Archives pour la catégorie Lectures

Compte rendu : Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Cet ouvrage, édité par Jean-Louis Roch, réunit les interventions des participants à une journée d’études organisée par le GRHIS (Groupe de Recherche en Histoire-Université de Rouen) le 14 décembre 2012. Il complète la reprise des études sur le tabellionage ces dernières années et s’inscrit dans un mouvement visant à sortir de l’ombre ces registres de tabellions souvent délaissés par les chercheurs car incomplets. Ce livre tient à rappeler que le tabellionage n’est pas un sous-état du notariat méridional. S’il est vrai que les fonds normands ne peuvent égaler la richesse des fonds notariés provençaux ou catalans, ils permettent, néanmoins, d’approcher de manière différente la société et l’économie médiévale et viennent souvent compléter les acquis apportés par les comptabilités ou les documents législatifs. De plus, le tabellionage normand présente des caractères particuliers (séparation des biens meubles et immeubles, peu de testaments et d’inventaires après décès enregistrés) qu’il est intéressant de découvrir grâce à ce volume.

L’intérêt de cet ouvrage tient également à son encrage urbain. Les différents chercheurs se sont appuyés sur les registres des villes et petites villes de Normandie ou pour certains plus largement de l’Ouest du royaume de France, proposant ainsi d’utiliser les registres de ces officiers pour apporter des connaissances nouvelles sur la société urbaine, son organisation, son fonctionnement.

La première partie de ce livre est consacrée à la nature des registres et au rôle des tabellions. Avant de s’intéresser au contenu de ces sources, il est en effet indispensable de comprendre leur réalisation, leur valeur et leur histoire. Il est vain de vouloir étudier les hommes et les activités d’une ville par le biais des registres de tabellions sans avoir auparavant analysé le travail de celui qui rédige ces actes et les conserve. L’article d’Isabelle Bretthauer présente justement l’organisation des registres de tabellionage et l’histoire de l’enregistrement des actes. Elle relève de manière judicieuse les différences de termes utilisés en Normandie et montre tout l’intérêt (notamment financier) qu’ont les commis ou les successeurs à conserver ces registres. Philippe Cailleux s’intéresse, quant à lui, aux prix des actes, en comparant les textes officiels (l’ordonnance de réformation de Philippe le Bel de 1303 et un arrêté du Parlement de Rouen de 1519) aux sommes présentes sur les actes. Ces premières recherches montrent une certaine conformité des prix entre les deux types de sources, tout en sachant que certains suppléments étaient demandés aux clients, notamment lorsque les actes étaient passés en dehors de l’office du tabellion. Les tarifs évoluaient donc en fonction du type d’acte et du travail du tabellion, il comprenait le sceau, le registre et le travail d’écriture. Jean Thibault s’intéresse aux notaires et tabellions d’Orléans et de Nevers et rappelle l’écart considérable entre le travail de ces hommes, leur carrière, leur personnalité, qui restent inconnus ou méconnus et leurs minutes qui sont utilisées par les chercheurs depuis des décennies. Orléans offre la particularité d’être une ville universitaire, où les notaires recevaient un enseignement de droit civil. Il soulève également la question d’une pluriactivité de ces individus au regard des revenus modestes tirés de ce travail. A Nevers, il est plus difficile d’identifier les tabellions compte tenu de dénominations multiples et d’un fonds documentaire beaucoup plus restreint. Enfin, il rappelle la chaîne opératoire de la rédaction d’un acte, de la prise de note sur feuille volante devant le client à la rédaction du registre. Virginie Lemonnier-Lesages propose une approche différente en s’intéressant à la séparation des biens des époux dans les actes de mariage et aux mentions de droit de remport, permettant à la veuve de récupérer la moitié des biens acquis durant le mariage.

La deuxième partie de l’ouvrage présente quelques domaines de recherche pour lesquels l’étude des registres de tabellionage apporte des éléments significatifs. L’histoire des villes en fait partie, les documents conservés étant majoritairement urbains. Denise Angers se consacre à l’histoire de Caen à la fin du Moyen-Âge. Vingt-huit registres, parfois lacunaires, ont subsisté, couvrant la période 1380-1500, bien que le tabellionage soit plus ancien. Elle effectue deux sondages, l’un dans le premier registre conservé, le seul comportant des biens meubles, apportant ainsi des données pour l’histoire économique et industrielle de la ville, et l’autre dans quelques registres de la deuxième moitié du XVe siècle, permettant par exemple de suivre des individus, notamment les bourgeois, qui viennent régulièrement faire enregistrer des actes. Philippe Levaudel a consacré son étude aux conseillers de Rouen qu’il recherche dans les registres de tabellionage où il peut accumuler des informations sur leur personne et leur fortune immobilière. Il rappelle à juste titre les problèmes liés à l’identification des individus et particulièrement l’homonymie. Bruno Sintic s’est consacré aux petites villes (Louviers, Vernon, Neufchâtel, Montivilliers, Eu, Pont-Audemer), bien que peu de registres soient conservés pour le XVe siècle (seulement cinq), ils sont plus abondants au XVIe. Il présente différentes figures telles que le bourgeois ou le noble et relève les mentions professionnelles et les ventes de produits dans le but d’éclairer la société urbaine et le travail. Alain Sadourny s’appuie sur trois registres rouennais pour étudier les transactions commerciales dans la ville à la fin du Moyen Âge (blé, vins, poisson, poids, laine). Enfin, Philippe Lardin a relevé les contrats d’apprentissage et les contrats d’allouement pour les valets afin de proposer une étude de cas. Il éclaire ainsi les modalités de mise en apprentissage, l’origine géographique des apprentis le coût de l’apprentissage, sa durée et le salaire des ouvriers.

En somme, les deux moments de cet ouvrage se complètent pour proposer une première ébauche de l’étude du tabellionage normand et des possibilités de recherches à partir de cette source particulièrement riche, bien que souvent très lacunaire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Sébastien Hamel, La justice dans une ville du Nord du royaume de France au Moyen Âge. Etude comparée sur la pratique judiciaire à Saint-Quentin, Turnhout, Brepols, 2011, 411 p. (Julie Pilorget)

Sébastien Hamel, La justice dans une ville du Nord du royaume de France au Moyen Âge. Etude comparée sur la pratique judiciaire à Saint-Quentin, Turnhout, Brepols, 2011, 411 p. (Julie Pilorget)

L’ouvrage de Sébastien Hamel, issu de sa thèse soutenue en 2005, nous plonge dans les rouages du système judiciaire urbain en formation au bas Moyen Âge. L’auteur, dont l’étude se place dans la lignée des travaux de Claude Gauvard qui a encadré sa thèse, se propose d’étudier la justice comme phénomène social, par le biais des hommes qui permettent son exercice. S’appuyant sur la richesse du fond documentaire de la ville de Saint-Quentin renfermant de nombreux chirographes pour les XIIIe et XIVe siècles, Sébastien Hamel met en lumière dans cet ouvrage la multiplication des auxiliaires de justice à la fin du Moyen Âge dont la présence, tout en renforçant les liens de sujétion avec le roi, favorise également l’émergence d’une justice municipale. Il tend ainsi à combler le manque des études réalisées sur la question depuis plus d’une vingtaine d’années, peu de chercheurs s’étant jusqu’alors intéressés à la composition de ce personnel judiciaire. Il replace l’apparition de ces nouveaux officiers municipaux dans le cadre du « polysystème judiciaire complexe » que constitue alors la ville médiévale, sur laquelle règnent également les justices seigneuriale, ecclésiastique et royale. L’auteur revient ainsi sur la manière dont l’exercice de la justice en ville a pu dans le même temps favoriser la sujétion des pouvoirs municipaux au pouvoir royal et renforcer les échanges entre les deux entités sur la base de l’échange de services consentis.

Organisé autour de trois parties, elles-mêmes divisées en trois chapitres, l’ouvrage commence par revenir en détail sur la formation des institutions judicaires, avant d’étudier dans un second temps les interactions de cette justice municipale avec les autres juridictions présentes dans la ville, et d’interroger pour finir le fonctionnement concret de la justice municipale.

La première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à l’analyse des circonstances donnant lieu à l’apparition de la commune au XIe siècle, puis à sa transformation en juridiction au tournant des XIIe-XIIIe siècles. « Commune de justice » dès ses origines, tournée vers l’entraide, la fraternité et la solidarité, il faut cependant attendre l’entrée de la ville dans le domaine royal en 1213 pour que se structurent en son sein de véritables pouvoirs judiciaires. C’est entre les règnes de Philippe Auguste et de Louis IX, qu’un nouveau droit municipal semble progressivement apparaître. Une multitude d’offices fortement hiérarchisés se développent alors, avec placés à leur tête, le maire, les jurés et les échevins. Selon l’auteur, ce gouvernement oligarchique reste sur l’essentiel de la période aux mains d’une douzaine de familles se partageant successivement les rênes du pouvoir. Cependant, si l’action de ces familles issues de la haute bourgeoisie est bien documenté par les sources, comme l’appuient divers documents en annexe, les choses sont bien différentes concernant le recrutement hétéroclite des petits officiers. Quelques lignes sont toutefois consacrées par l’auteur à l’ensemble de ces offices mineurs qu’il s’agisse des prud’hommes d’enseignes, des techniciens du droit ou encore du petit personnel de police et autres sergents.

Cela établi, l’auteur entend revenir sur le rôle des justices urbaines concurrentes dans l’émergence de ce système judiciaire proprement municipal, à savoir les justices féodale, ecclésiastique et royale. Tout d’abord, force est de constater que sur la période étudiée, l’histoire des relations entretenues entre le roi et les justices municipales est faite en majeure partie d’affrontements. Ainsi après une phase de réforme sous Louis IX et de collaboration sous Philippe III et Philippe IV, suit un temps d’instabilité et de réajustements sous le règne de Philippe V. La confiscation par ce roi de la commune en 1317, marque profondément les habitants. Elle leur est toutefois rendue dès 1322 par Charles IV, mais la situation reste encore délicate sous les deux rois successifs. Selon l’auteur, les rapports entretenus entre la ville et le roi se pacifient toutefois sous Charles VI, règne sur lequel s’achève d’ailleurs cette étude, alors que le développement des juridictions est considéré par l’auteur comme achevé. Suit l’analyse des rapports entretenus avec les justices féodales. L’étude de différents fiefs intra-urbains confirme le processus de disparition de la seigneurie banale à la fin du Moyen Âge, déjà mis en avant par de nombreuses études, sous l’action conjuguée de la commune et du roi. Il semble que dès Louis IX, les anciens officiers comtaux ne présentent plus de réelle menace pour l’exercice de la justice commune. Incarnées essentiellement par le chapitre collégial de Saint-Quentin et l’évêque de Noyon, les autorités ecclésiastiques vont quant à elles constituer des rivales plus tenaces. Les relations entre la ville et ces juridictions oscillent tout au long de la période entre coopérations et querelles de juridictions inextricables. Ancienne cité épiscopale, la ville attire tout au long du Moyen-Âge les largesses des puissants, renforçant l’ancrage des autorités religieuses dans la ville. Toutefois, l’appui du roi permit à la commune de venir également à bout de cet adversaire à la fin de la période.

Enfin, Sébastien Hamel consacre la dernière partie de son ouvrage à l’examen du fonctionnement concret de la justice municipale, rendue par l’entremise de deux tribunaux, échevinal et communal, réunis seulement en 1362 au sein d’un « tribunal de la ville ». Bien que tout au long de la période, la ville soit restée attachée au vocabulaire coutumier de haute, moyenne et basse justice, l’auteur reprend les catégories modernes de justice civile et justice criminelle pour découper son étude, avant d’en venir à la question des voies de recours. Ainsi, le premier chapitre porte essentiellement sur des questions procédurières – la justice civile se définissant avant tout comme une justice contractuelle -, alors qu’il cherche davantage pour la justice criminelle à cerner le crime tant sociologiquement que judiciairement. Le chapitre conclusif portant sur les voies de recours contre la justice de la ville rappelle les avancées réalisées par la justice royale au cours de la période.

Si l’ouvrage fourmille de détails, nous regrettons toutefois que l’auteur n’ait pas davantage convoqué les sources ecclésiastiques et royales, qui auraient contrebalancé le point de vue des sources municipales, dominantes de ce recueil. Cela étant, le travail réalisé ici par Sébastien Hamel apparaît très complet et rigoureusement mené. Enfin, au-delà du tableau qu’il dresse du fonctionnement judiciaire à une échelle très fine, l’intérêt de cet ouvrage réside justement dans l’examen du rôle dominant des bourgeois dans l’exercice de la justice, qui affirment ainsi leur pouvoir et leur identité.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: P. Gilli et E. Salvadori (éd.), Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier, 8 décembre 2011, Brepols, 2014 (Marie-Thérèse Lorcin)

Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier, 8 décembre 2011, edited by Patrick Gilli et Enrica Salvadori, Urban History, 32, 2014, Turnhout, Brepols, 316 p.

« Identité : le lien d’appartenance, dynamique mais doté de stabilité, transmis d’une génération à l’autre, d’un individu à un groupe social particulier, avec un partage des valeurs, des normes et des représentations puis des idéologies et des symboles ». La définition donnée par Paolo Prodi et rappelée dans l’introduction du recueil est difficile à transposer à une communauté d’habitants. Les congressistes ont cherché une définition plus simple qui s’applique à un « sujet collectif ». Question débattue depuis saint Augustin par les philosophes autant que par les historiens. L’identité urbaine est, dit Michel Hébert, « une manière de vivre ensemble » et c’est à la fois un état et une représentation (p 171-188).

Le thème fut depuis plusieurs décennies l’objet de travaux hors de France, en particulier en Italie, et celle-ci reste la référence et le point de comparaison obligé. Le travail est semé de difficultés. Il faut se garder d’attribuer à la ville une conscience collective a priori, se garder aussi de considérer cette conscience comme un bien immuable alors que son histoire se poursuit au sein d’un Etat devenu aux XIVe et XVe siècles plus fort et pourvu de rouages locaux envahissants. Il faut garder à l’esprit que de multiples facteurs contribuent ensemble à la formation de l’identité urbaine. Certains sont particulièrement importants dans le domaine occitan, tels la féodalité et le droit romain. Appliqué au domaine français, l’étude est compliquée par la diversité des cas. Les régimes consulaires ne sont pas bâtis sur le même modèle, la période où se forme l’identité est agitée par les guerres entre princes, par la diffusion de l’hérésie et par la croisade qui en résulte. En Provence les villages sont souvent fortifiés et urbanisés au point que l’on a du mal à différencier bourgade, petite ville, etc.

Conscients de ces difficultés, les deux colloques tenus à Montpellier en 2010 et 2011 ont voulu remettre sur le métier les sources déjà exploitées mais souvent sans référence à l’identité urbaine, et d’autres sources introduites par une problématique rajeunie à l’exemple de nos collègues italiens.

Les résultats sont présentés en trois parties. La première analyse les « strates documentaires » : livres de mémoire, monnaies et sceaux, livres de compte (6 communications, environ 110 pages). La seconde est consacrée aux évêques et aux relations entre villes et évêques (3 communications, environ 50 pages). La troisième, la plus longue (8 communications, environ 150 pages), s’intitule « unité et diversité » et rassemble tout ce qui ne pouvait figurer dans les deux premières. Le tout est solidement étayé par des rapports introductifs. Le volume ne comporte ni résumés, ni table des illustrations, ni index, contrairement à un usage répandu et fort commode pour les lecteurs.

La période où se formèrent les identités urbaines a suscité moins de travaux que les XIVe et XVe siècles. L’ensemble fait une place de choix à des sources et des thèmes qui antérieurement étaient étudiés surtout à part, sans être raccordés au sujet du colloque, comme le notariat, la topographie des pouvoirs, les pratiques documentaires, etc. La richesse du volume est telle qu’il est impossible de résumer chacune des communications. Après avoir picoré quelques exemples, ce rapport s’attachera surtout à mettre en lumière les éléments de la synthèse élaborée par plusieurs auteurs.

Deux communications sont consacrées aux écrits des notaires (P. Chastang et G. Dumas). On constate partout que l’apparition de notaires publics dans les villes et l’affirmation politique des communautés d’habitants sont des phénomènes concomitants. Le régime de l’authenticité est en fait une délégation de pouvoir au notaire. L’acte notarié authentiqué accoutume les usagers à renoncer à la preuve par témoins. De plus, les notaires mettent au point peu à peu la manière de conserver les écrits sur lesquels s’appuie la mémoire collective. Cela les amène à prendre en charge l’écriture de l’histoire communale (les annales). Le notaire élaborant et conservant la mémoire urbaine apparaît très concrètement sous la plume de G. Dumas grâce à un registre conservé dans les archives de Montpellier et décrivant le travail de deux notaires du consulat qui occupèrent ce poste successivement à la charnière des XIVe et XVe siècles. Ce registre mêlant latin et occitan est une sorte de pense-bête qui montre ce notaire, omniprésent dans les rouages de l’administration, en véritable gestionnaire sans lequel le consulat ne pourrait agir. Le notaire du consulat doit « repérer » : fournir aux consuls un appui juridique, document à l’appui, dans toutes les causes où le consulat est partie. Il doit « recouvrer » : récupérer et garder les pièces originales que les ambassadeurs en mission emportent dans tout le royaume. Il doit « restituer » : il tient en ordre la masse croissante des documents en plaçant chacun d’eux au bon endroit. Quatre inventaires confectionnés entre 1300 et 1508 révèlent que les pièces sont mises dans des caissettes et des armoires, le tout abrité en trois lieux dont la sacristie de la chapelle. Le notaire du consulat doit être né à Montpellier, ne pas recevoir les ordres sacrés et prêter un serment lors d’un cérémonial d’intronisation qui fait de lui à la fois le conseiller du consulat et celui qui incarne le mieux la mémoire de la communauté. C’est évidemment un cursus honorum que peu parcourent jusqu’au bout mais qui donne une idée précise du travail notarial.

L’influence de la ville sur les campagnes qui l’entourent est un phénomène si normal qu’il est en général considéré comme allant de soi. En revanche, l’influence de la campagne sur la ville fait rarement l’objet de recherches. J. Petrowiste a pris l’exemple de Toulouse pour voir ce qu’il en était. Trois auréoles successives entourent cette ville au Moyen Âge. Le finage urbain, appelé dex en occitan, est sous le contrôle direct du consulat et ses habitants partagent avec ceux de la ville une partie des franchises. La seconde zone est la viguerie, qui s’étend sur 10 à 15 km autour des murs. Elle est sous l’autorité du comte puis du roi. Une troisième zone aux contours moins précis est l’espace économique où circulent librement les marchands de Toulouse. Les citadins cependant n’y possèdent pas de terres. Les seigneurs qui tiennent la terre et les hommes ont des relations souvent tendues avec le consulat. Ce dernier se pose en défenseur des libertés et en terre d’asile pour les serfs. Cette image volontiers embellie participe pleinement à la construction de l’identité urbaine et perpétue l’opposition entre la ville et la campagne, d’autant plus que les seigneurs qui s’installent en ville refusent de contribuer aux charges collectives.

Les participants ont accordé une grande attention aux problèmes de vocabulaire (p. 21-29). Ils ont voulu aussi « se débarrasser des vieilles oppositions stériles » et l’évolution de la problématique fut souvent évoquée. Ainsi en est-il du fait de voir les relations entre commune et pouvoir sous l’angle prioritaire des conflits, qui s’imposait dans les années 1980. L’affirmation identitaire des villes méridionales « se fait bien plutôt au sein du pouvoir seigneurial ou royal et en collaboration avec celui-ci » (M. Hébert, p 188). La question de la religion civique fut également débattue à la suite des recherches de P. Monnet et de nos collègues allemands.

Une vue d’ensemble est donnée par M. Hébert qui insiste sur la diversité des cas exposés dans la troisième partie. Construire une identité urbaine en zone occitane est rendue difficile, ne serait-ce que par la fréquence de la coseigneurie. La période de formation met en lumière la différence entre consulat et universitas. Le premier peut être supprimé par le prince, l’essentiel demeure si la communauté survit. L’universitas est un terme plus fort, plus précis apparu à la fin du XIIe siècle à Montpellier. C’est l’universitas qui détient le sceau, la cloche, la maison commune. Par la suite, elle s’affirme à l’intérieur (la chevalerie urbaine) et à l’extérieur (coseigneurie, prince, autres villes). La ville s’efforce de maintenir un rapport direct avec la royauté et de renforcer sa collaboration avec les autres villes (États de Languedoc). En même temps elle est en compétition avec ses voisines pour obtenir d’être le siège d’institutions royales (cour des appels, siège de sénéchaussée) et maintenir son rang dans l’échelle des dignités (préséances dans les assemblées). C’est peut-être au cours de cette seconde phase « ce qui exprime le mieux leurs représentations identitaires ».

Marie-Thérèse Lorcin

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Judith Förstel dir., Meaux patrimoine urbain, Paris, Somogy (Cahiers du Patrimoine – 104), 2013 (Mickaël Wilmart)

Judith Förstel (sous la direction de), Meaux patrimoine urbain, Paris, Somogy (Cahiers du Patrimoine – 104), 2013, 285 p.

Ce livre est le résultat de cinq ans d’enquête menée sous la direction de Judith Förstel dans le cadre de l’Inventaire général du patrimoine culturel. Bien que réunissant 23 auteurs, qui mettent chacun leur spécialité au service du projet collectif, le volume proposé ici est conçu comme un bloc et non comme un recueil d’articles. Le travail éditorial a permis une fluidité du propos tout en conservant l’exigence d’un discours pointu qui devrait faire de l’ouvrage une référence sur l’histoire de Meaux prise dans sa longue durée, de l’Antiquité à nos jours. En dehors de quelques études universitaires portant sur la période du bas Moyen Âge et des publications autour de l’archéologie antique, l’historiographie de la cité briarde souffrait jusque-là d’un manque évident de renouvellement. Les dernières histoires généralistes de Meaux avaient été rédigées au XIXe siècle et au début du XXe siècle avant de connaître une réédition à la fin du XXe siècle. Si elle met à la disposition de tous des œuvres épuisées, cette mode, assez répandue, a finalement des résultats fâcheux car elle donne aux non-initiés l’impression d’une histoire immobile et favorise la répétition sans critique de conclusions erronées ou historiographiquement dépassées. On ne peut donc que se féliciter de l’initiative prise par le Service Patrimoine et Inventaire de la région Ile-de-France, en partenariat avec les municipalités, de concentrer le travail d’une équipe sur une localité pendant un temps suffisant pour s’approprier données de terrain et d’archives et en tirer une solide monographie.

Site de méandre, la ville de Meaux se développe dès l’Antiquité au pied des coteaux qui l’entourent. La ville antique s’installe d’abord dans la plaine alluviale septentrionale avant de s’enfermer dans de solides murs un peu plus au sud au cours du IVe siècle. Les fouilles archéologiques menées depuis quarante ans ont permis de mettre au jour des éléments importants pour la compréhension de l’espace urbain antique : temple, édifices de spectacles, nécropoles, thermes, mais aussi réseau viaire et habitat. La ville médiévale s’appuie dans un premier temps sur le castrum dont une partie des courtines sont encore en élévation au nord et dont le tracé de l’enceinte se repère sans difficulté dans le parcellaire actuel. S’étendant progressivement à l’ouest et à l’est des murailles, la ville se voit dotée de nouveaux murs au cours des XIVe et XVe siècle. Au cours du XIIIe siècle, l’emprise urbaine traverse également la Marne vers le sud et la fortification du quartier du Marché par les comtes de Champagne vient renforcer les défenses militaires d’une cité fruit de toutes les convoitises.

Située non loin de la frontière du comté de Champagne et du domaine royal, le siège épiscopal est au centre d’une lutte d’influence entre Capétiens et Thibaudiens jusque dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Puis vient le temps où l’évêque est définitivement un proche du roi, résidant régulièrement à Paris. Meaux est d’abord une ville épiscopale. La cathédrale (XIIIe-XVIe s.), bien sûr, le palais épiscopal (XIIe-XVIIIe s.), le bâtiment du chapitre (XIIIe s.), les maisons du cloître canoniale (XVIIe-XVIIIe s.) témoignent, par leur emprise dans le paysage urbain, de l’importance de cette fonction ecclésiale de premier plan. A côté de ces dignitaires religieux, toute une élite marchande s’impose au cours des XIIIe et XIVe siècles. Après la guerre de Cent ans, marchands drapiers et officiers royaux se partagent le rôle de relancer l’économie et la vie municipale. Toutefois, progressivement, comme tant d’autres villes moyennes, l’administration (royale et ecclésiastique) devient la première raison d’être de la cité.

Au cours de l’Époque moderne, le paysage urbain se modifie. L’enceinte, pourtant modernisée sur certains points au XVIe siècle, s’efface peu à peu pour laisser place à des promenades. Le XIXe siècle voit aussi d’importants changements : creusement des canaux de l’Ourcq et de Chalifert, construction de la ligne de chemin de fer, plan d’alignement progressivement appliqué, construction de nouveaux bâtiments publics (hôtel-de-ville, tribunal, théâtre). Tout ceci s’accompagne d’un nouveau développement économique. Des industries s’installent (usine électrique, sucrerie, moutarderie, filature etc.). L’habitat se renouvelle également. L’évolution de celui-ci est bien décrite, soulignant les liens de son évolution avec l’histoire sociale, des nouveaux hôtels pour les élites aux lotissements financés par des employeurs (comme la Caisse d’épargne) qui préfigurent le logement social. Ce dernier prend son essor au cours des années 1950 et 1960 donnant définitivement à la ville son caractère bi-polaire entre quartiers périphériques, très excentrés, et centre ancien.

L’ouvrage fourmille de détails dont une recension ne peut rendre compte. Il réussit la gageure de parvenir à lier histoire institutionnelle, religieuse, sociale et architecturale.

Mickaël Wilmart

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Yoann Morvan, Sinan Logie, Istanbul 2023, Paris, Editions B2, Collection Territoires, 2014 (Duygu Tasalp)

Le fond de la question traitée dans ce livre n’est pas un problème spécifiquement stambouliote mais un processus mondial : la métropolisation et l’étalement urbain chaotique, impulsés par un aménagement du territoire guidé surtout par des ambitions économiques et politiques. Istanbul 2023 donne à voir avant tout un exemple d’intervention de l’État – et d’une petite équipe d’acteurs privés forts du soutien de celui-ci – sur l’espace urbain. On assiste sur les rives du Bosphore à un spectacle d’ « urbanisme autoritaire » (P. Lacaze). Les auteurs de ce livre, l’anthropologue Yoann Morvan et l’architecte Sinan Logie, dénoncent la traduction spatiale du néo-libéralisme économique, mis en oeuvre par le Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkinma Partisi, AKP) au pouvoir. Ils s’inscrivent ainsi dans une tendance récente de la recherche en sciences humaines et sociales qui met à mal une vision fantasmée, sinon fausse, partielle d’Istanbul, en mettant à jour son autre face, sombre et violente1. Car Istanbul 2023 parle de violences sur l’environnement naturel et le patrimoine historique ; de violences sur les hommes et les femmes, et des hommes sur les femmes ; de violences sur la ville en somme. Là encore, rien de singulier, nous dira-t-on, il s’agit des « effets marginaux » de l’urbanisation : « la ville encombre et souille son environnement », écrivait Pierre George en 1989, entendant par « la ville », toutes les villes, comme si finalement il s’agissait d’un phénomène naturel, normal, inévitable, indépendant de la volonté des hommes et surtout des dirigeants.

Or, tranchant totalement avec ce genre d’analyse, Sinan Logie et Yoann Morvan font référence au « droit à la ville » (Henri Lefebvre) menacé par un capitalisme effréné (David Harvey). Au delà de « la ville » et des transformations urbaines, ils mettent en lumière une matrice sociale caractérisée par un pouvoir euphorique et une société civile émergente. Aussi Istanbul 2023 qui s’ouvre sur l’image marquante des bulldozers dans le parc de Gezi au printemps 2013, n’est lui-même rien de moins qu’un bulldozer lancé contre les cartes postales idylliques aux minarets et les fantasmes orientalistes de l’imaginaire européen. Les sept collines ont proliféré. Istanbul, qui semble à tout moment prête à déborder dans le Bosphore, a dépassé ses frontières et compte désormais des centaines de collines, offrant de leurs sommets un panorama peu fantasmant : forêts mitées, zones industrielles, eaux souillées. Les yali et les palais d’hier côtoient aujourd’hui hôtels de luxe, yachts et bateaux-mouches. Narguilé et mesiré, ont laissé place aux nouveaux plaisirs et loisirs que sont la télévision, les virées dominicales dans les shopping malls et les pique-niques en clairière d’autoroute. Que le lecteur soit averti : Istanbul 2023 n’est pas pour séduire, mais révéler sans pudeur, voire avec quelque obscénité, ce qui ne se voit pas, ne se montre pas, ni ne se dit.

Loin des sentiers connus et des centres historiques inondés par les touristes, Yoann Morvan et Sinan Logie ont choisi d’arpenter les marges, les périphéries, les « pointes filandreuses » de cet « immense corps urbain informe ». Car l’Istanbul de demain s’expérimente là où sont habituellement transférés ou dédoublés cimetières, hôpitaux, asiles et prisons – autrement dit, les morts, les malades et les bannis, « marginalisés » au sens géographique du terme, parce qu’ils n’ont pas leur place dans la ville. Or, ces franges urbaines, où se trouvent toujours ces exclus de la ville, constituent désormais à Istanbul les laboratoires de la politique d’aménagement du territoire du Parti de la Justice et du Développement (AKP) au pouvoir. Une politique d’urbanisation couplée à une spéculation foncière et immobilière illimitée. C’est là, loin des yeux et des appareils photos que le néo-libéralisme se déchaîne ; qu’il abat, loin de Taksim et du parc Gezi, des millions d’arbres ; qu’il exproprie, démolit, pour construire frénétiquement des autoroutes et des aéroports, accumuler des tours, des gated communities, et des centres commerciaux, au moyen de leviers législatifs et de pratiques clientélistes.

Chaque chapitre de ce livre constitue, selon ses auteurs, « un arpent souhaitant saisir d’un point de vue thématico-géographique le devenir d’Istanbul ». Le devenir, car l’agenda électoral ne connaît pas « l’ici et maintenant ». L’« objectif 2023 » fixé par l’actuel président Recep Tayyip Erdogan, représente la date à laquelle celle-ci devra intégrer les dix premières économies mondiales, à l’occasion du centenaire de la République de Turquie… 1923, c’est aussi la date à laquelle Istanbul fut détrônée au profit d’Ankara, nouvelle capitale pour un nouveau régime. Vengeance d’une ville sur l’histoire? Depuis 1923, de l’eau a coulé sous les ponts du Bosphore2. Désormais, comme le suggérait l’horizon ensoleillé représenté sur les affiches de campagne électorale d’Erdogan pour les présidentielles d’août 2014, il s’agit surtout de regarder vers l’avant, vers l’avenir. Le présent est déjà passé, et le passé n’est là qu’en tant qu’outil d’une politique symbolisante, « fétichisante » et galvanisante. Etat orwellien, l’Etat turc contrôle tous les temps. Aussi dans Istanbul 2023, Yoann Morvan et Sinan Logie nous donnent à voir un futur déjà là, déjà visible. Mais on y aperçoit également les fantômes égarés d’un passé invisible. Les pierres tombales, les temples, la toponymie pourtant, constituent des vestiges physiquement présents de cet autre passé, les traces d’une urbanisation toute en décompositions et recompositions perpétuelles, en exclusions et en intrusions.

Mais la ségrégation patrimoniale et mémorielle – pendant géographique de l’historiographie officielle négationniste -, est à l’œuvre : seul le passé ottomano-turco-islamique semble être digne d’une ré-appropriation politique et d’une muséification aux accents nostalgiques. Or la nostalgie, selon la psychanalyse, est intimement liée au secret collectif, partagé par un groupe soudé dans l’interdiction de trahir ce secret – interdiction elle-même transmise secrètement. Respecter cette interdiction permet de conserver la nostalgie d’un passé perdu et inversement, le sentiment de nostalgie empêche de trahir le secret (E. Schmid-Kitsikis). La communauté nostalgique est ainsi verrouillée par le secret et le mensonge inévitablement induit. Néanmoins le passé-secret, aussi lié soit-il à une perte et à un sentiment de honte insupportable, ne manque pas, tôt ou tard, de refaire surface.

C’est ainsi que dans le livre Istanbul 2023, surgit à Basaksehir, la ferme de Resneli Niyazi Bey. Jeune-Turc originaire d’Albanie, membre du Comité Union et Progrès, Ahmet Niyazi (1873-1912) fut l’un des « héros de la liberté » lors de la révolution constitutionnelle de juillet 1908. La même année, il obtint ces terres composant aujourd’hui l’arrondissement de Basaksehir, via la dépossession des populations arméniennes qui y vivaient… Quand on sait la force du secret collectif en Turquie concernant le génocide des Arméniens et des spoliations qui l’ont accompagné, la ferme de Resneli et sa signification ne peuvent pas échapper au lecteur. Aujourd’hui ce sont les habitants des gecekondu – nouveaux « exclus » – qui sont dépossédés par de puissantes agences constituant le bras armé de l’Etat-AKP dans sa conquête foncière et immobilière. Car si le pouvoir est le contrôle du temps, c’est aussi la maîtrise de l’espace. Des périphéries sont érigées en pseudo-centres symboliques. Les habitats informels continuent de s’improviser aux côtés des luxueux complexes résidentiels. Moins la ville ne connaît de bornes, plus ses habitants se clôturent, s’entourent de murs, physiques ou virtuels. Industrie et patrimoine forment un couple étrange enfantant à la fois déchets toxiques et œuvres d’art. Les inondations répétées n’empêchent pas l’augmentation des investissements dans les projets immobiliers. Les expropriations brutales et la redistribution évergétique aux aspects « islamiques » sont tour à tour pratiquées par les autorités. Istanbul 2023 est le lieu de toutes les contradictions, de toutes les collisions et collusions, entre architectes et gouvernants, gangs de drogue et forces de l’ordre, et de temps à autres, le théâtre de luttes urbaines.

Celles-ci résultent de l’explosion des frustrations de la société face à un pouvoir qui, à l’image de la mégalopole, semble ne plus tolérer de limites. Les « projets fous », comme le percement d’un canal long de 50 km reliant la mer Noire à celle de Marmara, expriment des ambitions mégalomanes. Tout n’est que démesure et spectacle. Les méga-infrastructures, toujours plus immenses, réalisées toujours plus vite, traduisent un désir frustré de grandeur et flattent le sentiment national de potentiels électeurs. Futurs monuments du néo-impérialisme erdoganien, ces projets de ponts, de routes, d’aéroports, constituent autant de liens. Ils lient d’abord ceux à qui ils profitent: des promoteurs aux agences immobilières, en passant par tous les éléments composant le « système AKP » (E. Massicard), sans oublier les investisseurs de capitaux étrangers. Evidemment, ils relient physiquement les hommes non seulement au sein de la métropole, mais aussi dans un système migratoire régional et intercontinental. Au-delà de ses frontières géographiques qui ne cessent de reculer, Istanbul est partout, en Turquie, et au-delà : les célèbres feuilletons télévisés turcs diffusent dans de nombreux pays du Maghreb, des Balkans et du Moyen-Orient de nouveaux fantasmes sur la vie stambouliote.

Loin des rêveries à l’eau de rose, Yoann Morvan et Sinan Logie ne manquent pas d’humour et relèvent, au cours de leur arpentage, des ironies plus ou moins cruelles, plus ou moins poétiques : une salle de mariage en forme d’immense cage blanche en aluminium ; une étendue d’eau souillée baptisée « Eau Pure » ; la recommandation faite aux femmes turques, de plus en plus victimes de violences depuis 2007, de ne pas rire aux éclats dans les lieux publics ; l’élévation d’un hôpital privé spécialisé dans le tourisme médical, près d’une zone industrielle qui atteint des records mondiaux de taux de cancer… Si le lecteur hésite entre rire ou pleurer, en Turquie la société « post-urbaine » des réseaux sociaux, elle, a le sens de l’humour et ne se prive pas du plaisir de tourner en dérision toutes ces incongruités. Mais le rire n’est-il pas une échappatoire à la folie lorsque le présent est trop oppressant?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, très sérieux lui, pense à demain, à sa postérité. Il est déterminé à laisser une empreinte profonde dans l’espace stambouliote. Le troisième aéroport devra être le plus grand du monde, à tel point qu’il sera visible depuis la Lune, et portera son nom : Erdogan. Lui qui glisse de plus en plus vers la politique de l’ « homme seul » (tek adam), qui reçoit désormais ses hôtes de marques entouré d’une horde de guerriers déguisés symbolisant les empires de l’histoire « turque », rappelle un autre « homme seul » de l’histoire qui démolissait à Rome des bâtiments hérités du Moyen-Âge et de la Renaissance pour isoler et exalter les monuments de l’Empire romain3… Pessimisme ou clairvoyance? Le fait est que l’épuisement déjà alarmant des ressources, l’endettement, public et privé, étatique et individuel, la tri-polarisation politique et la fragilité des équilibres sociaux laissent présager, aux auteurs d’Istanbul 2023, un avenir moins ensoleillé, plus conflictuel, voire « infernal ».

1 Voir notamment le dossier « Istanbul » de la Revue Urbanisme, n°374, septembre-octobre 2010.

2 Jean-François Pérouse, « Istanbul depuis 1923: la difficile entrée dans le XXème siècle », dans Nicolas Monceau (sous la direction de), Istanbul. Histoire, Promenades, Anthologie & Dictionnaire, Paris, Robert Laffont, Collection Bouquins, 2009.

3 Andréa Giardina, André Vauchez, Rome, lidée, le mythe, Paris, Fayard, 2000

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Clarisse Lauras, Firminy-vert, de l’utopie municipale à l’icône patrimoniale, préface de Taline Ter Minassian, Rennes, PUR, 2014 (Jacques Goulet)

Taline Ter Minassian l’énonce dans sa préface, « ce livre doit se lire comme un roman de l’action municipale ». Cette lecture a quelque chose de réjouissant en ces temps de défiance générale à l’égard des acteurs de la vie politique. Judicieusement illustré de nombreux documents d’époque, photos, plans, articles de presse, cet ouvrage d’une historienne stéphanoise suit pas à pas la formation d’un homme politique, son action nationale, puis son rôle de maire de Firminy, une modeste ville ouvrière de la Loire, de 1953 à 1971. Durant trois mandats, son œuvre de bâtisseur s’est inscrite dans le cadre de la reconstruction des Trente Glorieuses, et précisément Eugène Claudius-Petit avait participé durant quatre années à huit gouvernements instables en tant que ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, poste crucial à une époque où beaucoup d’habitations étaient vétustes et où l’exode rural, conjugué au baby-boom, rendait la crise du logement aiguë. L’aboutissement de cette action locale est représenté par la création d’un quartier auquel l’auteure s’est particulièrement intéressée, Firminy-Vert. Inspirée de la Charte d’Athènes, cette extension de la ville dans laquelle Le Corbusier (avec une Maison de la culture, un stade, une Unité d’habitation et une petite église, un chef-d’œuvre qui a été classé alors qu’il était à l’état de chantier abandonné) et son « successeur », André Wogenscky (une piscine), sont intervenus à côté de quelques architectes moins célèbres mais tout à fait estimables, Marcel Roux, Jean Kling, Charles Delfante et André Sive. Ce dernier a conçu la « Tour », un bâtiment en hauteur pour cette ville traditionnelle, qu’il a su intégrer à un paysage que l’on créait – un quartier résidentiel plutôt qu’urbain. Claudius-Petit tenait à mettre en application les enseignements qu’il avait tirés de son expérience ministérielle.

Eugène Petit (1907-1989), né dans un milieu populaire, a connu la vie difficile de la classe ouvrière et il ne l’a pas oublié. Ébéniste formé à l’école Boulle, il a appris à dessiner jusqu’à devenir professeur de dessin certifié. Clarisse Lauras retrace le chemin d’un homme qui à tout moment cherchait à apprendre, qui était attiré par l’innovation qu’elle fût formelle, architecturale ou sociale. Ce chrétien qui fut membre de la CGT était un autodidacte audacieux et généreux. L’étape décisive, celle au cours de laquelle il a montré ses capacités et noué ses amitiés les plus durables, celle pendant laquelle il s’est révélé, c’est la Résistance. Il est une des rares personnes qui ont entendu l’appel du 18 juin 1940. Son rôle à la tête de Franc-Tireur a fait de cet ancien de Jeune République (le mouvement de Marc Sangnier) un Compagnon de la Libération et lui a permis de se faire élire député (UDSR) à la Libération, puis de devenir ministre. Il lui a aussi donné une nouvelle identité puisque Eugène Petit a fait précéder son patronyme, très fréquent sinon trop fréquent, de son pseudonyme de résistant. À la fin de son exercice ministériel, Eugène Claudius-Petit eût volontiers mis ses compétences au service de Lyon, mais les hommes en place ne le lui ont pas permis. Engagé à Firminy, il y a œuvré jusqu’au moment où il a été battu et a fini sa vie politique comme député centriste du XIVarrondissement de Paris.

Ce livre trace le portrait d’un élu efficace qui vivait à Paris et ne jouait jamais les notables à Firminy mais qui s’y rendait très régulièrement. Là, il suivait les affaires de près, formait des équipes et tentait de procurer de meilleures conditions de vie à cette population et à ses enfants, notamment avec la création d’un quartier vert, au sens que l’on donnait alors à ce terme, comme une extension plus saine, dans la nature, qui serait donnée à une ville vétuste, enfumée, insalubre et en grande partie composée de taudis loués à petits prix aux mineurs et aux ouvriers. Avec ses descriptions des modes de vie ouvriers et son analyse de leurs mutations liées à l’aménagement progressif d’une fraction de la population dans un quartier neuf, ce livre détaillé nous renvoie à un classique, Rénovation urbaine et changement social. L’auteur, Henri Coing, décrivait et analysait il y a presque cinquante ans les conséquences sur les modes de vie de ses habitants  de la démolition d’un îlot vétuste du 13e arrondissement de Paris1 et de leur relogement dans de nouveaux immeubles : une vie de quartier cassée, moins de cafés et de restaurants, des loyers plus élevés, des achats de meubles et d’électroménager, avec pour conséquences un moindre budget pour le bistrot et le tabac, bref une existence recentrée sur la famille. Un monde s’effondre, un autre naît quand on change collectivement de cadre de vie de manière soudaine, et une partie de la population peine à s’y adapter.

Quand on rénovait Firminy, si on créait sur les hauteurs ce qui ressemble à un grand ensemble, c’était parce qu’on croyait que la population de la cité appelouse allait augmenter. La réussite saute aux yeux : tous les immeubles sont agréablement disposés au milieu d’une verdure ombragée par des arbres ; on a tracé des chemins sinueux et aménagé des escaliers. Cette réalisation se présente comme l’antithèse de la ville ancienne, de celle que connaissaient les Appelous. Comment percevront-ils cette ville à la campagne, comment celle-ci vieillira-t-elle ? Claudius-Petit fait de son mieux et il se pose les bonnes questions, il essaie même d’aider les gens à respecter l’œuvre architecturale que représente la nouvelle cité, en leur demandant de prendre de nouvelles habitudes, de ne plus étendre leur linge aux fenêtres, par exemple.

Le titre du livre indique bien à quels éléments de réflexion cette étude détaillée apporte son concours. Aujourd’hui, les industries du secteur primaire, celles qui faisaient la richesse de la ville en même temps qu’elles maintenaient dans la misère ses travailleurs, ces industries ont périclité, puis elles sont mortes. Les habitants de Firminy-Vert, même de condition modeste, ont une automobile et vont faire leurs courses dans des grandes surfaces. Le lieu d’implantation choisi en hauteur pour l’agrément, est mal relié au reste de la cité. Et puis, la population n’ayant pas crû comme on le prévoyait, on a en partie détruit certains de ces immeubles. Épargnée, l’Unité d’habitation a été divisée en deux : une zone a été transformée en copropriété, l’autre est toujours affectée à des logements sociaux dont les loyers semblent modiques à un Parisien. L’entretien est onéreux, il y a du chômage, et on a même vu des émeutes en juillet 2009…

Ce qui a sauvé ces bâtiments, c’est la patrimonialisation de l’ensemble et au premier rang celle des œuvres de Le Corbusier, qui comptent sans doute, avec Ronchamp, parmi ses plus belles réalisations en France. Des enfants doivent garder un excellent souvenir de leur merveilleuse école maternelle sur le toit de l’Unité d’habitation. Des petites niches au vitrage coloré ponctuent la façade et leur offraient une vision tout en couleur de leur environnement. Les conduites de gaz posaient, dit-on, des problèmes de sécurité mais peut-être ne supportait-on plus l’idée d’une école sur le toit d’un immeuble d’habitation, et puis le nombre d’élèves était insuffisant. L’urbanisme du résidentiel périurbain où l’habitant vient chaque soir refaire sa force de travail, loin des lieux de consommation, paraît aujourd’hui rejeté. Et, pourtant, quelle architecture !

En fait, l’utopie matérialisée, même avec des formes et des couleurs à la hauteur de ses ambitions, déçoit en partie, on a l’impression qu’elle est advenue trop tard. Il reste que Firminy a été rénovée, que beaucoup d’habitants ont été mieux logés et que la ville, autrefois misérable, est maintenant célèbre pour les « édifices de Le Corbusier », comme dit le Petit Larousse. On s’étonne, avec Clarisse Lauras, que le nom de ce maire visionnaire n’ait à ce jour été attribué à aucune portion du territoire de ce chef-lieu de canton auquel il a beaucoup donné et où il a choisi d’être inhumé.

1 Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions ouvrières, 1966.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Michel Bochaca et Jacques Micheau, Fortaney Dupuy, un marchand de Bordeaux à l’aube de la Renaissance ; Michel Bochaca et Jacques Micheau, présentation et édition Livres de comptes de Fortaney Dupuy, marchand et bourgeois de Bordeaux (1505-1523), Les Editions de l’Entre-deux-Mers, 2014 (Denis Menjot)

Au sortir de la guerre de Cent Ans et durant les premières décennies du XVIe siècle, Bordeaux connaît un vif essor n’ayant comme rivale sur la côte atlantique du royaume de France que le port de La Rochelle. C’est dans cette cité que va faire une belle carrière de marchand, Fortaney Dupuy que Michel Bochaca et Jacques Micheau nous font revivre à travers l’étude de ses trois registres de comptes qui nous ont été conservés, un livre de raison (septembre 1505- février 1522) qui compte 312 folio, un livre-mémoire (août 1512-novembre 1521) de 53 folio et un livre de créances tenu par son employé, Odet de Minbielle en l’an 1523, de 41 folio.

Dans le tome 2 de cette publication, les auteurs présentent une édition critique en tous points remarquable de ces 406 folio de lecture difficile étant donné la dégradation de certains feuillets et le peu de soin apporté à la tenue des registres. Pour faciliter la lecture et la compréhension de ces textes, les éditeurs ont multiplié les notes infra-paginales sur les lieux, les dates – mises en nouveau style – et sur certaines personnes citées dans les comptes. Ils ont élaboré les indispensables index des noms de personnes, de lieux et des matières, et un glossaire très complet et fort utile des mots gascons car tous ces documents sont écrits dans cette langue alors parlée à Bordeaux et dans le Bordelais.

Ces registres qui sont les plus anciens conservés pour un marchand bordelais, ce qui en fait tout leur intérêt, nous plongent au cœur des affaires et de la vie quotidienne d’un marchand. Aucune autre source bordelaise ne permet d’approcher avec autant de précision, notamment d’un point de vue quantitatif, sur une période aussi longue d’une vingtaine d’années, soit la plus grande partie de sa carrière, un marchand et ses activités ainsi que les petites gens, ruraux et citadins qui forment le gros de sa clientèle. Au-delà de la figure de Fortaney Dupuy, c’est le monde des marchands bordelais des premières années du XVIe siècle qui nous est donné de connaître, et à travers ses clients et partenaires commerciaux, de larges pans de la société de Bordeaux et du monde des affaires qui l’animait. Michel Bochaca et Jacques Micheau nous les révèlent dans une étude rigoureuse et détaillée de 301 pages, enrichie de 35 illustrations, graphiques et cartes parfaitement réalisées, qui constitue le tome 1 de cette publication.

Ce marchand bordelais est un bel exemple de réussite économique et sociale d’un immigrant monté à Bordeaux de sa Chalosse natale pour se former. L’apprenti gravit rapidement les échelons avec des méthodes d’ascension classique, d’abord facteur d’un marchand, il se marie avec la nièce de celui-ci, ce qui témoigne du rôle de l’endogamie professionnelle et de la force des liens familiaux dans le développement des affaires commerciales. Il s’établit ensuite à son compte dans le quartier Saint-Michel où il a commencé et qui est le cœur de l’activité économique à Bordeaux. Signe de sa réussite économique, il engage à son service des employés indispensables à la bonne marche des affaires. Le premier d’entre eux est son beau-frère, ce qui montre une fois encore que l’endogamie professionnelle joue à plein dans la consolidation des réseaux de relations.

Fortaney Dupuy acquiert un important patrimoine immobilier à Bordeaux composé d’un bel hôtel situé dans la paroisse Saint-Michel qui est le siège de ses affaires, d’autres locaux annexes et de quelques immeubles de rapport. Dans la campagne proche, il achète des parcelles de terres et de vignes et deux exploitations agricoles, qui témoignent de sa réussite économique et sont des signes de prestige social. Ce patrimoine foncier qu’il gère aux dires des auteurs en ne prenant guère de risques, en « bon père de famille », n’est pas celui d’un homme d’affaires exceptionnel de l’envergure d’un Jacques Cœur mais d’un honnête marchand. Tant par sa composition que par sa localisation et ses fonctions, il est comparable à celui des autres marchands et, de façon plus générale, au patrimoine des élites urbaines bordelaises que d’autres sources notariées nous font connaître. Les comptes fournissent aussi des compléments intéressants sur la gestion quotidienne et les travaux effectués dans les immeubles, ce qui montre à quel point la conduite des affaires commerciales de Fortaney Dupuy et la gestion de son patrimoine s’entremêlent étroitement.

Ses livres de comptes, peu soignés, montrent que les techniques comptables qu’il utilise sont rudimentaires – il ignore le comptabilité à partie double – pour ne pas dire archaïques, à tout le moins bien éloignées de celles les plus développés par ses contemporains toscans, vénitiens ou flamands. Elles sont à la mesure d’un marchand d’envergure modeste qui s’inscrit probablement dans une autre culture que celle du chiffre d’affaires.

Comme la plupart des marchands bordelais de son époque, Fortaney Dupuy n’est pas spécialisé et s’en tient à la vente de draps à la coupe et de blés, froment et seigle surtout, et à des opérations de prêts. Seul le commerce des grains le conduit à opérer sur un marché sensible. Il prend appui sur les foires locales et régionales de Bayonne, Dax et Saint-Sever pour élargir le rayon géographique de ses affaires. Il pratique aussi d’autres activités complémentaires, notamment le commerce du vin et de vêtements tel que des chausses et des manteaux et à l’occasion de la viande salée, du poisson séché, des arbalètes et du pastel. Il travaille en fonction des besoins de ses clients auxquels il procure les marchandises et les services nécessaires à leur quotidien. Pour compenser le manque de numéraire, il procède avec ses clients et ses fournisseurs, à des opérations de troc. Faire crédit à un client n’apparaît pas seulement comme un acte à caractère économique mais aussi comme un moyen d’établir une relation sociale avec cette personne. L’honneur et la renommée du marchand se nourrissent de la dépendance des débiteurs envers lui.

La clientèle de Fortaney Dupuy était constituée de citadins principalement de sa paroisse et surtout de ruraux résidents dans les paroisses situées dans un rayon de quelques kilomètres autour de Bordeaux que les auteurs cartographient. Dans la documentation on voit défiler au fil du temps des familles entières. Au-delà du client titulaire d’un compte, les garants et les témoins, souvent choisis parmi les parents et les amis, dessinent un deuxième cercle de sociabilité. Les livres de compte permettent d’observer de façon relativement détaillée la répartition géographique, la composition socioprofessionnelle, les goûts et les comportements de sa clientèle.

La vie privée de ce marchand reste malheureusement dans l’ombre car les documents, et on peut le regretter, sont tout aussi avares en confidence sur ses clients que sur lui-même et les siens. Il ne fait pas œuvre de chroniqueur et n’a pas voulu ou n’a pas su se faire le témoin de son temps mais il est vrai que les documents qui nous sont parvenus étaient avant tout destinés à garder la trace de ses activités commerciales et financières, le livre dit de raison est en fait un livre de comptes.

Grâce à l’exceptionnelle richesse de ce dossier unique en son genre pour cette période, Michel Bochaca et son complice Jacques Micheau font donc sortir de l’anonymat Fortaney Dupuy que l’on peut désormais ajouter à la courte liste d’une douzaine de marchands de la fin du XVe et du début du XVIe siècle qui dans le royaume de France ont laissé une comptabilité qui a fait l’objet d’une étude. Ce bel ouvrage, parfaitement écrit et structuré, enrichit très sensiblement nos connaissances de l’histoire économique et sociale de Bordeaux.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Noémi Lévy-Aksu, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909). De l’Etat au quartier, Paris, Karthala, 2013 (Nora Lafi)

Ce livre, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2010, porte sur le dispositif policier de l’Empire ottoman en sa capitale, Istanbul, entre la période des Tanzimat et les lendemains de la révolution jeune-turque, avec une attention particulière à la notion d’ordre public : « plus que les institutions, ce sont leur intégration dans l’espace urbain et ses limites, ainsi que leur contribution à la définition de l’ordre et du désordre » (p.16) que l’auteure a souhaité étudier, dans la lignée des travaux de Ferdan Ergut et de Nadir Özbek. Le travail que propose Noémie Lévy-Aksu se situe ainsi résolument aux confins de l’histoire institutionnelle, de l’histoire urbaine et de l’histoire sociale. Il dialogue aussi bien avec les réflexions contemporaines sur l’interprétation de l’effort ottoman de modernisation administrative pendant les Tanzimat, qu’avec les questionnements sur la nature du régime mis en place par Abdülhamid II, notamment autour de son système de surveillance, ou qu’avec les recherches convergentes d’un certain nombre d’historiens sur l’histoire de la police dans différents contextes urbains, dont Brigitte Marin, Vincent Milliot et Clive Emsley. Dans sa volonté de « lecture dynamique de la société ottomane » (p.21), l’auteure entend promouvoir une histoire sociale et urbaine de l’ordre public dont l’ambition est aussi de saisir la dimension quotidienne des rapports entre population et appareil de surveillance et de répression. Les sources utilisées sont essentiellement issues des archives de l’Etat ottoman à Istanbul (BOA) : ministère de la police et palais de Yıldız puis sûreté générale pour la fin de la période. Une des limites de ce corpus, comme le souligne Noémie Lévy-Aksu elle-même dans son introduction, est de ne donner qu’une vision partielle de l’action de la police, puisque souvent les rapports complets ne se trouvaient pas dans les dossiers concernés. Pour contourner ce biais, une piste était, à la manière de Cem Behar, de partir en quête des chroniques des chefs de quartier (muhtar). L’auteure tente de la suivre dans la dernière partie du livre. Une autre piste aurait été d’étudier plus en profondeur l’inertie, dans la période des réformes ottomanes, des pratiques administratives d’ancien régime : dans les archives, jusqu’à la fin de l’Empire, cette logique a continué à prévaloir. Les rapports complets se trouvent souvent dans les archives relatives au dialogue pétitionnaire. On y trouve non seulement les plaintes, mais aussi les témoignages et les rapports d’enquêtes. Ceci dit, le corpus proposé par l’auteure reste extrêmement cohérent et précieux, d’autant plus qu’il est complété par des sources annexes, comme la presse, les textes réglementaires et les débats au parlement.

Le premier chapitre de l’ouvrage est consacré aux mots de l’ordre et du désordre. Il commence par des considérations sur l’étymologie même de Tanzimat, autour du mot nizâm, ordre. La réforme est ainsi remise en ordre. Suivent des digressions plus ou moins convaincantes sur la notion d’ordre dans les réformes urbaines de l’époque des Tanzimat. Les remarques linguistiques de Noémie Lévy-Aksu sont également discutables en ce qui concerne le mot âsâyiş, l’ordre public. La nouveauté bureaucratique de l’usage du mot est sans doute bien moins grande qu’elle ne l’écrit. On trouve le mot employé avec un sens similaire plusieurs siècles auparavant de manière abondante, notamment dans les rapports de police sur les troubles urbains dans diverses partie de l’empire. En revanche, les réflexions sur l’expression d’époque hamidienne âsâyiş ber-kemal (l’ordre règne) sont plus convaincantes, et au moins significatives du zèle rapporteur des policiers de l’époque. Le chapitre propose aussi d’intéressantes considérations sur les mots du désordre, entre notations morales et jugements politiques.

Le deuxième chapitre est consacré à un panorama de la question de la sécurité publique dans la capitale ottomane, autour de deux enjeux principaux : d’une part les conséquences de l’abolition du corps des janissaires en 1826, et d’autre part celles du développement des flux migratoires. Pour chacun de ces aspects, l’auteure parvient à situer avec finesse son objet en rapport aux tendances récentes de l’historiographie. Le chapitre suivant est consacré à l’émergence de la thématique de l’ordre public dans le discours et les pratiques du pouvoir. « Notre hypothèse est que le règne hamidien et le début de l’époque jeune-turque sont marqués par une tentative d’objectivation du concept d’ordre public » (p.89) annonce Noémie Lévy-Aksu en ouverture. Elle suit ensuite cette piste au travers de l’idée d’une standardisation des rapports de police. Malheureusement cette idée n’est en rien convaincante : d’une part l’auteure n’a pas trouvé les rapports en question, et d’autre part ce qu’elle décrit correspond à des pratiques et des instructions que l’on peut retrouver sous des formes très comparables pour l’ancien régime : définition bureaucratique d’un style de rédaction, instruction de la hiérarchie en vue de l’obtention d’une production convergente en contenu et en forme. Il n’y a là guère de nouveauté que l’on pourrait attribuer à la modernité administrative de l’époque. Il en va en revanche différemment pour ce qui concerne le développement de l’usage des instruments statistiques : dans ce cas en effet le rapport entre appareil de surveillance et société en est modifié. Le chapitre apporte de précieux éléments à cet égard. C’est aussi le cas pour ce qui concerne le traitement des faits divers dans la presse stambouliote. L’auteure élabore à partir de cette ressource une typologie des désordres et des réponses qui y sont apportées, entre morale et répression. Les paragraphes sur l’insécurité nocturne, la marginalité telle que présente au cœur du quartier de Galata, la présence de groupes de célibataires en ville, vue comme potentialité de désordre, et la volonté de dissimuler la prostitution sont particulièrement convaincants. Dans le chapitre 4, le cœur de l’attention est apporté aux étapes de la réforme de la police d’État sous Abdühamid II, avec en toile de fond la question de la spécificité de la capitale, notamment par rapport aux attributions de la police municipale. Seule une étude plus précise des compétences et actions de celle-ci aurait cependant pu permettre de faire avancer les débats historiographiques, qui ne sont qu’évoqués. Se pose aussi la question de la répression de l’agitation révolutionnaire arménienne, qui mène aux massacres de 1895. Le soin que met l’auteur à rechercher les traces d’une opinion publique sur le rôle de la police est en revanche très appréciable. Le chapitre 5 se confronte au rôle de la police pendant les événements de 1908. L’analyse des conséquences politiques et relatives à l’ordre public d’une amnistie promulguée à l’été de cette année permet de suivre les événements sous un jour original. Il en va de même pour la narration de l’épuration opérée au sein de la police après ceux-ci. Mais ce que Noémie Lévy-Aksu parvient à mettre en évidence, c’est surtout, au-delà des vicissitudes de carrière, une certaine continuité dans les méthodes avec le règne d’Abdülhamid II, ainsi que la « criminalisation croissante des marginalités sociales » (p.184). Ces pages s’inscrivent dans la veine actuelle d’un renouveau de l’histoire sociale ottomane, illustrée par exemple par les travaux de Florian Riedler ou de Malte Fuhrmann. Après un bref chapitre sur l’expertise étrangère à Istanbul, dans lequel on suit le parcours dans la capitale ottomane des inspecteurs français Bonnin puis Lefoulon, deux chapitres importants sont consacrés à l’échelle du quartier. Ils permettent de refaire le lien avec l’espace de la ville et avec son histoire héritée de l’ancien régime. On y retrouve des figures connues pour cette période et suit leur évolution au cours des différentes réformes étudiées : c’est là que la démarche du livre prend tout son sens. Le choix de cette échelle permet en effet de se rapprocher du quotidien de l’ordre public, en mettant en lumière le rôle des chefs de quartier, des veilleurs de nuit et des notables communautaires. Cela débouche sur un passionnant chapitre 9 consacré aux kabadayı, ces voyous parfois utilisés par la police secrète comme hommes de main ou agents provocateurs. Toutes ces dimensions sont illustrées par un dernier chapitre consacré au cas du quartier de Tophane.

Ce livre constitue donc au total une ressource précieuse pour le chercheur, non seulement par son positionnement dans une historiographie en plein renouvellement, mais aussi par sa capacité à proposer des décalages d’interprétation qui permettent d’avoir de l’ordre urbain à Istanbul au tournant du 20e siècle une vision plus articulée.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : La Maison de la culture de Firminy, ouvrage collectif, éd. La passe du vent, Vénissieux, coll. Patrimoine pour demain, 2013, nombreuses illustrations. (Richard Klein)

A la fin de l’année 1966, quand la revue L’Architecture d’Aujourd’hui consacre un numéro spécial aux édifices culturels, la partie dévolue aux Maisons de la culture est introduite par des extraits d’un rapport d’Émile Biasini. Á la fois bilan des premières Maisons de la culture ouvertes au public et énoncé des perspectives pour les prochaines réalisations, le texte insiste clairement sur l’objectif de flexibilité du programme qui implique même la conscience de l’imprévisibilité des usages et ses incidences architecturales : « Quelles sont les activités à prévoir dans une maison de la culture. La réponse est : toutes, et même celles qui ne sont pas encore inventées. S’il est difficile d’imaginer ces dernières, il faut pourchasser toutes les servitudes que l’architecture peut imposer à l’exercice d’une activité culturelle, (…) Ces exigences techniques sont à résoudre en tenant compte non seulement du présent, mais de l’avenir »1. Dans cette livraison de la revue qui paraît une année seulement après le décès de Le Corbusier, la fonction de modèle de la Maison de Firminy qui vient de s’achever est manifeste alors qu’elle n’est pourtant pas une Maison de la culture au sens ou l’entendait la définition du programme phare de la politique culturel qui naît avec le secrétariat d’Etat d’André Malraux à partir de 1959.

Le livre La Maison de la culture de Firminy est la deuxième livraison d’une collection intitulée « Patrimoines pour demain » dont l’objectif est de faire connaître à un public le plus large possible un édifice restauré. C’est donc l’ambition de cet ouvrage, assez richement illustré comprenant plusieurs contributions et essais de Gilles Ragot, Sophie Omère et Michel Kneubühler.

Dès son élection, en 1953, le Maire de Firminy, Eugène Claudius Petit, met en chantier un nouveau plan d’urbanisme en appelant d’anciens collaborateurs du ministère de la reconstruction qui sont chargés de créer le nouveau quartier de Firminy Vert, sur des terrains vallonnés au sud de la ville ancienne. Le centre civique de Firminy Vert est confié à Le Corbusier en 1955 à partir d’un programme comprenant une église, un stade, une piscine et une « maison de la culture et de la jeunesse ». Première réalisation du centre civique, l’œuvre est le produit d’une genèse mouvementée. Un premier projet d’associe la maison de la culture aux tribunes du stade (1956-1958). Le profil de l’ensemble tire de cette double fonction une toiture mono-pente et une façade biaise tournée vers le terrain de sport qui protège les gradins des tribunes. Le second projet proposé en juillet 1958 repose sur une dissociation entre les deux équipements, mais garde du dispositif initial quelques caractéristiques essentielles. Même si Le Corbusier prévoyait d’associer à la Maison un théâtre en plein air et une « boîte à miracle » devant permettre d’assurer des pratiques théâtrales dans de bonnes conditions, le programme de la Maison de la culture de Firminy est celui d’une grande maison des jeunes. Une largeur relativement faible (18 mètres) et la longueur importante (112 mètres) du plan conditionnent le fonctionnement de l’équipement envisagé comme une promenade linéaire ponctuée d’espaces d’activité absorbant au besoin les doubles hauteurs. Le système structurel de la couverture associant des plaques de béton cellulaire à des câbles tendus et l’articulation des trois niveaux avec la topographie distinguent fortement cette réalisation du corpus des Maisons de la culture qui reposent toutes sur des solutions compactes. Les 16 travées rythmées par des pans ondulatoires expriment la filiation directe du projet avec celui du couvent de la Tourette dans lequel Iannis Xenakis avait développé ces dispositifs harmoniques de partitions menuisées. Le Corbusier visite le chantier le 21 mai 1965, et meurt la même année avant que la construction ne soit entièrement achevée. André Wogenscky termine le chantier et Pierre Guariche conçoit les aménagements intérieurs ainsi qu’une grande partie du mobilier. La Maison est inaugurée le 15 octobre 1966.

Gilles Ragot, dans l’essai intitulé Firminy toute une histoire, évoque les liens amicaux et intellectuels qui lient Eugène Claudius Petit, Ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), à l’architecte Le Corbusier puis relate la genèse du projet urbain de Firminy envisagé comme une illustration des préceptes de la charte d’Athènes et la place de la Maison des jeunes de Firminy dans l’ensemble de logements et d’équipement culturels et sportifs de Firminy vert. Dans un récit précis et documenté l’auteur insiste sur les hésitations programmatiques qui feront que la Maison de Firminy est plus qu’une Maison des jeunes et moins qu’une Maison de la culture, mais également sur l’attention à la topographie et au paysage, l’origine de certains choix techniques comme celui de la toiture ou encore les péripéties du chantier (1961-1969) que révèlent les archives. Sophie Omère envisage l’examen du mobilier de Firminy comme un révélateur significatif du design des années 50 et 60. La conception du mobilier spécifique de travail ou pour le spectacle, la fourniture de mobilier sont assurées entre 1966 et 1969 par Pierre Guariche et se poursuivent entre 1969 et 1972 sans lui. L’analyse des appareils d’éclairage qui méritaient sans doute de plus amples développements ou la restauration du mobilier sont traitées sous la forme d’images commentées. Jean-François Gange-Chavanis, dans un entretien, rappelle que les architectes en chef des monuments historiques sont des généralistes mais souligne néanmoins quelques singularités de la restauration et de la « préservation de l’identité » de l’édifice. Michel Kneubüleher revient sur les hésitations du programme et sur ce qu’elles révèlent de la politique culturelle Française, celle des maisons de la culture à partir de 1959, l’héritage des maisons du peuple et celle des tiraillements entre culture et éducation populaire. La reproduction d’une note personnelle d’Eugène Claudius Petit, Eléments de réflexion sur la maison de la culture de Firminy, éclaire justement le point de vue de l’acteur principal du côté de la Maîtrise d’ouvrage sur les hésitations, les tentations d’ordonner les activités humaines, et les tentatives de concilier éducation populaire et politique culturelle.

L’ouvrage ne s’attarde pas trop sur les années sombres de la Maison de la culture qui s’est fait tristement connaître pour un délaissement et des sinistres matériels à la fin des années 1980. On passe donc rapidement de la genèse à la restauration et au processus qui fait maintenant de cette Maison une des pierres d’un ensemble devenu patrimonial. L’oubli de quelques ressources bibliographiques et de quelques références notables au sujet des Maisons de la culture, l’ordre des contributions qui va de l’urbanisme et de l’architecture en passant par le mobilier pour arriver et à la politique culturelle et aux programmes qu’elle génère pourront étonner le lecteur savant qui peut cependant piocher avantageusement dans l’ouvrage, au gré des besoins ou des curiosités, sans craindre de chahuter une savante construction éditoriale.

Le guide de visite, dernière partie du livre est peut-être ce qui permet le mieux d’appréhender l’édifice à plusieurs échelles : celles du site et de l’ensemble urbain, la construction dans la globalité, dans ses composants programmatiques, les aménagements intérieurs et le détail. Servi par un récit descriptif et pédagogique, par des images contemporaines, cette partie renforce la compréhension de l’histoire mouvementée de l’édifice mais également de l’enchaînement des espaces et de la plastique corbuséenne.

1 « Les Maisons de la culture en France », L’Architecture d’Aujourd’hui n°129, édifices culturels, décembre 1966-janvier 1967, p. 66.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014. (Clara Chevalier)

Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Genre à lire… et à penser », 2014, 249 p. (Clara Chevalier)

Issu d’une recherche post-doctorale, ce livre se situe dans la lignée d’une historiographie italienne marquée notamment par les travaux des modernistes Renata Ago, Angela Groppi et Anna Bellavitis, qui conjugue histoire des femmes, histoire sociale et approches juridique et économique. L’ouvrage se propose d’étudier l’action économique des femmes en analysant ensemble deux objets ordinairement peu associés dans l’historiographie : les propriétés et le travail des femmes. Il s’agit en particulier des femmes mariées du monde de l’artisanat et de la boutique dans la ville de Turin au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, soit dans un contexte de crise lié au déclin du secteur alors essentiel de l’économie piémontaise : l’artisanat de la soie. Cette recherche a également pour objectif de comprendre comment ces ressources économiques des femmes jouent sur les relations sociales au sein de la famille, dans la mesure où leur utilisation par les couples constitue un enjeu, a fortiori en cette période où ce groupe social est menacé par la paupérisation, et alors que le chômage et la cherté des vivres renforcent les mécanismes structurels d’endettement.

L’ouvrage, partagé en deux sections, aborde successivement les deux objets annoncés. La première partie porte sur les propriétés – en fait sur le patrimoine – des femmes, plus précisément sur les usages dans le cadre de l’économie familiale des ressources que sont la dot et le trousseau de mariage. Si l’enjeu de la constitution de la dot est dans un premier temps pour les femmes l’accès au marché matrimonial, elle se trouve durant la vie maritale au cœur de stratégies économiques déterminées par son statut juridique : la dot demeure propriété de la femme, sa gestion appartenant au mari. Mais surtout, la dot est inaliénable. Or, durant la période de crise, un nombre croissant de couples s’engage devant la justice civile dans des procédures d’aliénation dotale, dans le but de défaire les biens dotaux de leur statut de biens inaliénables, autrement dit d’obtenir la dot en argent. La procédure est semblable à celle qui permet l’aliénation de biens de mineurs, du fait de l’incapacité juridique qui frappe les femmes mariées. Elle ne peut avoir lieu sans l’accord explicite de chacun des conjoints, et est initiée par une supplique qui doit mettre en avant l’état de nécessité dans lequel ils se trouvent. L’aliénation de la dot sert à s’acquitter de dettes touchant à l’activité économique du couple comme à la vie quotidienne. La volonté d’aliéner la dot se comprend bien mieux dès lors que l’on conçoit la dot comme une dette : la décision judiciaire autorisant l’aliénation s’avère alors être l’unique moyen légal d’obtenir le paiement de la dot, promis mais souvent différé pendant de longues années, voire jamais concédé.

Une autre ressource économique se trouve, à la différence de la dot, pleinement possédée et gérée par les femmes : les biens paraphernaux, au premier rang desquels le trousseau. L’analyse de listes détaillées d’objets mis en gage, puis vendus aux enchères, montre que si les hommes sont majoritaires parmi les débiteurs, les objets engagés sont pour la plupart des vêtements féminins, c’est-à-dire des pièces du trousseau. Celui-ci, véritable « richesse en tissu », constitue donc une ressource cruciale puisqu’il permet l’accès aux réseaux de crédit.

La seconde section, consacrée au travail des femmes, aborde en premier lieu le problème de leur formation. L’accès des femmes aux corporations de métiers étant limité, celle-ci passe moins par la voie formalisée de l’apprentissage que par des parcours où les relations familiales jouent un rôle central. Ici, le genre conditionne sans équivoque la formation des femmes, dont l’enjeu est la possibilité d’accéder ou non à un métier qualifié.

Le travail des femmes mariées, vu comme secondaire, est quant à lui largement occulté dans les sources de l’époque moderne. Elles prennent part à l’activité familiale comme épouses sans pour autant être mentionnées, par exemple dans le recensement de la population turinoise de 1802, où sont indiqués les métiers des seuls chefs de famille – hommes, veuves, voire femmes célibataires. Beatrice Zucca se tourne donc vers d’autres documents : les registres de demandes d’aide adressées à l’Ospedale di Carità, principale institution de charité de la ville. La finalité de l’hôpital étant de prévenir la mendicité, le risque de chute sociale, le travail est valorisé dans la définition des « bons pauvres ». Formuler une telle demande nécessite alors de faire explicitement état de l’activité économique de l’ensemble des membres de la famille. Le croisement nominal des deux sources permet ainsi de découvrir l’identité professionnelle de certaines femmes. S’il est difficile de circonscrire le rôle des femmes mariées au sein de l’économie familiale autant que de distinguer les activités, souvent proches, des conjoints, la figure juridique de la « marchande publique », habilitée à répondre de tout ce qui regarde son propre commerce, confère en revanche aux femmes mariées une certaine liberté économique. Dans une économie d’Ancien Régime caractérisée par l’incertitude, le travail des femmes constitue une ressource décisive pour tenter d’enrayer le risque d’appauvrissement.

L’auteure montre enfin que la présence d’enfants n’écarte pas les mères, du travail rémunéré. Elles peuvent se tourner vers des travaux de couture, de filage ou de tissage effectués à domicile, dans le cadre du système de production proto-industriel, plutôt que vers des emplois d’ouvrière ou de journalière qui ne leur permettraient pas d’assurer le travail reproductif. Les enfants peuvent également être pris en charge par le réseau familial ou par l’hôpital, permettant aux mères de poursuivre leur activité. L’aide de l’Ospedale intervient à différents degrés : distributions de rations de pain, mises en nourrice, hospitalisations temporaires des enfants n’ayant pas atteint l’âge de travailler. Contrairement aux garçons, les filles internées se voient dispenser une formation davantage tournée vers la préparation au mariage que vers l’accès à un métier qualifié. Mettre en regard recours aux secours institutionnels et au réseau familial permet par ailleurs d’interroger une idée souvent admise : la primauté des solidarités familiales dans l’Europe du Sud.

L’étude de Béatrice Zucca cherche à démontrer que les ressources économiques des femmes ont « une valeur en soi », indépendamment de l’économie familiale dans laquelle elles s’inscrivent. Elle souligne le fait que leurs propriétés y sont indispensables : le capital qu’elles apportent joue un rôle décisif dans l’accès aux ressources nécessaires pour entreprendre puis maintenir une activité économique. Leurs ressources ne représentent donc pas un apport secondaire : leurs propriétés – dont le mari peut être dépourvu – et leur travail – souvent qualifié mais non reconnu – sont néanmoins maintenus dans une position marginale par un discours qui les présente avant tout comme épouses et mères.

Le second objectif du livre, qui visait à déterminer si ces ressources économiques confèrent aux femmes une marge de manœuvre au sein du couple, un poids dans le choix des stratégies économiques à mener, s’avère plus difficile à atteindre car une telle question pose nécessairement un problème de sources. Si Béatrice Zucca insiste par exemple sur le fait que le consentement formel de la femme est nécessaire pour solliciter l’aliénation de la dot, on ignore à qui revient la décision – il en est de même en ce qui concerne l’engagement des biens du trousseau. Ici, le propos du livre convainc moins car l’auteure, en affirmant l’existence de « complicités conjugales », que tout laisse supposer mais que rien n’étaye, tient pour évidentes des propositions qui demeurent des hypothèses.

Cette recherche soulève une question majeure pour les études de genre en histoire : il y a un véritable intérêt à prendre pour objet le travail, qui constitue en sociologie l’enjeu des rapports sociaux de sexe – notamment selon la sociologue Danièle Kergoat. Un vaste travail d’historicisation de la division sexuelle du travail reste à mener. La recherche de Béatrice Zucca engage à cette tâche, en pointant la nécessité de ne pas dissocier la question du travail de celle de la propriété, centrale dans l’économie d’Ancien Régime puisque c’est bien elle qui conditionne la possibilité d’accéder au crédit, déterminant dans la construction des hiérarchies sociales.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts