Archives pour la catégorie Lectures

Compte rendu: Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299 p. (Nathalie Pascarel)

Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299 p.

(compte rendu par Nathalie Pascarel).

Maître de conférences en histoire de l’art moderne au sein du département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université Toulouse II, Anne Perrin-Khelissa est spécialiste des arts du décor de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Ses recherches universitaires portent principalement sur la culture matérielle de la noblesse génoise, en particulier ses modes d’habitation, ses collections d’œuvres d’art et sa consommation d’objets de luxe. Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, paru en 2013 aux éditions CTHS-INHA, n’est autre que la publication de sa magnifique thèse de doctorat en histoire de l’art menée sous la direction de Christian Michel et soutenue en 2007 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Cette dernière, intitulée  Décor et décorum dans les palais de l’aristocratie génoise au XVIIIe siècle. L’exemple des objets mobiliers et de l’ameublement du palais Spinola à Pellicceria, est l’aboutissement de nombreuses années de recherche focalisées sur l’histoire de l’aristocratie génoise et de ses pratiques de représentation.

La préface de l’ouvrage, de Peter Fuhring, présente l’état de la recherche dans le domaine des arts du décor de la société aristocratique européenne du XVIIIe siècle, relativement négligés des historiens de l’art avant l’étude d’Anne Perrin Khelissa, qu’il qualifie de judicieuse, claire et originale.

Cette recherche examine l’ameublement fastueux du palais Spinola à Pellicceria au cours du XVIIIe siècle au moment où la ville de Gênes connaît pourtant une situation économique et politique défavorable. L’auteur propose de remettre en contexte la conservation et l’évolution d’un décor appartenant à plusieurs générations de la famille Spinola selon trois grands axes de recherche. L’ouvrage s’articule autour de trois grandes parties destinées à déchiffrer les choix effectués et les obligations à respecter en matière de décoration : hériter et transmettre, dépenser et commander, puis habiter et séjourner. L’auteur exploite trois types de sources documentaires pour compléter ses approches et consolider son argumentation : les testaments, les livres de comptes et les inventaires. Selon Anne Perrin Khelissa, les testaments inscrivent l’objet « dans une temporalité symbolique et dynastique », les livres de comptes permettent de dégager « l’intérêt fonctionnel de ces objets dans le cadre des dépenses qui les rattache à une temporalité évènementielle, circonstancielle, liée aux mœurs des Génois » et les inventaires évoquent davantage leur « éventuelle temporalité esthétique, correspondant à des goûts et à des tendances qui évoluent et se diffusent ». En somme, ces trois manières de considérer le décor du palais au XVIIIe siècle sont totalement complémentaires et indissociables. L’auteur situe sa démarche à la croisée de deux approches : l’une, qui analyse le choix du décor selon les pratiques sociales des membres de la noblesse, l’autre, qui s’attache à examiner ses spécificités techniques et artistiques. L’ameublement d’origine conservé au palais Spinola ainsi que le corpus d’archives disponible a permis de mener à bien cette recherche.

La mise en contexte géographique du palais dans la ville permet de comprendre les stratégies adoptées pour favoriser son impact visuel malgré son manque de visibilité à l’époque. Il fallait trouver des solutions architecturales attractives pour palier à la difficulté d’accès au palais. La présentation historique de la famille Spinola, caractérisée par sa grande richesse financière, glisse rapidement vers une approche sociologique et comportementale: l’étude du rapport que les grandes familles génoises entretenaient avec les biens patrimoniaux, particulièrement les objets. L’auteur souligne l’importance de ne jamais étudier un membre d’une famille ou ses biens de manière isolée, mais selon son appartenance à un groupe, à un réseau, à une identité collective qui prédomine dans les sociétés nobiliaires européennes de l’époque. L’image de la famille prévaut sur les intérêts privés d’un seul de ses membres. L’auteur signale l’importance de l’attitude adoptée au moment des successions, et singulièrement lorsqu’il s’agit de gestion des héritages matériels. Il s’agit, selon Anne Perrin Khelissa, d’une « véritable stratégie de conservation, instituée depuis les origines et prolongée par ses propriétaires successifs ». La noblesse génoise aspire à justifier son rang à travers la somptuosité de l’ameublement du palais. Mais entre héritage familial et volonté de forger sa propre identité, l’étude soulève avant tout la question de l’adaptation des nouveaux habitants au décor d’apparat du palais : « par quels moyens les propriétaires parviennent à exprimer leur propre goût pour certains objets, un style d’intérieur, sans négliger celui de leurs prédécesseurs envers lequel ils ont un devoir de mémoire ? ». Pour cela, l’aristocrate génois doit impérativement adapter son patrimoine en inscrivant avec homogénéité ses acquisitions et ses commandes au sein de la « logique familiale ».

La suite de l’étude s’intéresse particulièrement aux dépenses et aux commandes des habitants successifs du palais. L’impossibilité de se défaire des acquisitions des aïeuls n’empêche pourtant pas de trouver des solutions permettant de se distinguer de la lignée. Entre 1734 et 1736, Maddalena Doria Spinola entreprit par exemple un immense chantier d’entretien, de rénovations et d’ameublement moderne. Ce chantier gigantesque a généré une activité artistique et artisanale de premier ordre. L’auteur décrit et analyse la logistique du chantier, la nature et l’origine de ses acteurs (artistes et artisans), la valeur de leurs rémunérations ainsi que la fourniture des matériaux de premier choix. Elle découvre les motivations de cette opération grandiose, ce prétexte au changement, qui n’est autre que le mariage du fils ainé de Maddalena Doria Spinola, Francesco Maria Spinola. Il s’agissait d’un investissement important à l’occasion d’un évènement, certes éphémère, mais qui s’inscrira pourtant dans la durée, marquant un temps fort dans l’histoire de la famille génoise. Le motif de la commande à permis entre autres de déchiffrer de manière inédite les programmes iconographiques des peintures de la salle d’apparat. Au cours de l’étude, le décor génois fait l’objet d’une analyse comparée avec d’autres territoires à différents moments de l’histoire. Les générations qui suivirent celle de Maddalena Spinola sont déclinées, ainsi que les changements dans l’ameublement qui en découlent, toujours avec le souci de répondre aux exigences du rang, révélant parfois une revendication identitaire. Mais si la recherche du confort, relativement secondaire, se fait pourtant ressentir, l’auteur démontre dans sa troisième et dernière partie que les évolutions de la commande artistique à la fin du siècle sont particulièrement lentes, malgré les modes et les pratiques nouvelles. Les acteurs de la décoration majestueuse du Palais Spinola à Pellicceria (concepteurs, commanditaires et spectateurs) en ont fait un système singulier, propre à la ville de Gênes.

La lecture de l’ouvrage est remarquablement fluide et passionnante. Il est possible d’aborder cette étude de manière rapide et synthétique, ou de manière approfondie et minutieuse selon l’intérêt pour le sujet. Le plan de l’ouvrage est structuré, à la fois chronologique et thématique. L’auteur présente les connexions entre l’architecture (l’immobilier), le décor (le mobilier) et l’homme (le vivant). C’est à notre sens l’intérêt majeur, et le grand bien de ce livre. Anne Perrin Khelissa redonne vie au palais Spinola : le lecteur est guidé à travers le palais, l’évolution de ses chantiers et de sa décoration au cours du XVIIIe siècle. Il découvre ainsi une manière de vivre, d’habiter, un devoir de mémoire, mais aussi l’ambiance des différents espaces comme s’il était totalement immergé dans la vie quotidienne de ses habitants. L’étude offre par ailleurs de nombreux documents d’archives annexes qui étayent le développement (plans, graphiques, photos, vues gravées du XVIIIe, estampes, reproductions de tableaux, de sculptures et de fresques, arbres généalogiques, etc.).

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu:Hélène Dessales, Le Partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, BEFAR 351, 2013 (Anne-Laure Foulché)

Hélène Dessales, Le Partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, BEFAR 351, 2013, 508 p., ill. (Anne-Laure Foulché)

 

Si la question de la distribution hydraulique prend place dans une abondante bibliographie renouvelée ces dernières années (p. 2-3 et notes), on ne pourra que se féliciter de la parution de l’ouvrage d’H. Dessales, tant les thèmes abordés s’intègrent avec justesse dans cette thématique, tout en la dépassant, à la fois par l’ampleur de la recherche accomplie et par cellede l’horizon géographique considéré. Cette volumineuse réflexion sur l’eau en milieu domestique s’articule en trois axes, dont la succession logique nous permet de pénétrer pas à pas au cœur de la maison romaine.

H. Dessales nous emmène, au fil de l’eau ­– pour lui reprendre l’expression –­­, dans une brève promenade remontant aux origines préromaines des bassins et fontaines, où l’eau se révèle très tôt comme élément structurant des jardins royaux. Les grands principes de sa mise en valeur architecturale, à travers son association aux pièces de réception et aux portiques, seront largement repris, à partir du Ier siècle av. J.-C., dans les riches villas latiales, dont le rôle prédominant dans la diffusion en Italie des jeux d’eau n’est plus à démontrer. Passé ce nécessaire chapitre introductif, nous pénétrons au cœur même de ce premier axe, où bassins et fontaines en élévation font l’objet d’une minutieuse étude, basée sur un catalogue complet des cités vésuviennes et sur celui, plus restreint car tributaire d’une documentation lacunaire, des domus et villae à bassins ornementaux italiennes et provinciales. Après l’étude lexicale requise, l’auteur esquisse une premièreclassification typologique d’où émergent trois groupes de bassins se succédant dans le temps. Les fontaines en élévation font l’objet d’une approche relativement similaire­ – ici les critères de classement se basent sur la place des fontaines au cœur de l’habitat –, ce qui nous engage surtout à réfléchir, non pas tant à une évolution morphologique, mais plutôt à l’intégration évolutivede ces structures dans l’espace résidentiel. Enfin, l’étude des formes et des différentes composantes des fontaines (statues, vasques et systèmes d’adduction hydraulique) trahit la volonté de reproduire, par un processus de miniaturisation toujours plus évident, les compositions des infrastructures publiques ou des villas aristocratiques.

La question de l’alimentation hydraulique des domus est abordée dans une seconde partie, à travers l’examen des systèmes fermés (puits et citernes majoritairement), les plus anciens et les plus stables dans le temps, et des systèmes ouverts (alimentés en eau courante) ; Pompéi fait à ce sujet l’objet d’un développement particulier. A la lumière des sources littéraires et juridiques, l’usage de l’aqua ducta en contexte privé apparaît comme une concession d’abord exceptionnelle sous la République, soumise par la suite à un très strict contrôle impérial. Au niveau régional cependant, l’auteur reconnaît ne pas toujours trouver de correspondances entre les données archéologiques et les normes théoriques, pointant du doigt une certaine souplesse dans l’utilisation de l’eau provenant de l’aqueduc.

Toutefois ces mêmes sources, conjuguées à l’épigraphie, attestent bien de codifications hiérarchisées ou du moins variables entre les différents bénéficiaires de concessions personnelles, et même entre les différentes cités de l’Empire, témoignant ainsi d’un accès plutôt limité à l’eau courante. Concernant l’épineux sujet relatif à la situation hydraulique de Pompéi après 62/63 ap. J.-C., H. Dessales démontre avec précision, forte des résultats de fouilles et/ou d’observations de terrain récentes, la gestion autarcique des propriétaires face à une temporaire perturbation du réseau public. Elle remet ainsi en cause, et c’est l’un des points forts de son travail, la théorie d’A. Maiuri relative à la paupérisation de Pompéi suite au tremblement de terre : il semble au contraire que les propriétaires aient été plus que jamais concernés par les travaux et les agrandissements de leur habitat, tout en continuant à jouir d’une certaine quantité d’eau à des fins autant utilitaires que décoratives. Si le dossier, de l’aveu même de l’auteur, aurait besoin d’être étayé par bien d’autres cas de figures, il perturbe sans aucun doute l’idée bien établie d’une eau courant en abondance dans les maisons, grâce à un raccordement systématique au réseau public à partir de l’époque augustéenne. Les résultats, a priori décevants, de l’enquête menée sur la distribution des fontaines pompéiennes, révèlent là encore une situation inattendue, non seulement à l’échelle des différentes domus (dans lesquelles la répartition semble égale), mais aussi de la ville, où n’apparaissent pas de différences notables entre les quartiers.

Les conclusions de la troisième partie, centrée sur l’utilisation de l’eau et l’organisation interne de la domus, sont parfois fragilisées par des données chiffrées (trop ?) théoriques issues de complexes calculs maniant sources ethnographiques et relevés de terrain ; elles fournissent néanmoins des éléments tout à fait stimulants. Par exemple, la prise en compte du volume des citernes pompéiennes, combinée au captage des eaux par la toiture, conduit H. Dessales à une estimation démographique des habitants des domus, et en conséquence de la ville, selon une formule qui mériterait d’être expérimentée à plus large échelle. Autre point d’intérêt, la nette différenciation entre les espaces de service et les pièces de réception, qui seules font l’objet d’un raccordement à l’eau courante, sonne comme un rappel constant aux conclusions d’A. Wallace-Hadrill et à sa lecture « graduelle » de la maison romaine : fontaines et bassins témoignent ainsi d’une part essentielle dans la mise en scène du dominus. Ainsi, les modifications touchant les structures hydrauliques de l’atrium et du péristyle-jardin à partir de l’époque julio-claudienne définissent de nouveaux axes visuels : l’eau se met en scène à travers de monumentaux bassins et « murs-fontaines », points focaux d’une perspective saisissable depuis la rue, qui tend à se recentrer à l’époque tardive sur les espaces intérieurs.

Le dépouillement bibliographique et l’abondant apparat photographique/planimétrique, auxquels s’ajoutent d’utiles tableaux récapitulatifs et un catalogue de 133 fiches, font apprécier d’autant plus un travail tout à fait considérable. On regrettera parfois une focalisation un peu trop poussée sur le cas pompéien, qui semble trahir quelque peu le titre même de l’ouvrage (« l’Italie romaine ») ; cette constatation peut être toutefois nuancée par l’exceptionnelle conservation des vestiges, et surtout par des résultats convaincants, qui, loin de se réduire à de simples études de cas, s’intègrent au contraire parfaitement dans un discours global sur le partage de l’eau. La pensée toujours limpide d’H. Dessales nous transporte dans la direction fixée : offrir au lecteur une synthèse exhaustive et novatrice sur la place structurante de l’eau dans l’architecture privée.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri (sous la direction de), 1913. Genèse d’une loi sur les monuments historiques. Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Travaux et Documents n° 34, Paris, La Documentation française, 2013. (Marie-Paule Arnauld)

Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri (sous la direction de), 1913. Genèse d’une loi sur les monuments historiques. Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Travaux et Documents n° 34, Paris, La Documentation française, 2013, 602 p. (Marie-Paule Arnauld)

Avec l'étude qu'il consacre à la loi de 1913 sur les Monuments historiques, le Comité d'Histoire du ministère de la Culture et de la Communication poursuit une politique de publication féconde qui a offert aux historiens des ouvrages essentiels.

1913. Genèse d'une loi sur les Monuments historiques, publié à la Documentation française, est le fruit d’une approche méthodologique novatrice. Le Comité d'Histoire a, en effet, sollicité plusieurs chercheurs d'horizons, de spécialités, voire de pays différents pour offrir à l’étude un éventail de textes qui abordent la thématique avec un regard personnel et diversifié. C’est là le premier volet d'un vaste projet de recherche « Mémoloi », porté par le Centre d'études sur la coopération juridique internationale, qui associe l'université de Poitiers, le CNRS et l'École nationale des chartes, en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Communication. L’objectif central est, à terme, une étude approfondie des lois patrimoniales françaises qui permette de nous proposer un panorama quasi exhaustif « du contexte de leur adoption et du déroulé de leur histoire » (p. 15). Ce sont ces intentions que vont développer les cinq grands chapitres qui divisent l'ouvrage, dans un plan chrono-thématique pertinent qui permet d'aborder chaque jalon de ces évolutions tant sur le plan juridique que sociétal, en les replaçant dans le contexte international.

Le premier chapitre consacré à l'analyse de la loi du 30 mars 1887 sur la conservation des monuments et des objets d'art ayant un intérêt historique et artistique, commence par une étude d'Arlette Auduc sur les perceptions du XIXe siècle en matière de protection de monuments et sur le rôle que jouent les mentalités dans l'évolution des principes juridiques, en l'absence de législation propre à l'architecture et à l'urbanisme. Une loi est donc indispensable alors que se développent l'urbanisation, les grandes opérations immobilières et les destructions de monuments qu'elles entraînent. Le nécessaire bilan critique de la loi de 1887 est abordé par Arlette Auduc avec la juriste Marie Cornu dans l'article suivant. Si l'innovation majeure du texte consiste en l'introduction d'un mécanisme de restriction du droit de propriété, celui-ci montre rapidement ses limites. Après la loi de 1905, celle de 1887, en raison de l'insuffisance de son dispositif de sanction, s’avère inapte à assurer la protection des monuments et objets de plus en plus nombreux convoités par le marché et les collectionneurs. Une nouvelle loi doit donc aborder la définition du monument historique, ainsi que la réflexion sur le rôle de l'Etat et des collectivités dans cette politique.

Après cette mise en abîme, les deux chapitres suivants constituent le cœur de l'étude. Le premier présente en huit textes, aux approches très différentes, « les jalons d'une réforme de la protection des Monuments historiques » et les 10 articles qui composent le chapitre 3, consacré à la loi de 1913 elle-même, permettent d'en développer dans le détail tous les apports aussi bien que les déficiences. L'analyse commence par un article aux apports novateurs d'Annie Fornerod sur le rôle joué par la loi du 9 décembre 1905 dans la transition entre la loi de 1887 et celle de 1913. En analysant ce texte sous l'angle de son apport à la réforme de la protection des Monuments historiques, elle insiste sur le rôle capital qu'il a joué dans l'esprit des juristes comme des parlementaires dans la prise de conscience de «  la nouvelle architecture des relations Église-État sur les bien culturels monuments historiques » (p. 70). En effet, la fin du régime des cultes reconnus a des conséquences décisives, et étroitement liées, sur leur préservation : le transfert de propriété et la fin du budget des Cultes.

À côté des articles plus classiques, mais toujours extrêmement précis et riches, d'historiens du droit comme Xavier Perrot ou Julien Lacaze, et de juristes spécialisés dans le droit du patrimoine culturel comme Marie Cornu, qui nous guident pas à pas dans les débats autour de l'élaboration du texte et nous font pénétrer dans les arcanes des débats autour du classement d'office, on soulignera seulement la nouveauté de la contribution de Marie Cornu et Noë Wagener qui ont compilé la littérature juridique spécifiquement consacrée à la question des Monuments historiques et de l'esthétique, entre le début des années 1880 et la fin des années 1920. À noter également, une analyse intéressante et innovante d'Annie Héritier sur le rôle des sociétés savantes, dans laquelle elle essaie de percevoir comment cet espace de sociabilité « produit du ‘pouvoir périphérique’ et prend ses marques dans la genèse de la loi de 1913 » (p. 145). Et commencent à se dessiner au travers de ces textes des figures d'hommes influents: théoriciens de l'art, juristes, conservateurs qui marquent durablement le projet mais surtout l'évolution de la doctrine de la protection. Impossible de les citer tous qui font l'objet de notices biographiques que nous évoquerons plus loin.

Le troisième chapitre s'attache ensuite à définir avec la plus grande exhaustivité possible les apports de la loi de 13. Deux articles analysent les évolutions de notions qu'elle a induites : celle de monument historique, concept-clé du texte, et le critère d'intérêt public au point de vue de l'art et de l'histoire, qui reste encore aujourd'hui la colonne vertébrale du droit du patrimoine. Julien Lacaze aborde ensuite la notion de classement et ses évolutions substantielles depuis les premières listes. Puis sont abordés les domaines dans lesquels la loi apporte des innovations essentielles et pérennes: la politique de protection des objets mobiliers (qui font l'objet de deux contributions fondamentales de Franz Schoenstein et Judith Kagan), les monuments mégalithiques, l'archéologie de fouilles, la création d'un Inventaire supplémentaire… Nous sommes alors en possession des éléments essentiels de l'analyse du texte, de sa genèse à ses conséquences. Deux chapitres terminaux apportent cependant des compléments importants sur ses contrecoups : les influences respectives entre celui-ci et la loi Cornudet du 14 mars 1919 ; la création de la Caisse nationale des Monuments historiques (présentée dans deux contributions peut-être un peu redondantes).

L'ouvrage s'achève dans une ouverture aux influences internationales de la loi. Vincent Négri explique avec grande clarté comment elle marque les prémices d'un droit international du patrimoine culturel, droit qui sera codifié en particulier dans le droit de la guerre et dont l'efficacité sera mise à l'épreuve durant la Grande Guerre, mais qui marquera une étape déterminante pour la formulation des principes internationaux régulant les conflits armés. Enfin, comme Frank Michler l'avait exposé dans le premier chapitre pour la loi de 1887 et son influence en Allemagne, l'impact de la loi de 1913 et son application dans le contexte colonial sont étudiés pour l'Algérie, le Maroc et la Tunisie par trois historiens de l'art et juristes.

On aura compris l'ambition de cet ouvrage et de ses directeurs scientifiques et la réussite de l'entreprise qui, sans jamais prétendre à l'exhaustivité, aura quasiment épuisé le sujet par la multiplicité de ses approches, la qualité scientifique de ses analyses et la précision de l'utilisation des sources. Elle permettra de nourrir la réflexion des historiens comme des juristes pour bien des années et surtout offre un modèle méthodologique qui mérite d'être appliqué à d'autres textes, comme l'ambitionnent les concepteurs du projet de recherche qui a donné naissance à cet ouvrage. Le texte est complété par un cahier photo dont certains documents sont brièvement commentés, mais dont le regroupement en dehors du corps de l’ouvrage ne facilite pas l'appréhension, des annexes et des notices biographiques qui présentent pour certaines un intérêt essentiel. On ne peut que regretter l'hétérogénéité de ces notices. On sait la difficulté de ce genre d'exercice: il est dommage cependant que les coordinateurs scientifiques n'aient pas manifesté plus d'exigence en la matière.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Nathalie Preiss, Jean-Marie Privat, Jean-Claude Yon (dir.), Le Peuple parisien au XIXe siècle : entre sciences et fictions, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013 (Eric Fournier)

Nathalie Preiss, Jean-Marie Privat, Jean-Claude Yon (sous la direction de), Le Peuple parisien au XIXe siècle : entre sciences et fictions, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013, 239 p. (Eric Fournier)

 

Ce livre, réunissant les actes des journées d’études de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes des 4 et 5 novembre 2011, se place résolument dans le champ d’une histoire culturelle des représentations en essayant de cerner la construction d’une catégorie – ce « peuple parisien » réputé  insaisissable – et, de façon moins appuyée, d’en cerner les usages possibles au XIXe siècle.

Se confrontant au défi d’un peuple parisien qui est une de ces obsédantes énigmes du xixe siècle, tant pour les contemporains que pour les historiens, cet ouvrage assume une architecture ouverte et mobilise les ressources de l’interdisciplinarité. Ce faisant, les historiens, minoritaires dans ce colloque, dialoguent avec des spécialistes de littérature, mais aussi des anthropologues et des juristes. Leurs conclusions convergent : « Le peuple (parisien) n’existe pas » provoque, de façon rafraichissante, Jean-Claude Caron, dans un article historiographique et épistémologique sur la notion de catégorie en histoire. José-Luis Diaz, à qui revient le mot de la fin, choisit de « ne pas conclure » tant ce colloque souligne à quel point « entre 1830 et 1870 le “peuple parisien” bafouille » (p. 224).

L’approche mise en œuvre, qui se garde de saisir le peuple comme un acteur social effectif – i.e. comme une classe sociale, ou même comme un ensemble cohérent de catégories sociales – mais bien comme un objet de discours variés, s’appuie sur un questionnaire précis et nuancé, « comment parler du peuple [...] comment faire parler le peuple [...] comment parler au peuple » (p. 17), et varie les outils d’analyses comme les productions culturelles étudiées. Sont ainsi notamment convoqués le roman (Marceline Laparra, Philippe Hamon), l’uchronie (Françoise Sylvos), le théâtre (Sylvie Vielledent), la chanson populaire (Romain Bénini) et les textes juridiques (Nicolas Dissaux). Parmi les nombreux outils mis en œuvre ici, les études de genre irriguent ce recueil, soit comme approche principale (Anne Montjaret sur la figure de la couturière parisienne) soit par affleurement dans plusieurs contributions (Nathalie Jakobowicz, Aude Déruelle, Philippe Hamon).

Ces différents articles, à l’érudition notable, pointent l’aporie de leur objet en prolongeant les travaux de Jacques Rancière : la parole populaire n’apparaît que par intermittence et, si elle est présente, elle se coupe sans doute, par son énonciation même, du milieu dont elle est issue. L’objet « peuple parisien » aide alors surtout le xixe siècle à se saisir lui-même. Il participe alors pleinement de cette modalité de savoir propre au xixe siècle où fiction et observation se mêlent pour appréhender le réel. Les représentations du « peuple parisien » sont un observatoire privilégié pour appréhender les bouleversements du temps, pour porter angoisses et espoirs politiques, et aussi pour se définir soi-même en un processus complexe d’identification et/ou de distinction avec le « populaire ». Mais, conclut Jean-Claude Caron, le peuple parisien existe pourtant (un peu), se distinguant du reste des autres parties de la population par des caractères sociaux propres : la diversité des origines et des relations sociales populaires horizontales pacifiées. Étant à la fois une réalité sociale mouvante (plus qu’une catégorie établie ou une « classe ») et un faisceau de représentations, le peuple parisien n’est donc pas inexistant, réductible aux seuls discours, mais demeure malgré tout opaque et fuyant, non seulement parce que sourd rarement la parole populaire mais aussi parce que les représentations sont en recomposition permanente sous l’effet des contextes successifs, particulièrement en situation révolutionnaire lorsque les motifs ordonnant une figure devenue un enjeu politique crucial évoluent très vite (N. Jakobowicz, S. Vielledent, R. Benini, N. Dissaux).

Si la diversité des discours sur le peuple parisien est analysée de façon nuancée, certaines approches, sans doute les plus stimulantes, auraient gagné à être approfondies. Ainsi les usages sociaux et politiques de l’archétype, présents par exemple dans le travail de Nicolas Dissaux sur le droit, auraient-ils pu être développés pour d’autres discours et d’autres usages. Il en est de même des conditions de production et de diffusion des discours, traitées de façon convaincante par Romain Benini pour la chanson populaire lorsqu’il étudie les stratégies de chansonniers s’installant dans les quartiers populaires. Enfin, et c’est la principale critique, ces articles portent principalement sur le premier xixe siècle. Cette limite chronologique laisse dans l’ombre la Commune de 1871 qui est un moment privilégié pour saisir non seulement les contours sociaux effectifs de ce peuple parisien non réductible à la « classe ouvrière », mais surtout pour approcher d’une parole « par en bas » essayant à son tour, et de façon balbutiante, de définir le peuple parisien, ou la portion insurgée de celui-ci, c’est-à-dire de se définir soi-même. Et les insurgés ont finalement presque autant de mal que les écrivains plus bourgeois pour cerner « le peuple parisien » auquel ils s’identifient pourtant. De plus, le second xixe siècle est aussi le moment où décline puis s’efface – sans pour autant disparaitre soudainement – l’objet « peuple parisien » au profit, entre autres, d’un discours sur les « classes » ou sur le « peuple » à l’échelle nationale. Ce point est souligné implicitement par la contribution de Philippe Hamon, qui, déployant sa lumineuse érudition dans un xixe siècle tardif, ne peut plus vraiment distinguer les spécificités des représentations du corps du travailleur parisien par rapport aux provinciaux. Ce livre, qui a le mérite de souligner les vertus heuristiques de l’incertitude, aurait peut-être plus précisément cerné encore les énigmes que nous pose ce « peuple parisien » en s’intéressant à l’effacement de cet objet, ou, inversement, aux traces tardives laissées par l’un des « sphinx » du premier XIXe siècle.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Olivier Ratouis (dir.), La construction d’une agglomération. Bordeaux et ses banlieues, Genève, Metisspress, coll. vuesDensemble, 2013, 606 p., (Thibault Tellier)

Olivier Ratouis (sous la direction), La construction d’une agglomération. Bordeaux et ses banlieues, Genève, Metisspress, coll. vuesDensemble, 2013, 606 p., (Thibault Tellier)

Comme le souligne dans un propos liminaire le maitre d’œuvre de l’ouvrage, Olivier Ratouis, professeur d’urbanisme à l’université Bordeaux 3, la conception du présent ouvrage s’inspire de celui publié en 2007 chez Créaphis : Paris / Banlieue. Confits et solidarités. Ses directeurs éditoriaux, Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau avaient alors esquissé, avec succès il faut le souligner, une approche globale des relations entre Paris et ses banlieues entre 1788 et 2006. Ils avaient ouvert une voie féconde à de nouvelles approches comme en témoigne, ces dernières années, bon nombre de travaux publiés sur la banlieue parisienne, notamment par des jeunes chercheurs. Jusqu’à maintenant, il faut également souligner que l’historiographie a été plutôt dominée par des recherches concernant la région parisienne. La médiatisation du dossier du Grand Paris n’y est sans doute pas pour rien. Le projet éditorial porté par Olivier Ratouis n’en apparaît donc que plus judicieux dans la mesure où il prend pour objet l’une des principales agglomérations de province, Bordeaux. Avant d’en venir à l’analyse de l’ouvrage lui-même, il faut ici souligner avec force le soin apporté à l’édition. On notera en particulier la profusion documentaire rehaussée par une maquette qui sait, à propos, les mettre en valeur. Le principe général de l’ouvrage est en effet de soumettre au lecteur des documents originaux rehaussés par une introduction qui restitue le contexte de sa production. La variété des sources permet à ce propos un balayage extrêmement large, qu’il s’agisse des approches historiques, géographiques, urbanistiques.

A l’heure où s’élabore l’acte III de la décentralisation qui devrait donner davantage de poids aux agglomérations, les études visant à mieux connaître ces territoires métropolitains tendent à se multiplier. En revanche, rares sont ceux qui mettent l’accent sur la longue durée et valorisent les processus de fabrication et de transformations de ces territoires urbains. Le livre dirigé par Olivier Ratouis a précisément pour objectif d’expliciter la construction urbaine de Bordeaux et des territoires périphériques depuis le xviiie siècle, date à laquelle s’élabore un plan de développement qui dépasse les limites traditionnelles de la ville ancienne. Grâce à une prospérité économique acquise grâce au commerce atlantique, Bordeaux peut alors envisager la reconstruction de ses quartiers centraux (ce qui lui permettra de justifier une inscription en 2007 au patrimoine mondial de l’UNESCO), ainsi que son extension.

Si la révolution de 1789 prive la ville des paroisses environnantes qui deviendront alors des communes à part entière comme Bègles ou Talence, l’essor urbain de Bordeaux ne se démentira pas au cours du siècle suivant. S’en suit alors, comme pour la banlieue parisienne, un jeu très complexe de relations entre la ville centre d’une part, et les communes périphériques d’autre part. De même, on voit alors se développer certains mécanismes similaires à ceux qui se produisent dans la banlieue parisienne durant la même période, comme par exemple les effets de stigmatisation dont est victime la banlieue, ou bien encore les débats autour de l’épineuse question des transports au sein de l’agglomération.

Les textes originaux qui ponctuent les contributions des auteurs de l’ouvrage confèrent la plupart du temps un poids supplémentaire à la démonstration. On lira par exemple avec intérêt l’étude réalisée en 1862 par un conseiller municipal de la banlieue bordelaise visant à démontrer que les projets de nouvelle délimitation urbaine de Bordeaux se feront naturellement au détriment des communes périphériques. L’élu local se plaint en effet de la mainmise de la ville centre sur sa périphérie immédiate : « Que vous ont donc fait ces pauvres communes qui forment la ceinture de Bordeaux et que vous mutilez à votre profit, pour que vous leur disputiez, comme un vol, les avantages dont jouiront quelques-uns de leurs habitants ? » (p. 137). On pourrait, à ce propos, rapprocher cet extrait de ceux qui émergent de la grande enquête publique à Paris en 1859 qui vient d’être rééditée par Nathalie Montel en 2012. On voit par là que les annexions ne se sont ni faites dans le consensus, ni dans le silence des édiles concernés.

Ces conflits n’empêcheront toutefois pas l’agglomération bordelaise de s’affirmer au-delà de ses murs, grâce au développement économique qui justifie l’expansion territoriale de Bordeaux en direction de la périphérie. C’est alors que le mot banlieue prend d’ailleurs son sens moderne. Tout en gardant évidemment des liens étroits avec la ville centre, les communes périphériques parviennent à trouver la voie de l’autonomisation, en particulier après l’instauration de l’élection des premières municipalités au suffrage universel en 1884.

C’est aussi l’essor de l’intercommunalité qui préfigure bien souvent le démarrage d’une véritable réflexion sur un plan d’aménagement urbain à l’échelle de l’agglomération. Dans le cas de Bordeaux, cette évolution prendra toutefois une tournure quelque peu originale dans la mesure où durant la période majorale de Jacques Chaban-Delmas (1947-1995), Bordeaux fait plutôt le choix de grands projets municipaux, ce qui tend à opérer un repli sur elle-même alors même que la banlieue est en plein essor. Durant cette période en effet, cette dernière voit sa population doubler, tandis que celle de Bordeaux stagne. Pour Olivier Ratouis, il faut attendre l’arrivée d’Alain Juppé à la tête de la municipalité en 1995 pour que le projet d’agglomération connaisse un nouvel élan, y compris en terme de frontières. L’ultime texte clôturant le volume fait état de l’intégration en 2013 d’une 28e commune au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux, permettant ainsi à cette dernière de disposer sur son propre territoire de nouvelles activités en matière aéronautique.

Ainsi s’achève une histoire de 312 années retracées au travers de documents qui donnent une vision très précise d’une histoire territorialisée dans le bon sens du terme et qui montre à quel point l’analyse historique peut s’avérer pertinente lorsque l’on aborde des études dont l’objet scientifique n’est guère défini clairement. Ainsi, il est question de Grand Paris, de Grand Lille ou bien encore de Grand Bordeaux, mais sans que l’on sache vraiment ce à quoi cette échelle du « toujours plus grand » renvoie exactement. Les termes « agglomération » et « banlieue » ne sont parfois pas beaucoup plus explicites. Il est donc urgent de se saisir de cette histoire qui ne consiste pas à relier des monographies les unes aux autres, mais bien d’envisager une histoire urbaine conduite à l’échelle d’un bassin de vie qui correspond la plupart du temps à l’agglomération. Comme l’explique Olivier Ratouis, il est tout à fait envisageable, au vu des ressources documentaires, de faire de l’agglomération l’objet central de recherches. Si des thèses comme celles de Jean-Claude Perrot sur Caen ou de Jean-Luc Pinol sur les mobilités à Lyon ont tracé de nouvelles voies à l’histoire urbaine, nul doute que cet ouvrage incitera des chercheurs à s’engager désormais sur celles qui doivent conduire à mieux connaître l’histoire métropolitaine qui est également déjà dans une large mesure la nôtre en tant qu’usagers de la ville du xxie siècle.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz et Charlotte Vorms (dir.), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, PUR, 2013 (Héloïse Nez)

Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz et Charlotte Vorms (sous la direction de), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, PUR, 2013 (Héloïse Nez)

Dans cet ouvrage consacré aux villes et aux politiques urbaines espagnoles depuis une quarantaine d’années, l’Espagne se caractérise par des superlatifs : c’est le pays de l’Union européenne avec le nombre de logements par habitant le plus élevé, le taux de locataires le plus bas et la part du logement social la plus faible, mais aussi avec le plus de résidences secondaires ou encore le plus de kilomètres de nouvelles lignes de TGV. Les chiffres relatifs à la spéculation immobilière, à l’origine de la crise économique actuelle, sont éloquents : « Entre 2002 et 2007, le nombre de logements construits dans ce pays dépassait celui de la France et de l’Allemagne réunies, alors que ces deux pays comptaient trois fois plus d’habitants et une superficie double » (p. 187). Comment expliquer cette spécificité des politiques du logement et de l’aménagement du territoire espagnoles qui ont d’abord suscité l’admiration des acteurs politiques en Europe avant que leur échec n’éclate au grand jour ?

Cet ouvrage collectif, coordonné par un géographe et deux historiennes, offre des clés d’analyse pour comprendre la crise urbaine, politique, économique et sociale que traverse aujourd’hui l’Espagne. L’originalité de leur approche est de proposer une lecture historique des principaux ingrédients de cette crise – les relations particulières entre l’urbanisme, la démocratie et le marché – en remontant aux années 1970. Il s’agit donc de replacer la récente crise immobilière espagnole dans le temps plus long de l’histoire politique, économique et urbanistique du pays. Dix-sept contributions s’y attèlent, majoritairement d’auteurs espagnols – qui, pour certains, ont été ou sont toujours impliqués dans l’action publique – et de quelques jeunes chercheurs français, qui s’inscrivent dans différents champs disciplinaires (géographie, sociologie, architecture, sciences politiques, droit, économie).

La diversité des thématiques abordées est impressionnante : les évolutions du cadre juridique et institutionnel de l’urbanisme ; le rôle des acteurs étatiques, des promoteurs immobiliers et des associations de quartier dans les politiques urbaines ; les politiques de réhabilitation urbaine et de construction de logements neufs ; les comportements résidentiels, les mutations du marché de logement et les processus de gentrification des centres anciens ; les excès d’un modèle économique basé sur l’immobilier et dépendant à l’égard du secteur du bâtiment ; les transformations du paysage urbain et les dégradations environnementales, etc. La variété des cas étudiés est également appréciable, depuis le niveau du quartier (Lavapiés à Madrid, la vieille ville de Barcelone) jusqu’à l’échelle nationale, en passant par de grands centres urbains (Madrid, Barcelone), des villes moyennes (León, Valladolid) et des régions (comme Valence, l’Andalousie et le littoral andalou).

Plus qu’une rupture lors de l’avènement de la démocratie, les différentes contributions mettent en avant des continuités avec la période franquiste, concernant par exemple le cadre réglementaire et le mode d’urbanisation. Dans son chapitre sur les promoteurs immobiliers, Julie Pollard montre que la domination de la propriété sur la location dans le mode d’occupation des logements s’explique par un encouragement quasi exclusif de l’accession à la propriété. Ces choix politiques datent du franquisme et n’ont jamais été remis en cause depuis, malgré leur forte dimension idéologique, comme le souligne José Manuel Naredo : « Il s’agissait de créer des "gens d’ordre" et d’ancrer ce conformisme dans les mentalités collectives, en offrant l’accès à la propriété pour les ménages et en les liant par de lourdes charges de remboursement » (p. 181). La mise en place d’un système de subventions et d’avantages fiscaux incite alors les entreprises à construire des logements et décourage la rente locative, limitant par conséquent l’offre de logements en location. Comme le montre Jesús Leal, ces politiques ont aujourd’hui des effets sociaux qui constituent des spécificités des sociétés urbaines espagnoles, comme les difficultés d’accès au logement des nouveaux ménages (jeunes ou immigrés), la très faible mobilité résidentielle ou encore le fort enracinement local.

La démocratisation s’est toutefois accompagnée d’un certain nombre de changements, comme en témoigne le processus de décentralisation : « Les années 1970-1980 permettent donc l’affirmation de nouveaux acteurs des politiques urbaines, municipalités, communautés autonomes, citoyens, et une redéfinition du rôle de l’État dans les domaines de l’urbanisme et du logement, dans le sillage de la critique des méfaits urbains du centralisme franquiste » (p. 15). Les auteurs nuancent toutefois l’idée d’un « modèle » urbanistique espagnol issu de la transition démocratique, à l’instar du « modèle Barcelone » remis en cause dans une excellente contribution autocritique par l’un de ses promoteurs. Jordi Borja estime que les transformations urbaines opérées à Barcelone depuis 1979 sont « globalement positives » (p. 99), car elles ont été réalisées de manière décentralisée et participative, faisant du Barcelone des années 1980 « un Porto Alegre avant l’heure » (p. 107). Mais cette expérience n’est pas sans contradictions, qui résultent notamment de concessions faites aux acteurs du secteur privé à partir des années 1990. C’est le cas des politiques de réhabilitation de la vieille ville de Barcelone (Hovig Ter Minassian), qui alimentent, comme à Madrid (Renaud Boivin), le processus de gentrification.

Finalement, cet ouvrage montre autant l’échec d’un système de prédation économique, étranger aux besoins des citoyens, qu’il en appelle à une refonte en profondeur des politiques urbaines en Espagne. Cela passera, selon José Manuel Naredo, non seulement par un « retournement historique des choix en matière de politiques de logement » (p. 188), mais aussi par « une reconversion profonde de l’économie, de la politique, des modèles immobiliers, financiers, et de consommation… et, par conséquent, de notre modèle de société » (p. 190). C’est ce changement qui est revendiqué depuis 2011 par les Indignés, mobilisation à laquelle Julio Alguacil consacre quelques lignes en faisant le parallèle avec les associations de quartier de la fin des années 1970 et du début des années 1980 : « Des centaines d’assemblées de quartiers et de villages se créent, qui régénèrent le mouvement citadin et lui apportent de nouvelles méthodes de participation et de nouvelles pratiques urbaines. Avec le renforcement mutuel du vieux mouvement citadin et du nouveau mouvement des Indignés, une nouvelle période est en train de s’ouvrir » (p. 98). La perspective socio-historique gagnerait, là aussi, à être mobilisée pour comprendre les héritages et les ruptures entre ces deux types de mobilisations.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Stéphane Frioux, Les batailles de l'hygiène. Villes et environnement, de Pasteur aux Trente Glorieuses, PUF, Paris, 2013 (Isabelle Parmentier)

Stéphane Frioux, Les batailles de l'hygiène. Villes et environnement, de Pasteur aux Trente Glorieuses, PUF, Paris, 2013, 388 p., ill., (Isabelle Parmentier)

L’auteur de cet ouvrage, Stéphane Frioux, n’est pas un inconnu en histoire urbaine et environnementale : maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lumière-Lyon 2 et ancien élève de l’ENS de Lyon, il est représentant pour la France et membre du bureau de la Société Européenne pour l'histoire environnementale (ESEH) et secrétaire du Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale (RUCHE). Il a également à son actif plusieurs ouvrages, dont Hygiène et santé en Europe de la fin du XVIIIe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale, SEDES, 2011, publié en collaboration avec Patrick Fournier et Sophie Chauveau.

Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2009, ce livre, préfacé par Jean-Luc Pinol et François Walter, entend présenter les processus scientifiques et politiques d’amélioration de l’environnement en France, de la fin du 19e siècle à l’après Seconde Guerre mondiale. Le propos de l’auteur est d’analyser, à partir d’archives et d’imprimés particulièrement dispersés, les débats – parfois houleux et passionnés – qui ont entouré l’évolution des techniques et des équipements sanitaires en milieu urbain. Ce faisant, c’est à une histoire des grands systèmes d’approvisionnement en eau potable et à une histoire de l’assainissement et du traitement des déchets que nous convie Stéphane Frioux. L’approche n’est cependant pas restreinte aux seuls éléments techniques et économiques qui jalonnent ces histoires : l’auteur aborde cette problématique sous un angle également social, politique et environnemental. Sans le dire explicitement, il a fait sien un questionnement correspondant résolument aux quatre piliers du « Développement durable », témoignant ainsi du caractère fécond de cet outil conceptuel pour la recherche historique.

Voulant dépasser – sans la renier – l’échelle de la monographie, l’auteur propose une large étude transversale, à l’échelle nationale, qu’il mène de façon synchronique et diachronique. Stéphane Frioux n’hésite pas non plus à franchir les frontières, envisageant le problème sanitaire dans une perspective transnationale. Ainsi, Londres, Berlin, Bruxelles, Genève, Glasgow, Hambourg, et bien d’autres localités situées en dehors de la France, sont évoquées et servent à mettre en perspective les villes de l’Hexagone. Cette dimension internationale est renforcée par l’utilisation d’une bibliographie très ouverte sur le monde anglo-saxon. Le récit de l’auteur oscille continuellement, et avec bonheur, entre le niveau local, le niveau national et la comparaison internationale. De nombreuses villes de province sont explorées, inscrivant autant de cas non parisiens dans le paysage historiographique, ce qui est le bienvenu, tant la capitale a focalisé jusqu’ici les études et réduit la compréhension des processus à l’œuvre à un cas hors norme. Dans ce panel de localités, Lyon et les villes de la Région Rhône-Alpes constituent un terrain largement exploré, tandis que les villes du Nord, chères à Emile Verhaeren cité en exergue du chapitre 1, le sont moins. Ces choix reposent-ils sur une nécessaire limitation du cadre de la recherche – déjà fort vaste ! –, sur des contraintes documentaires et heuristiques, ou sur un état des lieux de la situation sanitaire française et des avancées techniques observables, faisant des villes septentrionales des cas moins emblématiques ?

Après un prologue relatant les tribulations d’une petite ville du nivernais, Cosne-sur-Loire, révélant ce qui fera la trame du récit tout au long de l’exposé (acteurs, dynamique politique, etc.), l’ouvrage se structure en cinq chapitres. Le premier traite de l’environnement urbain comme défi sanitaire vers 1890-1900. C’est l’époque de la consécration d’une nouvelle représentation du monde, « où s’affirme un discours hygiéniste conforté par les acquis de la bactériologie » (p. 15). Les deuxième et troisième chapitres se focalisent sur les acteurs : les entreprises, l’Etat et les municipalités (chap. 2) ; les experts et les citadins (chap. 3). Les ambitions, les attitudes engagées, les tergiversations des uns et des autres sont passées au peigne fin et mises en relation avec les enjeux tant technologiques que politiques et sociaux de l’hygiène publique. Un quatrième chapitre est celui du bilan : les résultats de la recherche sont contextualisés et traités en parallèle avec les expériences menées dans les pays voisins. Quant au cinquième et dernier chapitre, il opère judicieusement un retour sur les temporalités, sur les rythmes, sur les rapports de force et les initiatives pionnières ou non des uns et des autres. Entre ces chapitres, Stéphane Frioux a inséré des études de cas « qui permettront de se rapprocher de certains terrains de recherche, comme la grande ville enjeu de l’hygiénisme (Lyon), la petite cité dont l’assainissement est un prétexte à des règlements de comptes politiques (Privas), ou encore les réseaux tissés par un inventeur de procédé d’épuration de l’eau (Philippe Bunau-Varilla) » (p. 16).

Montrant avec brio la complexité des processus décisionnels et le phénomène non linéaire de diffusion des dispositifs chargés de sécuriser l’environnement urbain, l’auteur conclut au retard des municipalités de France, confrontées à l’éventualité du tout-à-l’égoût au tournant des XIXe et XXe siècles, par rapport aux expériences britanniques en la matière. Les configurations locales expliquent les avancées à géométrie variable des villes françaises, conscientisées par la loi de 1902 et par d’éventuelles circonstances locales (épidémies, etc.), mais soumises à bien des aléas. « Les champs d’expérimentation de la modernité hygiéniste – nous dit Stéphane Frioux (p. 317) – n’ont pas été les villes les plus dotées en capital d’expertise (Paris, Lyon, Lille, notamment) et la diffusion n’a pas été un processus vertical, descendant depuis les capitales économiques et culturelles vers les modestes bourgades provinciales ». Ce que l’auteur met particulièrement bien en évidence, c’est le combat mené par les élites des petites municipalités – leurs « batailles » – dans cette culture de la modernité dont elles ne maîtrisent pas toutes les dimensions : « quête de la vérité pour réduire l’incertitude pesant sur des techniques au centre de flux d’informations contradictoires ; lutte contre les lourdeurs des procédures administratives pour pouvoir poser la première pierre de leur usine ou distribuer de l’eau sûre avant l’expiration de leur mandat municipal ; superposition des polémiques partisanes aux controverses scientifiques, au sein de l’assemblée municipale et sur la scène médiatique locale » (p. 318).

L’étude porte sur une « moyenne durée » (p. 13), un long demi-siècle, justifié par le fait que les changements concrets qui découlent du nouveau paradigme caractérisant la fin du 19e siècle sont lents à apparaître. Il s’agit d’un processus séculaire, que les deux guerres mondiales, constituant de réels temps d’arrêt dans la réflexion et l’implémentation des projets sanitaires, vont encore retarder.

Enfin, notons que l’ouvrage est doté d’annexes fort utiles : illustrations cartographiques et iconographiques, retranscription de la loi du 15 février 1902, chronologie, liste des affaires étudiées, tableau de suivi des projets, index onomastiques.

Bref, il s’agit d’un très bel opus où l’auteur a réussi le tour de force de manier tout autant l’art de la synthèse que celui de l’analyse locale. Une référence pour l’histoire urbaine, et, plus largement, pour l’histoire contemporaine.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Peter Clark (ed.), The Oxford Handbook of Cities in World History, Oxford University Press, 2013, 882 p. (Jean-Luc Pinol)

Peter Clark (ed.), The Oxford Handbook of Cities in World History, Oxford University Press, 2013, 882 p. (Jean-Luc Pinol)

A la suite de la publication de son ouvrage sur les villes européennes de 400 à 2000, Peter Clark vient de coordonner la publication chez Oxford University Press d’un handbook, Cities in World History. Oxford University Press a d’ailleurs donné un dynamisme incontestable depuis les années 2010 à sa collection The Oxford Handbook, abordant au cours de la seule année 2013, des domaines aussi différents que les études postcoloniales, l’histoire de l’Afrique contemporaine, celle des femmes et du genre dans l’Europe médiévale ou du Monde Atlantique de 1450 à 1850, de la religion et de la violence ou de la médecine, celle de la guerre froide ou de la révolution américaine… et fin 2013 est paru l’ouvrage consacré à l’histoire de la consommation sous la direction de Frank Trentmann.

Ce précis des villes du monde est organisé en trois grandes périodes chronologiques, de l’origine des villes aux années 600, du début du 7e siècle à 1800 et la troisième période, enfin, de 1800 à nos jours. Pour répondre aux multiples questions qu’aborde l’ouvrage, pas moins de 55 contributeurs ont uni leurs efforts pour traiter les 43 chapitres qui sont répartis de manière assez inégale entre les trois grandes périodes : dix chapitres pour les premières cités (des origines à 600), treize pour les villes de l’époque pré-moderne (600-1800) et, donc, vingt chapitres pour la ville contemporaine (après 1800). Chaque partie associe synthèses régionales et approches thématiques, ces dernières permettant de d’aborder des thèmes transversaux. Ces derniers sont d’ailleurs nettement plus développés pour la troisième période chronologique, consacrés par exemple aux relations ville industrialisation en Orient et en occident, à rôle du cinéma ou, encore, à l’impact de la ville sur l’environnement. Pour la première et la seconde périodes chronologiques, les thèmes transversaux reprennent en mobilisant les synthèses régionales les thématiques de l’économie, du pouvoir ou des migrations.

A la fin du chapitre d’introduction, Peter Clark reconnaît très honnêtement : « In sum, this Handbook cannot hope to offer a definitive or comprehensive view of global urban history, as was made clear at the start. Rather through the following chapters spanning from ancient times to the present, the aim is to establish a framework for analysis, to open up an arena for comparative discussion and debate, to foreground big issues and questions for further research, to highlight the infinite complexities of urbanisation over the longue durée, and to shed a bright , multicoloured spotlight on a subject that will never go away. »

La plupart des chapitres comptent entre 50 et 60000 signes (notes et bibliographie comprises) ce qui, bien sûr, semble d’une envergure limitée quand le sujet est bien connu du lecteur mais qui permet de disposer d’un cadre pour qui découvre une thématique ou une nouvelle région du monde. On peut cependant légitimement se poser la question du lectorat d’un tel ouvrage à l’aune de la manière dont fonctionne aujourd’hui la recherche mais il est certain que ce type d’ouvrage incite à voir large et à relativiser les spécificités que d’aucun voit dans leur propre recherche.

Les chapitres les plus stimulants correspondent aux approches thématiques où la dimension comparative est plus développée mais ils ne peuvent fonctionner qu’en se fondant sur les acquis présentés dans les vastes synthèses régionales. Certains de ces chapitres, faute de place, sont trop généraux – tel est le cas de celui consacré aux banlieues pour la période contemporaine – mais d’autres sont vraiment stimulants tel celui sur l’industrialisation qui revient sur la grande divergence Est/Ouest et sur les analyses de Kenneth Pomeranz ou encore celui sur les villes créatives. Dans le premier cas, deux jeunes chercheurs comparent les étapes de l’industrialisation en Angleterre et dans la Chine du XIXe et du XXe siècles, et s’interrogent sur les conditions d’émergence d’un groupe d’entrepreneurs dynamiques dans le monde urbain. Dans le second, ce sont deux chercheurs confirmés – dont Peter Clark lui-même qui avaient déjà abordé le thème dans European Cities and Towns – qui s’interrogent sur la pertinence du concept de villes créatives tel qu’il a émergé dans les années 1980 et sur son caractère opérationnel pour l’analyse des villes depuis le XVe siècle. Ce chapitre fonctionne d’ailleurs comme une série de case studies fondés sur l’analyse concrète de Londres, Paris, New York ou… Helsinki. Et les auteurs de distinguer les global creative cities, les niches culturelles (comme Stockholm ou Kingston à la Jamaïque, pour la production musicale), les centres technologiques spécialisés comme Bangalore, la « Silicon Valley » de l’Inde où Texas Instruments s’est installé dès le milieu des années 1980 ou, enfin, les villes, souvent de taille plus modeste, qui tentent, tant bien que mal, de prendre en marche des trains lancés par d’autres dans le domaine culturel pour pallier le déclin industriel comme Hull ou Huddersfield en Angleterre…

Pour la période 600-1800, le chapitre consacré au rôle des migrations en Europe et en Chine montre bien en quoi ce type d’analyses globales peut aider à repenser les problématiques de recherche. En dépit des différences de sources disponibles, il apparaît que les migrations imposées par le pouvoir central, dans un but de repeuplement, sont plus prégnantes en Chine que dans l’Europe médiévale et moderne, à l’exception, sans doute de la Russie. De même les restrictions à la mobilité liées au « second servage » en Europe orientale renvoient à la limitation des déplacements qui résulte du système d’enregistrement des ménages dans la Chine impériale des Ming (1368-1644) même si la réglementation est assouplie à la fin de la domination Han. Enfin, mais cela découle de ce qui vient d’être dit, la politique d’immigration est moins déterminée par les cités chinoises que par les villes d’Europe qui bénéficient, globalement, d’une plus grande autonomie politique. Les conséquences sont importantes : dans le monde chinois, l’administration impériale s’organise par district sans distinguer le rural et l’urbain ; les sources distinguent rarement les migrations vers les villes ou vers leur hinterland.

A la lecture des bibliographies des différents chapitres, on note la très fréquente mention des ouvrages de Lewis Mumford, et en particulier, de City in History, alors que les ouvrages de James Dyos et Stephan Thernstrom qui ont, de part et d’autre de l’Atlantique, pesé sur les manières d’aborder l’histoire urbaine ne sont pas, sauf erreur, mentionnés. Quand on se souvient de l’impact de la New Urban History dans les années 1970 et 1980 ou de l’influence de la revue Urban History Yearbook –devenu Urban History – qui fut initiée par H.J. Dyos, force est de constater que des pages entières des manières de pratiquer l’histoire urbaine semblent passées sous silence.

Comme d’autres domaines, l’histoire urbaine est entrée, ou est en train d’entrer, dans l’ère du numérique. Les deux premières références données par Peter Clark dans son introduction générale sont des sites web, le premier dépend des Nations-Unies, le second fournit des données sur les agglomérations urbaines actuelles et propose des cartes ; ce site web, localisé en Allemagne1, est bien le signe que le numérique transforme les manières de faire de l’histoire, et de l’histoire urbaine, en particulier.

Pour reprendre Peter Clark lui même, ce Handbook ne présente pas encore la synthèse d’une histoire urbaine globalisée mais sa lecture, très stimulante, ouvre de vastes perspectives pour y parvenir.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Thierry Amalou et Boris Nogues (sous la direction de), Les universités dans la ville, XVIe-XVIIIe siècles, PUR, 2013 (CR Emmanuelle Picard)

Thierry Amalou et Boris Nogues (sous la direction de), Les universités dans la ville, XVIe-XVIIIe siècles, PUR, 2013 (Emmanuelle Picard)

 

Si l’institution universitaire est urbaine, en France mais aussi en Europe, depuis le Moyen Âge, au point comme le rappelle l’introduction que toutes les définitions de l’institution académique l’inscrivent dans la ville, la relation entre ville et université n’est ni simple, ni unilatérale. Ni simple partie du bâti urbain de la ville, ni corporation professionnelle traditionnelle, investie d’une fonction universelle de collation des grades, déterminant un horizon bien plus large que l’agglomération dans laquelle elle se développe, l’université n’en doit pas moins s’inscrire dans les destins sociaux et matériels du monde urbain auquel elle appartient. Si les relations de tension entre pouvoir urbain et pouvoir académique, ou les désordres causés par les chahuts étudiants, sont autant de thèmes bien documentés, bien d’autres aspects de cette relation complexes n’ont encore été que peu traités par les historiens des universités, plus enclins à considérer l’institution pour elle-même, en lui accordant un statut d’espace social délocalisé, ou plutôt « stato-centré », dans laquelle l’analyse de l’échelle locale et urbaine est rarement convoquée.

Dans la perspective de renouveler le regard sur les relations entre les institutions universitaires et les villes où elles se développent, les auteurs de l’ouvrage se sont donnés comme ambition d’interroger « les effets concrets ou symboliques d’une présence universitaire dans une ville donnée » (p. 14), les tensions (chahuts), les bénéfices (prestige, flux d’étudiants), les gains économiques ou intellectuels ; en tenant compte de la double temporalité, qui n’est ni strictement parallèle, ni strictement discordante, des villes et des institutions universitaires. Si les premières croissent et affirment leur poids économique et politique, les secondes, après une période faste au XVIe siècle, entrent dans une phase marquée par l’affaiblissement de leur rôle social et intellectuel. A tel point que les capitales économiques et culturelles du XVIIIe siècle ne sont que très rarement des villes universitaires.

Les contributions proposées dans ce recueil s’articulent autour de trois thématiques : l’étude des réseaux universitaires et urbains aux Provinces-Unies (Willem Frijhoff) et en France (Boris Noguès), l’insertion locale de l’université au travers de trois exemples (Orléans par Gaël Rideau, Helmstedt par Jean-Luc Le Cam et Édimbourg par Stéphane Van Damme), et le rôle de l’université dans l’émergence de l’espace public à Paris (Thierry Amalou pour le XVIe siècle et Bruno Belhoste pour le XVIIIe siècle).

C’est tout particulièrement la question du rapport entre le pouvoir urbain et l’université qui semble se poser en premier lieu au travers d’analyses des conditions de création des universités bataves ou françaises : créations adossées au réseau des écoles urbaines hollandaises pour faire pendant aux universités catholiques, présence d’une université comme symbole du statut de capitale régionale en France au XVIIIe siècle face à la concurrence des grandes villes marchandes, autant d’éléments qui ont à voir avec l’affirmation des deux pouvoirs urbains et universitaires. C’est encore par ce « prisme particulier du rapport aux pouvoirs locaux » qu’est envisagée la question de la « place et de la fonction de l’université dans la ville », titre de la deuxième partie. Comme le souligne Gaël Rideau, à propos d’Orléans, « les points de rencontre restent rares et faibles et se concentrent sur les questions de préséances et la défense des privilèges. […] Il semble bien que l’université soit un monde étranger pour une part de la population, un concurrent dans la géographie institutionnelle, un élément de prestige qui vaut davantage par son passé que par son rôle social » (p. 98-99).

Une analyse précise des modalités d’articulation de l’université à la ville est proposée par Jean-Luc Le Cam à propos d’Helmstedt, qui l’amène à souligner l’étroitesse de l’intégration des universitaires dans la société urbaine, sous la forme de véritables dynasties. Il l’accompagne d’une présentation de l’ancrage physique de l’université dans la ville à travers l’étude de la localisation des bâtiments universitaires, de leur architecture, et de la répartition des maisons professorales dans l’espace urbain. Il met ainsi en évidence une dynamique spécifique aux villes universitaires allemandes protestantes, dont la petite taille créé de fait un équilibre particulier des relations entre ville et université, qui « tend à conforter la domination sociale et culturelle des universitaires » (p. 153), situation remise en cause au XVIIIe siècle par le développement de modèles universitaires concurrents et attractifs, comme celui de Göttingen. A une toute autre échelle, il semblerait que l’on puisse envisager un rôle tout aussi important de l’université dans la vie et l’espace urbain d’Édimbourg au XVIIIe siècle, dont Stéphane Van Damme propose à son tour une analyse spatiale et sociale.

La dernière partie de l’ouvrage s’intéresse à la dimension plus politique de l’activité universitaire, au travers de la notion d’espace public. Thierry Amalou s’interroge sur le rôle de la dispute académique publique dans la constitution d’un espace public parisien au XVIe siècle. La publicisation croissante de cette disputation marque l’intérêt des édiles parisiens pour son contenu politique, en particulier dans sa composante de remise en cause du pouvoir royal. C’est en quelque sorte un rôle identique assigné aux cours publics à Paris autour de la Révolution française, dont Bruno Belhoste montre qu’ils occupent dans certains cas une fonction première de tribune politique.

La conclusion de Boris Noguès insiste sur la diversité des situations, et la nécessité de réfléchir à terme à la production d’une typologie permettant de rendre compte des multiples modalités d’interaction entre l’espace urbain, tant physique que social ou économique et l’institution universitaire, ensemble architectural et groupe social. Au delà de cette diversité, il souligne trois traits communs : la domination croissante de la ville sur l’université, la part non négligeable prise par l’université dans la formation de l’espace public, et enfin la permanence de l’atout symbolique de représente l’université.

Les auteurs de cet ouvrage collectif sont tous des historiens des universités, fins connaisseurs de leur histoire sociale et institutionnelle. De ce fait, on n’est pas surpris que le prisme central de l’ouvrage se focalise sur une histoire sociale et intellectuelle des élites, davantage que sur l’histoire de la fabrication ou du fonctionnement matériel de la ville. On peut cependant signaler l’ouverture de nouveaux chantiers en matière d’histoire urbaine des universités, avec la tenue d’un colloque coorganisé par des historiens de la ville (Florence Bourillon, Loïc Vadelorge) et des historiens de l’université (Boris Noguès, Nathalie Gorochov…) sur « L’université dans la ville : les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle » en septembre 2014, à l’UPEC.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Clément Alix et Frédéric Épaud (sous la direction de), La Construction en pan de bois au Moyen Age et à la Renaissance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 449p. (CR Nathalie Pascarel)

Clément Alix et Frédéric Épaud (sous la direction de), La Construction en pan de bois au Moyen Age et à la Renaissance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013, 449p. (Nathalie Pascarel)

 

En architecture urbaine et rurale, les constructions en pan de bois, ou maisons à colombage de la fin du Moyen Age et du début de la Renaissance, étaient des structures fragiles souvent malmenées et relativement peu étudiées jusque dans les années 1980-1990, victimes d’incendies à répétition et d’un désintérêt patent des autorités qui n’ont pas reculé devant des campagnes de réaménagements urbains à grande échelle. À partir de ces années, une prise de conscience de leur intérêt archéologique, historique, sociologique et architectural a vu le jour, grâce aux recherches localisées des services patrimoniaux (Services régionaux de l’Inventaire, Conservations régionales des Monuments historiques), aux opérations archéologiques du bâti et à la multiplication significative des analyses dendrochronologiques des bois étudiés. Depuis, les recherches universitaires, colloques et publications majeures consacrées à la construction en pan de bois ont amplifié ces dernières années, accompagnant progressivement une sensibilisation à la conservation, à la protection et à la valorisation de ces structures.

Dès lors, le besoin de dresser un bilan des connaissances sur la construction en pan de bois s’est fait ressentir, en présentant les recherches récentes effectuées entre les années 2000 et 2012, et celles qui demeurent en cours. Ce projet remarquable, nous le découvrons dans l’introduction de l’ouvrage intitulé La construction en pan de bois au Moyen Age et à la Renaissance, publié à l’automne 2013 aux Presses Universitaires de Rennes sous la direction de Clément Alix, doctorant au Centre d’études supérieures de la Renaissance et archéologue au service municipal d’Orléans, et de Frédéric Épaud, chargé de recherches au CNRS. Ce livre paraît à la suite d’une table ronde qui s’est tenue les 12 et 13 mai 2011 à l’Université François Rabelais de Tours autour de ce sujet. Il réunit 18 articles très complets destinés à faire un état de la question sur la technique de construction en pan de bois entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle, et plus particulièrement aux XIIIe et XIVe siècles, pour lesquels ces structures sont relativement méconnues contrairement aux siècles suivants où elles étaient plus largement employées. Les articles suivent un parcours géographique en « S » des espaces et des villes étudiées, allant du nord-est jusqu’au sud-ouest : les Pays-Bas et la Belgique, l’Alsace et la Lorraine, les villes de Provins, Rouen et Laval, l’espace Angevin, trois villes ligériennes (Tours, Orléans et Blois), puis les régions de Bourgogne, de Provence et du Sud-ouest, et enfin les villes de Labruguière, de Sorèze et le Sud du Tarn.

Malgré des corpus de maisons en pans de bois parfois non exhaustifs pour certaines villes, faute de structures conservées représentatives d’une généralité, cette diversité géographique permet de dégager des continuités dans les méthodes de construction, mais également de repérer l’évolution des pratiques architecturales et les particularismes relatifs aux espaces et aux villes étudiées. De cette manière, il devient possible, à travers l’étude des constructions en pan de bois, de révéler certaines dimensions historiques, mais aussi les identités et les empreintes culturelles, politiques et économiques des territoires ou des commanditaires de ces maisons. L’intérêt majeur de l’ouvrage réside également dans la démonstration précise des typologies de structures en pan de bois et des techniques de leur mise en œuvre (systèmes de montage et d’assemblage des pièces de bois). Les auteurs emploient une terminologie scientifique reprise dans un glossaire en fin d’ouvrage et accompagnée de schémas explicatifs très précis (relevés archéologiques, vues axonométriques, propositions de restitutions des structures en trois dimensions, graphiques, tableaux et dessins)qui permettent de comprendre et de reconnaître les principes de construction des différentes familles de structures en pan de bois ainsi que leurs composantes. Par ailleurs, l’ouvrage est extrêmement riche en sources textuelles et iconographiques (documents d’archives, comptes, devis de construction, ordonnances en matière d’urbanisme, rapports dendrochronologiques, plans, photographies anciennes et récentes des maisons étudiées). Malgré les risques d’incendie fréquents qui ont généré à de multiples reprises les ordonnances visant à réduire les encorbellements – parfois même à remplacer totalement les ossatures en bois par de la pierre – la construction en pan de bois à cette période avait des avantages : solutions économiques qui limitent l’usage de la pierre, performances techniques, rapidité de mise en œuvre, caractère modulaire, réalisations sérielles, gain de surface habitable aux étages de la maison grâce à l’encorbellement. Le pan de bois était également utilisé dans le second œuvre (escaliers, galeries, coursières) et participait de cette manière aux distributions de l’espace, autrement dit aux circulations, à l’aménagement intérieur et aux cloisonnements de la maison.

Ces nouvelles recherches requièrent des approches pluridisciplinaires. Certes, l’archéologie du bâti permet de discerner les remaniements pluriséculaires des façades et de retracer leur historique (modifications, ajouts, suppressions ou reprises des pièces de bois, recouvrements par enduit ou badigeon) mais elle ne peut répondre seule aux questions posées. Il est important de replacer la construction en pan de bois dans un contexte global en croisant les sources textuelles, iconographiques, historiques, artistiques, économiques et sociologiques afin s’approcher au mieux de sa réalité. Ainsi, cet ouvrage aborde également la question de l’approvisionnement des villes en bois d’œuvre et de sa gestion à la fin du Moyen Age et au début de la Renaissance. Il apparaît en définitive que les ressources locales n’étaient pas les seules à être exploitées. À cette époque, le bois provenait également des forêts voisines ou lointaines par flottage. Enfin, la question de la décoration de ces structures, qui s’enrichit sensiblement à partir du XVIe siècle, est un point développé tout au long des articles. Les pans de bois étaient mis en valeur par des éléments ajoutés (moulures, sculptures, polychromie), par l’agencement des éléments en formes géométriques (grilles, losanges, croix de Saint-André) ou par le contraste des couleurs de matériaux employés. Ils ont une fonction décorative et ostentatoire destinés à montrer la richesse des propriétaires.

En définitive, ce livre sur la construction en pan de bois à la fin du Moyen Age et à la Renaissance a rempli avec brio ses objectifs principaux : faire le point sur le sujet en partageant les recherches récentes et inviter les générations futures de chercheurs à multiplier les études, les travaux universitaires, les campagnes archéologiques et les analyses dendrochronologiques afin de comprendre et de préserver au mieux les maisons à colombages qui témoignent de ces anciennes manières d’habiter et de construire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts