Tous les articles par traversier

Résumé de thèse "Organisation d’un territoire aux abords de la ville. Le cas de Metz, Strasbourg et Reims du milieu du Moyen Âge au début de l’époque moderne", Catherine Xandry

Thèse soutenue le 26/09/2013

JURY :

Georges Bischoff : professeur d’histoire médiévale à l’université de Strasbourg, directeur de thèse

Jean-Jacques Schwien : maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Strasbourg, co-directeur

Isabelle Laboulais, professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg, président du jury et rapporteur

Joëlle Burnouf, professeur en archéologie à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, rapporteur

Brigitte Boissavit-Camus, maître de conférences en archéologie à l’université de Paris X Nanterre, rapporteur

Patrick Demouy, professeur d’histoire médiévale à l’université de Reims Champagne-Ardenne

Membre invité : Pierre-Edouard Wagner, conservateur à la médiathèque de Metz

 

Cette thèse a eu pour point de départ la constatation qu’il existe une lacune dans notre vision de la ville puisque, jusqu’à récemment, les villes n’étaient souvent considérées, tant par les historiens que par les archéologues, qu’à l’intérieur de leur enceinte qui  raisonnaient alors surtout en dichotomie, ville-campagne, sans s’interroger sur l’espace immédiat autour de la ville. Ainsi, deux entités se répondent dans la recherche et sont étudiées soit de façon séparée soit en relation l’une avec l’autre : la ville intra-muros et son contado ou plat-pays, le problème du passage de l’une à l’autre étant éludé, les abords étant considérés comme une nébuleuse aux contours fluides et toujours mouvants. Cependant, étudier ce qui se passe à l’extérieur de l’enceinte oblige à se poser des questions fondamentales et à reconsidérer la notion de ville et d’urbain. Y aurait-il de l’urbain à la campagne ? Et si l’on s’affranchit de l’idée préétablie que la ville s’arrête à ses remparts, il est nécessaire de s’interroger sur les moyens de délimiter son emprise et ainsi de mettre en évidence ce qui différencie la ville de la campagne ou autrement dit, ce qui caractérise chacune de ces entités. Puis se pose une deuxième question : est-il pertinent de ne raisonner que dans la dualité ville-campagne ou est-il envisageable d’imaginer une troisième entité, qui ne soit ni l’une ni l’autre, et qui s’intercale peut-être entre les deux premières ? En fait, ce travail a pour point de départ trois hypothèses. Tout d’abord qu’il existe hors de l’enceinte un objet qui n’est ni la ville, ni la campagne. Ensuite que cet objet n’existe que par la ville et qu’il ne peut exister seul. Enfin, que la ville est à l’origine de sa création.

Pour les confirmer ou les infirmer, il a été choisit d’étudier la composition, l’organisation géographique, et l’évolution topographique du périurbain de la ville durant une période allant de la fin du Moyen Âge à l’époque moderne. Afin de contourner l’écueil de la monographie, trop facilement susceptible de traiter d’un cas « exception », cette recherche met en comparaison trois villes de même nature, Reims, Metz et Strasbourg, toutes trois villes épiscopales, d’origine romaine et de plus de 10.000 habitants au cours de la période étudiée.

La méthode choisie s’appuie sur celle des Documents d’Évaluation du Patrimoine Archéologique Urbain. Le DEPAU est un instrument, un outil prenant en compte le patrimoine archéologique d’une ville. Il a pour but de présenter les éléments utiles à la compréhension des variations de l’espace urbain au cours du temps et de proposer un schéma de l’organisation de la ville aux différentes périodes (par exemple : protohistoire, gallo-romain, Moyen Âge…). Pour ce faire, il s’appuie sur une présentation de l’évolution de la topographie urbaine basée sur un découpage chronologique mettant en valeur les phases marquantes de cette évolution. Cette présentation par périodes, qui est au cœur du concept d’un DEPAU, s’articule autour des notices rédigées pour chaque structure (localisation, datation, apparition, durée d’utilisation, bibliographie…) dont on a pu trouver trace, et des plans de la topographie de la ville comme on a pu la restituer, à partir de divers documents (archéologie, textes…), pour chaque période. Sur ces plans sont localisées, lorsque c’est possible, les différentes structures. Les notices sont organisées à l’intérieur de chaque période selon une grille d’analyse (grand types - défense, économie, religieux…- puis sous-types - église, abbaye…-). Les plans de chaque période sont réalisés sur calque afin de pouvoir les superposer et se rendre ainsi mieux compte des changements d’une période à l’autre. Ils permettent ainsi d’avancer des hypothèses sur la nature d’utilisation du site aux différentes périodes présentées. Cet outil permet surtout d’avoir une vue d’ensemble de la stratigraphie urbaine.

Cette méthode a été adapté à l’espace extra-muros et complétée par une hiérarchisation des structures repérées entre urbaines, rurales et mixtes (communes à la fois à la campagne et à la ville). Cette hiérarchisation a permis de distinguer des zones à tendance urbaine, d’autres à tendance rurale, et d’affiner la répartition des structures mixtes entre les deux.

Au final, trois grandes phases d’évolution du périurbain, communes aux trois villes, émergent de la recherche.

Une phase de forte imbrication urbain-rural, la ville s’étendant largement au-delà de l’enceinte et des éléments ruraux, comme des champs, pouvant se trouver au sein de l’espace urbanisé. Par ailleurs des éléments urbains spécifiques mais n’existant pas intra-muros (comme les cimetières juifs ou de condamnés de la ville, son gibet…) sont présents dans la zone d’étude.

Une seconde phase d’intégration des faubourgs derrière l’enceinte, ou de leur destruction. L’enceinte devient alors une frontière entre la ville et la campagne, même si des reliquats des anciens quartiers demeurent extra-muros. La municipalité acquiert en parallèle le contrôle total de l’espace extra-muros, au détriment des bans des abbayes périurbaines, et délimite cet espace par un bornage. Des fonctions urbaines spécifiques y sont toujours présentes et de nouvelles apparaissent.

La troisième phase est marquée par l’achèvement de la dynamique initiée à la phase II et par une séparation stricte des différents espaces. L’urbanisation se retranche derrière l’enceinte où apparaissent des fonctions spécifiques (salles de spectacles, arsenal, casernes etc.). De ce fait, l’enceinte, ou plutôt l’ensemble du système bastionné, marque une séparation nette entre la ville et l’espace rural où le contrôle de la ville est total. Elle gère l’espace en fonction ses besoins, que cela soit sa défense, son industrie, ses cimetières...

Avoir retracé cette dynamique d’évolution sur une longue durée permet d’affirmer plusieurs choses. Tout d’abord, la ville ne s’arrête pas forcément à son enceinte, des faubourgs existant jusqu’au 15e siècle, son urbanisation déborde la limite des remparts. Un bonne part des critères urbains peuvent et se trouvent également très souvent hors des murs. Ensuite, on ne peut pas parler stricto sensu de séparation ville - campagne et il existe sur une distance variable autour de la ville, une superposition de fonctions urbaines spécifiques sur l’espace rural. Si la ville intra-muros a des fonctions qui lui sont propres, ainsi que la campagne, c’est également le cas pour cet espace. Ces fonctions  marquent la zone extrême de la force d’attraction de la ville, que l’on pourrait appeler Espace Ancien d’Activités Urbaines. L’objet d’étude pressenti en introduction serait donc cet espace où s’imbrique urbain et rural, que la ville reconnaît comme sien et s’approprie au cours du temps. Plus qu’une description figée, il consiste en une interconnexion forte (au moins dans un premier temps) des notions de ville et de campagne et un dialogue permanent entre les deux. Même lorsque la ville se retranche derrière son enceinte, elle conserve des liens étroit avec cet espace par le biais d’activités spécifiques (urbain externalisé) gravitant autour de la ville centre, et d’un grand nombre de critères mixtes, communes à la ville et à son périurbain.

Camillo Faverzani (éd./cur.), PART[h]Enope. Naples et les arts / Napoli e le arti, Bern, Peter Lang, 2013, 450 p.

PART[h]Enope constitue la synthèse du projet mené par le Pôle Méditerranée de l’Université Paris 8 autour des « Capitales méditerranéennes de la culture ». Naples en est la première étape. Ce travail de recherche s’est agencé sur deux ans. Un colloque international a permis d’en présenter les résultats en novembre 2012. Une journée d’étude de réflexion avait servi d’étape intermédiaire en novembre 2011. Ce volume recueille toutes ces conclusions sous la forme de vingt-six études regroupées en quatre sections : « Naples capitale artistique, capitale musicale », « Naples, ou de l’usage des arts à des fins politiques », « Naples objet littéraire », « Le mythe de Naples ». En français et en italien, ces essais se penchent sur des questions ayant trait à la relation de la ville aux arts (peinture, sculpture, musique, opéra, théâtre, littérature, photographie, cinéma), ainsi qu’à leurs implications avec la pensée politique.

PART[h]Enope è la sintesi del progetto «Capitales méditerranéennes de la culture» del Pôle Méditerranée dell’Université Paris 8. Napoli ne costituisce la prima tappa. Il lavoro di ricerca si è svolto su due anni. Un convegno internazionale ha permesso di presentarne i risultati nel novembre 2012. Una giornata di studio intermedia si era tenuta nel novembre 2011. Il volume raccoglie tutte le conclusioni in ventisei articoli ripartiti in quattro sezioni: «Napoli capitale artistica, capitale musicale», «Napoli, o dell’uso delle arti a scopo politico», «Napoli oggetto letterario», «Il mito di Napoli». In italiano e in francese, i saggi affrontano questioni inerenti alla relazione della città con le arti (pittura, scultura, musica, operistica, teatro, letteratura, fotografia, cinema) e alle implicazioni con il pensiero politico.

SOMMAIRE :

- Sandra Larocca : L’Enfant Jésus à Naples à l’époque moderne : entre art et dévotion
– Karen Dutrech : Le volcan comme théâtre. La scène de la conversion dans L’incendio del Vesuvio d’Antonio Glielmo
– Giulia Anna Romana Veneziano: «Napoli è tutto il mondo»: la cappella musicale del Pio Monte della Misericordia di Napoli (1616-1749)
– Dario Lanfranca : Quelques considérations sur l’activité opératique d’Alessandro Scarlatti à Naples
– Melanie Traversier : Le chant de la Sirène. Politique de grandeur et circulation des musiciens dans la Naples des Lumières
– Françoise Decroisette : La Gazzetta (1816) de Gioacchino Rossini ou l’opera buffa entre Naples et l’Europe
– Camillo Faverzani : L’autre Norma, ou la face cachée du néoclassicisme opératique napolitain
– Alessandro Martini : Marvin Gaye et Sergio Bruni: musique populaire à Naples dans les années 80 et 90. Métissages, influences, voyage
– Juan Carlos D’amico : Les fêtes napolitaines de 1535 en l’honneur de Charles Quint: un carrefour de cultures
– Dominique Fratani : De courtisan à «caval vecchio» : Bernardo Tasso dans la tourmente de l’histoire napolitaine
– Alain Hugon : De l’usage des arts en politique : le palimpseste révolutionnaire à Naples 1647-1648
– Pierre-Marie Delpu : Naples dans l’internationale libérale (premier XIXe siècle) : une capitale culturelle?
– Luca Salza : Quand la plèbe parle. Naples 1970
– Margherita Ranaldo : Boccace et Naples : espaces mythologiques de la Méditerranée
– Massimo Natale : Entre roman familial et rapport de mécénat : Naples, le Tasse, les Rimes
– Françoise Graziani : Le tombeau de la Sirène: variations sur l’héritage antique
– Rosaria Iounes-Vona : Dialogisme intertextuel et théâtralité: Cagliuso de Giovambattista Basile, entre Venise et Paris
– Roberta Capone: Magia, mistero: il mito della Napoli «sotterranea»
– Maria Rosa Chiapparo: Napoli come metafora. Da Matilde Serao ai ritratti contemporanei di «Napoli Monitor», la creazione di un mito negativo della modernità
– Vincent D’orlando : L’image d’un Sud déchiré : corps et décors dans l’oeuvre « napolitaine » de Domenico Rea
– Nives Trentini: Psico-storia di una città: Napoli nella scrittura autobiografica di Raffaele La Capria
– Costanza Ferrini : L’eccesso di immaginari di Napoli
– Maria Carla Papini: «In sogno e dal vero»: mito e storia nella prosa e nella poesia di Giuseppe Ungaretti
– Daniel-Henri Pageaux : Sur quelques images espagnoles de Naples (XXe-XXIe siècles)
– Maria G. Vitali-Volant : Image et icône. Méditation sur le symbole et le signe à propos de Naples
– Catherine Gottesman : Trois représentations de Naples dans l’imaginaire contemporain.

Villes mortes. Projet de dossier pour la revue "Sociétés & représentations" coordonné par Sébastien Le Pajolec et Bertrand Tillier

 

Depuis l’époque classique, la ruine est un motif de la mélancolie et un blason du passé ou de l’histoire, dont la littérature et la peinture romantiques ont réactualisé les valeurs et promu le pittoresque, comme l’ont montré les travaux de Roland Mortier (La poétique des ruines en France, 1974) ou Michel Makarius (Ruines, 2004).

 

Pour autant, par une extension radicale et spectaculaire de la ruine, la ville morte a jusqu’ici peu retenu l’attention, qui puise aux mythes de l’Atlantide (ville engloutie) ou de Sodome et Gomorrhe (villes ruinées et détruites), mais aussi aux découvertes archéologiques de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle (Herculanum ou Pompéi). Du romantisme de Théophile Gautier (Aria Marcella, 1852) au symbolisme de Georges Rodenbach (Bruges-la-Morte, 1892), les villes mortes développent tout au long du XIXe siècle un imaginaire et une poétique de l’archéologie-fiction ou de l’inquiétante étrangeté, dont Freud a exploré en 1907 la signification dans son interprétation de la Gradhiva de Jensen (1903).

 

Entre refoulement et expression du désir, les villes mortes sont l’envers des mégapoles modernes et le revers de la Grande Ville comme emblème du capitalisme. Rien d’étonnant, dans cette perspective, que Paris consacrée capitale du XIXe siècle (Walter Benjamin) ait été perçue, dans les gravures et les photographies de ses destructions du printemps révolutionnaire de 1871, comme une ville morte, vidée de toute présence humaine, comparée par certains contemporains à l’équivalent moderne de Pompéi.

 

Promise à un avenir de fantôme, la ville morte procède de l’inconscient urbain, dont les guerres, mais aussi les catastrophes du XXe siècle (Dresde, Hiroshima, Tchernobyl…) ont promu un imaginaire de cités désertées et figées, muséifiées et fétichisées, comme l’a esquissé Mike Davis dans son essai (Dead Cities, 2002). A l’heure du post-modernisme et de la culture de masse, les villes mortes hantent le cinéma, la bande dessinée, la photographie plasticienne, le photoreportage, la peinture et la littérature, dont elles sont bien plus que le décor impressionnant sous l’apparence duquel elles semblent se donner à voir.

 

Entre histoire des imaginaires et histoire culturelle, histoire littéraire et histoire de l’art, les contributions interrogeront, du XIXe siècle à l’heure actuelle, les représentations sociales de la ville morte, leurs figures, leurs valeurs, leurs supports, leur diffusion et leur réception, entre ruptures et continuités.

 

Les contributions (35 000 signes, notes et bibliographie comprises) seront soumises au comité de lecture de la revue, au plus tard le 1er septembre 2014. Elles seront conjointement adressées à Sébastien Le Pajolec (seblepajolec@gmail.com) et Bertrand Tillier (tillier-bertrand@orange.fr).

 

Villes et catastrophes. Séminaire pluridisciplinaire « Villes et sciences sociales » - 9e année. 2013-2014. Université de Caen-Basse-Normandie/ MRSH. Ecole doctorale « Histoire, Mémoire, Patrimoine, Langage », ED 558


Responsables : Pierre Bergel (CRESO-UMR 6590), Emmanuel Garnier (CRHQ UMR 6583, Chaire senior IUF ‘Histoire du climat et des risques en Europe’), Vincent Milliot (CRHQ UMR 6583)

En association avec les programmes ANR SYSPOE (Systèmes policiers européens) et ANR CHEDaR (Climate, Health and Environment : Data Rescue and modelling) ; HEALTH Project Historic Extremes And heaLTH (University of Cambridge ; Ambassade de France à Londres) et les Projets européens FP 7 Resilience-Increasing Strategies for Coast ; Drought Risk in Europe-R&SPI-Fostering European Drought Research and Science-Policy Interfacing.

 

Maison de la Recherche en Sciences Humaines de Caen, Esplanade la paix–Université de Caen Basse-Normandie. Le séminaire se tient de 14h30 à 18h en salle SH 28 de la MRSH.

15/10/2013 : La ville au miroir de la catastrophe : la ville-panique ?

Introduction générale au thème : P. Bergel, E. Garnier, V. Milliot.

P. Pigeon (PR, géographie, Université de Savoie, EDYTEM UMR 5204): «  Pourquoi les catastrophes n’empêchent-elles pas l’urbanisation ? »

12/11/2013 : La catastrophe à l’âge industriel.

Thomas Leroux  (CRH-EHESS et Maison française d’Oxford) : « L'émergence de la catastrophe industrielle, 18e-19e siècle"

Eliane Propeck-Zimmermann :  (MCF Géographie, Université de Strasbourg, MUR 7362, « Image, Ville, environnement), Des « Seveso » par centaines ?

 

19/11/2013

Journée d’étude pluridisciplinaire : « Combien ? La valeur de la ville » organisée par P. Bergel (ESO) et N. Lyon-Caen (CRHQ), voir programme détaillé sur www.crhq.cnrs.fr et www.unicaen.fr/recherche/mrsh

10/12/ 2013 : Villes catastrophées : le feu et les foules 

Emmanuel Garnier (UCBN, CRHQ UMR 6583, IUF) : Le grand incendie de Londres (1666) revisité

Vincent Milliot (UCBN, CRHQ UMR 6583) : « Noces tragiques » : la catastrophe de la rue Royale et les festivités pour le mariage du Dauphin, mai 1770.

 

21/01/ 2014. « La mort noire » : villes et épidémies.

Fleur Beauvieux (EHESS, Aix Marseille): "Gérer une ville en temps de catastrophe : l'exemple de Marseille pendant la peste de 1720-1722"

Emmanuel Eliot (Université de Rouen, UMR IDEES 6266), « La diffusion des épidémies dans les villes du Sud »

4/02/2014. Demain l’Atlantide ? Flots déchaînés, crues et inondations d’hier et d’aujourd’hui.

Wilfried Pittel (UCBN, CRHQ UMR 6583) : « Les villes du Nord de la France face aux inondations à l’époque moderne»

Alexis Sierra (MCF, géographie, UMR-8586- Prodig) : « Crues boueuses, séismes, inondations dans les villes d’Amérique du Sud »

 

 

11/03/2014 : La catastrophe ultime ? Villes et catastrophes nucléaires

Alexandre Magnan (CR, Sciences Po Paris, IDDRI) : “L’atome, les flots et la ville : Fukushima”

Laurent Boceno (MCF sociologie, UCBN, CERReV) : « Les villes biélorusses après Tchernobyl »

3/04 et 4/04/2014 :

En association avec le séminaire d’histoire culturelle (UFR d’Histoire, CRHQ), la MRSH et l’IMEC, autour de l’invitation de M. Porret (université de Genève), conférence « Sur la scène urbaine du crime : savoirs, cultures et pratiques des experts du corps meurtri au 18e siècle. » et Journée d’étude : « Né pour la corde : biographies criminelles, époques moderne et contemporaine ».

Détails sur www.crhq.cnrs.fr

 

18/04/2014 : Les catastrophes, les villes et Dieu, journée d’étude commune avec le programme « Mondes Ibériques », MRSH (programme détaillé en cours d’élaboration)

 

contacts :

vincent.milliot@unicaen.fr

pierre.bergel@unicaen.fr

egarnier.cea-cnrs@orange.fr

 

 

 

“The University in the City: University Spaces and Their Uses in Europe, 13th to 21st Centuries”, an international conference (sponsored by University Paris-Est Créteil – CRHEC, University Paris-Est Marne-la-Vallée – ACP, and École Normale Supérieure of Lyon – LARHRA, 25-26 September 2014. The conference will be held at Créteil and Marne-la-Vallée)

 

The university is an exclusively urban institution that originated simultaneously in Bologna, Paris, and Oxford around the year 1200. Nowadays, the university is still present in the city centre or periphery, sometimes occupying the same districts since the Middle Ages. Since its inception, the university has been part of the city spatially due to the development of places – either open spaces or buildings – reserved for the work of professors and students, the concentration (to a lesser or greater extent) of housing for professors and especially students, the presence of places of worship for the university community, and shops – such as bookshops or nowadays copy shops – whose business is almost entirely dependent on university customers. These days, as in the past, university buildings sometimes comprise entire districts on a very compact scale, or may be spread across several districts within the city or urban area.

 

Since the 1960s, the abundant historiography dedicated to European universities has focused on the social, intellectual, and political history of these institutions. The topic of university spaces within the city has been relatively neglected. When addressed, research on this topic has consisted of monographs on a single city, country, and/or a given era. This conference aims to address the history of the urban integration of European universities since their inception (the early 13th century), with priority given to the very long term and to comparative studies. By bringing together a series of research studies focused on a single theme, our ambition is to cast light on new perspectives.

 

This study of the university space over the very long term, from the 13th to the 21st centuries, will obviously spark some objections. Indeed, one could easily point out the differences between medieval professors and students and their present-day counterparts. However, the university form has shown some constants over the centuries (albeit possibly obscured at times) that allow us to assert that it is indeed a single object of study: it provides “higher” education, has ranks, is recognized by outside authorities, and – depending on the eras – has a strong corporatist identity or, more modestly, a rather clear sense of belonging to a unique sphere. Without falling into the illusion that words and social realities have not changed over time, the attempt to view the university’s history in a very long-term perspective thus appears to be a legitimate and potentially rewarding undertaking. The long term may also allow us to contribute to a long-standing reflection among town planners regarding how urban campuses have developed or renewed.

 

In many cases, the material surroundings must be described. The aim is firstly to investigate university places per se, the diversity of buildings, ranging from scholars’ colleges built by rich patrons on a monumental scale in the Middle Ages, to the most recent university housing complexes, while also looking at the centuries-long evolution of classrooms, amphitheatres, canteens, and university libraries that are sometimes extensive and sumptuous. Regarding buildings, we can also mention how the university fits into the city through its open spaces, streets such as the famous Rue du Fouarre in the Paris Latin Quarter, squares, esplanades, sometimes incorporated into the university space – such as the Pré aux Clercs in Medieval Paris. Generally speaking, conference contributions can focus on all urban facilities or signs that mark a university presence in the city.

 

Another focus would be to study how these places are used. The practical conditions for research or teaching have an undoubted influence on these activities. While it is sometimes complex and definitely calls for cautious interpretation, the relationship between the material surroundings (notably from a spatial standpoint) and the activities taking place there is so tight that many historians have used material traces or iconographic representations in an attempt to reconstruct the prevailing teaching practices of the past. Based on this general observation, conference participants could consider how university activities may be restricted by the space available, perhaps even reassessing the importance of this factor, but also, conversely, how the university’s evolution leads to reorganisation of the university space, with varying time lags.

 

Apart from the forms of buildings and open spaces, the evolution of university districts in a general sense is worthy of attention. Contributions should thus focus on the location of these districts within the city: either in the city centre, close to the centres of power or in the periphery, within one or more settlements, and their proximity with communication routes. Since the Middle Ages, the powers that be (whether royal, municipal, or ecclesiastic) have focused on the university, seeking to strengthen their sway over the institutions and men, sparking conflict with claims for the university’s privileges. Therefore, contributions can also look at how these powers helped transform university spaces.

 

 

Thus, papers presented at the conference may address the following topics:

 

1) University places (classrooms, libraries, university housing, etc.) and their form.

2) The structure of university districts: compact or spread out; unplanned or carefully organised.

3) Policies for setting up and building universities, as well as the legal status of university spaces.

4) The material aspects of building a university: the actors, cost, and means used.

5) The uses of the university space.

 

 

 

Proposal submissions and selection:

 

Please send paper proposals in French, English, or Italian as an email attachment to: gorochov@u-pec.fr

Proposals should include a title and a summary (around 1,500 characters), as well as the researcher’s contact details (first and last name, academic position and institution, email and postal addresses).

 

1st February 2014: deadline for proposals.

 

Organisational committee: Florence Bourillon (UPEC–CRHEC), Nathalie Gorochov (UPEC–CRHEC), Boris Noguès (ENS Lyon–LARHRA), and Loïc Vadelorge (UPEMLV–ACP).

 

Scientific committee :  Robert Anderson, Florence Bourillon, Gian Paolo Brizzi, Hélène Caroux, Jean-François Condette, Peter Denley, Hilde de Ridder, Wilhem Frijhoff, Carla Frova, Nathalie Gorochov, Christian Hottin, Martin Kintzinger, Thierry Kouamé, Jean-Noël Luc, Eléonore Marantz, Pierre Merlin, Boris Noguès, Lise Roy, Loïc Vadelorge, Jacques Verger.   

 

Colloque international « L’université dans la ville : les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle » (Université de Paris Est Créteil – C.R.H.E.C, Université de Paris Est Marne-la-Vallée – A.C.P., Ecole Normale Supérieure de Lyon – L.A.R.H.R.A, 25-26 septembre 2014. Le colloque aura lieu à Créteil et à Marne-la-Vallée)

Exclusivement urbaine, l’institution universitaire, née simultanément à Bologne, Paris et Oxford autour de 1200, est aujourd’hui présente, au centre comme en périphérie de nombreuses villes d’Europe, parfois dans les quartiers mêmes où se concentrait l’enseignement au Moyen Age. Depuis l’origine, l’université s’inscrit spatialement dans la ville par le développement de lieux – espaces ouverts ou bâtiments – réservés au travail des maîtres et étudiants, par la concentration, plus ou moins marquée, de maisons ou résidences où sont logés maîtres et surtout étudiants, par la présence de lieux de culte propres au milieu universitaire, de commerces – tels les libraires autrefois ou, plus proches de nous, les ateliers de reprographie, vivant presque exclusivement de la clientèle universitaire. De nos jours, comme ce fut le cas dans le passé, les bâtiments universitaires constituent parfois de véritables quartiers universitaires, assez compacts, ou au contraire, ils peuvent s’éparpiller en de multiples quartiers de la ville ou de l’agglomération urbaine.

Depuis les années 1960, l’abondante historiographie consacrée aux universités européennes a privilégié l’histoire sociale, intellectuelle et politique de ces institutions, mais a relativement peu abordé la question des espaces universitaires dans la ville. Quand ce fut le cas, les travaux ont pris la forme de monographies limitées à une ville, à un pays et/ou à une époque donnée. Ce colloque a l’ambition d’aborder l’histoire de l’insertion urbaine des universités en Europe depuis les origines de l’université – le début du XIIIe siècle – en privilégiant la très longue durée et les études comparatistes. Le rapprochement d’une série d’études centrées sur un même thème doit permettre de dégager des perspectives neuves.

Cette étude de l’espace universitaire dans la très longue durée, du XIIIe au XXIe siècle, n’est évidemment pas sans soulever d’inévitables objections. Il serait en effet facile de pointer les différences qui séparent les maîtres et étudiants du Moyen Âge de leurs équivalents contemporains. La forme universitaire connaît cependant à travers les siècles un certain nombre de constantes (malgré d’éventuelles éclipses) qui permettent d’affirmer qu’on a bien là un même objet : délivrance d’un savoir qui se veut « supérieur », existence des grades, reconnaissance par les autorités extérieures et, suivant les époques, forte identité corporative ou, plus modestement, conscience assez claire d’appartenir à un monde particulier. Sans céder à l’illusion d’une permanence des mots et des réalités sociales, tenter d’inscrire l’histoire universitaire dans la très longue durée apparaît donc comme une entreprise légitime et potentiellement fructueuse. La longue durée peut aussi nous permettre de nourrir la réflexion déjà ancienne des urbanistes sur les modalités de développement ou de renouvellement des campus urbains.

 

Le cadre matériel demande, bien souvent, à être restitué. Il s’agit d’abord de s’interroger sur les lieux universitaires eux-mêmes, sur la diversité des édifices, depuis les collèges de boursiers, monumentaux, édifiés au Moyen Age par de riches fondateurs jusqu’aux résidences universitaires les plus récentes, en passant par l’évolution séculaire des salles de classe, amphithéâtres, restaurants, bibliothèques universitaires parfois amples et somptueuses. S’intéressant aux bâtiments, on pourra aussi évoquer la manière dont l’université s’insère dans la ville à travers les espaces ouverts, les rues telles la célèbre rue du Fouarre, les places, les esplanades, parfois intégrés à l’espace universitaire – ainsi le pré aux clercs, à Paris, au Moyen Age. On pourra, d’une manière générale, se pencher sur l’ensemble des aménagements et des signes qui marquent la présence de l’université dans la ville.

 

Il conviendra également de s’attacher à l’étude de l’usage de ces lieux. Les conditions pratiques d’exercice de la recherche ou de l’enseignement influent sans conteste sur la nature de ces activités. Même s’il est parfois complexe et s’il nécessite toujours une interprétation prudente, le lien entre le cadre matériel (et en particulier spatial) et les activités qui s’y déroulent est si intime que nombre d’historiens ont utilisé les traces matérielles ou les représentations iconographiques pour tenter de reconstituer les pratiques d’enseignement autrefois en usage. A partir de ce constat général, il conviendra donc d’envisager la manière dont l’activité universitaire peut être contrainte par l’espace qui lui est dévolu, quitte à réévaluer l’importance de ce facteur, mais aussi, dans l’autre sens, la manière dont l’évolution de l’université conduit, avec un décalage chronologique plus ou moins fort, à un réaménagement de l’espace universitaire.

 

Au-delà des formes d’édifices et des espaces ouverts, l’évolution des  quartiers universitaires saisie de manière globale mérite toute l’attention. Il importe ainsi de cerner la localisation  de ces quartiers dans la ville : soit en centre-ville, auprès des lieux de pouvoir, soit en périphérie, dans une ou plusieurs implantations, et leur proximité avec les voies de circulation par exemple. L’espace universitaire est, depuis le Moyen Age, l’objet d’attention  des pouvoirs, qu’ils soient princiers, communaux ou ecclésiastiques, qui ont cherché à renforcer leur tutelle sur les institutions et sur les hommes, suscitant des conflits face aux revendications des particularismes universitaires. On s’intéressera donc aussi à la manière dont ces pouvoirs ont pu contribuer à la transformation des espaces universitaires.

 

 

Ainsi, les communications du colloque pourront en particulier aborder les points suivants :

 

1)Les lieux universitaires (salles de classes, bibliothèques, logements des universitaires etc) et leur forme.

2)la structure des quartiers universitaires, concentrés ou dispersés, hétérogènes ou savamment organisés.

3)les politiques d’implantation et de construction d’universités, ainsi que le statut juridique des espaces universitaires.

4)les aspects matériels de la construction d’une université : les acteurs, les coûts, les moyens mis en œuvre.

5)Les usages de l’espace universitaire.

 

 

 

Envoi et choix des propositions de communications :

 

Les propositions de communication peuvent être envoyées en français, en anglais ou en italien en fichier joint à l’adresse suivante : gorochov@u-pec.fr

Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale).

 

1er février 2014 : date limite d’envoi des propositions.

 

Comité d’organisation : Florence Bourillon (Upec-C.R.H.E.C), Nathalie Gorochov (Upec-C.R.H.E.C), Boris Noguès (ENS Lyon-LARHRA), Loïc Vadelorge (Upemlv-A.C.P.).

 

Comité scientifique  :  Robert Anderson, Florence Bourillon, Gian Paolo Brizzi, Hélène Caroux, Jean-François Condette, Peter Denley, Hilde de Ridder, Wilhem Frijhoff, Carla Frova, Nathalie Gorochov, Christian Hottin, Martin Kintzinger, Thierry Kouamé, Jean-Noël Luc, Eléonore Marantz, Pierre Merlin, Boris Noguès, Lise Roy, Loïc Vadelorge, Jacques Verger.   

 

 

Éric Hassler, La Cour de Vienne 1680-1740. Service de l'empereur et stratégies spatiales des élites nobiliaires dans la monarchie des Habsbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013, 384 p. Index, Bibliographie, Appendices (Jeroen Duindam)

This book is the published version of a doctoral thesis defended in 2010 in Paris (Université Paris I - Panthéon-Sorbonne). Hassler’s work was supervised by Christine Lebeau and represents an ongoing high-level tradition of French research on Austria and Germany. The author seeks to deal with the court in Vienna not primarily as a centre of monarchical power, but as a point of orientation for noble elites in the Habsburg composite monarchy. This is a study about the agency and strategies of noble families loosely attached to the court through their nominal honorary office of chamberlain. The title of Hassler’s doctoral project, “une cour sans empereur’ indicates his focus on nobles in the urban landscape. The author traces the connections of families to the court, to the city of Vienna, to the regional capitals of Habsburg monarchy, and to the seigneuries of the families. His conclusions stress the emergence of a closely-knit group of families effectively and consciously combining court, city, province and seigneurie in their strategies. Around this small core group a wider network of noble families maintained relatively loose connections with the court. The emperor, in Hassler’s view, remained a relatively unobtrusive player.

La cour de Vienne is organised in three parts, each including three chapters. The introduction provides a well-balanced assessment of the historiography of the court, showing familiarity with the debate among French as well as English and German circles – worlds still too often unconnected. The first part, ‘De la cour à la cour virtuelle’ outlines the role of Vienna as ‘Kaiserstadt’, explains the functioning of the nominal office of chamberlain, and adds the regional and local centres to the equation. One conclusion clearly emerges: the court was never the only or inevitable pole of attraction for the chamberlains, whose service was haphazard and infrequent. The second part, ‘Une ubiquité aristocratique’, explains how the pull of Vienna and the court contributed to the mobility of noble families, who could never consider dropping their links to the provincial capitals with their estates assemblies or to their own family estates and seigneuries. Only the major players among the families, however, could effectively combine operating at all these levels. They developed into a network of related and competing court grandees maintaining key positions at court, in Vienna, and throughout the monarchy. The third part, ‘Une présence médiatisée’, shows how these upper-level families became a conspicuous presence in Vienna, through their palaces as well as through their omnipresence in urban media. Finally, it presents a detailed analysis of family networks .

This work, relying on numerous archives, published sources and a rich and varied literature, indisputably shows a high level of knowledge and competence. Its mixing of court history, history of elites, and urban history is mostly effective and convincing. The graphic materials (see table on p. 365-366) are on the whole useful, with the exception of those in printed in the annexes on p. 307-317. There is room for some doubts, however. The author’s choices and perspectives may be new for a French-language audience, but they reflect an established approach in the German-Austrian literature on the Habsburg court and on courts more generally. Andreas Pečar’s 2003 Die Ökonomie der Ehre. Höfischer Adel am Kaiserhof Karls VI., for instance, focuses on the agency and practices of the same noble groups in roughly the same period. Likewise there is a rich bibliography on the city of Vienna and the interactions between court and city more generally. While Hassler cites Pečar and is familiar with most other relevant works, he fails to make explicit in his general conclusions where he diverges from these previous authors. On the whole, his conclusions seem to fit into a now widely accepted view. There was no ‘domesticated nobility’ entirely dependent on the court in Vienna; honorary officers such as chamberlains were more often than not absent; emperors necessarily worked together with a group of families still wielding power in the regions. Vienna as a Kaiserstadt was hugely influenced by the carefully orchestrated presence of noble families; imperial ‘repreaesentatio maiestatis’ in this phase remained traditional and relatively modest.

In one respect Hassler seems to go further than most previous authors: he understates the power and agency of the emperor. I have doubts here. Pečar, among others making the same argument, plausibly underlined why and how the court remained of utmost importance for families seeking a status that went beyond the confines of their territories and provinces. Downplaying the role of the emperor works only as a comment on earlier naively ‘absolutist’ interpretations. Moreover, it should be fitted into a wider European context. At the end of his conclusion the author point to the relevance of his work for the study of other early modern courts. His careful analysis of the group of leading families and their strong grip on Vienna and the Habsburg monarchy as a whole, can profitably be compared to Leonhard Horowski’s 2012 study on the French court 1661-1789, Die Belagerung des Thrones, which depicts the stranglehold of a limited number of families on the French court and its numerous privileges and preferments.

In conclusion: Hassler’s careful and well-written analysis of nobles spatial strategies in Vienna deserves praise, yet it is not as innovative as the author himself states. 

Jeroen DUINDAM

P. Gilli et J.-P. Guilhembet (sous la direction de), Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Epoque moderne), Turnhout, « Studies in European Urban History », Brepols, 2012, 408 p., 26 (Sylvain Parent)

Les vingt-cinq études rassemblées ici sous la direction de P. Gilli (Montpellier-3) et J.-P. Guilhembet (Paris-7) s’inscrivent dans une tradition solidement établie depuis plusieurs années dans le champ de l’histoire urbaine : celle de l’analyse de la punition des villes. Le projet est ambitieux car les responsables du volume ont opté d’une part pour un arc chronologique très vaste, qui va du premier millénaire avant notre ère jusqu’à la Révolution française, d’autre part pour la prise en compte d’espaces très divers. L’un des mérites du livre est de ne pas chercher à aborder ce sujet uniquement du point de vue des rituels urbains, mais au contraire d’étudier les processus de punition de la ville dans toute leur complexité, en croisant les sources. L’ouvrage ne prétend donc pas être un travail de synthèse abouti, mais plutôt un chantier de réflexion qui témoigne de la diversité des approches (politiques, militaires, religieuses ou encore juridiques) et du renouvellement des questionnements sur le sujet. Le souci de la confrontation des expériences et des terrains de recherche en fait très clairement un véritable « plaidoyer pour une histoire urbaine comparée » (M. Boone). Trois sections composent le volume.

La première section, « Discours et représentations des châtiments urbains », envisage très largement le problème sur le plan de la rhétorique et du décryptage des discours. En grande partie axée sur la période antique (5 contributions sur les 7), cette section propose une réflexion sur les sources qui éclairent la répression des villes et interroge longuement le rapport que les historiens contemporains entretiennent avec les témoignages textuels ou archéologiques. Dans de nombreux cas en effet, toute la difficulté consiste à décrypter ces récits de punitions, en faisant la part des choses entre ce qui relève parfois du topos purement littéraire et la réalité des destructions opérées. On comprend bien ces difficultés à travers l’exemple des châtiments infligés aux villes rebelles par les Assyriens (L. Marti) ou celui des punitions à répétition infligées à Platées par les Thébains (J. Boëldieu-Trevet). Mais ce sont aussi plus largement les imaginaires du châtiment qui sont scrutés, chez les Grecs tout d’abord, où la punition a à voir avec les liens qui unissent le divin et l’humain (C. de Oliveira Gomes), chez les Romains ensuite (V. Huet), dont l’histoire est jalonnée de conquêtes et de châtiments de villes. Une réflexion autour des Vies parallèles de Plutarque (J.-P. Guilhembet) vient clore cette série d’articles sur la période antique. La section s’achève par deux articles qui reviennent sur deux châtiments exemplaires de villes et permettent de poursuivre la réflexion sur les discours d’anéantissement de la ville : il s’agit du cas de Bordeaux au milieu du xve siècle (M. Bochaca et P. Pretou) et de celui de Marseille en 1660 (A. Zysberg). Ces deux dernières contributions témoignent bien des multiples implications des châtiments urbains, tant sur le plan social, militaire, politique, ou encore idéologique.

La deuxième section, « Outils juridiques et construction idéologique de la rébellion »,  se concentre sur l’étude de l’arsenal juridique, législatif et idéologique confectionné par le pouvoir en place, qu’il soit impérial, pontifical ou royal pour justifier la sanction. Toutes les contributions posent, dans des contextes spécifiques, le problème de la légitimation de la punition et celui des autonomies politiques et juridiques. Les trois premiers essais s’attardent sur les apports de l’antiquité romaine en la matière, à travers par exemple le cas des déductions coloniales, dont Rome a pu user au moment de la conquête de l’Italie (A. Bertrand), ou bien dans le cadre de la deditio des villes qui, soumises à l’Urbs, lui transféraient sans condition leur pouvoir (J.-Ch. Robert). Ces réflexions sont complétées par une étude de la Lex Iulia Majestatis et du crime de lèse-majesté (P. Pavon). Les travaux suivants, tous centrés sur la période médiévale permettent notamment de mettre à l’épreuve l’épineuse question de l’articulation entre châtiment collectif et châtiment individuel, entre châtiment des élites dirigeantes et châtiment de la collectivité dans son ensemble – avec le risque de faire payer des innocents. L’attitude de la papauté à l’égard des territoires italiens entre le xiiie et le xve siècles est de ce point de vue exemplaire, comme le montrent bien les articles de P. Gilli et d’A. Jamme, qui retracent ainsi près de trois siècles de relations entre la papauté et le monde urbain italien. Ces relations souvent chaotiques avec les communautés urbaines ont entraîné la production d’une casuistique impressionnante et ces auteurs voient dans les punitions pontificales de véritables tentatives d’« urbanicides » ou de « communicides ». Les deux autres contributions se focalisent sur le Midi de la France, l’une centrée sur le châtiment des villes méridionales au xiie et xiiie siècles (M. Lesné-Ferret), l’autre sur le rôle du Parlement de Toulouse, en tant qu’instance judiciaire, dans le châtiment des villes au xve siècle (L.Otis-Cour).

La dernière section enfin, « Pratiques de la répression urbaine », la plus longue des trois avec onze articles, s’intéresse aux modèles répressifs et à l’articulation entre la sanction et les processus de construction territoriale des pouvoirs. Après deux incursions dans le monde antique, avec les travaux d’O. Mariaud sur la Grèce orientale à l’époque archaïque et ceux de F. Maffre, qui étudie le rôle du châtiment collectif dans la politique d’expansion et de gouvernance achéménide sur les territoires d’Asie mineure occidentale, le Moyen Âge est à nouveau à l’honneur à travers une longue série de casus souvent particulièrement bien documentés : le siège d’Avignon en 1226 (S. Balossino), la punition de Marseille dans les années 1260 (E. Salvatori), la révolte de Carcassonne et de Limoux au début du xive siècle (D. Sassu-Normand), la situation en Lombardie entre xive et xve siècle (M. Gentile), les châtiments de Toulouse et d’Arras au xve siècle (G. Naegle) ou enfin les espaces bourguignons au xve siècle (M. Boone) ; la série s’achève par d’autres exemples modernes, qu’ils concernent l’Italie des xvie et xviie siècles (L. Arcangeli), les luttes entre catholiques et protestants dans la France du xvie siècle (F. Salesse) ou enfin l’attitude de Bonaparte en Italie à la fin du xviiie siècle (I. Gillet). Tous ces exemples, chacun à leur manière, témoignent de la diversité des modèles répressifs existants.

Ainsi, à travers cette analyse plurielle des formes et des degrés de châtiments, les études réunies ici mettent toutes en perspective, sur la longue durée, l’évolution des rapports du pouvoir avec le monde urbain et, au-delà, témoignent de la façon dont se construisent ou sont perçues les identités urbaines.

Sylvain PARENT

 

 

 

 

 

 

 

Xavier Paulès, Histoire d’une drogue en sursis. L’opium à Canton, 1906-1936, Paris, éditions EHESS, 2010, 333 pages (Sylvain Pattieu)

Aborder l’histoire de l’opium en Chine engage le chercheur sur un terrain miné par les fantasmes et les enjeux politiques. Les célèbres guerres de l’opium au xixe siècle ont lié ce produit à la domination britannique et constituent une douloureuse épine dans le sentiment nationaliste chinois. L’historiographie communiste associe cette drogue aux turpitudes impériales et à celles des seigneurs de la guerre de la période républicaine. La fin du régime impérial a pourtant été marquée par une volonté d’éradiquer la culture et la consommation de l’opium à partir de 1906, avec le Plan de Dix ans, qui a obtenu des résultats. Quand la révolution de 1911 ouvre la période républicaine (1912-1949), la lutte contre l’opium est fermement engagée, qu’un affaiblissement durable du pouvoir central remet en cause. Il faut la victoire des communistes pour que la suppression de l’opium soit obtenue.

Afin de traiter cette question cruciale dans l’histoire de la Chine contemporaine, Xavier Paulès a choisi de déplacer la focale, de plusieurs manières. Il prend tout d’abord ses distances avec une histoire purement diplomatique, souvent centrée sur le xixe siècle, qui n’envisage l’histoire de l’opium qu’en lien avec les politiques impérialistes des nations européennes. Une autre historiographie, davantage chinoise, s’intéresse au xxe siècle essentiellement en fonction des évolutions politiques intérieures jusqu’à l’avènement des communistes. Xavier Paulès ne réfute pas totalement ces deux approches mais souhaite leur adjoindre une histoire sociale qui s’intéresse non seulement à l’offre mais aussi à la demande. En l’état des sources disponibles, restreintes, l’échelle heuristique pour combiner ces différentes approches est celle d’une « grande ville chinoise », niveau certes plus modeste qu’une histoire nationale, mais davantage accessible.

L’auteur fait le choix de Canton pour sa monographie urbaine car, en l’absence de concession étrangère d’ampleur comparable à celles de Shanghai ou Tianjin, la municipalité a développé son propre appareil statistique, embrassant « la quasi-totalité de l’espace urbain cantonnais : c’est une ville que l’on contemple, et non des lambeaux ». Le prisme de l’opium permet d’envisager l’histoire de la ville pour elle-même, à travers les différentes catégories sociales qui s’adonnent à cette pratique, les différents pouvoirs municipaux qui s’y succèdent, dans une nette partition de son espace. Pour pallier le caractère très mince des sources de police ou de justice, de même que celles des associations de lutte contre l’opium, les sources de presse, complétées par quelques sources diplomatiques et par une enquête orale, sont indispensables.

Cette histoire est tout d’abord envisagée à travers la manière dont la ville est gouvernée. La révolution de 1911 consacre une grande autonomie de Canton par rapport au pouvoir central, jusqu’à sa stabilisation en 1936, date choisie de ce fait pour clore l’étude. Entre 1906 et 1936, différentes politiques sont menées à Canton pour faire face à la consommation de l’opium. L’opium consommé dans la ville est importé, le plus souvent sous la forme d’opium brut, et la volonté constante du pouvoir politique de garantir la provenance et la qualité d’un opium « officiel », cultivé et fabriqué en Inde ou en Chine, n’exclut pas de multiples possibilités de contrebande ou de fraude. Les différentes autorités qui se succèdent à la tête de la ville, si elles condamnent officiellement la consommation d’opium, ont néanmoins un besoin vital, dans le contexte de guerre civile de l’époque, des ressources issues de sa taxation. La courte parenthèse de la prohibition totale de Chen Jiongming se solde par sa défaite militaire, faute de moyens. Dès lors ceux qui dirigent la ville composent entre deux modèles, celui de l’affermage de la vente de l’opium à des marchands soumis à des taxes, et celui d’un contrôle officiel direct. Mais la persistance d’une rhétorique anti-opium rend ces politiques contradictoires et leur confère un coût important dans l’opinion publique.

Dès lors, une partie du souci des autorités consiste à limiter au maximum la visibilité de la consommation de l’opium dans l’espace public. Un  chapitre passionnant détaille cette géographie : riches fumeurs à domicile, hôtels, maisons de thé, bordels, ou tripots, et surtout les fumeries, objets de toutes les craintes et de la réprobation. Ces dernières, soumises à de nombreux contrôles et interdictions, se localisent dans différents quartiers, notamment celui d’Honam, éloigné du centre urbain d’Hopei. Il existe également des fumeries dans des quartiers résidentiels, à proximité des concentrations de coolies, consommateurs privilégiés de la drogue, ou dans les marges semi-rurales avec les établissements clandestins. Ces lieux offrent une sociabilité urbaine particulière, avec ses codes, qui constituent une des explications de la persistance de la consommation d’opium. Les fumeurs d’opium louent la richesse des relations humaines dans les fumeries, recherchent la compagnie des yanhua, jeunes hôtesses qui les accueillent et préparent leur opium, dont la présence est source de scandale et d’interdictions. La sombre vision de lieux de perdition mal famés est ainsi nuancée.

Ce travail relativise enfin l’impact social de l’opium dans la ville. Si la drogue a constitué une source de revenus considérables pour les autorités municipales, le nombre de fumeurs d’opium à Canton est évalué à seulement 40 000, moins de 4 % de la population totale. La prégnance des fumeries sur l’espace urbain est très limitée, même dans les quartiers qui en concentrent le plus grand nombre. Le système de péjoration de la drogue et de ses usagers depuis 1906 a été efficace et a permis notamment de réduire la proportion de fumeurs parmi les élites urbaines et parmi les jeunes, même si persiste un discours de valorisation de l’opium et de sa consommation sophistiquée. 

Le « modèle cantonnais » est donc selon Xavier Paulès issu de la contradiction entre un contexte favorable à la reprise de la consommation et un niveau qui reste faible en regard de celui antérieur à 1906. Il pose la question de l’extension de ce modèle au reste de la Chine et risque l’hypothèse d’une marginalisation de la consommation d’opium dans les principales villes du pays. Le groupe social des fumeurs d’opium est stigmatisé, minoritaire, se recrute surtout parmi les couches les plus pauvres. Les mesures prises en 1906 ont engendré un déclin irrémédiable, une drogue, selon le titre de l’ouvrage, véritablement en sursis. Tout le mérite du livre, qui ouvre la perspective de très intéressantes comparaisons avec d’autres monographies urbaines, consiste à montrer comment cette période de sursis se matérialise dans l’espace urbain, à redonner vie, au sein de la ville, à une pratique sociale stigmatisée.

Sylvain PATTIEU

 

 

 

 

Nadia Dupont (avec la collaboration de Frédérique Grelot, Véronique Van Tilbeurgh, Janique Valy, René Favier, Anne-Marie Granet-Avisset, Jean-François Tangy et Erwan Quesseveur), Quand les cours d'eau débordent. Les inondations dans le bassin de la Vilaine du xviiie siècle à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 267 p. (Stéphane Frioux)

L'histoire des risques et catastrophes est un domaine historiographique relativement actif depuis une douzaine d'années, de l'histoire de leur prise en charge au niveau local jusqu'à celle de leur mise en mémoire et de la constitution d'une « culture du risque », que les sociétés pré-contemporaines n'ignoraient pas. L'ouvrage conçu par Nadia Dupont vient apporter une contribution à ce champ de recherche, tout en signant une collaboration pluridisciplinaire, de la géographie (discipline principale) jusqu'à la psychosociologie. Bien qu'il ne s'agisse pas d'histoire urbaine à proprement parler, les villes sont un terrain privilégié de l'investigation géohistorique, à travers trois cités de taille diverse, toutes situées dans le bassin de la Vilaine, Rennes, Bruz (commune périurbaine de l'agglomération rennaise) et Montfort-sur-Meu, bourgade située à l'ouest de Rennes et au confluent de deux rivières dont l'une, le Meu, est affluent de la Vilaine.

Trois grandes parties structurent l'ouvrage. La première fait l'état des lieux des données sur les inondations dans le bassin de la Vilaine depuis le xviiie siècle (épisodes, portrait des victimes, évaluation des dégâts). La deuxième aborde la question de l'attribution des causes et des responsabilités : depuis les archives de l'Ancien Régime jusqu'aux enquêtes contemporaines, c'est la façon dont on explique l'événement et dont on accuse d'éventuels responsables qui est au cœur de l'enquête. L'urbanisation se révèle être une cause évoquée sur les trois siècles étudiés. La troisième partie, enfin, s'intéresse aux réactions face à l'événement à travers une double échelle temporelle : l' « entre-crise » pour les mesures de prévention du risque et le temps de la crise et de l'après-crise pour les mesures d'aide.

Il s'agit donc, à travers treize chapitres, de combiner différentes approches possibles de l'inondation et des rapports des sociétés au phénomène. La crise est conçue comme un bon révélateur des conflits et des dynamiques socio-spatiales. L'étude se conclut d'ailleurs par un chapitre sur les jeux de pouvoir entre les habitants, les autorités locales et l'État central et ses serviteurs, au premier plan desquels les ingénieurs. Les archives municipales et départementales permettent de rendre compte des réactions et des explications relatives à quelques grandes inondations passées, au xviiie siècle puis en 1881-1882. L'événement majeur est l'objet principal de l'enquête, mais sont mentionnées, pour mémoire, les inondations pluviales spécifiques aux villes, provoquées par la saturation du réseau de collecte des eaux et des ruissellements, qui frappent généralement à l'échelle micro-locale. La presse locale, convoquée pour la période 1914-1939, puis la télévision pour les années 1990-2000, sont exploitées afin de répondre aux questions sur les représentations et les perceptions médiatiques des inondations. Le croisement des disciplines est visible dans tout l'ouvrage, ce qui est réellement appréciable – car pas toujours évident à mettre en œuvre. En ce qui concerne l'histoire, les travaux de René Favier et Anne-Marie Granet-Abisset ont été sollicités à bon escient. Le petit reproche que l'on pourrait faire à l'ouvrage est qu'à vouloir brasser trois siècles en deux cents pages, abondamment illustrées – parfois même trop, car on constate des doublons thématiques dans les cartes postales « 1900 » reproduites –, l'auteur a dû se montrer très synthétique sur certains épisodes, que l'historien de l'urbain aurait aimé voir analysés plus en détail : les solidarités de voisinage face aux inondations, les conflits entre autorités locales et ingénieurs des Ponts et Chaussées face aux aménagements de la rivière ou à propos du financement des travaux. Les études géographiques et sociologiques relatives aux inondations de 1995-2001 sont présentées avec un réel souci de comparabilité diachronique : il apparaît bien ainsi que la sociologie de l'habitat riverain a évolué dans les dernières décennies du xxe siècle. Tandis qu'auparavant la rivière, surtout en zone urbaine, était le plus souvent l'environnement des pauvres, journaliers ou petits artisans, envers qui la solidarité des pouvoirs était limitée, elle figure désormais comme une aménité, un élément esthétique qui attire l'habitat de couches sociales plus aisées, elles aussi victimes en cas d'inondation.

L'auteur insiste sur le changement de perception à l'égard d'événements qui, à partir de la médiatisation (presse écrite dans l'Entre-deux-guerres puis télévision), paraissent exceptionnels et non plus habituels. La législation est un facteur majeur d'évolution, avec l'apparition de nouveaux instruments et modes de gestion du risque : la société assurantielle diminue la conscience solidaire chez les voisins qui ne sont pas touchés. On s'aide finalement plutôt entre « victimes ». Quelques permanences séculaires sont mises en valeur : l'identification de l'événement comme un phénomène naturel expliqué par une spécificité météorologique... mais, pour certains, favorisé par l'urbanisation du bassin de la Vilaine. La reconnaissance de l'État comme acteur clef pour assurer la protection de la population : les États de Bretagne, au xviiie siècle, cherchaient déjà à se défausser de leur devoir d'aide sur la monarchie. Les enquêtés du xxie siècle identifient d'abord l'État, et seulement ensuite les collectivités locales, comme acteur principal de la gestion des inondations. Enfin, la restriction de la participation des habitants, disqualifiés par les « experts », ingénieurs des services des Ponts et Chaussées du xixe siècle et aménageurs d'aujourd'hui (l'ouvrage est issu d'une étude commandé par l'Institution d'aménagement de la Vilaine), est soulignée. C'est la question de la transmission du savoir sur l'inondation entre les divers groupes d'acteurs qui demeure épineuse. Elle est pourtant cruciale dans la constitution et la pérennisation d'une culture du risque.  

Stéphane FRIOUX