe siècle : innovation et tradition

Jean-Charles CAPPRONIER et Coralie DUSSERRE (Archives Nationales), La photothèque du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme

Raphaëlle BERTHO (Université Bordeaux 3), Les grands ensembles : une affaire (photographique) d’État

Thierry BONZON et Vincent LEMIRE (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), Les marges urbaines des correspondants photographes de l’Humanité

Débat avec la salle

 

Vendredi 18 janvier 2013

 

9h-12h30 : Assemblée générale de la SFHU

 

14h-15h45

Session 3 : De quoi la photographie urbaine est-elle le témoignage ?

 

Angelo BERTONI (Aix-Marseille Université), Photographier la ville coloniale, Casablanca fin XIXe-années 1920

Manuel CHARPY (CNRS), La photographie de Paris au XIXe siècle : l’impossible quotidien

Jean-Philippe GARRIC (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville), Rome, capitale photographique. La transformation des places de Rome, entre 1849 et 1914, à travers la photographie

Jean-Louis ROBERT (Université Paris 1), Plaisance photographié, XIXe-XXe siècles

Débat avec la salle

 

16h-17h15

Session 4 : Images d’enregistrement et urbanité

 

Joke de WOLF (Université de Groningen), Lieux d’histoire. La photographie, les historiens, la ville et les photographies des rues parisiennes de Charles Marville

Juliette AUBRUN (Université Versailles Saint-Quentin), Les cartes postales, représentation d’une urbanité en devenir

Cédric FERIEL (Université Versailles Saint-Quentin), La documentation photographique comme piste méthodologique dans une recherche transnationale : le cas de l’étude de la politique des secteurs piétons en Europe, 1960-1980

Débat avec la salle

 

17h15-17h30 : Clôture des journées d’étude

« Villes en photographies : Les usages de la photographie en histoire urbaine » Journées de la SFHU et AG 17 et 18 janvier 2013

 

 

Invitation aux journées d’étude et à l’Assemblée Générale Annuelle 2013 de la

Société Française d’Histoire Urbaine

Les journées d’étude  « Villes en photographies : Les usages de la photographie en histoire urbaine »

et l’Assemblée générale de la SFHU se tiendront les

17 et 18 janvier 2013 à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

(UFR SHS, bâtiment Bois de l’Étang, renseignements sur le site de la SFHU)

PROGRAMME GÉNÉRAL

Jeudi 17 janvier 2013

 13h30 : Ouverture des journées d’étude

 13h45-15h30 : Session 1 – La photographie, outil de l’histoire urbaine

15h45-17h30 : Session 2 – Fonds et collections photographiques

17h30-18h : Remise du Prix de Thèse de la SFHU

Vernissage de l’exposition Regard collectif. Photographies des correspondants de l’Humanité (années 1950-années 1990)

18h-20 h : Cocktail

 

Vendredi 18 janvier 2013

9h – 11h : Vote des sociétaires à jour de leur cotisation pour le renouvellement du Bureau

10h : Accueil des participants et Assemblée Générale statutaire de la SFHU

12h : Dépouillement des votes et proclamation des résultats / Réunion du nouveau Bureau (avec renouvellement des fonctions en son sein)

12h-13h30 : Déjeuner

13h30-15h15 : Session 3 – De quoi la photographie urbaine est-elle le témoignage ?

15h30-17h15 : Session 4 – Images d’enregistrement et urbanité

17h15-17h30 : Clôture des journées d’étude

 

PROGRAMME DES SESSIONS

Jeudi 17 janvier 2013

13h30 : Ouverture des journées d’étude

13h45-15h30

Session 1 : La photographie, outil de l’histoire urbaine

Annie FOURCAUT (Université Paris 1), Usages du document photographique dans l’enseignement en ligne de l’histoire urbaine

Olivier BUCHSENCHUTZ (CNRS), La photographie comme outil de détection et d’analyse des villes protohistoriques

Jean-Yves MARC (Université de Strasbourg), Les apports de la collection de photographies anciennes de l’Institut d’archéologie classique de l’Université de Strasbourg à l’histoire des restaurations des vestiges archéologiques et de leur mise en valeur dans les paysages urbains

Elodie VIGOUROUX (Université Paris 4), Le texte et l’image : de l’utilité des photographies anciennes de Damas dans l’analyse des sources médiévales

Débat avec la salle

 

15h45-17h30

Session 2 : Fonds et collections photographiques

Hélène BOCARD (INHA), Photographie et mutations urbaines au XIXe siècle : innovation et tradition

Jean-Charles CAPPRONIER et Coralie DUSSERRE (Archives Nationales), La photothèque du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme

Raphaëlle BERTHO (Université Bordeaux 3), Les grands ensembles : une affaire (photographique) d’État

Thierry BONZON et Vincent LEMIRE (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), Les marges urbaines des correspondants photographes de l’Humanité

Débat avec la salle

Vendredi 18 janvier 2013

9h-12h30 : Assemblée générale de la SFHU

13h30-15h15

Session 3 : De quoi la photographie urbaine est-elle le témoignage ?

Angelo BERTONI (Aix-Marseille Université), Photographier la ville coloniale, Casablanca fin XIXe-années 1920

Manuel CHARPY (CNRS), La photographie de Paris au XIXe siècle : l’impossible quotidien

Jean-Philippe GARRIC (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville), Rome, capitale photographique. La transformation des places de Rome, entre 1849 et 1914, à travers la photographie

Jean-Louis ROBERT (Université Paris 1), Plaisance photographié, XIXe-XXe siècles

Débat avec la salle

15h30-17h15

Session 4 : Images d’enregistrement et urbanité

Joke de WOLFE (Université de Groningen), Lieux d’histoire. La photographie, les historiens, la ville et les photographies des rues parisiennes de Charles Marville

Isabelle BACKOUCHE (EHESS), Les temporalités du changement urbain à l’épreuve de la photographie Paris, 1941-1980

Juliette AUBRUN (Université Versailles Saint-Quentin), Les cartes postales, représentation d’une urbanité en devenir

Cédric FERIEL (Université Versailles Saint-Quentin), La documentation photographique comme piste méthodologique dans une recherche transnationale : le cas de l’étude de la politique des secteurs piétons en Europe, 1960-1980

Débat avec la salle

17h15-17h30 : Clôture des journées d’étude

 

7 décembre 2012 Créteil Séminaire Trajectoires historiques d’un département : le Val-de-Marne de sa création à nos jours. Gérer, administrer et aménager un territoire de banlieue.

Séminaire Trajectoires historiques d’un département : le Val-de-Marne de sa création à nos jours. Gérer, administrer et aménager un territoire de banlieue.

Séance 3 : L’habitat social en région parisienne : des HBM à la mise en place de la politique de la ville.

7 décembre 2012, Pavillon des Archives départementales du Val-de-Marne.

Présentation générale du séminaire :

Ce séminaire de recherche initié en 2010 est issu d’un partenariat entre le Conseil général du Val-de-Marne et l’Université Paris-Est Créteil. Il correspond à une volonté commune de partager une réflexion sur les changements et les réalisations intervenus sur ce jeune territoire né en 1964. L’actualité liée à Paris Métropole, au projet du Grand Paris Express, aux  récents débats sur la réforme des collectivités territoriales menaçant l’identité du département, son autonomie et sa capacité d’innovation, nous invite à questionner ses Trajectoires historiques.

Le  séminaire  se  propose  d’étudier  l’histoire  de  ce  territoire,  au  regard  des  mutations politiques, urbaines, économiques, sociales et culturelles de la Région parisienne et de sa banlieue. Il souhaite ainsi mettre en avant les différents acteurs et échelles intervenant sur le territoire, en s’interrogeant notamment sur la pertinence de l’échelon institutionnel départemental dans la gestion et l’administration d’un territoire et l’action en direction de ses habitants. Afin de mieux comprendre les spécificités du Val-de-Marne, il s’inscrit dans une histoire comparée des banlieues (formation, formes urbaines et architecturales, population, rapports avec le centre urbain…), des modes de gestion de la croissance urbaine et des politiques d’aménagement et d’équipement des territoires à l’échelle des grandes agglomérations, des régions et des pays étrangers.

Présentation de la troisième séance :

Le vote de la loi Bonnevay, le 23 décembre 1912, offre aux communes et aux départements la possibilité de créer leurs propres offices publics d’habitations à bon marché (HBM). La troisième séance de ce séminaire consacrée aux « Trajectoires historiques du département du Val-de-Marne de sa création à nos jours », souhaite donc commémorer ce moment fondateur pour l’histoire du logement social en France et apporter un éclairage scientifique aux réflexions actuellement menées sur le territoire du Val-de-Marne dans ce domaine de l’action publique.

Conçu dans une approche pluridisciplinaire, le séminaire se propose de retracer la naissance et l’évolution des politiques publiques en faveur du logement social en Région parisienne, et plus particulièrement dans le Val-de-Marne. Territoire hétérogène, qui conserve les traces visibles de l’industrialisation dans sa partie Nord-est et celles d’un passé agricole au Sud-est, le Val-de-Marne a aussi été façonné par les vagues de migrations, la construction massive de grands ensembles après-guerre, les opérations successives de réhabilitations et de rénovations urbaines et par la forte présence du pouvoir communiste. Il se présente comme un cas d’étude original pour l’histoire du logement social. Il invite à s’interroger sur la façon dont les élus locaux se sont saisis de ces questions et sur la manière dont les différentes politiques publiques se sont mises en place successivement sous l’égide de l’Etat et de la Région dans ce domaine. Il pose également la question du rôle du Conseil général dans un champ d’action pour lequel il n’a aucune compétence obligatoire. Il dégage aussi la place originale qu’y tient la politique de la ville.

Partant de la naissance des offices publics d’HBM aux questions actuellement posées par la politique de la ville sur le territoire (ANRU, PNRQAD…), ce séminaire se veut un lieu d’échanges entre universitaires, élus locaux, agents du Conseil général du Val-de-Marne, associations historiques, Val-de-Marnais et Franciliens, professionnels de l’aménagement et de l’urbanisme…

Déroulement de la journée

9h30 Accueil des participants

9h45 Ouverture :

Evelyne Rabardel, vice-présidente du Conseil général du Val-de-Marne, chargée de la culture, de l’archéologie, du patrimoine culturel, des archives départementales et du travail de mémoire.

10h Introduction au séminaire :

Florence  Bourillon,  professeur  d’histoire  contemporaine  (Université  Paris  Est  Créteil, CRHEC).

1ère partie : Des Habitations à bon marché aux grands ensembles : naissance d’une politique publique en faveur du logement social.

 

Présidence :

Annie Fourcaut, professeur d’histoire contemporaine (Université Paris I Panthéon Sorbonne, CHS).

10h20 La naissance des offices publics d’HBM en Région parisienne.

Danièle Voldman, directrice de recherche au CNRS, (Université Paris I Panthéon Sorbonne, CHS).

10h40 La construction des grands ensembles au tournant des années 50 en Région parisienne.
Gwenaëlle  Legoullon,  docteur  en  histoire  contemporaine,  (Université  Paris  I  Panthéon Sorbonne, CHS).
11h20 Loger  le  peuple  en  « banlieue  rouge » :  le  cas  ivryen  entre  radicalité, exemplarité et compromis.
Emmanuel  Bellanger,  chargé  de  recherche  au  CNRS,  (Université  Paris  I  Panthéon Sorbonne, CHS).
 11h40 Débat

12h  Déjeuner.

2e partie : Des premières procédures de réhabilitation des grands ensembles à la Politique de la ville.

Présidence :

Florence Bourillon, professeur d’histoire contemporaine (Université Paris Est Créteil, CRHEC).

14h De la réhabilitation du logement social à la politique de la ville. Enjeux et temporalités.
Thibault Tellier, maître de conférence en histoire contemporaine, (Université de Lille III, IRHIS).
14h20  Le  Val-de-Marne  et  la  naissance  de  la  politique  de  la  ville :  échelles, acteurs et outils d’une nouvelle politique en faveur des grands ensembles dans les années 80.
Julia Moro, doctorante en histoire contemporaine (Université Paris-Est Créteil, CRHEC/ Archives Départementales du Val-de-Marne).
 14h40 Film d’archives : « Le département du Val-de-Marne à travers ses archives : vivre, construire, et gérer l’habitat en banlieue parisienne au XXème siècle ».
Cédric  Desbarbès, technicien audiovisuel (Archives départementales du Val-de-Marne) ; Julia Moro, doctorante en histoire contemporaine (Université Paris-Est Créteil/ Archives départementales du Val-de-Marne).

15h Pause, débats

15h20 Un exemple de rénovation urbaine : le cas atypique de Clichy/Montfermeil.
Sylvaine Le Garrec, sociologue-urbaniste, Association des Responsables de Copropriétés.

15h40 : Table ronde animée par Janick Colmar, chef de mission du président du Conseil général, et Thibault Tellier, maître de conférence en histoire contemporaine, (Université de Lille III, IRHIS) : « L’évolution des opérations de rénovation urbaine et le financement du logement social dans le Val-de-Marne : le point de vue des acteurs locaux ».

Intervenants :

Abraham  Johnsonconseiller général et directeur de Valophis (en attente de confirmation)

Sylvie Altman, maire de Villeneuve Saint Georges, conseillère régionale d’Ile-de-France

Michel Mittenaere, président de la Confédération nationale du logement Val-de-Marne 17h Débat

Elites urbaines et constructions territoriales : des appartenances plurielles ? (France-Saint Empire, XVIe-XVIIIe siècles)

 

Journée d’études du vendredi 23 novembre 2012 à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense (salle D 212, bâtiment D) organisée par Vincent Demont et Vincent Meyzie  (CHiSCO, Centre d’Histoire Sociale et Culturelle de l’Occident, XIIe-XVIIIe siècles, EA 1587), avec le soutien de l’IFHA (Institut Français d’Histoire en Allemagne) et du DHI Paris (Deutsches Historisches Institut)

La journée d’études a pour projet d’analyser les manières dont les élites urbaines du royaume de France et du Saint Empire parviennent à articuler des appartenances plurielles à l’époque moderne : sociales ou professionnelles par la détention de positions sources de notabilité ou d’honorabilité dans la ville, civiques par l’exercice de fonctions municipales dans les conseils ou les corps de villes, ou administratives par l’exercice de fonctions dans les institutions étatiques (laïques ou ecclésiastiques). L’interrogation portera à la fois sur les normes, les logiques et les modalités de ces articulations, ainsi que sur les évolutions des formes prises par celles-ci. La confrontation des logiques d’incorporation des villes ou des réseaux de villes dans des constructions territoriales plus vastes permet d’aller au-delà du constat des différences d’organisation des trames urbaines pour interroger l’intérêt commun des deux historiographies pour les processus de négociations entre pouvoirs locaux – et en particulier urbains – et pouvoirs étatiques supérieurs.

Il s’agit de prendre comme point de départ non les institutions urbaines ou étatiques en elles-mêmes, mais les groupes sociaux, les familles et les individus qui les peuplent, utilisent et jaugent de leurs potentialités, pour reconstituer et comprendre le fonctionnement de stratégies collectives. L’ensemble des sources et des méthodes permettant le développement de cette interrogation – de la saisie d’un groupe par la prosopographie à celle d’un individu par des ego-documents ou des écrits du for privé – sera pris en compte.

Trois modes d’articulation sont plus particulièrement envisagés : la conciliation harmonieuse d’appartenances multiples, jugées à même de se renforcer mutuellement ; la conciliation problématique d’appartenances multiples, malgré la perception des tensions et des conflits générés par celles-ci ; le renoncement d’élites urbaines à une pluralité d’appartenances au profit d’un repli sur l’une d’elles. Le premier mode comprend l’étude des situations où il est possible de concilier des appartenances socioprofessionnelles et municipales au service d’intérêts sociaux ou économiques convergents (qu’ils soient privés ou publics), comme chez les marchands conjuguant la défense de leurs intérêts économiques et celle d’un « bien commun ». On entend aussi par là l’analyse des situations caractérisées par une double appartenance civique et étatique permettant de renforcer la position sociale ou politique occupée au sein d’une ville ou d’intermédiaires entre celle-ci et un pouvoir territorial, comme chez les officiers « moyens » en France. L’interrogation peut aussi porter sur les âges, les positions familiales ou les contextes politiques (dans ou au-delà du cadre urbain) favorables à la diversification des appartenances. Elle peut enfin prendre en compte l’usage de marqueurs spatiaux (architecture, programmes iconographiques, armoiries, chapelles) dans l’affirmation de celles-ci. Le second mode comprend l’étude des situations où la pluralité d’appartenances est maintenue bien que les avantages économiques, sociaux ou politiques de cette conciliation ne soient plus perceptibles, ainsi que celles où ces appartenances sont jugées inconciliables par la société urbaine (du fait de conflits d’intérêts, d’abus d’autorité ou de dévoiement de celle-ci). L’interrogation peut ainsi porter sur l’importance des cultures urbaines, civiques et étatiques dans le maintien ou la critique d’appartenances multiples, en particulier dans les cas où celles-ci ne peuvent s’expliquer par une simple rentabilité sociale ou économique. Le troisième mode comprend l’étude des situations d’abandon (déclaré ou de fait) de l’une des appartenances, qu’il s’agisse d’un détachement de la sphère civique – mise en concurrence avec la sphère professionnelle – ou d’un investissement étatique exclusif, comme on l’observe souvent chez les fonctionnaires territoriaux en Allemagne. L’interrogation peut également porter sur la marge de liberté dont peuvent tirer partie les individus et les groupes dans un système de contraintes.

 

 

9h30 Introduction  Vincent Demont et Vincent Meyzie, Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense

Matinée : La conciliation harmonieuse d’appartenances multiples ?

 

  Présidence de séance : Guy Saupin, Université de Nantes (CRHIA) 
9h45 Des marchands au pouvoir à Henripolis : développement d’une nouvelle élite urbaine autour d’un projet de ville commerciale au XVIIe siècle  Sabine Pellaux, Université de Lausanne (Anthropole) 
10h10 Passer de l’élite économique à l’élite politique grâce à l’action diplomatique : le cas des Juifs « portugais » de Hambourg de la fin du XVIIe siècle au début du XVIIIe siècle  Indravati Félicité, CPGE, Lycée Janson de Sailly (centre Roland Mousnier)
10h35 Discussion   
10h55 Pause   
11h15 Emprises professionnelles et carrières civiques : multiplicité et unité communautaires à Paris, XVIIe-XVIIIe siècles Nicolas Lyon-Caen (CRHQ-CNRS), Mathieu Marraud (CRH-CNRS) 
11h40 Les appartenances d’Antoine de Lestang et la Ligue (1541-1617) Michel Cassan, Université de Poitiers (EA CRIHAM) 
12h05 Discussion  

Après-midi : La conciliation problématique d’appartenances multiples et le repli sur une appartenance privilégiée

  Présidence de séance : Marie-Louise Pelus-Kaplan, Université Paris Diderot-Paris 7 (ICT)  
14h30 « Les citoyens tant soit peu notables » : faire partie de l’élite urbaine dans une capitale de province. Poitiers, XVIIe siècle  Antoine Coutelle, Lycée Pilote Innovant International de Jaunay-Clan (CRiHAM) 
14h55 L’aristocratie, une nouvelle élite urbaine ? Le cas de la maison comtale Harrach à Vienne, 1550-1750 Eric Hassler, Lycée et Université de Strasbourg (CRHM) 
15h20 Discussion   
15h40 Pause   
16h00 Kooperation als Kompensation. Hallische Ratsfamilien im Übergang an Brandenburg Preußen 1680-1740 Holger Trauzettel, Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg 
16h25 Du marchand-bourgeois à l’élite commerçante. Statut social et fonction économique dans le milieu marchand rouennais au début du XVIIIe siècle Jochen Hoock, Université Paris-Diderot-Paris 7 (ICT) 
16h50 Discussion  
     
17h10 Conclusions  

 

Appel à contribution Journées d’étude de la SFHU « Villes en photographies : Les usages de la photographie en histoire urbaine » Jeudi 17 et vendredi 18 janvier 2013

Les journées annuelles d’étude de la SFHU, qui se tiendront les 17 et 18 janvier 2013 à l’Université Paris-Est Marne la Vallée, seront l’occasion d’interroger la place qu’occupe la  photographie dans le champ de l’histoire urbaine.

Dès ses débuts, elle s’est imposée comme une source documentaire de premier plan, ce dont témoignent l’ampleur et la diversité des fonds photographiques documentant l’espace urbain. Les historiens de la ville, quelles que soient leurs périodes et leurs spécialités, y ont donc recours comme un outil de lecture des paysages urbains anciens et actuels. Le medium photographique est également mobilisé pour la collecte de données par les autres acteurs de la recherche urbaine – qu’ils soient archéologues, urbanistes, anthropologues, sociologues ou géographes.

Il est utile de proposer un état des lieux concernant les usages multiples du document photographique par les historiens et les autres spécialistes de l’urbain.

 

Les propositions de communication (en 2000 signes) devront parvenir avant le 10 décembre 2012 à sfhu@univ-paris-est.fr

Le comité scientifique examinera les propositions et les réponses seront données le 15 décembre.

 

Comité scientifique :

- Juliette Aubrun, Université de Versailles Saint-Quentin

- Thierry Bonzon, Université Paris-Est Marne la Vallée

- Laurent Coudroy de Lille, Université Paris-Est Créteil

- Jean-Pierre Guilhembet, Université Denis Diderot Paris 7

- Denis Menjot, Université Lumière Lyon 2

- Frédéric Moret, Université Paris-Est Marne la Vallée

- Mélanie Traversier, Université Lille 3

La théâtralisation de l’espace urbain. Appel à communications


La théâtralisation de lespace urbain

Colloque national 29 et 30 novembre 2012

Responsables scientifiques et organisation

Francesco D’Antonio (EA 4376) et Myriam Chopin-Pagotto (EA 3436)

Avec la collaboration des équipes :

GEPE (Groupe d’Études sur le plurilinguisme Européen, Université de Strasbourg)

CRESAT (Centre de recherches sur les Économies, les Sociétés, les Arts et les Techniques, Université de haute Alsace)

Lieu : Université de Strasbourg

Descriptif


La notion de théâtralisation, appliquée aux arts de la  scène, renvoie à l’idée de laisser apparaître les conventions qui règlent le jeu scénique (jeu actorial, costumes, maquillage, espace scénique…) afin que « la réalité théâtrale soit rétablie comme condition nécessaire pour que puissent être données des représentations réalistes de la vie en commun des hommes. » (B. Brecht).

Cependant la théâtralisation de l’espace est un phénomène beaucoup plus large dont le théâtre moderne, né en Europe autour du XVIe siècle, est une partie constitutive comme le montrent les nombreuses chroniques qui décrivent l’organisation éphémère de l’espace urbain lors d’importants événements politiques et/ou religieux (Montaigne J. Evelyn, J.J. Bouchard, Goethe…). Ces chroniques ainsi que de nombreuses correspondances des différentes époques précisent que les artistes peintres, les hommes de lettres, les musiciens et les comédiens participaient à la théâtralisation urbaine. Avec leur art, dans le sens de teckné, ils modifiaient l’espace urbain par une architecture éphémère faites d’arcs de triomphe, de défilés de chars allégoriques et d’espaces théâtraux provisoires destinés à accueillir représentations théâtrales et tournois.

 

Cette dimension chorale nous montre le caractère interdisciplinaire de la notion de théâtralisation et le lien direct avec les études sur les rapports entre l’espace qui trouvent en Walter Benjamin l’une des premières réflexions modernes sur l’interaction entre l’individu et l’espace urbain parisien du XIX siècle :

 

« La « ville en passages » est un songe qui flattera le regard des parisiens jusque bien avant dans la seconde moitié du siècle. En 1869 encore, les « rues galeries » de Fourier fournissent le tracé de l’utopie de Moilin Paris en lan 2000. La ville y adopte une structure qui fait d’elle avec ses magasins et ses appartements le décor idéal pour le flâneur. »[1]

 

Plus récemment, les nombreux travaux du géographe Augustin Berque ont montré l’importance de la fonction de l’espace dans le double rapport nature/culture, paysage/sujet à travers lequel l’individu se construit dans un processus de distanciation et de retour constant vers l’espace naturel et/ou urbain.[2]

Les recherches de Bertrand Westphal entre littérature et espaces ont abouti à l’élaboration d’un nouvel champ de recherche, celui de la « géocritique », dans lequel la notion de théâtralisation de l’espace urbain trouve parfaitement sa place[3]. Les travaux de B. Westphal montrent que l’espace n’est pas un simple décor d’une œuvre littéraire, théâtrale ou picturale, mais qu’il s’est imposé avec toute sa dimension tragique sur l’avant-scène de la représentation.

Des historiens comme Elisabeth Crouzet-Pavan ont repéré très clairement la nécessité de la mise en scène des espaces urbains à des fins de propagande dont témoignent chroniques et journaux vénitiens de la fin du Moyen-âge.

 

De nombreuses œuvres mettent en scène une ville, un quartier ou un lieu urbain avec lesquels interagissent un ou plusieurs personnages. Pensons à l’importance de Gênes dans l’œuvre poétique de Giorgio Caproni, de Barcelone dans les romans de Manuel Vasquez Montalban, de Milan dans le théâtre de Dario Fo ou de la villa Adriana dans Mémoires dHadrien de Marguerite Yourcenar.

Grâce à leur dispositif verbal ou iconographique, elles contribuent à la construction d’une image idéale de l’espace urbain auprès du public. Elles participent à la création de la cartographie imaginaire du récepteur en le transformant en touriste littéraire. Un touriste immobile qui voyage, sans se déplacer physiquement, grâce à la mise en forme artistique d’un élément d’ordre géographique sur scène, dans une image, dans un récit. Parfois, il s’agit également de resémantiser un espace urbain en organisant une vision et des parcours qui vont à l’encontre d’un critère spatial définitivement fixé, comme l’a montré Lorenzo Flabbi.[4] Dans ce cas la ville-texte trouve de nouvelles règles d’existence aux yeux de son lecteur ou de son spectateur.

 

Mais l’image idéale resémantisée ou pas, n’est pas la seule, bien au contraire la plupart des œuvres proposent une vision de crise, voire de conflit, de l’espace urbain. C’est le cas du dramaturge italien Fausto Paravidino dans Gênes 01, de l’écrivain catalan Félipe Hernandez dans Eden, du réalisateur Roberto Rossellini, dans Rome ville ouverte ou du peintre Umberto Boccioni dans Rixe dans la galerie. La révolte et l’insurrection urbaine brouillent les repères spatiaux. La barbarie de la guerre et la dynamique violente et destructrice semblent être ici les critères par lesquels l’espace urbain devient un théâtre de crise et de conflit.

 

Comment les différentes formes artistiques organisent-elles l’espace urbain dans leurs œuvres ? Dans quelle mesure  l’organisation spatiale participe à l’évolution des personnages ? Y a-t-il une construction particulière qui forme le regard du lecteur, du spectateur ? Quels sont les points de focalisation qui sont à la base du cadrage singulier de l’espace urbain dans une œuvre ? Comment contribuent-ils à la construction de la géographie imaginaire du récepteur ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles nous essayerons de répondre lors du colloque « Théâtralisation de l’espace urbain ».

 

A travers l’axe « Théâtralisation de l’espace urbain » nous nous proposons d’approfondir le fonctionnement stylistique et linguistique de ces deux visions urbaines – vision idéale et vision de crise – et de définir les conditions de réception à travers l’examen de documents liminaires (chroniques, journaux intimes, presse, préfaces, dédicaces…).

Le croisement des différentes aires culturelles et linguistiques qui constituent l’espace roman (Espagne, France, Italie, Portugal, Roumanie), des différentes disciplines (Littérature, Arts de la scène, Histoire, Géographie, Arts plastiques) ainsi que des différentes époques (Moyen-âge, Renaissance, Baroque, XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles), permettra de mesurer l’évolution dans le temps du regard avec lequel les différentes formes artistiques (récit, poésie, cinéma, théâtre, arts plastiques, photographie…) organisent la « traduction » de l’espace urbain.

 

Contacts: Myriam Chopin-Pagotto mchpag@yahoo.fr

Francesco D’Antonio     dantonio@unistra.fr


[1]                  W. BENJAMIN, Paris capitale du XIXe siècle : le livre des passages, Paris, Ed. du Cerf, 1997.

[2]                  A. BERQUE, Médiances de milieux en paysages, Paris, Belin, 2000, p. 127-128.

[3]                  La Géocritique mode demploi, sous la direction de Bertrand WESTPHAL, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2000.

[4]                  L. FLABBI, « La traduction des villes », in Espaces, tourismes, esthétiques, sous la direction de Lorenzo FLABBI et Bernard WESTPHAL, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2010.

 

REMISE DU PRIX DE THÈSE DE LA SFHU à VANESSA CARU

Lors de l’Assemblée Générale et à l’issue de la journée d’étude tenue au Musée Gadagne de Lyon sur “Agrandir la Ville”, le premier prix de thèse de la SFHU, doté d’une récompense de 2000 €, a été remis le 20 janvier 2012 par Denis Menjot, président de la Société Française d’Histoire Urbaine, à

Vanessa Caru

pour sa thèse soutenue à l’Université Paris 7 sur

Le Logement des travailleurs et la question sociale,

Bombay (1850-1950)

 

Devant le succès remporté par ce premier prix, le Bureau de la SFHU a décidé de renouveler l’expérience ; un appel à candidatures pour le prix de thèse 2012 de la SFHU sera très prochainement diffusé.

Autour des cent ans des Offices d’HLM de la loi Bonnevay à nos jours • 1912-2012

COLLOQUE HÔTEL DE VILLE DE SAINT-DENIS

9-11 février 2012

ENTRÉE LIBRE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES. INSCRIPTIONS SUR PLACE

Téléchargez le programme complet ICI

jeudi 9 février 2012

Autour de la loi Bonnevay

9 h Accueil des participants

9 h 15 Introduction générale

par Annie Fourcaut (université Paris 1) et Danièle Voldman (CNRS)

9 h 30-12 h 30 Préparation et vote de la loi

présidence : Christian Topalov (CNRS, EHESS)

Le logement social à Saint-Denis avant la loi Bonnevay, Benoît Pouvreau (Service du Patrimoine culturel du conseil général de la Seine-Saint-Denis)

La préparation de la loi et les débats dans le milieu du logement social, Patrick Kamoun (USH)

La loi Bonnevay et ses effets, Maurice Carraz (directeur général de la fédération des Offices)

Le logement des classes populaires en Angleterre, Nick Bullock (King’s College, Cambridge)

14h-17 h 30 L’entre-deux-guerres

présidence : Isabelle Backouche (EHESS)

Les Offices, des coquilles vides ?, Emmanuel Bellanger (CNRS)

Les lotissements contre les HBM ou les effets de la loi Loucheur, Annie Fourcaut (Paris 1)

Les lettres de demande de logement, Hélène Frouard (EHESS)

Loger les employés allemands, Christine Mengin (Paris 1)

vendredi 10 février 2012

Les offices, instruments de la construction de masse

9 heures Accueil des participants

9 h 30-12 h 30 Le logement social pour tous ?

présidence : Sabine Effosse (université de Tours, IUF)

Les bénéficiaires du logement social dans les années 1950, Danièle Voldman (CNRS)

Les offices et les autres maîtres d’ouvrage constructeurs des grands ensembles, Gwenaëlle Le Goulon (Paris 1)

Le modèle socialiste de logement social, Jay Rowell (CNRS)

Les Algériens dans le logement social, Muriel Cohen (Paris 1)

14h-17h30 Les tournants des années 1970-1980

présidence : Loïc Vadelorge (Paris 13)

La résorption des bidonvilles de Saint Denis, Cédric David, (Paris Ouest)

Les Offices face à la mutation des populations logées, Benoît Bréville (Paris 1)

La circulaire Guichard et sa réception dans les municipalités, Simon Ronai (Orgeco)

La réforme Barre et ses effets, Sabine Effosse (Université de Tours, IUF)

Les Espagnols : tous propriétaires ?, Charlotte Vorms (Paris 1)

samedi 11 février 2012

Le temps présent du logement social

9 heures Accueil des participants par Didier Paillard, maire de Saint-Denis,

et StéphanePeu, adjoint au maire et président de Plaine Commune Habitat

9 h 30-12 h 30 Nouveau contexte, nouvelles misions ?

présidence : Denis Pelletier (EPHE)

L’implication des locataires dans la gestion du logement, Sébastien Jolis (Paris 1)

La place des offices dans l’intercommunalité, Jean-Philippe Brouant (Paris 1)

Les offices face à un nouveau cadre législatif, SRU, ANRU, Dalo, Claire Lévy-Vroelant (Paris 8 )

Rénovation urbaine et transformations sociales, Sylvie Fol (Paris 1)

14h-17h Témoignages pour l’avenir

présidence : Jack Ralite (ancien ministre)

Le logement social en Europe : Histoire et état des lieux, Laurent Ghekiere (Représentant de l’Union Sociale pour l’Habitat auprès de l’Union Européenne)

Les Offices : Quel avenir pour les Offices Publics de l’Habitat ?, Alain Cacheux (Président de la Fédérationdes Offices Publics de l’Habitat)

Conclusions

Conclusion du colloque scientifique, Christian Topalov (CNRS/EHESS)

L’avenir du logement social : le système est-il pérenne ?, Stéphane Peu (Adjoint au Maire de Saint-Denis, Vice-président de Plaine Commune et Président de Plaine Commune Habitat) et Thierry Repentin (Président de l’Union Sociale pour l’Habitat)