Archives pour la catégorie Appels

Appel à communications: “La ville et ses personnages illustres”, journées de la SFHU, 21-22 janvier 2016

Congrès de la Société française d’histoire urbaine

Jeudi 21 janvier –vendredi 22 janvier 2016

Strasbourg

La ville et ses personnages illustres

de l’Antiquité au XXIe siècle

Appel à communications

Résumé

Les hommes et femmes illustres sont au centre de la fièvre commémorative qui s’est emparée des acteurs de la vie publique. Ils sont dans le même temps objets de réflexions historiographiques, qui s’attachent à montrer la construction historique de figures légendaires, ou encore à explorer les expériences de vie d’illustres inconnus.

Or, les villes participent étroitement aux phénomènes de distinction et de célébration des hommes et femmes du passé, ce qui a été jusqu’à présent peu mis en relief. « Aux grands hommes [et femmes], [la ville] reconnaissante » ? Ce colloque propose d’explorer, de façon systématique, pluridisciplinaire et sur la longue durée, le lien dialectique entre les villes et leurs grands hommes en tous genres.

Annonce

Société Française d’Histoire Urbaine

Université de Strasbourg – EA 3400-ARCHE

Argumentaire

La dénomination des rues, et par extension des édifices publics, relève de la compétence des communes de plus de 2 000 habitants, en vertu du code général des collectivités territoriales (décret 94-1112, du 19 décembre 1994). Le conseil municipal est ainsi le seul habilité à honorer ou à commémorer par ce biais des événements, des lieux ou des personnalités. Il peut cependant, s’il en ressent la nécessité, consulter la population communale sur les choix envisagés. Laquelle peut, de son côté, pétitionner pour demander l’attribution d’un nom de rue. Peu de limites sont posées à cette faculté des villes ; suite à plusieurs litiges1, elles ont tout juste été invitées à ne pas désigner une personnalité vivante et à ne pas « porter atteinte » par leur choix « à l’image de la ville ou du quartier concerné ».

La Ville est ainsi désignée comme l’un des acteurs majeurs de la fabrique d’illustres personnages, hommes ou femmes. Si les gouvernements urbains contribuent à alimenter la réputation d’individus, dont d’anciens enfants de la cité, ils sont aussi garants d’une identité collective (« l’image de la ville ») qui doit fixer une ligne de conduite dans les entreprises de commémoration toponymique.

Prenant acte de l’étroitesse du lien qui existe entre les villes et la reconnaissance des grands hommes et femmes, le 18e Congrès de la Société Française d’Histoire Urbaine propose d’en explorer les ressorts.

Ce lien n’est pas le propre des temps contemporains. Déjà, au haut Moyen Âge, les hagiographies exaltent des saints évêques qui incarnent la cité et constituent le ferment d’une communauté civique. Puis les éloges urbains de la Renaissance intègrent dans leurs évocations de villes un passage consacré aux personnalités de la cité.

Les hommes et femmes illustres marquent l’espace urbain des places, parcs, jardins et édifices publics. Ils sont rendus manifestes par des noms de rue2, des plaques commémoratives, des monuments, voire des fêtes et intéressent en cela les historiens de toutes les périodes, mais aussi les historiens d’art, les littéraires, les architectes et les urbanistes…

– Une première voie d’accès à la thématique du Congrès est de s’intéresser aux hommes et aux femmes dont les villes font mémoire.

Les villes, et ce à l’échelle mondiale, sont porteuses de marques de distinction qui embrassent un large spectre de personnalités, d’envergure locale à nationale. Parmi ce vaste ensemble d’hommes et de femmes plus ou moins illustres, il conviendra de se focaliser avant tout sur les acteurs mêmes de la ville. Quelle est proportionnellement leur place dans l’entreprise de commémoration ? Quels furent les profils retenus par les villes à travers l’histoire : simples natifs ou résidents, fondateurs, architectes et bâtisseurs, urbanistes, gouvernants, notables… ?

Dans une perspective d’histoire du genre, on pourra aussi considérer la part des femmes et les types de marqueurs spatiaux auxquels elles sont attachées.

Si l’actuelle législation relative à la dénomination des rues écarte la distinction de personnalités en vie, les pouvoirs publics urbains ont et avaient d’autres moyens de distinguer les mérites de certains concitoyens de leur vivant. Il s’agira dans ce cas de sérier les profils concernés et la nature des marques de reconnaissance.

Ces hommes et femmes esquissent-ils, dans leur ensemble et à une époque donnée, une image singulière de chaque ville ? Renvoient-ils au contraire à un tableau stéréotypé du monde urbain d’une époque ? Au terme de l’analyse, on pourra ainsi se demander si, de la multiplicité d’hommages, émergent des figures tutélaires durables de la Ville.

Afin de mieux dépasser les individualités, une place a parfois été accordée à des allégories personnifiées, telle l’Argentina qui surplombe à nouveau le Palais Universitaire de Strasbourg. Au-delà de simples figures artistiques, ces personnages fictifs ont-ils pu être des vecteurs d’identification à la ville, comme la Marianne l’est à la République française ?

De l’approche biographique des acteurs urbains célébrés par les villes peut découler un questionnement sur l’exploitation, par l’historien, des indices mémoriaux biographiques conservés dans la ville. Permettent-ils d’écrire une histoire urbaine ? Font-ils vraiment émerger les acteurs opérationnels de la ville ?

On s’interrogera en outre sur le nombre, l’abondance ou la rareté des figures de proue dans la ville. Seraient-elles simplement le reflet de hiérarchies urbaines ? Ou, traduisent-elles plutôt une volonté politique particulière de faire lien entre les habitants de la ville par la sanctification de héros ou de modèles civiques ?

– C’est donc aussi une interrogation sur les politiques urbaines de distinction, de production et de célébration des hommes et femmes illustres que sous-tend ce Congrès.

Il est bien sûr possible de cerner les évolutions institutionnelles sur le temps long : Quelle fut, avant les lois de décentralisation, la part des instances municipales dans le processus d’héroïsation ? Des conflits surgissent-ils au cours de l’entreprise et dans ce cas quelles oppositions intra-urbaines cristallisent-ils ?

L’étude sur une longue durée ouvre des perspectives sur les nombreuses reconfigurations dont les égéries urbaines peuvent avoir fait l’objet. On envisagera par exemple l’évolution des formes d’hommage ou de distinction, de l’Antiquité à nos jours ou le changement de profil de telle ou telle figure illustre.

En effet, les villes elles-mêmes se sont parfois trouvées au cœur de remaniements politiques d’envergure – Strasbourg, où se tiendra ce Congrès en est l’archétype. Le déboulonnage de la statue de Guillaume 1er en 1918 sur une place désormais appelée Place de la République y a marqué les esprits. Il évoque d’autres renversements comme ceux des statues de Lénine et Staline après la chute du mur. Il s’avère ainsi pertinent d’étudier les processus d’effacement, de déconstruction ou de remplacement des célébrités dans l’espace urbain liés aux évolutions politiques.

Après plusieurs générations, les statues, les monuments, les plaques de rue ou les plaques commémoratives tiennent souvent davantage du pittoresque et du décor urbain que de lieux de mémoire actifs. Combien de temps faut-il pour verser dans l’anonymat et pour oser remplacer les références du passé ? A quelles conditions la mémoire des illustres ancêtres peut-elle rester vivante ? Il faudra, pour répondre à ces questions, analyser la pédagogie municipale déployée par exemple quand les rues sont débaptisées et rebaptisées. D’une façon plus générale, on étudiera l’instrumentalisation politique des héros et héroïnes de la ville et leur mise au service d’une identité et d’une mémoire collectives, d’une conscience urbaine ou encore d’une représentation spatiale de la ville.

– Concurrences, interactions et complémentarités dans la « fabrique » des hommes et des femmes illustres par les villes

Aucune ville n’a ou n’avait toutefois d’exclusive dans l’hommage ou l’appropriation de grandes figures de l’histoire. Il y a de ce fait des hommes ou des femmes illustres que des villes se disputent de façon concurrentielle, à l’image de Jeanne d’Arc, ou encore de Gutenberg que revendiquent à la fois Strasbourg et Mayence. Il importe alors de cerner quelques-unes de ces concurrences et d’étudier d’éventuelles interactions entre villes. Ces interactions ne se bornent du reste pas à des rivalités. Autour d’hommes ou de femmes illustres ont en effet pu être mis en place des réseaux de villes ou, à tout le moins des jumelages. Ils joignent alors au parcours dans la ville un parcours interurbain, et une forme de commémoration intégrée. L’itinéraire Heinrich Schickhardt, promu itinéraire culturel du Conseil de l’Europe en 2004, en est un exemple probant, qu’il s’agirait de confronter à d’autres cas. Le partenariat urbain autour de la mémoire d’un même homme, architecte et maître d’œuvre de la Renaissance, s’affirme ici comme une façon de dépasser le cadre local et national de panthéonisation et d’atteindre, par le biais des systèmes urbains, des horizons européens ou mondiaux.

Contact :

Les propositions de communication peuvent être envoyées par courriel en français, en allemand et en anglais en fichier joint à l’adresse suivante :

Laurence Buchholzer (Université de Strasbourg)

lbuchholz@unistra.fr

Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, de même que les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale).

Date limite d’envoi des propositions : 15 octobre 2015

La SFHU propose de soutenir la participation de doctorants au Congrès, en attribuant trois bourses destinées à couvrir une partie des frais d’hébergement et de transport, d’un montant de 150 € chacune.

Comité d’organisation :

Laurence Buchholzer, Thomas Brunner, Anne-Marie Châtelet, Damien Coulon, Eric Hassler, Shahram Hosseinabadi, Jean-Yves Marc, Catherine Otten.

Comité scientifique :

Boris Bove, Florence Bourillon, Georges Bischoff, Thomas Brunner, Laurence Buchholzer, Youri Carbonnier, Anne-Marie Châtelet, Laurent Coudroy de Lille, Natacha Coquery, Damien Coulon, Catherine Denys, Stéphane Frioux, Jean-Pierre Guilhembet, Eric Hassler, Shahram Hosseinabadi, Laurence Jean-Marie, Gilles-Antoine Langlois, Jean-Yves Marc,Virginie Mathé, Catherine Maurer, Denis Menjot, Frédéric Moret, Catherine Otten, Dominique Poulot, Thibault Tellier, Olivier Ratouis, Mélanie Traversier, Charlotte Vorms.

Mots-clés : Histoire urbaine, ville, mémoire, grands hommes et femmes, genre

1 L’un des derniers conflits en date a pour cadre Béziers en mars 2015, où le maire Robert Ménard, soutenu par le FN, a rebaptisé la « rue du 19 mars 1962 », date des accords d’Evian, du nom d’Hélie Denoix de Saint-Marc, un ancien résistant, partisan de l’Algérie française.

2 À l’image de la promenade que la municipalité parisienne vient de consacrer à Dora Bruder, jeune déportée morte à Auschwitz, dont Patrick Modiano a fait un roman éponyme. Le discours officiel de Modiano lors de l’inauguration de la promenade souligne qu’elle fut une fille du quartier, mais que sa mise en mémoire lui donne une dimension nouvelle : Dora Bruder « représente désormais dans la mémoire de la ville les milliers d’enfants et d’adolescents qui sont partis de France pour être assassinés à Auschwitz, celles et ceux dont Serge Klarsfeld, dans son livre Mémorial a rassemblé inlassablement les photos pour qu’on puisse connaître leurs visages. » « Je crois que c’est la première fois qu’une adolescentes qui était une anonyme est inscrite pour toujours dans la géographie parisienne. »

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

AAC, “Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine”, 10-11 juin 2016

Colloque

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

Créteil

10-11 juin 2016

Appel à communication

Au iie siècle apr. J.-C., le lexicographe Pollux de Naucratis s’est attaché dans son Onomasticon à réunir les termes permettant de parler d’une façon juste et belle de toutes sortes de sujets, et notamment de la cité. C’est cette section (IX, 6-50) que le séminaire Les mots grecs de la ville antique, porté depuis 2012 par l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (CNRS, AMU, Université Lumière Lyon 2, UPPA) et labellisé par le labex IMU1, traduit, commente et illustre. Au travers des mots que Pollux recueille avec le désir de transmettre la tradition littéraire, se dessine une vision des villes grecques de l’Antiquité. Le désir de confronter celle-ci à d’autres conceptions du monde urbain exprimées dans la même langue est à l’origine du présent colloque qui propose de mettre les mots et les discours au cœur des études urbaines.

Il s’appuie, d’une part, sur les travaux menés sur le vocabulaire architectural grec dès la seconde moitié du xixe siècle2. Dans les années 1980-1990, le Λεξικόν αρχαίων αρχιτεκτονικών όρων d’A. K. Orlandos et I. N. Travlos (1986), les Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos de M.-Chr. Hellmann (1992) et le Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine de R. Ginouvès et R. Martin (3 vol., 1985-1992-1998) et récemment le Πολύγλωσσο Εικονογραφημένο Λεξικό Όρων Βυζαντινής Αρχιτεκτονικής και Γλυπτικής de S. Kalopissi-Verti et M. Panayotidi-Kesisoglou (2010) ont bien montré l’intérêt des analyses détaillées de mots isolés. Mais ces quatre publications, qui sont devenues des usuels pour qui s’intéresse aux textes grecs relatifs à l’architecture, visent surtout, pour les deux dernières, à proposer un langage normalisé aux archéologues et, pour les deux premières, à faciliter la lecture des documents antiques et, dans le cas des lexiques d’A. K. Orlandos et I. N. Travlos d’une part et de S. Kalopissi-Verti et M. Panayotidi-Kesisoglou d’autre part, médiévaux. De plus, elles ont pour objets avant tout des éléments d’architecture et non des ensembles. La ville saisie dans sa totalité est absente, excepté dans l’une des dernières sections du Dictionnaire méthodique (vol. 3, p. 172-190),

D’autre part, le colloque s’inspire de L’aventure des mots de la ville (2010). Dirigée par Chr. Topalov, L. Coudroy de Lille, J.-Ch. Depaule et Br. Marin, cette entreprise collective retrace le cheminement dans l’espace et dans le temps de termes issus de huit langues d’aujourd’hui. Suivant la démarche adoptée dans cet ouvrage, le colloque invite à comprendre les mots non comme de simples étiquettes appliquées plus ou moins arbitrairement aux réalités urbaines, mais comme des outils de leur description, comme le résultat des manières de les percevoir et comme des guides du regard que les Anciens et les Byzantins portaient sur celles-ci. Il s’agit d’étudier le vocabulaire et le langage relatif à la ville dans les territoires hellénophones de l’Antiquité et du Moyen-Âge pour saisir les représentations mentales qui sous-tendent l’usage des mots et que, dans un mouvement inverse mais simultané, ces derniers construisent. Comment les mots de la ville se façonnent-ils ? Comment les mots façonnent-ils la ville ?

Les mots permettent de décrire, qualifier, catégoriser les villes et les éléments urbains, qu’il s’agisse pour les auteurs de parler de villes réelles, passées et présentes, ou de créer des villes fictives, littéraires ou philosophiques. En partant des manières grecques de dire le monde urbain, on s’interrogera sur la ville comme une entité, sur les éléments qui la composent et sur les typologies, mouvantes, que traduisent les mots et les discours. On pourra examiner les textes où la ville constitue le cadre du récit ou forme l’objet même du propos comme dans les descriptions, les éloges, les réglements urbains. On pourra aussi analyser les mots qui ont trait à la ville dans son ensemble et à son organisation, ceux qui renvoient aux édifices considérés comme caractéristiques de l’urbanité ou à des fonctions proprement urbaines, ceux, enfin, qui permettent de qualifier une ville, ses fondateurs et ses habitants par opposition aux personnes qui résident à la campagne. L’analyse peut se révéler fructeuse si elle porte sur des termes pris isolément, en famille lexicale, dans un champ sémantique ou dans une œuvre.

Ce colloque, qui porte sur une longue période allant des premiers textes en grec jusqu’à la chute de l’empire romain d’Orient, sera l’occasion de réfléchir aux différentes manières de dire la ville dans le temps. On pourra suivre l’aventure des mots et de leur sens en prêtant attention à la fréquence de leur usage et aux réalités qu’ils recouvrent, selon les contextes, dans un champ lexical ou un champ sémantique particuliers. Peut-on montrer que la naissance du mot atteste la prise de conscience de la chose ? Les changements de mots sont-ils le reflet des changements de choses ? Plus largement, la transformation du langage sur la ville résulte-t-elle de l’évolution spontanée d’un usage liée aux mutations d’une société ou d’une volonté délibérée de catégoriser différemment une même réalité urbaine à travers le temps ?

La réflexion concerne toutes les régions où l’on a parlé la même langue à un moment de l’histoire : le grec ancien, que nous voulons saisir dans la diversité de ses dialectes. Au-delà des différences linguistiques observe-t-on des singularités régionales, locales, que l’adoption de la langue commune, la koinè, n’aurait pas complètement uniformisées ? Lorsqu’ils furent en contact avec d’autres langues, comment les locuteurs hellénophones ont-ils intégré l’exotique ou la nouveauté dans leur lexique pour dire la ville ? Quelles interférences culturelles et linguistiques observe-t-on dans les différents modes d’absorption d’élements d’une autre langue, qu’il s’agisse de translittération, de traduction ou de transferts et de décalques de langues étrangères exportatrices de modèles et d’objets urbains ? Au-delà des langues « barbares » auxquelles les Grecs ont emprunté le « paradis », comment s’est exprimée, dans le monde grec sous domination romaine, la cohabitation entre le grec et le latin dans les manières de désigner la ville et ses éléments ? Inversement, comment des langues étrangères se sont-elles approprié les termes grecs de la ville ?

On pourra enfin s’interroger sur les milieux dans lesquels sont employés ces mots et sont élaborés ces discours sur la ville. Une même réalité urbaine peut être exprimée différemment selon les intentions et les possibilités culturelles des locuteurs. Comment percevoir dans les textes les mots qui font écho à des catégories communes et ceux qui renvoient à des catégories élaborées dans des milieux restreints ? Voit-on se développer un vocabulaire technique, spécifique aux autorités administrantes ? M.-Chr. Hellmann a montré que le vocabulaire architectural des gestionnaires de la fortune d’Apollon délien se caractérisait par la polysémie, la synonymie, l’usage de la métaphore et l’imprécision. Qu’en est-il pour les mots de ville ? Dans quelle mesure la nature des textes (un éloge, une tragédie, un dictionnaire, un règlement, une inscription honorifique …) induit-elle une façon particulière de dire la ville et de se la représenter ? On pourra aussi se demander si les lieux où sont prononcés les discours, où s’inscrivent les textes induisent des langages différents. Existe-t-il des différences dans les manières de dire la ville selon que le locuteur se trouve en dehors de la ville ou dans son enceinte ? À l’Assemblée, sur l’agora, au théâtre ou dans un tribunal ?

Les communications, d’une durée de 20 minutes, en français ou en anglais, pourront porter sur tous les territoires hellénophones, des premiers textes grecs à la chute de Constantinople. On prendra en compte toutes les sources textuelles, quels qu’en soient le support et la nature, sans négliger les textes juridiques et techniques. On pourra recourir ponctuellement aux vestiges architecturaux et aux sources iconographiques.

Si cet appel à communication retient votre attention, veuillez nous proposer un titre provisoire ainsi qu’un résumé de 10 à 20 lignes avant le 1er septembre 2015.

Comité scientifique

Vincent Azoulay (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, EA 3350 ACP, IUF), Julien du Bouchet (Université Paul-Valéry Montpellier, EA 4424 CRISES), Pierre Chiron (Université Paris-Est Créteil, EA 4395 LIS, IUF), Sophie Gotteland (Université Bordeaux-Montaigne – UMR 5607 Ausonius), Virginie Mathé (Université Paris-Est Créteil, EA 4392 CRHEC), Silvia Milanezi (Université Paris-Est Créteil, EA 4392 CRHEC), Jean-Charles Moretti (CNRS, USR 3155 IRAA), Arietta Papaconstantinou (University of Reading), Liliane Rabatel (CNRS, USR 3155 IRAA), Catherine Saliou (Université Paris 8, HPSS-EA 1571 et UMR 8167, EPHE).

Contact :

Virginie Mathé : virginie.mathe@u-pec.fr

1 N. Bresch (IRAA-USR 3155 / CNRS), R. Bouchon (HiSoMA-UMR 5189 / Université Lyon 2), V. Chankowski (HiSoMA-UMR 5189 / Université Lyon 2), C.  Durvye (IRAA-USR 3155 / Aix Marseille Université), S. Gotteland (Institut Ausonius-UMR 5607 / Université Bordeaux Montaigne), J.-J. Malmary (IRAA-USR 3155 / CNRS), V. Mathé (CRHEC-EA 4392 / Université Paris-Est Créteil), Chr. Mauduit (AOROC- UMR 8546 / ENS Paris), J.-Ch. Moretti (IRAA-USR 3155 / CNRS), C. Palermo (IRAA-USR 3155 / Université Lyon 2), L. Rabatel (IRAA-USR 3155 / CNRS), B. Redon (HiSoMA-UMR 5189 / CNRS), C. Saliou (HPSS-EA 1571 / Université Paris 8 et EPHE) et H. Wurmser (IRAA-USR 3155 / Université Lyon 2).

2 Th. L. Donaldson, Collection des exemples les plus estimés des portes monumentales de la Grèce et de l’Italie, 1857 ; H. Blümner, Technologie und Terminologie des Gewerbe und Künste bei Griechen und Römer, 1875-1886 ; E. Fabricius, De Architectura graeca commentationes epigraphicae, 1881 ; A. Choisy, Études épigraphiques sur l’architecture grecque, 1884 ; H. Lattermann, Griechische Bauinschriften, 1908.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

AAC: “Inventer le Grand Paris”, 3e colloque, 3 et 4 décembre 2015 – Paris

APPEL A COMMUNICATIONS

Le troisième colloque international Inventer le Grand Paris se réunira les 3 et 4 décembre 2015 à Paris. Il s’inscrit dans un programme pluriannuel sur l’histoire du Grand Paris qui mobilise les connaissances de la recherche urbaine dans une perspective transnationale et interdisciplinaire. Le premier colloque (décembre 2013, Cité de l’architecture et du patrimoine) s’est ouvert sur l’étude des travaux de la Commission d’extension de Paris de 1913, considérés comme la première expression d’un projet d’aménagement et d’organisation du Grand Paris. Le deuxième colloque (décembre 2014, Petit Palais) a retracé le contexte du Plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) de 1934, plus connu sous le nom de plan Prost. Ce troisième colloque a pour ambition de réévaluer la planification du Grand Paris entre la Seconde guerre mondiale et le début de la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (SDAURP) de 1965, dans une perspective métropolitaine comparée. À l’image des deux colloques précédents, cette manifestation a également vocation à éclairer l’actualité du Grand Paris.

Le moment 1965 dans la mise en place d’une planification régionale

Dans un contexte de montée en puissance de l’État interventionniste et planificateur, de nouvelles politiques publiques se déploient autour d’outils juridiques, administratifs et opérationnels. Marqué par une expansion démographique, économique et territoriale des villes, l’aménagement du territoire, en France comme d’autres pays, mobilise l’État, ses services et les corps intermédiaires qui animent la société civile.

Durant cette période, la région parisienne est au cœur de la mise en place de cette planification d’État : révision du plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) en 1956, plan d’aménagement et d’organisation générale (PADOG) de 1960, Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région de Paris (SDAURP) de 1965. Comment s’enchaînent ces différents moments ? Quelle configuration institutionnelle voit le jour et comment se construit l’administration planificatrice ? Quelles échelles spatiales sont mobilisées ? Comment évolue la pensée de l’urbanisme et quelle place occupe le paysage dans ses démarches planificatrices ?

Une métropole entre planification et production

Le colloque doit permettre de lier cet effort sans précédent de planification régionale avec la question de la production de la métropole. Il aborde sous un angle nouveau l’aménagement des banlieues après-guerre, l’inscription de la réalisation de certains grands ensembles dans une stratégie métropolitaine, le statut de grands projets comme La Défense, le MIN de Rungis ou les aéroports, la conception et le tracé du RER et des infrastructures autoroutières, etc. Il éclaire les interactions et les conflits entre la volonté planificatrice de l’État, le pouvoir local et la société civile en matière de rénovation et de planification urbaine et économique. Il pourra enfin être l’occasion d’étudier le rôle dans l’aménagement du territoire des opérateurs privés et publics qui investissent dans la promotion immobilière.

Ce colloque doit aussi observer l’histoire de la planification de Paris intra-muros (Plan d’urbanisme directeur de Paris) et la mise en débat de l’avenir de Paris dans l’espace public. Il met également en perspective l’expérience de la planification régionale parisienne dans le cadre des politiques de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) et de l’institution des communautés urbaines.

Pour une histoire comparée et connectée des métropoles

Le colloque sera aussi l’occasion de situer la planification régionale française dans le contexte international en questionnant son insertion dans la circulation des modèles et des idées, et son inscription dans le contexte international (reconstruction, Guerre froide, décolonisation, construction européenne) qui pèse sur l’élaboration des projets. Il s’agit notamment d’interroger la programmation polycentrique du Grand Londres mais aussi d’autres expériences moins connues en Amérique du Nord, dans les pays scandinaves ou les pays de l’Est, en Amérique latine ou dans les anciennes colonies.

Il s’agira aussi d’explorer les cas où la planification de la région parisienne, et au premier rang le SDAURP de 1965, a pu « faire école » ailleurs dans le monde. Plus largement, on pourra interroger les rencontres internationales et la circulation des théories alimentant ces modèles.

Le colloque entend enfin mettre en situation le cas grand parisien dans le contexte de démarches de planification parallèles et croisées dans lesquelles s’engagent nombre d’aires métropolitaines durant la même période. Des visions aux plans, il s’agira d’étudier les formes diverses empruntées par une internationalisation et une médiatisation de la pensée de l’aménagement métropolitain et régional.

Si l’historiographie n’a cessé de se renouveler au cours des dernières années, ce croisement attendu des études sur les métropoles révélera certainement de nouveaux chantiers de recherche et de nouvelles approches.

Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) doivent être communiquées par courriel à l’adresse suivante :

inventer.grandparis@gmail.com

Sous la forme d’un document Word d’une demi-page A4 maximum (1 200 signes environ) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications) au plus tard le 31 mai 2015.

IGP_2015_appel_français 10 4 2014[2]

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Prix de l’article scientifique sur l’habitat social

 L’union sociale pour l’habitat, la Caisse des Dépôts et l’Institut CDC pour la recherche organise un nouveau prix pour 2015 de l’article scientifique portant sur l’habitat social.

Vous trouverez ci-dessous le document relatif au règlement du prix :
Les dossiers sont à adresser à dominique.belargent@union-habitat.org  jusqu’au 15 avril 2015.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Prix de thèse SFHU 2015 – Appel à candidatures (jusqu’au 30/4/2015)

Prix de thèse 2015

Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU)

 

La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, pour sa 5e session, au titre de l’année 2015, un concours de thèses qui s’adresse aux jeunes docteurs en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux (voir les archives du prix de thèse sur le site http://sfhu.hypotheses.org/).

 

  1. Objet du concours

Le lauréat du concours sera récompensé par une somme de 2000 euros.

 

  1. Conditions de participation

Le prix est ouvert aux docteurs ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine, rédigée en français, durant l’année (civile) 2014. Les thèses d’habilitation à diri­ger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne seront pas retenues.

Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de l’art…) concernés.

 

  1. Constitution du dossier de candidature

Pour s’inscrire, le docteur doit faire acte de candidature en envoyant à la SFHU (voir ci-dessous), un dossier dématérialisé qui comprendra les éléments suivants :

 

– le formulaire de candidature (ci-dessous, télécharger ou copier) dûment rempli (en version électronique non pdf) ;

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes (en version électronique) ;

– un curriculum vitae (en version électronique) ;

– une version électronique de la thèse au format pdf (volume maximum souhaité par fichier 10 Mo ; voir détails ci-dessous).

 

  1. Procédure d’attribution du prix

Le jury sera composé des membres du bureau de la SFHU. Il examinera l’ensemble des thèses recevables et pourra s’adjoindre des experts extérieurs, français et étrangers.

 

  1. Calendrier

Les candidatures seront enregistrées jusqu’au 30 avril 2015 minuit, délai de rigueur (par voie électronique, à l’adresse Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr).

Les résultats seront proclamés en novembre 2015 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et de la journée d’étude de la SFHU en janvier 2016.

 

  1. 6. Prix de thèse SFHU 2015 – Fiche de candidature

FICHE DE CANDIDATURE Prix de thèse SFHU 2015

Prix de thèse SFHU 2015 – Fiche de candidature

 

(merci d’enregistrer VOTRE NOM DANS LE TITRE DU FICHIER avant transmission et de ne pas utiliser le format pdf pour ce fichier-ci)

 

 

NOM :

 

Prénom :

 

Adresse :

 

Téléphone :

 

E-mail :

 

Situation professionnelle :

 

 

———————————————————————————————

 

Intitulé de la thèse :

 

 

Date de soutenance :

(rappel : la thèse doit avoir été soutenue durant l’année civile 2014)

 

Université ou établissement de rattachement :

 

 

Nom du directeur de recherche :

 

 

Membres du jury de soutenance :

 

 

 

——————————————————————————————–

 

Pièces à joindre :

 

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes, espaces compris (en version électronique ; NB : le rapport de soutenance n’est pas demandé) ;

– un curriculum vitae (en version électronique) ;

– une version électronique de la thèse (fichier(s) pdf, volume maximum de 10 Mo souhaité – en cas de problème d’envoi en pièce jointe, faire un premier envoi avec le dossier « administratif » et les éventuels fichiers transmissibles par mel, pour convenir d’un mode de transmission des fichiers plus lourds, afin de ne pas trop fractionner les volumes et démultiplier les envois).

 

Formulaire (rappel : en format traitement de texte) et pièces demandées à envoyer, avant le 30 avril 2015 minuit, délai de rigueur, à : Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr

 

NB : un accusé de réception du dossier complet sera envoyé aux candidat.es.

Appel à comm: quand on arrive en ville (18e-21e siècles), Bruxelles, 15-16 octobre 2015

Organisé à Bruxelles les 15 et 16 octobre 2015, le colloque « Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations (18e-21e siècles) » est une initiative du projet de recherche MICM-arc (micmarc.ulb.ac.be), basé à l’Université libre de Bruxelles. À travers la problématique de l’arrivée en ville, de ses modalités, des impressions et des représentations qui en découlent, le colloque permettra d’interroger les rapports entre mobilité, culture et identité métropolitaine qui sont au cœur de ce projet de recherche.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à comm : Colloque Berlin – discontinuités : temporalités, politiques, urbanité (Arras 8-9 octobre 2015)

Berlin – discontinuités : temporalités, politiques, urbanité
Appel à communications

Une partie de l’histoire du « court XXe siècle » (Hobsbawm, 1994) s’est écrite à et avec Berlin. Capitale de l’empire wilhelmien, la ville est devenue capitale de la République de Weimar puis celle de l’Allemagne national-socialiste. La guerre froide l’a divisé entre les 4 Puissances alliées, puis en deux parties, chacune devenant le modèle de son camp respectif. La fin de la guerre froide a entrainé sa réunification et son rétablissement comme capitale fédérale. Berlin est entrée « dans l’histoire » car des affrontements idéologiques et politiques se sont matérialisés dans l’espace urbain et ont divisé ce dernier : certains événements symboliques des extrêmes qui caractérisent les sociétés européennes du XXe siècle (totalitarisme, guerres, désir de liberté et de paix), s’y sont tenus, ont eu une résonance globale et ont marqué l’organisation du monde. A travers le symbole du Mur, le lieu est devenu à la fois un emblème d’une période particulière de l’histoire (la guerre froide) et d’un ordre géopolitique (la division de l’Europe et du monde). Puis, l’ouverture du Mur de Berlin a signifié tout autant la fin d’une période de l’histoire que la fin d’un rapport de forces entre des composantes idéologiques et politiques. De surcroît, l’Allemagne est désormais un Etat-membre de l’Union européenne. Les élargissements de 2004 et de 2007 ont contribué à renforcer le rôle de lieu de décision de la capitale fédérale dans la nouvelle Europe du fait de sa situation d’interface entre l’ouest et l’est du continent.

Une analyse du tissu urbain montre qu’aucune autre grande capitale d’Etat en Europe ne comporte autant de discontinuités spatiales au sein de son espace urbain. La part des espaces libres est certes inhabituelle dans une ville de cette taille, mais surtout leurs situations interrogent l’observateur et le promeneur. Le cœur de la ville, celui qui abrite les monuments les plus prestigieux et les fonctions centrales est parcouru de discontinuités variées qui contrastent avec ce qui « fait ville » : friches, terrains vagues, espaces de résistance et de contestation, chantiers. Les traces du Mur (et notamment l’espace libéré par son démantèlement) donnent l’impression que la marge s’inscrit dans le centre. 25 ans après l’ouverture du Mur, les traces de ce dernier dans l’espace urbain nous rappelle ces héritages. L’hypothèse que nous formulerons cependant est que les discontinuités sont associées à Berlin et y « font corps avec la ville ».

C’est à la fois la dimension signifiante de l’espace urbain et la tournure de certains événements qui a permis à Berlin de devenir un emblème d’un ordre géopolitique et de sa remise en cause : les dimensions spatiales, temporelles et politiques sont donc intimement liées. L’objectif de ce colloque est d’étudier la ville à travers le prisme des discontinuités et dans le même temps de voir en quoi cette ville peut nous aider à comprendre les articulations entre trois dimensions des discontinuités : spatiale, temporelle, politique.

L’objet de cette manifestation est de donner une vision pluridisciplinaire des discontinuités à Berlin, considéré à la fois comme un lieu (de représentation, de pouvoir, etc.), un espace (agglomération urbaine) et un réceptacle et en prenant en compte différentes échelles.

Plusieurs pistes sont ainsi proposées :
D’une part, il s’agit de saisir l’articulation entre les évolutions de l’ordre géopolitique et les temporalités urbaines. Comment s’accordent les rythmes de l’échelle globale avec les temps de la ville ? Quel rôle la ville a-t-elle joué dans l’histoire allemande, européenne, conçues comme une partie de l’histoire globale du XXe siècle ?  Quelle place a occupé la ville dans les relations internationales en Europe et dans le monde, et notamment dans le contexte de la Guerre Froide et de la construction européenne ?
D’autre part, on peut s’interroger sur la manière dont les temporalités ont marqué l’espace. Les discontinuités temporelles ont-elles laissé des traces dans l’espace urbain ? Si oui, quelles formes prennent-elles et comment sont-elles perçues et considérées par les acteurs urbains (citoyens, pouvoirs publics, acteurs économiques) ?
En définitive, l’un des objectifs poursuivis serait de déceler ce qui fait continuité dans Berlin, en dépit des ruptures à la fois en termes de pouvoirs, d’espace et d’histoire.

Organisation :

Responsables
Michel-Pierre Chélini (CREHS)
Bernard Reitel (Discontinuités)

Date et lieu : 8-9 octobre 2015, Arras

Une approche multidisciplinaire et interdisciplinaire est préconisée. Le colloque est ouvert aux historiens, aux géographes, aux sociologues, aux politologues, aux anthropologues, aux linguistes, aux sciences de la communication, etc.

Langues du colloque : français, anglais

Une proposition de communication comportera au maximum 3000 caractères et décrira l’objectif de la communication, la méthode et les résultats attendus ainsi que les champs disciplinaires dans lesquels elle s’inscrit. Les textes d’une longueur maximale de 3000 signes, sont attendus pour le 20 mars 2015.

Comité scientifique

 . Denis Bocquet, Professeur d’histoire à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS)

. Michel-Pierre Chelini, Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Artois

Berlin, Institut für Stadt- und Regionalplanung

. Gabrielle Dolff-Bonnekamper, Professeure d’Histoire de l’Art, Institut für Stadt- und Regionalplanung, Technische Universität Berlin

. Emmanuel Droit, Maître de conférences en Histoire contemporaine [Université de Rennes 2] Centre Marc Bloch Berlin

. Etienne François, Professeur d’histoire émérite, Université Paris I, Freie Universität Berlin

. Boris Grésillon, Professeur de géographie, Université Aix-Marseille

. Bernard Reitel, Professeur de géographie, Université d’Artois.

. Christian Schulz, Professeur de géographie, Université du Luxembourg

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à articles : Ambiance et histoire de l’architecture, revue Ambiances (date limite 15 mai 2015)

Ambiances – Revue internationale sur l’environnement sensible, l’architecture et l’espace urbain

APPEL A ARTICLES – Réception des propositions : 15 mai 2015

Ambiance et histoire de l’architecture :

l’expérience et l’imaginaire sensibles de l’environnement construit

Revue bilingue à comité de lecture http://ambiances.revues.org

Argumentaire

Comment peut-on rendre compte des dispositions spatiales, matérielles et sociales qui fabriquent une configuration sensible particulière, une ambiance, à un moment donné de l’histoire ? En posant cette vaste question, ce dossier thématique de la revue Ambiances cherche à combler quelques-unes des brèches dans l’histoire conduite aujourd’hui : celles qui touchent à la conscience environnementale des sociétés du passé sur les constructions, celles qui énoncent que l’évolution historique de l’architecture et des villes est liée à l’expérience concrète de l’environnement construit, à l’évaluation de son potentiel d’habitabilité, à sa transformation pour les besoins et la joie de l’usage. Nous faisons ainsi de cet appel à articles un pari : celui de placer l’ambiance de ces espaces et de ces lieux comme une des forces méconnues de l’histoire architecturale et urbaine.

Les travaux de Lucien Febvre, d’Alain Corbin, de Sabine Barles, de Jacques Léonard, de Geneviève Massard-Guilbaud, pour ne citer qu’eux, ont retracé la croissance des pollutions olfactives, auditives et visuelles. De nombreuses manifestations scientifiques récentes ont également mis en évidence la permanence de ces phénomènes dans l’histoire. Interroger l’ambiance comme objet historique, comme support de connaissances nouvelles sur les bâtiments du passé, au même titre que le sont aujourd’hui les recherches sur le temps, le désir, le corps, la beauté, la vie privée, etc. permet d’ouvrir trois nouveaux types d’investigations :

1/ Explorer les sources du sensible à travers le temps

Comment avoir accès aux ambiances du passé ? Fragiles et éphémères, les traces sensibles existent pourtant sur de multiples supports. Du côté de l’iconographie, de la littérature, du cinéma, de l’audiovisuel, des techniques ou des traités d’architecture, ces sources racontent un savoir-faire et un imaginaire de l’habitant, de l’architecte, du passant, un imaginaire et un savoir-faire que l’histoire de l’architecture laisse parfois en marge.

Quelles sont ces sources et comment pouvons-nous les interroger et les croiser ? Les interroger, c’est d’abord questionner l’Homme dans son existence passée qui établit pour lui-même et pour ses proches, un aménagement en étroite interaction avec la perception qu’il souhaite et la production possible des odeurs, des regards, des écoutes, du toucher des objets et de la température des lieux. Les sources existent indirectement par l’intermédiaire des bâtiments et des sites qui traversent les époques. Ils forment des repères spatiaux permanents à partir desquels il est possible de constater des évolutions ou a contrario des situations figées. Ces sources du sensible restent à explorer.

2/ Interpréter et restituer les expériences sensibles passées

S’intéresser aux singularités historiques d’une ambiance, ce n’est pas seulement s’intéresser aux sources sonores, olfactives, lumineuses… qui apparaissent à un moment donné de l’histoire, c’est chercher où et comment des expériences sensibles sont reçues comme des expériences singulières et émotives qui plaisent ou déplaisent à une époque. Comment interroger ces sources, les analyser et surtout les interpréter au prisme de nos propres sensibilités et de nos goûts ? Est-il simplement possible de se projeter dans une ambiance passée sans la déformer ni la trahir ?

Si les environnements perdurent, la compréhension de leurs caractéristiques sensibles est souvent difficile car ils ont été conçus et construits en d’autres temps et pour d’autres que nous. Ces traces peuvent apparaître tantôt comme des décors incompris et inutiles, tantôt comme des vestiges fragiles menacés. Grâce aux évolutions technologiques et au croisement des sources, des simulations d’ambiance offrent une lecture nouvelle de l’histoire et des situations urbaines. Dès lors, jusqu’où peut aller le travail de recherche dans la reconstitution d’une ambiance pour interpréter et restituer les expériences sensibles passées ?

3/ Révéler des imaginaires d’ambiance

Que dire enfin de ces nombreux imaginaires d’ambiance, ces visions rêvées, ces idées de projets de bâtiments et de lieux dont la concrétisation matérielle a transformé, sinon fait disparaître, les motivations initiales ? Fantasmés ou rêvés, objets de véritables projets sociaux, politiques ou artistiques, ces imaginaires

d’ambiance disent autant sur les modes de conception des projets que sur le destin de certaines utopies. Les opérations de transformations diverses (reconversion, réhabilitation, enjeux énergétiques, etc.) peuvent être des moteurs pour modifier ou, a contrario, tenter de recréer des ambiances réelles ou supposées. Elles sont l’occasion d’interroger les motivations qui président à ces changements et les méthodes mises en oeuvre pour façonner une nouvelle identité architecturale et urbaine.

Certains lieux transformés, parfois meurtris mais parfois aussi sublimés et révélés, comportent en leur sein une stratification d’ambiances qui leur confère une identité riche mais complexe à déchiffrer. C’est la lecture et l’interprétation de cette complexité par les générations successives qui orientent leur devenir autour d’enjeux multiples et parfois contradictoires, notamment du point de vue patrimonial. On interrogera dès lors le sens donné à certaines politiques de conservation qui entendent préserver, au nom d’une certaine fidélité historique, des dispositions ou des éléments matériels eux-mêmes éloignés d’un imaginaire

d’ambiance initial.

Articles attendus

L’appel à articles s’adresse à un large panel de chercheurs et de praticiens au croisement entre histoire et ambiances dans les champs :

De l’architecture, de l’urbanisme, du design

De la réhabilitation d’architecture, des études du patrimoine

De l’histoire du sensible, de l’histoire culturelle, du cinéma, des sources audiovisuelles

De l’anthropologie, de la sociologie, de la littérature.

Les articles porteront sur une ou plusieurs des problématiques développées ci-dessus, sans que les périodes historiques, les exemples et les études de cas ne soient limitatifs. Les sources étudiées peuvent être multiples.

Modalités de soumission

Les auteurs devront envoyer une proposition d’article de 3000 à 5000 signes aux responsables du dossier avant le 15 mai 2015 à l’adresse : ambiances.history@gmail.com (cf. calendrier ci-dessous).

Les propositions d’articles et les articles eux-mêmes pourront être soumis en français ou en anglais.

Les propositions seront examinées par les responsables du dossier et le comité éditorial de la revue. Après accord de principe, les auteurs devront envoyer leur article complet, de 25000 à 50000 signes, avant le 15 octobre 2015, délai de rigueur.

Conformément au processus habituel de la revue, les articles seront soumis à deux évaluateurs, selon une évaluation en double-aveugle. La publication du dossier thématique est prévue en septembre 2016.

Calendrier

Lancement de l’appel à articles : 15 février 2015

Réception des propositions : 15 mai 2015 (3000 à 5000 signes)

Réponses aux auteurs : 15 juin 2015

Réception des articles complets : 15 octobre 2015 (25000 à 50000 signes)

Publication indicative du dossier thématique : septembre 2016.

Coordinateurs du dossier

Olivier Balaÿ, architecte en exercice, urbaniste, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, chercheur au CRESSON, UMR AAU CNRS-MCC-ECN.

Stéphane Frioux, maître de conférences en histoire contemporaine, Université Lumière-Lyon2, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR CNRS 5190.

Nathalie Simonnot, historienne de l’architecture, ingénieur de recherche, laboratoire LÉAV, École nationale supérieure d’architecture de Versailles.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

CFP : “Dangerous cities ? Crime, gender and survival strategies in European towns, 1600-1900″, American Historical Association

Call for Papers – Panel Proposal Annual Meeting of the American Historical Association
January 7-10, 2016, Atlanta Georgia
 
 
Dangerous cities? Crime, gender and survival strategies in European towns 1600-1900.

 
Questions related to changes in the proportion of female offenders are of central importance in the debates among historians of crime. There is a general agreement that the urban setting is a key factor in explaining “high” levels of female crime in the early modern period (Beattie 1978; Shoemaker 1991; Feeley 2010; Van der Heijden 2013). Women in the city are believed to have led a more independent and public life than women in the countryside. This was especially the case for the many migrant women that were working in domestic service and in the early industries. It is this same independence that is said to have made these women more vulnerable. They often lacked access to formal and informal social support networks and therefore suffered more in times of economic and social crises. By analysing crime as part of a broader makeshift economy, historians have argued that urban (migrant) women were therefore more susceptible to commit crime as a way to support themselves – thereby explaining the fluctuations of female crime rates through time (early modern vs modern period) and place (urban vs rural).

However, there is still a lack of systematic research to understand the relationship between gender, the lack of social support networks, and the effects of poverty on crime. Existing gender norms might for example have influenced the way that (migrant) men and women were incorporated in urban networks and the level of independence they were able to achieve. At the same time, offenders could use dominant perceptions of gender strategically in their criminal process (King 2000). There is a need for a structural comparison between the survival strategies of (migrant) men and women in the city as well as a more developed comparison between urban and rural crime patterns.

This panel invites papers dealing with (one of) the following questions:

–        Were there differences in proportion of citizens and migrants among offenders and in the type of crimes committed by them? If so, how do we explain this?
–        What were the differences in crime employed as a survival strategy by men and women? And how did gender roles influence these?
–        How did the legal position of offenders (i.e. possessing citizenship or not) affect their trial and punishment?
–        What were the different (in)formal control mechanisms that could affect recorded crime? (For example, the existence of guild courts, neighbourhood associations or household authority).
–        Was there a difference in ‘open’ cities and ‘closed’ cities in relation to the support networks migrants were able to access?

Call for papers:
Researchers interested in participating to this panel are invited to send a short abstract (ca. 200-250 words) to j.m.kamp@hum.leidenuniv.nl by February 10th 2015.
Selected candidates will be notified the following day and the panel proposal will be submitted to the AHA by February 15th 2015.
Find more information on the AHA annual meeting here: http://www.historians.org/annual-meeting/future-meetings

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Proposez des sessions à la conférence EAUH 2016 !

L’appel à propositions de sessions du XIIIe Colloque International d’Histoire Urbaine organisé à Helsinki (24-27 aout 2016) est ouvert.

Le thème général est “Reinterpreting Cities”.

La soumission se fait, en français ou en anglais, jusqu’au 1er mars 2015 sur le site de la conférence : https://eauh2016.net/

Le calendrier jusqu’à la conférence est disponible sur la page  https://eauh2016.net/?page_id=41

La présentation des propositions de sessions doit comprendre les éléments suivants:

  1. Le titre de la session.
  2. Un résumé de 200-400 mots contenant une description cohérente du thème de la session, une question centrale et une liste de sujets clés. Le thème de la session doit s´inscrire dans le contexte de l´historiographie récente. Le texte de la proposition doit expliquer en quoi le thème suggéré est actuel et important, préciser quel est l´objectif de la session et énumérer une liste de sujets potentiels se rapportant au thème. Les sessions qui portent sur des thèmes abordés d’un point de vue comparatif, qui englobent un ou plusieurs pays et élargissent la perspective au-delà de l’Europe, sont particulièrement bienvenues.
  3. Le type de session proposée: soit une session principale (3 heures, max. 7-8 communications), soit une session spécialisée (1,5 heures, max. 3-4 communications). “Le comité scientifique pourra donner la préférence aux sessions spécialisées traitant de thèmes novateurs.”
  4. Le nom, l’affiliation institutionnelle avec l´adresse postale et l’adresse de courriel de chacun des organisateurs de la session. Chaque session doit être coordonnée par deux organisateurs minimum. La priorité sera donnée aux sessions co-organisées par des chercheurs de différents pays.
  5. Un court CV d’une page de chacun des organisateurs de la session, faisant mention de leur expérience antérieure dans l’organisation de séances semblables (une liste exhaustive n’est pas requise). Les jeunes chercheurs sans expérience peuvent indiquer la liste de leurs communications dans des conférences internationales. Toutes les conférences de l´AEHU reposent sur un appel à contributions ouvert. Par conséquent, les sessions proposées ne doivent pas être constituées sur la base d´une liste préétablie de conférenciers. En principe, les organisateurs de la session ne devraient pas présenter de communication.

NB: Les chercheurs ne peuvent télécharger qu’une seule proposition de séance.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts