Atouts de l’urbain et processus de « revalorisation », séminaire, Lyon, 21 mai 2014

Séminaire doctoral « Les valeurs de l’urbain », 2013-2014

 

Séance 3 : Atouts de l’urbain et processus de « revalorisation »

mercredi 21 mai 9h30-12h30 / 14h-17h

salle Élise RIVET, ISH, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e (Metro Jean Macé, Tram T2 Centre Berthelot)

La séance questionnera le paysage, les fonctions et les pouvoirs centripètes attachés à l’espace urbain. Les concepts et thématiques discutés sont les suivants : attractivité, équipements, patrimoine, ville durable, hiérarchie urbaine, gentrification, écoquartier, rénovation urbaine, création, requalification, (dé)territorialisation, politiques urbaines.

Membres organisateurs : Manuel Appert (EVS, géographie), Loïc Bonneval (CMW, sociologie), Natacha Coquery (LARHRA, histoire moderne), Christian Montès (EVS, géographie), Valérie Sala Pala (TRIANGLE, science politique).

 

Programme

 

Matinée

Rénovation urbaine

- Guilhem Boulay (géographe, université d’Avignon, UMR 7300 ESPACE) : La revalorisation de la ville est-elle une question de géographie ?

- Manuel Appert, (géographe, université Lyon 2, EVS) : Substitution de valeurs et reterritorialisation de Londres post JO2012.

- Martine Drozdz (doctorante en géographie, université Lyon 2, EVS) : Les modalités de la rénovation des franges péri-centrales du quartier d’affaire de la City.

- Isabelle Backouche (historienne, EHESS) : La fabrique de la ville entre patrimoine et architecture (seconde moitié du XXe siècle).

 

Après-midi

L’attractivité urbaine

- François Cusin (sociologue, université Paris-Dauphine, chaire Ville et Immobilier) : La valeur de la centralité : une approche comparée des villes françaises à partir de leurs marchés immobiliers.

- Déborah Galimberti (doctorante en science politique, université de Saint-Étienne, Triangle) : La construction des politiques d’attractivité urbaine à Lyon et Milan.

- Matthieu Giroud (géographe, université Paris Est Marne-la-Vallée) : Les continuités populaires comme formes de résistance à la gentrification ?

- Pierre Gilbert (doctorant en sociologie, université Lyon 2, CMW) : La valeur de la centralité : une approche comparée des villes françaises à partir de leurs marchés immobiliers.

Street Singers in Renaissance Europe (and beyond), CFP, Berlin 26-28 mars 2015

CALL FOR PAPERS
Renaissance Society of America Annual Meeting
Berlin, 26-28 March 2015

Street Singers in Renaissance Europe (and beyond)

This panel(s) shall focus upon a central figure of the oral world of Renaissance culture: the singer of tales or the street singer (known as cantimbanco or cantastorie in Italy, ballad singers or mountebanks in England, Bänkelsänger in Germany, ciegos copleros in Spain, chanteurs de rue in France, or Meddah in the Ottoman world). Heirs of medieval minstrels and jesters, ballad singers were poets, musicians, and performers who entertained, educated, and informed their audiences with a vast and various catalogue of narrative, lyrical, political, didactic, and dramatic works.

At least since Peter Burke’s seminal work on early modern popular culture, cantastorie and their equivalents in other parts of Europe have been identified as crucial mediators in the dynamic continuum of learned and popular cultures, orality and literacy. These elusive performers held a place at the epicenter of Renaissance society and culture: they epitomize the ‘hybridity’ that characterized this era.

The organizers welcome proposals from scholars of history, language, art, music or literature, which investigate the texts, performances, and careers of street singers and other closely-related performing professions in Renaissance Europe (and beyond).

To be considered for these sessions, please send a 150-word abstract of your paper (please include a title and relevant keywords) and CV with full contact information to both organizers: Massimo Rospocher (mrospocher@fbk.eu<mailto:mrospocher@fbk.eu>) and Luca Degl’Innocenti (l.deglinnocenti@leeds.ac.uk<mailto:l.deglinnocenti@leeds.ac.uk>). The deadline for submission is May 31st. For additional details on the RSA Berlin 2015 conference, visit http://www.rsa.org/?2015Berlin

Foreigners in the Deep Heart of Medieval and Early Modern Societies (Europe, the Mediterranean and the Muslim World), 18-20 juin 2014

International conference organized by Francisco Apellániz, David Do Paço and Cédric Quertier

18-20 June 2014


European University Institute Villa Schifanoia / Badia fiesolana

Discussants: R. Grafe, T. Krstić, L. Molà, G. Todeschini, R. Zaugg Contact : David.DoPaco@EUI.eu

Sala Cappella, Villa Schifanoia, via Giovanni Boccaccio 121, Firenze.

Max Weber Common Room, Badia Fiesolana, via de’ Roccettini 9, San Domenico di Fiesole


Wednesday, June 18: A Legal History. Cappella (Villa Schifanioa)

10h30-12h – Introductions : F. Apellániz, D. Do Paço, C. Quertier.

14h-16h – (1) Courts, Trials and Societies.

Max Weber Common Room (Badia Fiesolana)

F. Apellaniz (European University Institute, Marie Curie Actions): ‘Solving Conflict in Mediterranean Complex Environments : Europeans at Markets and Courts in the Late Medieval Middle East (1350-1500)’.

A. B. Fernandez Castro (European University Institute): ‘Judging Foreignness in the Audience of the House of Trade of Seville (1583-1598)’.

J. Wubs-Mrozewicz (Universiteit Leiden): ‘Conflict Resolution with Foreigners in the Hanse area in the Fifteenth and Sixteenth Century: Law and Diplomacy’.

Discussant: Roberto Zaugg (Sciences po).

16h30-18h30 – (2) Foreignness Politics.

R. Dorin (Harvard University): ‘From Jew to Foreigner: Canon Law and the Expulsion of Jews in the Late Middle Ages’.

J. M. Escribano Paez (European University Institute):  ‘Italian Merchants in Iberian and Maghreb’s cities Between the XVth and XVIth Centuries’.

V. McGuire (European University Institute, Max Weber Programme): ‘Franco-Levantines: Reading Citizenship and National Belonging Through the History of the Merchants of Venice’.

Discussant: Tijana Krstić (Central European University).


Thursday, June 19 : Foreigners and Elements of Foreignness. Max Weber Common Room (Badia Fiesolana)

10h-12h: (1) Determining Foreigners.

C. Quertier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / École Française de Rome): ‘Le Marchand florentin à Pise : de l’homme invisible à la nation marchande la plus privilégiée (XIVe siècle)’.

M. Pakucs (‘Nicolae Iorga’ Institute of History, Bucharest): ‘The pernicious nation of the Greeks: ‘Greek’ Merchants in Transylvania, Sixteenth- Seventeenth Centuries’.

M. Grenet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ERC ConfigMed): ‘Un cosmopolitisme de frontière ? Marchands ‘étrangers’ et fabrique des identités locales dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle’.

Discussant: Giacomo Todeschini (Università degli studi di Trieste).

14h-16h: (2) Migrations and Social Bonding.

J. M. Escribano Paez (European University Institute):  ‘Italian Merchants in Iberian and Maghreb’s cities Between the XVth and XVIth  Centuries’.

C. Tarruell (École des Hautes Études en Sciences Sociales / Universidad Autónoma de Madrid):‘L’accueil de musulmans et de juifs venus « de leur propre volonté » au sein de la Monarchie hispanique (fin XVIe – début XVIIe siècles)’.

M. Gasperoni (École des Hautes Études en Sciences Sociales / École Française de Rome):‘Les hommes circulent et s’échangent. Phénomènes migratoires entre Marches et Romagne à l’époque moderne’.

Discussant: Roberto Zaugg (Sciences po).

16h30-18h: (3) Belonging to a Community.

O. Mercan (European University Institute): ‘Italian Communities in Istanbul in the Late 15th and 16th c.’.

S. Montemezzo (Università di Verona): ‘Being Alien Merchants in a Capital City. Venetians in London and Bruges at the End of 15th century’.

C. Santus (École Pratique des Hautes Études / Scuola Normale Superiore di Pisa): ‘Becoming Foreigners: Eastern Christians and «Franks» at the turn of the 18th century’.

Discussant: Regina Grafe (European University Institute).

Friday, June 20 : Social Bonding and Polarisation. Max Weber Common Room (Badia Fiesolana)

10h-12h: (1) Geography.

D. Do Paço (European University Institute, Max Weber Programme): ‘From Modern Pacific to Early Modern Central Europe: on Marshall Sahlins’ Process of Indeginization’.

M. Couderc (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): ‘La cour, matrice d’intégration. Les ‘Grecs’ en Europe du Nord-ouest (Angleterre, Bourgogne et France), XVe siècle.’.

S. Nadalo (Northwestern University / Paris College of Art): ‘From Market to Synagogue: Locating Pluralistic Sociality in the Free Port of Livorno’.

Discussant: Luca Molà European University Institute).

14h-15h30: (2) The Unbearable Lightness of the Peripheries.

A. Lestremau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): ‘He ælþeodige unsida lufode. Rois, ducs et étrangers dans l’Angleterre anglo-saxonne au XIe siècle’.

K. Prajda (Institute of History, Hungarian Academy of Sciences): ‘Florentine Merchant Companies in the Republic of Venice and in the Kingdom of Hungary During the First Decades of the 15th Century. A Comparative Analysis of Commercial and Social Relations’.

L. Binz (European University Institute): ‘Latin Catholics in Constantinople 1650-1750’.

Discussant: Tijana Krstić (Central European University).

16h00: Conclusion by Giacomo Todeschini (Università degli Studi di Trieste).

contact : David.DoPaco@eui.eu ou cedric.quertier@gmail.com

Parution: De la Courly au Grand Lyon, Histoire d’une communauté urbaine, par Cédric Polère

Vient de paraître :

DE LA COURLY AU GRAND LYON, HISTOIRE D’UNE COMMUNAUTÉ URBAINE
par Cédric Polère, docteur en sciences politiques (IEP de Grenoble) et sociologue

Lyon, Editions Lieux dits, 2014

Présentation par l’éditeur:
Créée en 1969, rassemblant aujourd’hui 58 communes, la Courly fait figure de pionnière en France dans de multiples domaines, mais son histoire n’avait jamais été écrite : en trois parties (Pour comprendre la communauté urbaine de Lyon, La communauté urbaine à l’oeuvre et Les coulisses communautaires) ce véritable ouvrage d’auteur raconte, dans un style accessible à tous et agrémenté de nombreuses images d’archives, « la grande aventure » de la communauté urbaine de Lyon pendant ses 44 années d’existence.

Soutenance: Cédric Quertier, La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle

Cédric Quertier

a le plaisir de vous convier

 à la soutenance de sa thèse de doctorat d’histoire médiévale intitulée

Guerres et richesses des nations. La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle

 

Devant l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne et un jury composé de MM. Laurent Feller (Université Paris 1, directeur) et Giuliano Pinto (Université de Florence, directeur), de Mme Laura de Angelis (Université de Florence) et de MM. Patrick Boucheron (Université Paris 1), Franco Franceschi (Université de Sienne), et Didier Lett (Université Paris 7),

Le 27 mai 2014 à 14h00,

En salle Jean-Baptiste Duroselle

(Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e).

Un pot, auquel vous êtes chaleureusement invités, sera donné à l’issue de la soutenance en salle Perroy

(Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, esc. R, 3e étage).

Pour la bonne organisation, une réponse est souhaitée s’il vous plaît avant le 20 mai : cedric.quertier@gmail.com

Appel à communication : Appréhender le passé par le bâti (23 septembre 2014)

Appel à communication pour une journée d’études des doctorants du LARHRA (mais ouverte à tous) sur le thème :

« Appréhender le passé par le bâti : enjeux et méthodes de l’étude historique des sources architecturales »

 

La journée d’études doctorales du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) est organisée annuellement par une équipe de doctorants mais n’est pas réservée aux membres du laboratoire et se veut une occasion de rencontres avec des chercheurs appartenant à d’autres structures et d’autres disciplines. Nous souhaitons aborder cette année une thématique architecturale : « Appréhender le passé par le bâti : enjeux et méthodes de l’étude historique des sources architecturales ».
Qu’il s’agisse des palais de la cour de France (Chatenet, 2002), des constructions architecturales de l’époque fasciste en Italie (Cantelli, 1981) ou même des ensembles scolaires (Derouet-Besson, 1998), les fonctions des bâtiments sont multiples et ne se limitent pas à leur utilité pratique : au-delà de leur valeur d’usage, ils possèdent une valeur symbolique. A ce titre, ils constituent une source particulièrement riche pour le chercheur adoptant une perspective historique. Objet inscrit dans le territoire, le bâtiment participe à sa constitution et peut devenir un enjeu de pouvoir ainsi que le reflet d’un projet idéologique. Le bâtiment est également le support d’appropriations successives: il peut être réaménagé, réhabilité et ou réapproprié, voire démoli. Entre projet architectural et usages effectifs, il peut en effet exister un écart qui transforme le vécu du bâti de même que, inversement, un projet architectural peut infléchir des normes d’usages préexistantes.
Cette journée d’études doctorales se consacrera aux enjeux et méthodes de l’étude des sources architecturales dans une perspective historique. Comment nous parviennent-elles et quels usages le chercheur peut-il en faire ? Comment faire apparaître et prendre en compte les enjeux liés à la maîtrise d’ouvrage et à la maîtrise d’oeuvre ? Quel impact les bâtiments et leur agencement ont-ils sur les usages qu’en fait le public?
Trois axes de réflexion sont proposés :
● Le bâtiment et les sources architecturales entendues dans un sens large, constituent tout d’abord un objet du patrimoine dont il faut assurer la conservation. Les pratiques archivistiques et la question de l’accès aux sources pourront faire l’objet d’une réflexion, ainsi que la méthodologie à mettre en oeuvre pour étudier les plans, les calques ou toute autre source architecturale;
● Le bâtiment est un vecteur de représentations, de stratégies d’affichage pour une institution, un groupe social, etc. Une perspective d’étude serait de s’intéresser aux enjeux idéologiques, politiques, économiques ou financiers des projets de constructions. Dans ce contexte, une attention particulière pourra être portée aux
acteurs, qu’ils soient commanditaires, décideurs, partenaires ou exécutants;
● L’architecture est enfin un moyen d’inscrire dans l’espace des normes sociales. Elles peuvent notamment avoir trait à la séparation en fonction du sexe ou de l’âge (notamment dans les bâtiments scolaires, hospitaliers, religieux). Mettre en avant ces aspects pourra permettre de confronter usages attendus et usages réels, normes édictées et normes suivies.
L’appel à communication s’adresse aux jeunes chercheurs (étudiants en fin de master, doctorants, jeunes docteurs) pour qui le bâtiment ou les sources architecturales constituent un objet de recherche, dans une perspective historique (même réduite).
Les actes du colloque seront proposés pour une publication auprès des Carnets du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes.
Modalités de soumission
Les propositions de communication – 3 000 signes (espaces compris) – sont à envoyer au comité d’organisation avant le 6 juin 2014 (jedlarhra@gmail.com). Elles seront accompagnées d’un court CV.
La journée d’étude doctorale aura lieu le 23 septembre à Lyon. Elle est ouverte à tous (une inscription préalable est souhaitée : jedlarhra@gmail.com).
Comité d’organisation
Andrea Cavaletto (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Mario Cuxac (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Marie Derrien (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Fanny Giraudier (doctorante en histoire moderne, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Solenn Huitric (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, ENS de Lyon)
Caroline Muller (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Aurélien Zaragori (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Jean Moulin Lyon 3)
Comité scientifique
Laurent Baridon, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA
Boris De Rogalski, Docteur en histoire contemporaine, LARHRA
Stéphane Frioux, Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA
Françoise Granoulhac, Maître de Conférences en histoire de l’éducation à l’IUT de Valence-Université Grenoble 2, LARHRA
Gwenaëlle Legoullon, Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin Lyon 3, LARHRA
Nicolas Le Roux, Professeur d’histoire moderne à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA

Soutenance: Boris de Rogalski Landrot “La fabrique matérielle et symbolique de la ville: le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950″, ENS Lyon, 13 mai 2014

Soutenance de thèse de Boris de Rogalski Landrot (thèse sous contrat CIFRE avec la ville de Villeurbanne)

La fabrique matérielle et symbolique de la ville :

le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950

 

La soutenance se déroulera le mardi 13 mai 2014 à 14 h

 

à l’ENS de Lyon, sur le site René Descartes, en salle F08

 Localisation : 15 parvis René Descartes, à l’angle de l’avenue Jean Jaurès et de l’avenue Debourg.

Tram T1 et Métro B arrêt Debourg

http://www.ens-lyon.eu

(plan d’accès au site Descartes ci-joint)

Jury :

  • Annie Fourcaut, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Renaud Payre, professeur à l’IEP de Lyon
  • Jean-Luc Pinol, professeur à l’ENS de Lyon – Directeur
de thèse
  • Loïc Vadelorge, professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Serge Wolikow, professeur émérite à l’Université de Bourgogne
  • Michelle ZancariniFournel, professeur émérite à l’Université Claude Bernard – Lyon 1

 

Résumé :

Ma thèse-CIFRE intitulée La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950 porte sur l’analyse des mécanismes de la fabrique urbaine, tant matérielle que symbolique, dans le but de saisir les jeux d’acteurs et l’influence d’expériences urbaines extérieures à la municipalité, grâce auxquels des projets urbains ont pu être élaborés ou médiatisés dans le but de se conformer à un modèle d’urbanité. La fin du XIXe siècle correspond à une période de crispation identitaire à Villeurbanne en raison de la tentative d’annexion lyonnaise. La commune est dès lors mise en récit dans une logique de différenciation par rapport à Lyon afin de convaincre les décideurs politiques de rejeter l’annexion. Cette dernière a pour effet de rapprocher les édiles des communes potentiellement annexées et son échec se traduit par un développement de l’intercommunalité. Jules Grandclément, maire socialiste de 1908 à 1922, entreprend de rationaliser la gestion municipale et il introduit des innovations urbaines dans une logique réformatrice avant 1914. La Première Guerre mondiale désorganise l’échelon municipal mais elle stimule un renforcement de l’interventionnisme municipal durant le conflit dont hérite la commune en 1919. Une pensée de Villeurbanne telle une ville et non plus une commune de banlieue, émerge alors chez les édiles, soit au moment de l’élaboration du plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension. Des échanges de savoirs urbains s’organisent avec d’autres municipalités et plus particulièrement avec des experts lyonnais. Le maire Lazare Goujon (1924-1935) s’inscrit directement dans la continuité des initiatives de son prédécesseur. Il innove en mettant en place une politique urbaine ambitieuse qui modifie la morphologie urbaine en parant dès lors la commune de ses attributs urbains. L’audience des transformations urbaines à Villeurbanne est telle que celle-ci est représentée comme un exemple de cité moderne durant les années 1930. Dès leur arrivée à la tête de la municipalité en 1935, les communistes dénoncent la politique urbaine dispendieuse de leur prédécesseur, et ils mettent en place une politique locale s’inscrivant dans le cadre du Front populaire. La coloration politique de la commune durant l’entre-deux-guerres est effacée durant la Seconde Guerre mondiale au profit de l’idéologie du gouvernement de Pétain. Le marché immobilier, fortement ralenti depuis les années 1930 et bloqué durant la Seconde Guerre mondiale, est réactivé par la politique étatique du logement. Cette intervention de l’Etat dans le domaine de l’urbanisme engendre des conflits d’expertise mais elle crée surtout un décalage entre la fabrique matérielle et symbolique de la ville à l’échelon local.

Appel à communication: colloque “Urban Governance and Civil Society”, Leicester, 29-30 avril2015

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication pour un prochain colloque du programme de travail “Towards a New Urban History of Europe since 1500″ (Centre for Urban History, university of Antwerp/Center for Urban History, university of Leicester)

Urban Governance and Civil Society_Call for papers

Organisateurs : Simon Gunn et Rosemary Sweet (Center for Urban History, university of Leicester)
Lieu : Leicester ‐ Date: 29-30 Avril 2015

Date limite de soumission : 30 septembre 2014

Appel à communication : colloque “Migration policies”, Anvers, 2015

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication pour un prochain colloque du programme de travail “Towards a New Urban History of Europe since 1500″ (Centre for Urban History, university of Antwerp/Center for Urban History, university of Leicester)

Migration policies and the materiality of identification_Call for papers

Organisateurs : Hilde Greefs (University of Antwerp – Centre of Urban History) et Anne Winter (Vrije Universiteit Brussel – Historical Research Into Urban Transformation Processes)
Lieu : Antwerp ‐ Date: 28‐29 Mai 2015

Parution : Patrick Boucheron, Jean-Philippe Genet (dir.), Marquer la ville. Signes, traces, empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle))

Marquer la ville
Signes, traces, empreintes du pouvoir (XIIIe-XVIe siècle)

Patrick Boucheron, Jean-Philippe Genet (dir.)

Paris, Publications de la Sorbonne, 2014

L’ouvrage est issu des activités du programme Signs and States. Ce programme financé par l’ERC (European Research Council), a pour but d’explorer la sémiologie de l’État du XIIIe siècle au milieu du XVIIe siècle. Textes, performances, images, liturgies, sons et musiques, architectures, structures spatiales, tout ce qui contribue à la communication des sociétés politiques, tout ce qu’exprime l’idéel des individus et leur imaginaire, est ici passé au crible dans trois séries de rencontres dont les actes ont été rassemblés dans une collection, Le pouvoir symbolique en Occident (1300-1640).
Ces volumes, adoptant une perspective pluridisciplinaire et comparative dans une visée de long terme, combinent études de cas, analyses conceptuelles et réflexions plus théoriques. Et les réponses à ce questionnaire, issu d’une réflexion sur une histoire culturelle poursuivie sur plus de cinq siècles, remettent en cause une histoire de l’Occident latin où l’on opposerait Église et État : la mutation culturelle engendrée par la réforme grégorienne qui, tout en assurant d’abord le triomphe de la papauté, a donné à l’État moderne les moyens d’assurer sa propre légitimité en créant les conditions d’une révolution du système de communication. Elle engendre un partage du pouvoir symbolique et des processus de légitimation avec l’État : la capacité de ce dernier à se légitimer par le consentement de la société politique en dehors de la contingence religieuse est une spécificité de l’Occident latin, clé de l’essor des États modernes européens.

Sommaire du volume Marquer la ville:

Avant-propos
Patrick Boucheron – Jean-Philippe Genet

Introduction générale
Patrick Boucheron

PARTIE I / L’EMPREINTE DU POUVOIR SUR LA VILLE

Un segno della «mutazione signorile»: l’arroccamento urbano
Andrea Zorzi

Cittadelle, sbarramenti e compartimentazioni dello spazio urbano nell’Italia padana: la platea communis fortificata di Parma (sec. XIV-XV)
Maria Nadia Covini

Lecture d’une symbolique seigneuriale : le Louvre de Charles V
Alain Salamagne

Quartieri nobiliari in Italia fra tardo medioevo e prima età moderna
Marco Folin

L’émergence de l’hôtel particulier à Paris. Entre ostentation et intimité
Frédérique Lemerle

PARTIE II / TRACER, PARCOURIR

L’Église, la ville et la morphologie de l’espace public (1200-1600). Une esquisse programmatique
Dominique Iogna-Prat

Le seuil et la porte. À propos de la Porta Romana de Milan
Jean-Claude Schmitt

Le thème de l’arc de triomphe dans l’architecture urbaine à la Renaissance, entre pouvoir politique et pouvoir religieux
Yves Pauwels

Las entradas reales en la corona de Castilla: pacto y diálogo político en torno a la apropiación simbólica del espacio urbano
Ana Isabel Carrasco Manchado

Le strade dove fanno «passaggio i prencipi e personaggi grandi»
Lucia Nuti

Des traces invisibles : quand les sources parlent des pas et des mouvements dans la ville (Italie, fin du Moyen Âge)
Élisabeth Crouzet-Pavan

Linguaggi religiosi e rimodulazioni di sovranità in uno spazio urbano: Torino fra XV e XVII secolo
Laura Gaffuri, Paolo Cozzo

PARTIE III / MÉMOIRES DES TRACÉS, DURÉE DE LA VILLE

Relire et interpréter la ville.

Les stratégies d’insertion du pouvoir seigneurial urbain dans l’espace civique (Italie centrale, XIVe-XVe siècle)
Jean-Baptiste Delzant

Londres et sa configuration monumentale
Jean-Philippe Genet

Toulouse au Moyen Âge : les pouvoirs dans la ville
Quitterie Cazes

La mise en défense d’Amiens contre les surprises de nuit (1465-1493)
Emmanuel de Crouy-Chanel

PARTIE IV / CRIS, BRUITS, MUSIQUES ET RYTHMES DE LA VILLE

L’académie et la ville : représentation musicale entre public et privé
Inga Mai Groote

Des canti carnascialeschi aux mascherate : une histoire de la conquête musicale des rues de Florence par la cour de Cosme Ier de Médicis (1540-1570)
Philippe Canguilhem

Musica, consenso e ordine in piazza: alcune considerazioni
Camilla Cavicchi

PARTIE V / LES MARQUES DE LA CONCORDE

Une réalité urbaine sublimée : la ville du prince dans le frontispice des Chroniques et conquêtes de Charlemagne de David Aubert (vers 1460)
Élodie Lecuppre-Desjardin

Les génies invisibles de la cité.

Recherche sur les espaces et les mots de la participation à la vie publique dans quelques villes de l’espace francophone de langue d’oïl à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle)
Thierry Dutour

Vizualising the state in the towns and cities of the Burgundian Netherlands: The chambre des comptes at Lille, 1466
Graeme Small

Conclusions
Jean-Claude Maire Vigueur


Carnets de recherche