Compte rendu: Stefano Simiz (dir.), La parole publique en ville, des Réformes à la Révolution, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012. (Marie Houllemare)

Stefano Simiz (sous la direction de), La parole publique en ville, des Réformes à la Révolution, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, 280 p. (Marie Houllemare)

Cet ouvrage réunit 15 contributions issues d’un colloque tenu en 2011 à Nancy. Bien que réunies en quatre parties thématiques (prédication, éloquence judiciaire en Lorraine, réception et représentation de la parole, espace politique et social), les contributions apportent toutes, ou presque, des éléments de réflexion croisée autour de plusieurs questions majeures qui traversent tout l’ouvrage.

Un premier fil conducteur est celui des cadres officiels de la parole publique : le choix de s’interroger sur la spécificité urbaine permet de prendre en compte une série de lieux privilégiés, qui sont abordés de manière plus institutionnelle que géographique. On ne trouvera pas ici de réflexion sur les échanges verbaux inter-individuels prononcés dans la rue, au marché ou encore à la taverne : la notion de « parole publique », telle qu’elle est appréhendée ici, répond en effet à une stricte définition, qui renvoie à l’hypothèse, que la plupart des contributions permettent de vérifier, d’un « mouvement d’institutionnalisation des prises de parole » entre XVIe et XVIIIe siècles (p. 11). L’accent est donc porté de manière privilégiée sur les orateurs et sur leurs auditoires. Ainsi I. Brian reconstitue-t-elle avec une grande précision, les enjeux que représente, pour les prédicateurs parisiens, la distribution du public lors des « stations ». La matérialité des espaces de parole est quasiment laissée à l’écart, hormis par P. Martin, qui, pour s’intéresser aux lieux et gestes des prédicateurs, mobilise une production iconographique idéalisée.

De fait, l’ouvrage relève une véritable gageure : décrire et analyser ces prises de parole en interrogeant systématiquement les liens entre oralité et formes d’écriture. Si l’historien moderniste sait qu’il ne peut restituer une oralité définitivement perdue, il dispose cependant d’éclairages indirects, à la fois manuscrits et imprimés, tant textuels qu’iconographiques. Ils permettent de saisir l’effet de certaines paroles publiques, par exemple à travers les échos qu’elles trouvent dans des sources privées, telles le journal de Pierre de L’Estoile (C. Huchard), dans lequel l’écriture forme comme un apaisement, contre la parole passionnée et outrancières des prédicateurs parisiens. Plusieurs contributions interrogent aussi les sources écrites utilisées pour parler en public, par exemple par les prédicateurs des couvents mendiants (F. Henryot). L’écrit est mobilisé par Renaudot pour donner une plus large audience aux conférences du Bureau d’Adresse en prolongeant des séances orales (A. Prévost), ce qui pose d’ailleurs certains problèmes de transposition des débats. Ces questionnements sont d’ailleurs comme mis en pratique dans la contribution « bilan et perspectives » du volume, composée à partir de notes prises sur le vif pendant le colloque initial.

Un troisième thème présent dans l’ouvrage, et qui aurait d’ailleurs pu émerger plus systématiquement, est celui de la circulation des modèles oratoires au cours de l’époque moderne, et de leur impact sur la parole publique urbaine. Les trois contributions consacrées à l’éloquence judiciaire témoignent toutes de l’affirmation d’un modèle parisien, tant dans la cérémonialisation des séances de rentrée que dans les choix rhétoriques des orateurs. L’importance particulière de l’avocat-général est soulignée par S. Simiz, qui donne de précieux éléments de comparaison oratoires. Par ailleurs, P. Martin constate une plus grande retenue et un reflux de la théâtralisation chez les prédicateurs.

Au final, les contributions proposées ici ne forment donc pas une simple collection d’études de cas juxtaposées, mais se font écho entre elles, la proximité entre la chaire et le barreau étant particulièrement éclairée.

Séminaire, “Mesurer la ville juste”, Lyon, 3 mars 2015

Dans le cadre du cycle de séminaires “La ville juste”, soutenu par l’ED Sciences Sociales et le Labex IMU,

cette journée sur le thème “Mesurer la ville juste” est  organisée par Manuel Appert (géographe), Christian Montes (géographe) et Valerie Sala-Pala (politiste).

Mardi 3 mars 2015 (ISH, 14 av. Berthelot, Lyon 7e, salle Marc Bloch)

9 h 30 à 12 h 30
Antoinette Baujard, économiste, Saint‐Etienne
« Qu’est‐ce que les théories économiques de la justice ? »

Emmanuelle Boulineau, géographe, ENS Lyon
« Saisir la pauvreté en Europe: problèmes de recherche. »

Déborah Gaudard, doctorante en sécurité internationale et défense, Lyon 3
« Un regard sur la place des bidonvilles dans la lutte contre le trafic de drogues au Brésil. La favela comme problème ; la favela comme solution. »

12h30 – 14 h déjeuner‐buffet sur place

14 h à 17 h
Christina Aschan‐Leygonie, géographe, Lyon 2
« Comment évaluer les inégalités environnementales et sociales dans la ville, sources d’injustice sanitaire ? »

David Mateos Escobar, doctorant, “Mesurer la distribution des groupes sociaux dans l’espace résidentiel : une réflexion sur la ville
injuste. »

Discussion animée par les doctorants

L’USH et la Caisse des dépôts créent le prix de l’article scientifique

Journée d’études “De la santé à l’environnement, savoirs urbains en perspective historique (XVIIIe-XXIe siècles)”, Lyon, 6 mars 2015

 Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes
(UMR 5190 LARHRA)

CFP : “Dangerous cities ? Crime, gender and survival strategies in European towns, 1600-1900″, American Historical Association

Call for Papers – Panel Proposal Annual Meeting of the American Historical Association
January 7-10, 2016, Atlanta Georgia
 
 
Dangerous cities? Crime, gender and survival strategies in European towns 1600-1900.

 
Questions related to changes in the proportion of female offenders are of central importance in the debates among historians of crime. There is a general agreement that the urban setting is a key factor in explaining “high” levels of female crime in the early modern period (Beattie 1978; Shoemaker 1991; Feeley 2010; Van der Heijden 2013). Women in the city are believed to have led a more independent and public life than women in the countryside. This was especially the case for the many migrant women that were working in domestic service and in the early industries. It is this same independence that is said to have made these women more vulnerable. They often lacked access to formal and informal social support networks and therefore suffered more in times of economic and social crises. By analysing crime as part of a broader makeshift economy, historians have argued that urban (migrant) women were therefore more susceptible to commit crime as a way to support themselves – thereby explaining the fluctuations of female crime rates through time (early modern vs modern period) and place (urban vs rural).

However, there is still a lack of systematic research to understand the relationship between gender, the lack of social support networks, and the effects of poverty on crime. Existing gender norms might for example have influenced the way that (migrant) men and women were incorporated in urban networks and the level of independence they were able to achieve. At the same time, offenders could use dominant perceptions of gender strategically in their criminal process (King 2000). There is a need for a structural comparison between the survival strategies of (migrant) men and women in the city as well as a more developed comparison between urban and rural crime patterns.

This panel invites papers dealing with (one of) the following questions:

-        Were there differences in proportion of citizens and migrants among offenders and in the type of crimes committed by them? If so, how do we explain this?
–        What were the differences in crime employed as a survival strategy by men and women? And how did gender roles influence these?
–        How did the legal position of offenders (i.e. possessing citizenship or not) affect their trial and punishment?
–        What were the different (in)formal control mechanisms that could affect recorded crime? (For example, the existence of guild courts, neighbourhood associations or household authority).
–        Was there a difference in ‘open’ cities and ‘closed’ cities in relation to the support networks migrants were able to access?

Call for papers:
Researchers interested in participating to this panel are invited to send a short abstract (ca. 200-250 words) to j.m.kamp@hum.leidenuniv.nl by February 10th 2015.
Selected candidates will be notified the following day and the panel proposal will be submitted to the AHA by February 15th 2015.
Find more information on the AHA annual meeting here: http://www.historians.org/annual-meeting/future-meetings

Parution: Thierry Allain, Enkhuizen au XVIIIe siècle. Le déclin d’une ville maritime hollandaise, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2015

Vient de paraître : 

 

Thierry Allain, Enkhuizen au XVIIIe siècle. Le déclin d’une ville maritime hollandaise, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires du Septentrion, 2015

Présentation par l’éditeur :

Place forte de la pêche du hareng jusqu’en 1670, le port hollandais d’Enkhuizen connaît une restructuration économique profonde tout au long du XVIIIe siècle. L’effondrement démographique est spectaculaire, puisque la ville perd deux tiers de ses habitants entre 1622 et 1795.

Connu depuis longtemps, le “déclin” d’Enkhuizen n’avait jamais fait l’objet d’une enquête sur son contenu et ses implications. L’ouvrage met en lumière un certain nombre de phénomènes comme l’émergence d’une société de l’entre soi ou la contraction de l’espace urbain utile. Repliée sur elle-même, la ville se déleste de ses pauvres tandis que le patriciat s’enrichit grâce au commerce asiatique. Cette société urbaine bouleversée se réinvente par le biais d’une mémoire civique commune, destinée à combattre le sentiment de déclassement. Cependant, les marqueurs identitaires mis en avant sont instrumentalisés par l’oligarchie locale, afin justifier son maintien au pouvoir.

Cette relecture sociale et culturelle du déclin hollandais du XVIIIe siècle constitue une approche nouvelle, pour un objet d’histoire devenu classique. Enkhuizen connait davantage un déclassement et une restructuration, qu’un déclin absolu et irrémédiable. L’enquête, inédite, s’appuie sur le dépouillement approfondi d’archives aux Pays-Bas. Elle vise également, par le biais de la bibliographie, à mettre à la disposition du lecteur français des informations et des concepts jusqu’ici largement inaccessibles aux non-néerlandophone.

Parution : P. Gilli, E. Salvatori (dir.), Les identités urbaines au Moyen Age

P. Gilli et E. Salvatori, Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier 8-9 décembre 2011, Brepols, 2014, VI+316 p

Patrick Gilli est professeur d’histoire médiévale à l’université Montpellier 3, directeur du CEMM (centre d’études médiévales de Montpellier, EA 4583).

Enrica Salvatori est professeur d’histoire médiévale à l’université de Pise.

La singularité urbaine des villes du Midi français a souvent été négligée. Coincées entre le modèle communal italien triomphant et le puissant mouvement urbain des villes flamandes ou rhénanes, elles apparaissent comme faiblement typées ; leur intégration dans l’espace capétien aurait également limité leur capacité d’autogouvernement et de discussions avec les autorités centrales. Pourtant, le dynamisme de ces cités méridionales est avéré, aussi bien dans leur élan démographique que dans la force des échanges économiques. Que dire également de leur place dans le développement des mouvements religieux contestaires et de leur rayonnement intellectuel facilité par la présence de grandes universités au recrutement international ! À la lumière des nombreux et récents travaux sur le sujet, le colloque offre la première approche comparative sur ces villes méridionales, en insistant sur les traits identitaires qui définissent leurs contours originaux, en particulier dans l’organisation politique.

Proposez des sessions à la conférence EAUH 2016 !

L’appel à propositions de sessions du XIIIe Colloque International d’Histoire Urbaine organisé à Helsinki (24-27 aout 2016) est ouvert.

Le thème général est “Reinterpreting Cities”.

La soumission se fait, en français ou en anglais, jusqu’au 1er mars 2015 sur le site de la conférence : https://eauh2016.net/

Le calendrier jusqu’à la conférence est disponible sur la page  https://eauh2016.net/?page_id=41

La présentation des propositions de sessions doit comprendre les éléments suivants:

  1. Le titre de la session.
  2. Un résumé de 200-400 mots contenant une description cohérente du thème de la session, une question centrale et une liste de sujets clés. Le thème de la session doit s´inscrire dans le contexte de l´historiographie récente. Le texte de la proposition doit expliquer en quoi le thème suggéré est actuel et important, préciser quel est l´objectif de la session et énumérer une liste de sujets potentiels se rapportant au thème. Les sessions qui portent sur des thèmes abordés d’un point de vue comparatif, qui englobent un ou plusieurs pays et élargissent la perspective au-delà de l’Europe, sont particulièrement bienvenues.
  3. Le type de session proposée: soit une session principale (3 heures, max. 7-8 communications), soit une session spécialisée (1,5 heures, max. 3-4 communications). “Le comité scientifique pourra donner la préférence aux sessions spécialisées traitant de thèmes novateurs.”
  4. Le nom, l’affiliation institutionnelle avec l´adresse postale et l’adresse de courriel de chacun des organisateurs de la session. Chaque session doit être coordonnée par deux organisateurs minimum. La priorité sera donnée aux sessions co-organisées par des chercheurs de différents pays.
  5. Un court CV d’une page de chacun des organisateurs de la session, faisant mention de leur expérience antérieure dans l’organisation de séances semblables (une liste exhaustive n’est pas requise). Les jeunes chercheurs sans expérience peuvent indiquer la liste de leurs communications dans des conférences internationales. Toutes les conférences de l´AEHU reposent sur un appel à contributions ouvert. Par conséquent, les sessions proposées ne doivent pas être constituées sur la base d´une liste préétablie de conférenciers. En principe, les organisateurs de la session ne devraient pas présenter de communication.

NB: Les chercheurs ne peuvent télécharger qu’une seule proposition de séance.

Journée d’études, “Les cités nouvelles en questions”, 23 janvier 2015 (Ecole d’archi, Champs sur Marne)

Groupe de travail transversal du Labex Futurs urbains

Usages de l’Histoire et devenirs urbains

 

Les cités nouvelles en questions

Journée d’études du vendredi 23 janvier 2015 organisée dans le cadre de la Semaine du Labex

Ecole d’Architecture de la Ville et des Territoires, 12 avenue Blaise Pascal, Champs sur Marne (amphi 130)

Programme

 9h15-9h45 : Accueil

9h 45 : Introduction (Loïc Vadelorge, UPEM, ACP)

10 h – 10 h 50 : Première session : De l’Utopie à l’aménagement sous la présidence de Denis Bocquet (Ensa Strasbourg / laboratoires Amup- Latts)

10 h – 10 h 25 : Frédéric Moret (UPEM, ACP) : « Socialisme, christianisme et ville nouvelle : Victoria, la cité modèle de James Silk Buckingham »

 10 h 25 – 10 h 50 : Laurent Coudroy de Lille (IUP-Lab’Urba) : « La lente émergence de l’idée de cité nouvelle au sein de l’ « école française d’urbanisme »

 10 h 50-11 h 20 : Débat avec la salle

 

11h 20 – 13 h : Seconde Session : Etre une ville nouvelle : 50 ans après sous la présidence de Christine Lelévrier (Lab’ Urba)

11h20-11h45 : Fabien Bellat (Université de Togliatti) : « Retour vers l’utopie ? La ville neuve soviétique de Togliatti »

 11h45-12h10 : Mark Clapson (University of Westminster) : « The British new towns since 1946: what are the lessons of their history for their future?”

12h10-13h: Débat avec la salle

 

13 h –14 h : pause déjeuner

14 h – 17 h 30 : Troisième session : Expertises et circulations internationales sous la présidence de Nathalie Lancret (ENSA Paris-Bellevile, AUSSER)

 14 h – 14 h 25 : Jérôme Bazin (UPEM, CRHEC) : « Supposées semblables. Les villes nouvelles socialistes en Europe de l’Est »

14 h 25 – 14 h 50: Clément Orillard (IUP, Lab Urba): « La politique française des « villes nouvelles » dans les études à l’export : Le cas de la collaboration avec l’Argentine »

14 h 50 -15 h 15 : Loïc Vadelorge (UPEM, ACP) : « Le tropisme international des villes nouvelles françaises dans les années 1970 : Pratiques, enjeux et contextes de trois voyages d’études : Québec, Arabie Saoudite, Chine »

15 h 15 – 15 h 40 : Carine Henriot (Paris I- UTC-GSU) : « Bâtir des cités nouvelles chinoises : De la Paris de l’Orient à la ville durable made in Shanghaï »

15 h 40 -16 h 40 : Débat avec la salle

16 h 40 : Conclusions de la journée d’études par Rosemary Wakeman (professor of History, Director, Urban Studies Program, Fordham University, New York)

Société Française d'Histoire Urbaine