Archives pour la catégorie Soutenances

Soutenance : Elodie Oriol, Vivre de la musique à Rome au XVIIIe siècle : lieux, institutions et parcours individuels.

Élodie ORIOL a le plaisir de vous convier à sa soutenance de thèse de doctorat en histoire moderne intitulée :

Vivre de la musique à Rome au XVIIIe siècle : lieux, institutions et parcours individuels.

La thèse sera présentée et soutenue publiquement le samedi 6 décembre 2014 à 14h,
à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence (MMSH), Salle Georges Duby, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence

Devant un jury composé de :

Renata AGO, Professore ordinario, Università di Roma La Sapienza (directrice de thèse)
Gilles BERTRAND, Professeur des Universités, Université Pierre Mendès-France Grenoble 2
Marina D’AMELIA, Professore ordinario, Università di Roma La Sapienza
Brigitte MARIN, Professeur des Universités, Aix-Marseille Université (directrice de thèse)
Nicolas MORALÈS, Maître de conférences, Aix-Marseille Université
Franco PIPERNO, Professore ordinario, Università di Roma La Sapienza

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Soutenance : Elsa Devienne, Des plages dans la ville : une histoire sociale et environnementale du littoral de Los Angeles (1920-1972)

Elsa Devienne a le plaisir de vous annoncer et de vous convier à la soutenance de sa thèse de doctorat, intitulée :

“Des plages dans la ville : une histoire sociale et environnementale du littoral de Los Angeles (1920-1972)”

 

Le samedi 6 décembre 2014 à 9h

École des Hautes Études en Sciences Sociales

                  105 Bd Raspail, 75006 Paris (Métro Saint Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

                  Salles 7/8, 2e étage

Le jury est composé de :

M. Andrew J. DIAMOND, professeur à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

Mme Laurence GERVAIS, professeure à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Mme Geneviève MASSARD-GUILBAUD, directrice d’études à l’EHESS

M. Thomas J. SUGRUE, professeur à l’Université de Pennsylvanie

M. François WEIL, directeur d’études à l’EHESS (directeur de la thèse)

—-

Résumé de la thèse :

Cette thèse explore l’histoire du littoral de Los Angeles, et plus spécifiquement des plages qui font la renommée de la région, des années 1920 au début des années 1970. Il s’agit d’étudier les plages non pas seulement sous l’angle de l’histoire du tourisme et des loisirs, mais dans une perspective d’histoire urbaine. En effet, l’aménagement, l’accessibilité, la surveillance, la réglementation et la ségrégation raciale de ces vastes espaces publics font l’objet de multiples débats au cours du siècle. À la croisée de l’histoire environnementale et de l’histoire socio-culturelle, ce travail prend en compte les différents acteurs – ingénieurs, scientifiques, urbanistes, élus et propriétaires locaux – qui ont cherché à transformer et réguler le littoral suivant des visions concurrentes, voire contradictoires, ainsi que les hommes et les femmes qui ont fait valoir leur droit d’occuper et de s’approprier ce lieu. Trois conclusions principales se dégagent de cette étude. D’abord, les plages de Los Angeles sont aujourd’hui largement artificielles ; elles ont notamment été élargies de manière spectaculaire entre les années 1930 et 1960. Ensuite, elles sont le théâtre de multiples remises en cause des hiérarchies sociales et raciales qui prévalent en ville. Toutefois, dans l’après-guerre, un mouvement de modernisation des plages et des quartiers environnants engendre l’élimination partielle des publics et des pratiques jugés indésirables par les autorités. Enfin, les plages sont le lieu de naissance de plusieurs sous-cultures, qui contribuent à façonner un modèle balnéaire original et influencent les manières de montrer et mettre en valeur son corps, à la plage comme à la ville.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Soutenance: Cédric Quertier, La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle

Cédric Quertier

a le plaisir de vous convier

 à la soutenance de sa thèse de doctorat d’histoire médiévale intitulée

Guerres et richesses des nations. La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle

 

Devant l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne et un jury composé de MM. Laurent Feller (Université Paris 1, directeur) et Giuliano Pinto (Université de Florence, directeur), de Mme Laura de Angelis (Université de Florence) et de MM. Patrick Boucheron (Université Paris 1), Franco Franceschi (Université de Sienne), et Didier Lett (Université Paris 7),

Le 27 mai 2014 à 14h00,

En salle Jean-Baptiste Duroselle

(Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e).

Un pot, auquel vous êtes chaleureusement invités, sera donné à l’issue de la soutenance en salle Perroy

(Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, esc. R, 3e étage).

Pour la bonne organisation, une réponse est souhaitée s’il vous plaît avant le 20 mai : cedric.quertier@gmail.com

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Soutenance: Boris de Rogalski Landrot “La fabrique matérielle et symbolique de la ville: le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950″, ENS Lyon, 13 mai 2014

Soutenance de thèse de Boris de Rogalski Landrot (thèse sous contrat CIFRE avec la ville de Villeurbanne)

La fabrique matérielle et symbolique de la ville :

le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950

 

La soutenance se déroulera le mardi 13 mai 2014 à 14 h

 

à l’ENS de Lyon, sur le site René Descartes, en salle F08

 Localisation : 15 parvis René Descartes, à l’angle de l’avenue Jean Jaurès et de l’avenue Debourg.

Tram T1 et Métro B arrêt Debourg

http://www.ens-lyon.eu

(plan d’accès au site Descartes ci-joint)

Jury :

  • Annie Fourcaut, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Renaud Payre, professeur à l’IEP de Lyon
  • Jean-Luc Pinol, professeur à l’ENS de Lyon – Directeur
de thèse
  • Loïc Vadelorge, professeur à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • Serge Wolikow, professeur émérite à l’Université de Bourgogne
  • Michelle ZancariniFournel, professeur émérite à l’Université Claude Bernard – Lyon 1

 

Résumé :

Ma thèse-CIFRE intitulée La fabrique matérielle et symbolique de la ville : le cas de Villeurbanne de 1900 à 1950 porte sur l’analyse des mécanismes de la fabrique urbaine, tant matérielle que symbolique, dans le but de saisir les jeux d’acteurs et l’influence d’expériences urbaines extérieures à la municipalité, grâce auxquels des projets urbains ont pu être élaborés ou médiatisés dans le but de se conformer à un modèle d’urbanité. La fin du XIXe siècle correspond à une période de crispation identitaire à Villeurbanne en raison de la tentative d’annexion lyonnaise. La commune est dès lors mise en récit dans une logique de différenciation par rapport à Lyon afin de convaincre les décideurs politiques de rejeter l’annexion. Cette dernière a pour effet de rapprocher les édiles des communes potentiellement annexées et son échec se traduit par un développement de l’intercommunalité. Jules Grandclément, maire socialiste de 1908 à 1922, entreprend de rationaliser la gestion municipale et il introduit des innovations urbaines dans une logique réformatrice avant 1914. La Première Guerre mondiale désorganise l’échelon municipal mais elle stimule un renforcement de l’interventionnisme municipal durant le conflit dont hérite la commune en 1919. Une pensée de Villeurbanne telle une ville et non plus une commune de banlieue, émerge alors chez les édiles, soit au moment de l’élaboration du plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension. Des échanges de savoirs urbains s’organisent avec d’autres municipalités et plus particulièrement avec des experts lyonnais. Le maire Lazare Goujon (1924-1935) s’inscrit directement dans la continuité des initiatives de son prédécesseur. Il innove en mettant en place une politique urbaine ambitieuse qui modifie la morphologie urbaine en parant dès lors la commune de ses attributs urbains. L’audience des transformations urbaines à Villeurbanne est telle que celle-ci est représentée comme un exemple de cité moderne durant les années 1930. Dès leur arrivée à la tête de la municipalité en 1935, les communistes dénoncent la politique urbaine dispendieuse de leur prédécesseur, et ils mettent en place une politique locale s’inscrivant dans le cadre du Front populaire. La coloration politique de la commune durant l’entre-deux-guerres est effacée durant la Seconde Guerre mondiale au profit de l’idéologie du gouvernement de Pétain. Le marché immobilier, fortement ralenti depuis les années 1930 et bloqué durant la Seconde Guerre mondiale, est réactivé par la politique étatique du logement. Cette intervention de l’Etat dans le domaine de l’urbanisme engendre des conflits d’expertise mais elle crée surtout un décalage entre la fabrique matérielle et symbolique de la ville à l’échelon local.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Résumé de thèse “Organisation d’un territoire aux abords de la ville. Le cas de Metz, Strasbourg et Reims du milieu du Moyen Âge au début de l’époque moderne”, Catherine Xandry

Thèse soutenue le 26/09/2013

JURY :

Georges Bischoff : professeur d’histoire médiévale à l’université de Strasbourg, directeur de thèse

Jean-Jacques Schwien : maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Strasbourg, co-directeur

Isabelle Laboulais, professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg, président du jury et rapporteur

Joëlle Burnouf, professeur en archéologie à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, rapporteur

Brigitte Boissavit-Camus, maître de conférences en archéologie à l’université de Paris X Nanterre, rapporteur

Patrick Demouy, professeur d’histoire médiévale à l’université de Reims Champagne-Ardenne

Membre invité : Pierre-Edouard Wagner, conservateur à la médiathèque de Metz

 

Cette thèse a eu pour point de départ la constatation qu’il existe une lacune dans notre vision de la ville puisque, jusqu’à récemment, les villes n’étaient souvent considérées, tant par les historiens que par les archéologues, qu’à l’intérieur de leur enceinte qui  raisonnaient alors surtout en dichotomie, ville-campagne, sans s’interroger sur l’espace immédiat autour de la ville. Ainsi, deux entités se répondent dans la recherche et sont étudiées soit de façon séparée soit en relation l’une avec l’autre : la ville intra-muros et son contado ou plat-pays, le problème du passage de l’une à l’autre étant éludé, les abords étant considérés comme une nébuleuse aux contours fluides et toujours mouvants. Cependant, étudier ce qui se passe à l’extérieur de l’enceinte oblige à se poser des questions fondamentales et à reconsidérer la notion de ville et d’urbain. Y aurait-il de l’urbain à la campagne ? Et si l’on s’affranchit de l’idée préétablie que la ville s’arrête à ses remparts, il est nécessaire de s’interroger sur les moyens de délimiter son emprise et ainsi de mettre en évidence ce qui différencie la ville de la campagne ou autrement dit, ce qui caractérise chacune de ces entités. Puis se pose une deuxième question : est-il pertinent de ne raisonner que dans la dualité ville-campagne ou est-il envisageable d’imaginer une troisième entité, qui ne soit ni l’une ni l’autre, et qui s’intercale peut-être entre les deux premières ? En fait, ce travail a pour point de départ trois hypothèses. Tout d’abord qu’il existe hors de l’enceinte un objet qui n’est ni la ville, ni la campagne. Ensuite que cet objet n’existe que par la ville et qu’il ne peut exister seul. Enfin, que la ville est à l’origine de sa création.

Pour les confirmer ou les infirmer, il a été choisit d’étudier la composition, l’organisation géographique, et l’évolution topographique du périurbain de la ville durant une période allant de la fin du Moyen Âge à l’époque moderne. Afin de contourner l’écueil de la monographie, trop facilement susceptible de traiter d’un cas « exception », cette recherche met en comparaison trois villes de même nature, Reims, Metz et Strasbourg, toutes trois villes épiscopales, d’origine romaine et de plus de 10.000 habitants au cours de la période étudiée.

La méthode choisie s’appuie sur celle des Documents d’Évaluation du Patrimoine Archéologique Urbain. Le DEPAU est un instrument, un outil prenant en compte le patrimoine archéologique d’une ville. Il a pour but de présenter les éléments utiles à la compréhension des variations de l’espace urbain au cours du temps et de proposer un schéma de l’organisation de la ville aux différentes périodes (par exemple : protohistoire, gallo-romain, Moyen Âge…). Pour ce faire, il s’appuie sur une présentation de l’évolution de la topographie urbaine basée sur un découpage chronologique mettant en valeur les phases marquantes de cette évolution. Cette présentation par périodes, qui est au cœur du concept d’un DEPAU, s’articule autour des notices rédigées pour chaque structure (localisation, datation, apparition, durée d’utilisation, bibliographie…) dont on a pu trouver trace, et des plans de la topographie de la ville comme on a pu la restituer, à partir de divers documents (archéologie, textes…), pour chaque période. Sur ces plans sont localisées, lorsque c’est possible, les différentes structures. Les notices sont organisées à l’intérieur de chaque période selon une grille d’analyse (grand types – défense, économie, religieux…- puis sous-types – église, abbaye…-). Les plans de chaque période sont réalisés sur calque afin de pouvoir les superposer et se rendre ainsi mieux compte des changements d’une période à l’autre. Ils permettent ainsi d’avancer des hypothèses sur la nature d’utilisation du site aux différentes périodes présentées. Cet outil permet surtout d’avoir une vue d’ensemble de la stratigraphie urbaine.

Cette méthode a été adapté à l’espace extra-muros et complétée par une hiérarchisation des structures repérées entre urbaines, rurales et mixtes (communes à la fois à la campagne et à la ville). Cette hiérarchisation a permis de distinguer des zones à tendance urbaine, d’autres à tendance rurale, et d’affiner la répartition des structures mixtes entre les deux.

Au final, trois grandes phases d’évolution du périurbain, communes aux trois villes, émergent de la recherche.

Une phase de forte imbrication urbain-rural, la ville s’étendant largement au-delà de l’enceinte et des éléments ruraux, comme des champs, pouvant se trouver au sein de l’espace urbanisé. Par ailleurs des éléments urbains spécifiques mais n’existant pas intra-muros (comme les cimetières juifs ou de condamnés de la ville, son gibet…) sont présents dans la zone d’étude.

Une seconde phase d’intégration des faubourgs derrière l’enceinte, ou de leur destruction. L’enceinte devient alors une frontière entre la ville et la campagne, même si des reliquats des anciens quartiers demeurent extra-muros. La municipalité acquiert en parallèle le contrôle total de l’espace extra-muros, au détriment des bans des abbayes périurbaines, et délimite cet espace par un bornage. Des fonctions urbaines spécifiques y sont toujours présentes et de nouvelles apparaissent.

La troisième phase est marquée par l’achèvement de la dynamique initiée à la phase II et par une séparation stricte des différents espaces. L’urbanisation se retranche derrière l’enceinte où apparaissent des fonctions spécifiques (salles de spectacles, arsenal, casernes etc.). De ce fait, l’enceinte, ou plutôt l’ensemble du système bastionné, marque une séparation nette entre la ville et l’espace rural où le contrôle de la ville est total. Elle gère l’espace en fonction ses besoins, que cela soit sa défense, son industrie, ses cimetières…

Avoir retracé cette dynamique d’évolution sur une longue durée permet d’affirmer plusieurs choses. Tout d’abord, la ville ne s’arrête pas forcément à son enceinte, des faubourgs existant jusqu’au 15e siècle, son urbanisation déborde la limite des remparts. Un bonne part des critères urbains peuvent et se trouvent également très souvent hors des murs. Ensuite, on ne peut pas parler stricto sensu de séparation ville – campagne et il existe sur une distance variable autour de la ville, une superposition de fonctions urbaines spécifiques sur l’espace rural. Si la ville intra-muros a des fonctions qui lui sont propres, ainsi que la campagne, c’est également le cas pour cet espace. Ces fonctions  marquent la zone extrême de la force d’attraction de la ville, que l’on pourrait appeler Espace Ancien d’Activités Urbaines. L’objet d’étude pressenti en introduction serait donc cet espace où s’imbrique urbain et rural, que la ville reconnaît comme sien et s’approprie au cours du temps. Plus qu’une description figée, il consiste en une interconnexion forte (au moins dans un premier temps) des notions de ville et de campagne et un dialogue permanent entre les deux. Même lorsque la ville se retranche derrière son enceinte, elle conserve des liens étroit avec cet espace par le biais d’activités spécifiques (urbain externalisé) gravitant autour de la ville centre, et d’un grand nombre de critères mixtes, communes à la ville et à son périurbain.

Résumé de thèse : Julien Briand, L’information à Reims aux XIVe et XVe s.

Julien BRIAND, L’information à Reims aux XIVe et XVsiècles, Thèse de doctorat sous la co-direction de Claude GAUVARD et Franck COLLARD, soutenue à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 7 décembre 2012 (2 vol., 890 p. et 877 p.)

 Cette thèse a obtenu le prix de thèse de la SFHU, délivré le 16 janvier 2014 à Caen lors de l’AG annuelle de la SFHU.

L’information est ici envisagée dans ses trois acceptions. Dérivé du latin in-formare, le mot signifie tout d’abord « mettre en forme », « façonner ». Informer, c’est exprimer les nouvelles à l’intérieur de cadres fixés par une norme. Cependant, au Moyen Âge, le terme est avant tout attesté dans un sens judiciaire et désigne l’instruction à laquelle on procède pour la recherche de faits, au civil comme au pénal. Le développement de la procédure dite inquisitoire, qui supplante progressivement la procédure dite accusatoire à partir de la fin du XIIsiècle, place l’information au cœur de la démarche des juges, sous la forme de l’enquête, c’est-à-dire de l’interrogatoire des témoins sur ce qu’ils savent des faits (fama facti) et de la renommée personnelle de l’accusé (fama personae). Ce sens judiciaire est si prégnantque le terme est utilisé dans d’autres domaines, notamment dans le domaine administratif, pour qualifier une connaissance provenant d’une enquête nourrie, et non d’un simple fait colporté sous la forme de nouvelles. Ce champ lexical contribue à lier inextricablement les mots information et vérité. L’objectif de la thèse est de mettre en œuvre, dans le cadre urbain, une étude globale de l’information, aussi bien sous son acception médiévale, c’est-à-dire judiciaire, que contemporaine, à savoir la transmission, la diffusion et la réception des nouvelles, en montrant que, dans les deux cas, les usagers de l’information soumettent celle-ci à un devoir de vérité. En effet, ce que les médiévaux appellent information éclaire aussi ce qu’ils ne qualifient que de nouvelles : avant d’être transmises au public, les nouvelles doivent être triées et organisées, c’est-à-dire fabriquées. L’information, au sens médiéval du terme, joue un rôle majeur dans ce processus de validation des nouvelles. Étudier de manière globale ces deux aspects de l’information, le médiéval et le contemporain, permet également de renverser le regard traditionnellement porté par les historiens sur l’information. Il ne s’agit plus de se focaliser uniquement sur le lien entre information et pouvoirs, mais d’envisager le rapport que les hommes du Moyen Âge et, plus particulièrement dans notre cas, les populations urbaines, entretiennent avec l’information, en montrant que celle-ci constitue un des éléments essentiels du lien social. Jusqu’à quel point l’information devient-elle un devoir pour chaque individu, permettant ainsi la circulation de la vérité au sein du corps social ? Étudier la diffusion de l’information à tous les niveaux, c’est montrer qu’elle circule non seulement entre les pouvoirs, mais aussi des notables vers la population, de la population vers les gouvernants et, enfin, à l’intérieur même de la population, sous forme d’interrelations permanentes. La notion d’information se trouve donc à la croisée du champ politique, s’informer étant un devoir pour tout pouvoir, du champ social, dans la mesure où elle induit la participation et l’échange entre deux partenaires, et, enfin, du champ judiciaire puisqu’elle est l’un des principaux instruments du dévoilement de la vérité. La ville s’impose comme le cadre idéal pour cette étude, les médiévistes ayant montré à quel point elle constituait un laboratoire du politique et des formes d’organisation sociale.

Reste qu’un tel programme est difficile à mettre en œuvre pour le Moyen Âge, y compris pour les XIVet XVsiècles, qui connaissent pourtant un important développement de l’écrit administratif – développement qui reste tout relatif à l’échelle des sociétés contemporaines. Grâce à la richesse et à la diversité de ses archives, Reims offre toutefois l’avantage de permettre l’étude de l’information sous toutes ses acceptions. Il convenait, dans une première partie, de soumettre les principales sources employées à un examen critique afin de déterminer quelles étaient les conditions de fabrication de l’information par le gouvernement urbain. Les registres de plaids, de conclusions et de comptes de Reims et des villes voisines ainsi que le Journal du procureur Foulquart forment un réceptacle d’informations, mais ils sont aussi le produit, par leur agencement, leur finalité et leur conservation, d’une politique communicationnelle pensée par les deux institutions productrices de ces registres, l’échevinage de Reims, dont le ressort d’intervention est limité au ban de l’archevêque, et le plus récent conseil de ville, instance communautaire apparue au milieu du XIVsiècle, sous l’effet de la guerre de Cent Ans, dont le rôle est de veiller à la sécurité de toute la ville et d’assurer son gouvernement dans de larges domaines. L’enregistrement, l’archivage et la mise en mémoire de l’information participent tout à la fois du bon gouvernement de la ville et de la défense de son honneur, c’est-à-dire de ses droits et de sa renommée. La ville construit son pouvoir et sa mémoire dans – et par – ses archives, qu’elle assimile à un véritable « trésor des chartes ».

Cette première partie aborde également la correspondance, qui constitue le support écrit de base des échanges d’informations, au sens actuel du terme, mais qui, matériellement, a laissé les traces les plus déformées et les plus indirectes dans les archives, faute d’une politique de conservation systématique des lettres et parce que l’oral joue encore une place essentielle dans la circulation de l’information aussi bien que dans le gouvernement de la ville. Les archives rémoises ne renferment actuellement qu’un nombre très modeste de lettres closes originales, qui plus est rédigées par un seul interlocuteur, le roi. La correspondance avec le souverain est précieusement conservée dans le chartrier urbain, où elle rejoint les lettres d’octroi, car la proximité avec le monarque qui s’en dégage constitue une source d’honneur pour les habitants et une mise en scène de l’amour et de la fidélité qui lui sont dus. Ces lettres constituent aussi un véritable instrument de dialogue, qui contribue à l’avènement de relations personnelles entre le souverain et ses sujets. L’échange d’informations tient une place importante dans ce dialogue, les lettres se terminant fréquemment sur l’injonction de faire savoir au roi les nouvelles. Aux yeux du pouvoir royal, la ville loyale et obéissante est celle qui le tient régulièrement informé. Dans l’esprit de la monarchie, les villes doivent pallier les déficits structurels d’une administration royale insuffisamment étoffée. Ce devoir entraîne une concurrence entre les villes pour faire savoir les nouvelles au roi, car cette remontée de l’information est un élément de preuve de la fidélité au souverain aussi bien qu’un critère du bon gouvernement urbain.

Toutefois, un relevé des lettres mentionnées dans les registres de comptes et de délibérations montre que les lettres aujourd’hui conservées constituent un prisme faussé, qui ne rend compte ni de la diversité des interlocuteurs de la ville, ni de l’intensité de cette correspondance, y compris avec le roi. Ce décalage entre lettres conservées et lettres réellement reçues résulte de pertes accidentelles ainsi que d’une destruction délibérée, intervenue pour l’essentiel aux XVIIet XVIIIsiècles, comme le montre une analyse des inventaires d’archives médiévaux et modernes et des travaux des historiographes rémois du Grand siècle. Un système de copies partielles a cependant été mis en place, dans le dernier tiers du XVsiècle, dans les registres de conclusions et, plus exceptionnellement, dans quelques comptes, afin de faciliter la consultation de certaines lettres, reçues comme envoyées, sans aller jusqu’à la constitution de registres de correspondance, sur le modèle des villes germaniques. Les scribes rémois se contentent de copier les lettres qu’ils considèrent comme intéressantes, qui plus est dans les registres où ils ont besoin d’elles. Ces copies témoignent néanmoins d’une rationalisation administrative, car elles évitent de rechercher le document original dans le coffre ou l’armoire où il a été déposé, au risque de ne pas le retrouver. Les techniques de gestion et d’archivage de l’écrit développées par les dirigeants de la ville sont imparfaites, mais elles sont adaptées aux besoins : l’accent est mis sur les documents utiles pour prouver des droits, ce qui est rarement le cas des lettres closes, dont la portée est courte et dont les nouvelles qu’elles transmettent peuvent être résumées dans les registres de délibérations. Recopier la lettre in extenso n’a dès lors pas d’utilité, sauf exception.

La seconde partie traite des acteurs et des réseaux de l’information. Pour être alimentée en nouvelles, la ville s’appuie sur un réseau de messagers de plus en plus institutionnalisé, en même temps qu’elle construit un espace de communication régional. Occasionnellement, les échanges peuvent dépasser les frontières du royaume en direction de l’Empire, en Flandre, Hainaut et Lorraine. Les cadres administratifs, militaires, juridiques et religieux que sont la capitainerie, l’élection, le diocèse, le bailliage, le gouvernement ou le ressort de la coutume de Reims déterminent en grande partie l’orientation des échanges. Les villes tiennent un rôle déterminant dans ces flux, jusqu’à constituer de véritables réseaux, comme le montrent les relations de Reims avec Châlons, Rethel, Mouzon ou Château-Porcien. Les acteurs, quant à eux, qu’il s’agisse des porteurs, des récipiendaires ou des commanditaires de l’information, se partagent en deux groupes sociaux, notables participant aux strates supérieures du gouvernement urbain et officiers subalternes appartenant au petit peuple de la ville. Les notables, lieutenant du capitaine de ville, procureur des habitants et membres réguliers du conseil de ville, laïcs comme ecclésiastiques (et en particulier chanoines), jouent un rôle essentiel car ils ont pour responsabilité de gérer l’information sur place, de décider de sa vérification ou de sa diffusion, auprès des habitants comme à l’extérieur. Leur formation souvent juridique autant que les liens qu’entretiennent plusieurs d’entre eux avec le notariat sont déterminants pour expliquer les méthodes employées. Les réseaux personnels construits par ces notables participent également de la qualité de l’information disponible pour diriger la ville. Mais c’est aussi des messagers professionnels au service de la communauté que dépend la fiabilité de l’information recueillie ou de celle transmise à l’extérieur. À travers leur comportement et les compétences dont ils font preuve, c’est la réputation de la ville en matière d’information qui est engagée. Usuellement vêtu d’un costume aux couleurs de la ville et déposant ses lettres dans une boîte peinte aux armes de celle-ci, le messager propage l’identité de la communauté urbaine à l’extérieur, tel une « image ambulante » de celle-ci.

La troisième partie de la thèse s’intéresse aux mécanismes et aux finalités de l’information. Il s’agit de savoir si l’information reçue est authentique et fiable et de réfléchir aux conditions de la vérité. La bonne décision se nourrit de l’information, mais elle nécessite, au préalable, une construction et une validation de cette dernière, dans le but de l’accréditer, c’est-à-dire, comme en justice, de la fonder en vérité. L’information circule par à-coups et les dirigeants doivent aussi être attentifs aux bruits qui leur parviennent. Ceci explique qu’ils aient mis en place des mécanismes destinés à garantir l’authenticité et la fiabilité des nouvelles. Ces mécanismes, parmi lesquels l’enquête tient une place essentielle, empruntent tant aux techniques notariales que judiciaires et participent à cette transformation de l’information, destinée à la rapprocher de la vérité. Le savoir certain ainsi constitué peut alors être opposé aux rumeurs relatives à la proximité des troupes ennemies, au manque de vivres ou à la fiscalité qui circulent en ville. L’information est un moyen de désamorcer les peurs comme de légitimer les décisions des gouvernants et des juges. La bonne gestion de la ville passe tout autant par sa mise en défense que par la mise en connaissance des nouvelles, principalement militaires. L’information est alors reconnue d’utilité publique et devient un élément fondamental du Bien commun. Cette reconnaissance justifie qu’elle pèse d’un poids très lourd dans l’ensemble des dépenses au XVsiècle, aux alentours de 10 %, en moyenne, si l’on considère seulement le poste de dépense que les contemporains identifient comme relevant de l’information, près de 30 % si l’on y ajoute toutes les dépenses ressortissant de l’information et de la communication classées dans d’autres rubriques. Cela la place au deuxième rang des dépenses, derrière les sommes destinées à l’entretien des fortifications.

La transmission de l’information constitue un enjeu essentiel pour le pouvoir urbain, qui doit maîtriser le moment de la communication, le degré de dévoilement de l’information ainsi que les réactions et les attentes des habitants de la ville et de son plat-pays, toujours enclins aux rumeurs. Ainsi se constitue un espace public occasionnel qui permet la rencontre entre gouvernants et gouvernés, aussi bien dans le cadre des criées publiques effectuées aux principaux carrefours que lors des assemblées des habitants. La transmission de l’information liée à la vie du royaume (paix, victoires, santé du roi, etc.) passe par l’organisation de grandes cérémonies, qui mêlent processions, lectures publiques de lettres et sermons. Ces cérémonies liturgiques ont pour objectif de souder la communauté civique autour de ses dirigeants comme de son roi.

Dans cette ville de la fin du Moyen Âge, la parole populaire est toutefois fortement corsetée. La guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, au début du XVe siècle, a permis de transformer certains propos en délits. À ce contrôle de la parole sont d’ailleurs venus s’ajouter, dans des cas extrêmes, mais à chaque fois qu’un danger aigu paraît menacer, un contrôle de la correspondance, avec l’ouverture des lettres reçues et envoyées par les habitants, et une surveillance des allées et venues, aussi bien de celles des habitants réputés appartenir au camp adverse que des inconnus, qualifiés d’étrangers, des messagers qui voudraient pénétrer dans la ville, ou encore des frères mendiants et des pèlerins, soupçonnés de cacher de dangereux agitateurs. En cas de danger, ces mesures sont régulièrement réactivées dans la seconde moitié du XVsiècle. La fermeture vis-à-vis de l’extérieur vise autant à juguler les activités néfastes des espions qu’à mieux contrôler l’information disponible pour les habitants, afin de mieux façonner leur opinion. Les autorités manifestent ainsi leur crainte du caractère agonistique que peut prendre l’espace public. Les habitants, quant à eux, savent rappeler à leurs dirigeants, aussi bien à travers leurs représentants aux conseils élargis que par le bruit commun, qui se répand dans la ville, qu’ils ne supportent la domination politique des élites que si ces dernières respectent les principes du bon gouvernement. Dans ces circonstances, malheur aux gouvernants qui n’ont pas tout fait pour alimenter les marchés de la ville lorsque la pénurie pointe, envoyé des messagers pour irriguer la ville en nouvelles régulières ou négocié avec opiniâtreté les charges imposées par les commissaires royaux. Le murmure peut poindre et la révolte n’est alors pas loin. L’information est donc bien fondamentale pour imposer le conseil de ville en autorité légitime reconnue de tous, c’est-à-dire en Obrigkeit.

Les dirigeants cherchent, enfin, à faire remonter les informations de la population vers le pouvoir, à travers la dénonciation. On observe la conjugaison d’un devoir collectif et d’un devoir individuel d’informer, de faire savoir et de dénoncer, aussi bien auprès du juge que des autorités de la ville. De la capacité d’une ville à maîtriser sa communication extérieure dépend une forme de réputation attachée à son bon gouvernement, à la fois auprès du pouvoir royal, mais aussi des autres villes et des Rémois eux-mêmes. Le pouvoir urbain ne peut pas rester mal informé, sous peine de mener la cité à sa perte. Il ne peut pas non plus risquer de mal informer, sous peine de perdre toute crédibilité. Ce devoir collectif se conjugue à un devoir individuel : chacun est garant, par définition, du bien commun ; chaque habitant est donc responsable de la qualité globale de l’information de la ville, d’où un devoir individuel de faire remonter l’information jusqu’aux dirigeants, y compris sous la forme de la dénonciation, devoir institutionnalisé par la prestation d’un serment lors de la guerre civile. C’est le respect de ce devoir qui définit à la fois le bon sujet, aux yeux du roi, et le bon Rémois, aux yeux de ses concitoyens.

 

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Résumé de thèse: David Sassu-Normand, La fiscalité des rois de France en Languedoc au XIVe siècle

Le 23 novembre 2013, à l’université Lyon II, David SASSU-NORMAND, actuellement ATER en histoire médiévale à l’université Grenoble II, a soutenu sa thèse intitulée Pro defensione et tuitione regni. La fiscalité des rois de France en Languedoc au XIVe siècle (sénéchaussée de Carcassonne et confins), devant un jury présidé par Olivier Mattéoni (Paris I) et composé de Jean-Loup Abbé (Toulouse II, rapporteur), Monique Bourin-Derruau (Paris I, rapporteur), Florent Garnier (Toulouse I, examinateur), Armand Jamme (CNRS, examinateur) et Denis Menjot (Lyon II, directeur). Cette thèse a obtenu la mention « Très honorable », avec les félicitations du jury.

L’étude d’un « XIVe siècle fiscal » appréhendé au niveau régional avait en réalité pour but d’entrecroiser deux ensembles de questions :

- celle de l’émergence d’une fiscalité souveraine venant se surimposer au prélèvement domanial dans le cadre de la « genèse de l’Etat moderne » ;

- celle de l’intégration au Domaine royal d’une région périphérique et culturellement originale.

D’un point de vue géographique, l’auteur s’est cantonné à l’une des trois grandes circonscriptions nées à la suite de la « Conquête » capétienne du XIIIe siècle, la sénéchaussée de Carcassonne. Ce choix a été guidé par des considérations archivistiques ; si les documents comptables ne constituent évidemment pas la seule matière mobilisable pour une étude fiscale, pas plus que le territoire choisi n’est le seul à en fournir, la sénéchaussée de Carcassonne offre des données suffisamment détaillées, réparties de manière heureuse tout au long du XIVe siècle. David Sassu-Normand a aussi eu à cœur de croiser les sources aujourd’hui conservées aux Archives et à la Bibliothèque Nationales avec les fonds des autorités locales, à commencer par ceux des consulats. Les dépouillements méridionaux ont donc concerné les Archives Départementales de l’Aude, de l’Hérault et du Tarn, ainsi que les Archives Communales de Narbonne, Albi, Castres, Agde ou encore Pézenas ; celles de Castelnaudary, Cordes et Castelnau-de-Montmiral qui, bien que produites par des villes extérieures à la sénéchaussée de Carcassonne, permettent de compenser certaines lacunes de la documentation principale voire, dans les cas les plus favorables, de comparer deux territoires voisins. Ce souci d’une documentation parfois dénigrée s’est traduit par l’ajout à la thèse d’une édition critique et historique de plusieurs des documents les plus remarquables que l’impétrant avait pu répertorier.

Dans son étude, David Sassu-Normand s’est attaché à montrer la rupture réelle que constitue le règne de Philippe le Bel dans la transition d’un Etat « domanial » dans lequel le roi « doit vivre du sien », à un Etat « fiscal », dans lequel les prélèvements en théorie extraordinaires mais qui tendent en réalité au systématisme, sont de plus en plus lourds et visent à assurer le paiement des armées levées contre la Flandre ou le roi d’Angleterre. Il convient de distinguer la période qui court des années 1290 à 1337, au cours de laquelle sont posés tout à la fois les arguments des officiers royaux et les mécanismes du prélèvement dans ce qu’ils ont de plus technique (en tout cas pour le Languedoc) ; de celle qui de 1337 s’étend à 1380, et qui se caractérise moins par une différence de nature que de degré. Une fois commencée la « guerre de Cent ans », il n’est que peu d’années durant lesquelles le roi de France n’exige un subsidium de ses sujets, en l’occurrence ceux du Midi. Il a paru tout à fait intéressant à l’auteur de montrer précisément le goût affirmé des Languedociens pour les impôts directs, présentés comme des fouages qui sont en réalité transformés en tailles municipales, des impôts plus réels, en réalité, que personnels. Pour autant, il serait tout aussi inexact de considérer que les impôts indirects sont inconnus dans la région : la gabelle (sur le sel, mais aussi sur les draps) est bien attestée durant la première phase délimitée plus haut, avant que les taxes sur les transactions (générales et spécifiques, entre autres sur le vin) ne s’insèrent dans le système fiscal de la région. Ce dernier peut être modélisé comme un jeu à trois, avec la monarchie, les contribuables mais aussi les communautés, au premier rang desquelles les villes, qui ne sont pas les dernières à profiter d’exemptions avantageuses, affaiblissant un rendement par ailleurs très bon. En fin de compte, deux choses expliquent l’écart entre le rendement réel et la totalité idéale, toujours voulue mais jamais obtenue :

- les exemptions des villes, donc, principalement les quatre ou cinq plus grosses de la sénéchaussée (Narbonne, Carcassonne, Béziers, Limoux et, secondairement Albi), mais aussi des villes de moindre envergure, en fonction des circonstances ;

- certaines seigneuries, qui nous paraissent partiellement réussir à échapper à la taxation royale. Le cas est constant en Albigeois, avec la négociation systèmatique d’un forfait, mais aussi dans les marges pyrénéennes.

Aussi l’abonnement est-il le moyen le plus simple d’alléger, tant en contexte urbain que dans un certain nombre de seigneuries notables, le poids de l’impôt royal. Si l’on exclut la seigneurie de Castres, l’impression est plutôt celle d’une relative souplesse ou, si l’on préfère, d’une grande diversité : certaines seigneuries rentrent finalement dans le régime commun, de même que le taux de réduction dont jouissent les villes abonnées n’obéit à aucune règle mathématique.

 

En théorie, si tout le monde n’a pas, dans sa vie, l’occasion d’avoir affaire à la justice, personne ne peut échapper à l’impôt. La fiscalité a bel et bien l’allure d’un phénomène sinon total, du moins ancré au cœur de la réalité sociale ; au cœur des esprits également. Dans le cadre des processus de négociation, dont les Etats de Languedoc sont une instance privilégiée, les Languedociens font montre de leur maîtrise des techniques propres à la fiscalité ; ils peuvent d’autant plus facilement le faire que les fiscalités urbaines ont été contemporaines voire antérieures à l’essor de la fiscalité royale. Les deux systèmes se sont construits en dialoguant l’un avec l’autre, façonnant une culture administrative commune, qui s’incarne dans des espaces et des hommes. Il semble alors, une fois menée une première étude – qui demanderait à être approfondie – des cadres administratifs et du « personnel financier », que le Languedoc est parfaitement intégré au royaume (et ce n’est que par ce biais que l’on peut, éventuellement, réutiliser la notion toute contemporaine de centralisation). Dans le même esprit, les sources fiscales permettent d’aborder une conception là aussi plus « moderne » de l’espace et notamment des cadres territoriaux appliqués par la monarchie à la gestion de l’impôt, souvent au détriment de l’espace seigneurial. Il convient évidemment de ne pas tomber dans une lecture par trop jacobine de l’essor de la fiscalité royale, car il n’est pas impossible que les phénomènes décrits dans cette thèse, à l’existence et à l’amplitude bien réelles, soient majorés par un effet de sources : le nombre pour le moins restreint de documents judiciaires ou qui relèveraient aujourd’hui du contentieux administratif, rend les résistances et les protestations des contribuables assez difficiles à appréhender par-delà la sécheresse de la documentation administrative. Cette dernière remarque souligne l’importance d’une approche culturelle de la chose fiscale : comment les contribuables consentent-ils à l’impôt ou, au contraire, y résistent-ils ? Surtout, de manière plus subtile, l’étude de la constitution d’une documentation comptable spécifique doit attirer l’attention de l’historien sur la dimension scripturale du monopole étatique alors en construction, dimension qui contribue, pour reprendre la correction apportée par Bourdieu – celles d’un monopole symbolique de la violence légitime – à la définition weberienne de l’Etat.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Christophe Regina, « Femmes, violence(s) et société, face au tribunal de la sénéchaussée de Marseille (1750-1789) », soutenance de thèse d’histoire moderne, 15 juin 2012

La thèse sera présentée et soutenue à la MMSH à Aix en Provence le vendredi
15 juin 2012 à 14h30 en salle Georges Duby.

Le jury sera composé de :
Monsieur Gilbert BUTI, Professeur à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME :
Co-directeur de thèse

Madame Simona CERUTTI, Directrice de recherche à l’EHESS-CRH : Rapporteur

Madame Arlette FARGE, Directrice de recherche CNRS émérite, EHESS-CRH :
Présidente du jury

Monsieur Jacques GUILHAUMOU, Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire
Triangle, ENS Lyon : Rapporteur 

Madame Martine LAPIED, Professeur émérite à Aix-Marseille Université – UMR
TELEMME : Directrice de thèse

Damien COULON, “Grand commerce, groupes urbains et individu à Perpignan à la fin du Moyen Âge”. Mémoire d’habilitation inédit à diriger des recherches, soutenu le 25 novembre 2011 à l’ Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jury : Laurent FELLER, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président, Christian GUILLERE, professeur à l’Université de Savoie-Chambéry, Christophe PICARD, promoteur, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Kathryn REYERSON, professeure à l’Université du Minnesota (Minneapolis), Denis MENJOT, professeur à l’Université Lumière-Lyon 2, Flocel SABATE, professeur à l’Université de Lleida

Alors que l’historiographie récente souligne de plus en plus clairement que la Catalogne n’est pas affectée aussi durablement que d’autres régions européennes par la crise du bas Moyen Âge et que plusieurs de ses centres économiques témoignent alors d’un réel dynamisme, la ville de Perpignan ne paraît guère avoir attiré l’attention des chercheurs, malgré l’essor de son industrie textile. Si cette activité a certes fait l’objet d’études, on ne peut en dire autant de ses marchands, qui étaient pourtant parvenus à étendre leurs réseaux à travers la Méditerranée, dans des conditions il est vrai particulières, qui méritent précisément d’être étudiées. La capitale du Roussillon dispose pourtant d’abondantes archives, que complète en outre une documentation pléthorique, mais encore largement sous-exploitée : celle de la puissante compagnie Datini de Prato en Toscane, au tournant des XIVe et XVe siècles. L’une et l’autre jettent ainsi un double éclairage qui permet d’étudier le rayonnement de ce centre urbain qui s’étendit très au-delà d’une aire régionale, donnant de lui une image bien éloignée de celle d’une ville de garnison aux confins de la couronne d’Aragon, qui s’est imposée trop facilement dans l’historiographie.

Afin de comprendre ces phénomènes, il est tout d’abord nécessaire de refaire la genèse du processus d’essor commercial de la ville. Il repose avant tout sur son industrie textile, qui se développa à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, faisant de Perpignan un des premiers centres drapiers du Principat de Catalogne. Forts de cette production de qualité supérieure par rapport aux autres foyers catalans, des pareurs qui intervenaient dans le la fabrication des draps, se livrèrent bientôt à leur commercialisation aux côtés de marchands, diffusant progressivement dans tout le nord-ouest de la Méditerranée les fameux cadis de Perpignan. Mais un facteur externe joua également un rôle décisif après le retour de la ville et de l’ensemble du royaume de Majorque dont elle était capitale, à la couronne d’Aragon en 1343, et malgré la crise sévère entraînée par le déclenchement de l’épidémie de peste en 1348 : le vigoureux essor du grand commerce du Levant organisé par les négociants de Barcelone, à partir des années 1370. Désireux de s’y approvisionner en précieuses épices qu’ils pouvaient ensuite redistribuer dans le reste de l’Europe, ils s’appuyèrent principalement sur les exportations de draps catalans pour développer ces échanges. Une collaboration étroite se noua ainsi entre négociants des deux centres urbains : les Barcelonais mettaient à la disposition des Perpignanais leur réseau de consulats et de funduks à travers la Méditerranée, tandis que ces derniers ajoutaient leurs draps de qualité aux flux d’exportations textiles nourries vers le Levant. Ces importants débouchés sur les marchés plus ou moins lointains de Méditerranée stimulèrent puissamment la production textile à Perpignan ainsi que dans tout le Principat de Catalogne, dont les capacités dépassèrent largement le cadre d’un simple approvisionnement régional. Les Perpignanais furent ainsi bientôt en mesure de développer leurs propres relations avec le Levant, à partir du port de Collioure, dans des proportions certes nettement plus réduites que les Barcelonais, mais toujours en concertation avec eux.

Attirées entre autres par les importants profits réalisés dans le cadre de ces échanges, de puissantes compagnies marchandes étrangères, notamment celle de l’homme d’affaires Francesco Datini de Prato en Toscane, y participèrent et les accrurent même, s’appuyant sur un correspondant permanent et ses collaborateurs à Perpignan. A leur tour des compagnies allemandes, qui se livraient à la commercialisation d’autres articles, s’intéressèrent à ce foyer commercial en y déployant leurs réseaux et leur mode d’organisation quelque peu différents.

La richesse générée par ces activités entraîna bien sûr un rôle plus influent des négociants les plus dynamiques, qui connurent une promotion sociale, accédant pour certains jusqu’au poste de consul de la ville, tandis que de leur côté, certains bourgeois rentiers engageaient une partie de leurs revenus dans ce lucratif commerce. Dans le contexte des ambitieux et coûteux projets de conquêtes du roi Alphonse le Magnanime (1416-1458) en Méditerranée, que les Barcelonais finirent par juger menaçants pour leur négoce, quelques hommes d’affaires perpignanais furent quant à eux amenés à accorder des prêts colossaux au monarque. Incapable de les rembourser, celui-ci les gratifia du revenu d’impôts et de droits qui consacraient leur ascension sociale et leur rôle de financiers. Ce n’est pas un hasard si l’on trouve parmi ces créanciers, le grand argentier du roi de France Charles VII, Jacques Cœur, dont les galères mouillaient d’ailleurs dans le port de Collioure. Mais à la mort du souverain, les hommes d’affaires de Perpignan perdirent leur principal soutien et source d’enrichissement. Peu de temps après, s’ouvrait un conflit entre le roi de France Louis XI et le successeur d’Alphonse, Jean II, dont Perpignan devint l’un des enjeux les plus âpres, tandis qu’une guerre civile ravageait la Catalogne, clôturant ainsi un long cycle de circonstances favorables pour la capitale du Roussillon et ses négociants.

Toutefois, l’ampleur de la documentation laissée par la compagnie Datini est telle, au tournant des XIVe et XVe siècles, en raison surtout du très grand nombre de lettres échangées entre marchands qui nous sont parvenues, qu’elle invite à présenter différemment ces données classiquement centrées sur différents groupes urbains. La répartition de la correspondance échangée par le représentant de cette compagnie à Perpignan, Pere Tequi ou Piero Tecchini, s’étalant sur environ 25 années, permet en effet une approche individuelle de ses activités, assez fine. Près de 170 de ses lettres étant autographes, elles invitent à mener plus loin l’enquête et à mieux cerner ce personnage, au-delà des informations évidemment à vocation surtout commerciale échangées. Ces ego-documents apportent en particulier d’intéressants renseignements sur ses relations avec ses correspondants, la perception de son insertion dans le réseau Datini, voire sa façon d’envisager le rapport à soi. Rappelons que, de manière significative, au même moment, les premiers portraits individuels de marchands commencent en effet à être dressés, témoignant d’un nouveau regard porté sur eux-mêmes dans un contexte de pré-modernité revalorisant leur rôle dans la société. Or, bien que le processus d’individuation ait fait l’objet d’études, elles se sont généralement attachées à des figures de clercs intellectuels pour la période médiévale, qui ont il est vrai exprimé plus volontiers que d’autres ce rapport à eux-mêmes. Et si cette démarche rencontre bien des obstacles eux aussi significatifs, dans le cas de Pere Tequi, elle permet tout de même d’envisager l’analyse méthodique d’un certain nombre de marqueurs individuels, tels que son écriture, sa signature, ses habitudes épistolaires, qui nous renseignent notamment sur sa formation, sa culture et sa profonde intégration dans le milieu roussillonnais, alors qu’il était lui-même de lointaine origine toscane. En outre, il est parfois amené à exprimer des émotions – également mises en scène, bien sûr – voire à se démarquer de certains membres du réseau Datini lors de conflits ou de projets dont il cherche à se réserver l’exclusivité, se livrant ainsi davantage. Si cette démarche à hauteur d’homme ne fournit bien souvent que des réponses partielles, elle n’en apporte pas moins un éclairage original et tout à fait complémentaire des phénomènes observés à l’échelle de l’ensemble de la ville ou des groupes qui animent ses activités marchandes. Elle confirme bien en tout cas que Perpignan constituait un centre économique essentiel jusqu’au milieu du XVe siècle, qui offrait de remarquables possibilités de promotion sociale dont surent pleinement profiter les descendants de Pere Tequi.

 

“De la domus à l’urbs : recherches sur Rome et la ville antique”, Soutenance d’HDR en histoire antique, Jean-Pierre Guilhembet, 1er décembre 2011

Jean-Pierre GUILHEMBET soutient son Habilitation à Diriger les Recherches : “De la domus à l’urbs : recherches sur Rome et la ville antique”

devant un jury composé de :

- M.Filippo COARELLI,Professore ordinario emerito,Università degli Studi di Perugia

- M.Pierre GROS,Professeur émérite à l’IUF(Directeur de recherches)

-M.Xavier LAFON,Professeur à l’Université de Provence Aix-Marseille 1

- M.Yves ROMAN,Professeur émérite àl’Université Lumière Lyon 2

- Mme Catherine SALIOU,Professeure à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

- M. Jean-Pierre VALLAT,Professeur à l’Université Paris Diderot-Paris7

- Mme Catherine VIRLOUVET,Directrice de l’EFR,Professeure à l’Université de Provence

le Jeudi 1er décembre 2011, à partir de 14 heures, à l’ENS de Lyon, site Descartes, salle F 102.

Pour en savoir plus :

http://www.ens-lyon.eu/1320230285486/0/fiche___actualite/&RH=RECH-HDR-SHS