Archives pour la catégorie Colloques / Séminaires

Séminaire pluridisciplinaire: “La ville juste”, Lyon 2014-2015

Séminaire pluridisciplinaire “LA VILLE JUSTE” organisé à Lyon par Manuel Appert (UMR EVS), Loïc Bonneval (Centre Max Weber), Natacha Coquery (LARHRA), Stéphane Frioux (LARHRA), Virginie Hollard (HISOMA), Christian Montès (UMR EVS), François Robert (TRIANGLE), Valérie Sala Pala (TRIANGLE), Sylvie Servigne (LIRIS).
Qu’est-ce qu’une ville juste ? « Nos » villes sont-elles justes ? Comment construire des villes justes ? Voici les vastes questions que ce séminaire cherche à soulever, en croisant les regards disciplinaires. Le thème de la « ville juste » ou de la justice spatiale a été de plus en plus présent à l’agenda des (ou de certaines) disciplines s’intéressant à l’urbain ces dernières années : en témoignent les récents livres de S. Fainstein et d’E. Soja, la création de la revue Justice spatiale, etc. Ce thème renvoie à différents enjeux, tels que la redistribution, le respect de la diversité ou encore le débat démocratique (dans son ouvrage The Just City, S. Fainstein considère que la ville juste se définit à l’aune de ces trois critères). La question de la définition de la justice - sociale, spatiale, environnementale - en ville et celle de l’identification et de la « mesure » de la ville juste seront posées comme des préalables nécessaires à une réflexion sur les politiques, stratégies et mobilisations - existantes ou possibles - en vue de construire des villes plus justes dans des contextes urbains et nationaux divers.
Le séminaire aura lieu de 9h30 à 17h30 à l’ISH (14 avenue Berthelot, Lyon 7e arrdt), salle Elise Rivet, les
- 4 décembre 2014 : Définir la ville juste
Membres organisateurs : Loïc Bonneval (CMW, maître de conférences en sociologie), Valérie Sala Pala (TRIANGLE, maître de conférences en science politique), Virginie Hollard (HISOMA, maître de conférences en histoire ancienne).
- 3 mars 2015 : Mesurer la ville juste
Membres organisateurs : Manuel Appert (EVS, maître de conférences en géographie), Christian Montès (EVS, professeur de géographie), Sylvie Servigne (LIRIS, maître de conférences en informatique).
- 5 mai 2015 : Construire la ville juste
Membres organisateurs : Stéphane Frioux (LARHRA, maître de conférences en histoire contemporaine),  François Robert (TRIANGLE, ingénieur de recherche CNRS).

 

http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/node/1803

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Programme: colloque international “L’université dans la ville”, 25-26 sept 2014 (UPEC-UPEM)

 

Colloque international

«  L’université dans la ville : les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle »

25-26 septembre 2014 (UPEC-UPEM)

 

Jeudi 25 septembre 2014

9h – 18h30

Université Paris-Est Créteil

Campus Centre, Bâtiment P

Salle des thèses

 

I – Vivre et travailler : l’empreinte universitaire sur la ville

Matin

9h Ouverture Isabelle This Saint-Jean (Vice-présidente du Conseil régional d’Île-de-France) [sous réserve]

et Lucie Gournay (Vice-présidente de l’Université Paris-Est Créteil)

Présidence : Martin Kintzinger (Université de Münster)

Introduction : Nathalie Gorochov (Université Paris-Est Créteil), Boris Noguès (ENS Lyon)

 

A) Les espaces d’enseignement 10h – 12h

 

·         Berardo Pio (Université de Bologne)

« I luoghi della formazione universitaria a Bologna nel Trecento »

·         Gian Paolo Brizzi (Université de Bologne)

« Le sedie universitarie a Bologna nel periodo moderno »

·         Marie Pottecher (Conservatrice du Patrimoine, Région Alsace) et Delphine Issenmann (Université de Strasbourg)

« Une université modèle au coeur de la ville actuelle ? La Kaiser-Wilhelms-Universität de Strasbourg »

Après-midi

 

Présidence : Gian Paolo Brizzi (Université de Bologne)

 

B) Les quartiers universitaires 13h30 – 16h

 

·         Denis Gabriel (Université de Provence)

« L’oeuvre immobilière de Robert de Sorbon (1254-1274) »

·         Claudio Caldarazzo (Université de Padoue)

« Spazi universitari a Padova nel tardo medioevo : le fondazioni collegiali per studenti »

·         Emmanuelle Chapron (Université de Provence, IUF)

« Collèges et librairie scolaire à Paris au XVIIIe siècle : périmètre économique, activités induites et vie de quartier »

·         Jean-François Condette (Université d’Artois)

« L’université de Lille, entre quartier latin et campus péri-urbain : Des mutations spatiales complexes (1887-1974) »

 

C) Sociabilités, conflits et tensions 16h – 18h30

·         Vsevolod Ioffé (EPHE)

« Les lieux des violences dans l’espace universitaire à Paris au XIVe et au début du XVe siècle »

·         Johan Lange (Institut Historique Allemand)

« Lieux dangereux. Vie estudiantine et disciplinarisation par les autorités pour le cas des universités protestantes

allemandes au XVIIIe siècle »

·         Loïc Vadelorge (Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

« Mouffetard contre Paris I ou quand la ville met en échec l’aménagement universitaire dans les années 1990 »

·         Chloé Maurel (CNRS/ENS)

«Vivre à la résidence universitaire d’Antony dans les années 1960. Architecture, sociabilités étudiantes et engagement politique »

 

Vendredi 26 septembre 2014

9h – 17h

Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Cité Descartes, Bâtiment Bois de l’Etang

Salle C006

 

 

II – Fonder et refonder l’espace universitaire

 

 

Matin

Présidence : Jean-Noël Luc (Université Paris-Sorbonne)

 

A) Villes ou territoires universitaires 9h – 12h

·         Simona Negruzzo (Université de Milan)

« Strasbourg universitaire. Institutions académiques et réseau urbain du XVIe au XVIIIe siècle »

·         Florence Bourillon (Université Paris-Est Créteil)

« L’université dans la ville : l’université de Paris 12 à Créteil 1995-2005 »

·         Lise Fournier (Université Paris-Est)

« Inventer l’université madrilène et lisboète : genèse, évolution et structuration des capitales de la péninsule ibérique

au regard de leur développement urbain »

·         Mathieu Leprince et André Lespagnol (Université Rennes II)

« L’évolution des sites universitaires rennais depuis 1945 : de la concentration au centre de la ville à la dispersion »

·         Alexandre Grondeau et Damien Gosset (Université de Provence)

« L’université de Manchester dans la ville : compétitivité du territoire et fragmentation urbaine »

Après-midi

Présidence : Christophe Charle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

B) Les acteurs de la territorialisation 14h – 17h

·         Anne Saada (CNRS/ENS)

« La fabrication d’une ville universitaire : Göttingen »

·         Vittoria Calabro (Université de Messine)

« L’Ateneo ed i suoi edifici : le politiche di ricostruzione e sviluppo degli spazi universitari nella Messina post-terremoto »

·         Michel Casta et Bruno Poucet (Université de Picardie)

« L’archipel universitaire d’Amiens depuis 1940 »

·         Thibault Tellier (Université Lille 3)

« Les universités du Nord-Pas de Calais depuis 1990 »

Conclusions : Jacques Verger (Institut de France)

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Colloque “Lyon sur le front de l’arrière, 1914-1918″, 16-17 octobre 2014

COLLOQUE “LYON SUR LE FRONT DE L’ARRIÈRE 1914-1918″
16-17 octobre 2014

Ce colloque organisé par le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) avec la participation de la Bibliothèque municipale de Lyon, du Centre d’histoire Espaces et Cultures (Université Blaise Pascal/Clermont-Ferrand 2) et de Sciences Po Lyon se déroulera :

- jeudi 16 octobre 2014 à la Bibliothèque municipale de Lyon (Part-Dieu), avenue Vivier-Merle, de 10h à 18h30 ;

- vendredi 17 octobre 2014 à l’Institut des sciences de l’homme, 14, avenue Berthelot (Lyon 7e, Métro Jean-Macé, tram Centre Berthelot), salle Marc Bloch, 9h30-17h30.


Présentation

Pendant la Première Guerre mondiale, Lyon est au coeur d’échanges et de circulations en tous genres, circulations d’hommes, d’idées, de documents écrits et imagés. « Ville de l’arrière » ou du front domestique, elle occupe une place qui doit faire l’objet d’un examen approfondi afin de la situer à son échelle, dans la réalité de ses échanges avec les autres villes et régions de France, avec les pays frontaliers, dans son rôle d’accueil des blessés du front, de « plaque tournante » où s’échangent les prisonniers de guerre et les prisonniers civils libérés, mais aussi avec les pays alliés et les neutres. Le colloque des 16 et 17 octobre se propose d’éclairer cette dimension de l’histoire urbaine en liaison avec l’exposition «Lyon sur tous les fronts » organisée à la Bibliothèque municipale qui possède une riche documentation constituée, pendant toute la guerre, à l’initiative du maire Édouard  Herriot.

Comité scientifique : Annette Becker (Paris 10 – IUF), Nicolas Beaupré (Clermont-Ferrand 2 – IUF), Bruno Benoit (Sciences Po Lyon), Thomas Breban (BM Lyon), Anne  Charmasson-Creus (BM Lyon), Evelyne Cohen (Enssib-Université de Lyon), Marie Derrien (doctorante, LARHRA), Stéphane Frioux (Lyon 2), Fanny Giraudier (BM Lyon), Pierre Guinard (BM Lyon), Bernard Hours (Lyon 3), Christian Sorrel (Lyon 2).

Comité d’organisation : Nicolas Beaupré, Evelyne Cohen, Marie Derrien, Stéphane Frioux, Christian Sorrel.

Téléchargez le programme complet : PROGRAMME_Lyon-sur-le-front-de-larriere

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Colloque Lyon sur le front de l’arrière 1914-1918

Ce colloque organisé par le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) avec la participation de la Bibliothèque municipale de Lyon, du Centre d’histoire Espaces et Cultures (Université Blaise Pascal/Clermont-Ferrand 2) et de Sciences Po Lyon se déroulera :

- jeudi 16 octobre 2014 à la Bibliothèque municipale de Lyon (Part-Dieu), avenue Vivier-Merle, de 10h à 18h30 ;

- vendredi 17 octobre 2014 à l’Institut des sciences de l’homme, 14, avenue Berthelot (Lyon 7e, Métro Jean-Macé, tram Centre Berthelot), salle Marc Bloch, 9h30-17h30.

Téléchargez le programme complet ici : PROGRAMME_Lyon sur le front de larriere

Présentation

Pendant la Première Guerre mondiale, Lyon est au coeur d’échanges et de circulations en tous genres, circulations d’hommes, d’idées, de documents écrits et imagés. « Ville de l’arrière » ou du front domestique, elle occupe une place qui doit faire l’objet d’un examen approfondi afin de la situer à son échelle, dans la réalité de ses échanges avec les autres villes et régions de France, avec les pays frontaliers, dans son rôle d’accueil des blessés du front, de « plaque tournante » où s’échangent les prisonniers de guerre et les prisonniers civils libérés, mais aussi avec les pays alliés et les neutres. Le colloque des 16 et 17 octobre se propose d’éclairer cette dimension de l’histoire urbaine en liaison avec l’exposition «Lyon sur tous les fronts » organisée à la Bibliothèque municipale qui possède une riche documentation constituée, pendant toute la guerre, à l’initiative du maire Édouard  Herriot.

Comité scientifique : Annette Becker (Paris 10 – IUF), Nicolas Beaupré (Clermont-Ferrand 2 – IUF), Bruno Benoit (Sciences Po Lyon), Thomas Breban (BM Lyon), Anne  Charmasson-Creus (BM Lyon), Evelyne Cohen (Enssib-Université de Lyon), Marie Derrien (doctorante, LARHRA), Stéphane Frioux (Lyon 2), Fanny Giraudier (BM Lyon), Pierre Guinard (BM Lyon), Bernard Hours (Lyon 3), Christian Sorrel (Lyon 2).
Comité d’organisation : Nicolas Beaupré, Evelyne Cohen, Marie Derrien, Stéphane Frioux, Christian Sorrel.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à Communication: “Urban Knowledge”, Urban History Group Conference, 2015

Urban History Group 2015

University of Wolverhampton, 26-27 March

Urban Knowledge

“You take delight not in a city’s seven or seventy wonders,

but in the answer it gives to a question of yours.”

This quotation from Italo Calvino’s Invisible Cities illustrates the ways in which urban places stimulate the production of knowledge. Cities have long been the locus of information-gathering both on a municipal and on an individual scale. Developing ways to ‘know’ the inequalities in London prompted the development of spatially defined statistics, whereas the wide boulevards of Haussmann’s Paris gave rise to the flaneur and intimate knowledge of the street. Historically towns and cities have empowered, inhibited and conditioned the production of knowledge as has long been recognised by those working across the arts, humanities and social sciences.

This conference seeks to engage with a number of questions concerning the relationship between the city and knowledge. How is knowledge in, and of, the city formed and expressed? How is this knowledge used to manage and inform urban change? What constitutes ‘expert’ knowledge? How is knowledge contested between and within interest groups? The conference has three main areas for enquiry:

1. Knowledge in the City: This strand seeks to engage with the development of urban spaces and institutions for knowledge exchange. Suggestions for topics include:

  • How were cities used as places to disseminate knowledge through, for example, itinerant lecturers, print culture, scientific meetings and learned societies?;
  • Libraries, reading rooms, museums, and halls as spaces that condition knowledge;
  • The development of medical, scientific and technical knowledge, and professional societies, in relation to towns and cities;
  • The intelligentsia and the production of knowledge.

2. Knowledge of the City: This strand seeks to examine how urban dwellers developed understandings of their surroundings.  Suggestions for topics include:

  • The extent to which conflict and crisis disrupted and changed urban dweller’s knowledge of the city
  • The role of the senses in shaping knowledge and behaviour in the city;
  • The ways in which formal knowledge-gathering exercises such as mapping, measuring and numbering informed individual behaviour and urban change;
  • The use of literary and visual sources such as photographs and travel writing in revealing understandings of the city.

3. Knowledge and the City: This strand seeks to uncover how the nature of the urban environment shaped the knowledge produced and communicated in the city. Suggestions for topics include:

  • How did the social, economic and demographic characteristics of towns and cities influence the way people acquired and communicated knowledge?;
  • Did civic leaders seek to foster knowledge as an element of civic boosterism and place marketing?
  • What are the relationships between knowledge and social capital?
  • Are there hierarchies of urban knowledge?

The conference committee invites proposals for individual papers as well as for panel sessions of up to 3 papers. Sessions that seek to draw comparisons across one or more countries, or open up new vistas for original research, are particularly encouraged.

 

Abstracts of up to 500 words, including a paper or panel title, name, affiliation and contact details should be submitted to the conference organiser and should indicate clearly how the content of the paper addresses the conference themes outlined above. Those wishing to propose sessions should provide a brief statement that identifies the ways in which the session will address the conference theme, a list of speakers, and abstracts. The final deadline for proposals for sessions and papers is 30 September 2014.

 

The conference will again host its new researchers’ forum. This is aimed primarily at those who, at an early stage of a PhD or research project, wish primarily to discuss ideas rather than present findings. Short new researchers’ papers need not be related to the main conference theme. Additionally, there will be some limited opportunities for first-year PhD students to present a 10 minute introduction to their topic, archival materials and the specific urban historiography. The intention is to obtain feedback from active researchers in the field of Urban History.

 

Bursaries. Students registered for a PhD can obtain a modest bursary on a first come, first served basis to offset expenses associated with conference registration and attendance. Please send an e-mail application to Professor Richard Rodger at richard.rodger@ed.ac.uk and also ask your PhD supervisor to confirm your status as a registered PhD student with an e-mail to the same address. Deadline 1 December 2014. The Urban History Group would like to acknowledge the Economic History Society for its support for these bursaries.

For further details and to submit your abstract please contact the Conference Organiser:

 

Dr Rebecca Madgin,

Urban Studies

School of Social & Political Sciences

University of Glasgow

Tel: 0141 330 3847

Email: rebecca.madgin@glasgow.ac.uk

 

For New Researchers

Maarten Walraven

School of Arts, Languages & Cultures
University of Manchester

maarten.walraven@manchester.ac.uk

Website: http://www2.le.ac.uk/departments/urbanhistory/uhg

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à comm : Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours

Appel à communications

Colloque international

27-28-29 mai 2015

Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours

(Europe, mondes coloniaux)

 

 

En mai 2013, une cinquantaine de riverains de la place Taksim à Istanbul décident d’occuper pacifiquement la place pour s’opposer à un projet d’aménagement induisant la suppression du parc Gezi et la construction d’un centre commercial. Le mouvement prend rapidement une ampleur nationale et est relayé par les médias occidentaux qui l’apparentent aux mobilisations de la place Tahrir au Caire (2010-2013) ou aux mouvements Occupy (Kuala Lumpur, San Francisco, Wall Street, Montréal, etc.). L’amalgame des mouvements sociaux urbains contemporains occulte leur complexité et ne permet guère au final de les comprendre. Comme l’urbanisme, les mobilisations urbaines ont une histoire probablement beaucoup plus longue qui mérite d’être convoquée en miroir des mouvements sociaux urbains de toute époque.

Ce colloque abordera les diverses formes de mobilisations collectives qui ont pris les villes de toute importance comme objet depuis le Moyen-Age, en Europe et dans les mondes coloniaux. A partir d’études de cas, fondées sur une enquête empirique qui mettra en valeur la diversité des corpus mobilisables, il s’agit de cerner les relations sociales qui s’élaborent au moment où divers groupes sociaux – dont il faudra définir les caractéristiques – voient l’espace matériel dans lequel ils s’inscrivent se modifier, ou quand au contraire, ils s’engagent en faveur de transformations alternatives. On veillera à contextualiser les notions utilisées, depuis « l’aménagement » jusqu’aux « politiques publiques » dont les protagonistes et les cadres d’expériences varient d’une époque à l’autre.

 

Ces mobilisations peuvent prendre plusieurs significations (défense active ou résistance), emprunter plusieurs formes ou répertoires d’action (requêtes, pétitions, procès, occupations, rondes, manifestations, émeutes) et viser divers types d’aménagements urbains : alignements, dégagements, transports, circulation, construction, rénovation urbaine, assainissement, installation ou déplacement d’équipements divers (usines, cimetière, prisons, hypermarchés). Elles peuvent susciter des organisations ad hoc (associations, comités de défense) ou réactualiser des groupements antérieurs (corporations, syndicats). Enfin, elles sont prises en charge et animées par une grande diversité d’acteurs qui interviennent à des échelles variées selon leur horizon d’attente et leurs moyens d’action.

Déployé sur la longue durée, le colloque historicisera les résistances et les remises en cause de ce qui est souvent perçu, ou affirmé, comme un geste de « modernisation », et les communications identifieront et spécifieront différents modes de construction des actions, enjeux, groupes et espaces matériels impliqués, à la lumière des exemples développés. Il s’agira de mettre en valeur les dynamiques à l’œuvre et les intérêts et représentations partagés ou conflictuels qui président à ces mobilisations. L’approche par la dimension spatiale est légitimée par la manière dont les acteurs revendiquent la cause pour laquelle ils s’unissent : ils désignent un espace ou l’échelle locale comme l’enjeu de leur mobilisation. Pour autant, cet ancrage dans l’espace ne correspond pas nécessairement à une attache physique – résidence ou lieu de travail – et peut revêtir d’autres formes d’appartenance.

La comparaison entre plusieurs études de cas montrera la façon dont les populations envisagent ces transformations urbaines, entre attente et résistance, et comment ces mobilisations urbaines ont pris forme et utilisé un éventail d’arguments très riche (héritages urbains, modernisation, insalubrité, mal logement, appartenance locale) qu’il faudra rapporter aux réalités sociales et rapports de force politiques. On pourra également aborder les effets et les conséquences des mobilisations que ce soit directement sur l’objet de la mobilisation ou dans un rayon politique ou social plus large. A cet égard, on sera sensible à l’articulation des temporalités, décalage ou simultanéité entre mobilisation et élaboration ou mise en œuvre des projets.

 

Si le motif explicite de la mobilisation semble inscrit dans l’espace circonscrit de la ville, la diversité des motivations qui dessinent plusieurs cercles d’acteurs critiquant ou contestant un aménagement urbain, revendiquant ou initiant des aménagements alternatifs, invite à aborder les mobilisations comme les formes locales, parfois occultées, d’une remise en cause plus globale des transformations sociales. Se pose à cet égard, la question de la signification politique de ces combats et le questionnement sera aussi l’occasion de donner de la consistance au « politique » et d’appréhender les différents contextes et les temporalités de la territorialisation des questions sociales.

Parmi les angles d’analyse envisagés on peut citer : les interactions entre mobilisations et aménagements urbains, les usages des enquêtes, l’articulation entre mobilisations sociales et description savante ou médiatique, les formes du conflit ou de la négociation, l’analyse des groupes qui se mobilisent.

On écartera les propositions qui s’en tiennent à une simple instrumentalisation de la ville pour décrire une lutte sociale, la ville ne devenant qu’un cadre d’action (par exemple les révolutions de 1848 ou le printemps arabe). De même la question de l’articulation entre l’attachement au passé (à la forme ancienne de la ville et de ses sociabilités) et une éventuelle affirmation identitaire devra être documentée et analysée, et non simplement postulée.

 

Le colloque privilégiera des communications inscrites dans une histoire sociale, attentive aux pratiques des acteurs de tous ordres, et qui ne s’en tiennent pas aux discours (des aménageurs ou des pouvoirs). Les circulations entre pratiques et idées seront bienvenues.

 

En choisissant la longue durée, le colloque permettra de dénaturaliser la question de l’aménagement urbain qui s’inscrit toujours dans un contexte – qu’on pourra décrire à plusieurs échelles d’action et de décision – propre à chaque époque.

 

Le colloque se tiendra sur trois jours à l’EHESS, Paris I, Marne-la-Vallée

 

Comité d’organisation :

Isabelle Backouche (EHESS-CRH), Annie Fourcaut (Paris I-CHS), Nicolas Lyon-Caen (CNRS-CRHQ), Nathalie Montel (Latts, Marne la vallée), Valérie Theis (UPEM-ACP), Loïc Vadelorge (UPEM-ACP), Charlotte Vorms (Paris I-CHS).

 

Comité scientifique :

Thierry Allain (Montpellier 3), Sylvie Aprile (Université de Lille 3), Francesco Bartolini (Université de Macerata), Christoph Bernhardt (IRS Leibniz Institut für Regionalentwicklung und Strukturplanung, Erkner, Berlin), Patrick Boucheron (Paris I-LAMOP), Vanessa Caru (CEIAS-EHESS), Maria Castrillo Romón (Université de Valladolid), Olivier Chatelan (Larhra), Sylvie Fol (Paris I-Geo-Cité), David Garrioch (Monash University), Isabelle Grangaud (CNRS-IREMAM), Simon Gun (Leicester), Renaud Le Goix (Paris I, Geo-Cité), Susanna Magri (CNRS), Pierre Monnet (EHESS/IFHA), Vincent Milliot (Université de Caen-CRHQ), Frédéric Moret (UPEM-ACP), Hélène Noizet (Paris I-LAMOP), Fabrice Ripoll (Université Paris Est Créteil Val de Marne-Lab’Urba), Thibault Tellier (Université de Lille 3-Centre de recherches historiques du Septentrion), Danièle Voldman (CNRS).

 

 

Les propositions de communications devront impérativement parvenir avant le 15 juin 2014 sous forme d’une page au maximum décrivant la problématique, le terrain d’enquête et/ou le corpus de sources utilisé.

Vous préciserez votre rattachement institutionnel et votre adresse électronique afin que le comité d’organisation puisse vous rendre réponse à la fin du mois de juin.

 

À envoyer à Diane Carron, EHESS-Centre de Recherches Historiques

diane.carron@ehess.fr

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Le « Projet Garzoni » : Arts, métiers, apprentissages entre Venise et l’Europe (XIVe-XVIIIe siècle)

Université de Lille3 – MESHS, 2, rue des Canonniers, Lille – 18 juin 2014 

Première journée d’étude du projet GATS:
Le « Projet Garzoni » : Arts, métiers, apprentissages entre Venise et l’Europe (XIVe-XVIIIe siècle)

Les Archives d’Etat de Venise possèdent une série documentaire riche et intéressante qui n’a jamais été véritablement exploitée. Il s’agit de 32 registres contenant les « Accordi dei garzoni » (contrats d’apprentissage), déclarés par les différents corps de métier auprès de la « Giustizia Vecchia ». Parmi ses nombreuses fonctions, cette magistrature s’occupait en effet de veiller au bon déroulement des pratiques d’apprentissage, indispensables pour acquérir le statut de « maestro » (maître) dans chacune des corporations. Ces documents couvrent un arc chronologique très vaste (de 1573 jusqu’en 1772, avec quelques lacunes) et constituent une source d’information précieuse, permettant à la fois de découvrir l’identité des maîtres et apprentis actifs à Venise dans les différents métiers, et d’en savoir davantage sur leur travail, le fonctionnement de l’atelier ou de la boutique et les pratiques de la formation à Venise à l’époque moderne. S’agissant toutefois d’une masse de données considérable (60 000 contrats environ), pour que ces informations deviennent véritablement parlantes, pour qu’elles puissent contribuer à enrichir l’état des connaissances historiques sur ce thème si crucial et actuel qu’est l’apprentissage, le Projet Garzoni va procéder à la création d’une base de données Open Access, permettant de traiter le contenu de ces documents et de le rendre enfin véritablement accessible aux spécialistes du monde entier. Cette journée est la première manifestation scientifique liée au projet Garzoni. Des spécialistes de l’histoire de Venise et de l’apprentissage vont se rencontrer pour un échange que nous espérons riche et innovant.

9h30 : Accueil des participants 10h00 : Anna Bellavitis, (Université de Rouen, GRHIS) Valentina Sapienza et Martine Aubry, (Université de Lille 3, IRHiS)
Présentation du projet Garzoni : travaux en cours
10h30 : Anna Bellavitis, (Université de Rouen, GRHIS) « L’apprentissage à Venise à l’époque moderne »
11h00 : Emilie Fiorucci, (Université de Rouen, GRHIS) « L’apprentissage dans les Statuts des corps de métiers Vénitiens »
11h30 : Valentina Sapienza, (Université de Lille 3, IRHiS) « Apprendre à peindre ? Les contrats d’apprentissage des peintres de la Giustizia Vecchia entre la fin XVIe et le début XVIIe siècle »
12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

14h30 : Corine Maitte, (Université Paris Est, ACP), « Apprentis et garçons dans l’Art du verre, XVI-XVIIe siècle »
15h00 : Sandra Bazin, (Université de Lille 3, IRHiS) « L’apprentissage et l’activité des miroitiers à Paris (XVIIe-XVIIIe siècles) »
15h30 : Pause café
16h00 : Raoul De Kerf & Bert De Munck, (Center for Urban History, Antwerp University) « Early modern apprenticeship in Antwerp gold- and silversmith ateliers »
16h30 : Discussion 17h00 : Fin des travaux / Conclusion
Le Projet GATS réunit plusieurs universités et institutions européennes (Universités de Lille 3, Rouen, Venise, Ljubljana, Rijeka, Warwick ; Ecole Pratique des Hautes Etudes ; Fondazione Giorgio Cini di Venezia, Archivio di Stato di Venezia ; Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne)

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Séminaire 3 juin 2014, “vers la fin du département de la Seine-Saint-Denis ?”

La Seine-Saint-Denis
2013-2014
 
(entrée libre/invitation à diffuser)
 
Cevipof
Sciences Po. Paris
98 rue de l’Université Paris 7e (Métro Solférino ou Assemblée nationale)
17 h. – 19 h. / Salle Annick Percheron
 
Organisateurs :
Marie-Hélène Bacqué (sociologue, urbaniste, Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Mosaïques LAVUE), EmmanuelBellanger (historien, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, CNRS/Université Paris 1),
et Henri Rey (politiste, Cevipof)
 
Séance du 3 juin 2014
Grand Paris : vers la fin du département de la Seine-Saint-Denis ?
 
Parmi les invités :
 
Mireille Ferri,  conseillère régionale, vice présidente de l’IAU
 
Frédéric Gilli, économiste, co-directeur de Metropolitiques.eu
Stéphane Peu, président de l’OPH Plaine commune habitat
 
Stéphane Troussel, président du Conseil général de Seine-Saint-Denis

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à comm: Paysage, urbanisme et santé, congrès SFSE, Rennes, 25-27 nov 2014

Vous trouverez ci-dessous à télécharger le pré-programme et appel à communication du 5e congrès national de la Société française Santé et Environnement qui se tiendra à Rennes (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), du 25 au 27 novembre 2014.

1ere annonce congrès Paysage urbanisme et santé SFSE 2014

Résumé :

Les relations entre les paysages, formes et ambiances urbaines, aménagements, la vie  quotidienne et la santé, sont des questions ouvertes depuis le 19e siècle.
Qu’en est-il à l’heure de l’urbanisation généralisée ?
La santé, selon la définition de l’OMS (1946), est un état de complet bien-être physique, mental et social, et pas seulement une absence de maladie ou d’infirmité. Elle est une  ressource et non un but en soi, qui s’inscrit dans un processus dynamique et global  Charte d’Ottawa, 1986).
La production scientifique dans ce champ très large relève de disciplines très variées : architecture, urbanisme, épidémiologie, géographie, sociologie, anthropologie, psychologie, écologie, toxicologie, voire entomologie/zoologie et botanique. Des associations entre événements de santé et caractéristiques du paysage et de l’urbanisme sont mises en évidence, et posent aussi sous cet angle la question des inégalités de santé
(et de la justice sociale). Comment les ambiances et les formes urbaines peuvent-elles constituer des ressources pour l’amélioration de la qualité de vie ? Ces questions suscitent en France un intérêt croissant des autorités de santé, qui ont besoin d’identifier les déterminants et incertitudes, afin de construire un cadre méthodologique pour la prise de décision en matière d’aménagement du territoire.
Quels choix opérer qui tiennent compte des comportements individuels et collectifs, à quelle échelle spatiale et à quel horizon temporel ? Il s’agit notamment de s’interroger sur  la densification, la mobilité et la mixité sociale et fonctionnelle, promues par la Charte d’Aalborg (1994).
Le congrès SFSE « Paysage, urbanisme et santé » a pour objectif de rassembler les décideurs, les chercheurs et praticiens, pour un partage de connaissances et d’expériences dans la perspective d’élaboration de la combinaison la plus pertinente entre approches quantitatives et qualitatives. Une telle élaboration doit impérativement impliquer les différents publics, habitants et usagers.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Journée d’études “La parcelle dans tous ses états”, 18 juin 2014, Univ Paris-Est Créteil

Groupe Transversal du LABEX Futurs Urbains : Usages de l’histoire et devenirs urbains

Journée d’étude du 18 juin 2014

Université Paris-Est Créteil

61 av. du Général de Gaulle, 94010 Créteil salle i1 105

« La parcelle dans tous ses états… entre histoire et projets urbains »

Déconsidérée par l’urbanisme de plan-masse de l’après-guerre, la parcelle est revenue au cœur des débats dans le cadre des programmes de renouvellement urbain et de densification des banlieues. Les années 1990-2000 ont vu ainsi émerger des expériences diverses qui allaient dans le sens d’un nouveau pittoresque urbain en réintroduisant un système parcellaire ou en reprenant les traces de l’ancien.

Les questions posées par la mutabilité dans le temps du système parcellaire sont l’objet de cette première journée d’étude qui s’attachera à identifier les « valeurs » portées par la parcelle, qu’elles soient celles de l’usage, de la sécurité, de la mémoire, ou qu’elles renvoient à des stratégies économiques d’occupation foncière.

Cette journée d’étude est organisée par le Groupe Usages de l’histoire et devenirs urbains qui s’est formé, sous la direction de Loic Vadelorge, au sein du Labex Futurs urbain de l’Université Paris-Est pour interroger le rapport entre l’histoire et les développements urbains contemporains.

Organisation des journées : Florence Bourillon (UPEC/CRHEC) Bourillon@u-pec.fr ;

Corinne Jaquand (ENSAPB/Ipraus) corinne.jaquand@orange.fr

La parcelle et ses valeurs

9h30 Accueil du public

9h45 Introduction par Loic Vadelorge, Florence Bourillon et Corinne Jaquand

SESSION 1_ Emergences

10h00 Boris Bove, Université Paris 8/Pouvoirs, savoirs et sociétés

Parcellaire et bâti dans le Paris du XIIIe siècle.

Isabelle Grudet et Claudio Secchi, ENSA Paris La Villette/LET

La ville sans parcelles, une vision transversale de l’urbanisme de l’entre-deux-guerres.

Preston Perluss, Université de Grenoble/LARHRA

Structures parcellaires limitrophes des institutions ecclésiastiques parisiennes.

 

11h15 Pause

 

11h30 Charline Sowa, doctorante ENSA Grenoble/MHA-evt
Villes rétrécissantes et projets urbains : des expériences à observer pour réinterroger le système parcellaire actuel et son devenir.

Philippe Thiard, U-PEC/Lab’Urba
La trame parcellaire, levier du projet urbain ? L’exemple du projet urbain LOI à Bruxelles.

 

12h15 Synthèse et débat animé par Sylvain Schoonbaert, ENSAP Bordeaux/Mairie de Bordeaux

 

13h00-14h30 Déjeuner-buffet

 

SESSION 2_ Reconstructions, reconstitution parcellaires

14h30 Camille Bidaud, doctorante ENSA Paris-Belleville/IPRAUS
Plan d’alignement et reconstruction du patrimoine urbain après la Première guerre Mondiale : les places d’Arras.

Elisabeth Essaian, ENSA Paris Val de Seine/IPRAUS
Changer de statut, changer de forme? Fin et renaissance du parcellaire dans la Russie soviétique et contemporaine.

Denis Bocquet, ENSA Strasbourg/LATTS

Réinventer une trame urbaine à Berlin : Hans Stimman entre reconstruction critique et néo-historicisme 1990-2007.

Thierry Jeanmonod, ENSAP Bordeaux et Jonathan Secondy, étudiant Master

La parcelle versus le projet urbain? Le cas de Royan à la Reconstruction.

 

16h45 Synthèse et débat animé par Jérôme Bazin, UPEC/CRHEC

 

17h30Clôture de la journée par Florence Bourillon, Corinne Jaquand

Une seconde journée d’étude se déroulera en février 2015 autour de La parcelle et ses échelles à l’ENSA Paris-Belleville.

logos_UPEC

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts