Category Archives: Appels

Call for Papers: River Cities: Historical and Contemporary 2015 Dumbarton Oaks Symposium, Garden and Landscape Studies

Vous trouverez ci-dessous à télécharger un appel pour ce symposium sur les relations entre villes et rivières qui se tiendra en mai 2015 aux Etats-Unis.

Un résumé de 300 mots doit être fourni pour le 14 septembre à Taisa Way (tway@uw.edu)

River Cities_call for papers

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Revue Histoire urbaine : appel à articles

Appel à contribution pour le numéro spécial de la revue Histoire Urbaine :

 

Humaniser la ville (Europe et Amérique du Nord, XXe siècle)

sous la direction d’Olivier Chatelan (Université Lyon 3) et de Harold Bérubé

(Université de Sherbrooke, Canada)

 Télécharger le fichier : Humaniser la ville_appel_a_articles

Construire une ville « humaine », « plus humaine » ou « à taille humaine » est une ambition revendiquée par nombre de politiques publiques d’aménagement urbain depuis quelques années. L’Unesco fait de l’humanisation des villes contemporaines un enjeu fondamental1, qui croiserait au moins trois dimensions : le droit à la ville, l’établissement de « formes participatives de gouvernance » et le développement d’une « solidarité active ». L’appropriation de cette notion dans le cadre d’une recherche scientifique pose cependant problème, tant l’« humanisation » paraît normative et floue dans son contenu.

Historiciser les usages de ce terme n’est donc pas une entreprise inutile et permettrait d’interroger le caractère d’évidence d’une notion socialement construite, polysémique et ambigüe : rendre la ville « humaine » ou « plus humaine » suppose que celle-ci ne l’est pas encore, ou insuffisamment. Mais pour quels acteurs, défendant quelles causes ou quels intérêts ? La dénonciation porte-t-elle sur des désordres urbains d’ordre moral (défendre le fort contre le faible), fonctionnel (créer une centralité ou apporter une cohérence à l’étalement urbain), social (lutter contre les crises du logement), sanitaire (faire reculer l’insalubrité), voire esthétique ? L’humanisation de la ville renvoie-t-elle en un sens libéral à un espace vivable pour l’individu, condition de l’expression de sa liberté et de ses droits, ou s’agit-il de construire une ville harmonieuse et réconciliée avec elle-même pour restaurer la cité perdue ?

On peut reconnaître dans cette utopie une filiation chrétienne : n’est-ce pas la vision qui sous-tend les enquêtes de sociologie urbaine des équipes d’Economie et Humanisme à partir des années 1940 ? Les Semaines sociales de Brest de 1965 ne s’intitulent-elles pas « L’Homme et la révolution urbaine » ?

Il n’est pas certain cependant qu’il n’y ait là qu’une spécificité catholique ou plus largement chrétienne. Le présent appel à textes a précisément pour objectif de tester cette hypothèse pour le XXe siècle et de dé-essentialiser la « ville humaine », en suggérant quelques axes en particulier mais sans s’y réduire.

Le premier concerne les acteurs et les penseurs de la réforme urbaine. Un certain nombre d’urbanistes et sociologues, de Gaston Bardet à Paul-Henry Chombart de Lauwe, ont volontiers appelé à rendre la ville plus humaine, contre le gigantisme et l’anonymat des métropoles modernes. Le principe de bâtir des villes en prenant l’homme comme mesure est-il l’apanage des seuls penseurs dit « culturalistes » ?

À l’inverse, plusieurs courants de la sociologie urbaine critique en France, des années 1950 aux années 1980, s’attachent à rendre visibles les logiques de domination et à identifier les contradictions d’un urbanisme consensuel qui masque les intérêts d’une minorité et voile les rapports de force2. Peut-on parler dans ce cas de critique d’un urbanisme « humaniste » ?

Enfin, rendre la ville plus humaine peut servir de caution morale ou idéologique, variable selon les lieux et les périodes, à des politiques ou à des stratégies d’emprise. Régénérer un tissu urbain par la rénovation voire la démolition de quartiers présentés comme déshumanisés est un objectif affiché des pouvoirs publics qu’il faudrait analyser à partir de cas précis.

Le dossier privilégiera des articles inscrits dans une histoire sociale, attentive aux pratiques des acteurs. Les circulations entre pratiques et idées seront bienvenues.

 

Les propositions d’articles seront envoyées avant le 30 octobre 2014. Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale) et devront être adressées à Olivier Chatelan (ochatelan@hotmail.com) et à Harold.Berube@USherbrooke.ca).

1 UNESCO, « Déclaration d’Istanbul sur les établissements humains », Rapport de la Conférence des Nations Unies sur les établissements humaines (Habitat II), juin 1996 ; UNESCO, L’humanisation des villes, 1999 (http://www.unesco.org/courier/1999_ 06/fr)

2 Éric Le Breton, Pour une critique de la ville. La sociologie urbaine française 1950-1980, Presses universitaires de Rennes, 2012.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

cropped-cropped-DSC005041

Appel à communication : Journées de la SFHU, 15-16 janvier 2015 “Animaux dans la ville”

Journées de la Société Française d’Histoire Urbaine

15 et 16 janvier 2015

Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (7 avenue du général de Gaulle, 94700 Maisons-Alfort)

Animaux dans la ville, de l’Antiquité à l’époque contemporaine

AAC_ANIMAUXenville

La présence animale en ville a longtemps été négligée par les études urbaines en dehors des travaux portant sur des activités spécifiques liées à « l’agglomération des hommes » comme les transports, l’alimentation, les sacrifices ou l’exhibition et les jeux. Pour autant elle est bien attestée et il serait aberrant d’opposer la ville d’autrefois peuplée d’animaux à la ville humanisée d’aujourd’hui dont ils auraient été exclus. Les nombreux animaux familiers qui vivent avec les habitants des villes comme les animaux « non désirés ne fais[ant] pas partie de l’ordre urbain »1 suffisent à le prouver. Si la disparition progressive de certaines catégories d’animaux fournisseurs de viande et de lait ou d’énergie dans les villes occidentales, à coup de règlements de police destinés à éviter la « divagation » des troupeaux dans les rues ou à assainir leurs produits, est évidente, son remplacement par d’autres l’est tout autant. C’est cette forme de substitution – limitée dans cet exemple puisqu’elle ne concerne que les animaux domestiques ou familiers – qui pose question aujourd’hui au chercheur : ne suggère-t-elle pas un changement profond des rapports entre les hommes et les animaux en ville ? Et qu’en est-il de ceux que la réglementation ne parvient pas à évacuer comme les blattes, les rats ou les moustiques ? Ou encore des animaux tolérés mais volontiers contrôlés comme les pigeons ? Les travaux récents en histoire du vivant et de l’environnement urbain permettent de faire évoluer l’observation des rapports entre l’homme et l’animal dans une dimension élargie aux relations nature/ville.

Plusieurs entrées sont possibles dont ne sont évoquées ici que quelques unes :

  • Les inventaires archéozoologiques d’un lieu donné et les questions qu’ils soulèvent (comment évaluer la part des animaux domestiques et des animaux sauvages ? ces animaux vivent-ils en ville ou n’y entrent-ils qu’incidemment ou n’y arrivent-ils que morts pour être consommés ou utilisés ? …)

  • Les politiques publiques en ce qui concerne la « nature » en ville comme l’interdiction faite aux animaux de boire aux fontaines publiques à Rome, l’autorisation au cochon de saint Antoine de circuler librement en ville à la fin du Moyen Âge, l’introduction des abeilles dans les parcs publics aujourd’hui ou la réflexion contemporaine sur les corridors écologiques ;

  • Les pratiques sociales ou culturelles comme l’élevage des porcs sur les terrains vagues et dans les cours des maisons au Moyen Âge ou à l’Epoque moderne ou les visites aux zoos du XIXe siècle. etc.

C’est pour tenir compte des acquis de cette historiographie récente appuyée sur une approche essentiellement pluridisciplinaire et ouverte à toutes les périodes historiques, que la SFHU, l’Université Paris-Est-Créteil (CRHEC et Laburba), l’ENVA lancent cet appel à communications pour un colloque qui se tiendra les 15 et 16 janvier prochain à L’UPEC et à l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort, Les animaux dans la ville de l’Antiquité à l’époque contemporaine. Les interventions dureront 20 mn.

Les propositions de communication peuvent être envoyées en français ou en anglais.

Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale)

Les propositions de communication devront être adressées avant le 15 octobre à bourillon@u-pec.fr et à cdegueurce@vet-alfort.fr

Comité scientifique : Denis Menjot, Laurence Buchholzer, Natacha Coquery, Laurent Coudroy de Lille, Thibault Tellier, Vincent Lemire, Mélanie Traversier, Jean-Pierre Guilhembet, Florence Bourillon, Youri Carbonnier, Elisabeth Crouzet-Pavan, Catherine Denys, Stéphane Frioux, Philippe Guignet, Laurence Jean-Marie, Gilles-Antoine Langlois, Frédéric Moret, Dominique Poulot, Charlotte Vorms, Christophe Degueurce, Jérôme Bazin, Virginie Mathé, Jean Estebanez.

Comité d’organisation : Jérôme Bazin, Florence Bourillon, Laurent Coudroy de Lille, Christophe Degueurce, Jean Estebanez, Stéphane Frioux, Virginie Mathé, Denis Menjot.

1 Nathalie Blanc, Les Animaux et la ville, Editions Odile Jacob, 2000, p. 7.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à Communication: “Urban Knowledge”, Urban History Group Conference, 2015

Urban History Group 2015

University of Wolverhampton, 26-27 March

Urban Knowledge

“You take delight not in a city’s seven or seventy wonders,

but in the answer it gives to a question of yours.”

This quotation from Italo Calvino’s Invisible Cities illustrates the ways in which urban places stimulate the production of knowledge. Cities have long been the locus of information-gathering both on a municipal and on an individual scale. Developing ways to ‘know’ the inequalities in London prompted the development of spatially defined statistics, whereas the wide boulevards of Haussmann’s Paris gave rise to the flaneur and intimate knowledge of the street. Historically towns and cities have empowered, inhibited and conditioned the production of knowledge as has long been recognised by those working across the arts, humanities and social sciences.

This conference seeks to engage with a number of questions concerning the relationship between the city and knowledge. How is knowledge in, and of, the city formed and expressed? How is this knowledge used to manage and inform urban change? What constitutes ‘expert’ knowledge? How is knowledge contested between and within interest groups? The conference has three main areas for enquiry:

1. Knowledge in the City: This strand seeks to engage with the development of urban spaces and institutions for knowledge exchange. Suggestions for topics include:

  • How were cities used as places to disseminate knowledge through, for example, itinerant lecturers, print culture, scientific meetings and learned societies?;
  • Libraries, reading rooms, museums, and halls as spaces that condition knowledge;
  • The development of medical, scientific and technical knowledge, and professional societies, in relation to towns and cities;
  • The intelligentsia and the production of knowledge.

2. Knowledge of the City: This strand seeks to examine how urban dwellers developed understandings of their surroundings.  Suggestions for topics include:

  • The extent to which conflict and crisis disrupted and changed urban dweller’s knowledge of the city
  • The role of the senses in shaping knowledge and behaviour in the city;
  • The ways in which formal knowledge-gathering exercises such as mapping, measuring and numbering informed individual behaviour and urban change;
  • The use of literary and visual sources such as photographs and travel writing in revealing understandings of the city.

3. Knowledge and the City: This strand seeks to uncover how the nature of the urban environment shaped the knowledge produced and communicated in the city. Suggestions for topics include:

  • How did the social, economic and demographic characteristics of towns and cities influence the way people acquired and communicated knowledge?;
  • Did civic leaders seek to foster knowledge as an element of civic boosterism and place marketing?
  • What are the relationships between knowledge and social capital?
  • Are there hierarchies of urban knowledge?

The conference committee invites proposals for individual papers as well as for panel sessions of up to 3 papers. Sessions that seek to draw comparisons across one or more countries, or open up new vistas for original research, are particularly encouraged.

 

Abstracts of up to 500 words, including a paper or panel title, name, affiliation and contact details should be submitted to the conference organiser and should indicate clearly how the content of the paper addresses the conference themes outlined above. Those wishing to propose sessions should provide a brief statement that identifies the ways in which the session will address the conference theme, a list of speakers, and abstracts. The final deadline for proposals for sessions and papers is 30 September 2014.

 

The conference will again host its new researchers’ forum. This is aimed primarily at those who, at an early stage of a PhD or research project, wish primarily to discuss ideas rather than present findings. Short new researchers’ papers need not be related to the main conference theme. Additionally, there will be some limited opportunities for first-year PhD students to present a 10 minute introduction to their topic, archival materials and the specific urban historiography. The intention is to obtain feedback from active researchers in the field of Urban History.

 

Bursaries. Students registered for a PhD can obtain a modest bursary on a first come, first served basis to offset expenses associated with conference registration and attendance. Please send an e-mail application to Professor Richard Rodger at richard.rodger@ed.ac.uk and also ask your PhD supervisor to confirm your status as a registered PhD student with an e-mail to the same address. Deadline 1 December 2014. The Urban History Group would like to acknowledge the Economic History Society for its support for these bursaries.

For further details and to submit your abstract please contact the Conference Organiser:

 

Dr Rebecca Madgin,

Urban Studies

School of Social & Political Sciences

University of Glasgow

Tel: 0141 330 3847

Email: rebecca.madgin@glasgow.ac.uk

 

For New Researchers

Maarten Walraven

School of Arts, Languages & Cultures
University of Manchester

maarten.walraven@manchester.ac.uk

Website: http://www2.le.ac.uk/departments/urbanhistory/uhg

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à comm : Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours

Appel à communications

Colloque international

27-28-29 mai 2015

Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours

(Europe, mondes coloniaux)

 

 

En mai 2013, une cinquantaine de riverains de la place Taksim à Istanbul décident d’occuper pacifiquement la place pour s’opposer à un projet d’aménagement induisant la suppression du parc Gezi et la construction d’un centre commercial. Le mouvement prend rapidement une ampleur nationale et est relayé par les médias occidentaux qui l’apparentent aux mobilisations de la place Tahrir au Caire (2010-2013) ou aux mouvements Occupy (Kuala Lumpur, San Francisco, Wall Street, Montréal, etc.). L’amalgame des mouvements sociaux urbains contemporains occulte leur complexité et ne permet guère au final de les comprendre. Comme l’urbanisme, les mobilisations urbaines ont une histoire probablement beaucoup plus longue qui mérite d’être convoquée en miroir des mouvements sociaux urbains de toute époque.

Ce colloque abordera les diverses formes de mobilisations collectives qui ont pris les villes de toute importance comme objet depuis le Moyen-Age, en Europe et dans les mondes coloniaux. A partir d’études de cas, fondées sur une enquête empirique qui mettra en valeur la diversité des corpus mobilisables, il s’agit de cerner les relations sociales qui s’élaborent au moment où divers groupes sociaux – dont il faudra définir les caractéristiques – voient l’espace matériel dans lequel ils s’inscrivent se modifier, ou quand au contraire, ils s’engagent en faveur de transformations alternatives. On veillera à contextualiser les notions utilisées, depuis « l’aménagement » jusqu’aux « politiques publiques » dont les protagonistes et les cadres d’expériences varient d’une époque à l’autre.

 

Ces mobilisations peuvent prendre plusieurs significations (défense active ou résistance), emprunter plusieurs formes ou répertoires d’action (requêtes, pétitions, procès, occupations, rondes, manifestations, émeutes) et viser divers types d’aménagements urbains : alignements, dégagements, transports, circulation, construction, rénovation urbaine, assainissement, installation ou déplacement d’équipements divers (usines, cimetière, prisons, hypermarchés). Elles peuvent susciter des organisations ad hoc (associations, comités de défense) ou réactualiser des groupements antérieurs (corporations, syndicats). Enfin, elles sont prises en charge et animées par une grande diversité d’acteurs qui interviennent à des échelles variées selon leur horizon d’attente et leurs moyens d’action.

Déployé sur la longue durée, le colloque historicisera les résistances et les remises en cause de ce qui est souvent perçu, ou affirmé, comme un geste de « modernisation », et les communications identifieront et spécifieront différents modes de construction des actions, enjeux, groupes et espaces matériels impliqués, à la lumière des exemples développés. Il s’agira de mettre en valeur les dynamiques à l’œuvre et les intérêts et représentations partagés ou conflictuels qui président à ces mobilisations. L’approche par la dimension spatiale est légitimée par la manière dont les acteurs revendiquent la cause pour laquelle ils s’unissent : ils désignent un espace ou l’échelle locale comme l’enjeu de leur mobilisation. Pour autant, cet ancrage dans l’espace ne correspond pas nécessairement à une attache physique – résidence ou lieu de travail – et peut revêtir d’autres formes d’appartenance.

La comparaison entre plusieurs études de cas montrera la façon dont les populations envisagent ces transformations urbaines, entre attente et résistance, et comment ces mobilisations urbaines ont pris forme et utilisé un éventail d’arguments très riche (héritages urbains, modernisation, insalubrité, mal logement, appartenance locale) qu’il faudra rapporter aux réalités sociales et rapports de force politiques. On pourra également aborder les effets et les conséquences des mobilisations que ce soit directement sur l’objet de la mobilisation ou dans un rayon politique ou social plus large. A cet égard, on sera sensible à l’articulation des temporalités, décalage ou simultanéité entre mobilisation et élaboration ou mise en œuvre des projets.

 

Si le motif explicite de la mobilisation semble inscrit dans l’espace circonscrit de la ville, la diversité des motivations qui dessinent plusieurs cercles d’acteurs critiquant ou contestant un aménagement urbain, revendiquant ou initiant des aménagements alternatifs, invite à aborder les mobilisations comme les formes locales, parfois occultées, d’une remise en cause plus globale des transformations sociales. Se pose à cet égard, la question de la signification politique de ces combats et le questionnement sera aussi l’occasion de donner de la consistance au « politique » et d’appréhender les différents contextes et les temporalités de la territorialisation des questions sociales.

Parmi les angles d’analyse envisagés on peut citer : les interactions entre mobilisations et aménagements urbains, les usages des enquêtes, l’articulation entre mobilisations sociales et description savante ou médiatique, les formes du conflit ou de la négociation, l’analyse des groupes qui se mobilisent.

On écartera les propositions qui s’en tiennent à une simple instrumentalisation de la ville pour décrire une lutte sociale, la ville ne devenant qu’un cadre d’action (par exemple les révolutions de 1848 ou le printemps arabe). De même la question de l’articulation entre l’attachement au passé (à la forme ancienne de la ville et de ses sociabilités) et une éventuelle affirmation identitaire devra être documentée et analysée, et non simplement postulée.

 

Le colloque privilégiera des communications inscrites dans une histoire sociale, attentive aux pratiques des acteurs de tous ordres, et qui ne s’en tiennent pas aux discours (des aménageurs ou des pouvoirs). Les circulations entre pratiques et idées seront bienvenues.

 

En choisissant la longue durée, le colloque permettra de dénaturaliser la question de l’aménagement urbain qui s’inscrit toujours dans un contexte – qu’on pourra décrire à plusieurs échelles d’action et de décision – propre à chaque époque.

 

Le colloque se tiendra sur trois jours à l’EHESS, Paris I, Marne-la-Vallée

 

Comité d’organisation :

Isabelle Backouche (EHESS-CRH), Annie Fourcaut (Paris I-CHS), Nicolas Lyon-Caen (CNRS-CRHQ), Nathalie Montel (Latts, Marne la vallée), Valérie Theis (UPEM-ACP), Loïc Vadelorge (UPEM-ACP), Charlotte Vorms (Paris I-CHS).

 

Comité scientifique :

Thierry Allain (Montpellier 3), Sylvie Aprile (Université de Lille 3), Francesco Bartolini (Université de Macerata), Christoph Bernhardt (IRS Leibniz Institut für Regionalentwicklung und Strukturplanung, Erkner, Berlin), Patrick Boucheron (Paris I-LAMOP), Vanessa Caru (CEIAS-EHESS), Maria Castrillo Romón (Université de Valladolid), Olivier Chatelan (Larhra), Sylvie Fol (Paris I-Geo-Cité), David Garrioch (Monash University), Isabelle Grangaud (CNRS-IREMAM), Simon Gun (Leicester), Renaud Le Goix (Paris I, Geo-Cité), Susanna Magri (CNRS), Pierre Monnet (EHESS/IFHA), Vincent Milliot (Université de Caen-CRHQ), Frédéric Moret (UPEM-ACP), Hélène Noizet (Paris I-LAMOP), Fabrice Ripoll (Université Paris Est Créteil Val de Marne-Lab’Urba), Thibault Tellier (Université de Lille 3-Centre de recherches historiques du Septentrion), Danièle Voldman (CNRS).

 

 

Les propositions de communications devront impérativement parvenir avant le 15 juin 2014 sous forme d’une page au maximum décrivant la problématique, le terrain d’enquête et/ou le corpus de sources utilisé.

Vous préciserez votre rattachement institutionnel et votre adresse électronique afin que le comité d’organisation puisse vous rendre réponse à la fin du mois de juin.

 

À envoyer à Diane Carron, EHESS-Centre de Recherches Historiques

diane.carron@ehess.fr

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à comm: Paysage, urbanisme et santé, congrès SFSE, Rennes, 25-27 nov 2014

Vous trouverez ci-dessous à télécharger le pré-programme et appel à communication du 5e congrès national de la Société française Santé et Environnement qui se tiendra à Rennes (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), du 25 au 27 novembre 2014.

1ere annonce congrès Paysage urbanisme et santé SFSE 2014

Résumé :

Les relations entre les paysages, formes et ambiances urbaines, aménagements, la vie  quotidienne et la santé, sont des questions ouvertes depuis le 19e siècle.
Qu’en est-il à l’heure de l’urbanisation généralisée ?
La santé, selon la définition de l’OMS (1946), est un état de complet bien-être physique, mental et social, et pas seulement une absence de maladie ou d’infirmité. Elle est une  ressource et non un but en soi, qui s’inscrit dans un processus dynamique et global  Charte d’Ottawa, 1986).
La production scientifique dans ce champ très large relève de disciplines très variées : architecture, urbanisme, épidémiologie, géographie, sociologie, anthropologie, psychologie, écologie, toxicologie, voire entomologie/zoologie et botanique. Des associations entre événements de santé et caractéristiques du paysage et de l’urbanisme sont mises en évidence, et posent aussi sous cet angle la question des inégalités de santé
(et de la justice sociale). Comment les ambiances et les formes urbaines peuvent-elles constituer des ressources pour l’amélioration de la qualité de vie ? Ces questions suscitent en France un intérêt croissant des autorités de santé, qui ont besoin d’identifier les déterminants et incertitudes, afin de construire un cadre méthodologique pour la prise de décision en matière d’aménagement du territoire.
Quels choix opérer qui tiennent compte des comportements individuels et collectifs, à quelle échelle spatiale et à quel horizon temporel ? Il s’agit notamment de s’interroger sur  la densification, la mobilité et la mixité sociale et fonctionnelle, promues par la Charte d’Aalborg (1994).
Le congrès SFSE « Paysage, urbanisme et santé » a pour objectif de rassembler les décideurs, les chercheurs et praticiens, pour un partage de connaissances et d’expériences dans la perspective d’élaboration de la combinaison la plus pertinente entre approches quantitatives et qualitatives. Une telle élaboration doit impérativement impliquer les différents publics, habitants et usagers.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Street Singers in Renaissance Europe (and beyond), CFP, Berlin 26-28 mars 2015

CALL FOR PAPERS
Renaissance Society of America Annual Meeting
Berlin, 26-28 March 2015

Street Singers in Renaissance Europe (and beyond)

This panel(s) shall focus upon a central figure of the oral world of Renaissance culture: the singer of tales or the street singer (known as cantimbanco or cantastorie in Italy, ballad singers or mountebanks in England, Bänkelsänger in Germany, ciegos copleros in Spain, chanteurs de rue in France, or Meddah in the Ottoman world). Heirs of medieval minstrels and jesters, ballad singers were poets, musicians, and performers who entertained, educated, and informed their audiences with a vast and various catalogue of narrative, lyrical, political, didactic, and dramatic works.

At least since Peter Burke’s seminal work on early modern popular culture, cantastorie and their equivalents in other parts of Europe have been identified as crucial mediators in the dynamic continuum of learned and popular cultures, orality and literacy. These elusive performers held a place at the epicenter of Renaissance society and culture: they epitomize the ‘hybridity’ that characterized this era.

The organizers welcome proposals from scholars of history, language, art, music or literature, which investigate the texts, performances, and careers of street singers and other closely-related performing professions in Renaissance Europe (and beyond).

To be considered for these sessions, please send a 150-word abstract of your paper (please include a title and relevant keywords) and CV with full contact information to both organizers: Massimo Rospocher (mrospocher@fbk.eu<mailto:mrospocher@fbk.eu>) and Luca Degl’Innocenti (l.deglinnocenti@leeds.ac.uk<mailto:l.deglinnocenti@leeds.ac.uk>). The deadline for submission is May 31st. For additional details on the RSA Berlin 2015 conference, visit http://www.rsa.org/?2015Berlin

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication : Appréhender le passé par le bâti (23 septembre 2014)

Appel à communication pour une journée d’études des doctorants du LARHRA (mais ouverte à tous) sur le thème :

« Appréhender le passé par le bâti : enjeux et méthodes de l’étude historique des sources architecturales »

 

La journée d’études doctorales du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) est organisée annuellement par une équipe de doctorants mais n’est pas réservée aux membres du laboratoire et se veut une occasion de rencontres avec des chercheurs appartenant à d’autres structures et d’autres disciplines. Nous souhaitons aborder cette année une thématique architecturale : « Appréhender le passé par le bâti : enjeux et méthodes de l’étude historique des sources architecturales ».
Qu’il s’agisse des palais de la cour de France (Chatenet, 2002), des constructions architecturales de l’époque fasciste en Italie (Cantelli, 1981) ou même des ensembles scolaires (Derouet-Besson, 1998), les fonctions des bâtiments sont multiples et ne se limitent pas à leur utilité pratique : au-delà de leur valeur d’usage, ils possèdent une valeur symbolique. A ce titre, ils constituent une source particulièrement riche pour le chercheur adoptant une perspective historique. Objet inscrit dans le territoire, le bâtiment participe à sa constitution et peut devenir un enjeu de pouvoir ainsi que le reflet d’un projet idéologique. Le bâtiment est également le support d’appropriations successives: il peut être réaménagé, réhabilité et ou réapproprié, voire démoli. Entre projet architectural et usages effectifs, il peut en effet exister un écart qui transforme le vécu du bâti de même que, inversement, un projet architectural peut infléchir des normes d’usages préexistantes.
Cette journée d’études doctorales se consacrera aux enjeux et méthodes de l’étude des sources architecturales dans une perspective historique. Comment nous parviennent-elles et quels usages le chercheur peut-il en faire ? Comment faire apparaître et prendre en compte les enjeux liés à la maîtrise d’ouvrage et à la maîtrise d’oeuvre ? Quel impact les bâtiments et leur agencement ont-ils sur les usages qu’en fait le public?
Trois axes de réflexion sont proposés :
● Le bâtiment et les sources architecturales entendues dans un sens large, constituent tout d’abord un objet du patrimoine dont il faut assurer la conservation. Les pratiques archivistiques et la question de l’accès aux sources pourront faire l’objet d’une réflexion, ainsi que la méthodologie à mettre en oeuvre pour étudier les plans, les calques ou toute autre source architecturale;
● Le bâtiment est un vecteur de représentations, de stratégies d’affichage pour une institution, un groupe social, etc. Une perspective d’étude serait de s’intéresser aux enjeux idéologiques, politiques, économiques ou financiers des projets de constructions. Dans ce contexte, une attention particulière pourra être portée aux
acteurs, qu’ils soient commanditaires, décideurs, partenaires ou exécutants;
● L’architecture est enfin un moyen d’inscrire dans l’espace des normes sociales. Elles peuvent notamment avoir trait à la séparation en fonction du sexe ou de l’âge (notamment dans les bâtiments scolaires, hospitaliers, religieux). Mettre en avant ces aspects pourra permettre de confronter usages attendus et usages réels, normes édictées et normes suivies.
L’appel à communication s’adresse aux jeunes chercheurs (étudiants en fin de master, doctorants, jeunes docteurs) pour qui le bâtiment ou les sources architecturales constituent un objet de recherche, dans une perspective historique (même réduite).
Les actes du colloque seront proposés pour une publication auprès des Carnets du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes.
Modalités de soumission
Les propositions de communication – 3 000 signes (espaces compris) – sont à envoyer au comité d’organisation avant le 6 juin 2014 (jedlarhra@gmail.com). Elles seront accompagnées d’un court CV.
La journée d’étude doctorale aura lieu le 23 septembre à Lyon. Elle est ouverte à tous (une inscription préalable est souhaitée : jedlarhra@gmail.com).
Comité d’organisation
Andrea Cavaletto (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Mario Cuxac (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Marie Derrien (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Fanny Giraudier (doctorante en histoire moderne, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Solenn Huitric (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, ENS de Lyon)
Caroline Muller (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Aurélien Zaragori (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Jean Moulin Lyon 3)
Comité scientifique
Laurent Baridon, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA
Boris De Rogalski, Docteur en histoire contemporaine, LARHRA
Stéphane Frioux, Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA
Françoise Granoulhac, Maître de Conférences en histoire de l’éducation à l’IUT de Valence-Université Grenoble 2, LARHRA
Gwenaëlle Legoullon, Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin Lyon 3, LARHRA
Nicolas Le Roux, Professeur d’histoire moderne à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication: colloque “Urban Governance and Civil Society”, Leicester, 29-30 avril2015

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication pour un prochain colloque du programme de travail “Towards a New Urban History of Europe since 1500″ (Centre for Urban History, university of Antwerp/Center for Urban History, university of Leicester)

Urban Governance and Civil Society_Call for papers

Organisateurs : Simon Gunn et Rosemary Sweet (Center for Urban History, university of Leicester)
Lieu : Leicester ‐ Date: 29-30 Avril 2015

Date limite de soumission : 30 septembre 2014

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication : colloque “Migration policies”, Anvers, 2015

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication pour un prochain colloque du programme de travail “Towards a New Urban History of Europe since 1500″ (Centre for Urban History, university of Antwerp/Center for Urban History, university of Leicester)

Migration policies and the materiality of identification_Call for papers

Organisateurs : Hilde Greefs (University of Antwerp – Centre of Urban History) et Anne Winter (Vrije Universiteit Brussel – Historical Research Into Urban Transformation Processes)
Lieu : Antwerp ‐ Date: 28‐29 Mai 2015

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts