Archives pour la catégorie Activités de la SFHU

Invitation aux journées d’étude et à l’Assemblée générale annuelle 2015 de la SFHU

Les journées d’étude  « Les animaux dans la ville » et l’Assemblée générale de la SFHU se tiendront les 15 et 16 janvier 2015 à l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort.

Les détails du programme scientifique vous seront prochainement communiqués.

PROGRAMME GÉNÉRAL

 Jeudi 15 janvier 2013

9h – 11h : Vote des sociétaires à jour de leur cotisation pour le renouvellement du Bureau

10h : Accueil des participants et Assemblée Générale statutaire de la SFHU

12h : Dépouillement des votes et proclamation des résultats / Réunion du nouveau Bureau (avec renouvellement des fonctions en son sein)

13h : Ouverture des journées d’étude

14h20-16h20 : Session 1 – La présence animale en ville

16h40-18h45 : Session 2 – Animaux et règlementations urbaines

19h : Remise du Prix de Thèse de la SFHU  à Arnaud Exbalin pour sa thèse d’histoire moderne « L’ordre urbain à Mexico (1692-1794). Acteurs, règlements et réformes de police ».

Vendredi 16 janvier 2015

9h30-12h30 : Session 3 – Les usages policiers de l’animal

14h-15h : Session 4 – La mise en scène urbaine de l’animal

15h-16h20 : Session 5 – La mort animale

16h20 : Conclusions

17h : Visite du Musée Fragonard de l’ENVA par Christophe Degueurce (ENVA)

RENOUVELLEMENT DU BUREAU DE LA SFHU :

L’Assemblée Générale du 15 janvier 2015 aura à son ordre du jour le renouvellement de 9 des 18 membres du Bureau de la SFHU. Vous pouvez vous porter candidat en envoyant par mail votre profession de foi avant le 9 décembre 2014 à l’adresse suivante : melanie.traversier@wanadoo.fr

Pour mémoire, seuls les adhérents à jour de leur cotisation sont électeurs (pour adhérer : http://sfhu.hypotheses.org/la-sfhu/adherer-a-la-sfhu). La liste des candidats, leurs professions de foi et le bulletin de vote  vous seront envoyés mi-décembre.

Pour voter par correspondance, il faudra faire parvenir sous double enveloppe le bulletin de vote. L’enveloppe dans laquelle se trouvera le bulletin ne devra comporter aucune inscription. L’enveloppe extérieure comportera au dos les nom et prénom (lisibles) du sociétaire et sa signature. Elle sera à adresser avant le 9 janvier 2015 à :  Mélanie Traversier (élections SFHU) 123 quai de Valmy 75010 Paris.

Il sera naturellement possible de voter également le matin de l’Assemblée Générale.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

cropped-cropped-DSC005041

Appel à communication : Journées de la SFHU, 15-16 janvier 2015 “Animaux dans la ville”

Journées de la Société Française d’Histoire Urbaine

15 et 16 janvier 2015

Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (7 avenue du général de Gaulle, 94700 Maisons-Alfort)

Animaux dans la ville, de l’Antiquité à l’époque contemporaine

AAC_ANIMAUXenville

La présence animale en ville a longtemps été négligée par les études urbaines en dehors des travaux portant sur des activités spécifiques liées à « l’agglomération des hommes » comme les transports, l’alimentation, les sacrifices ou l’exhibition et les jeux. Pour autant elle est bien attestée et il serait aberrant d’opposer la ville d’autrefois peuplée d’animaux à la ville humanisée d’aujourd’hui dont ils auraient été exclus. Les nombreux animaux familiers qui vivent avec les habitants des villes comme les animaux « non désirés ne fais[ant] pas partie de l’ordre urbain »1 suffisent à le prouver. Si la disparition progressive de certaines catégories d’animaux fournisseurs de viande et de lait ou d’énergie dans les villes occidentales, à coup de règlements de police destinés à éviter la « divagation » des troupeaux dans les rues ou à assainir leurs produits, est évidente, son remplacement par d’autres l’est tout autant. C’est cette forme de substitution – limitée dans cet exemple puisqu’elle ne concerne que les animaux domestiques ou familiers – qui pose question aujourd’hui au chercheur : ne suggère-t-elle pas un changement profond des rapports entre les hommes et les animaux en ville ? Et qu’en est-il de ceux que la réglementation ne parvient pas à évacuer comme les blattes, les rats ou les moustiques ? Ou encore des animaux tolérés mais volontiers contrôlés comme les pigeons ? Les travaux récents en histoire du vivant et de l’environnement urbain permettent de faire évoluer l’observation des rapports entre l’homme et l’animal dans une dimension élargie aux relations nature/ville.

Plusieurs entrées sont possibles dont ne sont évoquées ici que quelques unes :

  • Les inventaires archéozoologiques d’un lieu donné et les questions qu’ils soulèvent (comment évaluer la part des animaux domestiques et des animaux sauvages ? ces animaux vivent-ils en ville ou n’y entrent-ils qu’incidemment ou n’y arrivent-ils que morts pour être consommés ou utilisés ? …)

  • Les politiques publiques en ce qui concerne la « nature » en ville comme l’interdiction faite aux animaux de boire aux fontaines publiques à Rome, l’autorisation au cochon de saint Antoine de circuler librement en ville à la fin du Moyen Âge, l’introduction des abeilles dans les parcs publics aujourd’hui ou la réflexion contemporaine sur les corridors écologiques ;

  • Les pratiques sociales ou culturelles comme l’élevage des porcs sur les terrains vagues et dans les cours des maisons au Moyen Âge ou à l’Epoque moderne ou les visites aux zoos du XIXe siècle. etc.

C’est pour tenir compte des acquis de cette historiographie récente appuyée sur une approche essentiellement pluridisciplinaire et ouverte à toutes les périodes historiques, que la SFHU, l’Université Paris-Est-Créteil (CRHEC et Laburba), l’ENVA lancent cet appel à communications pour un colloque qui se tiendra les 15 et 16 janvier prochain à L’UPEC et à l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort, Les animaux dans la ville de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Les interventions dureront 20 mn.

Les propositions de communication peuvent être envoyées en français ou en anglais.

Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale)

Les propositions de communication devront être adressées avant le 15 octobre à bourillon@u-pec.fr et à cdegueurce@vet-alfort.fr

Comité scientifique : Denis Menjot, Laurence Buchholzer, Natacha Coquery, Laurent Coudroy de Lille, Thibault Tellier, Vincent Lemire, Mélanie Traversier, Jean-Pierre Guilhembet, Florence Bourillon, Youri Carbonnier, Elisabeth Crouzet-Pavan, Catherine Denys, Stéphane Frioux, Philippe Guignet, Laurence Jean-Marie, Gilles-Antoine Langlois, Frédéric Moret, Dominique Poulot, Charlotte Vorms, Christophe Degueurce, Jérôme Bazin, Virginie Mathé, Jean Estebanez.

Comité d’organisation : Jérôme Bazin, Florence Bourillon, Laurent Coudroy de Lille, Christophe Degueurce, Jean Estebanez, Stéphane Frioux, Virginie Mathé, Denis Menjot.

1 Nathalie Blanc, Les Animaux et la ville, Editions Odile Jacob, 2000, p. 7.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

cropped-cropped-DSC005041

Soutenez et rejoignez la SFHU !

Animé par l’équipe de la Société Française d’Histoire Urbaine, ce site a pour vocation de fédérer la communauté française et francophone des historiens de la ville. On y trouve des informations sur la SFHU, sur sa revue Histoire Urbaine (3 numéros par an) et sur ses activités (en particulier ses journées d’études annuelles) mais aussi sur les multiples facettes de la recherche en histoire urbaine : colloques, publications, appels à projets, soutenances, initiatives diverses ont vocation à être annoncés dans la section “Billets” de ce site, et à être régulièrement regroupés dans une lettre d’information.

Si vous souhaitez communiquer une initiative, ou si vous souhaitez recevoir les informations (inscription à la lettre d’information), merci de prendre contact par courriel: sfhu@univ-paris-est.fr.

Pour adhérer ou réadhérer, c’est par ici !

 

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Aide aux doctorants et jeunes docteurs: bourses pour la 12e EAUH

Après avoir initié cette offre pour la conférence de l’EAUH à Prague en 2012, la Société Française d’Histoire Urbaine propose à nouveau aux doctorants et jeunes docteurs cinq bourses pour participer à la XIIème Conference de la European Association for Urban History, Cities in Europe, cities in the world qui aura lieu à Lisbonne du 3 au 6 septembre 2014.

Le montant de ces bourses est destiné à couvrir les droits d’inscription fixés à 220 euros. Ces bourses ne sont pas cumulables avec une aide accordée par une Ecole doctorale, une université, un département ou un laboratoire de recherche (UMR, EA …).

Les jeunes docteurs devront avoir soutenu leur thèse depuis moins de 3 ans.

Les candidats devront fournir une attestation d’acceptation de leur communication par le responsable de la session ou le comité d’organisation de la Conférence.

Les demandes (lettre de candidature + CV + lettre d’acceptation) devront être envoyées à l’adresse électronique du président denis.menjot@univ-lyon2.fr , d’ici au 30 avril 2014.

Une réponse sera adressée aux candidats fin mai.

Les bénéficiaires s’engagent à adhérer à la SFHU en acquittant leur cotisation pour 2014.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Prix de thèse SFHU 2014 – Appel à candidatures

Prix de thèse 2014 de la Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU)

 

La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, pour sa 4e session au titre de l’année 2014, un concours de thèses qui s’adresse aux jeunes docteurs en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux (voir les archives du prix de thèse sur le site http://sfhu.hypotheses.org/).

 

1. Objet du concours

Le lauréat du concours sera récompensé par une somme de 2000 euros.

 

2. Conditions de participation

Le prix est ouvert aux docteurs ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine rédigée en français durant l’année 2013. Les thèses d’habilitation à diri­ger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne seront pas retenues.

Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de  l’art…) concernés.

3. Constitution du dossier de candidature

Pour s’inscrire, le docteur doit faire acte de candidature en envoyant à la SFHU (voir ci-dessous), un dossier dématérialisé qui comprendra les éléments suivants :

 

– le formulaire de candidature (ci-dessous, télécharger ou copier) dûment rempli (en version électronique non pdf) ;

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes (en version électronique) ;

– un curriculum vitae (en version électronique) ;

– une version électronique de la thèse au format pdf (volume maximum par fichier 10 Mo ; au besoin numéroter clairement les envois).

 

4. Procédure d’attribution du prix

Le jury sera composé des membres du bureau de la SFHU. Il examinera l’ensemble des thèses recevables et pourra s’adjoindre des experts extérieurs, français et étrangers.

 

5. Calendrier

Les candidatures seront enregistrées jusqu’au 30 avril 2014 minuit, délai de rigueur (par voie électronique, à l’adresse Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr).

Les résultats seront proclamés en novembre 2014 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et de la journée d’étude de la SFHU en janvier 2015.

 

FICHE DE CANDIDATURE Prix de thèse SFHU 2014

6. Prix de thèse SFHU 2014 – Fiche de candidature

 

(merci d’enregistrer votre nom dans le titre du fichier avant transmission)

 

 

NOM :

 

Prénom :

 

Adresse :

 

Téléphone :

 

E-mail :

 

Situation professionnelle :

 

 

———————————————————————————————

 

Intitulé de la thèse :

 

 

Date de soutenance :

(rappel : la thèse doit avoir été soutenue durant l’année 2013)

 

Université ou établissement de rattachement :

 

 

Nom du directeur de recherche :

 

 

Membres du jury de soutenance :

 

 

 

——————————————————————————————–

 

Pièces à joindre :

 

- un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes, espaces compris (en version électronique) ;

- un curriculum vitae (en version électronique) ;

- une version électronique de la thèse (fichier(s) pdf, volume maximum de 10 Mo par fichier).

 

Ne pas oublier d’inclure votre nom dans le titre du fichier et de rendre le titre aussi explicite que possible.

Formulaire et pièces demandées à envoyer, avant le 30 avril 2014 minuit, délai de rigueur, à :

Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr

 

 

Aide aux doctorants et jeunes docteurs : attribution de 5 bourses pour participer à la XIIe conférence de la European Association for Urban History

Après avoir initié cette offre pour la conférence de l’EAUH à Prague en 2012, la Société Française d’Histoire Urbaine propose à nouveau aux doctorants et jeunes docteurs cinq bourses pour participer à la XIIème Conference de la European Association for Urban History, Cities in Europe, cities in the world qui aura lieu à Lisbonne du 3 au 6 septembre 2014.

Le montant de ces bourses est destiné à couvrir les droits d’inscription fixés à 220 euros. Ces bourses ne sont pas cumulables avec une aide accordée par une Ecole doctorale, une université, un département ou un laboratoire de recherche (UMR, EA …).

Les jeunes docteurs devront avoir soutenu leur thèse depuis moins de 3 ans.

Les candidats devront fournir une attestation d’acceptation de leur communication par le responsable de la session ou le comité d’organisation de la Conférence

Les demandes (lettre de candidature + CV + lettre d’acceptation) devront être envoyées à l’adresse électronique du président denis.menjot@univ-lyon2.fr , d’ici au 30 avril 2014.

Une réponse sera adressée aux candidats courant mai.

Les bénéficiaires s’engagent à adhérer à la SFHU en acquittant leur cotisation pour 2014.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Programme des journées de la SFHU, Caen, 16-17 janvier 2014

Les zones portuaires : aménagements, réaménagements, réhabilitations de l’Antiquité à nos jours

 

Les journées d’étude de la SFHU (Société française d’histoire urbaine) se tiendront les 16 et 17 janvier 2014, à l’université de Caen Basse-Normandie et sont organisées en collaboration avec le Centre de Recherche d’Histoire quantitative (UMR 6583 CNRS/UCBN).

Vous pouvez télécharger le programme ci-contre : journées sFHU 2014 programme définitf

 ou le trouver ci-dessous.

La thématique retenue cette année invite à réfléchir aux liens entre les installations portuaires et la ville. Port au cœur de la ville, existence d’avant-ports dissociés de l’espace urbain, les schémas et leurs évolutions sont multiples depuis les époques anciennes et les mutations des espaces portuaires nombreuses. Cette thématique, conçue dans une perspective chronologique et géographique large, trouve un écho particulier dans les territoires de l’ouest de la France, et spécialement de Normandie, où les questions de rapports entre les espaces portuaires et le tissu urbain ont orienté les politiques d’aménagement.
À toutes les époques, les spécificités des villes portuaires sont liées à leur intimité avec l’eau, à la morphologie des quartiers du port et des zones qui accueillent les navires. Toutefois, les infrastructures portuaires ont évolué au fil du temps en liaison avec les mutations économiques et techniques : navires, fret, routes maritimes, circuits de redistribution. Comment ces évolutions se traduisent-elles dans l’espace des ports et dans le rapport des zones portuaires avec l’espace urbain ? Qui sont les acteurs du déplacement et quels sont les intérêts en jeu ?Certains espaces et bâtiments portuaires ont fait l’objet d’importantes opérations de renouvellement, tandis que les activités migraient vers de nouveaux sites plus adaptés. D’autres sont aujourd’hui encore délaissés (zones d’entrepôts et de fonctions logistiques…) et constituent des espaces dont l’insertion dans le tissu urbain est parfois problématique ou pour lesquels il faut réparer la césure ville/port longtemps créée par les voies ferrées et les infrastructures de logistique. Depuis les années 1960, la concentration des sites portuaires s’accélère et concerne presque toutes les activités. On propose d’étudier la réhabilitation et/ou requalification et les usages nouveaux qui peuvent en découler : waterfronts, patrimonialisation des « vieux ports », opérations événementielles, « mise en tourisme » de l’activité de pêche, etc. On attend à la fois un exposé des problématiques et des études d’exemples emblématiques des évolutions récentes et moins récentes. La comparaison internationale sera vivement souhaitée. Les aspects sociaux de la requalification ne seront pas oubliés.
 Comité scientifique : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2), Stéphane Frioux (université Lumière Lyon 2), Jean-Pierre Guilhembet (université Paris-Diderot-Paris 7), Laurence Jean-Marie (université Caen Basse-Normandie), Jean-Louis Lenhof (université Caen Basse-Normandie), Denis Menjot (université Lumière Lyon 2), Laurence Montel (université Caen Basse-Normandie), Thibault Tellier (université Lille 3).
Programme

Jeudi 16 janvier 2014

13 h 30 Accueil

 Les ports et leurs aménagements : contraintes et enjeux

14h – Catherine Bustany-Leca (université de Caen Basse Normandie), L’impact des aléas urbains dans le redéploiement des installations portuaires à Rome sous la République

14h 30 – Geneviève Massard-Guilbaud (EHESS, Paris), Nantes, port de mer ? Aménagement portuaire, bouleversement urbain et enjeux de pouvoir (1850-1950)

15h – Bony G., Marriner N., Morhange C. (université d’Aix-en-Provence), Contraintes et potentialités naturelles des bassins portuaires. Nouvelle typologie issue d’une analyse statistique comparative

15h 30 – M.-L. Haack (université de Picardie), S. Nardi Combescure (université de Picardie), Gr. Poccardi (université de Lille III), Du port de Castrum Novum à celui de Santa Marinella (Italie)

Discussion et pause

17 h – Assemblée générale de la SFHU

18h 30 – Visite du plan de Rome

19 h – Remise du prix de thèse de la SFHU et apéritif dînatoire

 

Vendredi 17 janvier

Les aménagements portuaires faces aux mutations économiques et techniques  : les enjeux urbanistiques

9 h – David Celetti (université de Padoue), Origines, transformations, perspectives d’une ville – port. Le cas de Venise du premier Moyen Âge à nos jours.

9h 30 – Stéphane Durand (université d’Avignon et des Pays de Vaucluse), L’aménagement des zones portuaires languedociennes à l’époque moderne

10h – Bruno Marnot (université de La Rochelle), L’implantation de la voie de quai dans le port de Bordeaux sous le Second Empire ou l’avènement problématique de la modernité technique dans un tissu urbain hérité

Pause

11 h – Alexandre Fernandez (université Bordeaux 3), Faire de nécessité vertu ? Déclassement des zones portuaires urbaines et aménagements des quais, Bilbao et Bordeaux, fin XXe-début XXIe siècles

11h 30 – Pierre Bergel, Christian Fleury (université de Caen Basse Normandie), Cherbourg et Granville : deux villes portuaires ? Enjeux et malentendus bas-normands autour du développement portuaire et de l’aménagement urbain.

Discussion

 

12h 30 – déjeuner

 Patrimoine portuaire et réhabilitation urbaine

14h – Sébastien Martin (université de Nantes), La ville-arsenal ou comment vivre l’espace urbain ensemble et séparés. (XVIIe-XVIIIe siècles)

14h 30 – Maria Elena Buslacchi (EHESS, Marseille, université de Gênes), Villes portuaires entre aménagements physiques et enjeux symboliques: les cas de Gênes et de Marseille

15 h – Oula Aoun (université de Liège), La crique de Dubaï : une nouvelle centralité ou un nouveau fragment

Discussion et pause

16h 30 – Pierre Bergel, La Presqu’île de Caen (sur site)

 

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

JOURNÉES 2014 DE LA SFHU (16 et 17 janvier 2014 à CAEN)

Les zones portuaires : aménagements, réaménagements, réhabilitations de l’Antiquité à nos jours

 

 

Les journées d’étude de la SFHU (Société française d’histoire urbaine) se tiendront les 16 et 17 janvier 2014, à l’université de Caen Basse-Normandie et sont organisées en collaboration avec le Centre de Recherche d’Histoire quantitative (UMR 6583 CNRS/UCBN).

 

 

La thématique retenue cette année invite à réfléchir aux liens entre les installations portuaires et la ville. Port au cœur de la ville, existence d’avant-ports dissociés de l’espace urbain, les schémas et leurs évolutions sont multiples depuis les époques anciennes et les mutations des espaces portuaires nombreuses. Cette thématique, conçue dans une perspective chronologique et géographique large, trouve un écho particulier dans les territoires de l’ouest de la France, et spécialement de Normandie, où les questions de rapports entre les espaces portuaires et le tissu urbain ont orienté les politiques d’aménagement.

 

À toutes les époques, les spécificités des villes portuaires sont liées à leur intimité avec l’eau, à la morphologie des quartiers du port et des zones qui accueillent les navires. Toutefois, les infrastructures portuaires ont évolué au fil du temps en liaison avec les mutations économiques et techniques : navires, fret, routes maritimes, circuits de redistribution. Comment ces évolutions se traduisent-elles dans l’espace des ports et dans le rapport des zones portuaires avec l’espace urbain ? Qui sont les acteurs du déplacement et quels sont les intérêts en jeu ? Certains espaces et bâtiments portuaires ont fait l’objet d’importantes opérations de renouvellement, tandis que les activités migraient vers de nouveaux sites plus adaptés. D’autres sont aujourd’hui encore délaissés (zones d’entrepôts et de fonctions logistiques…) et constituent des espaces dont l’insertion dans le tissu urbain est parfois problématique ou pour lesquels il faut réparer la césure ville/port longtemps créée par les voies ferrées et les infrastructures de logistique. Depuis les années 1960, la concentration des sites portuaires s’accélère et concerne presque toutes les activités. On propose d’étudier la réhabilitation et/ou requalification et les usages nouveaux qui peuvent en découler : waterfronts, patrimonialisation des « vieux ports », opérations événementielles, « mise en tourisme » de l’activité de pêche, etc. On attend à la fois un exposé des problématiques et des études d’exemples emblématiques des évolutions récentes et moins récentes. La comparaison internationale sera vivement souhaitée. Les aspects sociaux de la requalification ne seront pas oubliés.

 

 

 Comité scientifique : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2), Stéphane Frioux (université Lumière Lyon 2), Jean-Pierre Guilhembet (université Paris-Diderot-Paris 7), Laurence Jean-Marie (université Caen Basse-Normandie), Jean-Louis Lenhof (université Caen Basse-Normandie), Denis Menjot (université Lumière Lyon 2), Laurence Montel (université Caen Basse-Normandie), Thibault Tellier (université Lille 3).

Les propositions de communication devront parvenir avant le 15 septembre 2013 et sont à adresser à laurence.jean-marie@unicaen.fr

Vanessa CARU, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin, 2013


Le livre est tiré de la thèse d’histoire contemporaine de Vanessa Caru pour laquelle Vanessa Caru a reçu le Prix de thèse de la SFHU 2011, année de la création du Prix. Le Prix doté d’une récompense de 2000 euros lui a été remis par le président de la SFHU, Denis Menjot, lors de l’AG de la SFHU (Lyon, 20 janvier 2012).

Bombay, capitale indienne de l’économie et des services, forte de 20 millions d’habitants, s’est hissée au rang de cinquième métropole mondiale. Pôle d’attraction des migrations, sa croissance s’est faite au prix de fortes inégalités, si bien qu’aujourd’hui plus de la moitié de la population de la ville vit dans des bidonvilles, sur 6 % de la superficie urbaine. 

Ce problème crucial n’est pas récent. La question du logement des plus pauvres a en effet émergé, dès le tournant du XXe siècle, comme une question politique majeure. Les autorités coloniales, puis le Parti du Congrès à partir des années 1930, ont choisi d’en faire l’un des principaux terrains du traitement politique de la question sociale. 

 

Réfutant une approche longtemps prédominante dans le domaine de l’histoire urbaine des mondes coloniaux, selon laquelle l’urbanisme colonial est un processus imposé par le haut, cet ouvrage démontre combien le gouvernement colonial a été perméable à l’agitation sociale, qu’il a tenté de juguler en construisant des immeubles pour loger la main-d’œuvre industrielle, jetant littéralement des toits sur la grève. L’intérêt manifesté par les autorités pour ce problème et leur intervention précoce dans cette sphère ont également contribué à l’émergence de nouveaux terrains de négociation et de confrontation entre les travailleurs et le pouvoir, et de moyens de lutte spécifiques, comme la création de syndicats de locataires des classes populaires. 

 

Fruit d’un travail mené à partir d’archives en partie inédites, cette étude apporte un éclairage nouveau sur la nature et les mécanismes de la domination coloniale, tout en complétant l’analyse des formes de mobilisation des travailleurs urbains indiens, qui s’était jusqu’alors limitée à la seule sphère du travail. Elle fournit, enfin, une perspective historique sur l’un des processus les plus marquants de la production de l’espace à Bombay, l’accaparement des ressources urbaines par les classes les plus aisées, établissant le rôle qu’y ont joué les autorités coloniales et les élites indiennes. 

 

Vanessa CARU, ancienne élève de l’ENS-LSH (Lyon), est chargée de recherche au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS).