Archives pour la catégorie Lectures

Compte rendu: Circulation des idées et des pratiques politiques. France et Italie (XIIIe-XVIe siècle), études réunies par Anne Lemonde et Ilaria Taddei, École française de Rome, 2013 (Laurent Baggioni)

Circulation des idées et des pratiques politiques. France et Italie (XIIIe-XVIe siècle), études réunies par Anne Lemonde et Ilaria Taddei, École française de Rome, 2013 (Laurent Baggioni)

Penser la productivité historique de schèmes et de pratiques hybrides de la politique, tel est l’objectif de cet ouvrage. Se réclamant d’« une posture résolument empirique », les directrices de ce volume ont souhaité récuser l’usage de « notions figées et prédéfinies ». L’introduction, les dix-sept articles ainsi que la conclusion de Riccardo Fubini, explorent, à partir de problématiques diverses, presque autant de facettes de la pensée et de la pratique du pouvoir médiéval et offrent ainsi un témoignage de son inépuisable richesse.

Une première partie, « penser le pouvoir : la perception d’une altérité politique », affirme à la fois la communication et la relative imperméabilité des modèles politiques français et italiens. Élisabeth Crouzet-Pavan démontre, par une confrontation de sources italiennes et françaises, et à travers une attention particulière aux hiatus et aux décalages, que contrairement à une idée tardive, la République de Venise ne nourrit pas la réflexion politique française avant le XVIe siècle ; Patrick Gilli met au jour les caractères communs et les points de divergence, en France et en Italie, des lectures d’Aristote, autour des notions de cité et de citoyens ; de son côté, Guido Castelnuovo montre que les emprunts au De dignitatibus de Bartole dans le Songe du Vergier et le Somnium viridarii d’Evrart de Trémaugon ne vont pas sans de multiples adaptations à la réalité nobiliaire française. Deux articles portent enfin sur la pénétration des idées politiques italiennes dans la France du XVIe siècle : le premier, d’Ariane Boltanski, concerne la réponse de Louis de Gonzague aux accusations de machiavélisme et la façon dont elle définit une pratique anti-machiavélienne du pouvoir ; le second, de Joseph Balsamo, analyse dans les Essais l’intérêt critique porté par Montaigne à Guichardin du point de vue de sa vision du monde et de sa pratique d’écriture.

La seconde partie, « les dynamiques de l’échange », s’intéresse aux combinatoires institutionnelles qui permettent l’imbrication ou la friction de différents modèles politiques parfois antagonistes. Trois articles illustrent le caractère puissant et novateur des expérimentations politiques angevines entre le XIIIe et le XIVe siècle. Giuliano Milani développe ainsi l’idée que les relations de Charles d’Anjou avec les Communes italiennes, guidées par le souci de drainer des ressources économiques, ont conduit à un renouvellement des élites citadines à travers un processus d’aristocratisation, matériel d’abord, puis culturel. Anne Lemonde met en lumière la pluralité des modèles utilisés dans l’élaboration du cadre institutionnel du Dauphiné entre 1226 et 1349, en étudiant notamment l’inspiration napolitaine puis française à l’œuvre dans la politique d’Humbert II. Dans sa lecture du Journal de Jean Le Fèvre, Marion Chaigne-Legouy restitue l’acuité des tensions entre différents modèles politiques dans les négociations autour de l’inféodation du royaume de Sicile à Louis d’Anjou puis de la régence de Marie de Blois. Deux articles traitent ensuite du cas milanais : Pierre Savy évalue la prégnance du modèle français à Milan aux XIVe et XVe siècles, et éclaire la tension entre l’élaboration juridique de la souveraineté milanaise et les efforts diplomatiques d’un pouvoir sans cesse confronté à la possibilité d’une inclusion dans le royaume de France ; Letizia Arcangeli analyse de son côté les enjeux liés à la création d’un sénat par Louis XII en interrogeant le fonctionnement d’une institution censée garantir la liberté de Milan sous l’égide de la monarchie. Enfin, Sylvie Deswarte-Rosa démontre que l’usage du motif iconographique de la trinité tricéphale dans une édition lyonnaise de Pétrarque témoigne de la fidélité à Savonarole des marchands lucquois et florentins installés dans la cité française.

Après une première partie consacrée à la pensée politique et une deuxième partie centrée sur les questions d’élaboration institutionnelle, la troisième, « les discours du pouvoir », s’appuie d’abord sur les formes officielles d’expression du pouvoir. Les articles renforcent l’idée selon laquelle la complexité du langage politique médiéval interdit toute lecture taxonomique des modèles. Benoît Grévin, dans une ample étude, démontre que l’abondance des transferts de motifs rhétoriques d’une chancellerie à l’autre détermine un système référentiel commun, susceptible d’infinies variations, à l’image des mythes grecs. Enrica Salvatori, dans son étude des documents publics de Marseille au XIIIe siècle, montre qu’en dépit de nombreux échanges avec les marchands et les juristes venus d’Italie, le langage des institutions marseillaises répond à une recherche d’originalité. La fonction idéologique de certaines resémantisations culturelles apparaît par ailleurs dans l’étude de Laurence Ciavaldini Rivière où la tradition napolitaine de représentation de l’Apocalypse est analysée à partir de la construction politique d’un modèle de royauté sacrée. Les trois derniers articles abordent le discours du pouvoir par des voies autres que ses formes les plus solennelles : les peintres-magistrats siennois étudiés par Rosa Maria Dessì inventent, sous le gouvernement des Douze (1355-1385), une nouvelle forme de communication visuelle, accessible au plus grand nombre, dont on trouve un écho dans les fresques de la chapelle Saint-Martial à Avignon ; le parcours de Luigi Marsili retracé par Lorenzo Tanzini donne un nouveau relief à l’engagement politique et religieux du frère augustin : son expérience des milieux parisiens en a fait l’agent d’une vision autonome de l’Église florentine sur le modèle des ambitions gallicanes. L’analyse, par Ilaria Taddei, des lettres d’instruction émanant de la chancellerie florentine entre 1380 et 1430 révèle que ces textes en langue vulgaire réinvestissent certains motifs rhétoriques humanistes pour établir les termes d’un rapport contractuel entre Florence et la France, redéfinissant ainsi l’idéologie guelfe sur laquelle s’appuie l’oligarchie.

L’ensemble de l’ouvrage, fidèle à l’objectif annoncé, dresse un tableau infiniment plus complexe que le simple constat d’une influence réciproque entre deux aires culturelles. Riccardo Fubini complète le parcours en récapitulant les catalyseurs de l’échange : chancelleries, conseils, recherche de légitimités nouvelles. La matière historique est subtile mais décisive ; elle traverse les multiples entités politiques et les cadres communs de la culture européenne ; elle agit indubitablement sur les décisions des hommes et la destinée des États. Aux confins de l’histoire politique et de l’histoire culturelle, la recherche conduite dans ce volume contribue à renouveler non seulement notre vision de l’histoire politique italienne mais également la place qui doit être accordée à la culture dans l’écriture de l’histoire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Philippe Guignet (dir), Transmettre les valeurs morales. Des réformes religieuses du XVIe siècle aux années 1960, France et Belgique, Paris, Riveneuve éditions, 2013. (Régis Bertrand)

Philippe Guignet (sous la direction de), avec le concours de Philippe Martin, Transmettre les valeurs morales. Des réformes religieuses du XVIe siècle aux années 1960, France et Belgique, Paris, Riveneuve éditions, 2013, 375 p. Col. Actes académiques. (Régis Bertrand)

Comment ont été jadis et naguère inculquées à travers la société les « morales de l’obligation », religieuses puis laïques ? Cet ouvrage rassemble, outre l’introduction de Ph. Guignet, treize contributions (et non quinze comme l’annonce la p. 5) qui se situent au confluent de l’histoire de l’éducation, de la socialisation de l’individu et des rapports sociaux, de l’histoire culturelle, religieuse et des idéologies. Œuvres de chercheurs chevronnés et aussi de rédacteurs de master 2 prometteurs, elles constituent un ensemble fort riche, sur des régions aujourd’hui françaises et belges depuis longtemps fortement urbanisées. Issues d’un programme d’enseignement et de recherche, elles en conservent d’heureuses caractéristiques : leurs auteurs ont choisi d’insister sur les sources disponibles et leur propos n’a pas été trop strictement corseté en espaces-signes comme c’est souvent le cas.

La première partie est intitulée « Les valeurs morales post-tridentines ». A. Lottin tire parti de plusieurs types de sources ecclésiastiques, en particulier les catéchismes et les instructions aux prêtres, pour définir les grands types de prescriptions morales : éviter les péchés capitaux, pratiquer les vertus cardinales, observer les devoirs spécifiques de son état social. A. Walch précise les sources et les étapes historiographiques de l’étude de la morale conjugale catholique depuis le XVe siècle. Elle souligne à son tour la richesse des sources religieuses normatives, la caractéristique du XVIIe siècle étant l’éclosion de manuels de vie conjugale, œuvres de clercs marqués au siècle suivant par le jansénisme. Elle montre l’intérêt d’une approche historique des sources littéraires, dont les auteurs sont parfois des femmes, et aussi des sources du for privé. Deux types de sources très riches font l’objet d’études particulières. C. Dreze étudie les cantiques spirituels, écrits ou compilés en particulier par des jésuites, tel Guillaume de Pretere (1578-1626), dont le Paradis spirituel des voluptés, en flamand, est analysé. A. Fruchart détaille les valeurs sociales et morales inculquées par les quatorze catéchismes imprimés pour le diocèse d’Arras au XVIIIe siècle.

Dans une seconde partie, « L’éducation morale et religieuse par le livre et la presse », B. Poupry-Bouley présente un vecteur important de formation morale,  les divers types de livres de piété destinés aux laïcs qui constituent le plus grand ensemble d’imprimés religieux lillois des XVIIe et XVIIIe siècles. Les manuels de pratique spirituelle font place à la fin du XVIIe siècle aux recueils de prières et d’offices, cependant que se développe une littérature « d’édification chrétienne » – plus précisément, catholique ici. Les jésuites en sont souvent les auteurs et parmi eux figure le P. Jacques Coret (1631-1721), né à Valenciennes, dont l’Ange conducteur connut un succès considérable, détecté dès les années 1960 par les premiers travaux quantitatifs d’histoire du livre. Cl. Bruneel offre « quelques axes de recherche » pour l’approche du livre religieux au XVIIIe siècle dans le cadre des Pays-Bas autrichiens : catalogues de vente aux enchères de bibliothèques, inventaires après décès, liste de nouveautés, catalogues du fonds d’une libraire, annonces littéraires, livres de prix, catalogues des établissements d’enseignement et des communautés religieuses. A. Leleu étudie à travers les nombreux romans de Joséphine de Gaulle, grand-mère du général (1806-1885, selon l’auteur – la fiche data-BnF indique 1886), les représentations de Dieu, des valeurs de l’épouse et de la « bonne mort » exemplaire du catholique. J.-P. Visse retrace avec précision l’historiographie et l’histoire de la presse catholique, « école des adultes », dans les diocèses d’Arras et Lille.

Dans la 3e partie, « L’affirmation d’une morale républicaine à usage scolaire », la contribution de R. Grevet sur les livres scolaires de morale républicaine sous la Révolution concerne l’ensemble de la France, avec l’analyse des réponses au concours organisé par Grégoire en pluviôse an II, qui proposait la rédaction de deux manuels de morale, dont un pour les instituteurs, « sous les auspices de l’Être suprême ». La « régénération des mœurs » y est étroitement liée à l’instruction publique. K. Date étudie l’enseignement de la morale et son contenu dans le département du Nord sous la IIIe République dans les établissements publics et privés ; cette contribution soucieuse de reconstituer « l’atmosphère de la classe » utilise cette source majeure que sont les manuels scolaires ainsi que des travaux d’élèves conservés. C’est la vie et l’œuvre d’« un maître à penser des instituteurs » du début du XXe siècle qu’analyse J.-F. Condette, le recteur Jules Payot (1859-1940), agrégé de philosophie, militant de la laïcité et de la libre pensée, dont La morale à l’Ecole se retrouva au cœur de « la seconde guerre des manuels scolaires ».

« Quelle morale pour le XXe siècle ? » Th. Tellier étudie « l’éducation à la ville. Contraintes morales et usages sociaux de l’urbanisation ». Des initiatives des élites (le patronat du Nord), le socialisme municipal puis la politique sociale de l’État se sont efforcés à travers une action sur le logement de favoriser l’intégration à la ville des populations qui y migrent et la moralisation voire la promotion des « classes laborieuses », en particulier juvéniles. J. Pirotte s’interroge enfin sur la rupture dans la transmission dans les valeurs et croyances religieuses intervenue à la fin du XXe siècle et propose des orientations de recherche dans le cadre de la Wallonie et de Bruxelles.

Cet ouvrage se lit avec un intérêt soutenu. On regrette cependant que ne soient pas prises en compte les minorités religieuses. Cette approche de longue durée balise un aspect essentiel d’un vaste champ d’études qui devrait comprendre aussi l’appréciation des réussites et des échecs de ce grand effort d’inculcation de valeurs par les clercs et les instituteurs, alors que les sources policières et judiciaires révèlent résistances, déviances et refus. On se plaît à espérer que les directeurs et auteurs de l’ouvrage élargiront géographiquement et chronologiquement leur propos pour nous donner une histoire des valeurs morales et des comportements sociaux, sur le modèle de l’histoire du corps ou de l’histoire de la vie privée.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Comptes rendus : Registre des délibérations du corps de ville de Poitiers (éd. R. Favreau), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2015 (Boris Bove)

Poitiers, de Jean de Berry à Charles VII. Registre des délibérations du corps de ville n° 1, 2, 3 (1412-1448), Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2014, 462 p. ; Poitiers, de Charles VII à Louis XI. Registre des délibérations du corps de ville n° 4 et 5 (1449-1466), Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2014, 453 p. ; Poitiers sous le règne de Louis XI de 1466 à 1471. Registre des délibérations du corps de ville n° 5 (fin) et 6, Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2015, 416 p. (Boris Bove)

Les éditions de sources sont si rares en histoire urbaine, qu’il faut souligner le mérite qu’a eu Robert Favreau d’achever, plus de 30 ans après sa thèse sur La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, parue à Poitiers en 1978, l’édition des premiers registres de délibération de la ville. La commune de Poitiers date de 1199 et la ville conserve des titres anciens, mais n’a pas conservé de documents de comptes avant 1387 et de délibérations municipales avant 1412. Il demeure, en dépit de ce décalage classique entre cartulaires et documents de gestion, que les registres de délibération de Poitiers sont parmi les plus anciens des villes de l’Ouest. L’édition porte sur 7 registres, édités en 4 volumes (le dernier étant encore à paraître).

Les registres comprennent les listes des membres du corps de ville, c’est-à-dire 100 personnes désignées à vie parmi lesquelles est élu le maire. On suit de mois en mois la réunion des cent, avec le pointage des présents, des malades et des décès. On retrouve naturellement ces noms au fil des délibérations et il y a là la base d’une étude sociale des notables poitevins, amorcée par des notices biographiques à la fin de chaque volume de l’édition, qui dessinent la prosopographie de l’échevinage. On entrevoit aussi fugitivement les échelons inférieurs de la société urbaine à travers les distributions municipales de nourriture. Mais l’essentiel du volume consiste en des relevés de décisions relatives à la ville.

La série comporte des lacunes mais est relativement complète, ce qui permet de suivre la vie municipale sur un court XVe siècle, de 1412 à 1482, à un moment clé de la vie de la cité poitevine durant laquelle elle doit faire face à la guerre (fortification, ponts, guet, francs-archers), mais s’affirme en même temps comme une métropole régionale avec la fondation de l’université, puis le transfert du Parlement de Bordeaux. L’édition à la fin de chaque volume de pièces justificatives tirées des comptes ou des chartes de la ville apporte un éclairage utile aux délibérations. Mais l’index très précis montre que les registres de délibérations n’évoquent pas que les fortifications, le guet, les francs-archers, l’arsenal ou les impôts ; ils parlent aussi des rues, des paroisses, du chapitre cathédral, du Parlement, de l’horloge municipale, des petites écoles, des bouchers, des moulins, des ponts, de l’aménagement du Clain, etc. Certes ces documents ont servi à Robert Favreau pour faire sa thèse il y a presque 40 ans, mais gageons qu’il reste de la matière pour l’Histoire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Fabien Desage, Christelle Morel-Journel, Valérie Sala Pala (dir), Le Peuplement comme politiques, PUR, 2014. (Muriel Cohen)

Fabien Desage, Christelle Morel-Journel, Valérie Sala Pala (dir), Le Peuplement comme politiques, PUR, 2014, 386 p. (Muriel Cohen)

Alors que le Premier ministre Manuel Valls appelle à une « politique du peuplement pour lutter contre la ghettoïsation, la ségrégation »1, Le peuplement comme politiques tombe à point nommé. Cet ouvrage collectif est issu d’un colloque interdisciplinaire qui s’est tenu 2011, intitulé « le peuplement, catégorie insaisissable des politiques urbaines ». Les contributions sont en majorité celles d’urbanistes, sociologues et politistes, mais on compte également quelques historiens, géographes et même un philosophe. Les quelques documents présentés par les contributeurs sont pertinents et utiles, et la bibliographie en fin d’ouvrage est abondante. Les auteurs ont cherché à bien problématiser leur propos, puisque le livre est constitué de deux préfaces, une introduction générale, une introduction à chacune des quatre parties et enfin une postface.

Un des principaux enjeux de cette problématisation est la notion même de « peuplement », dont la traductibilité même est interrogée dans la première préface. L’absence de délimitation du terrain dans le titre, de même que celle des bornes chronologiques, s’explique par le choix d’interroger de façon large cette question. C’est notamment le cas dans la première partie « Gouverner les populations par l’espace », qui revient sur le contrôle des déplacements de population à l’échelle régionale dans des situations aussi variées que la Turquie, Israël et l’Algérie coloniale. Ce choix pose cependant question dans la mesure où il aboutit à une mise en équivalence, dans une perspective foucaldienne revendiquée, des entreprises de déplacements forcés en contexte guerrier ou colonial et des politiques urbaines contemporaines. La généalogie coloniale des politiques de peuplement (pourquoi se limiter au moment colonial et au XIXe siècle ?) n’apparaît néanmoins pas totalement convaincante (l’article de Luca Paltrinieri est véritablement intéressant mais reste totalement théorique). Si l’article de Fabien Sacriste a l’intérêt de montrer que derrière la volonté de lutter contre l’ALN, il existe également un véritable projet « civilisateur » au cœur de la politique des camps de regroupement, l’apport de la première partie à la réflexion sur les politiques urbaines contemporaines n’apparait cependant pas direct.

Celles-ci constituent en réalité le cœur de l’ouvrage. Dans les trois parties suivantes (fonction et usage des catégorisations, instruments des politiques de peuplement, politisation de la question du peuplement), le propos est totalement franco-centré, en dehors d’une incursion par le Vietnam (un article de Marie Gibert sur le carnet résidentiel) et d’une comparaison entre Paris et Londres (Lydia Launay sur les Key workers). Surtout, la question du peuplement est désormais abordée principalement sous l’angle des discriminations à l’égard des immigrés dans l’accès au parc social, de la rénovation urbaine et des enjeux de la mixité sociale. Peuplement s’entend alors comme « action visant à modifier ou maintenir [la] distribution [d’une population sur un territoire donné] en fonction de certaines caractéristiques sociales, ethniques, religieuses, sexuelles, ou autres » (p. 17). La plupart des articles sont des études de cas à partir de grandes villes comme Lyon, Paris ou Saint-Denis, mais certains apparaissent comme de véritables synthèses, comme celui de Christine Lelévrier « La rénovation urbaine, un re-peuplement des grands ensembles » ou celui de Renaud Epstein sur la « (Dé)-politisation d’une politique de peuplement : la rénovation urbaine du XIXe au XXIe siècle ».

La perspective critique retenue dans l’introduction générale apporte beaucoup dans un contexte où les politiques actuelles de rénovation urbaine ne sont guère discutées, alors même que l’idée de « mixité sociale » qui les guide pose véritablement problème. Elle part en effet de l’idée que les concentrations des classes défavorisées seraient par essence dangereuses, là où les « ghettos » de riches n’interrogent guère. Il peut néanmoins sembler problématique de n’aborder ces politiques urbaines qu’en termes de contraintes et de domination des classes populaires, alors même qu’elles cherchent bien dans certains cas à corriger les exclusions et ségrégations dont sont responsables les acteurs privés.

Le choix de n’apporter un éclairage historique que dans la quatrième partie, alors même que celui-ci montre que les politiques de peuplement n’ont pas toujours eu les mêmes objectifs, est à cet égard dommageable. L’article de Sébastien Jolis rappelle en effet l’importance de la loi ZUP de 1958 à l’origine de la construction de masse qui avait amené le PCF à désamorcer ses critiques sur la politique de construction gaulliste. Renaud Epstein revient quant à lui sur l’évolution des politiques de renouvellement urbain depuis l’hausmannisation. Tout en insistant sur le rôle qu’elles ont joué dans l’exclusion des couches populaires de Paris, il rappelle qu’il ne s’agissait pas de leur objectif premier, et que la rénovation de Paris dans les années 1960-1970 s’est accompagnée de programmes destinés à lutter contre l’insalubrité et faire accéder les plus mal-logés au parc social (il commet cependant un contresens en prêtant à l’arrêté d’octobre 1968 l’objectif de limiter l’accès des plus défavorisés issus des bidonvilles et cités de transit aux logements sociaux, alors même qu’il visait en réalité à l’accélérer face aux réticences des bailleurs).

Les discriminations à l’égard des « immigrés » sont abordées dans plusieurs articles, ce qui est en soi une très bonne chose. Mais les modalités de traitement de cette question conduisent certains articles à oublier les politiques nationales visant à améliorer leur situation à partir de la fin des années 1960, et surtout à un effacement de la question sociale en tant que telle. L’article de Christine Lelévrier montre pourtant qu’à l’échelle des programmes immobiliers les bailleurs eux-mêmes ont recours à des catégories plus fines que celles d’immigrés telles que « grandes familles immigrées » ou « petits ménages salariés ». Cédric David montre de son côté que la question ethnique est mobilisée négativement par la municipalité de Saint-Denis dans des contextes spécifiques, tels que la résorption des bidonvilles, ou la volonté de bénéficier de subventions pour des rénovations de son parc social, mais que le début des années 1970 est marqué par un accord entre politique nationale de stabilisation des familles étrangères par l’accès au logement social et politique municipale.

Les contradictions entre les politiques décidées à l’échelle nationale et leur mise en œuvre auraient enfin méritées d’être davantage soulignées en introduction, d’autant que de nombreux articles les soulignent en abordant les pratiques des bailleurs (Christine Lelévrier, Hélène Béguin), des élus (Cédric David, Mathilde Cordier), la mise en œuvre des lois (Pierre Edouard Weill) ou encore celles de leurs destinataires, les habitants (Marie Gibert).

En conclusion, cet ouvrage a l’intérêt, comme il le revendique, d’ouvrir un champ de recherche, et une partie des articles proposés sont de grande qualité. La perspective historique y apparait cependant quelque peu négligée, dans la mesure où les acquis de la bibliographie récente portant sur les années 1945-1980 sont insuffisamment pris en compte.

1http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/01/22/valls-veut-lutter-contre-la-ghettoisation-et-la-segregation_4561649_823448.html

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Cyril Courrier, La Plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, BEFAR 353, 2014 (Noëlle Géroudet)

Cyril Courrier, La Plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, BEFAR 353, 2014, 1031 p., 12 ill., 25 tableaux (Noëlle Géroudet).

Si la plèbe de Rome a fait l’objet de nombreuses études que Cyril Courrier rappelle dans une bibliographie copieuse et récente (jusqu’en 2011 ; p. 919-974), aucune jusque-là ne l’avait envisagée sous un angle aussi original. C’est une vraie thèse que le nombre de pages ne rend pas indigeste. Elle se lit aisément tant l’empathie de l’auteur avec son sujet est évidente et se présente comme un outil de travail avec une annexe copieuse (p. 745-916) qui correspond à une base de données répertoriant 295 actions collectives de la plèbe (accès libre http://actoz.db.huma-num.fr/fmi/webd ; mode d’emploi p. XI). Chaque action fait l’objet d’une fiche avec les indications de lieu, motif, caractères, modalités, terminologie, sources, bibliographie afférente. Cinq indices rendent la consultation aisée (979-1023) : index des sources, des noms propres, des toponymes, des matières (par thèmes, très utile), des actions collectives. Trente sept tableaux, croquis, plans, photos appuient la démonstration (p. 975-978).

L’auteur veut démontrer que pendant la période cruciale de la fin du IIe s. av. J.-C à la fin du Ier s. ap. J.-C., la plèbe de Rome, présentée essentiellement par une aristocratie méprisante comme un tout immature, affamé, prompte aux soulèvements, n’est pas ce lumpenproletariat totalement dominé, voire un antimonde privé d’identité, de culture, d’opinion politique. Cyril Courrier développe à cette fin une argumentation en trois parties. Dans la première (p. 21-293) il faut prouver qu’il existe bien une plèbe enracinée dans la Ville, pas seulement des immigrés permanents aux conditions de vie trop précaires pour se reproduire et par là, incapables de se forger une identité, a fortiori une culture. Le rôle des frumentationes est souligné dans la constitution d’un noyau favorisé : la plèbe frumentaire. Au quotidien, les plébéiens ont un horizon culturel limité au quartier d’un hectare environ, regroupant de 600 à 1 000 personnes, où l’on mène une vie de village, routinière, faite de solidarités et de mesquineries. La pratique d’un métier sert à mettre en valeur une forme d’honorabilité par le biais de la compétence pratique et théorique (1 470 inscriptions dépouillées dans le tableau 17). On voit se dessiner une plèbe complexe et stratifiée.

Aussi la seconde partie s’intéresse-t-elle plus précisément (p. 295-421) au groupe que les sources nomment plebs media. L’auteur démontre de façon convaincante qu’il ne s’agit pas d’une couche moyenne au sens actuel, mais d’un groupe « au milieu », entre les aristocrates et les autres, y compris les bénéficiaires des frumentationes dont son aisance l’exclut. Cette fraction a assimilé les normes et les valeurs aristocratiques en les modifiant pour en faire sa chose (p. 409 intéressante étude du motif du banquet couché) « incomplètement plébéienne, imparfaitement aristocratique ».

La troisième partie s’interroge logiquement sur le comportement politique de ces différents groupes (p. 423-726) pendant la période républicaine (chap. 6) et au début de l’Empire (chap. 7). Elle se lit en parallèle avec la base de données. À l’époque républicaine, la plèbe utilise les cadres légaux pour des révoltes essentiellement dirigées contre le Sénat et les magistrats. Par une sorte de pacte social, « la plèbe avait intégré les contraintes et les exigences d’une organisation sociale dans une norme de comportement ». Il est évident que l’instauration de l’Empire modifie les paramètres. Plus encore que sous la République, les sources sous-estiment et mésestiment (Juvénal) le rôle de la plèbe qui devient une entité floue (« foule », « peuple ») face au Prince et ajoutent à la construction du stéréotype « bon ou mauvais prince » un peuple calme ou en effervescence. L’auteur étudie comment se substitue progressivement au trio sénat, Prince, peuple, un face à face prince-peuple dans des lieux nouveaux mais avec un attachement précoce et sincère. Les différents moyens d’action du peuple et leur cause sont finement étudiés à travers toutes les manifestations : acclamations, rituels, cérémonies, violences, rumeurs. Dans cette partie, Cyril Courrier substitue au cliché habituel une image de la plèbe ayant une conscience politique, « elle avait un rôle à jouer et savait qu’elle avait un rôle à jouer ».

L’ampleur du travail ne saurait se résumer à ces quelques lignes. Aussi allons-nous mettre l’accent sur les principales caractéristiques qui en font la richesse, outre l’importance et la qualité des notes. L’historiographie du sujet est parfaitement maîtrisée ; non seulement l’auteur résume les différents points de vue d’une façon qui montre qu’il les a lus, mais il s’insère dans le débat (pas toujours élégamment, péché de jeunesse !). On citera entre autres (p. 7-125) la controverse sur l’UGE1 selon laquelle Rome ne serait qu’un tombeau insalubre et surpeuplé dont la population n’augmenterait que par immigration constante de ruraux. On citera aussi (p. 303-367) la discussion sur la plebs media lancée par Paul Veyne dès 2000 ou la nature de la République romaine (p. 431-437).

Le deuxième point fort de cette thèse est le recours à d’autres disciplines que l’histoire en particulier la géographie sociale, la sociologie, en recourant au concept de culture parfaitement défini (p. 4), aux comportements collectifs (p.123, 430), en étudiant la plèbe comme un groupe hétérogène mais avec une conscience « de classe » pourrait-on dire, incomplètement soumis à la culture dominante des aristocrates et qui développe ses propres codes. Le recours à l’informatique pour la constitution de la base de données permet seule de maîtriser l’ensemble des divers renseignements et de les croiser.

Il faut relever l’efficacité de l’exploitation des sources traditionnelles connues ou négligées : les tableaux pour tenter d’évaluer la part de « pouvoir d’achat » que libèrent les frumentationes (p. 50), le tableau 10 qui permet d’évaluer la quantité d’eau par habitant/jour. Le croisement des textes et de l’épigraphie produit de remarquables pages sur la structure des tribus (p. 316-335). L’auteur fait preuve d’une extrême prudence dans le maniement des sources en rappelant leurs spécificités : faible nombre, hostilité toute aristocratique des auteurs et fréquente reconstruction des événements. L’iconographie n’est pas oubliée : étude des gestes du travail (p. 367 et suiv.), du thème du Totenmahl (p. 411). On peut s’étonner d’ailleurs de l’absence de photos.

On regrettera que les affranchis citoyens romains ne soient pas plus clairement associés à la culture de cette plèbe ou que le rôle du patronat soit mieux pris en compte. De même aurait-il fallu ne pas nier complètement la possible manipulation de ce groupe (juste évoquée). Ces restrictions n’enlèvent rien au plaisir que l’on prend à côtoyer et mieux connaître les « Romains ordinaires ». N’est pas ce qui fait le bon historien ?2

1 Urban graveyard effect

2 « Le bon historien ressemble à l’ogre de la légende. Là où il sent la chair humaine, il sait que là est son gibier » Marc Bloch€

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Jean-Yves Andrieux (sous la direction de) Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes-Cités d’art de Bretagne, 2014 (Yann Lignereux)

Jean-Yves Andrieux (sous la direction de) Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes-Cités d’art de Bretagne, 2014, 383 p. (Yann Lignereux)

Le volume dirigé par Jean-Yves Andrieux est un objet historiographique hybride dont l’intérêt s’appuie tout autant sur la remarquable iconographie dont il bénéficie que sur une science historique solidement charpentée. L’ouvrage est divisé en quatre parties chronologiques dont la responsabilité a été confiée successivement à Yvan Maligorne, Yves Coativy et Daniel Pichot pour la « Naissance de la ville », à Georges Provost, André Lespagnol, Jean Martin, Gauthier Aubert et Guy Saupin pour la période courant « De la ville médiévale à la ville classique », à Pascal Burguin, Claude Geslin, Gérard Le Bouëdec et Jean-Yves Andrieux pour « La ville du XIXe siècle », et, enfin, à Philippe Bonnet, Patrick Dieudonné et Daniel Le Couédic pour « La ville du XXe siècle ». Davantage encore que cette double qualité, le livre de Jean-Yves Andrieux retient toute l’attention du lecteur par le militantisme dont il fait preuve en ce sens qu’il bat en brèche l’idée confusément partagée que la Bretagne, pays de marins héroïques et de paysans immémoriaux, ne pourrait fondamentalement pas être une terre de villes et de citadins. Ce caractère démonstratif et sa qualité de « beau livre » sont redevables d’un projet porté autant par l’association « Petites Cités de Caractère de Bretagne » que par l’union des « Villes d’art et d’histoire et des Villes historiques de Bretagne » qui ont conjugué leurs efforts et ont su s’adjoindre la maîtrise éditoriale des Presses Universitaires de Rennes. Ouvrage politique à plus d’un titre donc, objet patrimonial remarquable, c’est un livre d’histoire surtout qui embrasse la chronologie – du second âge du fer au XXIe siècle – du fait urbain breton à même de convaincre de l’inanité de l’imagerie fantasmée d’une Bretagne où la Ville ne pourrait jamais être autre chose qu’une cité submergée par les flots, telle Ys des légendes, ou l’horizon incertain de campagnes suffisantes dans un rapport qui se limiterait à unir la terre et le Ciel. Il se veut, enfin, la démonstration d’une conjugaison régulièrement déclinée tout au long de cette vaste chronologie de la modernité bretonne, celle du radôme de Plemeur-Bodou et du tourisme contemporain des villes patrimonialisées comme celle des modélisations urbaines des Lumières et des bourgs fortifiés du XIIIe siècle. Cette inscription dans la contemporanéité est particulièrement sensible dans la part belle donnée simplement en termes de pagination au siècle passé mais également dans la construction intellectuelle de l’ouvrage qui clôt le séquençage chronologique par une cinquième partie confiée à Patrick Harismendy et Jean-Bernard Vighetti embrassant « La ville symbolique : de l’Ancien Régime au XXIe siècle » et dont le titre de la seconde séquence est, dans sa partie finale, comme la bannière sous laquelle s’est rangée toute l’entreprise éditoriale : « la ville retrouvée ». L’ampleur tant chronologique que thématique de l’ouvrage empêche, comme bien souvent pour ce genre historiographique, de procéder à un compte-rendu aussi précis qu’exhaustif mais je voudrais, pour le conclure, conjurer l’effet possible sur le lecteur des lignes qui précèdent d’un propos ne pouvant intéresser qu’en priorité les contemporanéistes. Les quatre périodes chronologiques sont bien au cœur de l’ouvrage et le temps long de la ville côtoie le ré-enchantement urbain actuel et les recompositions mémorielles contemporaines dont le livre souhaite être, tout à la fois, le témoin et le chantre. L’historien également de son propre projet puisque le livre se clôt sur l’ample travail accompli à partir des années 1990 par les maîtres d’œuvre de l’ouvrage afin de mettre en scène une richesse urbaine dont la méconnaissance en termes d’intérêts patrimoniaux et touristiques était flagrant jusqu’à la fin des années 1970. Un ouvrage bel et bien politique donc car au-delà des chapitres attendus sur la pax romana, la renaissance bretonne du XIIIe siècle, la ville parlementaire et les cités idéales des intendants et des ingénieurs des Lumières comme des reconstructions de la seconde moitié du XXe siècle, le spectacle déployé au long de ces 300 pages est d’abord la reconnaissance d’une éducation du regard pour continuer à faire de la cité un espace à « faire partager à tous », affirmation d’une ambition avec laquelle s’achève la dernière phrase du volume lui-même.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Vanessa Caru, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin/Recherches, 2013, préf. de Jacques Pouchepadass (Jean Lorcin)

Vanessa Caru, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin/Recherches, 2013, préf. de Jacques Pouchepadass, 412 p. (Jean Lorcin)

Cette thèse de doctorat d’un chercheur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales issu de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon vise un double objectif1.

Tout d’abord, elle souligne le déplacement des conflits sociaux des usines, dans une ville vouée à l’industrie du coton, aux logements sociaux, qu’ils soient édifiés par le patronat ou par l’État. Le patronage d’E. P. Thompson légitime cette approche, qui met au premier plan les servitudes de la vie quotidienne. Ce déplacement rappelle, sous nos latitudes, le transfert des luttes du Parti communiste de la cellule d’entreprise à la cellule de quartier. Á Bombay, les communistes, pour échapper à la répression, transfèrent leurs réunions des sections d’usine (mill committee) dans les cours des immeubles sociaux (p. 258-259). Cette évolution est allée de pair avec la reconnaissance du rôle des femmes, ici peu développé. Cette lacune ne laisse pas de surprendre à une époque où la gender history anglo-saxonne fait prime sur le marché des idées. Elle peut s’expliquer par la marginalisation bien réelle de la femme dans un contexte religieux hindouiste ou musulman. Il n’est que de voir l’importance accordée par les locataires à la ségrégation des femmes dans un espace réservé, quitte à couper en deux l’unique pièce du logement par un mur à mi-hauteur, au risque de plonger « la partie de la pièce la plus éloignée de la fenêtre dans une obscurité permanente », objectait le Land Manager du Bombay Developpment Department2 qui gérait les logements sociaux construits par l’Etat à partir de 1919.

L’expression « des toits sur la grève » prend alors tout son sens. Ce transfert de luttes sociales de l’usine au logement est le fait d’une politique délibérée du patronat, qu’il ait le soutien du pouvoir colonial ou des nationalistes du Parti du Congrès, au pouvoir après la Seconde Guerre mondiale, avec l’Indépendance. Il s’agit d’enrayer le mouvement social par des réformes sociales qui portent non sur le salaire minimum, objet principal d’une revendication ouvrière qui se heurte à l’opposition frontale de patronat, mais sur le loyer. Sur ce terrain, en effet, l’Etat, colonial ou national, peut relayer les patrons d’usines en construisant des logements sociaux. C’est le reflet des politiques métropolitaines de lutte contre les slums, le taudis, avec les cités-jardins anglaises, les HBM françaises, etc. Cette politique sociale réformiste favorise une classe moyenne ouvrière dont les autorités patronales ou coloniales s’efforcent de dissocier le sort de celui de la masse misérable qui reste confinées dans des taudis. L’auteur se réclame, ce faisant, de Gramsci, qui a théorisé cette stratégie patronale de division de la classe ouvrière par son embourgeoisement social, culturel et politique auquel contribuaient même les nationalistes. Ils luttaient contre des pratiques populaires comme les festivités accompagnées de chants religieux (p. 273) avant de les récupérer en les colonisant, tout comme les gymnases où l’on s’exerçait à la « lutte » traditionnelle (p. 309), aux mains jusqu’alors de mafias locales. Pour autant, la gauche du parti du Congrès, avec Nehru, se montrait fort critique à l’égard de la rente de situation des propriétaires qui accaparaient le pouvoir municipal, les candidats aux élections municipales devant assurer seuls le coût de leur campagne électorale, ce qui ne pouvait que favoriser les classes possédantes (p. 316). Ce transfert du terrain des luttes de l’usine au logement n’a pu qu’être accentué par la désindustrialisation de Bombay après 1950.

Le deuxième apport original de la thèse de Vanessa Caru n’apparaît qu’in fine, avec la description des premières années de l’Indépendance : c’est relativiser la portée de la « décolonisation ». Les autorités de l’Empire britannique sur son déclin ont partie liée avec les nationalistes bourgeois du Parti du Congrès, le parti de Gandhi, face à l’agitation ouvrière naissante, après avoir tenté en vain d’en freiner les progrès en utilisant la surenchère socialiste. Les autorités coloniales ont fini par ménager les nationalistes bourgeois et faciliter leur accès au pouvoir lorsqu’elles se sont senties menacées par l’agitation sociale. « Nos intérêts se touchent », disait une caricature tunisienne au lendemain de l’Indépendance : on voyait en effet sur le dessin se coller l’une à l’autre les bedaines respectivement du colon coiffé d’un casque colonial et du notable local coiffé d’une chéchia. C’est une illustration de la relativisation du saut qualitatif de la décolonisation qu’illustre, ailleurs, par exemple, la permanence de la « Françafrique ».

Comme on le voit, cette thèse vise à mettre en question un certain nombre d’idées reçues, la réduction des luttes sociales à la question du salaire, sur le terrain de l’usine, la révolution qu’aurait représenté la décolonisation. Cela ne rend que plus regrettable de voir bien souvent ces conclusions explicitées clairement seulement en conclusion des chapitres et du livre. En effet, le plan chronologique choisi par l’auteur, neuf chapitres, neuf périodes, disperse gravement l’intérêt. Un exemple : la description des effets pervers du culte de la vache, introduite dans les logements sociaux contre tous les règlements, qui ne tolèrent que les chats, témoigne de la permanence de certaines pratiques comme « l’utilisation de la bouse de vache » pour « laver » les sols, attestée en 1904 comme au début des années 1920 (p. 239). Il en est de même de la place faite au logement social, réduit à une seule pièce, avec une moyenne de sept habitants, les sous-locataires étant tolérés : cela reste la norme du début du XXe siècle (p. 147 et 165) aux années 1950 (p. 336) ! Il en est de même des conditions d’hygiène, l’afflux des populations pendant les deux guerres mondiales qui ont créé un large appel de main-d’œuvre, n’ayant fait que les aggraver. L’approvisionnement en eau laissait toujours à désirer, les ordures continuaient de s’entasser au voisinage des cités : « Les enfants s’amusent beaucoup à fouiller dans les tas de déchets pour y trouver des bouts de tissu, de papier, de bois, de boîtes de conserve, etc. », déclarait une travailleuse sociale encore en 1946.

Il aurait donc été préférable de choisir un plan thématique, quitte à faire précéder le développement par un simple tableau chronologique croisant l’événementiel politique avec les mutations urbaines, comme le passage du bois et de la brique au béton armé (p. 46, n. 1 et p. 152) dans la construction des logements sociaux ou l’investissement des banlieues par le logement ouvrier.

La reproduction photographique des plans successifs de la ville de Bombay est pleine d’intérêt, mais, compte tenu du format adopté, nous rend difficile la lecture sans loupe. Il eut fallu souligner les grandes étapes du développement du logement social par des croquis illustrant, par exemple, la liaison de sa localisation avec celle des usines et avec le réseau des moyens de transport publics.

Ces réserves faites, il n’en reste pas moins que cette thèse, appliquée à un domaine exotique mal connu des chercheurs français – l’essentiel de la bibliographie, à part quelques références à Annie Fourcaut, Roger-Henri Guerrand, Jean-Pierre Goubert ou Alain Corbin, est anglo-saxon ou indien – apporte une ouverture originale sur le lien entre les luttes sociales et l’urbanisation applicable à l’ensemble des villes coloniales, en particulier en Afrique francophone.

1 Vanessa Caru a reçu pour sa thèse le prix de la SFHU en 2011.

2 27 juillet 1923, cit. p. 204, note 1.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Marc Boone, Martha Howell (eds) The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Studies in European Urban History n°30, Turnhout Brepols, 2013 (Cléo Rager)

Marc Boone, Martha Howell (eds) The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Studies in European Urban History n°30, Turnhout Brepols, 2013 (Cléo Rager)

Depuis la parution de La Production de l’espace en 1974, les travaux d’Henri Lefebvre irriguent les recherches des historiens et particulièrement des historiens de l’urbain. Dans ce contexte, cet ouvrage, issu de deux ateliers qui se sont tenus en 2008 à Lyon et en 2010 à New York, revient sur les liens entre pouvoir et espace dans les villes européennes. Édité par Marc Boone et Martha Howell, ces 13 contributions s’inscrivent dans la lignée des études comparatives entre les villes du Nord de l’Europe et d’Italie à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. L’histoire des villes y est d’abord l’histoire des contestations, de l’appropriation et de l’interprétation de l’espace.

En introduction, M. Boone rappelle la distinction due à H. Lefebvre concernant notre rapport à l’espace entre le perçu (la pratique sociale de l’espace), le conçu (les théories de l’espace) et le vécu (les représentations de l’espace associant usages et images), autant de notions qu’il articule aux questionnements d’Henri Pirenne sur les politiques ayant donné naissance aux villes : comment l’espace produit, contraint et définit le pouvoir, politique et économique ? M. Boone précise ensuite les cinq parties structurant le volume : l’appropriation de l’espace, la production d’usages et de significations spatiales par les pratiques économiques et sociales, l’enjeu politique du contrôle des espaces, les liens entre rituels et espace et, enfin, la création et la mobilisation de l’espace par les fictions.

En premier lieu, Marco Vencato montre que la production de l’espace est également une production de perceptions et d’expériences à travers les stratégies spatiales princières à Naples depuis le pape Nicolas V (1447-1455). Le désordre apparent de la ville n’est en rien le résultat d’une absence de projets urbanistiques mais une construction des princes qui peuvent ainsi mieux contrôler la population urbaine. La production de l’espace ne peut alors se comprendre que dans la complexité des rapports de pouvoir. Chloé Deligne, étudiant la constitution des places centrales dans les Pays-Bas, rappelle quant à elle que les marchés étaient souvent détenus et contrôlés par des acteurs privés. La centralisation et l’élaboration de places de marché sont tout autant le résultat du succès d’une élite politique et économique qu’une consolidation du pouvoir communal.

Les luttes pour le pouvoir dans la ville sont ainsi nécessairement des luttes pour le contrôle des espaces, parfois selon des modalités violentes. Ainsi en est-il aux Pays-Bas où les citadelles construites dans la ville par les ducs de Bourgogne et les premiers Habsbourg sont comparés par M. Boone à des « œufs de coucou » dans un nid étranger ; l’insertion du prince dans la fabrique de la ville se fait par la construction, la destruction ou l’appropriation des signes de l’autonomie urbaine. Jean-Baptiste Delzant met à jour un processus similaire lorsqu’il décrit les efforts des princes pour s’imposer comme fondateurs des cités qu’ils dominent. Grâce à l’invention d’une origine qu’elle dit partager avec la ville gouvernée, la famille dominante prétend exercer sur cette dernière un pouvoir naturel, à l’exemple des Trinci à Foligno. L’auteur observe également le réinvestissement seigneurial de lieux communaux : les Trinci élisent résidence dans le palais des chanoines, près de la place de la commune. Toutefois, cette affirmation ne se fait pas sans résistance et la communauté protège ses lieux symboliques et ses institutions, obligeant les seigneurs à en prendre soin : à Fabriano, le podestat ne doit ni affaiblir l’édifice du palais communal ni en changer l’agencement intérieur.

Ainsi, l’ouvrage rappelle à juste titre le rôle joué par l’espace urbain dans ces évolutions. Il n’est en rien un décor, un donné malléable que les gouvernants pourraient modeler à leur guise. À Lucques à la fin du XIVe siècle, Diane Chamboduc de Saint Pulgent montre que si l’espace économique, cadre de l’expression de l’autonomie des différents acteurs, devient un enjeu politique primordial pour les autorités urbaines, ces dernières ont toujours un temps de retard sur les acteurs du commerce et de l’industrie. Leur tentative de rationalisation d’un espace économique en crise se heurte à la multiplication des juridictions concurrentes et à l’internationalisation des processus de production. De même, Élisabeth Crouzet-Pavan et Élodie Lecuppre-Desjardin mettent en lumière dans leurs articles les renouvellements interprétatifs permis par l’étude de la dimension spatiale des rituels judiciaires. L’espace n’est jamais secondaire dans les châtiments et il peut même être un acteur à part entière dans la cérémonie, comme lors des rituels de réparation après la profanation d’une image sainte à Venise : c’est le lieu même du crime qui est concerné car, directement ou indirectement, c’est l’espace qui a été touché. L’étude du bannissement aux Pays-Bas par É. Lecuppre-Desjardin révèle le rôle de ce dernier dans la cohésion de l’espace urbain. La prononciation et l’exécution du jugement ne relèvent pas seulement de l’exercice de la justice mais permettent aussi l’expression symbolique de la communauté dans son espace.

Les rituels religieux jouent une fonction similaire et l’espace devient alors porteur de fictions que mobilisent le langage et les actes. Henk van Nierop étudiant la procession du Saint Sacrement à Amsterdam au XVIe siècle montre comment les rituels religieux donnent à l’espace un sens sacré et civique, utilisé ou rejeté par chaque communauté religieuse. Du côté français, l’espace décrit par Denis Crouzet est saturé de significations religieuses : pour les catholiques, la représentation de leur ville renvoie autant à la cité assiégée par l’hérésie qu’à l’espace de la cité terrestre où se joue le devenir de la Cité de Dieu, dont la puissance de mobilisation entraîne l’appel à la vengeance et la théâtralisation de la mise à mort de l’hérétique : son corps est déplacé dans la cité, rendant ainsi publique la réappropriation sacrale de l’espace. C’est alors toute la ville qui devient langage, cité « vivante » où la violence anime l’espace en des manifestations destinées à Dieu. La hiérarchie des lieux repose aussi sur des fictions. L’histoire de la translation de la Vierge d’Anvers à Bruxelles est l’instrument de légitimation de la domination de Bruxelles sur les autres villes du Brabant (puis des Pays-Bas) et Claire Billen révèle ainsi les mécanismes narratifs permettant l’accession de cette ville à une centralité symbolique créatrice.

Le grand mérite de l’ouvrage est par conséquent de combiner points d’observation, échelles, temps et espaces pour aboutir à une réflexion stimulante sur les rapports entre espace et pouvoir. Les défauts d’édition n’en sont que plus regrettables : nombreuses coquilles, reproductions médiocres, absence d’index, de résumé des communications, de table des illustrations et de conclusion, qui auraient pourtant aidé la lecture d’un ensemble aussi foisonnant.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Cet ouvrage, édité par Jean-Louis Roch, réunit les interventions des participants à une journée d’études organisée par le GRHIS (Groupe de Recherche en Histoire-Université de Rouen) le 14 décembre 2012. Il complète la reprise des études sur le tabellionage ces dernières années et s’inscrit dans un mouvement visant à sortir de l’ombre ces registres de tabellions souvent délaissés par les chercheurs car incomplets. Ce livre tient à rappeler que le tabellionage n’est pas un sous-état du notariat méridional. S’il est vrai que les fonds normands ne peuvent égaler la richesse des fonds notariés provençaux ou catalans, ils permettent, néanmoins, d’approcher de manière différente la société et l’économie médiévale et viennent souvent compléter les acquis apportés par les comptabilités ou les documents législatifs. De plus, le tabellionage normand présente des caractères particuliers (séparation des biens meubles et immeubles, peu de testaments et d’inventaires après décès enregistrés) qu’il est intéressant de découvrir grâce à ce volume.

L’intérêt de cet ouvrage tient également à son encrage urbain. Les différents chercheurs se sont appuyés sur les registres des villes et petites villes de Normandie ou pour certains plus largement de l’Ouest du royaume de France, proposant ainsi d’utiliser les registres de ces officiers pour apporter des connaissances nouvelles sur la société urbaine, son organisation, son fonctionnement.

La première partie de ce livre est consacrée à la nature des registres et au rôle des tabellions. Avant de s’intéresser au contenu de ces sources, il est en effet indispensable de comprendre leur réalisation, leur valeur et leur histoire. Il est vain de vouloir étudier les hommes et les activités d’une ville par le biais des registres de tabellions sans avoir auparavant analysé le travail de celui qui rédige ces actes et les conserve. L’article d’Isabelle Bretthauer présente justement l’organisation des registres de tabellionage et l’histoire de l’enregistrement des actes. Elle relève de manière judicieuse les différences de termes utilisés en Normandie et montre tout l’intérêt (notamment financier) qu’ont les commis ou les successeurs à conserver ces registres. Philippe Cailleux s’intéresse, quant à lui, aux prix des actes, en comparant les textes officiels (l’ordonnance de réformation de Philippe le Bel de 1303 et un arrêté du Parlement de Rouen de 1519) aux sommes présentes sur les actes. Ces premières recherches montrent une certaine conformité des prix entre les deux types de sources, tout en sachant que certains suppléments étaient demandés aux clients, notamment lorsque les actes étaient passés en dehors de l’office du tabellion. Les tarifs évoluaient donc en fonction du type d’acte et du travail du tabellion, il comprenait le sceau, le registre et le travail d’écriture. Jean Thibault s’intéresse aux notaires et tabellions d’Orléans et de Nevers et rappelle l’écart considérable entre le travail de ces hommes, leur carrière, leur personnalité, qui restent inconnus ou méconnus et leurs minutes qui sont utilisées par les chercheurs depuis des décennies. Orléans offre la particularité d’être une ville universitaire, où les notaires recevaient un enseignement de droit civil. Il soulève également la question d’une pluriactivité de ces individus au regard des revenus modestes tirés de ce travail. A Nevers, il est plus difficile d’identifier les tabellions compte tenu de dénominations multiples et d’un fonds documentaire beaucoup plus restreint. Enfin, il rappelle la chaîne opératoire de la rédaction d’un acte, de la prise de note sur feuille volante devant le client à la rédaction du registre. Virginie Lemonnier-Lesages propose une approche différente en s’intéressant à la séparation des biens des époux dans les actes de mariage et aux mentions de droit de remport, permettant à la veuve de récupérer la moitié des biens acquis durant le mariage.

La deuxième partie de l’ouvrage présente quelques domaines de recherche pour lesquels l’étude des registres de tabellionage apporte des éléments significatifs. L’histoire des villes en fait partie, les documents conservés étant majoritairement urbains. Denise Angers se consacre à l’histoire de Caen à la fin du Moyen-Âge. Vingt-huit registres, parfois lacunaires, ont subsisté, couvrant la période 1380-1500, bien que le tabellionage soit plus ancien. Elle effectue deux sondages, l’un dans le premier registre conservé, le seul comportant des biens meubles, apportant ainsi des données pour l’histoire économique et industrielle de la ville, et l’autre dans quelques registres de la deuxième moitié du XVe siècle, permettant par exemple de suivre des individus, notamment les bourgeois, qui viennent régulièrement faire enregistrer des actes. Philippe Levaudel a consacré son étude aux conseillers de Rouen qu’il recherche dans les registres de tabellionage où il peut accumuler des informations sur leur personne et leur fortune immobilière. Il rappelle à juste titre les problèmes liés à l’identification des individus et particulièrement l’homonymie. Bruno Sintic s’est consacré aux petites villes (Louviers, Vernon, Neufchâtel, Montivilliers, Eu, Pont-Audemer), bien que peu de registres soient conservés pour le XVe siècle (seulement cinq), ils sont plus abondants au XVIe. Il présente différentes figures telles que le bourgeois ou le noble et relève les mentions professionnelles et les ventes de produits dans le but d’éclairer la société urbaine et le travail. Alain Sadourny s’appuie sur trois registres rouennais pour étudier les transactions commerciales dans la ville à la fin du Moyen Âge (blé, vins, poisson, poids, laine). Enfin, Philippe Lardin a relevé les contrats d’apprentissage et les contrats d’allouement pour les valets afin de proposer une étude de cas. Il éclaire ainsi les modalités de mise en apprentissage, l’origine géographique des apprentis le coût de l’apprentissage, sa durée et le salaire des ouvriers.

En somme, les deux moments de cet ouvrage se complètent pour proposer une première ébauche de l’étude du tabellionage normand et des possibilités de recherches à partir de cette source particulièrement riche, bien que souvent très lacunaire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Sébastien Hamel, La justice dans une ville du Nord du royaume de France au Moyen Âge. Etude comparée sur la pratique judiciaire à Saint-Quentin, Turnhout, Brepols, 2011, 411 p. (Julie Pilorget)

Sébastien Hamel, La justice dans une ville du Nord du royaume de France au Moyen Âge. Etude comparée sur la pratique judiciaire à Saint-Quentin, Turnhout, Brepols, 2011, 411 p. (Julie Pilorget)

L’ouvrage de Sébastien Hamel, issu de sa thèse soutenue en 2005, nous plonge dans les rouages du système judiciaire urbain en formation au bas Moyen Âge. L’auteur, dont l’étude se place dans la lignée des travaux de Claude Gauvard qui a encadré sa thèse, se propose d’étudier la justice comme phénomène social, par le biais des hommes qui permettent son exercice. S’appuyant sur la richesse du fond documentaire de la ville de Saint-Quentin renfermant de nombreux chirographes pour les XIIIe et XIVe siècles, Sébastien Hamel met en lumière dans cet ouvrage la multiplication des auxiliaires de justice à la fin du Moyen Âge dont la présence, tout en renforçant les liens de sujétion avec le roi, favorise également l’émergence d’une justice municipale. Il tend ainsi à combler le manque des études réalisées sur la question depuis plus d’une vingtaine d’années, peu de chercheurs s’étant jusqu’alors intéressés à la composition de ce personnel judiciaire. Il replace l’apparition de ces nouveaux officiers municipaux dans le cadre du « polysystème judiciaire complexe » que constitue alors la ville médiévale, sur laquelle règnent également les justices seigneuriale, ecclésiastique et royale. L’auteur revient ainsi sur la manière dont l’exercice de la justice en ville a pu dans le même temps favoriser la sujétion des pouvoirs municipaux au pouvoir royal et renforcer les échanges entre les deux entités sur la base de l’échange de services consentis.

Organisé autour de trois parties, elles-mêmes divisées en trois chapitres, l’ouvrage commence par revenir en détail sur la formation des institutions judicaires, avant d’étudier dans un second temps les interactions de cette justice municipale avec les autres juridictions présentes dans la ville, et d’interroger pour finir le fonctionnement concret de la justice municipale.

La première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à l’analyse des circonstances donnant lieu à l’apparition de la commune au XIe siècle, puis à sa transformation en juridiction au tournant des XIIe-XIIIe siècles. « Commune de justice » dès ses origines, tournée vers l’entraide, la fraternité et la solidarité, il faut cependant attendre l’entrée de la ville dans le domaine royal en 1213 pour que se structurent en son sein de véritables pouvoirs judiciaires. C’est entre les règnes de Philippe Auguste et de Louis IX, qu’un nouveau droit municipal semble progressivement apparaître. Une multitude d’offices fortement hiérarchisés se développent alors, avec placés à leur tête, le maire, les jurés et les échevins. Selon l’auteur, ce gouvernement oligarchique reste sur l’essentiel de la période aux mains d’une douzaine de familles se partageant successivement les rênes du pouvoir. Cependant, si l’action de ces familles issues de la haute bourgeoisie est bien documenté par les sources, comme l’appuient divers documents en annexe, les choses sont bien différentes concernant le recrutement hétéroclite des petits officiers. Quelques lignes sont toutefois consacrées par l’auteur à l’ensemble de ces offices mineurs qu’il s’agisse des prud’hommes d’enseignes, des techniciens du droit ou encore du petit personnel de police et autres sergents.

Cela établi, l’auteur entend revenir sur le rôle des justices urbaines concurrentes dans l’émergence de ce système judiciaire proprement municipal, à savoir les justices féodale, ecclésiastique et royale. Tout d’abord, force est de constater que sur la période étudiée, l’histoire des relations entretenues entre le roi et les justices municipales est faite en majeure partie d’affrontements. Ainsi après une phase de réforme sous Louis IX et de collaboration sous Philippe III et Philippe IV, suit un temps d’instabilité et de réajustements sous le règne de Philippe V. La confiscation par ce roi de la commune en 1317, marque profondément les habitants. Elle leur est toutefois rendue dès 1322 par Charles IV, mais la situation reste encore délicate sous les deux rois successifs. Selon l’auteur, les rapports entretenus entre la ville et le roi se pacifient toutefois sous Charles VI, règne sur lequel s’achève d’ailleurs cette étude, alors que le développement des juridictions est considéré par l’auteur comme achevé. Suit l’analyse des rapports entretenus avec les justices féodales. L’étude de différents fiefs intra-urbains confirme le processus de disparition de la seigneurie banale à la fin du Moyen Âge, déjà mis en avant par de nombreuses études, sous l’action conjuguée de la commune et du roi. Il semble que dès Louis IX, les anciens officiers comtaux ne présentent plus de réelle menace pour l’exercice de la justice commune. Incarnées essentiellement par le chapitre collégial de Saint-Quentin et l’évêque de Noyon, les autorités ecclésiastiques vont quant à elles constituer des rivales plus tenaces. Les relations entre la ville et ces juridictions oscillent tout au long de la période entre coopérations et querelles de juridictions inextricables. Ancienne cité épiscopale, la ville attire tout au long du Moyen-Âge les largesses des puissants, renforçant l’ancrage des autorités religieuses dans la ville. Toutefois, l’appui du roi permit à la commune de venir également à bout de cet adversaire à la fin de la période.

Enfin, Sébastien Hamel consacre la dernière partie de son ouvrage à l’examen du fonctionnement concret de la justice municipale, rendue par l’entremise de deux tribunaux, échevinal et communal, réunis seulement en 1362 au sein d’un « tribunal de la ville ». Bien que tout au long de la période, la ville soit restée attachée au vocabulaire coutumier de haute, moyenne et basse justice, l’auteur reprend les catégories modernes de justice civile et justice criminelle pour découper son étude, avant d’en venir à la question des voies de recours. Ainsi, le premier chapitre porte essentiellement sur des questions procédurières – la justice civile se définissant avant tout comme une justice contractuelle -, alors qu’il cherche davantage pour la justice criminelle à cerner le crime tant sociologiquement que judiciairement. Le chapitre conclusif portant sur les voies de recours contre la justice de la ville rappelle les avancées réalisées par la justice royale au cours de la période.

Si l’ouvrage fourmille de détails, nous regrettons toutefois que l’auteur n’ait pas davantage convoqué les sources ecclésiastiques et royales, qui auraient contrebalancé le point de vue des sources municipales, dominantes de ce recueil. Cela étant, le travail réalisé ici par Sébastien Hamel apparaît très complet et rigoureusement mené. Enfin, au-delà du tableau qu’il dresse du fonctionnement judiciaire à une échelle très fine, l’intérêt de cet ouvrage réside justement dans l’examen du rôle dominant des bourgeois dans l’exercice de la justice, qui affirment ainsi leur pouvoir et leur identité.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts