Paris, terrain d’histoires, journée d’études aux Archives nationales, Paris, 31 mai 2011

Archives nationales - 9h00 - 18h30 (accès par l’Hôtel de Rohan)
31 mai 2011
Hotel de Rohan
87 rue Vieille du Temple
75003 Paris

09h00
Accueil : Agnès Magnien, directrice des Archives nationales

Introduction : Dominique Margairaz et Julie Claustre

Atelier 1 « L'université de Paris, objet d'histoire »
Thierry Amalou (EA 127), Thierry Kouamé (LAMOP), Boris Noguès (SHE-EA  
127)

Atelier 2 « Paris, espace rituel, espace sacral »
Isabelle Brian (EA 127), Antoine Destemberg (LAMOP)

Atelier 3 « L'ordre public à Paris »
Vincent Denis (EA 127), Benoît Descamps (LAMOP)

Déjeuner

Instruments de recherche dans le Minutier central de Paris
Vincent Bouat (Archives nationales)

Atelier 4 « Spatialiser l'histoire parisienne :
les apports méthodologiques d'un système d'information
géographique historique (Alpage) »
Hélène Noizet (LAMOP) et Yoann Brault (Archives nationales)

Laure Christol (EA 127/CRHM), Héloïse Bocher (EA 127/IHRF)

Atelier 5 « Les territoires de l'économie parisienne
à l'époque pré-industrielle»
Dominique Margairaz (IDHE-UMR 8533), Charlie Chagny (LAMOP),
Thomas Le Roux (EHESS-CRH), Anne Conchon (IDHE-UMR 8533)

Atelier 6 « Paris, place financière : les réseaux du crédit parisien »
Katia Béguin (EA 127), Julie Claustre (LAMOP),
Nicolas Lyon-Caen (EA 127)

17h45 Conclusion : Yvolène Lemaresquier (Archives nationales)
et Françoise Hildesheimer (Archives nationales)

Organisation : Julie Claustre (LAMOP) et Yoann Brault (Archives  
nationales)

Contact : julie.mayade@univ-paris1.fr

http://lamop.univ-paris1.fr/ http:// 
www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/

 

De la villégiature aux lieux de loisirs journée d’étude le 8 juin 2011

La Cité de l’Architecture et du Patrimoine a le plaisir de vous convier à une journée d’étude le 8 juin 2011, [09H00 - 17H30]

Lieux de villégiature, stations balnéaires, stations de montagne, lieux de loisirs : les noms ont été variés pour désigner ces espaces hors du quotidien créés continuellement depuis le XIXe siècle ; lieux d’expérimentations sur les formes et les espaces jusqu’à l’utopie. Leur architecture fait l’objet de recherches lancées par Bruno Foucart dans les années 1970 et poursuivies notamment par le Réseau Villégiature XIXe-XXe siècles (ERHAM) au Centre André-Chastel.

La journée d’étude, conçue par Bernard Toulier, juxtapose le matin, histoire et enjeux patrimoniaux, et l’après-midi, problématiques contemporaines de réhabilitation, aménagement, mutation et création. Une table ronde organisée par Francis Rambert réunira des architectes tels que R. Ricciotti, J.-P. Caroli, J. Guervilly, P. Diener mais aussi des élus comme S. Rossignol maire de la Grande-Motte ou V. Willmann, adjointe aux affaires culturelles de Royan.

Dans la concurrence entre les stations à la recherche de reconnaissance, le patrimoine de la villégiature est devenu un enjeu identitaire des politiques territoriales et un facteur de développement économique. Les lieux de la villégiature et des loisirs apportent des réponses adaptées aux habitants des villes désireux de rompre avec leur quotidien comme avec certaines règles sociales. Avec la mondialisation des loisirs et la multiplication des échanges, ces réponses sont aujourd’hui reproduites à l’identique sur toute la planète et constituent l’assise d’un mode de vie international qui tend à se banaliser.

Journée d’étude organisée par la Cité de l’architecture & du patrimoine / musée des Monuments français, Institut français d’architecture et École de Chaillot, à l’initiative du Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (Direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture et de la communication) avec le concours du Centre André-Chastel.

Paris terrain d’histoires. Archives Nationales 31 mai 2011

Rencontres d’histoire de Paris

PARIS,TERRAIN D’HISTOIRES

Archives nationales – 9h00 – 18h30 (accès par l’Hôtel de Rohan)

31 mai 2011

Les “Rencontres d’histoire de Paris” ont pour ambition de décloisonner et de faire connaître les recherches, très nombreuses et très diverses ayant le Paris médiéval ou moderne pour terrain d’étude. Il s’agit de favoriser les échanges scientifiques entre archivistes, enseignants, chercheurs, doctorants, étudiants de Master, médiévistes et modernistes, dont la documentation parisienne est, en partie, structurellement identique et dont les thématiques de recherche sont, malgré des spécificités historiographiques, souvent proches.
Cette première rencontre organisée grâce au soutien du Conseil scientifique de l’université Paris 1 proposera, au cours d’ateliers thématiques rassemblant médiévistes et modernistes, un bilan des études historiques récentes menées sur le Paris médiéval et moderne et tentera d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche. Qu’est-ce que l’objet Paris pour un médiéviste et un moderniste ? Comment faut-il le prendre et le penser ? Comment est-il abordé dans les travaux de chacun ? Quelle est la spécificité de cet objet dans les divers champs d’étude considérés ? Qu’est-ce qu’elle implique dans la démarche historienne ? Cette journée s’adresse à tous les chercheurs travaillant sur Paris, aux conservateurs et chercheurs des Archives nationales, à tous les étudiants et plus généralement à tous ceux qui sont intéressés par l’histoire parisienne.

Programme :


Accueil par Agnès Magnien, directrice des Archives Nationales

Ouverture par Dominique Margairaz (IDHE) et Julie Claustre (LAMOP)

Atelier 1. “L’université de Paris, objet d’histoire”

Thierry Amalou (EA 127), Thierry Kouamé (LAMOP), Boris Noguès (SHE-EA 127).

Atelier 2. “Paris, espace rituel, espace sacral”

Isabelle Brian (EA 127), Antoine Destemberg (LAMOP)

Atelier 3. “L’ordre public à Paris”

Vincent Denis (EA 127), Benoît Descamps (LAMOP), Laure Christol (EA 127/CRHM), Héloïse Bocher (EA 127/IHRF)

14h30 Instruments de recherche dans le Minutier central de Paris

Vincent Bouat (Archives nationales)

Atelier 4. “Spatialiser l’histoire parisienne : les apports méthodologiques d’un système d’information géographique historique (Alpage)”

Hélène Noizet (LAMOP) et Yoann Brault (Archives nationales).

Atelier 5. “Les territoires de l’économie parisienne à l’époque pré-industrielle”

Dominique Margairaz (IDHE), Charlie Chagny (LAMOP), Thomas Le Roux (EHESS-CRH), Anne Conchon (IDHE).

Atelier 6. “Paris, place financière : les réseaux du crédit parisien”

Katia Béguin (EA 127), Julie Claustre (LAMOP), Nicolas Lyon-Caen (EA 127).

Conclusions

Yvolène Lemaresquier (Archives nationales) et Françoise Hildesheimer (Archives nationales)

Affiche : affiche mai2011V14_5

Des métropoles hors-sols ? La déterritorialisation de la production de l’urbain en question

http://calenda.revues.org/nouvelle19877.html

Des métropoles hors-sols ? La déterritorialisation de la production de l’urbain en question

Cette journée d’étude se déroulera à Lyon les 17 et 18 novembre prochains à l’Institut

d’urbanisme de Lyon. Elle s’adresse en priorité aux doctorants et jeunes docteurs en

urbanisme, ainsi qu’aux jeunes chercheurs dont les travaux questionnent l’action collective

urbaine. Elle sera orientée autour de la question suivante : dans quelle mesure l’affirmation de

gouvernements métropolitains permet-elle une meilleure prise en compte des particularités

et des enjeux locaux, ou au contraire contribue-t-elle à déterritorialiser l’action publique

urbaine, produisant ainsi des métropoles « hors-sol » ?

Lyon – 17 au 18 novembre 2011

Date limite de dépôt des projets de communication : 1er juillet 2011

Rencontres d’histoire de Paris PARIS,TERRAIN D’HISTOIRES

Programme de la journée d’étude Paris I aux Archives nationales : Rencontres

d’histoire de Paris PARIS,TERRAIN D’HISTOIRES.

Archives nationales – 9h00 – 18h30 (accès par l’Hôtel de Rohan)

31 mai 2011

Hotel de Rohan

87 rue Vieille du Temple

75003 Paris

09h00

Accueil : Agnès Magnien, directrice des Archives nationales

Introduction : Dominique Margairaz et Julie Claustre

Atelier 1 « L’université de Paris, objet d’histoire »

Thierry Amalou (EA 127), Thierry Kouamé (LAMOP), Boris Noguès (SHE-EA 127)

Atelier 2 « Paris, espace rituel, espace sacral »

Isabelle Brian (EA 127), Antoine Destemberg (LAMOP)

Atelier 3 « L’ordre public à Paris »

Vincent Denis (EA 127), Benoît Descamps (LAMOP)

Déjeuner

Instruments de recherche dans le Minutier central de Paris

Vincent Bouat (Archives nationales)

Atelier 4 « Spatialiser l’histoire parisienne :

les apports méthodologiques d’un système d’information

géographique historique (Alpage) »

Hélène Noizet (LAMOP) et Yoann Brault (Archives nationales)

Laure Christol (EA 127/CRHM), Héloïse Bocher (EA 127/IHRF)

Atelier 5 « Les territoires de l’économie parisienne

à l’époque pré-industrielle»

Dominique Margairaz (IDHE-UMR 8533), Charlie Chagny (LAMOP),

Thomas Le Roux (EHESS-CRH), Anne Conchon (IDHE-UMR 8533)

Atelier 6 « Paris, place financière : les réseaux du crédit parisien »

Katia Béguin (EA 127), Julie Claustre (LAMOP),

Nicolas Lyon-Caen (EA 127)

17h45 Conclusion : Yvolène Lemaresquier (Archives nationales)

et Françoise Hildesheimer (Archives nationales)

Organisation : Julie Claustre (LAMOP) et Yoann Brault (Archives nationales)

Contact : julie.mayade@univ-paris1.fr

http://lamop.univ-paris1.fr/ http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/

La reconstruction après-guerre du centre-ville de Blois (visite)

La direction de l’inventaire du patrimoine de la Région Centre (DIP) a le plaisir de vous informer de la tenue d’une visite guidée sur le thème de « la Reconstruction après-guerre du centre-ville de Blois » par Aurélie De Decker, chercheur à la DIP. Cette visite est organisée par le Service Ville d’art et d’histoire de la ville de Blois.

Rendez-vous le 7 mai 2011 Place de la Résistance à Blois à 16h.

Visite gratuite sur réservation au 02 54 90 33 32.

Comment expliquer l’appellation de “high streets” (Royaume-Uni) ?

Hello all,I wonder if anyone can help with the query below, that is, why ‘high’ streets are called this. I’m afraid that the dead-line is very tight, but if anyone has any suggestions, I’m sure they would be much appreciated! Responses should be sent directly to Louise, at louise.arthur@terntv.com

Many thanks in advance!

Best wishes

Laura

Dr Laura UgoliniReader in History School of Law, Social Sciences and CommunicationsMC BuildingUniversity of WolverhamptonWolverhamptonWV1 1LYE-mail: l.ugolini@wlv.ac.uk


From: Louise Arthur [mailto:louise.arthur@terntv.com]
Sent: Wed 04/05/2011 12:04

Dear Dr Ugolini

Thank you for agreeing to try to help me and apologies for the extremely tight deadline!

As I explained, I am working on a new BBC2 series Towns. Presented by Nicholas Crane, the series will look at how and why particular towns work.

I am trying to find out about the history of High Streets in the UK.   I don’t need to know about specific high streets, just general information about why they are called this. Was it always on the highest part of the town? Was it always the most important street in a town? Did it have anything to do with establishing a place as a town rather than a village? I have found some information on the internet but am not sure how reliable it is.

This is for a programme we are filming in Totnes in Devon at the minute so I am trying to find out what I can by the end of the day. Any help you can give me in understanding why high streets are so called would be much appreciated!

Many thanks and kind regards
Louise

Laurence Jean-Marie et Christophe Maneuvrier (dir.), Distinction et supériorité sociale (Moyen Age et époque moderne), publication du CRAHM, Caen, 2010 (Cécile Becchia).

C’est une quinzaine de contributions, encadrée par une introduction des deux directeurs de publication et par une réflexion conclusive de Thierry Dutour, que donnent à lire les actes du colloque tenu à Cerisy-la-Salle du 27 au 30 septembre 2010 sur la distinction et la supériorité sociale au Moyen Age et à l’époque moderne.

Laurence Jean-Marie et Christophe Maneuvrier, qui inscrivent le sujet dans une approche résolument sociologique, définissent dès les premières lignes la notion de « distinction » comme « un ensemble de signes et de pratiques de différenciation en relation ou non avec un discours sur lequel elle peut s’appuyer » (p. 1). Le travail sur ce concept de distinction démarque immédiatement ce colloque des travaux qui se sont déjà penchés sur la supériorité sociale et ses expressions en ce qu’il dépasse la simple observation des élites et les considère au contraire dans la relation qu’elles entretiennent avec le corps social dans son ensemble – la distinction étant avant tout une forme de relation qui implique l’expression d’une différence qualitative. Il intègre en cela les avancées récentes de l’histoire sociale, et refuse dans leur sillage de considérer la société comme « système hiérarchique figé » ou d’étudier des « catégories prédéfinies » (p. 2) distinguées a priori, pour préférer se concentrer sur le lien social.

Réparties en trois axes (Normes et discours, Se distinguer ici-bas et dans l’au-delà, Formes et manifestations de la supériorité sociale), les communications qui suivent interrogent, en respectant plus ou moins, pour certaines d’entre elles, les intentions introductives, le concept de distinction et les liens qu’il entretient avec l’affirmation de la supériorité sociale dans un champ chronologique vaste (du Xe au XVIIIe, bien que l’essentiel des communications (11) porte sur le Moyen Age), un espace géographique majoritairement centré sur le royaume de France (13 communications), et un espace social très diversifié, rural comme urbain.

Le premier axe d’investigation rassemble trois communications qui analysent avec bonheur la question fondamentale des normes et du vocabulaire – notamment lorsqu’il permet l’identification des hommes et des groupes  – et, à travers elle, le discours que tient la société sur elle-même, ou plutôt celui qu’imposent des groupes doués d’une légitimité discursive dont ils usent pour justifier la place qu’ils s’attribuent. C’est le sens des communications d’Isabelle Rosé sur l’utilisation du binôme potentes et pauperes dans les écrits d’Odon de Cluny, ou de celle de Xavier Masson, qui analyse la manière dont les sermons du dominicain Nicoluccio di Ascoli affirment la place du prédicateur dans la société. Laurence Jean-Marie s’intéresse pour sa part aux coutumes normandes du XIIIe siècle, véritables discours sur la société là encore, et aux critères de la distinction qui les traversent.

Les auteurs des communications suivantes s’intéressent aux pratiques davantage qu’aux mots. Le choix des espaces et des modes de sépulture (Christophe Maneuvrier) ou encore les évolutions significatives de la distribution des fidèles au sein des églises (Laurence Croq) soulignent l’importance des logiques spatiales dans la distinction sociale, tandis que l’élaboration de normes comportementales et de styles de vie spécifiques permettent aux ciudadanos de Saragosse (Jean-Pierre Barraqué) comme aux avocats de Rennes (Gauthier Aubert) de se distinguer du reste de la société. L’affirmation d’un groupe et de sa singularité sociale peut également passer par la spécificité des systèmes de transmission patrimoniale : la noblesse normande s’attache ainsi au début de l’époque moderne à réserver autant que possible un fief – principal signe de distinction nobiliaire – à chacun de ses enfants (Jérôme Luther Viret).

Les trois premières communications de la section suivante, qui combinent étude des pratiques comportementales et étude des pratiques discursives, s’attachent aux glissements de la distinction sociale provoquée par l’affirmation des mondes urbains et l’émergence de la bourgeoisie : la surenchère chevaleresque des années 1100 peut ainsi être analysée avec Dominique Barthélémy comme une réaction de la noblesse confrontée à cette nouvelle élite de laquelle il importe de se distinguer. Les désignations collectives et individuelles sont également affectées de dynamiques qui traduisent ces évolutions : dans les listes de témoins soissonnaises, le couple chevalier/bourgeois remplace à partir de la même césure chronologique le couple clercs/laïcs (Ghislain Brunel), tandis qu’à Clermont les désignations collectives suivent dans un mouvement d’incessants reclassements et surenchères l’affinement de la stratification sociale en ville (Emmanuel Grelois).

Les élites urbaines sont ainsi progressivement distinguées par le vocabulaire, bien que ses règles d’application et les réalités sociales qu’il recouvre échappent souvent, comme c’est le cas à Rouen où l’utilisation des termes bourgeois ou marchand pose problème (Claire Haquet). Ces élites construisent leur identité et leur cohérence interne par l’adoption de modèles comportementaux qui peuvent passer par la fabrique d’une certaine urbanité pour les capitouls de Toulouse à la fin du Moyen Age (Véronique Lamazou-Duplan) ou l’affirmation d’un mode de vie distinctif à Honfleur (Nathalie Pallu de la Barrière). Une dernière étude sur les Dagoumer de Louviers à l’époque moderne souligne les voies d’affirmation sociale plurielles qui sont explorées sur la longue durée par une famille de notables urbains (Bernard Bodinier).

Thierry Dutour, qui rend compte des apports du colloque et des interrogations méthodologiques qu’il a pu soulever, replace celui-ci dans un cadre historiographique plus large, en soulignant l’intérêt tardif qu’ont suscité ces notions auprès des chercheurs et en reliant l’attention dont elles bénéficient désormais à une évolution générale de l’appréhension des sociétés, l’étude des relations interpersonnelles ayant remplacé les anciens modèles explicatifs qui niaient la complexité des sociétés médiévales et modernes.

La variété des approches choisies par les participants, qui fondent leur réflexion sur des questions de vocabulaire comme sur l’usage de l’espace ou l’élaboration de codes comportementaux et s’intéressent aux trajectoires individuelles autant qu’à l’élaboration de consensus collectifs, renvoie à cette prise de conscience, également soulignée par l’approche dynamique qu’ils ont tous retenu.

Line Teisseyre-Sallmann, Métamorphoses d’une ville. Nîmes de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2009, 379 p. (Natacha Coquery)

Line Teisseyre-Sallmann, archiviste-paloégraphe puis maîtresse de conférences à l’université de Paris 8, récemment disparue, était une spécialiste d’histoire urbaine, d’histoire économique et d’histoire des techniques reconnue pour ses travaux sur la ville de Nîmes et sur la soierie du Bas-Languedoc à l’époque moderne. Historienne de l’urbain, sa spécificité a été de s’attacher à la forme urbaine et au bâti, autrement dit, à la relation primordiale qui lie le groupe humain au milieu dans lequel il vit. Comme Jean-Claude Perrot puis Bernard Lepetit, elle était sensible à l’ambiguïté de la composition urbaine, due à son rapport au temps : la forme et la société n’évoluent pas au même rythme, les hommes doivent apprendre à composer avec l’enveloppe dans laquelle ils vivent. Miroir de la ville, lieu de pouvoir et de prestige, l’urbanisme a une dimension politique et sociale : l’espace urbain est un enjeu majeur dans les rivalités qui opposent les institutions susceptibles d’exercer un contrôle sur la population, en témoignent l’évolution du nombre, de la localisation, de la taille des édifices publics ; de même, les stratégies d’appropriation de la ville se modifient en fonction des groupes sociaux. La confrontation entre les éléments qui bougent (les habitants et leurs activités) et les éléments matériels statiques (les pierres), entre présent et passé, entre évolutions et permanences, entre les forces de conservation et celles du changement est incessante. D’où la volonté de l’historienne d’observer la ville – son tissu urbain, ses acteurs, son image – dans la longue durée, du premier XVIe siècle au milieu des années 1780. À travers l’histoire de l’urbanisme nîmois d’ancien régime, partie inédite d’un dossier d’habilitation à diriger des recherches dont manquera à jamais la soutenance, Line Teisseyre-Sallmann offre une très belle étude des contradictions urbaines, notamment l’incompatibilité matérielle entre le cadre de vie et une population de plus en plus nombreuse : une ville qui explose sans pour autant remettre en cause les structures médiévales. Le manque d’espace reste la donnée fondamentale de la ville moderne. Quatre éléments indissociables ont joué un rôle déterminant sur le devenir de la forme urbaine nîmoise : le double legs du passé – les monuments romains (Maison Carrée, porte d’Auguste…) et la muraille de 1194, qui ne fut remise en cause qu’en 1774 –, le double choix du protestantisme au XVIe siècle et d’une activité manufacturière envahissante au siècle suivant. L’objet du livre est de montrer la marque que chacun d’entre eux a inscrit dans le tissu urbain et la façon dont leurs effets conjugués ont transformé le cadre de la vie citadine et modifié les représentations que les contemporains donnaient de leur ville jusqu’à l’ouverture de 1785, point de départ d’une nouvelle image. Le cas nîmois permet à l’auteure d’analyser une des réponses apportées par les microcosmes urbains à l’inadaptation de la forme des villes devant les changements de l’époque moderne (réalisations de prestige, organisation d’une place royale, plans d’alignement des rues, démolition des remparts…).

Le discours, qui s’appuie sur une fine connaissance de l’historiographie urbaine et sur des archives nombreuses, tant manuscrites qu’imprimées, s’organise en trois grandes parties (11 chapitres). La question de fond est celle de la dialectique du dedans et du dehors, du centre élitiste et de la périphérie ouvrière, de la place des faubourgs, points névralgiques du développement. L’auteure commence par un état des lieux, première appréhension politique, économique et culturelle du territoire ; elle poursuit par l’entité enceinte-faubourgs, espaces complémentaires au XVIIe siècle et finit sur les faubourgs, des quartiers neufs (fin XVIIe-XVIIIe siècle).

Construite sous Auguste, l’enceinte romaine délimitait un territoire très vaste (plus de 200 hectares). De nombreux monuments romains construits pendant la paix romaine sont détruits entre le Ve siècle et le début du VIIIe siècle mais les vestiges, par leur statut symbolique, vont peser sur le devenir urbain. Au Moyen Âge, le legs se résume au sanctuaire de la Fontaine, à la Maison Carrée (seul témoin du forum), à l’amphithéâtre, aux portes d’Auguste et d’Espagne, et à un château d’eau (le pont du Gard reliait la source, près d’Uzès, au bassin enfoui). L’axe de la voie domitienne reste lisible dans la trame de la ville médiévale et moderne. L’espace urbain rétrécit dès le Ve siècle : les habitants se replient sur l’amphithéâtre, transformé en forteresse ; l’arène se hérisse de maisons. Le castrum, château des Arènes, occupé jusqu’au XIIIe siècle par les soldats, siège du tribunal depuis la fin du IXe siècle et du consulat depuis 1144, représente à la fois un reste de la cité romaine et le centre stratégique de la ville médiévale. Forme et fonction continuent de s’accorder. L’arène est le point à partir duquel la ville va renaître et se redéployer au XIe siècle ; près de l’amphithéâtre, la cathédrale Sainte-Marie est implantée dès ses origines au milieu de la cité. À la fin du XIIe siècle, l’édification de la muraille médiévale (enclos de 30 hectares) englobe la porte d’Auguste et le château qui, perdant son caractère monumental et son usage politique, se transforme au XIIIe siècle en un simple quartier d’habitations, abandonné aux plus démunis. L’essor de la bourgeoisie et la victoire du roi ont pour effet d’exclure l’amphithéâtre antique de la nouvelle scénographie urbaine. L’édifice ancien, privé de sens, subsiste à l’état de « trace » (B. Lepetit). L’identité communale se forge autour de la muraille, inchangée de 1194 à la fin du XVIIe siècle. La légitimation de la collectivité trouve son essence, non dans le droit de bourgeoisie, comme dans les communes du nord, mais dans l’appartenance à ce périmètre originel, ce qui justifie sa pérennité.

Par comparaison avec Paris, Caen ou Tours, le quadrillage administratif, homogène, paraît moderne dès la fin du Moyen Âge : le quartier est la seule unité de référence (au nombre de 4, 5, puis 6) ; le système fiscal (taille réelle) uniformise la gestion de l’espace. La muraille détermine le centre politique sans marquer de limite juridique et exclure la périphérie, bien qu’en réalité, elle génère la ségrégation (visible durant les guerres de religion). Le développement des faubourgs s’est inséré dans une logique d’unité urbaine, entretenue jusqu’au XVIIIe siècle.

La construction d’édifices ostentatoires constitue la face la plus visible de la concurrence et de la complémentarité des trois autorités urbaines, l’Église, le roi et la commune, qui ont élaboré, chacune à sa manière, des formes particulières de contrôle de l’espace urbain (églises, couvents, prison, palais comtal, monnaie, hôtel de ville, tour de l’horloge…).

Le centre commerçant est à la fois objet de conflit et élément structurant du marché immobilier. Dès la fin du Moyen Âge, la mainmise sur les marchés est l’enjeu de la lutte que mène la municipalité face aux autorités royale et ecclésiastique pour l’affirmation de son pouvoir dans la ville. Les premières actions consulaires sur l’urbanisme portent sur la police des marchés et la réglementation des lieux de vente. La place aux Herbes, proche de la cathédrale et bien reliée à la porte des Prêcheurs, ouverte sur de riches zones cultivées, cristallise les conflits. Du Moyen Âge à la Révolution, la place et le quartier marchand sont restés au sommet de la hiérarchie des emplacements, si bien que le centre commercial sert d’indice de référence de la valeur fiscale des immeubles ; l’auteure analyse en ce sens divers documents, dont le barême fiscal de 1602 qui instruit également sur les usages immobiliers (boutiques en rez-de-chaussée, ateliers dans les étages, etc.).

Deux éléments vont modifier l’usage de l’espace par les classes dirigeantes urbaines : l’effervescence culturelle et religieuse, l’étoffement des fonctions judiciaires (création du tribunal d’appel, charges municipales) qui confirment le rôle moteur joué par les juristes depuis la fin du XIVe siècle. Ceux-ci, à la tête de la société urbaine, sont au XVIe siècle à l’origine de toutes les initiatives qui entraînent des modifications profondes dans la signification du tissu urbain et la recomposition symbolique de l’espace communautaire : place royale (1533), collège (1534), présidial (1552), temple (1565), réhabilitation des monuments romains…

Pour saisir sur le vif l’insertion des particuliers et de leurs patrimoines dans le tissu urbain, Line Teisseyre-Sallmann suit la démarche de la municipalité qui, dès la fin du XVIe siècle, en pleine période de reconstruction après les guerres de religion, reprend en main le contrôle de l’espace bâti. Le souci de remise en ordre est motivé par l’urgence du calcul de l’assiette de la taille. L’entreprise dure plus de dix ans ; au plan administratif, c’est une des manifestations les plus spectaculaires de l’essor urbain, marquée par le relevé d’arpentage de 1596, les registres du compoix de 1609, complétés tout au long du siècle, le renouvellement de la matrice cadastrale en 1670, complétée jusqu’en 1790 sans refonte. L’auteure analyse l’espace cadastral au XVIIe siècle, les patrimoines, la typologie des propriétés selon les quartiers et la sociologie des propriétaires. Le profil des quartiers traduit à sa manière les grandes tendances de l’insertion des différentes branches d’activité dans le patrimoine urbain. Au cours du siècle, la noblesse, les ruraux perdent du terrain au profit d’une nouvelle bourgeoisie venue de la marchandise ou du présidial. À la fin du XVIIe siècle, Nîmes apparaît comme une ville de petits propriétaires.

Comme dans toutes les villes, l’espace des faubourgs est bien délimité, considéré par les autorités urbaines comme une entité ambivalente, du côté de la campagne malgré sa proximité. Durant les troubles religieux, les faubourgs disparurent à deux reprises (1567, 1621) mais la reconstruction fut à chaque fois immédiate, dès la paix signée. La cicatrisation du tissu urbain prit du temps, aidée par la reconquête catholique de la seconde moitié du XVIIe siècle, le climat d’apaisement qui prévaut dans les années 1660, la promiscuité du centre, les épidémies et le dynamisme de l’activité manufacturière, à l’origine d’une nouvelle phase d’urbanisation. Ainsi, par-delà le hiatus de 1620 (les guerres de Rohan), la continuité est assurée par deux forces qui s’imposent au même moment, l’Église catholique et l’industrie textile, donnant à la ville un nouveau visage.

En centre-ville, le seul domaine qui reste aux édiles locaux pour exprimer leur pouvoir face au contrôle royal est la voirie. Au cours du XVIIe siècle, la ville perd la maîtrise de l’occupation du sol, malgré une lutte farouche contre toutes les entreprises du pouvoir royal. L’enjeu de cette lutte perdue d’avance est double : d’une part, la reconstruction catholique (cathédrale, églises) et la multiplication des couvents (Dominicains, Ursulines, Jésuites, Augustins) dans une cité qui n’en avait jamais connu ; d’autre part, la propriété des monuments antiques (château royal, porte d’Auguste, Maison Carrée). Dans les deux cas, la légitimité et l’autorité des consuls en matière d’aménagement de l’espace urbain furent brisées. L’aspect spectaculaire des affrontements entre la municipalité et le pouvoir royal ne doit pas faire oublier que la gestion quotidienne de l’espace urbain engendre elle aussi des tensions, les particuliers considérant le réseau viaire davantage comme une annexe de leurs propres habitations que relevant du domaine public. Les consuls ont tenté d’œuvrer dans trois domaines : la praticabilité et la propreté des rues, la lutte contre la pollution des eaux, l’entretien des égouts.

Dans le même temps, de multiples réaménagements individuels, disséminés dans l’espace, désordonnés dans le temps, modifient en permanence le bâti urbain. Malgré la difficulté à les saisir, l’auteure refuse de négliger ces transformations qui, pour être la plupart discrètes, contribuent néanmoins à la plasticité de la structure urbaine. Grâce à une plongée dans les registres du compoix et les actes notariés, elle brosse un tableau suggestif du remplissage ou du regroupement des parcelles, des enchevêtrements de servitudes, du désordre des lots pour faire comprendre, de manière très concrète, les méandres de la forme urbaine et ses variations ainsi que les pratiques immobilières (types de baux, droit de lods, recours aux experts, clauses de réserve, endettement, ventes fictives, etc.). La gestion du notaire Étienne Borrelli, qui a rédigé un livre de raison, permet à Line Teisseyre-Sallmann d’expliciter les comportements d’un propriétaire urbain.

À la fin du XVIIe siècle, l’espace des faubourgs est écartelé entre les diverses fonctions que la société urbaine lui impose : villégiature, zone d’exploitation intensive, habitat et lieu de travail. L’extension du bâti modifie la configuration d’ensemble : les ouvriers de la soie et de la bonneterie sont repoussés dans les faubourgs, à tel point qu’un déséquilibre se fait progressivement. Il est jalonné par deux étapes majeures, qui restèrent sans réponse directe : dans la seconde moitié du XVIIe siècle, l’un des faubourgs (les Prêcheurs) atteint la taille des plus gros quartiers du centre ; dans la première moitié du XVIIIe siècle, la périphérie dépasse le centre. Seule la construction de la citadelle en 1687-1688 sur l’ordre de l’intendant du Languedoc (pour contrôler la ville) permit le déplacement de l’enceinte et l’intégration du vieux faubourg à la ville murée, même si l’assimilation ne fut pas immédiate. Cette construction fut à l’origine de la première transformation profonde opérée sur la forme urbaine depuis l’édification des murailles au XIIe siècle : la disparition de pans de murs médiévaux, l’intégration d’un faubourg dans la ville et sa prise en compte comme quartier à part entière. La trace de la muraille rasée persista sous la forme d’un boulevard.

Au XVIIIe siècle, les fabriques de soie envahissent la ville ; l’essor du textile contraste avec l’exiguïté de l’enceinte. De 1720 à 1780, la ville est confrontée à une immigration et à une pression démographique sans commune mesure avec ses capacités d’accueil ; la population double, passant de 18 000 habitants en 1720 à 40 000 dans la décennie 1780. Or le centre-ville n’est pas le domaine de l’industrie, mais le haut lieu de la Réforme catholique. Les deux forces partagent un même besoin d’espace sans être en concurrence : l’une renforce ses positions à l’intérieur des murs (exemple des Carmes), aux détrimens de l’habitat, l’autre s’étend dans les faubourgs. Dévoreuse d’espace, l’activité textile n’a pas bouleversé le modèle traditionnel d’urbanisation. L’urbanisation des faubourgs a suivi le rythme du développement des fabriques de soierie et de bonneterie. Contrairement à Marseille (Marcel Roncayolo), au plan social, les quartiers neufs n’ont pas attiré les élites (sauf exceptions) mais ont été laissés à la petite bourgeoisie des fabricants et à la population ouvrière. Le poids de la mono-industrie aboutit à mettre l’accent sur les rapports de complémentarité qui unissent le centre et les faubourgs et à contourner la barrière matérielle que constitue la muraille. Contrairement à Caen (Jean-Claude Perrot), l’impulsion a été donnée par les particuliers et l’épreuve de force s’est jouée autour de l’habitat, à la fois moteur et enjeu des transformations. L’auteure analyse les étapes de la formation de plusieurs lotissements, répartis dans les nouveaux quartiers. L’étude du compoix montre que, dans la plupart des cas, les transferts de propriété et le changement d’affectation des parcelles se sont négociés entre particuliers, au détriment de la superficie cultivée. Les terres agricoles sont transformées en lotissements, découpées en parcelles aliénées comme terrains à bâtir. Ce changement de vocation s’est inscrit dans un processus d’urbanisation qui était, dans l’évolution du tissu urbain nîmois, tout à fait nouveau.

Le souci d’aménagement de l’espace s’est déployé à Nîmes sous la pression conjuguée du développement industriel et de l’urbanisation accélérée. Le partage des tâches était clair : comme ailleurs, les représentants du pouvoir royal se sont imposés comme les concepteurs et les protagonistes de la politique royale, saisissant l’opportunité de quelques opérations de prestige aux marges de la ville (comme la création du jardin de la Fontaine, 1738-1757), et laissant les consuls se consacrer dans l’urgence à l’application d’un urbanisme utilitaire et réglementaire dans les nouveaux quartiers. L’élaboration du plan Maréchal (1747, destiné à créer une vaste avenue dans la perspective de la Fontaine) marque cependant une étape importante dans les relations à l’échelle locale entre les différents pouvoirs et scelle l’alliance entre la municipalité et les représentants du pouvoir royal au détriment des autorités religieuses et des particuliers, au nom de l’ordre et du bien public. Après deux siècles de lutte, la ville et le roi ont désormais des intérêts convergents et retrouvent un terrain d’entente, l’exaltation et l’instrumentalisation du cadre urbain. De 1771 à 1785, le problème matériel de la démolition des murailles agite le conseil municipal et fait surgir au grand jour la question sociale posée par l’intégration de faubourgs peuplés en majorité d’ouvriers immigrés. L’architecte royal prévoit la disparition des murs, le comblement des fossés et lève un plan d’urbanisme accepté par la ville en 1785 (plan Raymond) et rapidement mis en chantier.

Le manque d’espace est resté la donnée essentielle de la ville moderne. La conception d’une entité urbaine à double visage apportait la réponse et l’étalement des faubourgs a autorisé la poursuite du processus d’urbanisation, sans remettre en cause la muraille. Le maintien des murs et la construction de quartiers neufs à l’extérieur a accentué la dialectique du dedans et du dehors. Malgré un aspect archaïque, le centre est resté le pôle d’attraction des classes dirigeantes, reléguant les ouvriers des fabriques à la périphérie. L’enceinte était intouchable car elle symbolisait une protection, des pouvoirs, un prestige, des privilèges et une distinction. L’intérêt des faubourgs était avant tout utilitaire : espaces agricoles, champêtres, d’urbanisation, de représentation et de sociabilité, de transition entre ville et campagne. Dans la représentation que les élites nîmoises ont proposée de la ville, les faubourgs étaient considérés comme le lieu de l’exclusion ou de la ségrégation. Aucune voix avant 1774 ne s’élève pour réclamer la démolition de l’enceinte. Le XVIIIe siècle se clôt sur la rupture du face à face, qui a accompagné la croissance de la ville industrielle, entre une société en complète mutation et une forme urbaine dépassée. Nîmes fait l’effet d’une ville qui explose, sans pour autant éprouver la nécessité de remettre en cause les structures médiévales. L’impuissance des soyeux à supprimer l’obstacle que représentaient les murailles pour leur commerce illustre la résistance de repères spatiaux surannés.

Ainsi, l’étude du cas nîmois fournit une belle contribution à l’analyse de la diversité des réponses apportées par les microcosmes urbains à l’inadaptation de la forme des villes face aux changements de l’époque moderne.

Rencontre autour du livre “Les années 1960, hic et nunc, architecture, urbanisme, paysage”

Rencontre autour du livre “Les années 1960, hic et nunc, architecture, urbanisme, paysage”
à l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles
5, avenue de Sceaux, 78000 Versailles
11 mai 2011, 18h30, salle des Conseils / Petite écurie – niveau 2
Entrée libre
L’héritage des années 1960 marque en profondeur notre présent. Bien plus qu’on ne l’admet, il « travaille » nos pratiques et nos représentations sociales, par reproduction ou rejet, et ce à mesure de son éloignement dans le temps.
Sur le plan conceptuel, il exerce une fascination croissante auprès des professionnels de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage, cependant que son examen historiographique demeure un chantier ouvert. Dans le même temps, les traces physiques de ce passé récent, encore palpables, sont malmenées et disparaissent sous nos yeux : avec le projet social qui les avait portées mais avant même d’avoir été comprises dans la singularité de leur devenir ; avant que l’on ait saisi à quel point sa compréhension découle de ce que nous en faisons et que notre histoire s’actualise à travers un présent perpétuel.
Tel est le paradoxe qu’abordent, d’un point de vue décidément rétrospectif, les textes issus de travaux de l’équipe de recherche AM:HAUS, du Laboratoire de l’école d’architecture de Versailles (LéaV), et présentés ici en trois sections : Écrits, Éléments, Ensembles.
La première situe des postures critiques et théoriques des années 1960, d’une part, dans leur rapport à la période précédente, de l’autre, relativement à leur réactivation présente.
La deuxième traite d’un « élément naturel » de la technologie en architecture (hydrocarbure, air, atome, lumière).
Enfin, la troisième aborde des organisations spatiales à l’échelle des paysages urbains en insistant sur les dynamiques biophysiques et sociales du continuum qu’interroge notre projet : jadis et maintenant, ici et ailleurs.
Georges Farhat
Contact : Florence de Moussac, CDI
t. 01 39 07 40 09 – demoussa@versailles.archi.fr