Archives pour la catégorie Lectures

Compte rendu: Lynn Gaudreault, Pouvoir, mémoire et identité. Le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), édition et analyse, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014 (Henri Bresc)

Lynn Gaudreault, Pouvoir, mémoire et identité. Le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), édition et analyse, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014 (Henri Bresc)

L’ouvrage de Lynn Gaudreault se présente comme une nouveauté remarquable ; c’est la première fois, dans l’aire méridionale, qu’on publie une étude centrée sur la forme des registres du gouvernement urbain, les usages de la mémoire et la représentation de l’autorité municipale qui s’exprime et se forge en s’exprimant dans l’enregistrement des délibérations et des décisions. La problématique, exposée au premier chapitre et appuyée sur une riche bibliographie, évoque l’ensemble des nouvelles perspectives, de la Pragmatische Schriftlichkeit à l’étude de la communication politique.

Il y a un air du temps, sans doute, dans ce choix : l’ouvrage de Deborah O’Brien sur les premiers registres de Londres et d’York, la thèse d’Alexandra Gallo sur Sisteron à la fin du Moyen Âge, bientôt publiée, celle de François Bordes sur Toulouse et celle de Caroline Fargeix sur Lyon, encore inédites, analysent les délibérations, en ordre plus dispersé. L’originalité de L. Gaudreault est de s’en tenir à ce noyau : elle analyse dans une problématique de communication, représentation et légitimation, et elle publie un registre, le premier conservé (les registres précédents ont probablement été brûlés, comme à Draguignan, à la fin de la guerre civile pour effacer les témoignages du carlisme par une damnatio memoriæ conduisant à l’oubli ou plutôt pour favoriser la conciliation), dans un contexte parfaitement dominé, celui de la fin de la guerre civile de l’Union d’Aix et le ralliement des carlistes à la nouvelle dynastie angevine. La méthode est excellente, nouvelle pour l’aire provençale, et hardie. Les résultats sont quelquefois conformes à ce qu’une observation classique devinait, mais c’est ainsi plus clair, plus carré. L’édition du texte suit les principes énoncés par l’École des Chartes avec quelques variantes (certains mots sont corrigés et les leçons originales mises en note). C’est le premier registre communal publié dans l’aire provençale : l’appareil critique de l’édition est impeccable ; il y manque seulement un lexique des mots latins et provençaux remarquables, et une étude du cursus et de la rhétorique notariale. On note en effet des mots rares (malenconias, lacessita qu’on trouve chez Pierre de la Vigne, emuli, satagit, perendinare, « remettre au surlendemain », turbinosiis le verbe queo), des tournures savantes avec le supin (accedant locutum), des citations de littérature gnomique (quod tutius est prevenire quam preveniri), des endyades infinies et redoublées (dans la foulée ratam et ratas, firmam et firmas, p. 134), des homéotéleutes infinis aussi en bus, en is, en runt, en em, en re, en are, en tes, en nes, en us, en o, des allitérations en p, comme pre pondere paupertatis est opressa, et promisit et pactum fecit, p. 317. On repère du cursus velox, le plus classique dans cette tradition, (aponantur et depingantur, remedio oportuno, credencia oportuna) ; ces clausules toutes faites sont l’indice du savoir latin et technique des notaires municipaux, capables aussi d’une certaine ampleur rhétorique et des reprises oratoires comme, p. 134, le paragraphe qui commence par Quamquidem.

L. Gaudreault analyse successivement la composition du registre, formé de quatre cahiers reliés tardivement, le fonctionnement et les fonctions du conseil, renouvelé cinq fois en cinq années. Le notaire du conseil écrit immédiatement ou recopie, selon les jours, le procès-verbal de la séance, toujours sous l’autorité et en présence des officiers royaux. Depuis 1377, la session réunit les douze conseillers, les deux syndics et le notaire et s’élargit à des citoyens appelés, admitti, dont la présence va de pair avec l’atrophie du parlement municipal. L. Gaudreault montre une remarquable assiduité, le respect des règles politiques et morales, fidélité à la monarchie (la reine est qualifiée de Sacra reginalis magestas, et le « lien indissoluble » sans cesse rappelé, d’autant que les Brignolais sont des ralliés de fraîche date), souci du bien commun, exprimé avec des mots, indemnitas, tranquillitas (aux résonances augustéennes), qui viennent de la rhétorique de Frédéric II et de l’idéologie du royaume de Sicile, souci de l’équité, unanimité.

Les nouveautés qu’apporte l’édition sont extrêmement nombreuses, et on pourra en développer l’analyse en liaison avec les apports des autres documentations municipales : le registre atteste que le municipe envahit précocement le champ du religieux et assume la responsabilité de la gestion des églises et de la prédication, se préoccupant du salut éternel des Brignolais ; le registre met aussi en lumière la fonction pacière de la commune, les fonctions militaires et d’ambassadeur assumées par les nobles.

On découvre en particulier une nouvelle forme de seigneurie, que la reine Marie de Blois tente d’imposer à la ville de Brignoles en accumulant les charges politiques et administratives (capitaine, bayle, syndic) sur la tête de Jean Drogol qui fait une belle carrière de courtisan, puis du capitaine de compagnies Bernardon de La Sale, nommé bayle, capitaine et châtelain. On retrouve à Naples, en Sicile, en Catalogne, comme l’ont montré les études de Maria Teresa Ferrer, ces « rectories » issues de l’impécuniosité du pouvoir royal, alternant avec des tentatives d’extorsions. La mise en gage des villes domaniales permettrait de réunir solidement ce bouquet d’autorités confiées à un seul homme, conduisant à une seigneurie de fait. La résistance respectueuse et acharnée de la ville à Drogol, traité en « ennemi public », fait échouer toutes ces tentatives. Plus modeste, la tentative de la reine de donner à un noble de sa cour, Pierre de Niort, un poste de notaire municipal, qu’il n’aurait pas occupé, mais sous-loué, se heurte au même mur infranchissable. La défense des privilèges et l’affirmation de l’honneur consulaire, intimement liées,

L. Gaudreault aborde à cette occasion le débat sur la nature démocratique ou oligarchique du régime municipal provençal : Alexandra Gallo a montré l’intense circulation des charges communales entre familles et conseillers ; Brignoles ne manifeste pas non plus une tendance à la concentration des pouvoirs : sur cinq années, 5% seulement des élus participent à trois conseils, et 44% à deux conseils. Les dix syndics élus sont tous différents.

Les conclusions sont bien ciselées, caractère hybride du registre entre valeur probatoire et exaltation du gouvernement municipal, puissance performative de l’écrit qui constitue le conseil et l’« universitas », liaison affichée avec le pouvoir royal légitimant. Elles susciteront de nouvelles recherches, dans l’espace provençal et dans les espaces proches, et l’étude élargie des évolutions le temps.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu : Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013 (Nathalie Pascarel).

Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299p. (Nathalie Pascarel).

Maître de conférences en histoire de l’art moderne au sein du département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université Toulouse II, Anne Perrin-Khelissa est spécialiste des arts du décor de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Ses recherches universitaires portent principalement sur la culture matérielle de la noblesse génoise, en particulier ses modes d’habitation, ses collections d’œuvres d’art et sa consommation d’objets de luxe. Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, paru en 2013 aux éditions CTHS-INHA, n’est autre que la publication de sa magnifique thèse de doctorat en histoire de l’art menée sous la direction de Christian Michel et soutenue en 2007 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Cette dernière, intitulée  Décor et décorum dans les palais de l’aristocratie génoise au XVIIIe siècle. L’exemple des objets mobiliers et de l’ameublement du palais Spinola à Pellicceria, est l’aboutissement de nombreuses années de recherche focalisées sur l’histoire de l’aristocratie génoise et de ses pratiques de représentation.

La préface de l’ouvrage, de Peter Fuhring, présente l’état de la recherche dans le domaine des arts du décor de la société aristocratique européenne du XVIIIe siècle, relativement négligés des historiens de l’art avant l’étude d’Anne Perrin Khelissa, qu’il qualifie de judicieuse, claire et originale.

Cette recherche examine l’ameublement fastueux du palais Spinola à Pellicceria au cours du XVIIIe siècle au moment où la ville de Gênes connaît pourtant une situation économique et politique défavorable. L’auteur propose de remettre en contexte la conservation et l’évolution d’un décor appartenant à plusieurs générations de la famille Spinola selon trois grands axes de recherche. L’ouvrage s’articule en trois grandes parties destinées à déchiffrer les choix effectués et les obligations à respecter en matière de décoration : hériter et transmettre, dépenser et commander, puis habiter et séjourner. L’auteur exploite trois types de sources documentaires pour compléter ses approches et consolider son argumentation : les testaments, les livres de comptes et les inventaires. Selon Anne Perrin Khelissa, les testaments inscrivent l’objet « dans une temporalité symbolique et dynastique », les livres de comptes permettent de dégager « l’intérêt fonctionnel de ces objets dans le cadre des dépenses qui les rattache à une temporalité évènementielle, circonstancielle, liée aux mœurs des Génois » et les inventaires évoquent davantage leur « éventuelle temporalité esthétique, correspondant à des goûts et à des tendances qui évoluent et se diffusent ». En somme, ces trois manières de considérer le décor du palais au XVIIIe siècle sont totalement complémentaires et indissociables. L’auteur situe sa démarche à la croisée de deux approches : l’une, qui analyse le choix du décor selon les pratiques sociales des membres de la noblesse, l’autre, qui s’attache à examiner ses spécificités techniques et artistiques. L’ameublement d’origine conservé au palais Spinola ainsi que le corpus d’archives disponible a permis de mener à bien cette recherche.

La mise en contexte géographique du palais dans la ville permet de comprendre les stratégies adoptées pour favoriser son impact visuel malgré son manque de visibilité à l’époque. Il fallait trouver des solutions architecturales attractives pour pallier la difficulté d’accès au palais. La présentation historique de la famille Spinola, caractérisée par sa grande richesse financière, glisse rapidement vers une approche sociologique et comportementale : l’étude du rapport que les grandes familles génoises entretenaient avec les biens patrimoniaux, particulièrement les objets. L’auteur souligne l’importance de ne jamais étudier un membre d’une famille ou ses biens de manière isolée, mais selon son appartenance à un groupe, à un réseau, à une identité collective qui prédomine dans les sociétés nobiliaires européennes de l’époque. L’image de la famille prévaut sur les intérêts privés d’un seul de ses membres. L’auteur signale l’importance de l’attitude adoptée au moment des successions, et singulièrement lorsqu’il s’agit de gestion des héritages matériels. Il s’agit, selon Anne Perrin Khelissa, d’une « véritable stratégie de conservation, instituée depuis les origines et prolongée par ses propriétaires successifs ». La noblesse génoise aspire à justifier son rang à travers la somptuosité de l’ameublement du palais. Mais entre héritage familial et volonté de forger sa propre identité, l’étude soulève avant tout la question de l’adaptation des nouveaux habitants au décor d’apparat du palais : « Par quels moyens les propriétaires parviennent à exprimer leur propre goût pour certains objets, un style d’intérieur, sans négliger celui de leurs prédécesseurs envers lequel ils ont un devoir de mémoire ? ». Pour cela, l’aristocrate génois doit impérativement adapter son patrimoine en inscrivant avec homogénéité ses acquisitions et ses commandes au sein de la « logique familiale ».

La suite de l’étude s’intéresse particulièrement aux dépenses et aux commandes des habitants successifs du palais. L’impossibilité de se défaire des acquisitions des aïeux n’empêche pourtant pas de trouver des solutions permettant de se distinguer de la lignée. Entre 1734 et 1736, Maddalena Doria Spinola entreprit par exemple un immense chantier d’entretien, de rénovations et d’ameublement moderne. Ce chantier gigantesque a généré une activité artistique et artisanale de premier ordre. L’auteur décrit et analyse la logistique du chantier, la nature et l’origine de ses acteurs (artistes et artisans), la valeur de leurs rémunérations ainsi que la fourniture des matériaux de premier choix. Elle découvre les motivations de cette opération grandiose, ce prétexte au changement qui n’est autre que le mariage du fils ainé de Maddalena Doria Spinola, Francesco Maria Spinola. Il s’agissait d’un investissement important à l’occasion d’un évènement, certes éphémère, mais qui s’inscrira pourtant dans la durée, marquant un temps fort dans l’histoire de la famille génoise. Le motif de la commande à permis entre autres de déchiffrer de manière inédite les programmes iconographiques des peintures de la salle d’apparat. Au cours de l’étude, le décor génois fait l’objet d’une analyse comparée avec d’autres territoires à différents moments de l’histoire. Les générations qui suivirent celle de Maddalena Spinola sont déclinées, ainsi que les changements dans l’ameublement qui en découlent, toujours avec le souci de répondre aux exigences du rang, révélant parfois une revendication identitaire. Mais si la recherche du confort, relativement secondaire, se fait pourtant ressentir, l’auteur démontre dans sa troisième et dernière partie que les évolutions de la commande artistique à la fin du siècle sont particulièrement lentes, malgré les modes et les pratiques nouvelles. Les acteurs de la décoration majestueuse du Palais Spinola à Pellicceria (concepteurs, commanditaires et spectateurs) en ont fait un système singulier, propre à la ville de Gênes.

La lecture de l’ouvrage est remarquablement fluide et passionnante. Il est possible d’aborder cette étude de manière rapide et synthétique, ou de manière approfondie et minutieuse selon l’intérêt pour le sujet. Le plan de l’ouvrage est structuré, à la fois chronologique et thématique. L’auteur présente les connexions entre l’architecture (l’immobilier), le décor (le mobilier) et l’homme (le vivant). C’est à notre sens l’intérêt majeur, et le grand bien de ce livre. Anne Perrin Khelissa redonne vie au palais Spinola : le lecteur est guidé à travers le palais, l’évolution de ses chantiers et de sa décoration au cours du XVIIIe siècle. Il découvre ainsi une manière de vivre, d’habiter, un devoir de mémoire, mais aussi l’ambiance des différents espaces comme s’il était totalement immergé dans la vie quotidienne de ses habitants. L’étude offre par ailleurs de nombreux documents d’archives annexes qui étayent le développement (plans, graphiques, photos, vues gravées du XVIIIe, estampes, reproductions de tableaux, de sculptures et de fresques, arbres généalogiques, etc.).

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Giuseppe, Galasso, Naples médiévale. Du duché au royaume, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (Henri Bresc)

Giuseppe, Galasso, Naples médiévale. Du duché au royaume, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (Henri Bresc)

Les presses universitaires de Rennes publient un ensemble d’articles et de conférences de Giuseppe Galasso, professeur émérite de l’Université de Naples, homme politique et l’un des historiens les plus remarquables du Mezzogiorno. C’est l’occasion d’entrer en contact avec une pensée ferme et vigoureuse, que présentent André Vauchez dans une courte préface et Jean-Paul Boyer, dans un hommage précis et vibrant. Animateur de l’édition historique italienne (la UTET de Turin), auteur de puissantes synthèses, ministre longtemps de la « première République » et pour un moment trop court, maire de Naples, il appartient au courant laïque et au parti républicain, ancien pivot des majorités. Disciple de Benedetto Croce, il choisit un historicisme rigoureux, se refuse à toute transcendance religieuse ou marxiste, à toute téléologie. Ce choix peut déboucher sur un certain désintérêt pour l’histoire religieuse, comme l’atteste, p. 123, le qualificatif d’« orthodoxes » attribué, aux Grecs d’Italie du Sud, de rite grec, certes, et attachés à l’Empire, mais catholiques, et plus généralement une surévaluation de l’islam, qui s’appuie malheureusement sur les contes fantastiques de Maurice Lombard. Le marchand Salomon de Salerne, grec sans doute et présent à Gênes en 1156, est ainsi appelé Soliman, p. 78. Les articles et les conférences réunies dans ce livre ne sont pas des travaux d’érudition, mais de synthèse et il aurait été bon et sain de corriger ces menues erreurs, comme, p. 155, la confusion entre Troia en Pouille et Troina en Sicile et non d’en ajouter de plus graves comme dans la chronologie, p. 181, où le dernier roi normand, Tancrède, est dit fils de Guillaume II, quand il en est le cousin.

Par ailleurs, le travail d’édition a été pour le moins bâclé. La traduction est un mot à mot qui rend quelquefois obscur un texte riche de concepts. Le texte n’a pas été relu et présente plusieurs coquilles ou erreurs de traduction par page. On ne citera qu’un exemple, sur la page de titre : « ÉditiEn présentée par NEël-Yves Tonnerre… HEmmage de Jean-Paul Boyer ». Les citations en latin, qui n’ont pas été comprises et qui sont quelquefois mutilées, auraient dû être traduites pour le public français.

L’ouvrage s’ordonne en quatre parties autour d’un thème, le rapport entre Naples et le Sud italien. Naples est d’abord la capitale d’un petit duché byzantin, puis une ville périphérique du royaume normand de Sicile, une cité remarquée par Frédéric II et dotée d’une université, enfin la capitale d’un royaume de Sicile angevin, bientôt réduit au Mezzogiorno après les Vêpres de 1282 et séparé de l’autre royaume, insulaire, de Sicile.

L’héritage byzantin se manifeste dans la continuité de la vie urbaine, la solidité d’une milice urbaine de cavaliers, pépinière de la noblesse du XIIe siècle et de la bureaucratie, et le maintien du municipe : les institutions du duché, appelé encore Honor Neapolis en 1130, sont intégrées dans le royaume normand polycentrique et un vaste territoire reste de leur juridiction. On pourrait qualifier Naples de « macro-municipe » comme les Catalans le font pour Barcelone.

La conquête normande, tardive, intègre Naples dans un ensemble hétéroclite, dominé par le poids démographique et politique de Palerme, et que G. Galasso hésite à appeler « féodal ». En effet, la féodalité normande y est encadrée, disciplinée, sa rage explose en révoltes vaines et en conspirations quand le pouvoir des Hauteville est affaibli, au risque de répressions terribles. La Cour dispose en effet d’une bureaucratie inspirée des modèles byzantin et fâtimide, d’un système fiscal efficace et homogène qui finance une armée de mercenaires, d’un réseau judiciaire englobant les justices traditionnelles locales, et d’un système économique d’État inspiré des modèles fâtimides et renforcé par Frédéric II, massarie agricoles, douanes, monopoles, gabelle du sel enfin.

Avec Frédéric, le royaume devient une Prusse méditerranéenne, État héréditaire attaché à l’Empire. L’auteur rend ainsi hommage aux grands historiens qui savent voir la différence, Henri Pirenne et Ernst Kantorowicz, sans raboter l’originalité du Sud. Il insiste sur la précocité du grand marché unifié (douanes intérieures abolies dès 1187), et sur l’unification de l’espace monétaire accomplie par l’empereur. Frédéric a une politique économique explicite : il abaisse le niveau de la traite, les royalties à l’exportation du grain, pour stimuler l’essor de la céréaliculture, accroître la richesse du pays et augmenter la rente fiscale.

La figure de Frédéric II est en effet centrale : sa légitimité et ses moyens sont ceux de ses ancêtres normands, mais sa politique est impériale et ses intérêts se détournent de l’Afrique et des Balkans pour se centrer sur la Lombardie, déplaçant le centre de gravité du royaume vers Naples et vers Foggia. Naples, choisie comme centre universitaire, coagule les savoirs juridiques et lettrés de la Campanie ; elle aspire aussi les nobles et les marchands d’Amalfi. C’est sa chance. Alors que son port reste marginal, « tangentiel », sa petite noblesse et ses étudiants fourniront les cadres d’une administration remarquable et d’une justice sereine et rigoureuse, force des Angevins.

Le choix de Naples comme capitale que fait Charles Ier manifeste la continuité de Frédéric et de Manfred. Il prend acte du déclassement démographique de Palerme, et des nouvelles stratégies que dessine la « diagonale angevine », Provence, Piémont, Toscane, Morée, bientôt Hongrie. Ce choix est celui d’une capitale « active », unificatrice : la noblesse napolitaine administre l’État et pénètre la féodalité, les barons affluent auprès d’une Cour riche et prestigieuse, foyer culturel ; l’idéologie de justice et de service de l’Église s’affermit ; un marché de redistribution s’établit à Naples. Cette capitale crée une « nation napolitaine » exaltée par les historiens du XVIe siècle en opposition à l’hégémonie espagnole. Et, comme Palerme est la référence obligée, G. Galasso la qualifie de capitale « passive », qui vit de sa cour ; mais la Palerme du XIIe a aussi diffusé sa noblesse et de sa bureaucratie, et c’est tôt un marché de gros, concurrencé par Messine. Enfin, comme il s’est créé une nation napolitaine, Palerme a offert en 1282 les prémisses d’une nation sicilienne qui soutiendra une guerre de quatre-vingt-dix ans contre Naples. Seul point de dissemblance, l’absence à Palerme de conscience collective, même s’il y existe des institutions municipales dès le XIIe siècle.

La hauteur de vue de G. Galasso, sa connaissance de la longue durée, dans le domaine méridional comme dans celui des relations avec le monde ibérique et la France, sa capacité de comparer sans confondre, font que ce recueil d’articles, avec ses imperfections, apporte un éclairage puissant sur l’histoire et sur l’historiographie de Naples. Giuseppe Galasso se détache finalement de Benedetto Croce, qui voyait dans l’histoire du Mezzogiorno un théâtre où le peuple se contentait d’être le spectateur, sauf à casser fugitivement les bancs et à brûler la scène. Il démontre au contraire qu’une nation existe dès le XIVe siècle, que la cité de Naples en assume à l’occasion la guide, quand la monarchie est faible et que l’aristocratie se laisse aller à l’indiscipline, que l’intérêt commun n’est pas toujours un slogan des partis nobiliaires, mais qu’il est ancré dans la conscience des administrateurs et des juges.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Aurelia Savelli, Siena. Il popolo e le contrade, Firenze, Olschki, 2008 (Corine Maitte)

Aurelia Savelli, Siena. Il popolo e le contrade, Firenze, Olschki, 2008, 533p. (Corine Maitte)

Qui ne connaît pas le double Palio de Sienne (2 juillet et 16 août), sa course effrenée de chevaux sur la place principale de la ville aux couleurs des dix-sept contrade ? La profondeur historique de ces « associations constituées sur base territoriale, dotées d’une pleine autonomie administrative et patrimoniale, qui ont pour but de célébrer, conserver et transmettre la grandeur spirituelle, les vertus humaines et le sentiment civique dans lesquels se reconnaît le peuple de Sienne », tout comme l’importance sociologique et anthropologique du Palio ont déjà fait couler beaucoup d’encre, comme le rappelle A. Savelli dans son introduction. Elle a néanmoins choisi d’affronter, à nouveaux frais, l’étude de la place de ces structures citadines, au sein du système de gouvernement de la ville, dans une thèse de doctorat, menée à l’Institut Universitaire Européen de Fiesole qui est devenue ce beau livre, illustré de nombreuses représentations, doté également d’importantes annexes (p. 349-464) reproduisant certains statuts des contrade, des listes de leurs dirigeants, mais aussi la liste des « taxés non nobles » de la ville de Sienne de 1643. Les contrade sont en effet une émanation du « peuple » de Sienne dans lesquelles les nobles ne jouent qu’une part mineure, même si, à partir du XVIIIe siècle surtout, ils en deviennent « protecteurs ». Il ne manque à vrai dire qu’une carte de la ville étudiant précisément la répartition spatiale mouvante de ces subdivisions territoriales citadines dont les limites ne furent officiellement fixées que très tardivement, en 1730 : c’est le symptôme de la relativement faible attention portée à la dimension spatiale du phénomène dans un livre qui a le mérite au contraire de proposer une étude socio-politico-institutionnelle de longue durée de ces universitas habitatorum, notamment à partir des archives qu’elles ont elles-mêmes constituées, dès mi XVIe siècle pour certaines.

Le plan du livre, chronologique, est simple : les contrade d’Ancien Régime dans une première partie, les usages et les mythes du passé (XIXe-XXe siècle) dans une seconde. Il interroge justement cette longue durée historique qui fait des contrade siennoises un phénomène unique en Europe, tout en en montrant à la fois les évolutions, les reconstructions, voire les discontinuités à travers les siècles.

L’origine médiévale de ces associations, signe de la force du républicanisme de la Commune, fait partie intégrante du mythe des contrade dès l’Epoque moderne, mais encore plus à partir du XIXe siècle quand cette réécriture de l’histoire (notamment dans les années 1870-1880) leur confère une nouvelle légitimité (VI - Construire le mythe républicain) : elle trouve son apothéose dans le « baptême contradaiolo », inventé en 1947, et porte à leur influence actuelle qui les incite à revendiquer une place à part entière dans l’administration communale (VII - Les contrade contemporaines : continuité et discontinuité). Contrairement à une longue tradition historiographique, A. Savelli montre au contraire que, s’il existe bien des liens avec certaines institutions de l’époque médiévale (contratae,documentées à partir de 1208, et societas militum qui disparaissent en 1555), l’affirmation des contrade est parallèle à celle de l’Etat territorial. Mais, dit-elle, plutôt que dans la force ou la faiblesse des institutions de l’Etat central, les conditions d’affirmation des contrade sont à rechercher dans la stratification sociale urbaine et dans la complète exclusion du peuple du gouvernement urbain (I - Nobles et peuple : gouvernement et stratification sociale à Sienne entre XVIe et XVIIIe siècle). Le processus de fermeture de la noblesse urbaine dans la première moitié du XVIe siècle va de pair avec une redéfinition des agrégats populaires qui, à travers ces associations à base territoriale, tentent de contrer la fragilité de leur statut politico-juridique et de compenser le manque d’un canal de représentation dans les institutions urbaines. De fait, les contrade n’ont pendant longtemps qu’une existence institutionnelle faible (II - les contrade des origines à une institutionnalisation ambiguë, 1er XVe siècle, début XVIIe siècle). Leur affirmation au XVIIe siècle est liée aux exigences de contrôle de la moralité des habitants, à la volonté de protéger les biens communaux des malversations ainsi qu’à l’exigence de donner des règles au groupe territorial construisant un oratoire. D’ailleurs, comme le montre le chap. III (La contrada entre XVIIe et XVIIIe siècle : de multiples antinomies), l’ambiguïté des compétences n’est pas l’unique motif de faiblesse et d’a-typicité des contrade siennoises : leur culture est en effet aussi traversée d’antinomies qui minent la solidité du groupe territorial. C’est seulement au XVIIIe siècle qu’ellesreçoivent une pleine reconnaissance, au cœur de la crise dynastique lié à l’extinction de la dynastie Médicis, comme de la politique réformatrice de Pierre Léopold (V - Un nouveau protagonisme : la conquête de la représentation à la fin de l’époque Médicis et à l’époque des Lorraine) : présentes dans la cérémonie d’investiture de la « gouvernatrice » Violante Beatrice Bavière Medicis en 1717 en qualité d’agrégats du peuple siennois, elles reçoivent ensuite, par le bando de 1730, un territoire précis qui n’est pas exempt de multiples contestations. Ce processus d’institutionnalisation connaît une accélération sous Pierre Léopold quand une milice urbaine est instituée sur leur base et que leurs capitaines sont considérés comme députés du Peuple de Sienne en 1786. Malgré tout, cela ne résout pas le problème de fond : le rapport non défini entre contrade et gouvernement de l’espace citadin.

Les aspects sociaux sont concentrés dans le chapitre IV (Hommes, femmes, familles des contrade (XVIIe siècle) qui est une tentative de prosopographie des contrade. Cette analyse se ressent, comme A. Savelli le reconnaît, de l’absence d’études sur la société siennoise de l’Epoque moderne en terme de mobilité, de politiques matrimoniales ou de fonctionnement des confraternités, des paroisses, des corps de métiers dont on saisit mal la relation avec l’appartenance aux contrade. La délimitation du profil socio-économique du groupe dirigeant des contrade est réalisée en croisant registres de délibérations et données fiscales, notamment celle de l’imposition extraordinaire de 1643. Si la majeure partie des responsables fait partie des taxés à 2 scudi (la cote la plus basse), on y trouve un éventail large de professions, dont pas mal de notaires, des ecclésiastiques, mais aussi des femmes. A. Savelli suit des exemples de parcours contradaioli, comme ceux du chancelier Carlo Piocchi de l’Onda ou du boucher Lorenzo Bacci de l’Oca. Si appartenance populaire, honorabilité sociale, stabilité résidentielle apparaissent au centre de la construction des contrade d’Ancien Régime, la stabilité est plus celle de la contrada elle-même que des individus qui la composent, dans l’ensemble très mobiles. Il semble aussi que les liens soient finalement assez fragiles entre les contradaioli et leur contrada, au contraire de l’image actuelle.

Au total, explicite A. Savelli, c’est sans doute une partie de leur faiblesse qui explique la longévité de ces associations dont les contours et les significations se sont adaptés à des contextes politiques et institutionnels tout à fait différents au travers de discontinuités que le livre met bien en relief.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299 p. (Nathalie Pascarel)

Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299 p.

(compte rendu par Nathalie Pascarel).

Maître de conférences en histoire de l’art moderne au sein du département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université Toulouse II, Anne Perrin-Khelissa est spécialiste des arts du décor de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Ses recherches universitaires portent principalement sur la culture matérielle de la noblesse génoise, en particulier ses modes d’habitation, ses collections d’œuvres d’art et sa consommation d’objets de luxe. Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, paru en 2013 aux éditions CTHS-INHA, n’est autre que la publication de sa magnifique thèse de doctorat en histoire de l’art menée sous la direction de Christian Michel et soutenue en 2007 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Cette dernière, intitulée  Décor et décorum dans les palais de l’aristocratie génoise au XVIIIe siècle. L’exemple des objets mobiliers et de l’ameublement du palais Spinola à Pellicceria, est l’aboutissement de nombreuses années de recherche focalisées sur l’histoire de l’aristocratie génoise et de ses pratiques de représentation.

La préface de l’ouvrage, de Peter Fuhring, présente l’état de la recherche dans le domaine des arts du décor de la société aristocratique européenne du XVIIIe siècle, relativement négligés des historiens de l’art avant l’étude d’Anne Perrin Khelissa, qu’il qualifie de judicieuse, claire et originale.

Cette recherche examine l’ameublement fastueux du palais Spinola à Pellicceria au cours du XVIIIe siècle au moment où la ville de Gênes connaît pourtant une situation économique et politique défavorable. L’auteur propose de remettre en contexte la conservation et l’évolution d’un décor appartenant à plusieurs générations de la famille Spinola selon trois grands axes de recherche. L’ouvrage s’articule autour de trois grandes parties destinées à déchiffrer les choix effectués et les obligations à respecter en matière de décoration : hériter et transmettre, dépenser et commander, puis habiter et séjourner. L’auteur exploite trois types de sources documentaires pour compléter ses approches et consolider son argumentation : les testaments, les livres de comptes et les inventaires. Selon Anne Perrin Khelissa, les testaments inscrivent l’objet « dans une temporalité symbolique et dynastique », les livres de comptes permettent de dégager « l’intérêt fonctionnel de ces objets dans le cadre des dépenses qui les rattache à une temporalité évènementielle, circonstancielle, liée aux mœurs des Génois » et les inventaires évoquent davantage leur « éventuelle temporalité esthétique, correspondant à des goûts et à des tendances qui évoluent et se diffusent ». En somme, ces trois manières de considérer le décor du palais au XVIIIe siècle sont totalement complémentaires et indissociables. L’auteur situe sa démarche à la croisée de deux approches : l’une, qui analyse le choix du décor selon les pratiques sociales des membres de la noblesse, l’autre, qui s’attache à examiner ses spécificités techniques et artistiques. L’ameublement d’origine conservé au palais Spinola ainsi que le corpus d’archives disponible a permis de mener à bien cette recherche.

La mise en contexte géographique du palais dans la ville permet de comprendre les stratégies adoptées pour favoriser son impact visuel malgré son manque de visibilité à l’époque. Il fallait trouver des solutions architecturales attractives pour palier à la difficulté d’accès au palais. La présentation historique de la famille Spinola, caractérisée par sa grande richesse financière, glisse rapidement vers une approche sociologique et comportementale: l’étude du rapport que les grandes familles génoises entretenaient avec les biens patrimoniaux, particulièrement les objets. L’auteur souligne l’importance de ne jamais étudier un membre d’une famille ou ses biens de manière isolée, mais selon son appartenance à un groupe, à un réseau, à une identité collective qui prédomine dans les sociétés nobiliaires européennes de l’époque. L’image de la famille prévaut sur les intérêts privés d’un seul de ses membres. L’auteur signale l’importance de l’attitude adoptée au moment des successions, et singulièrement lorsqu’il s’agit de gestion des héritages matériels. Il s’agit, selon Anne Perrin Khelissa, d’une « véritable stratégie de conservation, instituée depuis les origines et prolongée par ses propriétaires successifs ». La noblesse génoise aspire à justifier son rang à travers la somptuosité de l’ameublement du palais. Mais entre héritage familial et volonté de forger sa propre identité, l’étude soulève avant tout la question de l’adaptation des nouveaux habitants au décor d’apparat du palais : « par quels moyens les propriétaires parviennent à exprimer leur propre goût pour certains objets, un style d’intérieur, sans négliger celui de leurs prédécesseurs envers lequel ils ont un devoir de mémoire ? ». Pour cela, l’aristocrate génois doit impérativement adapter son patrimoine en inscrivant avec homogénéité ses acquisitions et ses commandes au sein de la « logique familiale ».

La suite de l’étude s’intéresse particulièrement aux dépenses et aux commandes des habitants successifs du palais. L’impossibilité de se défaire des acquisitions des aïeuls n’empêche pourtant pas de trouver des solutions permettant de se distinguer de la lignée. Entre 1734 et 1736, Maddalena Doria Spinola entreprit par exemple un immense chantier d’entretien, de rénovations et d’ameublement moderne. Ce chantier gigantesque a généré une activité artistique et artisanale de premier ordre. L’auteur décrit et analyse la logistique du chantier, la nature et l’origine de ses acteurs (artistes et artisans), la valeur de leurs rémunérations ainsi que la fourniture des matériaux de premier choix. Elle découvre les motivations de cette opération grandiose, ce prétexte au changement, qui n’est autre que le mariage du fils ainé de Maddalena Doria Spinola, Francesco Maria Spinola. Il s’agissait d’un investissement important à l’occasion d’un évènement, certes éphémère, mais qui s’inscrira pourtant dans la durée, marquant un temps fort dans l’histoire de la famille génoise. Le motif de la commande à permis entre autres de déchiffrer de manière inédite les programmes iconographiques des peintures de la salle d’apparat. Au cours de l’étude, le décor génois fait l’objet d’une analyse comparée avec d’autres territoires à différents moments de l’histoire. Les générations qui suivirent celle de Maddalena Spinola sont déclinées, ainsi que les changements dans l’ameublement qui en découlent, toujours avec le souci de répondre aux exigences du rang, révélant parfois une revendication identitaire. Mais si la recherche du confort, relativement secondaire, se fait pourtant ressentir, l’auteur démontre dans sa troisième et dernière partie que les évolutions de la commande artistique à la fin du siècle sont particulièrement lentes, malgré les modes et les pratiques nouvelles. Les acteurs de la décoration majestueuse du Palais Spinola à Pellicceria (concepteurs, commanditaires et spectateurs) en ont fait un système singulier, propre à la ville de Gênes.

La lecture de l’ouvrage est remarquablement fluide et passionnante. Il est possible d’aborder cette étude de manière rapide et synthétique, ou de manière approfondie et minutieuse selon l’intérêt pour le sujet. Le plan de l’ouvrage est structuré, à la fois chronologique et thématique. L’auteur présente les connexions entre l’architecture (l’immobilier), le décor (le mobilier) et l’homme (le vivant). C’est à notre sens l’intérêt majeur, et le grand bien de ce livre. Anne Perrin Khelissa redonne vie au palais Spinola : le lecteur est guidé à travers le palais, l’évolution de ses chantiers et de sa décoration au cours du XVIIIe siècle. Il découvre ainsi une manière de vivre, d’habiter, un devoir de mémoire, mais aussi l’ambiance des différents espaces comme s’il était totalement immergé dans la vie quotidienne de ses habitants. L’étude offre par ailleurs de nombreux documents d’archives annexes qui étayent le développement (plans, graphiques, photos, vues gravées du XVIIIe, estampes, reproductions de tableaux, de sculptures et de fresques, arbres généalogiques, etc.).

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu:Hélène Dessales, Le Partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, BEFAR 351, 2013 (Anne-Laure Foulché)

Hélène Dessales, Le Partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, BEFAR 351, 2013, 508 p., ill. (Anne-Laure Foulché)

 

Si la question de la distribution hydraulique prend place dans une abondante bibliographie renouvelée ces dernières années (p. 2-3 et notes), on ne pourra que se féliciter de la parution de l’ouvrage d’H. Dessales, tant les thèmes abordés s’intègrent avec justesse dans cette thématique, tout en la dépassant, à la fois par l’ampleur de la recherche accomplie et par cellede l’horizon géographique considéré. Cette volumineuse réflexion sur l’eau en milieu domestique s’articule en trois axes, dont la succession logique nous permet de pénétrer pas à pas au cœur de la maison romaine.

H. Dessales nous emmène, au fil de l’eau ­– pour lui reprendre l’expression –­­, dans une brève promenade remontant aux origines préromaines des bassins et fontaines, où l’eau se révèle très tôt comme élément structurant des jardins royaux. Les grands principes de sa mise en valeur architecturale, à travers son association aux pièces de réception et aux portiques, seront largement repris, à partir du Ier siècle av. J.-C., dans les riches villas latiales, dont le rôle prédominant dans la diffusion en Italie des jeux d’eau n’est plus à démontrer. Passé ce nécessaire chapitre introductif, nous pénétrons au cœur même de ce premier axe, où bassins et fontaines en élévation font l’objet d’une minutieuse étude, basée sur un catalogue complet des cités vésuviennes et sur celui, plus restreint car tributaire d’une documentation lacunaire, des domus et villae à bassins ornementaux italiennes et provinciales. Après l’étude lexicale requise, l’auteur esquisse une premièreclassification typologique d’où émergent trois groupes de bassins se succédant dans le temps. Les fontaines en élévation font l’objet d’une approche relativement similaire­ – ici les critères de classement se basent sur la place des fontaines au cœur de l’habitat –, ce qui nous engage surtout à réfléchir, non pas tant à une évolution morphologique, mais plutôt à l’intégration évolutivede ces structures dans l’espace résidentiel. Enfin, l’étude des formes et des différentes composantes des fontaines (statues, vasques et systèmes d’adduction hydraulique) trahit la volonté de reproduire, par un processus de miniaturisation toujours plus évident, les compositions des infrastructures publiques ou des villas aristocratiques.

La question de l’alimentation hydraulique des domus est abordée dans une seconde partie, à travers l’examen des systèmes fermés (puits et citernes majoritairement), les plus anciens et les plus stables dans le temps, et des systèmes ouverts (alimentés en eau courante) ; Pompéi fait à ce sujet l’objet d’un développement particulier. A la lumière des sources littéraires et juridiques, l’usage de l’aqua ducta en contexte privé apparaît comme une concession d’abord exceptionnelle sous la République, soumise par la suite à un très strict contrôle impérial. Au niveau régional cependant, l’auteur reconnaît ne pas toujours trouver de correspondances entre les données archéologiques et les normes théoriques, pointant du doigt une certaine souplesse dans l’utilisation de l’eau provenant de l’aqueduc.

Toutefois ces mêmes sources, conjuguées à l’épigraphie, attestent bien de codifications hiérarchisées ou du moins variables entre les différents bénéficiaires de concessions personnelles, et même entre les différentes cités de l’Empire, témoignant ainsi d’un accès plutôt limité à l’eau courante. Concernant l’épineux sujet relatif à la situation hydraulique de Pompéi après 62/63 ap. J.-C., H. Dessales démontre avec précision, forte des résultats de fouilles et/ou d’observations de terrain récentes, la gestion autarcique des propriétaires face à une temporaire perturbation du réseau public. Elle remet ainsi en cause, et c’est l’un des points forts de son travail, la théorie d’A. Maiuri relative à la paupérisation de Pompéi suite au tremblement de terre : il semble au contraire que les propriétaires aient été plus que jamais concernés par les travaux et les agrandissements de leur habitat, tout en continuant à jouir d’une certaine quantité d’eau à des fins autant utilitaires que décoratives. Si le dossier, de l’aveu même de l’auteur, aurait besoin d’être étayé par bien d’autres cas de figures, il perturbe sans aucun doute l’idée bien établie d’une eau courant en abondance dans les maisons, grâce à un raccordement systématique au réseau public à partir de l’époque augustéenne. Les résultats, a priori décevants, de l’enquête menée sur la distribution des fontaines pompéiennes, révèlent là encore une situation inattendue, non seulement à l’échelle des différentes domus (dans lesquelles la répartition semble égale), mais aussi de la ville, où n’apparaissent pas de différences notables entre les quartiers.

Les conclusions de la troisième partie, centrée sur l’utilisation de l’eau et l’organisation interne de la domus, sont parfois fragilisées par des données chiffrées (trop ?) théoriques issues de complexes calculs maniant sources ethnographiques et relevés de terrain ; elles fournissent néanmoins des éléments tout à fait stimulants. Par exemple, la prise en compte du volume des citernes pompéiennes, combinée au captage des eaux par la toiture, conduit H. Dessales à une estimation démographique des habitants des domus, et en conséquence de la ville, selon une formule qui mériterait d’être expérimentée à plus large échelle. Autre point d’intérêt, la nette différenciation entre les espaces de service et les pièces de réception, qui seules font l’objet d’un raccordement à l’eau courante, sonne comme un rappel constant aux conclusions d’A. Wallace-Hadrill et à sa lecture « graduelle » de la maison romaine : fontaines et bassins témoignent ainsi d’une part essentielle dans la mise en scène du dominus. Ainsi, les modifications touchant les structures hydrauliques de l’atrium et du péristyle-jardin à partir de l’époque julio-claudienne définissent de nouveaux axes visuels : l’eau se met en scène à travers de monumentaux bassins et « murs-fontaines », points focaux d’une perspective saisissable depuis la rue, qui tend à se recentrer à l’époque tardive sur les espaces intérieurs.

Le dépouillement bibliographique et l’abondant apparat photographique/planimétrique, auxquels s’ajoutent d’utiles tableaux récapitulatifs et un catalogue de 133 fiches, font apprécier d’autant plus un travail tout à fait considérable. On regrettera parfois une focalisation un peu trop poussée sur le cas pompéien, qui semble trahir quelque peu le titre même de l’ouvrage (« l’Italie romaine ») ; cette constatation peut être toutefois nuancée par l’exceptionnelle conservation des vestiges, et surtout par des résultats convaincants, qui, loin de se réduire à de simples études de cas, s’intègrent au contraire parfaitement dans un discours global sur le partage de l’eau. La pensée toujours limpide d’H. Dessales nous transporte dans la direction fixée : offrir au lecteur une synthèse exhaustive et novatrice sur la place structurante de l’eau dans l’architecture privée.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri (sous la direction de), 1913. Genèse d’une loi sur les monuments historiques. Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Travaux et Documents n° 34, Paris, La Documentation française, 2013. (Marie-Paule Arnauld)

Jean-Pierre Bady, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Jean-Michel Leniaud, Vincent Négri (sous la direction de), 1913. Genèse d’une loi sur les monuments historiques. Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication, Travaux et Documents n° 34, Paris, La Documentation française, 2013, 602 p. (Marie-Paule Arnauld)

Avec l'étude qu'il consacre à la loi de 1913 sur les Monuments historiques, le Comité d'Histoire du ministère de la Culture et de la Communication poursuit une politique de publication féconde qui a offert aux historiens des ouvrages essentiels.

1913. Genèse d'une loi sur les Monuments historiques, publié à la Documentation française, est le fruit d’une approche méthodologique novatrice. Le Comité d'Histoire a, en effet, sollicité plusieurs chercheurs d'horizons, de spécialités, voire de pays différents pour offrir à l’étude un éventail de textes qui abordent la thématique avec un regard personnel et diversifié. C’est là le premier volet d'un vaste projet de recherche « Mémoloi », porté par le Centre d'études sur la coopération juridique internationale, qui associe l'université de Poitiers, le CNRS et l'École nationale des chartes, en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Communication. L’objectif central est, à terme, une étude approfondie des lois patrimoniales françaises qui permette de nous proposer un panorama quasi exhaustif « du contexte de leur adoption et du déroulé de leur histoire » (p. 15). Ce sont ces intentions que vont développer les cinq grands chapitres qui divisent l'ouvrage, dans un plan chrono-thématique pertinent qui permet d'aborder chaque jalon de ces évolutions tant sur le plan juridique que sociétal, en les replaçant dans le contexte international.

Le premier chapitre consacré à l'analyse de la loi du 30 mars 1887 sur la conservation des monuments et des objets d'art ayant un intérêt historique et artistique, commence par une étude d'Arlette Auduc sur les perceptions du XIXe siècle en matière de protection de monuments et sur le rôle que jouent les mentalités dans l'évolution des principes juridiques, en l'absence de législation propre à l'architecture et à l'urbanisme. Une loi est donc indispensable alors que se développent l'urbanisation, les grandes opérations immobilières et les destructions de monuments qu'elles entraînent. Le nécessaire bilan critique de la loi de 1887 est abordé par Arlette Auduc avec la juriste Marie Cornu dans l'article suivant. Si l'innovation majeure du texte consiste en l'introduction d'un mécanisme de restriction du droit de propriété, celui-ci montre rapidement ses limites. Après la loi de 1905, celle de 1887, en raison de l'insuffisance de son dispositif de sanction, s’avère inapte à assurer la protection des monuments et objets de plus en plus nombreux convoités par le marché et les collectionneurs. Une nouvelle loi doit donc aborder la définition du monument historique, ainsi que la réflexion sur le rôle de l'Etat et des collectivités dans cette politique.

Après cette mise en abîme, les deux chapitres suivants constituent le cœur de l'étude. Le premier présente en huit textes, aux approches très différentes, « les jalons d'une réforme de la protection des Monuments historiques » et les 10 articles qui composent le chapitre 3, consacré à la loi de 1913 elle-même, permettent d'en développer dans le détail tous les apports aussi bien que les déficiences. L'analyse commence par un article aux apports novateurs d'Annie Fornerod sur le rôle joué par la loi du 9 décembre 1905 dans la transition entre la loi de 1887 et celle de 1913. En analysant ce texte sous l'angle de son apport à la réforme de la protection des Monuments historiques, elle insiste sur le rôle capital qu'il a joué dans l'esprit des juristes comme des parlementaires dans la prise de conscience de «  la nouvelle architecture des relations Église-État sur les bien culturels monuments historiques » (p. 70). En effet, la fin du régime des cultes reconnus a des conséquences décisives, et étroitement liées, sur leur préservation : le transfert de propriété et la fin du budget des Cultes.

À côté des articles plus classiques, mais toujours extrêmement précis et riches, d'historiens du droit comme Xavier Perrot ou Julien Lacaze, et de juristes spécialisés dans le droit du patrimoine culturel comme Marie Cornu, qui nous guident pas à pas dans les débats autour de l'élaboration du texte et nous font pénétrer dans les arcanes des débats autour du classement d'office, on soulignera seulement la nouveauté de la contribution de Marie Cornu et Noë Wagener qui ont compilé la littérature juridique spécifiquement consacrée à la question des Monuments historiques et de l'esthétique, entre le début des années 1880 et la fin des années 1920. À noter également, une analyse intéressante et innovante d'Annie Héritier sur le rôle des sociétés savantes, dans laquelle elle essaie de percevoir comment cet espace de sociabilité « produit du ‘pouvoir périphérique’ et prend ses marques dans la genèse de la loi de 1913 » (p. 145). Et commencent à se dessiner au travers de ces textes des figures d'hommes influents: théoriciens de l'art, juristes, conservateurs qui marquent durablement le projet mais surtout l'évolution de la doctrine de la protection. Impossible de les citer tous qui font l'objet de notices biographiques que nous évoquerons plus loin.

Le troisième chapitre s'attache ensuite à définir avec la plus grande exhaustivité possible les apports de la loi de 13. Deux articles analysent les évolutions de notions qu'elle a induites : celle de monument historique, concept-clé du texte, et le critère d'intérêt public au point de vue de l'art et de l'histoire, qui reste encore aujourd'hui la colonne vertébrale du droit du patrimoine. Julien Lacaze aborde ensuite la notion de classement et ses évolutions substantielles depuis les premières listes. Puis sont abordés les domaines dans lesquels la loi apporte des innovations essentielles et pérennes: la politique de protection des objets mobiliers (qui font l'objet de deux contributions fondamentales de Franz Schoenstein et Judith Kagan), les monuments mégalithiques, l'archéologie de fouilles, la création d'un Inventaire supplémentaire… Nous sommes alors en possession des éléments essentiels de l'analyse du texte, de sa genèse à ses conséquences. Deux chapitres terminaux apportent cependant des compléments importants sur ses contrecoups : les influences respectives entre celui-ci et la loi Cornudet du 14 mars 1919 ; la création de la Caisse nationale des Monuments historiques (présentée dans deux contributions peut-être un peu redondantes).

L'ouvrage s'achève dans une ouverture aux influences internationales de la loi. Vincent Négri explique avec grande clarté comment elle marque les prémices d'un droit international du patrimoine culturel, droit qui sera codifié en particulier dans le droit de la guerre et dont l'efficacité sera mise à l'épreuve durant la Grande Guerre, mais qui marquera une étape déterminante pour la formulation des principes internationaux régulant les conflits armés. Enfin, comme Frank Michler l'avait exposé dans le premier chapitre pour la loi de 1887 et son influence en Allemagne, l'impact de la loi de 1913 et son application dans le contexte colonial sont étudiés pour l'Algérie, le Maroc et la Tunisie par trois historiens de l'art et juristes.

On aura compris l'ambition de cet ouvrage et de ses directeurs scientifiques et la réussite de l'entreprise qui, sans jamais prétendre à l'exhaustivité, aura quasiment épuisé le sujet par la multiplicité de ses approches, la qualité scientifique de ses analyses et la précision de l'utilisation des sources. Elle permettra de nourrir la réflexion des historiens comme des juristes pour bien des années et surtout offre un modèle méthodologique qui mérite d'être appliqué à d'autres textes, comme l'ambitionnent les concepteurs du projet de recherche qui a donné naissance à cet ouvrage. Le texte est complété par un cahier photo dont certains documents sont brièvement commentés, mais dont le regroupement en dehors du corps de l’ouvrage ne facilite pas l'appréhension, des annexes et des notices biographiques qui présentent pour certaines un intérêt essentiel. On ne peut que regretter l'hétérogénéité de ces notices. On sait la difficulté de ce genre d'exercice: il est dommage cependant que les coordinateurs scientifiques n'aient pas manifesté plus d'exigence en la matière.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Nathalie Preiss, Jean-Marie Privat, Jean-Claude Yon (dir.), Le Peuple parisien au XIXe siècle : entre sciences et fictions, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013 (Eric Fournier)

Nathalie Preiss, Jean-Marie Privat, Jean-Claude Yon (sous la direction de), Le Peuple parisien au XIXe siècle : entre sciences et fictions, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013, 239 p. (Eric Fournier)

 

Ce livre, réunissant les actes des journées d’études de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes des 4 et 5 novembre 2011, se place résolument dans le champ d’une histoire culturelle des représentations en essayant de cerner la construction d’une catégorie – ce « peuple parisien » réputé  insaisissable – et, de façon moins appuyée, d’en cerner les usages possibles au XIXe siècle.

Se confrontant au défi d’un peuple parisien qui est une de ces obsédantes énigmes du xixe siècle, tant pour les contemporains que pour les historiens, cet ouvrage assume une architecture ouverte et mobilise les ressources de l’interdisciplinarité. Ce faisant, les historiens, minoritaires dans ce colloque, dialoguent avec des spécialistes de littérature, mais aussi des anthropologues et des juristes. Leurs conclusions convergent : « Le peuple (parisien) n’existe pas » provoque, de façon rafraichissante, Jean-Claude Caron, dans un article historiographique et épistémologique sur la notion de catégorie en histoire. José-Luis Diaz, à qui revient le mot de la fin, choisit de « ne pas conclure » tant ce colloque souligne à quel point « entre 1830 et 1870 le “peuple parisien” bafouille » (p. 224).

L’approche mise en œuvre, qui se garde de saisir le peuple comme un acteur social effectif – i.e. comme une classe sociale, ou même comme un ensemble cohérent de catégories sociales – mais bien comme un objet de discours variés, s’appuie sur un questionnaire précis et nuancé, « comment parler du peuple [...] comment faire parler le peuple [...] comment parler au peuple » (p. 17), et varie les outils d’analyses comme les productions culturelles étudiées. Sont ainsi notamment convoqués le roman (Marceline Laparra, Philippe Hamon), l’uchronie (Françoise Sylvos), le théâtre (Sylvie Vielledent), la chanson populaire (Romain Bénini) et les textes juridiques (Nicolas Dissaux). Parmi les nombreux outils mis en œuvre ici, les études de genre irriguent ce recueil, soit comme approche principale (Anne Montjaret sur la figure de la couturière parisienne) soit par affleurement dans plusieurs contributions (Nathalie Jakobowicz, Aude Déruelle, Philippe Hamon).

Ces différents articles, à l’érudition notable, pointent l’aporie de leur objet en prolongeant les travaux de Jacques Rancière : la parole populaire n’apparaît que par intermittence et, si elle est présente, elle se coupe sans doute, par son énonciation même, du milieu dont elle est issue. L’objet « peuple parisien » aide alors surtout le xixe siècle à se saisir lui-même. Il participe alors pleinement de cette modalité de savoir propre au xixe siècle où fiction et observation se mêlent pour appréhender le réel. Les représentations du « peuple parisien » sont un observatoire privilégié pour appréhender les bouleversements du temps, pour porter angoisses et espoirs politiques, et aussi pour se définir soi-même en un processus complexe d’identification et/ou de distinction avec le « populaire ». Mais, conclut Jean-Claude Caron, le peuple parisien existe pourtant (un peu), se distinguant du reste des autres parties de la population par des caractères sociaux propres : la diversité des origines et des relations sociales populaires horizontales pacifiées. Étant à la fois une réalité sociale mouvante (plus qu’une catégorie établie ou une « classe ») et un faisceau de représentations, le peuple parisien n’est donc pas inexistant, réductible aux seuls discours, mais demeure malgré tout opaque et fuyant, non seulement parce que sourd rarement la parole populaire mais aussi parce que les représentations sont en recomposition permanente sous l’effet des contextes successifs, particulièrement en situation révolutionnaire lorsque les motifs ordonnant une figure devenue un enjeu politique crucial évoluent très vite (N. Jakobowicz, S. Vielledent, R. Benini, N. Dissaux).

Si la diversité des discours sur le peuple parisien est analysée de façon nuancée, certaines approches, sans doute les plus stimulantes, auraient gagné à être approfondies. Ainsi les usages sociaux et politiques de l’archétype, présents par exemple dans le travail de Nicolas Dissaux sur le droit, auraient-ils pu être développés pour d’autres discours et d’autres usages. Il en est de même des conditions de production et de diffusion des discours, traitées de façon convaincante par Romain Benini pour la chanson populaire lorsqu’il étudie les stratégies de chansonniers s’installant dans les quartiers populaires. Enfin, et c’est la principale critique, ces articles portent principalement sur le premier xixe siècle. Cette limite chronologique laisse dans l’ombre la Commune de 1871 qui est un moment privilégié pour saisir non seulement les contours sociaux effectifs de ce peuple parisien non réductible à la « classe ouvrière », mais surtout pour approcher d’une parole « par en bas » essayant à son tour, et de façon balbutiante, de définir le peuple parisien, ou la portion insurgée de celui-ci, c’est-à-dire de se définir soi-même. Et les insurgés ont finalement presque autant de mal que les écrivains plus bourgeois pour cerner « le peuple parisien » auquel ils s’identifient pourtant. De plus, le second xixe siècle est aussi le moment où décline puis s’efface – sans pour autant disparaitre soudainement – l’objet « peuple parisien » au profit, entre autres, d’un discours sur les « classes » ou sur le « peuple » à l’échelle nationale. Ce point est souligné implicitement par la contribution de Philippe Hamon, qui, déployant sa lumineuse érudition dans un xixe siècle tardif, ne peut plus vraiment distinguer les spécificités des représentations du corps du travailleur parisien par rapport aux provinciaux. Ce livre, qui a le mérite de souligner les vertus heuristiques de l’incertitude, aurait peut-être plus précisément cerné encore les énigmes que nous pose ce « peuple parisien » en s’intéressant à l’effacement de cet objet, ou, inversement, aux traces tardives laissées par l’un des « sphinx » du premier XIXe siècle.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Olivier Ratouis (dir.), La construction d’une agglomération. Bordeaux et ses banlieues, Genève, Metisspress, coll. vuesDensemble, 2013, 606 p., (Thibault Tellier)

Olivier Ratouis (sous la direction), La construction d’une agglomération. Bordeaux et ses banlieues, Genève, Metisspress, coll. vuesDensemble, 2013, 606 p., (Thibault Tellier)

Comme le souligne dans un propos liminaire le maitre d’œuvre de l’ouvrage, Olivier Ratouis, professeur d’urbanisme à l’université Bordeaux 3, la conception du présent ouvrage s’inspire de celui publié en 2007 chez Créaphis : Paris / Banlieue. Confits et solidarités. Ses directeurs éditoriaux, Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau avaient alors esquissé, avec succès il faut le souligner, une approche globale des relations entre Paris et ses banlieues entre 1788 et 2006. Ils avaient ouvert une voie féconde à de nouvelles approches comme en témoigne, ces dernières années, bon nombre de travaux publiés sur la banlieue parisienne, notamment par des jeunes chercheurs. Jusqu’à maintenant, il faut également souligner que l’historiographie a été plutôt dominée par des recherches concernant la région parisienne. La médiatisation du dossier du Grand Paris n’y est sans doute pas pour rien. Le projet éditorial porté par Olivier Ratouis n’en apparaît donc que plus judicieux dans la mesure où il prend pour objet l’une des principales agglomérations de province, Bordeaux. Avant d’en venir à l’analyse de l’ouvrage lui-même, il faut ici souligner avec force le soin apporté à l’édition. On notera en particulier la profusion documentaire rehaussée par une maquette qui sait, à propos, les mettre en valeur. Le principe général de l’ouvrage est en effet de soumettre au lecteur des documents originaux rehaussés par une introduction qui restitue le contexte de sa production. La variété des sources permet à ce propos un balayage extrêmement large, qu’il s’agisse des approches historiques, géographiques, urbanistiques.

A l’heure où s’élabore l’acte III de la décentralisation qui devrait donner davantage de poids aux agglomérations, les études visant à mieux connaître ces territoires métropolitains tendent à se multiplier. En revanche, rares sont ceux qui mettent l’accent sur la longue durée et valorisent les processus de fabrication et de transformations de ces territoires urbains. Le livre dirigé par Olivier Ratouis a précisément pour objectif d’expliciter la construction urbaine de Bordeaux et des territoires périphériques depuis le xviiie siècle, date à laquelle s’élabore un plan de développement qui dépasse les limites traditionnelles de la ville ancienne. Grâce à une prospérité économique acquise grâce au commerce atlantique, Bordeaux peut alors envisager la reconstruction de ses quartiers centraux (ce qui lui permettra de justifier une inscription en 2007 au patrimoine mondial de l’UNESCO), ainsi que son extension.

Si la révolution de 1789 prive la ville des paroisses environnantes qui deviendront alors des communes à part entière comme Bègles ou Talence, l’essor urbain de Bordeaux ne se démentira pas au cours du siècle suivant. S’en suit alors, comme pour la banlieue parisienne, un jeu très complexe de relations entre la ville centre d’une part, et les communes périphériques d’autre part. De même, on voit alors se développer certains mécanismes similaires à ceux qui se produisent dans la banlieue parisienne durant la même période, comme par exemple les effets de stigmatisation dont est victime la banlieue, ou bien encore les débats autour de l’épineuse question des transports au sein de l’agglomération.

Les textes originaux qui ponctuent les contributions des auteurs de l’ouvrage confèrent la plupart du temps un poids supplémentaire à la démonstration. On lira par exemple avec intérêt l’étude réalisée en 1862 par un conseiller municipal de la banlieue bordelaise visant à démontrer que les projets de nouvelle délimitation urbaine de Bordeaux se feront naturellement au détriment des communes périphériques. L’élu local se plaint en effet de la mainmise de la ville centre sur sa périphérie immédiate : « Que vous ont donc fait ces pauvres communes qui forment la ceinture de Bordeaux et que vous mutilez à votre profit, pour que vous leur disputiez, comme un vol, les avantages dont jouiront quelques-uns de leurs habitants ? » (p. 137). On pourrait, à ce propos, rapprocher cet extrait de ceux qui émergent de la grande enquête publique à Paris en 1859 qui vient d’être rééditée par Nathalie Montel en 2012. On voit par là que les annexions ne se sont ni faites dans le consensus, ni dans le silence des édiles concernés.

Ces conflits n’empêcheront toutefois pas l’agglomération bordelaise de s’affirmer au-delà de ses murs, grâce au développement économique qui justifie l’expansion territoriale de Bordeaux en direction de la périphérie. C’est alors que le mot banlieue prend d’ailleurs son sens moderne. Tout en gardant évidemment des liens étroits avec la ville centre, les communes périphériques parviennent à trouver la voie de l’autonomisation, en particulier après l’instauration de l’élection des premières municipalités au suffrage universel en 1884.

C’est aussi l’essor de l’intercommunalité qui préfigure bien souvent le démarrage d’une véritable réflexion sur un plan d’aménagement urbain à l’échelle de l’agglomération. Dans le cas de Bordeaux, cette évolution prendra toutefois une tournure quelque peu originale dans la mesure où durant la période majorale de Jacques Chaban-Delmas (1947-1995), Bordeaux fait plutôt le choix de grands projets municipaux, ce qui tend à opérer un repli sur elle-même alors même que la banlieue est en plein essor. Durant cette période en effet, cette dernière voit sa population doubler, tandis que celle de Bordeaux stagne. Pour Olivier Ratouis, il faut attendre l’arrivée d’Alain Juppé à la tête de la municipalité en 1995 pour que le projet d’agglomération connaisse un nouvel élan, y compris en terme de frontières. L’ultime texte clôturant le volume fait état de l’intégration en 2013 d’une 28e commune au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux, permettant ainsi à cette dernière de disposer sur son propre territoire de nouvelles activités en matière aéronautique.

Ainsi s’achève une histoire de 312 années retracées au travers de documents qui donnent une vision très précise d’une histoire territorialisée dans le bon sens du terme et qui montre à quel point l’analyse historique peut s’avérer pertinente lorsque l’on aborde des études dont l’objet scientifique n’est guère défini clairement. Ainsi, il est question de Grand Paris, de Grand Lille ou bien encore de Grand Bordeaux, mais sans que l’on sache vraiment ce à quoi cette échelle du « toujours plus grand » renvoie exactement. Les termes « agglomération » et « banlieue » ne sont parfois pas beaucoup plus explicites. Il est donc urgent de se saisir de cette histoire qui ne consiste pas à relier des monographies les unes aux autres, mais bien d’envisager une histoire urbaine conduite à l’échelle d’un bassin de vie qui correspond la plupart du temps à l’agglomération. Comme l’explique Olivier Ratouis, il est tout à fait envisageable, au vu des ressources documentaires, de faire de l’agglomération l’objet central de recherches. Si des thèses comme celles de Jean-Claude Perrot sur Caen ou de Jean-Luc Pinol sur les mobilités à Lyon ont tracé de nouvelles voies à l’histoire urbaine, nul doute que cet ouvrage incitera des chercheurs à s’engager désormais sur celles qui doivent conduire à mieux connaître l’histoire métropolitaine qui est également déjà dans une large mesure la nôtre en tant qu’usagers de la ville du xxie siècle.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz et Charlotte Vorms (dir.), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, PUR, 2013 (Héloïse Nez)

Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz et Charlotte Vorms (sous la direction de), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, PUR, 2013 (Héloïse Nez)

Dans cet ouvrage consacré aux villes et aux politiques urbaines espagnoles depuis une quarantaine d’années, l’Espagne se caractérise par des superlatifs : c’est le pays de l’Union européenne avec le nombre de logements par habitant le plus élevé, le taux de locataires le plus bas et la part du logement social la plus faible, mais aussi avec le plus de résidences secondaires ou encore le plus de kilomètres de nouvelles lignes de TGV. Les chiffres relatifs à la spéculation immobilière, à l’origine de la crise économique actuelle, sont éloquents : « Entre 2002 et 2007, le nombre de logements construits dans ce pays dépassait celui de la France et de l’Allemagne réunies, alors que ces deux pays comptaient trois fois plus d’habitants et une superficie double » (p. 187). Comment expliquer cette spécificité des politiques du logement et de l’aménagement du territoire espagnoles qui ont d’abord suscité l’admiration des acteurs politiques en Europe avant que leur échec n’éclate au grand jour ?

Cet ouvrage collectif, coordonné par un géographe et deux historiennes, offre des clés d’analyse pour comprendre la crise urbaine, politique, économique et sociale que traverse aujourd’hui l’Espagne. L’originalité de leur approche est de proposer une lecture historique des principaux ingrédients de cette crise – les relations particulières entre l’urbanisme, la démocratie et le marché – en remontant aux années 1970. Il s’agit donc de replacer la récente crise immobilière espagnole dans le temps plus long de l’histoire politique, économique et urbanistique du pays. Dix-sept contributions s’y attèlent, majoritairement d’auteurs espagnols – qui, pour certains, ont été ou sont toujours impliqués dans l’action publique – et de quelques jeunes chercheurs français, qui s’inscrivent dans différents champs disciplinaires (géographie, sociologie, architecture, sciences politiques, droit, économie).

La diversité des thématiques abordées est impressionnante : les évolutions du cadre juridique et institutionnel de l’urbanisme ; le rôle des acteurs étatiques, des promoteurs immobiliers et des associations de quartier dans les politiques urbaines ; les politiques de réhabilitation urbaine et de construction de logements neufs ; les comportements résidentiels, les mutations du marché de logement et les processus de gentrification des centres anciens ; les excès d’un modèle économique basé sur l’immobilier et dépendant à l’égard du secteur du bâtiment ; les transformations du paysage urbain et les dégradations environnementales, etc. La variété des cas étudiés est également appréciable, depuis le niveau du quartier (Lavapiés à Madrid, la vieille ville de Barcelone) jusqu’à l’échelle nationale, en passant par de grands centres urbains (Madrid, Barcelone), des villes moyennes (León, Valladolid) et des régions (comme Valence, l’Andalousie et le littoral andalou).

Plus qu’une rupture lors de l’avènement de la démocratie, les différentes contributions mettent en avant des continuités avec la période franquiste, concernant par exemple le cadre réglementaire et le mode d’urbanisation. Dans son chapitre sur les promoteurs immobiliers, Julie Pollard montre que la domination de la propriété sur la location dans le mode d’occupation des logements s’explique par un encouragement quasi exclusif de l’accession à la propriété. Ces choix politiques datent du franquisme et n’ont jamais été remis en cause depuis, malgré leur forte dimension idéologique, comme le souligne José Manuel Naredo : « Il s’agissait de créer des "gens d’ordre" et d’ancrer ce conformisme dans les mentalités collectives, en offrant l’accès à la propriété pour les ménages et en les liant par de lourdes charges de remboursement » (p. 181). La mise en place d’un système de subventions et d’avantages fiscaux incite alors les entreprises à construire des logements et décourage la rente locative, limitant par conséquent l’offre de logements en location. Comme le montre Jesús Leal, ces politiques ont aujourd’hui des effets sociaux qui constituent des spécificités des sociétés urbaines espagnoles, comme les difficultés d’accès au logement des nouveaux ménages (jeunes ou immigrés), la très faible mobilité résidentielle ou encore le fort enracinement local.

La démocratisation s’est toutefois accompagnée d’un certain nombre de changements, comme en témoigne le processus de décentralisation : « Les années 1970-1980 permettent donc l’affirmation de nouveaux acteurs des politiques urbaines, municipalités, communautés autonomes, citoyens, et une redéfinition du rôle de l’État dans les domaines de l’urbanisme et du logement, dans le sillage de la critique des méfaits urbains du centralisme franquiste » (p. 15). Les auteurs nuancent toutefois l’idée d’un « modèle » urbanistique espagnol issu de la transition démocratique, à l’instar du « modèle Barcelone » remis en cause dans une excellente contribution autocritique par l’un de ses promoteurs. Jordi Borja estime que les transformations urbaines opérées à Barcelone depuis 1979 sont « globalement positives » (p. 99), car elles ont été réalisées de manière décentralisée et participative, faisant du Barcelone des années 1980 « un Porto Alegre avant l’heure » (p. 107). Mais cette expérience n’est pas sans contradictions, qui résultent notamment de concessions faites aux acteurs du secteur privé à partir des années 1990. C’est le cas des politiques de réhabilitation de la vieille ville de Barcelone (Hovig Ter Minassian), qui alimentent, comme à Madrid (Renaud Boivin), le processus de gentrification.

Finalement, cet ouvrage montre autant l’échec d’un système de prédation économique, étranger aux besoins des citoyens, qu’il en appelle à une refonte en profondeur des politiques urbaines en Espagne. Cela passera, selon José Manuel Naredo, non seulement par un « retournement historique des choix en matière de politiques de logement » (p. 188), mais aussi par « une reconversion profonde de l’économie, de la politique, des modèles immobiliers, financiers, et de consommation… et, par conséquent, de notre modèle de société » (p. 190). C’est ce changement qui est revendiqué depuis 2011 par les Indignés, mobilisation à laquelle Julio Alguacil consacre quelques lignes en faisant le parallèle avec les associations de quartier de la fin des années 1970 et du début des années 1980 : « Des centaines d’assemblées de quartiers et de villages se créent, qui régénèrent le mouvement citadin et lui apportent de nouvelles méthodes de participation et de nouvelles pratiques urbaines. Avec le renforcement mutuel du vieux mouvement citadin et du nouveau mouvement des Indignés, une nouvelle période est en train de s’ouvrir » (p. 98). La perspective socio-historique gagnerait, là aussi, à être mobilisée pour comprendre les héritages et les ruptures entre ces deux types de mobilisations.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts