Colloque “Lyon sur le front de l’arrière, 1914-1918″, 16-17 octobre 2014

COLLOQUE “LYON SUR LE FRONT DE L’ARRIÈRE 1914-1918″
16-17 octobre 2014

Ce colloque organisé par le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) avec la participation de la Bibliothèque municipale de Lyon, du Centre d’histoire Espaces et Cultures (Université Blaise Pascal/Clermont-Ferrand 2) et de Sciences Po Lyon se déroulera :

- jeudi 16 octobre 2014 à la Bibliothèque municipale de Lyon (Part-Dieu), avenue Vivier-Merle, de 10h à 18h30 ;

- vendredi 17 octobre 2014 à l’Institut des sciences de l’homme, 14, avenue Berthelot (Lyon 7e, Métro Jean-Macé, tram Centre Berthelot), salle Marc Bloch, 9h30-17h30.


Présentation

Pendant la Première Guerre mondiale, Lyon est au coeur d’échanges et de circulations en tous genres, circulations d’hommes, d’idées, de documents écrits et imagés. « Ville de l’arrière » ou du front domestique, elle occupe une place qui doit faire l’objet d’un examen approfondi afin de la situer à son échelle, dans la réalité de ses échanges avec les autres villes et régions de France, avec les pays frontaliers, dans son rôle d’accueil des blessés du front, de « plaque tournante » où s’échangent les prisonniers de guerre et les prisonniers civils libérés, mais aussi avec les pays alliés et les neutres. Le colloque des 16 et 17 octobre se propose d’éclairer cette dimension de l’histoire urbaine en liaison avec l’exposition «Lyon sur tous les fronts » organisée à la Bibliothèque municipale qui possède une riche documentation constituée, pendant toute la guerre, à l’initiative du maire Édouard  Herriot.

Comité scientifique : Annette Becker (Paris 10 – IUF), Nicolas Beaupré (Clermont-Ferrand 2 – IUF), Bruno Benoit (Sciences Po Lyon), Thomas Breban (BM Lyon), Anne  Charmasson-Creus (BM Lyon), Evelyne Cohen (Enssib-Université de Lyon), Marie Derrien (doctorante, LARHRA), Stéphane Frioux (Lyon 2), Fanny Giraudier (BM Lyon), Pierre Guinard (BM Lyon), Bernard Hours (Lyon 3), Christian Sorrel (Lyon 2).

Comité d’organisation : Nicolas Beaupré, Evelyne Cohen, Marie Derrien, Stéphane Frioux, Christian Sorrel.

Téléchargez le programme complet : PROGRAMME_Lyon-sur-le-front-de-larriere

Urban History Group 2015 : appel à contributions sur le thème “Urban Knowledge”

CFP (Urban History Group ’15): Urban Knowledge (deadline 30 Sep. 2014)
by Malcolm Noble
Urban History Group 2015
University of Wolverhampton, 26-27 March 2015


“You take delight not in a city’s seven or seventy wonders,
but in the answer it gives to a question of yours.”

This quotation from Italo Calvino’s Invisible Cities illustrates the ways in which urban places stimulate the production of knowledge. Cities have long been the locus of information-gathering both on a municipal and on an individual scale. Developing ways to ‘know’ the inequalities in London prompted the development of spatially defined statistics, whereas the wide boulevards of Haussmann’s Paris gave rise to the flaneur and intimate knowledge of the street. Historically towns and cities have empowered, inhibited and conditioned the production of knowledge as has long been recognised by those working across the arts, humanities and social sciences.
This conference seeks to engage with a number of questions concerning the relationship between the city and knowledge. How is knowledge in, and of, the city formed and expressed? How is this knowledge used to manage and inform urban change? What constitutes ‘expert’ knowledge? How is knowledge contested between and within interest groups? The conference has three main areas for enquiry:
1. Knowledge in the City: This strand seeks to engage with the development of urban spaces and institutions for knowledge exchange. Suggestions for topics include:

How were cities used as places to disseminate knowledge through, for example, itinerant lecturers, print culture, scientific meetings and learned societies?;
Libraries, reading rooms, museums, and halls as spaces that condition knowledge;
The development of medical, scientific and technical knowledge, and professional societies, in relation to towns and cities;
The intelligentsia and the production of knowledge.

2. Knowledge of the City: This strand seeks to examine how urban dwellers developed understandings of their surroundings.  Suggestions for topics include:

The extent to which conflict and crisis disrupted and changed urban dweller’s knowledge of the city
The role of the senses in shaping knowledge and behaviour in the city;
The ways in which formal knowledge-gathering exercises such as mapping, measuring and numbering informed individual behaviour and urban change;
The use of literary and visual sources such as photographs and travel writing in revealing understandings of the city.

3. Knowledge and the City: This strand seeks to uncover how the nature of the urban environment shaped the knowledge produced and communicated in the city. Suggestions for topics include:

How did the social, economic and demographic characteristics of towns and cities influence the way people acquired and communicated knowledge?;
Did civic leaders seek to foster knowledge as an element of civic boosterism and place marketing?
What are the relationships between knowledge and social capital?
Are there hierarchies of urban knowledge?

The conference committee invites proposals for individual papers as well as for panel sessions of up to 3 papers. Sessions that seek to draw comparisons across one or more countries, or open up new vistas for original research, are particularly encouraged.

Abstracts of up to 500 words, including a paper or panel title, name, affiliation and contact details should be submitted to the conference organiser and should indicate clearly how the content of the paper addresses the conference themes outlined above. Those wishing to propose sessions should provide a brief statement that identifies the ways in which the session will address the conference theme, a list of speakers, and abstracts. The final deadline for proposals for sessions and papers is 30 September 2014.

The conference will again host its new researchers’ forum. This is aimed primarily at those who, at an early stage of a PhD or research project, wish primarily to discuss ideas rather than present findings. Short new researchers’ papers need not be related to the main conference theme. Additionally, there will be some limited opportunities for first-year PhD students to present a 10 minute introduction to their topic, archival materials and the specific urban historiography. The intention is to obtain feedback from active researchers in the field of Urban History.

Bursaries. Students registered for a PhD can obtain a modest bursary on a first come, first served basis to offset expenses associated with conference registration and attendance. Please send an e-mail application to Professor Richard Rodger at richard.rodger@ed.ac.uk and also ask your PhD supervisor to confirm your status as a registered PhD student with an e-mail to the same address. Deadline 1 December 2014. The Urban History Group would like to acknowledge the Economic History Society for its support for these bursaries.

For further details and to submit your abstract please contact the Conference Organiser:

Dr Rebecca Madgin,
Urban Studies
School of Social & Political Sciences
University of Glasgow
Tel: 0141 330 3847
Email: rebecca.madgin@glasgow.ac.uk

For New Researchers
Maarten Walraven
School of Arts, Languages & Cultures
University of Manchester
maarten.walraven@manchester.ac.uk

Website: http://www2.le.ac.uk/departments/urbanhistory/uhg
Read more or reply

Parution: Caroline de Saint-Pierre (dir.), La ville patrimoine (PUR, 2014)

Présentation sur le site de l’éditeur :

Aborder la ville à partir des stratégies et des enjeux patrimoniaux permet de mettre en évidence les différentes logiques des politiques, des architectes, des urbanistes et des habitants, leurs confrontations et leurs articulations, à l’œuvre dans la configuration des espaces d’aujourd’hui. Les différentes situations urbaines présentées ici font apparaître les conditions qui permettent, ou pas, des formes d’identification à des espaces anciens ou récents et les modalités par lesquelles les significations données au passé peuvent susciter adhésions ou conflits.

Ci-dessous, sommaire de l’ouvrage

sommaire_villepatrimoine

L’introduction peut être également téléchargée sur le site de l’éditeur:

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1408960196_doc.pdf

Revue Histoire urbaine : appel à articles

Appel à contribution pour le numéro spécial de la revue Histoire Urbaine :

 

Humaniser la ville (Europe et Amérique du Nord, XXe siècle)

sous la direction d’Olivier Chatelan (Université Lyon 3) et de Harold Bérubé

(Université de Sherbrooke, Canada)

 Télécharger le fichier : Humaniser la ville_appel_a_articles

Construire une ville « humaine », « plus humaine » ou « à taille humaine » est une ambition revendiquée par nombre de politiques publiques d’aménagement urbain depuis quelques années. L’Unesco fait de l’humanisation des villes contemporaines un enjeu fondamental1, qui croiserait au moins trois dimensions : le droit à la ville, l’établissement de « formes participatives de gouvernance » et le développement d’une « solidarité active ». L’appropriation de cette notion dans le cadre d’une recherche scientifique pose cependant problème, tant l’« humanisation » paraît normative et floue dans son contenu.

Historiciser les usages de ce terme n’est donc pas une entreprise inutile et permettrait d’interroger le caractère d’évidence d’une notion socialement construite, polysémique et ambigüe : rendre la ville « humaine » ou « plus humaine » suppose que celle-ci ne l’est pas encore, ou insuffisamment. Mais pour quels acteurs, défendant quelles causes ou quels intérêts ? La dénonciation porte-t-elle sur des désordres urbains d’ordre moral (défendre le fort contre le faible), fonctionnel (créer une centralité ou apporter une cohérence à l’étalement urbain), social (lutter contre les crises du logement), sanitaire (faire reculer l’insalubrité), voire esthétique ? L’humanisation de la ville renvoie-t-elle en un sens libéral à un espace vivable pour l’individu, condition de l’expression de sa liberté et de ses droits, ou s’agit-il de construire une ville harmonieuse et réconciliée avec elle-même pour restaurer la cité perdue ?

On peut reconnaître dans cette utopie une filiation chrétienne : n’est-ce pas la vision qui sous-tend les enquêtes de sociologie urbaine des équipes d’Economie et Humanisme à partir des années 1940 ? Les Semaines sociales de Brest de 1965 ne s’intitulent-elles pas « L’Homme et la révolution urbaine » ?

Il n’est pas certain cependant qu’il n’y ait là qu’une spécificité catholique ou plus largement chrétienne. Le présent appel à textes a précisément pour objectif de tester cette hypothèse pour le XXe siècle et de dé-essentialiser la « ville humaine », en suggérant quelques axes en particulier mais sans s’y réduire.

Le premier concerne les acteurs et les penseurs de la réforme urbaine. Un certain nombre d’urbanistes et sociologues, de Gaston Bardet à Paul-Henry Chombart de Lauwe, ont volontiers appelé à rendre la ville plus humaine, contre le gigantisme et l’anonymat des métropoles modernes. Le principe de bâtir des villes en prenant l’homme comme mesure est-il l’apanage des seuls penseurs dit « culturalistes » ?

À l’inverse, plusieurs courants de la sociologie urbaine critique en France, des années 1950 aux années 1980, s’attachent à rendre visibles les logiques de domination et à identifier les contradictions d’un urbanisme consensuel qui masque les intérêts d’une minorité et voile les rapports de force2. Peut-on parler dans ce cas de critique d’un urbanisme « humaniste » ?

Enfin, rendre la ville plus humaine peut servir de caution morale ou idéologique, variable selon les lieux et les périodes, à des politiques ou à des stratégies d’emprise. Régénérer un tissu urbain par la rénovation voire la démolition de quartiers présentés comme déshumanisés est un objectif affiché des pouvoirs publics qu’il faudrait analyser à partir de cas précis.

Le dossier privilégiera des articles inscrits dans une histoire sociale, attentive aux pratiques des acteurs. Les circulations entre pratiques et idées seront bienvenues.

 

Les propositions d’articles seront envoyées avant le 30 octobre 2014. Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale) et devront être adressées à Olivier Chatelan (ochatelan@hotmail.com) et à Harold.Berube@USherbrooke.ca).

1 UNESCO, « Déclaration d’Istanbul sur les établissements humains », Rapport de la Conférence des Nations Unies sur les établissements humaines (Habitat II), juin 1996 ; UNESCO, L’humanisation des villes, 1999 (http://www.unesco.org/courier/1999_ 06/fr)

2 Éric Le Breton, Pour une critique de la ville. La sociologie urbaine française 1950-1980, Presses universitaires de Rennes, 2012.

Colloque Lyon sur le front de l’arrière 1914-1918

Ce colloque organisé par le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) avec la participation de la Bibliothèque municipale de Lyon, du Centre d’histoire Espaces et Cultures (Université Blaise Pascal/Clermont-Ferrand 2) et de Sciences Po Lyon se déroulera :

- jeudi 16 octobre 2014 à la Bibliothèque municipale de Lyon (Part-Dieu), avenue Vivier-Merle, de 10h à 18h30 ;

- vendredi 17 octobre 2014 à l’Institut des sciences de l’homme, 14, avenue Berthelot (Lyon 7e, Métro Jean-Macé, tram Centre Berthelot), salle Marc Bloch, 9h30-17h30.

Téléchargez le programme complet ici : PROGRAMME_Lyon sur le front de larriere

Présentation

Pendant la Première Guerre mondiale, Lyon est au coeur d’échanges et de circulations en tous genres, circulations d’hommes, d’idées, de documents écrits et imagés. « Ville de l’arrière » ou du front domestique, elle occupe une place qui doit faire l’objet d’un examen approfondi afin de la situer à son échelle, dans la réalité de ses échanges avec les autres villes et régions de France, avec les pays frontaliers, dans son rôle d’accueil des blessés du front, de « plaque tournante » où s’échangent les prisonniers de guerre et les prisonniers civils libérés, mais aussi avec les pays alliés et les neutres. Le colloque des 16 et 17 octobre se propose d’éclairer cette dimension de l’histoire urbaine en liaison avec l’exposition «Lyon sur tous les fronts » organisée à la Bibliothèque municipale qui possède une riche documentation constituée, pendant toute la guerre, à l’initiative du maire Édouard  Herriot.

Comité scientifique : Annette Becker (Paris 10 – IUF), Nicolas Beaupré (Clermont-Ferrand 2 – IUF), Bruno Benoit (Sciences Po Lyon), Thomas Breban (BM Lyon), Anne  Charmasson-Creus (BM Lyon), Evelyne Cohen (Enssib-Université de Lyon), Marie Derrien (doctorante, LARHRA), Stéphane Frioux (Lyon 2), Fanny Giraudier (BM Lyon), Pierre Guinard (BM Lyon), Bernard Hours (Lyon 3), Christian Sorrel (Lyon 2).
Comité d’organisation : Nicolas Beaupré, Evelyne Cohen, Marie Derrien, Stéphane Frioux, Christian Sorrel.

Appel à Communication: “Urban Knowledge”, Urban History Group Conference, 2015

Urban History Group 2015

University of Wolverhampton, 26-27 March

Urban Knowledge

“You take delight not in a city’s seven or seventy wonders,

but in the answer it gives to a question of yours.”

This quotation from Italo Calvino’s Invisible Cities illustrates the ways in which urban places stimulate the production of knowledge. Cities have long been the locus of information-gathering both on a municipal and on an individual scale. Developing ways to ‘know’ the inequalities in London prompted the development of spatially defined statistics, whereas the wide boulevards of Haussmann’s Paris gave rise to the flaneur and intimate knowledge of the street. Historically towns and cities have empowered, inhibited and conditioned the production of knowledge as has long been recognised by those working across the arts, humanities and social sciences.

This conference seeks to engage with a number of questions concerning the relationship between the city and knowledge. How is knowledge in, and of, the city formed and expressed? How is this knowledge used to manage and inform urban change? What constitutes ‘expert’ knowledge? How is knowledge contested between and within interest groups? The conference has three main areas for enquiry:

1. Knowledge in the City: This strand seeks to engage with the development of urban spaces and institutions for knowledge exchange. Suggestions for topics include:

  • How were cities used as places to disseminate knowledge through, for example, itinerant lecturers, print culture, scientific meetings and learned societies?;
  • Libraries, reading rooms, museums, and halls as spaces that condition knowledge;
  • The development of medical, scientific and technical knowledge, and professional societies, in relation to towns and cities;
  • The intelligentsia and the production of knowledge.

2. Knowledge of the City: This strand seeks to examine how urban dwellers developed understandings of their surroundings.  Suggestions for topics include:

  • The extent to which conflict and crisis disrupted and changed urban dweller’s knowledge of the city
  • The role of the senses in shaping knowledge and behaviour in the city;
  • The ways in which formal knowledge-gathering exercises such as mapping, measuring and numbering informed individual behaviour and urban change;
  • The use of literary and visual sources such as photographs and travel writing in revealing understandings of the city.

3. Knowledge and the City: This strand seeks to uncover how the nature of the urban environment shaped the knowledge produced and communicated in the city. Suggestions for topics include:

  • How did the social, economic and demographic characteristics of towns and cities influence the way people acquired and communicated knowledge?;
  • Did civic leaders seek to foster knowledge as an element of civic boosterism and place marketing?
  • What are the relationships between knowledge and social capital?
  • Are there hierarchies of urban knowledge?

The conference committee invites proposals for individual papers as well as for panel sessions of up to 3 papers. Sessions that seek to draw comparisons across one or more countries, or open up new vistas for original research, are particularly encouraged.

 

Abstracts of up to 500 words, including a paper or panel title, name, affiliation and contact details should be submitted to the conference organiser and should indicate clearly how the content of the paper addresses the conference themes outlined above. Those wishing to propose sessions should provide a brief statement that identifies the ways in which the session will address the conference theme, a list of speakers, and abstracts. The final deadline for proposals for sessions and papers is 30 September 2014.

 

The conference will again host its new researchers’ forum. This is aimed primarily at those who, at an early stage of a PhD or research project, wish primarily to discuss ideas rather than present findings. Short new researchers’ papers need not be related to the main conference theme. Additionally, there will be some limited opportunities for first-year PhD students to present a 10 minute introduction to their topic, archival materials and the specific urban historiography. The intention is to obtain feedback from active researchers in the field of Urban History.

 

Bursaries. Students registered for a PhD can obtain a modest bursary on a first come, first served basis to offset expenses associated with conference registration and attendance. Please send an e-mail application to Professor Richard Rodger at richard.rodger@ed.ac.uk and also ask your PhD supervisor to confirm your status as a registered PhD student with an e-mail to the same address. Deadline 1 December 2014. The Urban History Group would like to acknowledge the Economic History Society for its support for these bursaries.

For further details and to submit your abstract please contact the Conference Organiser:

 

Dr Rebecca Madgin,

Urban Studies

School of Social & Political Sciences

University of Glasgow

Tel: 0141 330 3847

Email: rebecca.madgin@glasgow.ac.uk

 

For New Researchers

Maarten Walraven

School of Arts, Languages & Cultures
University of Manchester

maarten.walraven@manchester.ac.uk

Website: http://www2.le.ac.uk/departments/urbanhistory/uhg

Compte rendu:Hélène Dessales, Le Partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, BEFAR 351, 2013 (Anne-Laure Foulché)

Hélène Dessales, Le Partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, BEFAR 351, 2013, 508 p., ill. (Anne-Laure Foulché)

 

Si la question de la distribution hydraulique prend place dans une abondante bibliographie renouvelée ces dernières années (p. 2-3 et notes), on ne pourra que se féliciter de la parution de l’ouvrage d’H. Dessales, tant les thèmes abordés s’intègrent avec justesse dans cette thématique, tout en la dépassant, à la fois par l’ampleur de la recherche accomplie et par cellede l’horizon géographique considéré. Cette volumineuse réflexion sur l’eau en milieu domestique s’articule en trois axes, dont la succession logique nous permet de pénétrer pas à pas au cœur de la maison romaine.

H. Dessales nous emmène, au fil de l’eau ­– pour lui reprendre l’expression –­­, dans une brève promenade remontant aux origines préromaines des bassins et fontaines, où l’eau se révèle très tôt comme élément structurant des jardins royaux. Les grands principes de sa mise en valeur architecturale, à travers son association aux pièces de réception et aux portiques, seront largement repris, à partir du Ier siècle av. J.-C., dans les riches villas latiales, dont le rôle prédominant dans la diffusion en Italie des jeux d’eau n’est plus à démontrer. Passé ce nécessaire chapitre introductif, nous pénétrons au cœur même de ce premier axe, où bassins et fontaines en élévation font l’objet d’une minutieuse étude, basée sur un catalogue complet des cités vésuviennes et sur celui, plus restreint car tributaire d’une documentation lacunaire, des domus et villae à bassins ornementaux italiennes et provinciales. Après l’étude lexicale requise, l’auteur esquisse une premièreclassification typologique d’où émergent trois groupes de bassins se succédant dans le temps. Les fontaines en élévation font l’objet d’une approche relativement similaire­ – ici les critères de classement se basent sur la place des fontaines au cœur de l’habitat –, ce qui nous engage surtout à réfléchir, non pas tant à une évolution morphologique, mais plutôt à l’intégration évolutivede ces structures dans l’espace résidentiel. Enfin, l’étude des formes et des différentes composantes des fontaines (statues, vasques et systèmes d’adduction hydraulique) trahit la volonté de reproduire, par un processus de miniaturisation toujours plus évident, les compositions des infrastructures publiques ou des villas aristocratiques.

La question de l’alimentation hydraulique des domus est abordée dans une seconde partie, à travers l’examen des systèmes fermés (puits et citernes majoritairement), les plus anciens et les plus stables dans le temps, et des systèmes ouverts (alimentés en eau courante) ; Pompéi fait à ce sujet l’objet d’un développement particulier. A la lumière des sources littéraires et juridiques, l’usage de l’aqua ducta en contexte privé apparaît comme une concession d’abord exceptionnelle sous la République, soumise par la suite à un très strict contrôle impérial. Au niveau régional cependant, l’auteur reconnaît ne pas toujours trouver de correspondances entre les données archéologiques et les normes théoriques, pointant du doigt une certaine souplesse dans l’utilisation de l’eau provenant de l’aqueduc.

Toutefois ces mêmes sources, conjuguées à l’épigraphie, attestent bien de codifications hiérarchisées ou du moins variables entre les différents bénéficiaires de concessions personnelles, et même entre les différentes cités de l’Empire, témoignant ainsi d’un accès plutôt limité à l’eau courante. Concernant l’épineux sujet relatif à la situation hydraulique de Pompéi après 62/63 ap. J.-C., H. Dessales démontre avec précision, forte des résultats de fouilles et/ou d’observations de terrain récentes, la gestion autarcique des propriétaires face à une temporaire perturbation du réseau public. Elle remet ainsi en cause, et c’est l’un des points forts de son travail, la théorie d’A. Maiuri relative à la paupérisation de Pompéi suite au tremblement de terre : il semble au contraire que les propriétaires aient été plus que jamais concernés par les travaux et les agrandissements de leur habitat, tout en continuant à jouir d’une certaine quantité d’eau à des fins autant utilitaires que décoratives. Si le dossier, de l’aveu même de l’auteur, aurait besoin d’être étayé par bien d’autres cas de figures, il perturbe sans aucun doute l’idée bien établie d’une eau courant en abondance dans les maisons, grâce à un raccordement systématique au réseau public à partir de l’époque augustéenne. Les résultats, a priori décevants, de l’enquête menée sur la distribution des fontaines pompéiennes, révèlent là encore une situation inattendue, non seulement à l’échelle des différentes domus (dans lesquelles la répartition semble égale), mais aussi de la ville, où n’apparaissent pas de différences notables entre les quartiers.

Les conclusions de la troisième partie, centrée sur l’utilisation de l’eau et l’organisation interne de la domus, sont parfois fragilisées par des données chiffrées (trop ?) théoriques issues de complexes calculs maniant sources ethnographiques et relevés de terrain ; elles fournissent néanmoins des éléments tout à fait stimulants. Par exemple, la prise en compte du volume des citernes pompéiennes, combinée au captage des eaux par la toiture, conduit H. Dessales à une estimation démographique des habitants des domus, et en conséquence de la ville, selon une formule qui mériterait d’être expérimentée à plus large échelle. Autre point d’intérêt, la nette différenciation entre les espaces de service et les pièces de réception, qui seules font l’objet d’un raccordement à l’eau courante, sonne comme un rappel constant aux conclusions d’A. Wallace-Hadrill et à sa lecture « graduelle » de la maison romaine : fontaines et bassins témoignent ainsi d’une part essentielle dans la mise en scène du dominus. Ainsi, les modifications touchant les structures hydrauliques de l’atrium et du péristyle-jardin à partir de l’époque julio-claudienne définissent de nouveaux axes visuels : l’eau se met en scène à travers de monumentaux bassins et « murs-fontaines », points focaux d’une perspective saisissable depuis la rue, qui tend à se recentrer à l’époque tardive sur les espaces intérieurs.

Le dépouillement bibliographique et l’abondant apparat photographique/planimétrique, auxquels s’ajoutent d’utiles tableaux récapitulatifs et un catalogue de 133 fiches, font apprécier d’autant plus un travail tout à fait considérable. On regrettera parfois une focalisation un peu trop poussée sur le cas pompéien, qui semble trahir quelque peu le titre même de l’ouvrage (« l’Italie romaine ») ; cette constatation peut être toutefois nuancée par l’exceptionnelle conservation des vestiges, et surtout par des résultats convaincants, qui, loin de se réduire à de simples études de cas, s’intègrent au contraire parfaitement dans un discours global sur le partage de l’eau. La pensée toujours limpide d’H. Dessales nous transporte dans la direction fixée : offrir au lecteur une synthèse exhaustive et novatrice sur la place structurante de l’eau dans l’architecture privée.

Compte rendu: Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri (sous la direction de), 1913. Genèse d’une loi sur les monuments historiques. Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Travaux et Documents n° 34, Paris, La Documentation française, 2013. (Marie-Paule Arnauld)

Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri (sous la direction de), 1913. Genèse d’une loi sur les monuments historiques. Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Travaux et Documents n° 34, Paris, La Documentation française, 2013, 602 p. (Marie-Paule Arnauld)

Avec l’étude qu’il consacre à la loi de 1913 sur les Monuments historiques, le Comité d’Histoire du ministère de la Culture et de la Communication poursuit une politique de publication féconde qui a offert aux historiens des ouvrages essentiels.

1913. Genèse d’une loi sur les Monuments historiques, publié à la Documentation française, est le fruit d’une approche méthodologique novatrice. Le Comité d’Histoire a, en effet, sollicité plusieurs chercheurs d’horizons, de spécialités, voire de pays différents pour offrir à l’étude un éventail de textes qui abordent la thématique avec un regard personnel et diversifié. C’est là le premier volet d’un vaste projet de recherche « Mémoloi », porté par le Centre d’études sur la coopération juridique internationale, qui associe l’université de Poitiers, le CNRS et l’École nationale des chartes, en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Communication. L’objectif central est, à terme, une étude approfondie des lois patrimoniales françaises qui permette de nous proposer un panorama quasi exhaustif « du contexte de leur adoption et du déroulé de leur histoire » (p. 15). Ce sont ces intentions que vont développer les cinq grands chapitres qui divisent l’ouvrage, dans un plan chrono-thématique pertinent qui permet d’aborder chaque jalon de ces évolutions tant sur le plan juridique que sociétal, en les replaçant dans le contexte international.

Le premier chapitre consacré à l’analyse de la loi du 30 mars 1887 sur la conservation des monuments et des objets d’art ayant un intérêt historique et artistique, commence par une étude d’Arlette Auduc sur les perceptions du XIXe siècle en matière de protection de monuments et sur le rôle que jouent les mentalités dans l’évolution des principes juridiques, en l’absence de législation propre à l’architecture et à l’urbanisme. Une loi est donc indispensable alors que se développent l’urbanisation, les grandes opérations immobilières et les destructions de monuments qu’elles entraînent. Le nécessaire bilan critique de la loi de 1887 est abordé par Arlette Auduc avec la juriste Marie Cornu dans l’article suivant. Si l’innovation majeure du texte consiste en l’introduction d’un mécanisme de restriction du droit de propriété, celui-ci montre rapidement ses limites. Après la loi de 1905, celle de 1887, en raison de l’insuffisance de son dispositif de sanction, s’avère inapte à assurer la protection des monuments et objets de plus en plus nombreux convoités par le marché et les collectionneurs. Une nouvelle loi doit donc aborder la définition du monument historique, ainsi que la réflexion sur le rôle de l’Etat et des collectivités dans cette politique.

Après cette mise en abîme, les deux chapitres suivants constituent le cœur de l’étude. Le premier présente en huit textes, aux approches très différentes, « les jalons d’une réforme de la protection des Monuments historiques » et les 10 articles qui composent le chapitre 3, consacré à la loi de 1913 elle-même, permettent d’en développer dans le détail tous les apports aussi bien que les déficiences. L’analyse commence par un article aux apports novateurs d’Annie Fornerod sur le rôle joué par la loi du 9 décembre 1905 dans la transition entre la loi de 1887 et celle de 1913. En analysant ce texte sous l’angle de son apport à la réforme de la protection des Monuments historiques, elle insiste sur le rôle capital qu’il a joué dans l’esprit des juristes comme des parlementaires dans la prise de conscience de «  la nouvelle architecture des relations Église-État sur les bien culturels monuments historiques » (p. 70). En effet, la fin du régime des cultes reconnus a des conséquences décisives, et étroitement liées, sur leur préservation : le transfert de propriété et la fin du budget des Cultes.

À côté des articles plus classiques, mais toujours extrêmement précis et riches, d’historiens du droit comme Xavier Perrot ou Julien Lacaze, et de juristes spécialisés dans le droit du patrimoine culturel comme Marie Cornu, qui nous guident pas à pas dans les débats autour de l’élaboration du texte et nous font pénétrer dans les arcanes des débats autour du classement d’office, on soulignera seulement la nouveauté de la contribution de Marie Cornu et Noë Wagener qui ont compilé la littérature juridique spécifiquement consacrée à la question des Monuments historiques et de l’esthétique, entre le début des années 1880 et la fin des années 1920. À noter également, une analyse intéressante et innovante d’Annie Héritier sur le rôle des sociétés savantes, dans laquelle elle essaie de percevoir comment cet espace de sociabilité « produit du ‘pouvoir périphérique’ et prend ses marques dans la genèse de la loi de 1913 » (p. 145). Et commencent à se dessiner au travers de ces textes des figures d’hommes influents: théoriciens de l’art, juristes, conservateurs qui marquent durablement le projet mais surtout l’évolution de la doctrine de la protection. Impossible de les citer tous qui font l’objet de notices biographiques que nous évoquerons plus loin.

Le troisième chapitre s’attache ensuite à définir avec la plus grande exhaustivité possible les apports de la loi de 13. Deux articles analysent les évolutions de notions qu’elle a induites : celle de monument historique, concept-clé du texte, et le critère d’intérêt public au point de vue de l’art et de l’histoire, qui reste encore aujourd’hui la colonne vertébrale du droit du patrimoine. Julien Lacaze aborde ensuite la notion de classement et ses évolutions substantielles depuis les premières listes. Puis sont abordés les domaines dans lesquels la loi apporte des innovations essentielles et pérennes: la politique de protection des objets mobiliers (qui font l’objet de deux contributions fondamentales de Franz Schoenstein et Judith Kagan), les monuments mégalithiques, l’archéologie de fouilles, la création d’un Inventaire supplémentaire… Nous sommes alors en possession des éléments essentiels de l’analyse du texte, de sa genèse à ses conséquences. Deux chapitres terminaux apportent cependant des compléments importants sur ses contrecoups : les influences respectives entre celui-ci et la loi Cornudet du 14 mars 1919 ; la création de la Caisse nationale des Monuments historiques (présentée dans deux contributions peut-être un peu redondantes).

L’ouvrage s’achève dans une ouverture aux influences internationales de la loi. Vincent Négri explique avec grande clarté comment elle marque les prémices d’un droit international du patrimoine culturel, droit qui sera codifié en particulier dans le droit de la guerre et dont l’efficacité sera mise à l’épreuve durant la Grande Guerre, mais qui marquera une étape déterminante pour la formulation des principes internationaux régulant les conflits armés. Enfin, comme Frank Michler l’avait exposé dans le premier chapitre pour la loi de 1887 et son influence en Allemagne, l’impact de la loi de 1913 et son application dans le contexte colonial sont étudiés pour l’Algérie, le Maroc et la Tunisie par trois historiens de l’art et juristes.

On aura compris l’ambition de cet ouvrage et de ses directeurs scientifiques et la réussite de l’entreprise qui, sans jamais prétendre à l’exhaustivité, aura quasiment épuisé le sujet par la multiplicité de ses approches, la qualité scientifique de ses analyses et la précision de l’utilisation des sources. Elle permettra de nourrir la réflexion des historiens comme des juristes pour bien des années et surtout offre un modèle méthodologique qui mérite d’être appliqué à d’autres textes, comme l’ambitionnent les concepteurs du projet de recherche qui a donné naissance à cet ouvrage. Le texte est complété par un cahier photo dont certains documents sont brièvement commentés, mais dont le regroupement en dehors du corps de l’ouvrage ne facilite pas l’appréhension, des annexes et des notices biographiques qui présentent pour certaines un intérêt essentiel. On ne peut que regretter l’hétérogénéité de ces notices. On sait la difficulté de ce genre d’exercice: il est dommage cependant que les coordinateurs scientifiques n’aient pas manifesté plus d’exigence en la matière.

Société Française d'Histoire Urbaine


Carnets de recherche