Appel à communication : colloque “Migration policies”, Anvers, 2015

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication pour un prochain colloque du programme de travail “Towards a New Urban History of Europe since 1500″ (Centre for Urban History, university of Antwerp/Center for Urban History, university of Leicester)

Migration policies and the materiality of identification_Call for papers

Organisateurs : Hilde Greefs (University of Antwerp – Centre of Urban History) et Anne Winter (Vrije Universiteit Brussel – Historical Research Into Urban Transformation Processes)
Lieu : Antwerp ‐ Date: 28‐29 Mai 2015

Parution : Patrick Boucheron, Jean-Philippe Genet (dir.), Marquer la ville. Signes, traces, empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle))

Marquer la ville
Signes, traces, empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle)

Patrick Boucheron, Jean-Philippe Genet (dir.)

Paris, Publications de la Sorbonne, 2014

L’ouvrage est issu des activités du programme Signs and States. Ce programme financé par l’ERC (European Research Council), a pour but d’explorer la sémiologie de l’État du XIIIe siècle au milieu du XVIIe siècle. Textes, performances, images, liturgies, sons et musiques, architectures, structures spatiales, tout ce qui contribue à la communication des sociétés politiques, tout ce qu’exprime l’idéel des individus et leur imaginaire, est ici passé au crible dans trois séries de rencontres dont les actes ont été rassemblés dans une collection, Le pouvoir symbolique en Occident (1300-1640).
Ces volumes, adoptant une perspective pluridisciplinaire et comparative dans une visée de long terme, combinent études de cas, analyses conceptuelles et réflexions plus théoriques. Et les réponses à ce questionnaire, issu d’une réflexion sur une histoire culturelle poursuivie sur plus de cinq siècles, remettent en cause une histoire de l’Occident latin où l’on opposerait Église et État : la mutation culturelle engendrée par la réforme grégorienne qui, tout en assurant d’abord le triomphe de la papauté, a donné à l’État moderne les moyens d’assurer sa propre légitimité en créant les conditions d’une révolution du système de communication. Elle engendre un partage du pouvoir symbolique et des processus de légitimation avec l’État : la capacité de ce dernier à se légitimer par le consentement de la société politique en dehors de la contingence religieuse est une spécificité de l’Occident latin, clé de l’essor des États modernes européens.

Sommaire du volume Marquer la ville:

Avant-propos
Patrick Boucheron – Jean-Philippe Genet

Introduction générale
Patrick Boucheron

PARTIE I / L’EMPREINTE DU POUVOIR SUR LA VILLE

Un segno della «mutazione signorile»: l’arroccamento urbano
Andrea Zorzi

Cittadelle, sbarramenti e compartimentazioni dello spazio urbano nell’Italia padana: la platea communis fortificata di Parma (sec. XIV-XV)
Maria Nadia Covini

Lecture d’une symbolique seigneuriale : le Louvre de Charles V
Alain Salamagne

Quartieri nobiliari in Italia fra tardo medioevo e prima età moderna
Marco Folin

L’émergence de l’hôtel particulier à Paris. Entre ostentation et intimité
Frédérique Lemerle

PARTIE II / TRACER, PARCOURIR

L’Église, la ville et la morphologie de l’espace public (1200-1600). Une esquisse programmatique
Dominique Iogna-Prat

Le seuil et la porte. À propos de la Porta Romana de Milan
Jean-Claude Schmitt

Le thème de l’arc de triomphe dans l’architecture urbaine à la Renaissance, entre pouvoir politique et pouvoir religieux
Yves Pauwels

Las entradas reales en la corona de Castilla: pacto y diálogo político en torno a la apropiación simbólica del espacio urbano
Ana Isabel Carrasco Manchado

Le strade dove fanno «passaggio i prencipi e personaggi grandi»
Lucia Nuti

Des traces invisibles : quand les sources parlent des pas et des mouvements dans la ville (Italie, fin du Moyen Âge)
Élisabeth Crouzet-Pavan

Linguaggi religiosi e rimodulazioni di sovranità in uno spazio urbano: Torino fra XV e XVII secolo
Laura Gaffuri, Paolo Cozzo

PARTIE III / MÉMOIRES DES TRACÉS, DURÉE DE LA VILLE

Relire et interpréter la ville.

Les stratégies d’insertion du pouvoir seigneurial urbain dans l’espace civique (Italie centrale, XIVe-XVe siècle)
Jean-Baptiste Delzant

Londres et sa configuration monumentale
Jean-Philippe Genet

Toulouse au Moyen Âge : les pouvoirs dans la ville
Quitterie Cazes

La mise en défense d’Amiens contre les surprises de nuit (1465-1493)
Emmanuel de Crouy-Chanel

PARTIE IV / CRIS, BRUITS, MUSIQUES ET RYTHMES DE LA VILLE

L’académie et la ville : représentation musicale entre public et privé
Inga Mai Groote

Des canti carnascialeschi aux mascherate : une histoire de la conquête musicale des rues de Florence par la cour de Cosme Ier de Médicis (1540-1570)
Philippe Canguilhem

Musica, consenso e ordine in piazza: alcune considerazioni
Camilla Cavicchi

PARTIE V / LES MARQUES DE LA CONCORDE

Une réalité urbaine sublimée : la ville du prince dans le frontispice des Chroniques et conquêtes de Charlemagne de David Aubert (vers 1460)
Élodie Lecuppre-Desjardin

Les génies invisibles de la cité.

Recherche sur les espaces et les mots de la participation à la vie publique dans quelques villes de l’espace francophone de langue d’oïl à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle)
Thierry Dutour

Vizualising the state in the towns and cities of the Burgundian Netherlands: The chambre des comptes at Lille, 1466
Graeme Small

Conclusions
Jean-Claude Maire Vigueur

Ouverture du site internet de l’association francophone d’histoire de la construction

Annonce transmise par Robert Carvais :

Le site internet de l’association francophone d’histoire de la construction vient d’être ouvert à l’adresse : www.histoireconstruction.fr .

Il devrait constituer le bulletin de liaison des historiens de la construction en présentant les activités de l’association, les nouvelles manifestations (appels à contributions, colloques, séminaires), les parutions, les soutenances concernant notre champ.

Les travaux en cours intéressant la communauté spécialisée dans l’histoire de la construction se dévoileront à travers l’annuaire constitué des membres automatiquement mis à jour à chaque adhésion.
Il devrait être également un site de publication de sources et de recherche.

ICONOTHÈQUE EN LIGNE : Maison de banlieue

NOUVEAU : ICONOTHÈQUE EN LIGNE
Le fonds iconographique numérisé de la Maison de Banlieue (cartes postales anciennes ou modernes et photographies de l’Essonne) est désormais mis à disposition du public grâce à la mise en place d’une iconothèque en ligne.
Ces images (cartes postales et photographies) sont visualisables sur le catalogue documentaire en ligne dans la rubrique iconothèque. Accès au catalogue en ligne
Accueil sur rendez-vous, mardi et jeudi de 9h à 16h et samedi de 9h à 18h.
Contact : Mme Patricia Wilhelm-Chevallier, documentaliste.

 

MAISON DE BANLIEUE ET DE L’ARCHITECTURE
Centre d’interprétation de l’environnement urbain, du patrimoine en banlieue et de l’architecture
Association loi 1901
41, rue G. Anthonioz-de-Gaulle
91200 Athis-Mons
Tél : 01 69 38 07 85
EXPOSITION ”Comme une maison commune : Mairies et sièges d’intercommunalité en Essonne”
 du 1er février au 9 juillet 2014 (sauf 19/04, 31/05 et 07/06).
10/05 Balade théatrale ”La Commune de Paris au fil des rues”, 16h-19h,
ciné concert ”La nouvelle Babylone”, 20h30
17/05 Visite-découverte ”La nuit des Marianne” / Nuit des musées, 20h30
14/06 Randonnée urbaine ”Voyage aux centres des Portes de l’Essonne”, 10h-17h
24/06 Visite-découverte ”La mairie du XXIe siècle : patrimoine et développement durable”, 13h30-17h30
29/06 Visitedécouverte ”Hôtels de ville et de communauté de communes en Sud Essonne : Etampes et Dourdan”, 10h-17h

Appel à projet de contrat doctoral : Histoire du conservateur des hypothèques en France, un statut professionnel original sur le marché immobilier (1771-2012)

Appel à projet sous forme de contrat doctoral

Histoire du conservateur des hypothèques en France, un statut professionnel original sur le marché immobilier (1771-2012) [L’analyse sera centrée sur le XXe siècle]

Présentation des Conservateurs des Hypothèques

Créé sous Louis XV, le métier de conservateur des hypothèques a pris fin en décembre 2012. Cette structure, parfois dénommée « bureau des hypothèques », était une institution administrative et fiscale du ministère des Finances (exactement de la direction générale des Impôts dans sa dénomination postérieure à 1948) et assurait l’information des tiers sur les opérations immobilières susceptibles de les intéresser. Initialement limitée jusqu’au milieu du XIXe siècle aux seules hypothèques (droit réel accessoire accordé à un créancier sur un immeuble en garantie du paiement d’une dette sans dépossession du propriétaire du bien), la publication s’est ouverte progressivement à l’ensemble des transactions qui, à titre onéreux puis gratuit, concernaient les immeubles afin de garantir la sécurité des transactions immobilières. La dernière grande réforme concernant la conservation des hypothèques date de 1955.

Il existait, partout en France, environ 350 bureaux de conservation des hypothèques, soit un peu moins que d’arrondissements, et les conservateurs présentaient un statut très particulier associant celui de fonctionnaires de rang élevé gérant la documentation foncière et immobilière pour le compte des usagers et celui de professionnels responsables sur leurs propres fonds vis-à-vis des usagers, des erreurs ou omissions commises lors de la publication des actes ou de la délivrance des renseignements.

Rapidement, les conservateurs se sont groupés en association, l’Association des Conservateurs des Hypothèques (1887), destinée à les représenter professionnellement et à mutualiser informations et risques. Forte de 1700 adhérents, dont certains ont connu l’évolution du métier depuis la Seconde guerre mondiale, l’Association propose aujourd’hui, en partenariat avec l’Université d’Artois, à un candidat doctorant la possibilité de réaliser l’histoire de la conservation des hypothèques en France, au moins depuis 1945, sous la forme d’un ouvrage historiographique de format académique, avec un état des lieux initial qui permettrait de comprendre les évolutions majeures intervenues depuis le XVIIIe siècle.

À travers l’histoire du conservateur des hypothèques, le projet croise des analyses du marché immobilier, du droit de la propriété, de la conjoncture des constructions immobilières (par exemple les reconstructions après les deux guerres mondiales) et d’une catégorie professionnelle très originale et hautement qualifiée, à l’interface de la haute fonction publique et des transactions immobilières.

Sources disponibles

Les sources disponibles sont extrêmement nombreuses :

  archives du Centre des Archives Economiques et Financières, qui conservent les archives du Ministère des Finances (Savigny-le-Temple, 77 176), mais aussi archives propres des conservations des hypothèques, présentes dans toute la France et conservées, selon le cas, dans l’ancienne conservation même ou aux archives départementales

  sources imprimées de l’Association des Conservateurs des Hypothèques, notamment la Revue de l’Association publiée depuis 1887

  sources imprimées concernant le droit foncier et son évolution (la bibliographie disponible est largement recensée)

  sources orales exceptionnelles : 1700 conservateurs vivants, prêts à être interviewés en direct ou par internet (prosopographie recommandée), prêts à rédiger des notes de synthèse ou des paragraphes précis sur l’histoire de la conservation ou leur propre expérience

Caractéristiques du contrat

Le doctorant contractuel est recruté par l’Université d’Artois. Le cofinancement du contrat sera assuré par l’Association des Conservateurs des Hypothèques (50%) et l’Université d’Artois (50%) pour une période de 36 mois. Le candidat s’engage à rédiger sa thèse de doctorat en trois ans, notamment sous la forme d’un ouvrage publiable par les soins de l’Association des Conservateurs des Hypothèques et à organiser si nécessaire une ou plusieurs journée(s) d’études sur le sujet.

Les candidats doivent être titulaires d’un master 2 obtenu avec la mention bien ou très bien, ces dernières seront privilégiées. La recevabilité des candidatures est conditionnée par l’inscription en thèse du candidat depuis moins de 6 mois (ne peuvent candidater que des personnes titulaires d’un master 2 et non encore inscrites en thèse), sans condition d’âge et de nationalité.

La filière d’origine du master est plutôt l’histoire économique contemporaine, mais les candidatures solides issues des filières juridiques et économiques, ou plus largement, des Sciences Humaines et Sociales, seront examinées avec intérêt. Les candidats devront témoigner d’une aptitude avérée à la recherche (mémoire de recherche, publication). La localisation géographique des sources conduira le candidat à se déplacer en France (frais de déplacement pris en charge par l’association).

Les dossiers complets de candidature sont à adresser avant le mercredi 21 mai 2014 inclus au Centre de Recherches et d’Etudes Histoire et Sociétés (Université d’Artois, Arras) qui les examinera avant de les transmettre, classées, à l’Ecole doctorale qui pourra auditionner les candidats sélectionnés le jeudi 26 juin 2014 à Lille. Le résultat définitif sera rendu début juillet 2014 pour un engagement contractuel effectif à l’automne. Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus en contactant directement les responsables du projet.

Responsable scientifique du projet :

Michel-Pierre Chélini, Professeur d’histoire économique contemporaine (U. d’Artois) : mpierre.chelini@univ-artois.fr

Responsable administratif du projet :

Olivier Rota, ingénieur CREHS, olivier.rota@univ-artois.fr

Adresses du CREHS :

Web : http://crehs.univ-artois.fr/

Postale : Maison de la Recherche

9, rue du Temple – BP 10665

F- 62030 ARRAS CEDEX

Appel à propositions : Symposium “Toward integrated modelling of urban systems” 15-17th October 2014, Lyon (France).

Nouvelle date limite : 25 avril 2014 (au lieu du 11 avril initialement prévu)
Symposium “Toward integrated modelling of urban systems”
15-17th October 2014, Lyon (France).

 

The symposium is a biennially event of the French Scientific Network “Urban Modelling”. The scope of urban modeling includes the built environment and the physical phenomena, the urban morphologies and the spatial and temporal dynamics, the nature and the living in town. This mobilizes the human and social sciences, the sciences of the environment and the engineering sciences.

 

The scientific committee of the symposium wishes to favour research papers tackling urban issues from the point of view of the integrated modelling and the removing of barriers between urban dimensions and between disciplines. The selection of the communications will be made by the scientific committee based on long abstracts (3 pages, approximately 1000 words). No full paper will be required for the symposium but initiating special issues in scientific journals will be considered.

Contributions are expected in the following fields
  Urban metabolism
  Urban mobility
  City logistics
  Digital city
  Urban climate
  Natural and anthropogenic physical phenomena
  Social, legal and economic phenomena
  Urban biodiversity
  Energy, water and other resourcesImportant dates :
Receipt of abstracts : 25th April 2014
Notification of acceptance : 2nd June 2014
Symposium dates : 15-17th October 2014

More information at http://www.let.fr/Symposium-Urban-Modelling
Website for abstracts uploading : http://urbanmodelling.sciencesconf.org/

 

Aide aux doctorants et jeunes docteurs: bourses pour la 12e EAUH

Après avoir initié cette offre pour la conférence de l’EAUH à Prague en 2012, la Société Française d’Histoire Urbaine propose à nouveau aux doctorants et jeunes docteurs cinq bourses pour participer à la XIIème Conference de la European Association for Urban History, Cities in Europe, cities in the world qui aura lieu à Lisbonne du 3 au 6 septembre 2014.

Le montant de ces bourses est destiné à couvrir les droits d’inscription fixés à 220 euros. Ces bourses ne sont pas cumulables avec une aide accordée par une Ecole doctorale, une université, un département ou un laboratoire de recherche (UMR, EA …).

Les jeunes docteurs devront avoir soutenu leur thèse depuis moins de 3 ans.

Les candidats devront fournir une attestation d’acceptation de leur communication par le responsable de la session ou le comité d’organisation de la Conférence.

Les demandes (lettre de candidature + CV + lettre d’acceptation) devront être envoyées à l’adresse électronique du président denis.menjot@univ-lyon2.fr , d’ici au 30 avril 2014.

Une réponse sera adressée aux candidats fin mai.

Les bénéficiaires s’engagent à adhérer à la SFHU en acquittant leur cotisation pour 2014.

Parution : L’Atlas de Trudaine. Pouvoirs, cartes et savoirs techniques (Stéphane Blond, édtions du CTHS)

Les éditions du CTHS publient le 10 avril L’Atlas de Trudaine. Pouvoirs, cartes et savoirs techniques au Siècle des Lumières, de Stéphane Blond.

L’atlas de Trudaine
Pouvoirs, cartes et savoirs techniques au Siècle des Lumières
Stéphane Blond
Réalisé au XVIIIe siècle, l’atlas dit de Trudaine fait référence à plus de trois mille plans manuscrits qui figurent les routes et les ouvrages d’art dont la construction et la gestion incombaient au roi de France. Cette oeuvre, issue d’une commande administrative, contient des enjeux sous-jacents et des intentions politiques : selon l’adage « gouverner c’est prévoir », la carte devient un puissant moyen de projection dans l’avenir, un outil indispensable pour gouverner.
Stéphane Blond offre une lecture de cette source exceptionnelle en s’inscrivant à la croisée de l’histoire administrative, de l’histoire des savoirs techniques, de la géographie et de la cartographie. Les nombreuses illustrations dont il propose l’étude sont un véritable plaisir pour les yeux et l’esprit. Nul besoin d’être un spécialiste pour comprendre l’importance de cet ouvrage : s’intéresser à l’atlas de Trudaine, c’est – d’une certaine manière – partir à la découverte du territoire passé pour mieux comprendre le territoire présent.
Stéphane Blond est agrégé et enseignant en histoire moderne à l’université d’Évry-Val d’Essonne. Sa thèse a été récompensée par le prix du concours de thèse du CTHS, le prix Dezès de la Fondation de France et deux fellowships en histoire de la cartographie en Grande-Bretagne et aux États-Unis.
Collection Hors collection
Éditeur CTHS
Distributeur Sodis | F30875.3
ISBN 978-2-7355-0805-1
Description 416 p. | 21 x 27 cm |
ill. en coul. | br.
Parution le 10 avril 2014
Contact presse :
Pierre-Emmanuel Potey | 01 55 95 89 62
Clémence de Clavière | 01 55 95 89 13

Urban Studies Summer School – Anvers 16-20 juin 2014

Le centre d’histoire urbaine d’Anvers organise un “CityLab”, école d’été thématique sur le thème: Suburbanism

Organised by: Stijn Oosterlynck (OASeS) & Ilja Van Damme (CSG)

Date: 16-20 June 2014

Pour plus d’info: https://www.uantwerpen.be/en/rg/csg/events/citylab-2/

Recent years have seen a revival of interest in the study of suburbs, suburbanization and suburbanism. Central to this revival is a concern with the empirical diversity of suburbs and processes of suburbanization as well as with the growing internal and spatial differentiation of suburbs due to the impoverishment, increased ethnic diversity, densification and sprawl of economic activities in an increasing number of suburbs. These concerns undermine established understandings of suburbanism and turn the study of suburbs into a promising field for conceptual renewal and interdisciplinary reflection.

The second edition of CityLAB, organized by the Institute for Urban Studies will explore both the empirical diversity of suburbs and their increasing internal differentiation from an interdisciplinary perspective. It will examine the complexity of suburban phenomena from insights deriving from sociology, history, economic geography, political sciences, architecture and urban planning. Its target group is PhD and early stage post-doctoral researchers who want to develop such multi-perspectival understanding of suburbs, suburbanization and suburbanism and become more sensitive to the diversity of actually existing suburbs. The CityLAB Summer School is explicitly international and interdisciplinary in orientation and will take full advantage of its location in one of the most (sub)urbanized regions in Western Europe, Belgium. The programme combines international and local speakers, and two field trips to explore the suburban diversity of the biggest city of Flanders, the sprawling port town Antwerp. Roger Keil (Faculty of Environmental Sciences, York University) and Mark Clapson (Faculty of Social Sciences and Humanities, University of Westminster) will deliver keynote lectures, and engage in discussion with the participants on the basis of their own research.

16/06 – Monday:  Exploring suburbanism in theory and practice

  • 9h – 12h: Setting the scene: disciplinary perspectives on suburbanisms
  • 13h – 19h: Field trip 1: Antwerp suburbs by bus
  • 19h: Social activity: Dinner

17/06 – Tuesday: Historicizing suburbanism

  • 9h – 12h: Mark Clapson (Department of Social and Historical Studies, University of Westminster, London, UK) on the Anglo-American and European model of the suburb, their uses and limitations
  • 13h30 – 16h30: André Loeckx (Department of Architecture, KU Leuven, Leuven, Belgium): ‘The genesis of the grid city’
  • 19h: Social activity: screening of ‘Conversations in Milton Keynes’, with introduction by Ingo Baltes, director of the documentary and guided tour to architectural exhibition ‘Re-Work Brussels. Space for Industry, Logistics and Retail in the City’ at VAi.

18/06 – Wednesday: Global suburbanisms

  • 9h – 12h: Roger Keil (Faculty of Environmental Studies, York University, Canada) on global suburbanisms
  • 13h30 – 16h30: Bruno Meeus and Pascal De Decker (Faculty of Architecture, KU Leuven, Leuven, Belgium): ‘The ghost of suburbia: the resilience of the suburban housing ideal’

19/06 – Thursday: Measuring suburbs and economic dispersal

  • 9h – 13h: Ann Verhetsel , Thomas Vanoutrieve and Isabelle Thomas (Department of Transport and Spatial Economics, University of Antwerp, Antwerp, Belgium and Department of Geography, UCL, Louvain-la-Neuve, Belgium)
  • 14h – 19h Field trip 2: Antwerp suburbs by tram

20/06 – Friday: Governing the suburbs

  • 10h – 13h: Filip De Rynck (Department of Administration and Management, University of Ghent, Belgium): ‘City-regional governance’
  • 14h – 16h: Eric Corijn (Free University of Brussels, Brussels, Belgium): ‘Is the suburb a city?’
  • 15h30 – 16h: Closing words

Appel à communication : Inventer le Grand Paris. Regards croisés sur Paris et les métropoles (4-5 déc 2014)

Inventer le Grand Paris

Regards croisés sur Paris et les métropoles 1919-1944

Colloque international 4 et 5 décembre 2014 – Petit Palais (Paris)

Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) sont à faire parvenir par courriel à l’adresse suivante :

inventer.grandparis@gmail.com

Appel_à communication inventer le grand Paris

English version : Appel_à communication inventer le grand Paris (eng)

Comité d’organisation 

Emmanuel Bellanger (CNRS/CHS)

Florence Bourillon (U-pec/CRHEC)

Frédéric Bertrand (ENSAPB/Ipraus)

Corinne Jaquand (ENSAPB/Ipraus)

Viviane Claude

(U-pec/Lab’Urba)

 

Comité scientifique 

Emmanuel Bellanger (CNRS/CHS)

Frédéric Bertrand (ENSAPB/Ipraus)

Florence Bourillon (U-pec/CRHEC)

Karen Bowie (ENSAPLV/AHTTEP)

Pierre Chabard (ENSAPLV/AHTTEP)

Viviane Claude

(U-pec/Lab’Urba)

 

Laurent Coudroy de Lille (U-pec/Lab’Urba)

Annie Fourcaut (Université de Paris I/CHS)

Corinne Jaquand (ENSAPB/Ipraus)

Isabelle Grudet (ENSAPLV/Let)

André Lortie (ENSA de Paris-Belleville/ACS)

Nathalie Roseau (ENPC/LATTS)

Clément Orillard (U-pec /Lab’Urba)

Frédéric Pousin (ENSP de Versailles/LAREP)

Simon Texier (Université de Picardie Jules Verne)

APPEL A COMMUNICATIONS

Ce colloque a pour ambition de réévaluer la planification du Grand Paris en croisant les regards et les études sur les métropoles. Interdisciplinaire et transnational dans sa conception, il vise à éclairer une période assez longue de l’histoire de la pensée urbaine. Son champ chronologique couvre deux décennies marquées, à leurs deux extrémités, par l’expérience des guerres. Ce contexte oblige à reconsidérer les liens entre urbanisme et politique.

Malgré la force des conflits et des nationalismes, les circulations des modèles de projection et d’organisation des territoires métropolitains n’ont pas été entravées. Elles connaissent au contraire un véritable élan durant l’entre-deux-guerres, portées par des mouvements associatifs, des groupements professionnels et des personnalités emblématiques, politiques et académiques, de la réforme urbaine et du « municipalisme ».

En France, deux textes législatifs importants, l’un de portée nationale – la loi du 14 mars 1919 sur les plans d’aménagement, d’embellissement et d’extension (PAEE) des villes –, l’autre de portée plus régionale – la loi du 19 avril 1919 sur le déclassement des fortifications et l’annexion de la zone non aedificandi de la capitale –ouvrent cette période de réflexions et de grands chantiers urbains. Des dynamiques de professionnalisation (l’École des hautes études urbaines, antécédente de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris, est fondée en 1919) et d’émulation intellectuelle autour de nouvelles revues (La Vie urbaine paraît en 1919, Urbanisme en 1932), des congrès internationaux d’architecture et d’urbanisme, des concours et des expositions animent durant l’entre-deux-guerres les milieux de l’urbanisme et des élites locales. Leurs activités nous invitent à mettre en perspective l’expérience urbaine et sociale du Grand Paris et à la comparer avec d’autres grandes agglomérations, qu’elles soient capitales, métropoles régionales, villes impériales, villes coloniales ou encore villes américaines vers lesquelles s’exporte le savoir-faire des urbanistes français. Que partagent ces villes avec le destin de Paris qui demeure une référence ?

Au-delà des questions de planification, ce sont aussi les réalisations qui interpellent les contemporains. Réseaux de transports et grands services urbains, programmations de logements et amélioration de l’habitat, équipements métropolitains innovants sont inscrits à l’agenda des administrations, des grands corps et des élus. Ce dynamisme de l’interventionnisme public et de l’initiative privée répond à des enjeux de peuplement et de pacification sociale. Durant cette période comment se renouvellent les cadres politiques, les formes urbaines et paysagères, les configurations d’acteurs et les modes de financement qui agissent profondément sur la transformation des agglomérations ?

2014, une date anniversaire

C’est en 1934 que l’architecte Henri Prost et les services de la direction de l’extension de Paris achèvent, pour le compte du Comité supérieur d’aménagement de la Région parisienne (CSARP) institué en 1928. Approuvé en 1939, le Plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) est le premier document d’urbanisme officiel à afficher l’ambition de maîtriser la croissance de la région capitale.

Quatre-vingts ans après sa publication, nombre de questionnements soulevés par ce plan ambitieux semblent encore à l’ordre du jour, comme « organiser le Grand Paris et non l’étendre davantage ». À la question de l’extension, jusqu’ici essentielle, s’ajoute celle des limites, artificiellement résolue dans le plan de 1934 par la géométrie d’un cercle de 35km mesuré depuis Notre-Dame, et sans cesse reposées depuis. À ce questionnement récurrent s’ajoute aussi celui de l’organisation rationalisée de l’agglomération parisienne et en particulier de sa grande banlieue, alors perçue comme sous-équipée, sous-administrée et enclavée. Signe des temps, la ville de Paris apparaît dans les documents graphiques comme une tache aveugle au cœur de la région à laquelle elle donne son nom, comme si cet effort d’organisation ne la concernait pas.

Mais le PARP est aussi l’occasion d’explorer des dispositifs innovants, comme le zonage ou les « autostrades » et leur insertion paysagère, qui étaient au cœur des problématiques internationales et de la construction des savoir-faire. Prost, Grand prix de Rome, urbaniste du Protectorat marocain, est un agent de diffusion de ses propres expériences dans ce que certains ont considéré comme des laboratoires de l’urbanisme français. Mais ce sont aussi les expériences nord et sud-américaines que l’on devine dans les images des tracés autoroutiers que l’on pourrait qualifier de parkways. Il ne faut pas également négliger l’émulation au sein de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris où Henri Prost intervient comme enseignant, au même titre que Jean Royer par exemple, autre membre du CSARP.

Si la période considérée concerne évidemment l’entre-deux-guerres, il importe de s’interroger sur la postérité du PARP durant l’Occupation et la Reconstruction au prisme du mouvement moderne, d’une certaine technocratie en aménagement et du contexte international.

Un programme de colloques pluriannuel

Ce colloque des 4 et 5 décembre 2014 s’inscrit dans un programme pluriannuel qui vise à reconsidérer les plans et les études entreprises sur le Grand Paris tout au long du XXe siècle.

Le premier colloque, qui s’est tenu à la Cité de l’architecture et du patrimoine en décembre 2013, portait sur les travaux de la Commission d’extension de Paris qui publia en 1913 un rapport considéré comme la première formulation d’un projet d’ensemble pour un « Grand Paris ». Aux lendemains de la Grande guerre, en 1919, la Commission organisa un concours international pour « l’extension de Paris et l’aménagement de la région parisienne ». Il fut remporté par le Grand Prix de Rome, Léon Jaussely (1875-1932). Ce premier colloque avait fait une large part au contexte international de l’époque qui voyait l’émergence des grands plans et des premiers congrès d’urbanisme.

Avec cette deuxième étape de la réflexion engagée à l’occasion des quatre-vingts ans du rapport de 1934, c’est peut-être moins l’histoire du Grand Paris comme concept métropolitain que l’histoire des outils méthodologiques, techniques, politiques et « pédagogiques » mis au point pour donner corps à ce concept métropolitain, qui sont interrogés.

L’époque est marquée partout dans le monde par l’affirmation de l’échelle régionale dans la planification urbaine qui transforme les attendus sur le plan et la composition urbaine et convoque des outils de représentation plus abstraits. Les méthodes d’investigations s’ouvrent à un ensemble de champs disciplinaires fondant la prospective urbaine, ainsi qu’aux prémices d’une écologie urbaine qui emprunte à la biologie pour instaurer une vision dynamique de la société.

Du point de vue international et comparatif, il est intéressant de se pencher sur la communication et la publicité qui est faite autour des projets pour les mettre à la portée du grand public par des médias variés, expositions, brochures, publications, films documentaires.

L’objectif de ce colloque, qui s’adresse à un large public, est de réinterroger la construction du Grand Paris, comparée à d’autres métropoles, pour mieux comprendre la permanence et les évolutions des dynamiques territoriales sur le long terme.

Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) sont à faire parvenir par courriel à l’adresse suivante :

inventer.grandparis@gmail.com

Sous la forme d’un document Word d’une-demi page A4 maximum (1 200 signes environ) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications) au plus tard le 20 mai 2014.

 

 

 


Carnets de recherche