Category Archives: Appels

Appel à communication : colloque “Capitales photographiques”,

Colloque organisé par Sylvie Aubenas, Jean-Philippe Garric et Mercedes Volait, dans le cadre du Labex CAP (Créations Arts Patrimoine).

En partenariat entre la Bibliothèque nationale de France (Département des Estampes et de la photographie), l’Institut national d’histoire de l’art (Laboratoire IN VISU) et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA), avec le soutien de l’Académie de France à Rome et de l’Istituto Nazionale par la Grafica (Rome).

Jeudi 17 et vendredi 18 Septembre 2015, Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris 2e, Salle Vasari

DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES PROPOSITIONS : LE 15 JANVIER 2015

Téléchargez l’appel à communication : Capitales-photo_Appel_FRAN

A la rencontre de l’histoire architecturale et urbaine et de l’histoire de la photographie, le colloque “Les capitales photographiques” porte sur la période qui va des débuts de la photographie à la Première Guerre mondiale. Il s’intéresse à la façon dont l’image des villes se construit dans le média photographique, avec le souci de mieux saisir la nature de ces représentations, leurs évolutions dans la durée et la façon dont, rétrospectivement, elles transforment notre appréhension de l’histoire architecturale et urbaine et notre sentiment patrimonial.
Des propositions de contribution sont attendues sur Paris, Rome, Le Caire, Istanbul, Londres, Tolède, Athènes, Venise, Vienne, Saint-Pétersbourg, sans que cette liste soit limitative, sous forme d’interventions individuelles de 25 minutes, ou d’ateliers thématiques de 1h30.

Langues du colloque : Anglais, Espagnol, Français, Italien
Les questions et résumés de 2000 signes seront envoyés à : jean-philippe.garric@univ-paris1.fr

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

AAC : Les cultures urbaines à l’heure de la grande transformation du XIXe siècle, Jérusalem, 12-13 mai 2015

Appel à communications

Colloque international interdisciplinaire

Les cultures urbaines à l’heure de la grande transformation

du XIXème siècle (France et perspective globale)

Les mardi12 et mercredi 13 mai 2015, au CRFJ et à Bezalel, Jérusalem

Organisé par Bezalel et le CRFJ, Jérusalem

 

L’espace urbain évolue considérablement pendant le XIXème siècle. La morphologie innovatrice des villes inclut de nouveaux jardins et des parcs ouverts au public ; les grands boulevards et le réseau ferroviaire quadrillent la ville ; d’extraordinaires monuments sont érigés (la tour Eiffel, par exemple) ; musées, théâtres et opéras sortent de terre ; les grands magasins voient le jour, l’électricité envahit les vitrines, la publicité avec ses affiches et ses panneaux s’étalent sur ses murs.

      Cette mutation urbaine induit de nouveaux comportements : le plein air s’introduit dans la peinture, dans les nouveaux concepts de la santé, dans les loisirs – le déjeuner sur l’herbe, le canotage du dimanche ; le sport s’importe en ville (la bicyclette) ; les consommateurs adoptent fiévreusement le nouveau commerce ainsi que les cafés, les galeries d’art, le bal populaire et jusqu’aux expositions universelles. Un des aspects importants de cette modernité urbaine se manifeste également dans sa capacité à se projeter dans des villes qui relèvent de traditions très différentes, comme Le Caire ou Jérusalem.

 

Ce colloque analysera la culture urbaine du XIXème siècle sous ses multiples formes, et pour ce, se veut résolument interdisciplinaire et accueillera des chercheurs d’horizons différents. Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Plusieurs axes de recherche pourront être envisagés :

- les répercussions artistiques de la nouvelle ville : peinture, photographie, affiche,

- ses répercussions littéraires

- le nouvel urbanisme/l’aménagement de l’espace urbain du XIXème

- les nouveaux commerces urbains : grand magasins, boutiques, échoppes

- la diffusion des nouveautés urbaines nées en Europe dans les villes du Nouveau Monde et du Proche-Orient.

- la ville tentaculaire/la ville et ses banlieues

- les loisirs urbains

- mythes et légendes de la nouvelle ville

- de la ville à la mégapole

- jardins, parcs, squares

- les transports urbains : le train, la gare, la diligence, l’omnibus, la bicyclette

- utopie/s urbaine/s

 

Comité d’organisation :

Shoshana-Rose Marzel pour Bezalel et Julien Loiseau pour le CRFJ

 

Les propositions de communications, d’environ 250 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer jusqu’au 20 décembre 2014, à :

Shoshana-Rose Marzel, shoshi@marzel.com ou à Julien Loiseau julien.loiseau@crfj.org.il

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à contribution : Histoire du crédit et des relations de crédit au sein de la population ordinaire dans l’Europe du bas Moyen Âge et du début de l’époque moderne

Appel à contribution pour un numéro spécial de la revue Histoire Urbaine :

Histoire du crédit et des relations de crédit au sein de la population ordinaire dans l’Europe du bas Moyen Âge et du début de l’époque moderne

The history of credit and credit relationships among ordinary people in late medieval Europe

sous la direction de Claire BILLEN (Université Libre de Bruxelles) et Martha HOWELL (University of Columbia) pour un numéro spécial d’Histoire Urbaine

Download the full call with English version and bibliography / Télécharger l’appel intégral avec bibliographie : dossier_HU_credit

Date limite / deadline : 1er décembre 2014 / December 1st, 2014

 Des historiens actifs dans une grande variété de subdisciplines, allant de l’histoire des affaires et de l’économie à l’histoire sociale et culturelle ont ouvert un vaste champ d’investigation relatif à l’histoire du crédit et des relations de crédit au sein de la population ordinaire au bas moyen âge et au début de l’époque moderne. Afin de prolonger leur impulsion, nous projetons la réalisation d’un numéro spécial de la revue Histoire urbaine qui permettrait de poursuivre l’enquête en examinant : les systèmes de crédit et les relations sociales construites (ou perturbées) par les rapports de crédit touchant les ménages de détaillants, artisans, petits entrepreneurs et autres citadins non élitaires dans les villes commerciales médiévales et modernes, tant de l’Europe septentrionale que méridionale. Notre intérêt spécifique se porte sur la manière dont ce secteur de la population – des personnes qui disposent de petites affaires ou de modestes boutiques ou atelier – parviennent à faire vivre leur ménage de façon plus ou moins stable ou cherchent à s’établir comme entrepreneurs ou détenteurs de moyens de production, de commerce ou autre source de revenus, en ayant recours au crédit. Notre questionnement vise le profil des créanciers, les termes des contrats utilisés, les protections légales ou institutionnelles auxquelles créanciers et débiteurs peuvent avoir recours, les conséquences sociales et politiques qui peuvent découler de la fluidité du crédit ou de son absence, les contextes sociaux ou politiques qui favorisent ou non l’accès au crédit dans les villes. En proposant un tel angle de vue, nous espérons faire contribuer l’histoire du crédit à celle des dynamiques sociales et économiques urbaines.

Les articles pourront inclure des études sur les emprunts visant l’achat d’équipement, de stocks commerciaux ou de matières premières ; sur les prêts à l’acquisition de bâtiments ou d’emplacements fonciers ; sur les prêts à la consommation ou même sur les avances en prévision de succession ou d’attribution de douaire. Bien que nous focalisions notre investigation sur des acteurs, créanciers et débiteurs, appartenant au segment ‘moyen’ de la population citadine, nous pensons que l’on ne peut exclure qu’interviennent des prêteurs issus de groupes sociaux plus variés, comme les ecclésiastiques, les institutions charitables ou religieuses, les usuriers professionnels, les changeurs ou encore les élites commerciales. On pourra inclure les fonds prêtés par des citadins aux ruraux.

Nous attendons des textes éclairant différentes parties de l’Europe occidentale. Le rôle joué par les différences de régime juridique, de structures institutionnelles ou de systèmes culturels apparaîtrait ainsi plus clairement de même que la multiplicité des types de contrats en usage et donc la variété des sources utilisables.

 Si vous êtes en mesure de contribuer, envoyez-nous, s’il vous plaît une proposition d’environ 200 mots, décrivant l’article que vous pourriez soumettre (date limite 1er décembre 2014) à mch4@columbia.edu ; cbillen@ulb.ac.be

Les articles ne pourront dépasser 10.000 mots, notes comprises. Les langues de la revue sont le français et l’anglais. Nous attendons les textes pour le 31 Mars 2015 de manière à pouvoir faire paraître le numéro à l’automne.

Claire Billen et Martha Howell

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à contribution : Journal of City, Culture and Architecture

Call for Papers

Journal of City, Culture and Architecture  

 

Le Journal of City, Culture and Architecture concentrates on publishing the highest quality original research of scholars in a broad range of disciplines, including architecture, art, cultural studies, anthropology, urban studies, geography, and demography, and their relations with history, psychology, sociology, and statistics.

The Journal seeks to explore the ways of improving comprehensive examination of various interdisciplinary approaches to studying urban culture, city identity, metropolitan life and architecture various forms of art by focusing the roles of human communication in space and symbolic borders between different communicative practices and the cultural aspects of urbanization.

The primary goal is to promote pioneering research on cultural diversity and richness of traditional and local societies, urban structuralism to the semiotic perspectives of poststructuralism, cultural institutions and heritage and the spiritual-material products and the architectural structures throughout the life time of mankind, and to make a strong link between past and future. The cultural manufacturing types and the art of living that are formed throughout centuries and experiences, when considered its contribution both to multi-cultural social life and keeping cultural memory alive, will be remembered as the most striking evidence for cultural and social originality of a society which tell its own aesthetic idea by its produced arts. Research Areas Include:

- City and City’s Identity
- Urban Culture and experience of modernity
- Cultural values, City and Conservation
- Urbanization and Health
- Regeneration of City and Challenges
- Architectural features of urban culture,
- The environment and sustainability in the city life,
- The impact of design and culture on cities and architecture.
- The mapping and the imagination on cities
- Sustainable Architecture Strategy, Optimization, Modelling
- City Policy, Planning and Design,
- Land use and Land cover on cities

The quick (30 days) and double blind review process, rich editorial board, zero tolerance for plagiarism and high respect for publication ethics, a strong commitment for scheduled publication are the key features of the Institute’s journals. The journal accepts online submissions only.

Submission and Publication Information:

Submission deadline: January 5th,  2015
First round decisions announced: March 20th, 2015
Authors submit revised manuscripts: May 28, 2015
Final manuscript submissions to publisher:  July, 2015
Number of papers: 5 to 7 papers

For more information, visit the official website of the journal  jcca.macroworldpub.com

If you would like to discuss your paper prior to submission, or seek advice on the submission process please contact the Journal of City, Culture and Architecture, Editorial Office, at the following email address: jcca@macroworldpub.com

Editor-In-Chief
Eren Erdener, Ph.D.
University of Oklahoma
College of Architecture

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à contributions : “Patrimoine(s) de la santé”, revue In Situ

IN SITU, REVUE DES PATRIMOINES

Patrimoine(s) de la santé :
Essais de définition – Enjeux de conservation

APPEL À CONTRIBUTIONS

Coordination du numéro : Isabelle Duhau (Mission de l’Inventaire général), Cécile Lestienne (Inventaire du patrimoine, Val-d’Oise – GHAMU) , Claire Ollagnier (GHAMU) et Viviane Rat-Morris (CRMH Bourgogne – MOHICAN)

Objectifs du numéro :

  • -  Publier les actes des journées d’étude, organisées les 9, 10 et 11 octobre 2013, par les associations GHAMU (Groupe Histoire Architecture Mentalités Urbaines) et MOHICAN (association nationale des chargés de protection au sein des CRMH), intitulées « Patrimoine et santé : de Soufflot à nos jours ».

  • -  Compléter la publication de ces actes par d’autres articles sur le thème des patrimoines de la santé.

    Ce numéro est programmé pour le premier trimestre 2016.

    Présentation des journées d’étude :

    Le projet de ces journées d’étude était né de la convergence de plusieurs circonstances. Tout d’abord, l’année 2013 fut l’année de commémoration du tricentenaire de la naissance de l’architecte Jacques-Germain Soufflot, concepteur notamment de l’Hôtel-Dieu de Lyon et de l’hospice de La Charité à Mâcon. Parallèlement, on a pu constater un regain d’intérêt scientifique pour le patrimoine hospitalier : citons la synthèse régionale publiée par le service Patrimoine et inventaire de Bourgogne en 2011, Patrimoine hospitalier en Bourgogne, ou encore l’ouvrage dirigé par Isabelle Duhau, Pierre-Louis Laget et Claude Laroche en 2012, L’hôpital en France. L’actualité patrimoniale des dernières années fut aussi fortement marquée par les questions de protection et/ou de reconversion des établissements hospitaliers anciens (Hôtel-Dieu de Lyon, Hôtel-Dieu de Dijon, etc.), et plus largement des bâtiments liés à la santé. C’est dans ce contexte que les deux associations ont souhaité organiser des rencontres qui s’articulaient autour de plusieurs approches, reprises dans le présent appel à communication.

    Thèmes proposés pour le numéro de In Situ

• Les patrimoines de la santé, de l’époque moderne à nos jours

L’idée reçue voulant que hôpital soit devenu une véritable « machine à guérir » à la fin du XVIIIe siècle, recouvre des réalités plus complexes. Son architecture n’a été que marginalement influencée par la pensée hygiéniste avant les années 1880, période où des changements radicaux sont intervenus, sous la double influence des découvertes médicales et des bouleversements politiques et sociaux. Dès lors, l’architecture sanitaire n’a cessé d’évoluer de plus en plus rapidement, confrontée à la multiplication des établissements et à leur spécialisation en fonction des pathologies.

Les articles permettront de comprendre l’organisation fonctionnelle et architecturale de ces édifices, et leur insertion dans les politiques de leur temps ; ainsi participeront-t-ils à l’élaboration d’un panorama typologique de l’architecture sanitaire tant dans son évolution et que dans sa diversité.

  • Les patrimoines de la santé face à la politique du service des Monuments historiques
    La base de données nationale Mérimée décompte 407 édifices protégés au titre des monuments historiques qui relèvent de l’« architecture hospitalière, d’assistance ou de protection sociale ». Ces ensembles accueillent toujours des activités de soin ; d’autres ont changé d’affectation, contraints par l’évolution des normes médicales.
    Les articles permettront d’éclairer les critères qui ont présidé à la protection de ces établissements. Ils pourront également traiter de la façon dont l’activité médicale moderne a pu perdurer dans un monument historique, ou au contraire aborder les critères d’une reconversion réussie.

  • Le mobilier et les décors des hôpitaux : de la reconnaissance à la protection
    La synthèse régionale, Le patrimoine hospitalier en Bourgogne, a mis en exergue la richesse et la diversité de ces ensembles mobilier – songeons aux splendides apothicaireries de Chalon- sur-Saône, Mâcon ou Tournus, véritables écrins d’objets utilitaires devenus des objets d’art. Par ailleurs, des études récentes contribuent à faire prendre conscience de l’existence d’un véritable patrimoine scientifique et technique lié aux activités de diagnostic et de soin.
    Objets d’art, objets du quotidien ou instruments médicaux, objets anciens ou objets plus contemporains, les articles proposés seront l’occasion de s’interroger sur leur statut, leur conservation, leur protection, voire leur présentation au sein même des hôpitaux.

    Propositions de contribution

    Les articles attendus doivent contenir une part inédite de recherche, d’hypothèse ou de mise à jour ; ils ne peuvent reprendre la totalité d’un article déjà paru.

    Si vous souhaitez contribuer à ce numéro, nous vous remercions d’envoyer avant le 30 janvier 2015 votre proposition, accompagnée d’un résumé de 1500 signes au maximum, ainsi que d’un court CV, par voie postale :

    Ministère de la culture et de la communication Direction générale des patrimoines
    Revue In Situ
    6, rue des Pyramides

    75001 Paris
    à l’attention de Françoise Cosler ou par courriel francoise.cosler@culture.gouv.fr

    Envoyer une copie de votre proposition à :
    isabelle.duhau@culture.gouv.fr ou cecile.lestienne@valdoise.fr ou claire.ollagnier@gmail.com ou viviane.rat-morris@culture.gouv.fr

    Les textes eux-mêmes seront attendus en septembre 2015.

    Pour toutes les recommandations faites aux auteurs concernant le nombre de pages ou d’images, les droits de l’iconographie, l’insertion de notes et de liens, etc. voir le site de la revue : http://insitu.revues.org/401 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication : Soi, l’autre et l’ailleurs : Images et imaginaires des villes portuaires de l’Europe atlantique et méditerranéenne (XVIIIe-XXIe siècles)

Colloque organisé par Françoise Taliano-des Garets, professeure d’Histoire contemporaine à Sciences Po Bordeaux, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle, Paris 1, Panthéon-Sorbonne

Lieu : Bordeaux
Date : 11 et 12 mai 2015
Langues : français et anglais

Télécharger l’appel : AAP_Images et imaginaires des ports

Organisateurs : CHS du XXe siècle Paris 1, Sciences Po Bordeaux
En partenariat avec TELEMME, le Musée d’Aquitaine et le Musée National des douanes, France

Comité scientifique :
Martine Acerra, CRHIA
John Barzman, CIRTAI
Gilbert Buti, TELEMME
Dominique Jarrassé, Centre F.G. Pariset
Maryline Crivello, TELEMME
Annie Fourcaut, CHS XXe siècle
Dominique Kalifa, CRHXIX
Claire Laux, LAM
Gérard Le Bouedec, CERHIO
Brigitte Marin TELEMME
Bruno Marnot, CRHIA
Michel Pigenet, CHS XXe siècle
Pascal Ory, CHS XXe siècle
Antoine Roger, CED
Guy Saupin, CRHIA
Andy Smith, CED
Françoise Taliano-des Garets, CHS XXe siècle, associée au CED

Alors que le marketing urbain s’applique aujourd’hui à cerner l’identité des villes pour mieux la mettre en exergue, ce colloque international propose de réfléchir sur les systèmes de représentations des villes portuaires européennes de l’Atlantique et de la Méditerranée, du XVIIIe siècle à nos jours. La relation entre ville et port –nous traiterons ici exclusivement des ports maritimes- ne va pas de soi selon les types d’activités (marchandes, industrielles, militaires, touristiques…) et selon les époques. Le rapport des sociétés urbaines à l’espace et aux activités portuaires a en effet pu varier d’intensité et de nature, d’autant que la longue période considérée permet d’envisager des phases de développement de l’activité maritime, de déclin et plus récemment de restructuration urbaine. Les quais sont à cet égard la ligne de contact entre ville et port qui portent le plus la trace ces transformations. Comment les sociétés urbaines ont elles au fil du temps représenté leur port et l’ouverture au monde qui en découle ? Nous entendons examiner ici représentations matérielles (Darstellung) et représentations mentales (Vorstellung), nous arrêter sur les images, les symboles et les imaginaires. Cette prospection se fera à partir de sources variées, tenant compte de l’histoire des supports techniques : oeuvres artistiques et littéraires, sources émanant des pouvoirs politiques, administratifs, économiques, sources orales, écrites, photographiques, radiophoniques, cinématographiques, télévisuelles, numériques…
La ville portuaire est une ville ouverte sur le large sauf à de rares moments de crise. Le regard qu’elle porte sur elle-même est donc particulièrement tributaire des rapports qu’elle entretient avec l’extérieur, les autres peuples, les autres mondes. Elle est également l’objet de représentations externes, produites par ceux qui ne l’habitent pas mais la traversent sans y demeurer, ou l’imaginent sans la visiter. La ville portuaire soumise aux flux de populations projette par ailleurs un regard sur ceux qui arrivent et partent de son territoire, sur les mondes lointains avec lesquels elle échange. Ce construit mental, interne et externe s’alimente bien entendu à la réalité mais s’en détache aussi, les temporalités mentales ne sont souvent pas celles des faits et des processus inconscients sont à l’oeuvre. Ces derniers peuvent conduire à une transformation de la réalité, c’est ainsi qu’apparaissent les mythes, à une occultation du réel ou encore à l’oubli. Nous examinerons ces représentations internes et externes et les comparerons dans le temps et dans l’espace. Ainsi apparaîtront sans doute des points communs et des différences entre cités portuaires et peut-être aussi des éléments d’identité urbaine.
I-Regard sur soi et regard de l’autre sur les villes portuaires
1-Regard sur soi
Il s’agira tout d’abord, dans une approche comparatiste et diachronique, de saisir le regard porté par les villes portuaires sur elles-mêmes, de voir le passé à travers les yeux des hommes qui l’ont vécu, de travailler à partir des représentations matérielles et mentales qu’ils ont laissées afin de reconstituer leur perception de la réalité. Les travaux déjà réalisés en histoire économique et sociale apporteront des éléments d’ancrage indispensables à partir desquels la réflexion pourra s’orienter et le décrochage éventuel entre réalité et représentations être mesuré. Les villes ont elles eu une bonne image ou une image négative de leur activité portuaire, de la société qui vivait du port, des paysages et des quartiers conditionnés, façonnés par lui ? L’espace des quais a été diversement perçu, de même les quartiers de négoce ou ceux liés à une activité industrielle ou militaire en rapport direct avec le port. Les imaginaires des groupes sociaux, la présence de communautés variées sur des territoires marqués par le brassage des populations et le cosmopolitisme laissent supposer un riche terrain d’exploration. Par ailleurs, la ville se donne à voir, elle se fait reconnaître par des emblèmes, des symboles, des publications, des affiches, des films, des logos, des sites internet… Ce volontarisme émane des instances dirigeantes et mérite que l’on en fasse l’histoire. L’analyse des imaginaires temporels pourra aussi retenir notre attention. Comment les sociétés portuaires ont elles perçu leur passé et envisagé leur futur ? Ceci paraît d’autant plus intéressant que ces villes ont connu des phases d’essor, de déclin et de restructuration. Le rapport au passé peut produire une vision mythifiée, embellie, ou au contraire occulter des événements. A l’inverse, la projection vers le futur consiste à concevoir des projets de développement économique, urbanistique, culturel qui sont eux-aussi révélateurs des systèmes de représentations d’une époque.
2-Regard de l’autre
Ce regard sur soi devra être complété par le regard extérieur porté sur les villes portuaires. Les voyageurs, les touristes ont sans aucun doute grandement contribué à bâtir l’identité des villes portuaires, les rendant attractives ou répulsives. Les récits de voyage, les correspondances, les oeuvres littéraires, iconographiques… en gardent la trace. Le regard du pouvoir politique (pouvoir central), administratif, sur les villes portuaires pourra aussi nous apporter des éléments éclairants. La vision externe, dont on examinera les points de focalisation, a pu influer sur celle des habitants des cités portuaires, ceux-ci l’intégrant ou la rejetant. Le cas Marseillais est à cet égard fort intéressant.
II-Regard des villes portuaires sur l’autre et sur l’ailleurs
1-Regard sur l’autre
L’analyse tirera profit également d’une réflexion sur le regard porté sur « l’autre », celui qui passe dans la ville de manière plus ou moins prolongée et qui peut finalement s’y installer : main d’oeuvre, marins, marchands, militaires, touristes etc. Ces villes ont, sur plusieurs siècles, connu des bouleversements dans le rapport à l’altérité notamment en raison de la traite négrière pour certaines d’entre-elles ou en lien dans leur ensemble avec les vagues migratoires. La vision de la traite négrière a, bien entendu, évolué, jusqu’au travail de mémoire et de repentance actuel, on pourra utilement comparer ce cheminement. Concernant les migrations, comment les cités portuaires ont elles vu et représenté les migrants ? On pourra en déduire des éléments importants sur leur propension ou non à l’hospitalité. Les ports ont été des zones de contacts économiques mais aussi des places stratégiques et les guerres ont apporté leurs brassages de population. Ces étapes ont elles laissé leur marque au niveau des représentations ?
2-Imaginaires des mondes lointains
Les cités portuaires ont imaginé « l’ailleurs ». Les mondes lointains ont pu les effrayer ou au contraire les attirer. Les oeuvres picturales et littéraires en livreront des témoignages. Les phases de développement des échanges avec certaines régions du globe ont vraisemblablement provoqué un accroissement des productions. Des genres artistiques, des modes en ont profité. A l’inverse, le ralentissement ou la disparition de certaines routes maritimes ont entraîné un déclin de certaines thématiques. L’impact des bouleversements tels que la fin du commerce triangulaire ou la décolonisation devrait pouvoir être utilement examiné. Ainsi, y a t-il eu, en relation avec ces tournants majeurs de l’histoire, tarissement de certaines représentations et à quel rythme ? Enfin, de la colonisation à la mondialisation actuelle, l’ouverture internationale a-t-elle été toujours positivement connotée ? Trouve -t-on des constantes dans les représentations des mondes lointains entre cités atlantiques et méditerranéennes ou bien produisent-elles des visions différentes ?
Par une démarche interdisciplinaire et en mobilisant des sources d’une extrême diversité, nous espérons entrevoir quelques spécificités propres à ces villes, selon les types de conjoncture, les types de ports (commerciaux, industriels, militaires…), les zones géographiques atlantique et méditerranéenne, selon les pays… Mais peut-être aussi verrons-nous apparaître de grandes constantes quels que soient les rivages considérés et des temps forts et bornes charnières dans l’évolution d’ensemble de ces systèmes de représentations pourront-ils être identifiés. Afin d’éviter d’aboutir à la simple juxtaposition de monographies, les propositions d’analyse comparée, entre deux ou plusieurs villes, ou d’étude régionale seront les bienvenues.

Les propositions de communication devront parvenir aux adresses suivantes : b.barthelemy@sciencespobordeaux.fr et f.taliano@sciencespobordeaux.fr, avant le 12 octobre 2014. Elles comprendront un résumé d’une page maximum et un cv avec liste des publications.
Les actes du colloque seront publiés
Les frais de déplacement ne seront pas pris en charge

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication : Twin Cities in Past and Present, Manchester, 26-27 juin 2015

Papers are invited for a weekend, two-day Conference on Twin Cities to be held at the Manchester Centre for Regional History, Manchester Metropolitan University  on 26-27  June 2015.

For the purpose of this conference, we are defining the term twin cities to embrace two sorts of relationship: either nearby urban entities that arise separately and then subsequently grow into each other; or nearby urban places which begin as single entities but are subsequently split into two by legal or other enactment, normally the imposition of an international (or occasionally federal state) border by international treaty. The first type is far more common than the second, though the treaties following the First and Second World wars in Europe for example, or those determining the US-Mexican border, produced twin cities in significant numbers. Twin cities are interesting for their own sake – there are around 90 popularly and/or legally so classified (ie 180 twinned urban places) across the world. They are also important because, in many respects, they anticipate and have even been superseded by relationships arising within and between entities in the now-ubiquitous conurbations (including tri-cities and quad-cities) of the present-day world.

The aim of the conference is to begin to explore four interlinked themes:

1)      how and why twin cities arise historically, the circumstances under which they sometimes merge, and why they so often stay separate even though the reasons for continued separation may seem to have substantially faded;

2)      the external relationships in terms of dominance, subordination or equality; and conflict, co-operation or indifference, that arise between twin cities in social, economic and political terms, and how these change over time in the wake of more general conurbanisation, interventions by national and/or state governments and other factors that might seem to erode urban autonomy;

3)      how and to what extent means are formulated for negotiating or even controlling these relationships, and by whom – councils, civil associations, service deliverers, central/state governments et al.

4)      the internal impact upon each community of the other in a twin-city relationship in terms of identity and civic consciousness, institutions, social, economic and political structures.

An important point of focus will be on Manchester and Salford, partly because they are most adjacent to the originators and partly because they seem in important respects archetypal, even extreme, examples of a twin-city relationship. However, we would very much welcome offers of papers or participation from people with experience of other twin cities, or other very adjacent communities, in Britain (eg Newcastle and Gateshead; the Potteries…), mainland Europe, North and South America, Asia (including particularly India when twin cities appear to occupy a special place in urban planning decisions) or elsewhere.

We would welcome participation both from academics, especially with backgrounds in urban history, politics and sociology, and from anyone with practical experience of twin-city relationships – local historians, politicians, civil society activists, service suppliers, local business people; magistrates, policemen and interested citizens. Since this is a substantially unexplored field, and the consequent purpose is as much to discover as to reveal what little is known, we anticipate that discussion will be as important as paper-giving.

Expressions of interest preferred by 12 December 2014; suggested papers and brief synopses by 28 February 2015. Quality permitting, we would expect a publication to arise from this conference.

John Garrard: Conference Oraniser:  j.a.garrard@live.co.uk

Alan Kidd: Conference Organiser: a.kidd@mmu.ac.uk

Fiona Cosson: Conference Secretary: f.cosson@mmu.ac.uk

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication: Negotiating Change in Urban Spaces from the Middle Ages to the Present

CFP: Negotiating Change in Urban Spaces from the Middle Ages
to the Present – Oxford 10/14
————————————————————————

Anna Ross (Oxford) and Sheona Davies (Swansea)
Oxford, Nuffield College, University of Oxford, UK
Deadline: 31.10.2014

This interdisciplinary conference aims to explore the ways in which
physical transformations of urban spaces have been negotiated and/or narrated over time. The politics of space continues to attract leading research, especially during moments of palpable transition such as the tearing down of city walls or the rebuilding of war-damaged districts.
In these situations, struggles over municipal laws, codes, or regulations, or the changing aesthetics or rhythms of urban spaces illuminate a great deal about how the city has been imagined. They underscore the narratives that urban dwellers, professionals and government officials have told about the built environment and used to influence its transformation. In this sense, the imagined geography,
image, role and importance of a city as conceived by a myriad ‘interested parties’ is as important as its physical reality. However, these rhetorically and visually defined cities never stop taking their legitimacy from the physical city.

This conference seeks to gather together academics from a number of
disciplines interested in this relationship between material change and discourse. Some examples of the many ways in which this can be explored include investigations into the primacy of place in debates over urban change, be it structurally, politically, or socially understood.
Likewise, investigations of mental geographies have enriched our understandings of clashes over urban development, through an increased sensitivity to how different forms of borders are created and policed.
Other researchers have looked to explore questions of memory or heritage in material change. Indeed, this holds true for a whole range of political, social or cultural ideas. And of course, explorations of the relationship between the local and the global have raised fascinating questions of how urban identities were understood in space and changed across time.

We are seeking papers that consider the complexities of negotiating and/or narrating urban transformations according to any disciplinary approach. There are no restrictions on geographical region or time period but a reference to change according to one of the following themes:

- Infrastructural change
- Changes in housing and/or living standards
- Changing regulations, including of the sounds, smells and rhythms of urban life
- Local and/or global relationships in the city
- Aesthetics or artistic depictions of the city
- The development of heritage and sites of memory
- Changing tensions between secular and religious spaces or relationships
- Policing, surveillance and deviance

In order to ground the conference discussions in the realities of navigating change in the city, the conference will also include a number of architects and urban planners to help enrich the ways in  which we talk about the city.

The conference will take place at Nuffield College, University of Oxford and will be consist of panels of short summary presentations based on pre-circulated papers of 5-6000 words. There will be no conference fee – coffee and meals including the evening meal are included. Limited funding to subsidize travel costs and accommodation is available, to those without a full wage or institutional support.

Paper proposals of up to 500 words and as well as an abridged curriculum vitae should be sent to S.R.Davies@swansea.ac.uk by 31 October 2014. The conference language will be English.

Please address all queries to: Sheona Davies, S.R.Davies@swansea.ac.uk

With the generous support of the KE Seed Fund, University of Oxford.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication : URban History Group, 2015

Un appel est lancé pour la prochaine “Urban History Group Conference” qui se tiendra les 26-27 mars 2015 au Royaume-Uni (université de Wolverhampton). 

This conference is entitled ‘Urban Knowledge’ and examines knowledge in the city, namely how the city produces, disseminates, consumes and shapes knowledge and thus is connected to a number of papers at EAUH.

Documents à télécharger pour plus de détails : Call_Urban History Group 2015
Date limite pour proposé un résumé ou un thème de session : 30 septembre 2014
 

Keynote Speaker: Dr Matt Houlbrook, University of Birmingham 

Structure: The conference welcomes papers from experienced researchers as well as those from new researchers and a limited number of first-year PhD students. 


 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communication: Cultural Heritage. PRESENT CHALLENGES AND FUTURE PERSPECTIVES (Rome, 14-15 novembre 2014)

Following on the international conferences organized by the Faculty of Economics and the Department of Business Studies at Roma Tre University, namely Heritage and Cityscapes (October 5-6, 2012) and Sustainable Cultural Heritage Management (October 11-12, 2013), the new international meeting proposal aims to strengthen a permanent research seminar on the Cultural Heritage theme and to set up an informal academics’ and specialists’ network for fostering the debate, the sharing of projects and new methodologies, the technology innovation updates, the spreading of best practises.

Appel en entier à télécharger : Call Cultural Heritage 2014en-1

The central topics of this Conference are:

A. Analysis: knowledge, research, technologies, survey mapping, modelling, applications and best practices;
B. Representations: museums, exhibitions, laboratories, project ideation and creativity;
C. Communication and participation: techniques, strategies, experiences, dissemination
and user engagement;
D. Valorization: Sustainable cultural economics, promotion, ITC, innovative managerial approaches for cultural heritage valorization;
E. Fruition: projects, experiences, best practices
F. Special session: Landscapes and cityscapes
The conference could be organized in a series of 15-20 min. contributions for each of the 6 sections with a debate at the end of each panel. These contributions may refer to theoretical essays, empirical research based on quanti- and qualitative approaches, case studies, achievements and ongoing projects, research prospects and methodogical issues. Poster presentation will be welcomed as well. Academics’ and practitioners’ submissions are welcome. The languages of the Conference are Italian, English, French and Spanish.
A final round table with questions from the audience will allow to look in depth at eventual fields of interest and at the most effective methodological approaches for developing research group activities.
Participants who want to submit a paper are kindly request to pre-register on the conference web site (culturalheritage.uniroma3.it) or to send an email to culturalheritage@uniroma3.it, including an abstract (maximum 500 words) and their short C.V. (maximum 150 words).
Abstract submission deadline: September 15, 2014; Acceptance/rejection notification:
September 25, 2014; Definitive paper submission deadline (maximum 14.000 characters with annotations included): November 5, 2014.
A selection of full papers will be published (under ISBN) subject to prior blind peer review.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts