Archives pour la catégorie Lectures

Cyril Courrier, La Plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, BEFAR 353, 2014 (Noëlle Géroudet)

Cyril Courrier, La Plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, BEFAR 353, 2014, 1031 p., 12 ill., 25 tableaux (Noëlle Géroudet).

Si la plèbe de Rome a fait l’objet de nombreuses études que Cyril Courrier rappelle dans une bibliographie copieuse et récente (jusqu’en 2011 ; p. 919-974), aucune jusque-là ne l’avait envisagée sous un angle aussi original. C’est une vraie thèse que le nombre de pages ne rend pas indigeste. Elle se lit aisément tant l’empathie de l’auteur avec son sujet est évidente et se présente comme un outil de travail avec une annexe copieuse (p. 745-916) qui correspond à une base de données répertoriant 295 actions collectives de la plèbe (accès libre http://actoz.db.huma-num.fr/fmi/webd ; mode d’emploi p. XI). Chaque action fait l’objet d’une fiche avec les indications de lieu, motif, caractères, modalités, terminologie, sources, bibliographie afférente. Cinq indices rendent la consultation aisée (979-1023) : index des sources, des noms propres, des toponymes, des matières (par thèmes, très utile), des actions collectives. Trente sept tableaux, croquis, plans, photos appuient la démonstration (p. 975-978).

L’auteur veut démontrer que pendant la période cruciale de la fin du IIe s. av. J.-C à la fin du Ier s. ap. J.-C., la plèbe de Rome, présentée essentiellement par une aristocratie méprisante comme un tout immature, affamé, prompte aux soulèvements, n’est pas ce lumpenproletariat totalement dominé, voire un antimonde privé d’identité, de culture, d’opinion politique. Cyril Courrier développe à cette fin une argumentation en trois parties. Dans la première (p. 21-293) il faut prouver qu’il existe bien une plèbe enracinée dans la Ville, pas seulement des immigrés permanents aux conditions de vie trop précaires pour se reproduire et par là, incapables de se forger une identité, a fortiori une culture. Le rôle des frumentationes est souligné dans la constitution d’un noyau favorisé : la plèbe frumentaire. Au quotidien, les plébéiens ont un horizon culturel limité au quartier d’un hectare environ, regroupant de 600 à 1 000 personnes, où l’on mène une vie de village, routinière, faite de solidarités et de mesquineries. La pratique d’un métier sert à mettre en valeur une forme d’honorabilité par le biais de la compétence pratique et théorique (1 470 inscriptions dépouillées dans le tableau 17). On voit se dessiner une plèbe complexe et stratifiée.

Aussi la seconde partie s’intéresse-t-elle plus précisément (p. 295-421) au groupe que les sources nomment plebs media. L’auteur démontre de façon convaincante qu’il ne s’agit pas d’une couche moyenne au sens actuel, mais d’un groupe « au milieu », entre les aristocrates et les autres, y compris les bénéficiaires des frumentationes dont son aisance l’exclut. Cette fraction a assimilé les normes et les valeurs aristocratiques en les modifiant pour en faire sa chose (p. 409 intéressante étude du motif du banquet couché) « incomplètement plébéienne, imparfaitement aristocratique ».

La troisième partie s’interroge logiquement sur le comportement politique de ces différents groupes (p. 423-726) pendant la période républicaine (chap. 6) et au début de l’Empire (chap. 7). Elle se lit en parallèle avec la base de données. À l’époque républicaine, la plèbe utilise les cadres légaux pour des révoltes essentiellement dirigées contre le Sénat et les magistrats. Par une sorte de pacte social, « la plèbe avait intégré les contraintes et les exigences d’une organisation sociale dans une norme de comportement ». Il est évident que l’instauration de l’Empire modifie les paramètres. Plus encore que sous la République, les sources sous-estiment et mésestiment (Juvénal) le rôle de la plèbe qui devient une entité floue (« foule », « peuple ») face au Prince et ajoutent à la construction du stéréotype « bon ou mauvais prince » un peuple calme ou en effervescence. L’auteur étudie comment se substitue progressivement au trio sénat, Prince, peuple, un face à face prince-peuple dans des lieux nouveaux mais avec un attachement précoce et sincère. Les différents moyens d’action du peuple et leur cause sont finement étudiés à travers toutes les manifestations : acclamations, rituels, cérémonies, violences, rumeurs. Dans cette partie, Cyril Courrier substitue au cliché habituel une image de la plèbe ayant une conscience politique, « elle avait un rôle à jouer et savait qu’elle avait un rôle à jouer ».

L’ampleur du travail ne saurait se résumer à ces quelques lignes. Aussi allons-nous mettre l’accent sur les principales caractéristiques qui en font la richesse, outre l’importance et la qualité des notes. L’historiographie du sujet est parfaitement maîtrisée ; non seulement l’auteur résume les différents points de vue d’une façon qui montre qu’il les a lus, mais il s’insère dans le débat (pas toujours élégamment, péché de jeunesse !). On citera entre autres (p. 7-125) la controverse sur l’UGE1 selon laquelle Rome ne serait qu’un tombeau insalubre et surpeuplé dont la population n’augmenterait que par immigration constante de ruraux. On citera aussi (p. 303-367) la discussion sur la plebs media lancée par Paul Veyne dès 2000 ou la nature de la République romaine (p. 431-437).

Le deuxième point fort de cette thèse est le recours à d’autres disciplines que l’histoire en particulier la géographie sociale, la sociologie, en recourant au concept de culture parfaitement défini (p. 4), aux comportements collectifs (p.123, 430), en étudiant la plèbe comme un groupe hétérogène mais avec une conscience « de classe » pourrait-on dire, incomplètement soumis à la culture dominante des aristocrates et qui développe ses propres codes. Le recours à l’informatique pour la constitution de la base de données permet seule de maîtriser l’ensemble des divers renseignements et de les croiser.

Il faut relever l’efficacité de l’exploitation des sources traditionnelles connues ou négligées : les tableaux pour tenter d’évaluer la part de « pouvoir d’achat » que libèrent les frumentationes (p. 50), le tableau 10 qui permet d’évaluer la quantité d’eau par habitant/jour. Le croisement des textes et de l’épigraphie produit de remarquables pages sur la structure des tribus (p. 316-335). L’auteur fait preuve d’une extrême prudence dans le maniement des sources en rappelant leurs spécificités : faible nombre, hostilité toute aristocratique des auteurs et fréquente reconstruction des événements. L’iconographie n’est pas oubliée : étude des gestes du travail (p. 367 et suiv.), du thème du Totenmahl (p. 411). On peut s’étonner d’ailleurs de l’absence de photos.

On regrettera que les affranchis citoyens romains ne soient pas plus clairement associés à la culture de cette plèbe ou que le rôle du patronat soit mieux pris en compte. De même aurait-il fallu ne pas nier complètement la possible manipulation de ce groupe (juste évoquée). Ces restrictions n’enlèvent rien au plaisir que l’on prend à côtoyer et mieux connaître les « Romains ordinaires ». N’est pas ce qui fait le bon historien ?2

1 Urban graveyard effect

2 « Le bon historien ressemble à l’ogre de la légende. Là où il sent la chair humaine, il sait que là est son gibier » Marc Bloch€

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Jean-Yves Andrieux (sous la direction de) Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes-Cités d’art de Bretagne, 2014 (Yann Lignereux)

Jean-Yves Andrieux (sous la direction de) Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes-Cités d’art de Bretagne, 2014, 383 p. (Yann Lignereux)

Le volume dirigé par Jean-Yves Andrieux est un objet historiographique hybride dont l’intérêt s’appuie tout autant sur la remarquable iconographie dont il bénéficie que sur une science historique solidement charpentée. L’ouvrage est divisé en quatre parties chronologiques dont la responsabilité a été confiée successivement à Yvan Maligorne, Yves Coativy et Daniel Pichot pour la « Naissance de la ville », à Georges Provost, André Lespagnol, Jean Martin, Gauthier Aubert et Guy Saupin pour la période courant « De la ville médiévale à la ville classique », à Pascal Burguin, Claude Geslin, Gérard Le Bouëdec et Jean-Yves Andrieux pour « La ville du XIXe siècle », et, enfin, à Philippe Bonnet, Patrick Dieudonné et Daniel Le Couédic pour « La ville du XXe siècle ». Davantage encore que cette double qualité, le livre de Jean-Yves Andrieux retient toute l’attention du lecteur par le militantisme dont il fait preuve en ce sens qu’il bat en brèche l’idée confusément partagée que la Bretagne, pays de marins héroïques et de paysans immémoriaux, ne pourrait fondamentalement pas être une terre de villes et de citadins. Ce caractère démonstratif et sa qualité de « beau livre » sont redevables d’un projet porté autant par l’association « Petites Cités de Caractère de Bretagne » que par l’union des « Villes d’art et d’histoire et des Villes historiques de Bretagne » qui ont conjugué leurs efforts et ont su s’adjoindre la maîtrise éditoriale des Presses Universitaires de Rennes. Ouvrage politique à plus d’un titre donc, objet patrimonial remarquable, c’est un livre d’histoire surtout qui embrasse la chronologie – du second âge du fer au XXIe siècle – du fait urbain breton à même de convaincre de l’inanité de l’imagerie fantasmée d’une Bretagne où la Ville ne pourrait jamais être autre chose qu’une cité submergée par les flots, telle Ys des légendes, ou l’horizon incertain de campagnes suffisantes dans un rapport qui se limiterait à unir la terre et le Ciel. Il se veut, enfin, la démonstration d’une conjugaison régulièrement déclinée tout au long de cette vaste chronologie de la modernité bretonne, celle du radôme de Plemeur-Bodou et du tourisme contemporain des villes patrimonialisées comme celle des modélisations urbaines des Lumières et des bourgs fortifiés du XIIIe siècle. Cette inscription dans la contemporanéité est particulièrement sensible dans la part belle donnée simplement en termes de pagination au siècle passé mais également dans la construction intellectuelle de l’ouvrage qui clôt le séquençage chronologique par une cinquième partie confiée à Patrick Harismendy et Jean-Bernard Vighetti embrassant « La ville symbolique : de l’Ancien Régime au XXIe siècle » et dont le titre de la seconde séquence est, dans sa partie finale, comme la bannière sous laquelle s’est rangée toute l’entreprise éditoriale : « la ville retrouvée ». L’ampleur tant chronologique que thématique de l’ouvrage empêche, comme bien souvent pour ce genre historiographique, de procéder à un compte-rendu aussi précis qu’exhaustif mais je voudrais, pour le conclure, conjurer l’effet possible sur le lecteur des lignes qui précèdent d’un propos ne pouvant intéresser qu’en priorité les contemporanéistes. Les quatre périodes chronologiques sont bien au cœur de l’ouvrage et le temps long de la ville côtoie le ré-enchantement urbain actuel et les recompositions mémorielles contemporaines dont le livre souhaite être, tout à la fois, le témoin et le chantre. L’historien également de son propre projet puisque le livre se clôt sur l’ample travail accompli à partir des années 1990 par les maîtres d’œuvre de l’ouvrage afin de mettre en scène une richesse urbaine dont la méconnaissance en termes d’intérêts patrimoniaux et touristiques était flagrant jusqu’à la fin des années 1970. Un ouvrage bel et bien politique donc car au-delà des chapitres attendus sur la pax romana, la renaissance bretonne du XIIIe siècle, la ville parlementaire et les cités idéales des intendants et des ingénieurs des Lumières comme des reconstructions de la seconde moitié du XXe siècle, le spectacle déployé au long de ces 300 pages est d’abord la reconnaissance d’une éducation du regard pour continuer à faire de la cité un espace à « faire partager à tous », affirmation d’une ambition avec laquelle s’achève la dernière phrase du volume lui-même.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Vanessa Caru, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin/Recherches, 2013, préf. de Jacques Pouchepadass (Jean Lorcin)

Vanessa Caru, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin/Recherches, 2013, préf. de Jacques Pouchepadass, 412 p. (Jean Lorcin)

Cette thèse de doctorat d’un chercheur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales issu de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon vise un double objectif1.

Tout d’abord, elle souligne le déplacement des conflits sociaux des usines, dans une ville vouée à l’industrie du coton, aux logements sociaux, qu’ils soient édifiés par le patronat ou par l’État. Le patronage d’E. P. Thompson légitime cette approche, qui met au premier plan les servitudes de la vie quotidienne. Ce déplacement rappelle, sous nos latitudes, le transfert des luttes du Parti communiste de la cellule d’entreprise à la cellule de quartier. Á Bombay, les communistes, pour échapper à la répression, transfèrent leurs réunions des sections d’usine (mill committee) dans les cours des immeubles sociaux (p. 258-259). Cette évolution est allée de pair avec la reconnaissance du rôle des femmes, ici peu développé. Cette lacune ne laisse pas de surprendre à une époque où la gender history anglo-saxonne fait prime sur le marché des idées. Elle peut s’expliquer par la marginalisation bien réelle de la femme dans un contexte religieux hindouiste ou musulman. Il n’est que de voir l’importance accordée par les locataires à la ségrégation des femmes dans un espace réservé, quitte à couper en deux l’unique pièce du logement par un mur à mi-hauteur, au risque de plonger « la partie de la pièce la plus éloignée de la fenêtre dans une obscurité permanente », objectait le Land Manager du Bombay Developpment Department2 qui gérait les logements sociaux construits par l’Etat à partir de 1919.

L’expression « des toits sur la grève » prend alors tout son sens. Ce transfert de luttes sociales de l’usine au logement est le fait d’une politique délibérée du patronat, qu’il ait le soutien du pouvoir colonial ou des nationalistes du Parti du Congrès, au pouvoir après la Seconde Guerre mondiale, avec l’Indépendance. Il s’agit d’enrayer le mouvement social par des réformes sociales qui portent non sur le salaire minimum, objet principal d’une revendication ouvrière qui se heurte à l’opposition frontale de patronat, mais sur le loyer. Sur ce terrain, en effet, l’Etat, colonial ou national, peut relayer les patrons d’usines en construisant des logements sociaux. C’est le reflet des politiques métropolitaines de lutte contre les slums, le taudis, avec les cités-jardins anglaises, les HBM françaises, etc. Cette politique sociale réformiste favorise une classe moyenne ouvrière dont les autorités patronales ou coloniales s’efforcent de dissocier le sort de celui de la masse misérable qui reste confinées dans des taudis. L’auteur se réclame, ce faisant, de Gramsci, qui a théorisé cette stratégie patronale de division de la classe ouvrière par son embourgeoisement social, culturel et politique auquel contribuaient même les nationalistes. Ils luttaient contre des pratiques populaires comme les festivités accompagnées de chants religieux (p. 273) avant de les récupérer en les colonisant, tout comme les gymnases où l’on s’exerçait à la « lutte » traditionnelle (p. 309), aux mains jusqu’alors de mafias locales. Pour autant, la gauche du parti du Congrès, avec Nehru, se montrait fort critique à l’égard de la rente de situation des propriétaires qui accaparaient le pouvoir municipal, les candidats aux élections municipales devant assurer seuls le coût de leur campagne électorale, ce qui ne pouvait que favoriser les classes possédantes (p. 316). Ce transfert du terrain des luttes de l’usine au logement n’a pu qu’être accentué par la désindustrialisation de Bombay après 1950.

Le deuxième apport original de la thèse de Vanessa Caru n’apparaît qu’in fine, avec la description des premières années de l’Indépendance : c’est relativiser la portée de la « décolonisation ». Les autorités de l’Empire britannique sur son déclin ont partie liée avec les nationalistes bourgeois du Parti du Congrès, le parti de Gandhi, face à l’agitation ouvrière naissante, après avoir tenté en vain d’en freiner les progrès en utilisant la surenchère socialiste. Les autorités coloniales ont fini par ménager les nationalistes bourgeois et faciliter leur accès au pouvoir lorsqu’elles se sont senties menacées par l’agitation sociale. « Nos intérêts se touchent », disait une caricature tunisienne au lendemain de l’Indépendance : on voyait en effet sur le dessin se coller l’une à l’autre les bedaines respectivement du colon coiffé d’un casque colonial et du notable local coiffé d’une chéchia. C’est une illustration de la relativisation du saut qualitatif de la décolonisation qu’illustre, ailleurs, par exemple, la permanence de la « Françafrique ».

Comme on le voit, cette thèse vise à mettre en question un certain nombre d’idées reçues, la réduction des luttes sociales à la question du salaire, sur le terrain de l’usine, la révolution qu’aurait représenté la décolonisation. Cela ne rend que plus regrettable de voir bien souvent ces conclusions explicitées clairement seulement en conclusion des chapitres et du livre. En effet, le plan chronologique choisi par l’auteur, neuf chapitres, neuf périodes, disperse gravement l’intérêt. Un exemple : la description des effets pervers du culte de la vache, introduite dans les logements sociaux contre tous les règlements, qui ne tolèrent que les chats, témoigne de la permanence de certaines pratiques comme « l’utilisation de la bouse de vache » pour « laver » les sols, attestée en 1904 comme au début des années 1920 (p. 239). Il en est de même de la place faite au logement social, réduit à une seule pièce, avec une moyenne de sept habitants, les sous-locataires étant tolérés : cela reste la norme du début du XXe siècle (p. 147 et 165) aux années 1950 (p. 336) ! Il en est de même des conditions d’hygiène, l’afflux des populations pendant les deux guerres mondiales qui ont créé un large appel de main-d’œuvre, n’ayant fait que les aggraver. L’approvisionnement en eau laissait toujours à désirer, les ordures continuaient de s’entasser au voisinage des cités : « Les enfants s’amusent beaucoup à fouiller dans les tas de déchets pour y trouver des bouts de tissu, de papier, de bois, de boîtes de conserve, etc. », déclarait une travailleuse sociale encore en 1946.

Il aurait donc été préférable de choisir un plan thématique, quitte à faire précéder le développement par un simple tableau chronologique croisant l’événementiel politique avec les mutations urbaines, comme le passage du bois et de la brique au béton armé (p. 46, n. 1 et p. 152) dans la construction des logements sociaux ou l’investissement des banlieues par le logement ouvrier.

La reproduction photographique des plans successifs de la ville de Bombay est pleine d’intérêt, mais, compte tenu du format adopté, nous rend difficile la lecture sans loupe. Il eut fallu souligner les grandes étapes du développement du logement social par des croquis illustrant, par exemple, la liaison de sa localisation avec celle des usines et avec le réseau des moyens de transport publics.

Ces réserves faites, il n’en reste pas moins que cette thèse, appliquée à un domaine exotique mal connu des chercheurs français – l’essentiel de la bibliographie, à part quelques références à Annie Fourcaut, Roger-Henri Guerrand, Jean-Pierre Goubert ou Alain Corbin, est anglo-saxon ou indien – apporte une ouverture originale sur le lien entre les luttes sociales et l’urbanisation applicable à l’ensemble des villes coloniales, en particulier en Afrique francophone.

1 Vanessa Caru a reçu pour sa thèse le prix de la SFHU en 2011.

2 27 juillet 1923, cit. p. 204, note 1.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Marc Boone, Martha Howell (eds) The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Studies in European Urban History n°30, Turnhout Brepols, 2013 (Cléo Rager)

Marc Boone, Martha Howell (eds) The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Studies in European Urban History n°30, Turnhout Brepols, 2013 (Cléo Rager)

Depuis la parution de La Production de l’espace en 1974, les travaux d’Henri Lefebvre irriguent les recherches des historiens et particulièrement des historiens de l’urbain. Dans ce contexte, cet ouvrage, issu de deux ateliers qui se sont tenus en 2008 à Lyon et en 2010 à New York, revient sur les liens entre pouvoir et espace dans les villes européennes. Édité par Marc Boone et Martha Howell, ces 13 contributions s’inscrivent dans la lignée des études comparatives entre les villes du Nord de l’Europe et d’Italie à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. L’histoire des villes y est d’abord l’histoire des contestations, de l’appropriation et de l’interprétation de l’espace.

En introduction, M. Boone rappelle la distinction due à H. Lefebvre concernant notre rapport à l’espace entre le perçu (la pratique sociale de l’espace), le conçu (les théories de l’espace) et le vécu (les représentations de l’espace associant usages et images), autant de notions qu’il articule aux questionnements d’Henri Pirenne sur les politiques ayant donné naissance aux villes : comment l’espace produit, contraint et définit le pouvoir, politique et économique ? M. Boone précise ensuite les cinq parties structurant le volume : l’appropriation de l’espace, la production d’usages et de significations spatiales par les pratiques économiques et sociales, l’enjeu politique du contrôle des espaces, les liens entre rituels et espace et, enfin, la création et la mobilisation de l’espace par les fictions.

En premier lieu, Marco Vencato montre que la production de l’espace est également une production de perceptions et d’expériences à travers les stratégies spatiales princières à Naples depuis le pape Nicolas V (1447-1455). Le désordre apparent de la ville n’est en rien le résultat d’une absence de projets urbanistiques mais une construction des princes qui peuvent ainsi mieux contrôler la population urbaine. La production de l’espace ne peut alors se comprendre que dans la complexité des rapports de pouvoir. Chloé Deligne, étudiant la constitution des places centrales dans les Pays-Bas, rappelle quant à elle que les marchés étaient souvent détenus et contrôlés par des acteurs privés. La centralisation et l’élaboration de places de marché sont tout autant le résultat du succès d’une élite politique et économique qu’une consolidation du pouvoir communal.

Les luttes pour le pouvoir dans la ville sont ainsi nécessairement des luttes pour le contrôle des espaces, parfois selon des modalités violentes. Ainsi en est-il aux Pays-Bas où les citadelles construites dans la ville par les ducs de Bourgogne et les premiers Habsbourg sont comparés par M. Boone à des « œufs de coucou » dans un nid étranger ; l’insertion du prince dans la fabrique de la ville se fait par la construction, la destruction ou l’appropriation des signes de l’autonomie urbaine. Jean-Baptiste Delzant met à jour un processus similaire lorsqu’il décrit les efforts des princes pour s’imposer comme fondateurs des cités qu’ils dominent. Grâce à l’invention d’une origine qu’elle dit partager avec la ville gouvernée, la famille dominante prétend exercer sur cette dernière un pouvoir naturel, à l’exemple des Trinci à Foligno. L’auteur observe également le réinvestissement seigneurial de lieux communaux : les Trinci élisent résidence dans le palais des chanoines, près de la place de la commune. Toutefois, cette affirmation ne se fait pas sans résistance et la communauté protège ses lieux symboliques et ses institutions, obligeant les seigneurs à en prendre soin : à Fabriano, le podestat ne doit ni affaiblir l’édifice du palais communal ni en changer l’agencement intérieur.

Ainsi, l’ouvrage rappelle à juste titre le rôle joué par l’espace urbain dans ces évolutions. Il n’est en rien un décor, un donné malléable que les gouvernants pourraient modeler à leur guise. À Lucques à la fin du XIVe siècle, Diane Chamboduc de Saint Pulgent montre que si l’espace économique, cadre de l’expression de l’autonomie des différents acteurs, devient un enjeu politique primordial pour les autorités urbaines, ces dernières ont toujours un temps de retard sur les acteurs du commerce et de l’industrie. Leur tentative de rationalisation d’un espace économique en crise se heurte à la multiplication des juridictions concurrentes et à l’internationalisation des processus de production. De même, Élisabeth Crouzet-Pavan et Élodie Lecuppre-Desjardin mettent en lumière dans leurs articles les renouvellements interprétatifs permis par l’étude de la dimension spatiale des rituels judiciaires. L’espace n’est jamais secondaire dans les châtiments et il peut même être un acteur à part entière dans la cérémonie, comme lors des rituels de réparation après la profanation d’une image sainte à Venise : c’est le lieu même du crime qui est concerné car, directement ou indirectement, c’est l’espace qui a été touché. L’étude du bannissement aux Pays-Bas par É. Lecuppre-Desjardin révèle le rôle de ce dernier dans la cohésion de l’espace urbain. La prononciation et l’exécution du jugement ne relèvent pas seulement de l’exercice de la justice mais permettent aussi l’expression symbolique de la communauté dans son espace.

Les rituels religieux jouent une fonction similaire et l’espace devient alors porteur de fictions que mobilisent le langage et les actes. Henk van Nierop étudiant la procession du Saint Sacrement à Amsterdam au XVIe siècle montre comment les rituels religieux donnent à l’espace un sens sacré et civique, utilisé ou rejeté par chaque communauté religieuse. Du côté français, l’espace décrit par Denis Crouzet est saturé de significations religieuses : pour les catholiques, la représentation de leur ville renvoie autant à la cité assiégée par l’hérésie qu’à l’espace de la cité terrestre où se joue le devenir de la Cité de Dieu, dont la puissance de mobilisation entraîne l’appel à la vengeance et la théâtralisation de la mise à mort de l’hérétique : son corps est déplacé dans la cité, rendant ainsi publique la réappropriation sacrale de l’espace. C’est alors toute la ville qui devient langage, cité « vivante » où la violence anime l’espace en des manifestations destinées à Dieu. La hiérarchie des lieux repose aussi sur des fictions. L’histoire de la translation de la Vierge d’Anvers à Bruxelles est l’instrument de légitimation de la domination de Bruxelles sur les autres villes du Brabant (puis des Pays-Bas) et Claire Billen révèle ainsi les mécanismes narratifs permettant l’accession de cette ville à une centralité symbolique créatrice.

Le grand mérite de l’ouvrage est par conséquent de combiner points d’observation, échelles, temps et espaces pour aboutir à une réflexion stimulante sur les rapports entre espace et pouvoir. Les défauts d’édition n’en sont que plus regrettables : nombreuses coquilles, reproductions médiocres, absence d’index, de résumé des communications, de table des illustrations et de conclusion, qui auraient pourtant aidé la lecture d’un ensemble aussi foisonnant.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Cet ouvrage, édité par Jean-Louis Roch, réunit les interventions des participants à une journée d’études organisée par le GRHIS (Groupe de Recherche en Histoire-Université de Rouen) le 14 décembre 2012. Il complète la reprise des études sur le tabellionage ces dernières années et s’inscrit dans un mouvement visant à sortir de l’ombre ces registres de tabellions souvent délaissés par les chercheurs car incomplets. Ce livre tient à rappeler que le tabellionage n’est pas un sous-état du notariat méridional. S’il est vrai que les fonds normands ne peuvent égaler la richesse des fonds notariés provençaux ou catalans, ils permettent, néanmoins, d’approcher de manière différente la société et l’économie médiévale et viennent souvent compléter les acquis apportés par les comptabilités ou les documents législatifs. De plus, le tabellionage normand présente des caractères particuliers (séparation des biens meubles et immeubles, peu de testaments et d’inventaires après décès enregistrés) qu’il est intéressant de découvrir grâce à ce volume.

L’intérêt de cet ouvrage tient également à son encrage urbain. Les différents chercheurs se sont appuyés sur les registres des villes et petites villes de Normandie ou pour certains plus largement de l’Ouest du royaume de France, proposant ainsi d’utiliser les registres de ces officiers pour apporter des connaissances nouvelles sur la société urbaine, son organisation, son fonctionnement.

La première partie de ce livre est consacrée à la nature des registres et au rôle des tabellions. Avant de s’intéresser au contenu de ces sources, il est en effet indispensable de comprendre leur réalisation, leur valeur et leur histoire. Il est vain de vouloir étudier les hommes et les activités d’une ville par le biais des registres de tabellions sans avoir auparavant analysé le travail de celui qui rédige ces actes et les conserve. L’article d’Isabelle Bretthauer présente justement l’organisation des registres de tabellionage et l’histoire de l’enregistrement des actes. Elle relève de manière judicieuse les différences de termes utilisés en Normandie et montre tout l’intérêt (notamment financier) qu’ont les commis ou les successeurs à conserver ces registres. Philippe Cailleux s’intéresse, quant à lui, aux prix des actes, en comparant les textes officiels (l’ordonnance de réformation de Philippe le Bel de 1303 et un arrêté du Parlement de Rouen de 1519) aux sommes présentes sur les actes. Ces premières recherches montrent une certaine conformité des prix entre les deux types de sources, tout en sachant que certains suppléments étaient demandés aux clients, notamment lorsque les actes étaient passés en dehors de l’office du tabellion. Les tarifs évoluaient donc en fonction du type d’acte et du travail du tabellion, il comprenait le sceau, le registre et le travail d’écriture. Jean Thibault s’intéresse aux notaires et tabellions d’Orléans et de Nevers et rappelle l’écart considérable entre le travail de ces hommes, leur carrière, leur personnalité, qui restent inconnus ou méconnus et leurs minutes qui sont utilisées par les chercheurs depuis des décennies. Orléans offre la particularité d’être une ville universitaire, où les notaires recevaient un enseignement de droit civil. Il soulève également la question d’une pluriactivité de ces individus au regard des revenus modestes tirés de ce travail. A Nevers, il est plus difficile d’identifier les tabellions compte tenu de dénominations multiples et d’un fonds documentaire beaucoup plus restreint. Enfin, il rappelle la chaîne opératoire de la rédaction d’un acte, de la prise de note sur feuille volante devant le client à la rédaction du registre. Virginie Lemonnier-Lesages propose une approche différente en s’intéressant à la séparation des biens des époux dans les actes de mariage et aux mentions de droit de remport, permettant à la veuve de récupérer la moitié des biens acquis durant le mariage.

La deuxième partie de l’ouvrage présente quelques domaines de recherche pour lesquels l’étude des registres de tabellionage apporte des éléments significatifs. L’histoire des villes en fait partie, les documents conservés étant majoritairement urbains. Denise Angers se consacre à l’histoire de Caen à la fin du Moyen-Âge. Vingt-huit registres, parfois lacunaires, ont subsisté, couvrant la période 1380-1500, bien que le tabellionage soit plus ancien. Elle effectue deux sondages, l’un dans le premier registre conservé, le seul comportant des biens meubles, apportant ainsi des données pour l’histoire économique et industrielle de la ville, et l’autre dans quelques registres de la deuxième moitié du XVe siècle, permettant par exemple de suivre des individus, notamment les bourgeois, qui viennent régulièrement faire enregistrer des actes. Philippe Levaudel a consacré son étude aux conseillers de Rouen qu’il recherche dans les registres de tabellionage où il peut accumuler des informations sur leur personne et leur fortune immobilière. Il rappelle à juste titre les problèmes liés à l’identification des individus et particulièrement l’homonymie. Bruno Sintic s’est consacré aux petites villes (Louviers, Vernon, Neufchâtel, Montivilliers, Eu, Pont-Audemer), bien que peu de registres soient conservés pour le XVe siècle (seulement cinq), ils sont plus abondants au XVIe. Il présente différentes figures telles que le bourgeois ou le noble et relève les mentions professionnelles et les ventes de produits dans le but d’éclairer la société urbaine et le travail. Alain Sadourny s’appuie sur trois registres rouennais pour étudier les transactions commerciales dans la ville à la fin du Moyen Âge (blé, vins, poisson, poids, laine). Enfin, Philippe Lardin a relevé les contrats d’apprentissage et les contrats d’allouement pour les valets afin de proposer une étude de cas. Il éclaire ainsi les modalités de mise en apprentissage, l’origine géographique des apprentis le coût de l’apprentissage, sa durée et le salaire des ouvriers.

En somme, les deux moments de cet ouvrage se complètent pour proposer une première ébauche de l’étude du tabellionage normand et des possibilités de recherches à partir de cette source particulièrement riche, bien que souvent très lacunaire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Sébastien Hamel, La justice dans une ville du Nord du royaume de France au Moyen Âge. Etude comparée sur la pratique judiciaire à Saint-Quentin, Turnhout, Brepols, 2011, 411 p. (Julie Pilorget)

Sébastien Hamel, La justice dans une ville du Nord du royaume de France au Moyen Âge. Etude comparée sur la pratique judiciaire à Saint-Quentin, Turnhout, Brepols, 2011, 411 p. (Julie Pilorget)

L’ouvrage de Sébastien Hamel, issu de sa thèse soutenue en 2005, nous plonge dans les rouages du système judiciaire urbain en formation au bas Moyen Âge. L’auteur, dont l’étude se place dans la lignée des travaux de Claude Gauvard qui a encadré sa thèse, se propose d’étudier la justice comme phénomène social, par le biais des hommes qui permettent son exercice. S’appuyant sur la richesse du fond documentaire de la ville de Saint-Quentin renfermant de nombreux chirographes pour les XIIIe et XIVe siècles, Sébastien Hamel met en lumière dans cet ouvrage la multiplication des auxiliaires de justice à la fin du Moyen Âge dont la présence, tout en renforçant les liens de sujétion avec le roi, favorise également l’émergence d’une justice municipale. Il tend ainsi à combler le manque des études réalisées sur la question depuis plus d’une vingtaine d’années, peu de chercheurs s’étant jusqu’alors intéressés à la composition de ce personnel judiciaire. Il replace l’apparition de ces nouveaux officiers municipaux dans le cadre du « polysystème judiciaire complexe » que constitue alors la ville médiévale, sur laquelle règnent également les justices seigneuriale, ecclésiastique et royale. L’auteur revient ainsi sur la manière dont l’exercice de la justice en ville a pu dans le même temps favoriser la sujétion des pouvoirs municipaux au pouvoir royal et renforcer les échanges entre les deux entités sur la base de l’échange de services consentis.

Organisé autour de trois parties, elles-mêmes divisées en trois chapitres, l’ouvrage commence par revenir en détail sur la formation des institutions judicaires, avant d’étudier dans un second temps les interactions de cette justice municipale avec les autres juridictions présentes dans la ville, et d’interroger pour finir le fonctionnement concret de la justice municipale.

La première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à l’analyse des circonstances donnant lieu à l’apparition de la commune au XIe siècle, puis à sa transformation en juridiction au tournant des XIIe-XIIIe siècles. « Commune de justice » dès ses origines, tournée vers l’entraide, la fraternité et la solidarité, il faut cependant attendre l’entrée de la ville dans le domaine royal en 1213 pour que se structurent en son sein de véritables pouvoirs judiciaires. C’est entre les règnes de Philippe Auguste et de Louis IX, qu’un nouveau droit municipal semble progressivement apparaître. Une multitude d’offices fortement hiérarchisés se développent alors, avec placés à leur tête, le maire, les jurés et les échevins. Selon l’auteur, ce gouvernement oligarchique reste sur l’essentiel de la période aux mains d’une douzaine de familles se partageant successivement les rênes du pouvoir. Cependant, si l’action de ces familles issues de la haute bourgeoisie est bien documenté par les sources, comme l’appuient divers documents en annexe, les choses sont bien différentes concernant le recrutement hétéroclite des petits officiers. Quelques lignes sont toutefois consacrées par l’auteur à l’ensemble de ces offices mineurs qu’il s’agisse des prud’hommes d’enseignes, des techniciens du droit ou encore du petit personnel de police et autres sergents.

Cela établi, l’auteur entend revenir sur le rôle des justices urbaines concurrentes dans l’émergence de ce système judiciaire proprement municipal, à savoir les justices féodale, ecclésiastique et royale. Tout d’abord, force est de constater que sur la période étudiée, l’histoire des relations entretenues entre le roi et les justices municipales est faite en majeure partie d’affrontements. Ainsi après une phase de réforme sous Louis IX et de collaboration sous Philippe III et Philippe IV, suit un temps d’instabilité et de réajustements sous le règne de Philippe V. La confiscation par ce roi de la commune en 1317, marque profondément les habitants. Elle leur est toutefois rendue dès 1322 par Charles IV, mais la situation reste encore délicate sous les deux rois successifs. Selon l’auteur, les rapports entretenus entre la ville et le roi se pacifient toutefois sous Charles VI, règne sur lequel s’achève d’ailleurs cette étude, alors que le développement des juridictions est considéré par l’auteur comme achevé. Suit l’analyse des rapports entretenus avec les justices féodales. L’étude de différents fiefs intra-urbains confirme le processus de disparition de la seigneurie banale à la fin du Moyen Âge, déjà mis en avant par de nombreuses études, sous l’action conjuguée de la commune et du roi. Il semble que dès Louis IX, les anciens officiers comtaux ne présentent plus de réelle menace pour l’exercice de la justice commune. Incarnées essentiellement par le chapitre collégial de Saint-Quentin et l’évêque de Noyon, les autorités ecclésiastiques vont quant à elles constituer des rivales plus tenaces. Les relations entre la ville et ces juridictions oscillent tout au long de la période entre coopérations et querelles de juridictions inextricables. Ancienne cité épiscopale, la ville attire tout au long du Moyen-Âge les largesses des puissants, renforçant l’ancrage des autorités religieuses dans la ville. Toutefois, l’appui du roi permit à la commune de venir également à bout de cet adversaire à la fin de la période.

Enfin, Sébastien Hamel consacre la dernière partie de son ouvrage à l’examen du fonctionnement concret de la justice municipale, rendue par l’entremise de deux tribunaux, échevinal et communal, réunis seulement en 1362 au sein d’un « tribunal de la ville ». Bien que tout au long de la période, la ville soit restée attachée au vocabulaire coutumier de haute, moyenne et basse justice, l’auteur reprend les catégories modernes de justice civile et justice criminelle pour découper son étude, avant d’en venir à la question des voies de recours. Ainsi, le premier chapitre porte essentiellement sur des questions procédurières – la justice civile se définissant avant tout comme une justice contractuelle -, alors qu’il cherche davantage pour la justice criminelle à cerner le crime tant sociologiquement que judiciairement. Le chapitre conclusif portant sur les voies de recours contre la justice de la ville rappelle les avancées réalisées par la justice royale au cours de la période.

Si l’ouvrage fourmille de détails, nous regrettons toutefois que l’auteur n’ait pas davantage convoqué les sources ecclésiastiques et royales, qui auraient contrebalancé le point de vue des sources municipales, dominantes de ce recueil. Cela étant, le travail réalisé ici par Sébastien Hamel apparaît très complet et rigoureusement mené. Enfin, au-delà du tableau qu’il dresse du fonctionnement judiciaire à une échelle très fine, l’intérêt de cet ouvrage réside justement dans l’examen du rôle dominant des bourgeois dans l’exercice de la justice, qui affirment ainsi leur pouvoir et leur identité.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: P. Gilli et E. Salvadori (éd.), Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier, 8 décembre 2011, Brepols, 2014 (Marie-Thérèse Lorcin)

Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier, 8 décembre 2011, edited by Patrick Gilli et Enrica Salvadori, Urban History, 32, 2014, Turnhout, Brepols, 316 p.

« Identité : le lien d’appartenance, dynamique mais doté de stabilité, transmis d’une génération à l’autre, d’un individu à un groupe social particulier, avec un partage des valeurs, des normes et des représentations puis des idéologies et des symboles ». La définition donnée par Paolo Prodi et rappelée dans l’introduction du recueil est difficile à transposer à une communauté d’habitants. Les congressistes ont cherché une définition plus simple qui s’applique à un « sujet collectif ». Question débattue depuis saint Augustin par les philosophes autant que par les historiens. L’identité urbaine est, dit Michel Hébert, « une manière de vivre ensemble » et c’est à la fois un état et une représentation (p 171-188).

Le thème fut depuis plusieurs décennies l’objet de travaux hors de France, en particulier en Italie, et celle-ci reste la référence et le point de comparaison obligé. Le travail est semé de difficultés. Il faut se garder d’attribuer à la ville une conscience collective a priori, se garder aussi de considérer cette conscience comme un bien immuable alors que son histoire se poursuit au sein d’un Etat devenu aux XIVe et XVe siècles plus fort et pourvu de rouages locaux envahissants. Il faut garder à l’esprit que de multiples facteurs contribuent ensemble à la formation de l’identité urbaine. Certains sont particulièrement importants dans le domaine occitan, tels la féodalité et le droit romain. Appliqué au domaine français, l’étude est compliquée par la diversité des cas. Les régimes consulaires ne sont pas bâtis sur le même modèle, la période où se forme l’identité est agitée par les guerres entre princes, par la diffusion de l’hérésie et par la croisade qui en résulte. En Provence les villages sont souvent fortifiés et urbanisés au point que l’on a du mal à différencier bourgade, petite ville, etc.

Conscients de ces difficultés, les deux colloques tenus à Montpellier en 2010 et 2011 ont voulu remettre sur le métier les sources déjà exploitées mais souvent sans référence à l’identité urbaine, et d’autres sources introduites par une problématique rajeunie à l’exemple de nos collègues italiens.

Les résultats sont présentés en trois parties. La première analyse les « strates documentaires » : livres de mémoire, monnaies et sceaux, livres de compte (6 communications, environ 110 pages). La seconde est consacrée aux évêques et aux relations entre villes et évêques (3 communications, environ 50 pages). La troisième, la plus longue (8 communications, environ 150 pages), s’intitule « unité et diversité » et rassemble tout ce qui ne pouvait figurer dans les deux premières. Le tout est solidement étayé par des rapports introductifs. Le volume ne comporte ni résumés, ni table des illustrations, ni index, contrairement à un usage répandu et fort commode pour les lecteurs.

La période où se formèrent les identités urbaines a suscité moins de travaux que les XIVe et XVe siècles. L’ensemble fait une place de choix à des sources et des thèmes qui antérieurement étaient étudiés surtout à part, sans être raccordés au sujet du colloque, comme le notariat, la topographie des pouvoirs, les pratiques documentaires, etc. La richesse du volume est telle qu’il est impossible de résumer chacune des communications. Après avoir picoré quelques exemples, ce rapport s’attachera surtout à mettre en lumière les éléments de la synthèse élaborée par plusieurs auteurs.

Deux communications sont consacrées aux écrits des notaires (P. Chastang et G. Dumas). On constate partout que l’apparition de notaires publics dans les villes et l’affirmation politique des communautés d’habitants sont des phénomènes concomitants. Le régime de l’authenticité est en fait une délégation de pouvoir au notaire. L’acte notarié authentiqué accoutume les usagers à renoncer à la preuve par témoins. De plus, les notaires mettent au point peu à peu la manière de conserver les écrits sur lesquels s’appuie la mémoire collective. Cela les amène à prendre en charge l’écriture de l’histoire communale (les annales). Le notaire élaborant et conservant la mémoire urbaine apparaît très concrètement sous la plume de G. Dumas grâce à un registre conservé dans les archives de Montpellier et décrivant le travail de deux notaires du consulat qui occupèrent ce poste successivement à la charnière des XIVe et XVe siècles. Ce registre mêlant latin et occitan est une sorte de pense-bête qui montre ce notaire, omniprésent dans les rouages de l’administration, en véritable gestionnaire sans lequel le consulat ne pourrait agir. Le notaire du consulat doit « repérer » : fournir aux consuls un appui juridique, document à l’appui, dans toutes les causes où le consulat est partie. Il doit « recouvrer » : récupérer et garder les pièces originales que les ambassadeurs en mission emportent dans tout le royaume. Il doit « restituer » : il tient en ordre la masse croissante des documents en plaçant chacun d’eux au bon endroit. Quatre inventaires confectionnés entre 1300 et 1508 révèlent que les pièces sont mises dans des caissettes et des armoires, le tout abrité en trois lieux dont la sacristie de la chapelle. Le notaire du consulat doit être né à Montpellier, ne pas recevoir les ordres sacrés et prêter un serment lors d’un cérémonial d’intronisation qui fait de lui à la fois le conseiller du consulat et celui qui incarne le mieux la mémoire de la communauté. C’est évidemment un cursus honorum que peu parcourent jusqu’au bout mais qui donne une idée précise du travail notarial.

L’influence de la ville sur les campagnes qui l’entourent est un phénomène si normal qu’il est en général considéré comme allant de soi. En revanche, l’influence de la campagne sur la ville fait rarement l’objet de recherches. J. Petrowiste a pris l’exemple de Toulouse pour voir ce qu’il en était. Trois auréoles successives entourent cette ville au Moyen Âge. Le finage urbain, appelé dex en occitan, est sous le contrôle direct du consulat et ses habitants partagent avec ceux de la ville une partie des franchises. La seconde zone est la viguerie, qui s’étend sur 10 à 15 km autour des murs. Elle est sous l’autorité du comte puis du roi. Une troisième zone aux contours moins précis est l’espace économique où circulent librement les marchands de Toulouse. Les citadins cependant n’y possèdent pas de terres. Les seigneurs qui tiennent la terre et les hommes ont des relations souvent tendues avec le consulat. Ce dernier se pose en défenseur des libertés et en terre d’asile pour les serfs. Cette image volontiers embellie participe pleinement à la construction de l’identité urbaine et perpétue l’opposition entre la ville et la campagne, d’autant plus que les seigneurs qui s’installent en ville refusent de contribuer aux charges collectives.

Les participants ont accordé une grande attention aux problèmes de vocabulaire (p. 21-29). Ils ont voulu aussi « se débarrasser des vieilles oppositions stériles » et l’évolution de la problématique fut souvent évoquée. Ainsi en est-il du fait de voir les relations entre commune et pouvoir sous l’angle prioritaire des conflits, qui s’imposait dans les années 1980. L’affirmation identitaire des villes méridionales « se fait bien plutôt au sein du pouvoir seigneurial ou royal et en collaboration avec celui-ci » (M. Hébert, p 188). La question de la religion civique fut également débattue à la suite des recherches de P. Monnet et de nos collègues allemands.

Une vue d’ensemble est donnée par M. Hébert qui insiste sur la diversité des cas exposés dans la troisième partie. Construire une identité urbaine en zone occitane est rendue difficile, ne serait-ce que par la fréquence de la coseigneurie. La période de formation met en lumière la différence entre consulat et universitas. Le premier peut être supprimé par le prince, l’essentiel demeure si la communauté survit. L’universitas est un terme plus fort, plus précis apparu à la fin du XIIe siècle à Montpellier. C’est l’universitas qui détient le sceau, la cloche, la maison commune. Par la suite, elle s’affirme à l’intérieur (la chevalerie urbaine) et à l’extérieur (coseigneurie, prince, autres villes). La ville s’efforce de maintenir un rapport direct avec la royauté et de renforcer sa collaboration avec les autres villes (États de Languedoc). En même temps elle est en compétition avec ses voisines pour obtenir d’être le siège d’institutions royales (cour des appels, siège de sénéchaussée) et maintenir son rang dans l’échelle des dignités (préséances dans les assemblées). C’est peut-être au cours de cette seconde phase « ce qui exprime le mieux leurs représentations identitaires ».

Marie-Thérèse Lorcin

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Judith Förstel dir., Meaux patrimoine urbain, Paris, Somogy (Cahiers du Patrimoine – 104), 2013 (Mickaël Wilmart)

Judith Förstel (sous la direction de), Meaux patrimoine urbain, Paris, Somogy (Cahiers du Patrimoine – 104), 2013, 285 p.

Ce livre est le résultat de cinq ans d’enquête menée sous la direction de Judith Förstel dans le cadre de l’Inventaire général du patrimoine culturel. Bien que réunissant 23 auteurs, qui mettent chacun leur spécialité au service du projet collectif, le volume proposé ici est conçu comme un bloc et non comme un recueil d’articles. Le travail éditorial a permis une fluidité du propos tout en conservant l’exigence d’un discours pointu qui devrait faire de l’ouvrage une référence sur l’histoire de Meaux prise dans sa longue durée, de l’Antiquité à nos jours. En dehors de quelques études universitaires portant sur la période du bas Moyen Âge et des publications autour de l’archéologie antique, l’historiographie de la cité briarde souffrait jusque-là d’un manque évident de renouvellement. Les dernières histoires généralistes de Meaux avaient été rédigées au XIXe siècle et au début du XXe siècle avant de connaître une réédition à la fin du XXe siècle. Si elle met à la disposition de tous des œuvres épuisées, cette mode, assez répandue, a finalement des résultats fâcheux car elle donne aux non-initiés l’impression d’une histoire immobile et favorise la répétition sans critique de conclusions erronées ou historiographiquement dépassées. On ne peut donc que se féliciter de l’initiative prise par le Service Patrimoine et Inventaire de la région Ile-de-France, en partenariat avec les municipalités, de concentrer le travail d’une équipe sur une localité pendant un temps suffisant pour s’approprier données de terrain et d’archives et en tirer une solide monographie.

Site de méandre, la ville de Meaux se développe dès l’Antiquité au pied des coteaux qui l’entourent. La ville antique s’installe d’abord dans la plaine alluviale septentrionale avant de s’enfermer dans de solides murs un peu plus au sud au cours du IVe siècle. Les fouilles archéologiques menées depuis quarante ans ont permis de mettre au jour des éléments importants pour la compréhension de l’espace urbain antique : temple, édifices de spectacles, nécropoles, thermes, mais aussi réseau viaire et habitat. La ville médiévale s’appuie dans un premier temps sur le castrum dont une partie des courtines sont encore en élévation au nord et dont le tracé de l’enceinte se repère sans difficulté dans le parcellaire actuel. S’étendant progressivement à l’ouest et à l’est des murailles, la ville se voit dotée de nouveaux murs au cours des XIVe et XVe siècle. Au cours du XIIIe siècle, l’emprise urbaine traverse également la Marne vers le sud et la fortification du quartier du Marché par les comtes de Champagne vient renforcer les défenses militaires d’une cité fruit de toutes les convoitises.

Située non loin de la frontière du comté de Champagne et du domaine royal, le siège épiscopal est au centre d’une lutte d’influence entre Capétiens et Thibaudiens jusque dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Puis vient le temps où l’évêque est définitivement un proche du roi, résidant régulièrement à Paris. Meaux est d’abord une ville épiscopale. La cathédrale (XIIIe-XVIe s.), bien sûr, le palais épiscopal (XIIe-XVIIIe s.), le bâtiment du chapitre (XIIIe s.), les maisons du cloître canoniale (XVIIe-XVIIIe s.) témoignent, par leur emprise dans le paysage urbain, de l’importance de cette fonction ecclésiale de premier plan. A côté de ces dignitaires religieux, toute une élite marchande s’impose au cours des XIIIe et XIVe siècles. Après la guerre de Cent ans, marchands drapiers et officiers royaux se partagent le rôle de relancer l’économie et la vie municipale. Toutefois, progressivement, comme tant d’autres villes moyennes, l’administration (royale et ecclésiastique) devient la première raison d’être de la cité.

Au cours de l’Époque moderne, le paysage urbain se modifie. L’enceinte, pourtant modernisée sur certains points au XVIe siècle, s’efface peu à peu pour laisser place à des promenades. Le XIXe siècle voit aussi d’importants changements : creusement des canaux de l’Ourcq et de Chalifert, construction de la ligne de chemin de fer, plan d’alignement progressivement appliqué, construction de nouveaux bâtiments publics (hôtel-de-ville, tribunal, théâtre). Tout ceci s’accompagne d’un nouveau développement économique. Des industries s’installent (usine électrique, sucrerie, moutarderie, filature etc.). L’habitat se renouvelle également. L’évolution de celui-ci est bien décrite, soulignant les liens de son évolution avec l’histoire sociale, des nouveaux hôtels pour les élites aux lotissements financés par des employeurs (comme la Caisse d’épargne) qui préfigurent le logement social. Ce dernier prend son essor au cours des années 1950 et 1960 donnant définitivement à la ville son caractère bi-polaire entre quartiers périphériques, très excentrés, et centre ancien.

L’ouvrage fourmille de détails dont une recension ne peut rendre compte. Il réussit la gageure de parvenir à lier histoire institutionnelle, religieuse, sociale et architecturale.

Mickaël Wilmart

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Yoann Morvan, Sinan Logie, Istanbul 2023, Paris, Editions B2, Collection Territoires, 2014 (Duygu Tasalp)

Le fond de la question traitée dans ce livre n’est pas un problème spécifiquement stambouliote mais un processus mondial : la métropolisation et l’étalement urbain chaotique, impulsés par un aménagement du territoire guidé surtout par des ambitions économiques et politiques. Istanbul 2023 donne à voir avant tout un exemple d’intervention de l’État – et d’une petite équipe d’acteurs privés forts du soutien de celui-ci – sur l’espace urbain. On assiste sur les rives du Bosphore à un spectacle d’ « urbanisme autoritaire » (P. Lacaze). Les auteurs de ce livre, l’anthropologue Yoann Morvan et l’architecte Sinan Logie, dénoncent la traduction spatiale du néo-libéralisme économique, mis en oeuvre par le Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkinma Partisi, AKP) au pouvoir. Ils s’inscrivent ainsi dans une tendance récente de la recherche en sciences humaines et sociales qui met à mal une vision fantasmée, sinon fausse, partielle d’Istanbul, en mettant à jour son autre face, sombre et violente1. Car Istanbul 2023 parle de violences sur l’environnement naturel et le patrimoine historique ; de violences sur les hommes et les femmes, et des hommes sur les femmes ; de violences sur la ville en somme. Là encore, rien de singulier, nous dira-t-on, il s’agit des « effets marginaux » de l’urbanisation : « la ville encombre et souille son environnement », écrivait Pierre George en 1989, entendant par « la ville », toutes les villes, comme si finalement il s’agissait d’un phénomène naturel, normal, inévitable, indépendant de la volonté des hommes et surtout des dirigeants.

Or, tranchant totalement avec ce genre d’analyse, Sinan Logie et Yoann Morvan font référence au « droit à la ville » (Henri Lefebvre) menacé par un capitalisme effréné (David Harvey). Au delà de « la ville » et des transformations urbaines, ils mettent en lumière une matrice sociale caractérisée par un pouvoir euphorique et une société civile émergente. Aussi Istanbul 2023 qui s’ouvre sur l’image marquante des bulldozers dans le parc de Gezi au printemps 2013, n’est lui-même rien de moins qu’un bulldozer lancé contre les cartes postales idylliques aux minarets et les fantasmes orientalistes de l’imaginaire européen. Les sept collines ont proliféré. Istanbul, qui semble à tout moment prête à déborder dans le Bosphore, a dépassé ses frontières et compte désormais des centaines de collines, offrant de leurs sommets un panorama peu fantasmant : forêts mitées, zones industrielles, eaux souillées. Les yali et les palais d’hier côtoient aujourd’hui hôtels de luxe, yachts et bateaux-mouches. Narguilé et mesiré, ont laissé place aux nouveaux plaisirs et loisirs que sont la télévision, les virées dominicales dans les shopping malls et les pique-niques en clairière d’autoroute. Que le lecteur soit averti : Istanbul 2023 n’est pas pour séduire, mais révéler sans pudeur, voire avec quelque obscénité, ce qui ne se voit pas, ne se montre pas, ni ne se dit.

Loin des sentiers connus et des centres historiques inondés par les touristes, Yoann Morvan et Sinan Logie ont choisi d’arpenter les marges, les périphéries, les « pointes filandreuses » de cet « immense corps urbain informe ». Car l’Istanbul de demain s’expérimente là où sont habituellement transférés ou dédoublés cimetières, hôpitaux, asiles et prisons – autrement dit, les morts, les malades et les bannis, « marginalisés » au sens géographique du terme, parce qu’ils n’ont pas leur place dans la ville. Or, ces franges urbaines, où se trouvent toujours ces exclus de la ville, constituent désormais à Istanbul les laboratoires de la politique d’aménagement du territoire du Parti de la Justice et du Développement (AKP) au pouvoir. Une politique d’urbanisation couplée à une spéculation foncière et immobilière illimitée. C’est là, loin des yeux et des appareils photos que le néo-libéralisme se déchaîne ; qu’il abat, loin de Taksim et du parc Gezi, des millions d’arbres ; qu’il exproprie, démolit, pour construire frénétiquement des autoroutes et des aéroports, accumuler des tours, des gated communities, et des centres commerciaux, au moyen de leviers législatifs et de pratiques clientélistes.

Chaque chapitre de ce livre constitue, selon ses auteurs, « un arpent souhaitant saisir d’un point de vue thématico-géographique le devenir d’Istanbul ». Le devenir, car l’agenda électoral ne connaît pas « l’ici et maintenant ». L’« objectif 2023 » fixé par l’actuel président Recep Tayyip Erdogan, représente la date à laquelle celle-ci devra intégrer les dix premières économies mondiales, à l’occasion du centenaire de la République de Turquie… 1923, c’est aussi la date à laquelle Istanbul fut détrônée au profit d’Ankara, nouvelle capitale pour un nouveau régime. Vengeance d’une ville sur l’histoire? Depuis 1923, de l’eau a coulé sous les ponts du Bosphore2. Désormais, comme le suggérait l’horizon ensoleillé représenté sur les affiches de campagne électorale d’Erdogan pour les présidentielles d’août 2014, il s’agit surtout de regarder vers l’avant, vers l’avenir. Le présent est déjà passé, et le passé n’est là qu’en tant qu’outil d’une politique symbolisante, « fétichisante » et galvanisante. Etat orwellien, l’Etat turc contrôle tous les temps. Aussi dans Istanbul 2023, Yoann Morvan et Sinan Logie nous donnent à voir un futur déjà là, déjà visible. Mais on y aperçoit également les fantômes égarés d’un passé invisible. Les pierres tombales, les temples, la toponymie pourtant, constituent des vestiges physiquement présents de cet autre passé, les traces d’une urbanisation toute en décompositions et recompositions perpétuelles, en exclusions et en intrusions.

Mais la ségrégation patrimoniale et mémorielle – pendant géographique de l’historiographie officielle négationniste -, est à l’œuvre : seul le passé ottomano-turco-islamique semble être digne d’une ré-appropriation politique et d’une muséification aux accents nostalgiques. Or la nostalgie, selon la psychanalyse, est intimement liée au secret collectif, partagé par un groupe soudé dans l’interdiction de trahir ce secret – interdiction elle-même transmise secrètement. Respecter cette interdiction permet de conserver la nostalgie d’un passé perdu et inversement, le sentiment de nostalgie empêche de trahir le secret (E. Schmid-Kitsikis). La communauté nostalgique est ainsi verrouillée par le secret et le mensonge inévitablement induit. Néanmoins le passé-secret, aussi lié soit-il à une perte et à un sentiment de honte insupportable, ne manque pas, tôt ou tard, de refaire surface.

C’est ainsi que dans le livre Istanbul 2023, surgit à Basaksehir, la ferme de Resneli Niyazi Bey. Jeune-Turc originaire d’Albanie, membre du Comité Union et Progrès, Ahmet Niyazi (1873-1912) fut l’un des « héros de la liberté » lors de la révolution constitutionnelle de juillet 1908. La même année, il obtint ces terres composant aujourd’hui l’arrondissement de Basaksehir, via la dépossession des populations arméniennes qui y vivaient… Quand on sait la force du secret collectif en Turquie concernant le génocide des Arméniens et des spoliations qui l’ont accompagné, la ferme de Resneli et sa signification ne peuvent pas échapper au lecteur. Aujourd’hui ce sont les habitants des gecekondu – nouveaux « exclus » – qui sont dépossédés par de puissantes agences constituant le bras armé de l’Etat-AKP dans sa conquête foncière et immobilière. Car si le pouvoir est le contrôle du temps, c’est aussi la maîtrise de l’espace. Des périphéries sont érigées en pseudo-centres symboliques. Les habitats informels continuent de s’improviser aux côtés des luxueux complexes résidentiels. Moins la ville ne connaît de bornes, plus ses habitants se clôturent, s’entourent de murs, physiques ou virtuels. Industrie et patrimoine forment un couple étrange enfantant à la fois déchets toxiques et œuvres d’art. Les inondations répétées n’empêchent pas l’augmentation des investissements dans les projets immobiliers. Les expropriations brutales et la redistribution évergétique aux aspects « islamiques » sont tour à tour pratiquées par les autorités. Istanbul 2023 est le lieu de toutes les contradictions, de toutes les collisions et collusions, entre architectes et gouvernants, gangs de drogue et forces de l’ordre, et de temps à autres, le théâtre de luttes urbaines.

Celles-ci résultent de l’explosion des frustrations de la société face à un pouvoir qui, à l’image de la mégalopole, semble ne plus tolérer de limites. Les « projets fous », comme le percement d’un canal long de 50 km reliant la mer Noire à celle de Marmara, expriment des ambitions mégalomanes. Tout n’est que démesure et spectacle. Les méga-infrastructures, toujours plus immenses, réalisées toujours plus vite, traduisent un désir frustré de grandeur et flattent le sentiment national de potentiels électeurs. Futurs monuments du néo-impérialisme erdoganien, ces projets de ponts, de routes, d’aéroports, constituent autant de liens. Ils lient d’abord ceux à qui ils profitent: des promoteurs aux agences immobilières, en passant par tous les éléments composant le « système AKP » (E. Massicard), sans oublier les investisseurs de capitaux étrangers. Evidemment, ils relient physiquement les hommes non seulement au sein de la métropole, mais aussi dans un système migratoire régional et intercontinental. Au-delà de ses frontières géographiques qui ne cessent de reculer, Istanbul est partout, en Turquie, et au-delà : les célèbres feuilletons télévisés turcs diffusent dans de nombreux pays du Maghreb, des Balkans et du Moyen-Orient de nouveaux fantasmes sur la vie stambouliote.

Loin des rêveries à l’eau de rose, Yoann Morvan et Sinan Logie ne manquent pas d’humour et relèvent, au cours de leur arpentage, des ironies plus ou moins cruelles, plus ou moins poétiques : une salle de mariage en forme d’immense cage blanche en aluminium ; une étendue d’eau souillée baptisée « Eau Pure » ; la recommandation faite aux femmes turques, de plus en plus victimes de violences depuis 2007, de ne pas rire aux éclats dans les lieux publics ; l’élévation d’un hôpital privé spécialisé dans le tourisme médical, près d’une zone industrielle qui atteint des records mondiaux de taux de cancer… Si le lecteur hésite entre rire ou pleurer, en Turquie la société « post-urbaine » des réseaux sociaux, elle, a le sens de l’humour et ne se prive pas du plaisir de tourner en dérision toutes ces incongruités. Mais le rire n’est-il pas une échappatoire à la folie lorsque le présent est trop oppressant?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, très sérieux lui, pense à demain, à sa postérité. Il est déterminé à laisser une empreinte profonde dans l’espace stambouliote. Le troisième aéroport devra être le plus grand du monde, à tel point qu’il sera visible depuis la Lune, et portera son nom : Erdogan. Lui qui glisse de plus en plus vers la politique de l’ « homme seul » (tek adam), qui reçoit désormais ses hôtes de marques entouré d’une horde de guerriers déguisés symbolisant les empires de l’histoire « turque », rappelle un autre « homme seul » de l’histoire qui démolissait à Rome des bâtiments hérités du Moyen-Âge et de la Renaissance pour isoler et exalter les monuments de l’Empire romain3… Pessimisme ou clairvoyance? Le fait est que l’épuisement déjà alarmant des ressources, l’endettement, public et privé, étatique et individuel, la tri-polarisation politique et la fragilité des équilibres sociaux laissent présager, aux auteurs d’Istanbul 2023, un avenir moins ensoleillé, plus conflictuel, voire « infernal ».

1 Voir notamment le dossier « Istanbul » de la Revue Urbanisme, n°374, septembre-octobre 2010.

2 Jean-François Pérouse, « Istanbul depuis 1923: la difficile entrée dans le XXème siècle », dans Nicolas Monceau (sous la direction de), Istanbul. Histoire, Promenades, Anthologie & Dictionnaire, Paris, Robert Laffont, Collection Bouquins, 2009.

3 Andréa Giardina, André Vauchez, Rome, lidée, le mythe, Paris, Fayard, 2000

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Clarisse Lauras, Firminy-vert, de l’utopie municipale à l’icône patrimoniale, préface de Taline Ter Minassian, Rennes, PUR, 2014 (Jacques Goulet)

Taline Ter Minassian l’énonce dans sa préface, « ce livre doit se lire comme un roman de l’action municipale ». Cette lecture a quelque chose de réjouissant en ces temps de défiance générale à l’égard des acteurs de la vie politique. Judicieusement illustré de nombreux documents d’époque, photos, plans, articles de presse, cet ouvrage d’une historienne stéphanoise suit pas à pas la formation d’un homme politique, son action nationale, puis son rôle de maire de Firminy, une modeste ville ouvrière de la Loire, de 1953 à 1971. Durant trois mandats, son œuvre de bâtisseur s’est inscrite dans le cadre de la reconstruction des Trente Glorieuses, et précisément Eugène Claudius-Petit avait participé durant quatre années à huit gouvernements instables en tant que ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, poste crucial à une époque où beaucoup d’habitations étaient vétustes et où l’exode rural, conjugué au baby-boom, rendait la crise du logement aiguë. L’aboutissement de cette action locale est représenté par la création d’un quartier auquel l’auteure s’est particulièrement intéressée, Firminy-Vert. Inspirée de la Charte d’Athènes, cette extension de la ville dans laquelle Le Corbusier (avec une Maison de la culture, un stade, une Unité d’habitation et une petite église, un chef-d’œuvre qui a été classé alors qu’il était à l’état de chantier abandonné) et son « successeur », André Wogenscky (une piscine), sont intervenus à côté de quelques architectes moins célèbres mais tout à fait estimables, Marcel Roux, Jean Kling, Charles Delfante et André Sive. Ce dernier a conçu la « Tour », un bâtiment en hauteur pour cette ville traditionnelle, qu’il a su intégrer à un paysage que l’on créait – un quartier résidentiel plutôt qu’urbain. Claudius-Petit tenait à mettre en application les enseignements qu’il avait tirés de son expérience ministérielle.

Eugène Petit (1907-1989), né dans un milieu populaire, a connu la vie difficile de la classe ouvrière et il ne l’a pas oublié. Ébéniste formé à l’école Boulle, il a appris à dessiner jusqu’à devenir professeur de dessin certifié. Clarisse Lauras retrace le chemin d’un homme qui à tout moment cherchait à apprendre, qui était attiré par l’innovation qu’elle fût formelle, architecturale ou sociale. Ce chrétien qui fut membre de la CGT était un autodidacte audacieux et généreux. L’étape décisive, celle au cours de laquelle il a montré ses capacités et noué ses amitiés les plus durables, celle pendant laquelle il s’est révélé, c’est la Résistance. Il est une des rares personnes qui ont entendu l’appel du 18 juin 1940. Son rôle à la tête de Franc-Tireur a fait de cet ancien de Jeune République (le mouvement de Marc Sangnier) un Compagnon de la Libération et lui a permis de se faire élire député (UDSR) à la Libération, puis de devenir ministre. Il lui a aussi donné une nouvelle identité puisque Eugène Petit a fait précéder son patronyme, très fréquent sinon trop fréquent, de son pseudonyme de résistant. À la fin de son exercice ministériel, Eugène Claudius-Petit eût volontiers mis ses compétences au service de Lyon, mais les hommes en place ne le lui ont pas permis. Engagé à Firminy, il y a œuvré jusqu’au moment où il a été battu et a fini sa vie politique comme député centriste du XIVarrondissement de Paris.

Ce livre trace le portrait d’un élu efficace qui vivait à Paris et ne jouait jamais les notables à Firminy mais qui s’y rendait très régulièrement. Là, il suivait les affaires de près, formait des équipes et tentait de procurer de meilleures conditions de vie à cette population et à ses enfants, notamment avec la création d’un quartier vert, au sens que l’on donnait alors à ce terme, comme une extension plus saine, dans la nature, qui serait donnée à une ville vétuste, enfumée, insalubre et en grande partie composée de taudis loués à petits prix aux mineurs et aux ouvriers. Avec ses descriptions des modes de vie ouvriers et son analyse de leurs mutations liées à l’aménagement progressif d’une fraction de la population dans un quartier neuf, ce livre détaillé nous renvoie à un classique, Rénovation urbaine et changement social. L’auteur, Henri Coing, décrivait et analysait il y a presque cinquante ans les conséquences sur les modes de vie de ses habitants  de la démolition d’un îlot vétuste du 13e arrondissement de Paris1 et de leur relogement dans de nouveaux immeubles : une vie de quartier cassée, moins de cafés et de restaurants, des loyers plus élevés, des achats de meubles et d’électroménager, avec pour conséquences un moindre budget pour le bistrot et le tabac, bref une existence recentrée sur la famille. Un monde s’effondre, un autre naît quand on change collectivement de cadre de vie de manière soudaine, et une partie de la population peine à s’y adapter.

Quand on rénovait Firminy, si on créait sur les hauteurs ce qui ressemble à un grand ensemble, c’était parce qu’on croyait que la population de la cité appelouse allait augmenter. La réussite saute aux yeux : tous les immeubles sont agréablement disposés au milieu d’une verdure ombragée par des arbres ; on a tracé des chemins sinueux et aménagé des escaliers. Cette réalisation se présente comme l’antithèse de la ville ancienne, de celle que connaissaient les Appelous. Comment percevront-ils cette ville à la campagne, comment celle-ci vieillira-t-elle ? Claudius-Petit fait de son mieux et il se pose les bonnes questions, il essaie même d’aider les gens à respecter l’œuvre architecturale que représente la nouvelle cité, en leur demandant de prendre de nouvelles habitudes, de ne plus étendre leur linge aux fenêtres, par exemple.

Le titre du livre indique bien à quels éléments de réflexion cette étude détaillée apporte son concours. Aujourd’hui, les industries du secteur primaire, celles qui faisaient la richesse de la ville en même temps qu’elles maintenaient dans la misère ses travailleurs, ces industries ont périclité, puis elles sont mortes. Les habitants de Firminy-Vert, même de condition modeste, ont une automobile et vont faire leurs courses dans des grandes surfaces. Le lieu d’implantation choisi en hauteur pour l’agrément, est mal relié au reste de la cité. Et puis, la population n’ayant pas crû comme on le prévoyait, on a en partie détruit certains de ces immeubles. Épargnée, l’Unité d’habitation a été divisée en deux : une zone a été transformée en copropriété, l’autre est toujours affectée à des logements sociaux dont les loyers semblent modiques à un Parisien. L’entretien est onéreux, il y a du chômage, et on a même vu des émeutes en juillet 2009…

Ce qui a sauvé ces bâtiments, c’est la patrimonialisation de l’ensemble et au premier rang celle des œuvres de Le Corbusier, qui comptent sans doute, avec Ronchamp, parmi ses plus belles réalisations en France. Des enfants doivent garder un excellent souvenir de leur merveilleuse école maternelle sur le toit de l’Unité d’habitation. Des petites niches au vitrage coloré ponctuent la façade et leur offraient une vision tout en couleur de leur environnement. Les conduites de gaz posaient, dit-on, des problèmes de sécurité mais peut-être ne supportait-on plus l’idée d’une école sur le toit d’un immeuble d’habitation, et puis le nombre d’élèves était insuffisant. L’urbanisme du résidentiel périurbain où l’habitant vient chaque soir refaire sa force de travail, loin des lieux de consommation, paraît aujourd’hui rejeté. Et, pourtant, quelle architecture !

En fait, l’utopie matérialisée, même avec des formes et des couleurs à la hauteur de ses ambitions, déçoit en partie, on a l’impression qu’elle est advenue trop tard. Il reste que Firminy a été rénovée, que beaucoup d’habitants ont été mieux logés et que la ville, autrefois misérable, est maintenant célèbre pour les « édifices de Le Corbusier », comme dit le Petit Larousse. On s’étonne, avec Clarisse Lauras, que le nom de ce maire visionnaire n’ait à ce jour été attribué à aucune portion du territoire de ce chef-lieu de canton auquel il a beaucoup donné et où il a choisi d’être inhumé.

1 Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions ouvrières, 1966.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts