Colloque Les fortifications urbaines en Bourgogne Vendredi 10 et samedi 11 juin 2011

Vendredi 10 et samedi 11 juin 2011
Les fortifications urbaines en Bourgogne
PROPOS DE LA RENCONTRE
Il s’agit, au cours de ces deux journées, d’établir un état des recherches récentes sur les fortifications urbaines en Bourgogne. Le colloque portera tant sur l’architecture des fortifications que sur le rapport de celles‐ci avec la topographie des villes. Par une série de monographies toutes les époques et tous les types de cités seront concernés, du haut‐empire romain au XVIe siècle, avec évidemment une attention particulière au Moyen Âge dans sa diversité (anciennes cités, bourgs castraux et monastiques). Seront évoqués les usages des fortifications et leur disparition éventuelle.
Participants
Sylvie BALCON Université Paris IV‐Sorbonne
Chrystelle BATISSE‐CROIZET Service d’archéologie préventive du
département de l’Allier (SAPDA)
Jérôme BENET Société des Sciences de Semur‐en‐Auxois
Walter BERRY Cem, associé UMR ARTeHIS
Florian BONHOMME Centre d’études médiévales Saint‐Germain
Denis CAILLEAUX Université de Bourgogne
Fabrice CAYOT Education nationale
Franck CHALEAT Université lyon II
Nicolas FAUCHERRE Université de Nantes
Armelle FORT Education nationale
Fabrice HENRION Cem, associé UMR ARTeHIS
Virginie JOLLY Archéodunum
Emmanuel LABORIER INRAP, associé UMR ARTeHIS
Benoît LETHENET Université de Strasbourg
Christelle MORIN‐DUFOIX Ville de Chalon‐sur‐Saône
Hervé MOUILLEBOUCHE Université de Bourgogne, UMR ARTeHIS
François PEYRE Société des Sciences de Semur‐en‐Auxois
Pierre PINON ENSA Paris‐Belleville, INHA
Gilles ROLLIER INRAP
Christian SAPIN CNRS/UMR ARTeHIS/CEM
Colloque gratuit ouvert au public
Vendredi 10 et samedi 11 juin 2011
Les fortifications urbaines en Bourgogne
Semur‐en‐Auxois en 1575
Organisation
Pierre PINON, ENSA Paris‐Belleville, INHA
Christian SAPIN, CNRS, ARTeHIS 5594, CEM
et
L A V I L L E D E S E M U R ‐ E N ‐ A U X O I S
Lieu de la rencontre
Théâtre municipal
11, rue des Remparts
21140 Semur‐en‐Auxois
Renseignements
CNRS‐Centre d’études médiévales‐ARTeHIS
3, place du Coche d’Eau – 89000 AUXERRE
Tél. : 03 86 72 06 60 / Fax : 03 86 52 06 45
courriel : cnrs.cem@wanadoo.fr
Programme définitif- Fortifications urbaines

La marche à pied dans la ville de l'Antiquité à nos jours. Colloque de Bruxelles 2,3,4 mai 2011

Les 2, 3 et 4 mai prochains, l’Université libre de Bruxelles organise un colloque international consacré à la marche à pied dans la ville de l’Antiquité à nos jours. La Faculté d’Architecture et la Faculté de Philosophie et Lettres sont heureuses de s’associer pour enrichir ce thème en croisant des approches architecturales, urbanistiques, historiques et archéologiques. Ce colloque s’intègre dans une série d’activités scientifiques autour de la marche urbaine qui, durant l’année académique 2010 – 2011, se tiennent tant à l’Université libre de Bruxelles qu’à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles.
L’étude de la marche urbaine fait, depuis quelques années, l’objet de nombreuses recherches, surtout en sociologie et en anthropologie. Le présent colloque vise à renouveler cette problématique par le biais de la perspective historique et de l’analyse architecturale. En réunissant historiens et archéologues, sociologues et anthropologues, architectes et urbanistes, nous proposons d’analyser, de l’Antiquité à nos jours, les relations entre le mode de déplacement pédestre et l’aménagement de l’espace urbain. Il s’agit d’étudier le point de vue des concepteurs et leurs réalisations ainsi que les pratiques et les perceptions des usagers. Quelle est la place du piéton dans la conception et l’aménagement des espaces publics à travers les siècles? Comment le piéton investit-il ces espaces et quelle relation entretient-il avec l’architecture urbaine? Ce colloque de trois jours comprend, outre une vingtaine d’exposés scientifiques, une présentation des chercheurs de l’ULB et de l’Académie Royale des Beaux-Arts ainsi qu’une marche urbaine et une conférence de l’architecte Jean Nouvel au Palais des Beaux-Arts.

Mardi 3 mai 2011
Université libre de Bruxelles (Campus du Solbosch - Nouvelle Bibliothèque NB2VIS)

9h00 Accueil
9h30 Allocution de bienvenue des Doyens de la Faculté de Philosophie et Lettres et de la Faculté d’Architecture
10h00 Introduction par Judith le Maire (ULB) et Christophe Loir (FNRS-ULB)

Président de séance: Kenneth Bertrams (ULB)
10h30 Jean-François Augoyard (CNRS-CRESSON), «En un pas: articuler l’existence»
11h00 Yves Winkin (Ecole Normale Supérieure de Fontenay- Saint-Cloud – Lyon LSH), «La marche urbaine: savoir incorporé et performance quotidienne»

Pause

Président de séance: Laurence Rosier (ULB)
12h00 Olivier Gosselain (ULB), «Promenade sensorielle à Bruxelles»
12h30 Michel Hubert (FUSL), «Etre mobile aujourd’hui: quelques acquis récents de la recherche en sociologie»

Déjeuner

Président de séance: Claire Billen (ULB)
14h30 Nicolas Lemas (SciencePo-Lille), «Urbanisme et regard: la prise en compte esthétique et fonctionnelle du point de vue du piéton de Pierre Patte à Eugène Hénard»
15h00 Judith le Maire (ULB), «Arpentage et déplacement, outils des processus participatifs dans les projets urbains»

Pause

Président de séance: Benoît Moritz (ULB)
16h00 Dominique Rouillard (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais), «Marcher, générer la ville, et prendre possession du monde»
16h30 Sabine Guisse (ULB), «Observations des usages pédestres comme aide à la conception d’espaces publics partagés»
17h00 David Mangin (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées - Ecole d’Architecture de la Ville et des Territoires - Seura)

19h00 Conférence par Jean Nouvel
Salle Henry Le Boeuf, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles (23 rue Ravenstein, à 1000 Bruxelles)

Mercredi 4 mai 2011

Université libre de Bruxelles
(Campus du Solbosch - Nouvelle Bibliothèque NB2VIS)

Président de séance: Guy Adant (ULB)
9h00 Accueil
9h30 Christophe Loir (FNRS-ULB), «Nouveaux espaces urbains pour les piétons: le développement des trottoirs à l’aube de l’époque contemporaine»
10h00 Marc Crunelle (ULB), «Perception tactile des sols de quelques villes du passé à la lumière de récits d’écrivains voyageurs»
10h30 Anne Desprechins (ARBA-ESA), «De la marche loisirs à la marche utile: marquer les chemins de grande randonnée en ville»

Pause

Président de séance: Geoffrey Grulois (ULB)
11h30 Alain Dierkens (ULB), « Marche, instruction et éducation civique: la statuomanie dans les villes belges au 19e siècle»
12h00 Audrey Bertand (Ecole française de Rome), «À hauteur d’homme et à la mesure des dieux: temples, chapelles et autels dans l’espace urbain»

Déjeuner

Président de séance: Serge Jaumain (ULB)
14h30 Laurent Tholbecq (ULB), «La ville en chantier ou la marche entravée: une perception renouvelée de l’urbanisme oriental romain»
15h00 Cecilia Paredes (ULB-DMS) et Stéphane Demeter (ULB-DMS), «Les marches de la cour. Parcours à Bruxelles, 16e-17e siècle»
15h00 Peter Eeckhout (ULB), «Dans les pas des Incas. Architecture précolombienne et syntaxe de l’espace»

Pause

Président de séance: Victor Brunfaut (ULB)
16h00 Dana Arnold (University of Southampton), «Les flâneurs - observateurs nonchalants du «paysage des grandes cités» et la vie quotidienne, du quartier du West End de la ville de Londres au début du 19e siècle»
16h30 Christine Schaut (FUSL), «Le marcheur et l’immobile. Une analyse des rapports inégaux à la mobilité»
17h00 Conclusions du colloque par Judith le Maire (ULB) et Christophe Loir (FNRS-ULB)

Cités humanistes, cités politiques (1400-1600). Colloque 27 et 28 mai à Paris

Cités humanistes, cités politiques (1400-1600)

Colloque organisé par Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne),
Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne), Philippe Desan (University of
Chicago)

Vendredi 27 mai 2011 de 14h00 à 18h30
Samedi 28 Mai 2011 de 9h00 à 18h30
University of Chicago, Center in Paris 6 rue Thomas Mann, Paris 13ème

SÉANCES :
Cultures politiques, cultures humanistes
L’humaniste dans la cité
Cités divisées, cités reconstruites

Vendredi 27 mai ( 14h00 - 18h30 )
• CULTURES POLITIQUES, CULTURES HUMANISTES

Présidente de séance : Anne-Marie Cocula (Université de Bordeaux 3)

14h00 - Ilaria Taddei (Université de Grenoble II) « Entre humanisme et
politique: la cité du lys dans les discours d’investiture de la Seigneurie
florentine au Quattrocento »
14h30 - Marc Boone & Anne-Laure Van Bruaene (Université de Gand) « De la
politique à l’humanisme: la culture publique à Gand et à Anvers aux XVe et
XVIe siècles »
15h00 - Marie Houllemare (Université de Picardie) « Henri II et les
parlements »
16h00 - Pause
16h30 - Robert Descimon (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) «
Cité humaniste, id est cité absolutiste ? Paris au temps du prévôt des
marchands Guillaume Budé »
17h00 - Barbara Diefendorf (Boston University) « Lyon se présente à son roi:
les entrées royales de 1549, 1564 et 1595 »
17h30 - Daisy Delogu (University of Chicago) « En quoi la ville est-elle un
espace féminin/féministe ? Les corps politiques de Christine de Pizan »

Samedi 28 mai ( 9h00 - 13h00 )

• L’HUMANISTE DANS LA CITÉ

Président de séance : Enzo Baldini (Università di Torino)

9h00 - Marie Barral-Baron (Université d’Angers) « Erasme et la cité
humaniste »
9h30 - Clémence Revest (Ecole française de Rome) « Les humanistes dans la
Rome du Grand Schisme : déception, colère et dénigrement »
cités politiques (1400 - 1600)
10h00 - Michael Randall (Brandeis University) « La cité trop humaine chez
Rabelais »
11h00 - Pause
11h30 - Loris Petris (Université de Neuchâtel) « Jean Du Bellay et la cité
dans sa dimension concrète et ses représentations »
12h00 - Jean Balsamo (Université de Reims) « Topiques urbaines et tradition
hodoeporique à la fin de la Renaissance »

Samedi 28 mai ( 14h30 - 18h30 )

• CITÉS DIVISÉES, CITÉS RECONSTRUITES

Président de séance : Mack P. Holt (George Mason University)

14h30 - Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) « Ville ruinée, ville
récupérée »
15h00 - Cornel Zwierlein (Bochum Universität) « Durée et stabilité de la
cité au XVIe siècle : théorisation et pratiques entre l’Italie, la France et
l’Allemagne »
15h30 - Tatiana Debbagi Baranova (Université de Paris Sorbonne) « Ville
imaginaire et conflit politique dans Du grand et loyal devoir, fidélité et
obéissance de messieurs de Paris envers le Roy »
16h30 - Pause
17h00 - Marie Lezowski (Université de Paris-Sorbonne) « Pour une lecture
humaniste de l’opposition à Charles Borromée, à Milan »
17h30 - Grégory Champeaud (Université de Bordeaux 3) « Être humaniste dans
une cité traumatisée et divisée : Elie Vinet à Bordeaux pendant les guerres
de religion (1562-1587) »

Matteo Annibaletto et Francesca Ghedini (a cura di), Intra illa moenia domus ac penates (Liv. 2, 40, 7). Il tessuto abitativo nelle città romane della Cisalpina. Atti delle giornate di studio (Padova, 10-11 aprile 2008), Roma, Quasar, « Quaderni di Antenor », n° 14, 2009, 342 p. (Jean-Pierre Guilhembet)

La collection des cahiers d’Antenor contenait déjà plusieurs volumes particulièrement intéressants sur l’architecture domestique romaine, comme nous avons eu l’occasion d’en rendre compte ici même (HU, n° 27, 2010, p. 143-145). Ce troisième ouvrage de « l’école de Padoue » concerne, après l’Afrique proconsulaire et la Grèce, les villes de la Cisalpine. L’épigraphe (« à l’intérieur de ces murailles sont ma maison et mes pénates », propos extraits du discours prêté à la mère de Coriolan pour dissuader ce dernier de marcher contre sa patrie) et le titre lui-même insistent sur les rapports entre constructions domestiques et tissu urbain, entre données urbanistiques et approches typologico-structurelles – sans exclure cependant l’analyse de bâtiments hors les murs. Il faut préciser d’emblée que cette livraison ne constitue que la première étape d’un projet plus vaste et qu’elle n’a pas la cohérence et le caractère synthétique qui faisaient tout le prix des deux premières de la série, entreprise collective ou recherche doctorale. Issu d’un colloque tenu en 2008, le présent livre juxtapose, sans ordre apparent ou justifié, sans carte d’ensemble, des études monographiques précédées d’une bien trop rapide présentation par Francesca Ghedini – d’autant plus que cette dernière propose surtout un bilan et une prospective des recherches de son équipe – et c’est au fond la quatrième de couverture, dense mais brève, qui est la plus explicite sur l’objet, la problématique et les résultats de la rencontre. Le lecteur ne peut que regretter l’absence de conclusions qui lui auraient permis de retenir aisément quelques idées générales un tant soit peu circonstanciées et contextualisées – probablement la rançon d’une publication rapide des actes.

En effet, l’enquête menée l’aurait amplement mérité, car elle s’attache, grâce à de fructueux contacts avec les responsables des circonscriptions archéologiques, à rassembler toute l’information disponible sur toutes les maisons d’un certain niveau identifiées dans la région étudiée. Elle s’appuie à la fois sur les acquis de récents chantiers (comme celui de San Salvatore-Santa Giulia à Brescia, point de mire de l’archéologie de l’Italie du nord durant les dernières décennies) et sur un travail, que l’on devine considérable, dans les archives des surintendances locales. Elle propose donc une masse importante d’informations inédites et / ou peu accessibles. Chacune des monographies, selon un dosage variable entre description, problématisation et comparatisme, s’efforce d’étudier les relations entre constructions privées et lieux de convergence publics (forum, sanctuaires, monuments de spectacles), ces rapports pouvant déboucher sur des logiques de développement à l’échelle du quartier. Elles tentent de restituer, dans toute la mesure du possible, l’insertion des maisons dans le tissu urbain et dans ses différents réseaux (notamment d’approvisionnement en eau, ce qui peut permettre la mise en place de fontaines et de nymphées domestiques). Elles sont aussi vigilantes aux possibles liaisons entre fonction résidentielle et activités productives et commerciales, ainsi qu’aux corrélations entre les constructions domestiques cisalpines et le modèle « centro-italique », sous toutes ses facettes (planimétrie axiale, techniques de construction, matériaux, décors) : elles se fixent donc pour objectif l’appréhension des dynamiques sociales. Au total, vingt-cinq sites urbains sont traités, auxquels il faut ajouter des considérations plus globales sur des agglomérations mineures et des formes d’habitat plus modestes (l’« architecture pauvre ») de quelques vici (dont le plus célèbre est assurément Bédriac, doté d’une planification « à mailles larges »). C’est dire que le lecteur reste quelque peu sur sa faim, à l’issue d’un parcours analytique quelque peu ingrat, et qu’il aurait aimé que les éditeurs fassent le point au minimum sur certaines questions importantes et récurrentes, dans des communications dont l’échelle d’observation varie de l’édifice unique à l’entité micro-régionale : les densités d’occupation ; les formes d’adaptation aux conditions climatiques, orographiques ou littorales ; le repérage de normes urbanistiques (et leur possible transgression au fil du temps, par empiètement sur les axes viaires) ; la prégnance des traditions préromaines et l’impact différencié de l’implantation romaine ; les éventuelles corrélations avec le statut juridique de la ville ; les nuances, les faciès et les hiérarchies décelables à l’intérieur de la Cisalpine.

Le volume toutefois ne manque pas d’intérêt. Certes, bien des sites sont marqués par une forte fragmentation lacunaire et une grande hétérogénéité des données archéologiques, qui ne permettent que rarement un bilan sociologique de la répartition des habitations : l’expression disjecta membra est un leitmotiv de l’ouvrage, les fouilles étant en général liées à des chantiers ponctuels, souvent au cœur des îlots, et les datations reposant fréquemment sur la seule base possible, l’étude stylistique des pavements. Mais quelques cas privilégiés (Aquilée, Brescia, Ravenne, Rimini ou même Veleia) autorisent une première esquisse diachronique. On relèvera ainsi, au fil des pages, la coutume padouane de l’enfouissement des cippes de délimitation (p. 29), la réaffirmation, classique mais jamais superflue, de la valeur « non défensive » des murailles (p. 117, 143), la diversité du positionnement des résidences de prestige par rapport au forum (ce dernier constituant – p. 98, 169, 254, 260, 336 – ou non – p. 217 – un pôle attractif), la problématique de l’identification sur le terrain de probables expropriations (p. 165 et 217-218, voire p. 252 ou 259 ?), les cas, parfois spectaculaires, de scénographie urbaine (à Suse, à Pula et, surtout, à Veleia, avec un véritable effet de pendant entre espace public du forum et zone résidentielle), la notion de « maisons diachroniques » utilisée pour décrire des habitations urbaines dont la longévité séculaire, à tout le moins celle de leurs pavements, est tout à fait frappante (p. 289).

Ainsi le dynamisme et le savoir-faire de l’équipe de Padoue (précision de l’information, importance et variété de l’apparat graphique, richesse de la bibliographie, souci de l’interprétation économique et socio-politique) ne sont certes pas en cause (sauf pour l’absence d’échelle et d’orientation sur de trop nombreux plans !), mais ce volume, pourtant placé sous le patronage de Tite-Live, nécessitera un important travail de synthèse historique avant de pouvoir pleinement s’intégrer dans la bibliographie « opérationnelle » de l’architecture domestique romaine. On attend donc avec d’autant plus d’impatience les deux suivants, annoncés dans le cadre du « Progetto Cisalpina » qui, eux, fourniront les fiches normalisées et les essais thématiques dont la qualité a fait, par exemple, le succès de la publication sur l’Afrique romaine.

« Mort aux voleurs » ? Discours sur le vol dans la France du long XIXe siècle. Vendredi 8 avril 2011 Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne 28 rue Serpente – 75 006 Paris

Journée d'étude du Centre de Recherche en Histoire du XIXe siècle (Paris I – Paris IV)

« Mort aux voleurs » ? Discours sur le vol dans la France du long XIXe siècle.

Vendredi 8 avril 2011 Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne 28 rue Serpente – 75 006 Paris

Presque unanimement réprouvé, le vol choque profondément la France du XIXe siècle. Le fait est connu, mais il reste peu étudié. Y a-t-il quelque chose à ajouter au constat de Michelle Perrot qui évoque "l'obsession propriétaire" d'une société impitoyable à l'encontre de ceux qui pillent comme de ceux qui chapardent ?

C'est tout le pari de cette journée d'études qui propose d'examiner les discours sur le vol qui ont été tenus et diffusés au cours d'un long XIXe siècle qui s'ouvre avec le Code Pénal et qui se prolonge au-delà de la mort de Bonnot. En proposant un balayage aussi large que possible de l'histoire des représentations du vol, on entend poser un premier jalon qui pourra contribuer à notre compréhension des "morales du XIXe siècle" et attirer l'attention sur un chantier trop peu exploré.

Programme détaillé JEvoleurs_programme_BON