Soutenance: Cédric Quertier, La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle

Cédric Quertier

a le plaisir de vous convier

 à la soutenance de sa thèse de doctorat d’histoire médiévale intitulée

Guerres et richesses des nations. La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle

 

Devant l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne et un jury composé de MM. Laurent Feller (Université Paris 1, directeur) et Giuliano Pinto (Université de Florence, directeur), de Mme Laura de Angelis (Université de Florence) et de MM. Patrick Boucheron (Université Paris 1), Franco Franceschi (Université de Sienne), et Didier Lett (Université Paris 7),

Le 27 mai 2014 à 14h00,

En salle Jean-Baptiste Duroselle

(Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e).

Un pot, auquel vous êtes chaleureusement invités, sera donné à l’issue de la soutenance en salle Perroy

(Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, esc. R, 3e étage).

Pour la bonne organisation, une réponse est souhaitée s’il vous plaît avant le 20 mai : cedric.quertier@gmail.com

Appel à communication : Appréhender le passé par le bâti (23 septembre 2014)

Appel à communication pour une journée d’études des doctorants du LARHRA (mais ouverte à tous) sur le thème :

« Appréhender le passé par le bâti : enjeux et méthodes de l’étude historique des sources architecturales »

 

La journée d’études doctorales du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) est organisée annuellement par une équipe de doctorants mais n’est pas réservée aux membres du laboratoire et se veut une occasion de rencontres avec des chercheurs appartenant à d’autres structures et d’autres disciplines. Nous souhaitons aborder cette année une thématique architecturale : « Appréhender le passé par le bâti : enjeux et méthodes de l’étude historique des sources architecturales ».
Qu’il s’agisse des palais de la cour de France (Chatenet, 2002), des constructions architecturales de l’époque fasciste en Italie (Cantelli, 1981) ou même des ensembles scolaires (Derouet-Besson, 1998), les fonctions des bâtiments sont multiples et ne se limitent pas à leur utilité pratique : au-delà de leur valeur d’usage, ils possèdent une valeur symbolique. A ce titre, ils constituent une source particulièrement riche pour le chercheur adoptant une perspective historique. Objet inscrit dans le territoire, le bâtiment participe à sa constitution et peut devenir un enjeu de pouvoir ainsi que le reflet d’un projet idéologique. Le bâtiment est également le support d’appropriations successives: il peut être réaménagé, réhabilité et ou réapproprié, voire démoli. Entre projet architectural et usages effectifs, il peut en effet exister un écart qui transforme le vécu du bâti de même que, inversement, un projet architectural peut infléchir des normes d’usages préexistantes.
Cette journée d’études doctorales se consacrera aux enjeux et méthodes de l’étude des sources architecturales dans une perspective historique. Comment nous parviennent-elles et quels usages le chercheur peut-il en faire ? Comment faire apparaître et prendre en compte les enjeux liés à la maîtrise d’ouvrage et à la maîtrise d’oeuvre ? Quel impact les bâtiments et leur agencement ont-ils sur les usages qu’en fait le public?
Trois axes de réflexion sont proposés :
● Le bâtiment et les sources architecturales entendues dans un sens large, constituent tout d’abord un objet du patrimoine dont il faut assurer la conservation. Les pratiques archivistiques et la question de l’accès aux sources pourront faire l’objet d’une réflexion, ainsi que la méthodologie à mettre en oeuvre pour étudier les plans, les calques ou toute autre source architecturale;
● Le bâtiment est un vecteur de représentations, de stratégies d’affichage pour une institution, un groupe social, etc. Une perspective d’étude serait de s’intéresser aux enjeux idéologiques, politiques, économiques ou financiers des projets de constructions. Dans ce contexte, une attention particulière pourra être portée aux
acteurs, qu’ils soient commanditaires, décideurs, partenaires ou exécutants;
● L’architecture est enfin un moyen d’inscrire dans l’espace des normes sociales. Elles peuvent notamment avoir trait à la séparation en fonction du sexe ou de l’âge (notamment dans les bâtiments scolaires, hospitaliers, religieux). Mettre en avant ces aspects pourra permettre de confronter usages attendus et usages réels, normes édictées et normes suivies.
L’appel à communication s’adresse aux jeunes chercheurs (étudiants en fin de master, doctorants, jeunes docteurs) pour qui le bâtiment ou les sources architecturales constituent un objet de recherche, dans une perspective historique (même réduite).
Les actes du colloque seront proposés pour une publication auprès des Carnets du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes.
Modalités de soumission
Les propositions de communication – 3 000 signes (espaces compris) – sont à envoyer au comité d’organisation avant le 6 juin 2014 (jedlarhra@gmail.com). Elles seront accompagnées d’un court CV.
La journée d’étude doctorale aura lieu le 23 septembre à Lyon. Elle est ouverte à tous (une inscription préalable est souhaitée : jedlarhra@gmail.com).
Comité d’organisation
Andrea Cavaletto (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Mario Cuxac (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Marie Derrien (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Fanny Giraudier (doctorante en histoire moderne, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Solenn Huitric (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, ENS de Lyon)
Caroline Muller (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Aurélien Zaragori (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Jean Moulin Lyon 3)
Comité scientifique
Laurent Baridon, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA
Boris De Rogalski, Docteur en histoire contemporaine, LARHRA
Stéphane Frioux, Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA
Françoise Granoulhac, Maître de Conférences en histoire de l’éducation à l’IUT de Valence-Université Grenoble 2, LARHRA
Gwenaëlle Legoullon, Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin Lyon 3, LARHRA
Nicolas Le Roux, Professeur d’histoire moderne à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA

Soutenance: Boris de Rogalski Landrot “La fabrique matérielle et symbolique de la ville: le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950″, ENS Lyon, 13 mai 2014

Soutenance de thèse de Boris de Rogalski Landrot (thèse sous contrat CIFRE avec la ville de Villeurbanne)

La fabrique matérielle et symbolique de la ville :

le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950

 

La soutenance se déroulera le mardi 13 mai 2014 à 14 h

 

à l’ENS de Lyon, sur le site René Descartes, en salle F08

 Localisation : 15 parvis René Descartes, à l’angle de l’avenue Jean Jaurès et de l’avenue Debourg.

Tram T1 et Métro B arrêt Debourg

http://www.ens-lyon.eu

(plan d’accès au site Descartes ci-joint)

Jury :

  • Annie Fourcaut, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Renaud Payre, professeur à l’IEP de Lyon
  • Jean-Luc Pinol, professeur à l’ENS de Lyon – Directeur
de thèse
  • Loïc Vadelorge, professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Serge Wolikow, professeur émérite à l’Université de Bourgogne
  • Michelle ZancariniFournel, professeur émérite à l’Université Claude Bernard – Lyon 1

 

Résumé :

Ma thèse-CIFRE intitulée La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950 porte sur l’analyse des mécanismes de la fabrique urbaine, tant matérielle que symbolique, dans le but de saisir les jeux d’acteurs et l’influence d’expériences urbaines extérieures à la municipalité, grâce auxquels des projets urbains ont pu être élaborés ou médiatisés dans le but de se conformer à un modèle d’urbanité. La fin du XIXe siècle correspond à une période de crispation identitaire à Villeurbanne en raison de la tentative d’annexion lyonnaise. La commune est dès lors mise en récit dans une logique de différenciation par rapport à Lyon afin de convaincre les décideurs politiques de rejeter l’annexion. Cette dernière a pour effet de rapprocher les édiles des communes potentiellement annexées et son échec se traduit par un développement de l’intercommunalité. Jules Grandclément, maire socialiste de 1908 à 1922, entreprend de rationaliser la gestion municipale et il introduit des innovations urbaines dans une logique réformatrice avant 1914. La Première Guerre mondiale désorganise l’échelon municipal mais elle stimule un renforcement de l’interventionnisme municipal durant le conflit dont hérite la commune en 1919. Une pensée de Villeurbanne telle une ville et non plus une commune de banlieue, émerge alors chez les édiles, soit au moment de l’élaboration du plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension. Des échanges de savoirs urbains s’organisent avec d’autres municipalités et plus particulièrement avec des experts lyonnais. Le maire Lazare Goujon (1924-1935) s’inscrit directement dans la continuité des initiatives de son prédécesseur. Il innove en mettant en place une politique urbaine ambitieuse qui modifie la morphologie urbaine en parant dès lors la commune de ses attributs urbains. L’audience des transformations urbaines à Villeurbanne est telle que celle-ci est représentée comme un exemple de cité moderne durant les années 1930. Dès leur arrivée à la tête de la municipalité en 1935, les communistes dénoncent la politique urbaine dispendieuse de leur prédécesseur, et ils mettent en place une politique locale s’inscrivant dans le cadre du Front populaire. La coloration politique de la commune durant l’entre-deux-guerres est effacée durant la Seconde Guerre mondiale au profit de l’idéologie du gouvernement de Pétain. Le marché immobilier, fortement ralenti depuis les années 1930 et bloqué durant la Seconde Guerre mondiale, est réactivé par la politique étatique du logement. Cette intervention de l’Etat dans le domaine de l’urbanisme engendre des conflits d’expertise mais elle crée surtout un décalage entre la fabrique matérielle et symbolique de la ville à l’échelon local.

Appel à communication: colloque “Urban Governance and Civil Society”, Leicester, 29-30 avril2015

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication pour un prochain colloque du programme de travail “Towards a New Urban History of Europe since 1500″ (Centre for Urban History, university of Antwerp/Center for Urban History, university of Leicester)

Urban Governance and Civil Society_Call for papers

Organisateurs : Simon Gunn et Rosemary Sweet (Center for Urban History, university of Leicester)
Lieu : Leicester ‐ Date: 29-30 Avril 2015

Date limite de soumission : 30 septembre 2014

Appel à communication : colloque “Migration policies”, Anvers, 2015

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication pour un prochain colloque du programme de travail “Towards a New Urban History of Europe since 1500″ (Centre for Urban History, university of Antwerp/Center for Urban History, university of Leicester)

Migration policies and the materiality of identification_Call for papers

Organisateurs : Hilde Greefs (University of Antwerp – Centre of Urban History) et Anne Winter (Vrije Universiteit Brussel – Historical Research Into Urban Transformation Processes)
Lieu : Antwerp ‐ Date: 28‐29 Mai 2015

Parution : Patrick Boucheron, Jean-Philippe Genet (dir.), Marquer la ville. Signes, traces, empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle))

Marquer la ville
Signes, traces, empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle)

Patrick Boucheron, Jean-Philippe Genet (dir.)

Paris, Publications de la Sorbonne, 2014

L’ouvrage est issu des activités du programme Signs and States. Ce programme financé par l’ERC (European Research Council), a pour but d’explorer la sémiologie de l’État du XIIIe siècle au milieu du XVIIe siècle. Textes, performances, images, liturgies, sons et musiques, architectures, structures spatiales, tout ce qui contribue à la communication des sociétés politiques, tout ce qu’exprime l’idéel des individus et leur imaginaire, est ici passé au crible dans trois séries de rencontres dont les actes ont été rassemblés dans une collection, Le pouvoir symbolique en Occident (1300-1640).
Ces volumes, adoptant une perspective pluridisciplinaire et comparative dans une visée de long terme, combinent études de cas, analyses conceptuelles et réflexions plus théoriques. Et les réponses à ce questionnaire, issu d’une réflexion sur une histoire culturelle poursuivie sur plus de cinq siècles, remettent en cause une histoire de l’Occident latin où l’on opposerait Église et État : la mutation culturelle engendrée par la réforme grégorienne qui, tout en assurant d’abord le triomphe de la papauté, a donné à l’État moderne les moyens d’assurer sa propre légitimité en créant les conditions d’une révolution du système de communication. Elle engendre un partage du pouvoir symbolique et des processus de légitimation avec l’État : la capacité de ce dernier à se légitimer par le consentement de la société politique en dehors de la contingence religieuse est une spécificité de l’Occident latin, clé de l’essor des États modernes européens.

Sommaire du volume Marquer la ville:

Avant-propos
Patrick Boucheron – Jean-Philippe Genet

Introduction générale
Patrick Boucheron

PARTIE I / L’EMPREINTE DU POUVOIR SUR LA VILLE

Un segno della «mutazione signorile»: l’arroccamento urbano
Andrea Zorzi

Cittadelle, sbarramenti e compartimentazioni dello spazio urbano nell’Italia padana: la platea communis fortificata di Parma (sec. XIV-XV)
Maria Nadia Covini

Lecture d’une symbolique seigneuriale : le Louvre de Charles V
Alain Salamagne

Quartieri nobiliari in Italia fra tardo medioevo e prima età moderna
Marco Folin

L’émergence de l’hôtel particulier à Paris. Entre ostentation et intimité
Frédérique Lemerle

PARTIE II / TRACER, PARCOURIR

L’Église, la ville et la morphologie de l’espace public (1200-1600). Une esquisse programmatique
Dominique Iogna-Prat

Le seuil et la porte. À propos de la Porta Romana de Milan
Jean-Claude Schmitt

Le thème de l’arc de triomphe dans l’architecture urbaine à la Renaissance, entre pouvoir politique et pouvoir religieux
Yves Pauwels

Las entradas reales en la corona de Castilla: pacto y diálogo político en torno a la apropiación simbólica del espacio urbano
Ana Isabel Carrasco Manchado

Le strade dove fanno «passaggio i prencipi e personaggi grandi»
Lucia Nuti

Des traces invisibles : quand les sources parlent des pas et des mouvements dans la ville (Italie, fin du Moyen Âge)
Élisabeth Crouzet-Pavan

Linguaggi religiosi e rimodulazioni di sovranità in uno spazio urbano: Torino fra XV e XVII secolo
Laura Gaffuri, Paolo Cozzo

PARTIE III / MÉMOIRES DES TRACÉS, DURÉE DE LA VILLE

Relire et interpréter la ville.

Les stratégies d’insertion du pouvoir seigneurial urbain dans l’espace civique (Italie centrale, XIVe-XVe siècle)
Jean-Baptiste Delzant

Londres et sa configuration monumentale
Jean-Philippe Genet

Toulouse au Moyen Âge : les pouvoirs dans la ville
Quitterie Cazes

La mise en défense d’Amiens contre les surprises de nuit (1465-1493)
Emmanuel de Crouy-Chanel

PARTIE IV / CRIS, BRUITS, MUSIQUES ET RYTHMES DE LA VILLE

L’académie et la ville : représentation musicale entre public et privé
Inga Mai Groote

Des canti carnascialeschi aux mascherate : une histoire de la conquête musicale des rues de Florence par la cour de Cosme Ier de Médicis (1540-1570)
Philippe Canguilhem

Musica, consenso e ordine in piazza: alcune considerazioni
Camilla Cavicchi

PARTIE V / LES MARQUES DE LA CONCORDE

Une réalité urbaine sublimée : la ville du prince dans le frontispice des Chroniques et conquêtes de Charlemagne de David Aubert (vers 1460)
Élodie Lecuppre-Desjardin

Les génies invisibles de la cité.

Recherche sur les espaces et les mots de la participation à la vie publique dans quelques villes de l’espace francophone de langue d’oïl à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle)
Thierry Dutour

Vizualising the state in the towns and cities of the Burgundian Netherlands: The chambre des comptes at Lille, 1466
Graeme Small

Conclusions
Jean-Claude Maire Vigueur

Ouverture du site internet de l’association francophone d’histoire de la construction

Annonce transmise par Robert Carvais :

Le site internet de l’association francophone d’histoire de la construction vient d’être ouvert à l’adresse : www.histoireconstruction.fr .

Il devrait constituer le bulletin de liaison des historiens de la construction en présentant les activités de l’association, les nouvelles manifestations (appels à contributions, colloques, séminaires), les parutions, les soutenances concernant notre champ.

Les travaux en cours intéressant la communauté spécialisée dans l’histoire de la construction se dévoileront à travers l’annuaire constitué des membres automatiquement mis à jour à chaque adhésion.
Il devrait être également un site de publication de sources et de recherche.

ICONOTHÈQUE EN LIGNE : Maison de banlieue

NOUVEAU : ICONOTHÈQUE EN LIGNE
Le fonds iconographique numérisé de la Maison de Banlieue (cartes postales anciennes ou modernes et photographies de l’Essonne) est désormais mis à disposition du public grâce à la mise en place d’une iconothèque en ligne.
Ces images (cartes postales et photographies) sont visualisables sur le catalogue documentaire en ligne dans la rubrique iconothèque. Accès au catalogue en ligne
Accueil sur rendez-vous, mardi et jeudi de 9h à 16h et samedi de 9h à 18h.
Contact : Mme Patricia Wilhelm-Chevallier, documentaliste.

 

MAISON DE BANLIEUE ET DE L’ARCHITECTURE
Centre d’interprétation de l’environnement urbain, du patrimoine en banlieue et de l’architecture
Association loi 1901
41, rue G. Anthonioz-de-Gaulle
91200 Athis-Mons
Tél : 01 69 38 07 85
EXPOSITION ”Comme une maison commune : Mairies et sièges d’intercommunalité en Essonne”
 du 1er février au 9 juillet 2014 (sauf 19/04, 31/05 et 07/06).
10/05 Balade théatrale ”La Commune de Paris au fil des rues”, 16h-19h,
ciné concert ”La nouvelle Babylone”, 20h30
17/05 Visite-découverte ”La nuit des Marianne” / Nuit des musées, 20h30
14/06 Randonnée urbaine ”Voyage aux centres des Portes de l’Essonne”, 10h-17h
24/06 Visite-découverte ”La mairie du XXIe siècle : patrimoine et développement durable”, 13h30-17h30
29/06 Visitedécouverte ”Hôtels de ville et de communauté de communes en Sud Essonne : Etampes et Dourdan”, 10h-17h

Appel à projet de contrat doctoral : Histoire du conservateur des hypothèques en France, un statut professionnel original sur le marché immobilier (1771-2012)

Appel à projet sous forme de contrat doctoral

Histoire du conservateur des hypothèques en France, un statut professionnel original sur le marché immobilier (1771-2012) [L’analyse sera centrée sur le XXe siècle]

Présentation des Conservateurs des Hypothèques

Créé sous Louis XV, le métier de conservateur des hypothèques a pris fin en décembre 2012. Cette structure, parfois dénommée « bureau des hypothèques », était une institution administrative et fiscale du ministère des Finances (exactement de la direction générale des Impôts dans sa dénomination postérieure à 1948) et assurait l’information des tiers sur les opérations immobilières susceptibles de les intéresser. Initialement limitée jusqu’au milieu du XIXe siècle aux seules hypothèques (droit réel accessoire accordé à un créancier sur un immeuble en garantie du paiement d’une dette sans dépossession du propriétaire du bien), la publication s’est ouverte progressivement à l’ensemble des transactions qui, à titre onéreux puis gratuit, concernaient les immeubles afin de garantir la sécurité des transactions immobilières. La dernière grande réforme concernant la conservation des hypothèques date de 1955.

Il existait, partout en France, environ 350 bureaux de conservation des hypothèques, soit un peu moins que d’arrondissements, et les conservateurs présentaient un statut très particulier associant celui de fonctionnaires de rang élevé gérant la documentation foncière et immobilière pour le compte des usagers et celui de professionnels responsables sur leurs propres fonds vis-à-vis des usagers, des erreurs ou omissions commises lors de la publication des actes ou de la délivrance des renseignements.

Rapidement, les conservateurs se sont groupés en association, l’Association des Conservateurs des Hypothèques (1887), destinée à les représenter professionnellement et à mutualiser informations et risques. Forte de 1700 adhérents, dont certains ont connu l’évolution du métier depuis la Seconde guerre mondiale, l’Association propose aujourd’hui, en partenariat avec l’Université d’Artois, à un candidat doctorant la possibilité de réaliser l’histoire de la conservation des hypothèques en France, au moins depuis 1945, sous la forme d’un ouvrage historiographique de format académique, avec un état des lieux initial qui permettrait de comprendre les évolutions majeures intervenues depuis le XVIIIe siècle.

À travers l’histoire du conservateur des hypothèques, le projet croise des analyses du marché immobilier, du droit de la propriété, de la conjoncture des constructions immobilières (par exemple les reconstructions après les deux guerres mondiales) et d’une catégorie professionnelle très originale et hautement qualifiée, à l’interface de la haute fonction publique et des transactions immobilières.

Sources disponibles

Les sources disponibles sont extrêmement nombreuses :

  archives du Centre des Archives Economiques et Financières, qui conservent les archives du Ministère des Finances (Savigny-le-Temple, 77 176), mais aussi archives propres des conservations des hypothèques, présentes dans toute la France et conservées, selon le cas, dans l’ancienne conservation même ou aux archives départementales

  sources imprimées de l’Association des Conservateurs des Hypothèques, notamment la Revue de l’Association publiée depuis 1887

  sources imprimées concernant le droit foncier et son évolution (la bibliographie disponible est largement recensée)

  sources orales exceptionnelles : 1700 conservateurs vivants, prêts à être interviewés en direct ou par internet (prosopographie recommandée), prêts à rédiger des notes de synthèse ou des paragraphes précis sur l’histoire de la conservation ou leur propre expérience

Caractéristiques du contrat

Le doctorant contractuel est recruté par l’Université d’Artois. Le cofinancement du contrat sera assuré par l’Association des Conservateurs des Hypothèques (50%) et l’Université d’Artois (50%) pour une période de 36 mois. Le candidat s’engage à rédiger sa thèse de doctorat en trois ans, notamment sous la forme d’un ouvrage publiable par les soins de l’Association des Conservateurs des Hypothèques et à organiser si nécessaire une ou plusieurs journée(s) d’études sur le sujet.

Les candidats doivent être titulaires d’un master 2 obtenu avec la mention bien ou très bien, ces dernières seront privilégiées. La recevabilité des candidatures est conditionnée par l’inscription en thèse du candidat depuis moins de 6 mois (ne peuvent candidater que des personnes titulaires d’un master 2 et non encore inscrites en thèse), sans condition d’âge et de nationalité.

La filière d’origine du master est plutôt l’histoire économique contemporaine, mais les candidatures solides issues des filières juridiques et économiques, ou plus largement, des Sciences Humaines et Sociales, seront examinées avec intérêt. Les candidats devront témoigner d’une aptitude avérée à la recherche (mémoire de recherche, publication). La localisation géographique des sources conduira le candidat à se déplacer en France (frais de déplacement pris en charge par l’association).

Les dossiers complets de candidature sont à adresser avant le mercredi 21 mai 2014 inclus au Centre de Recherches et d’Etudes Histoire et Sociétés (Université d’Artois, Arras) qui les examinera avant de les transmettre, classées, à l’Ecole doctorale qui pourra auditionner les candidats sélectionnés le jeudi 26 juin 2014 à Lille. Le résultat définitif sera rendu début juillet 2014 pour un engagement contractuel effectif à l’automne. Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus en contactant directement les responsables du projet.

Responsable scientifique du projet :

Michel-Pierre Chélini, Professeur d’histoire économique contemporaine (U. d’Artois) : mpierre.chelini@univ-artois.fr

Responsable administratif du projet :

Olivier Rota, ingénieur CREHS, olivier.rota@univ-artois.fr

Adresses du CREHS :

Web : http://crehs.univ-artois.fr/

Postale : Maison de la Recherche

9, rue du Temple – BP 10665

F- 62030 ARRAS CEDEX

Appel à propositions : Symposium “Toward integrated modelling of urban systems” 15-17th October 2014, Lyon (France).

Nouvelle date limite : 25 avril 2014 (au lieu du 11 avril initialement prévu)
Symposium “Toward integrated modelling of urban systems”
15-17th October 2014, Lyon (France).

 

The symposium is a biennially event of the French Scientific Network “Urban Modelling”. The scope of urban modeling includes the built environment and the physical phenomena, the urban morphologies and the spatial and temporal dynamics, the nature and the living in town. This mobilizes the human and social sciences, the sciences of the environment and the engineering sciences.

 

The scientific committee of the symposium wishes to favour research papers tackling urban issues from the point of view of the integrated modelling and the removing of barriers between urban dimensions and between disciplines. The selection of the communications will be made by the scientific committee based on long abstracts (3 pages, approximately 1000 words). No full paper will be required for the symposium but initiating special issues in scientific journals will be considered.

Contributions are expected in the following fields
  Urban metabolism
  Urban mobility
  City logistics
  Digital city
  Urban climate
  Natural and anthropogenic physical phenomena
  Social, legal and economic phenomena
  Urban biodiversity
  Energy, water and other resourcesImportant dates :
Receipt of abstracts : 25th April 2014
Notification of acceptance : 2nd June 2014
Symposium dates : 15-17th October 2014

More information at http://www.let.fr/Symposium-Urban-Modelling
Website for abstracts uploading : http://urbanmodelling.sciencesconf.org/

 


Carnets de recherche