Accueillir, organiser et célébrer les Jeux olympiques, 15e carrefour d'histoire du sport, Université de Rouen, 29-31 octobre 2012

Le 15ème Carrefour d’Histoire du Sport, organisé à l’Université de Rouen du 29 au 31 octobre 2012, propose de rassembler les chercheurs français et étrangers sur le thème des Jeux olympiques et de leur organisation. Les Carrefours, qui se réunissent depuis 20 ans n’ont étonnamment jamais abordé la problématique olympique. La proximité des Jeux d’été à Londres en août 2012, mais surtout notre objet de recherche commun au sein du CETAPS à Rouen, nous motivent à provoquer cette réflexion dans la communauté des historiens du sport.

L’accueil, l’organisation et la célébration des Jeux offrent un champ d’investigation large dont le pivot central est la « ville-hôte » - mais peut-on encore parler de LA ville au singulier lorsque des régions entières se mobilisent pour accueillir les Jeux ? De l’acte de candidature jusqu’à la célébration et ses « héritages », les milieux politiques, sportifs, économiques et médiatiques se croisent et interfèrent dans un calendrier olympique de plus en plus long, avant, pendant et après les Jeux.

Jusqu’alors, ce champ d’études a surtout été investi par les sciences économiques, voire par la géographie et la géopolitique. De nombreux travaux portent sur l’impact économique des Jeux sur le territoire de la ville, de la région ou du pays, abordent les problématiques du tourisme et des équipements, interrogent les retombées économiques, sociales et culturelles sur les populations. Le travail récent des spécialistes d’urbanisme et de legacy, John R. Gold et Margaret M. Gold, ouvre la voie d’une approche historique des villes olympiques (Olympic Cities, City Agendas, Planning, and the World’s Games, 1896-2012, Londres, Routledge, 2007).

Les historiens de l’olympisme, quant à eux, ont surtout étudié les fondements et les valeurs, les usages politiques des Jeux ou encore l’histoire institutionnelle du Comité international olympique (CIO). Les villes et l’organisation restent des objets périphériques et sont surtout abordées dans des études monographiques autour de Jeux particuliers.

Ainsi, à l’occasion de notre colloque international, nous souhaitons ouvrir ce champ d’investigation pour l’histoire et apporter quelques réponses aux problématiques suivantes :

- Le processus des candidatures des villes, qu’elles aboutissent à leur élection ou non : quels sont les acteurs à l’origine des candidatures ? Quelles sont leurs démarches vis-à-vis des partenaires potentiels (politiques, économiques, culturels, sportifs, médiatiques…) et vis-à-vis du CIO ? Quels arguments sont mis en avant ? Que deviennent les candidatures ratées ?

- La longue phase d’organisation : comment s’organisent les Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO) ? Qui sont les organisateurs, quelles sont leurs démarches ? Quelles sont les sources de financements ?

- Les dessous de la célébration des Jeux olympiques : Quelles sont les tâches des différents acteurs pendant les Jeux olympiques ? Comment s’organisent le protocole, les cérémonies d’ouverture et de clôture, les compétitions, l’accueil des sportifs, des spectateurs, etc. ? Quelle est la part des bénévoles et des salariés ? Que sait-on des programmes socioculturels en marge des Jeux ?

- Que reste-t-il des Jeux ? Depuis plusieurs années, les questions liées à l’héritage - « legacy » en anglais - importent en particulier aux les pouvoirs publics, les fédérations et le CIO. Nous souhaitons étendre cette problématique à l’ensemble des Jeux olympiques. Quelles conséquences ont pu avoir les Jeux sur les villes et leur région, sur les populations, sur le secteur sportif national et international depuis 1896 ? Que sont devenues les installations sportives après les Jeux ?

D’autre part, après la Première Guerre mondiale, les Jeux olympiques se sont déclinés en versions d’hiver (Chamonix 1924), continentales (Jeux d’Extrême-Orient 1913, Jeux de l’Amérique latine 1922, Jeux de l’Amérique centrale 1926, Jeux balkaniques 1931, Jeux africains 1965) et paralympique (Rome 1960). Nous serons particulièrement attentifs aux études portées sur ces Jeux parallèles qui ont permis d’élargir le panel des sports olympiques, l’aire géographique et la population des sportifs au sein du Mouvement olympique. Ces compétitions, souvent considérées en second plan, sont largement oubliées des historiens et des chercheurs en général. Pour autant, elles forment aussi l’identité du Mouvement olympique et révèlent les enjeux et les conceptions du sport qui le gouvernent.

Les participants sont invités à inscrire leur présentation dans les sessions suivantes :

1. Le rôle des villes : de la candidature à la célébration

Nombreuses sont les villes à avoir été candidates pour recevoir les Jeux olympiques : quelles sont-elles depuis 1896 ? Qui sont les personnes à l’origine des candidatures ? Que deviennent les dossiers « rejetés » par le CIO ? La nécessité d’un Comité d’Organisation des JO apparaît après la Première Guerre mondiale, démontrant l’ampleur de la tâche à accomplir pour les organisateurs. Quel est le fonctionnement de ce comité ? Qui sont ses partenaires et interlocuteurs ? Comment a-t-il évolué au fil des Olympiades ?

2. Les compétitions : performance, protocole et mise en scène sportive

Le temps des compétitions sportives s’est progressivement étendu et complexifié depuis les premiers Jeux. Les débats ont été nombreux pour intégrer ou rejeter de nouveaux sports olympiques, les performances ont évolué avec le développement du sport, des sciences et des techniques. Le protocole olympique mis en place à partir de l’entre-deux-guerres a permis d’officialiser, d’ordonner et de démarquer les championnats olympiques par des valeurs souvent désuètes, mais efficaces auprès du grand public.

3. Les Jeux et les enjeux

Organiser des Jeux revêt de multiples enjeux pour le Mouvement olympique lui-même, mais aussi pour les villes hôtes et leur pays, la sphère économique, les médias, les milieux sportifs nationaux et internationaux. Les enjeux politiques sont souvent présents dans l’historiographie olympique, mais quels autres enjeux ont pu motiver les acteurs des Jeux ?

4. Les acteurs : publics, participants, organisateurs

Une célébration olympique mobilise un grand nombre de personnes. Si les sportifs sont au centre de l’attention, il ne faudrait pas oublier les rôles centraux des organisateurs, des entraîneurs, des publics, de la Presse, des partenaires privés… Le travail de ces différents acteurs s’étale souvent sur des mois, voire des années, en amont et en aval de la célébration proprement dite.

5. Les espaces de célébration

Les Jeux olympiques ne peuvent se tenir sans espaces spécifiques ; ils ont été plus ou moins adaptés selon les éditions. La qualité des espaces en termes d’architecture, d’urbanisme, d’environnement, etc. est déterminante dans le succès d’une célébration olympique. Les aspects techniques et symboliques de ces espaces seront interrogés dans cette session.

6. Après les Jeux : héritage et impact de la célébration

Depuis sa formation au 19ème siècle, le Mouvement olympique revendique le fait que les Jeux doivent laisser une empreinte. La marque que laissent les Jeux est à la fois matérielle et immatérielle. Chaque Jeux hérite des expériences précédentes et l’ampleur qu’ont pris les célébrations a conduit les organisateurs et le CIO à s’interroger de plus en plus sur les impacts politiques, sociaux, économiques et environnementaux des Jeux.

Il convient de proposer à compter du 1er septembre 2011 et jusqu’au 29 février 2012, un résumé en français ou en anglais comprenant les principales questions, les sources, la méthodologie, les résultats, ainsi que le numéro de la session correspondante. Les résumés anonymés seront soumis au comité scientifique qui validera ou non votre participation.

Instructions pour les résumés :

Le tout en police times 12, interligne simple :

Vous ferez apparaître :

- le titre placé en haut, centré, en gras ;

- le nom des auteurs et leur institution à droite sous le titre, après avoir passé une ligne.

- résumé en français de 250 mots (+/- 10%), justifié.

Le document portera votre nom sous la forme « NOM.prenom.doc » (exemple : MARTIN.jean.doc)

Les auteurs ont la responsabilité de demander les autorisations nécessaires pour la publication des images ou informations soumises à des droits.

Les propositions sont à envoyer jusqu’au 29 février 2012 par courrier électronique en fichiers attachés à l’adresse suivante : carrefour2012@free.fr

Langues pour communiquer : français et anglais

Communications : les interventions orales sont de 20 minutes suivies de 10 minutes de discussion.

 website : http://carrefour2012.free.fr/EN/indexEN.php

Congress email: carrefour2012@free.fr

Personal emails: daphne.bolz@univ-rouen.fr & florence.carpentier1@univ-rouen.fr

Centre webpage: http://www.univ-rouen.fr/23102948/0/fiche_LCETA__pagelibre/

Journées de la SFHU Lyon, 20 et 21 janvier 2012, au Musée Gadagne : « Agrandir la ville : prévoir, administrer et organiser la croissance urbaine »

Depuis l’Antiquité, les administrateurs urbains et les pouvoirs centraux ont eu à gérer la croissance démographique et spatiale des villes. Pour les prochaines journées de la SFHU, à l’occasion du centenaire de la création par la municipalité lyonnaise d’une « Commission du plan d’extension », qui fut un des premiers actes de l’ « urbanisme » du XXe siècle, nous nous intéresserons aux façons dont l’agrandissement urbain a pu être prévu, affronté et administré. En effet, si le XXe siècle a été marqué par des tentatives de résoudre la « crise » des « villes tentaculaires » issues de la Révolution industrielle ou du « sprawl » suburbain dans les pays anglo-saxons, l’enjeu de l’extension urbaine a beaucoup évolué au fil des siècles, liant rapports sociaux, politiques urbaines et organisation du territoire (B. Lepetit).

Les autorités civiques ou monarchiques de l’Antiquité ont pu être confrontées, déjà, à des phénomènes de croissance spectaculaires, avec des agglomérations regroupant jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’habitants, donnant parfois « à l’observateur l’impression d’une ville qui se prolonge à l’infini » (Denys d’Halicarnasse, à propos de Rome). Alors que les données textuelles nous renseignent finalement assez peu sur les fondements théoriques, juridiques ou administratifs et les modalités et les limites de l’intervention des pouvoirs publics, l’apport de l’enquête archéologique peut se révéler décisif pour aider à la reconstitution des pratiques, des enjeux et des effets des tentatives d’accompagnement ou d’encadrement de la croissance spatiale des villes.

Après une période de désurbanisation qui s’accompagne, dans certains cas, d’une suburbanisation et d’une périurbanisation, l’Europe occidentale tout entière connaît entre le XIe et le début du XIVe siècle une croissance urbaine spectaculaire. Celle-ci se produit par étapes successives et adopte des formes très variées dont les schémas directeurs primitifs s’obscurcissent au cours du temps mais peuvent se réduire à trois types généraux : un concentrique, un bipolaire et un autre polynucléaire. Des bourgs, pas toujours marchands, et quelquefois planifiés comme, par exemple, les locationes de l’Europe centrale et orientale, se développent extra-muros. Dans la majorité des cas, ils vont être progressivement intégrés à la cité par la construction d’une muraille commune. Les autorités urbaines, au nom du « bien commun », vont administrer, protéger, contrôler et ponctionner leurs habitants comme le reste de la population de la ville.

L’époque moderne est celle d’un « urbanisme frôleur » (E. Le Roy Ladurie) qui travaille aux marges du centre ancien, qu’il s’agisse de créer de nouvelles places, d’aérer la ville par des percées ou de détruire les remparts qui enserraient le noyau médiéval, en liaison avec de nouveaux besoins (santé, confort…) et de nouvelles conceptions de la ville, élogieuses (la ville, multiplicateur économique) ou critiques (la ville lieu du gaspillage, du désordre et du vice). En dépit des pesanteurs du passé, l’extension du bâti modifie la configuration d’ensemble, que ce soit d’un point de vue urbain, social ou économique. Trois notions phares semblent commander les mutations urbaines, tant matérielles que conceptuelles : l’urbanité, la rationalité, la fonctionnalité (J.-Cl. Perrot). Mais de multiples instances administratives interviennent dans le contrôle de l’espace bâti : bureau des finances, parlement, municipalité, conseil du roi… Elles se superposent, se chevauchent, s’entremêlent et surtout entretiennent d’incessantes rivalités. Comment interpréter cette confusion apparente qui contraste avec les discours sur la ville fonctionnelle, et la progression rationnelle dans les aménagements ? Les changements de la forme urbaine (réalisations de prestige, plans d’alignement des rues, nouveaux quartiers, développement des faubourgs…) ne vont pas de soi ; l’aspect spectaculaire des affrontements entre municipalité et pouvoir royal ne doit pas faire oublier que la gestion quotidienne de l’espace urbain engendre elle aussi des tensions, les particuliers considérant le réseau viaire davantage comme une annexe de leurs propres habitations que relevant du domaine public. De multiples réaménagements individuels, disséminés dans l’espace, désordonnés dans le temps, modifient en permanence le bâti urbain (L. Teisseyre-Sallmann).

Enfin, l’industrialisation amène de nouveaux défis : comment gérer des faubourgs perçus comme dangereux, sur le plan sanitaire, civique et politique, comment adapter les structures existantes, telles l’octroi et la police municipale ?
L’agrandissement de la ville a pu donner lieu, en Europe, à diverses formules administratives : l’annexion, souvent pratiquée en Allemagne dès la fin du XIXe siècle ; l’intercommunalité et la mise en commun de certains services édilitaires ; la planification d’opérations de grande envergure par un pouvoir fort, en particulier durant les Trente Glorieuses.
À l’heure où les villes occidentales cherchent à se densifier dans le cadre des politiques de développement urbain durable, mais où certaines doivent affronter des phénomènes de « rétrécissement » – à l’image de Detroit -, on confrontera ce panorama historique à un point de vue actuel sur les agrandissements spectaculaires des mégapoles des pays émergents, de Mexico à Lagos, du Caire à Mumbai.

Natacha Coquery, Stéphane Frioux, Jean-Pierre Guilhembet, Denis Menjot

Les propositions de communication (un résumé de 400 mots) sont à adresser à Stéphane Frioux à l'adresse suivante : stephanefrioux@yahoo.fr

Journées de la SFHU Lyon, 20 et 21 janvier 2012, au Musée Gadagne : "Agrandir la ville : prévoir, administrer et organiser la croissance urbaine"

Depuis l'Antiquité, les administrateurs urbains et les pouvoirs centraux ont eu à gérer la croissance démographique et spatiale des villes. Pour les prochaines journées de la SFHU, à l'occasion du centenaire de la création par la municipalité lyonnaise d'une « Commission du plan d'extension », qui fut un des premiers actes de l' « urbanisme » du XXe siècle, nous nous intéresserons aux façons dont l'agrandissement urbain a pu être prévu, affronté et administré. En effet, si le XXe siècle a été marqué par des tentatives de résoudre la « crise » des « villes tentaculaires » issues de la Révolution industrielle ou du « sprawl » suburbain dans les pays anglo-saxons, l'enjeu de l'extension urbaine a beaucoup évolué au fil des siècles, liant rapports sociaux, politiques urbaines et organisation du territoire (B. Lepetit).

Les autorités civiques ou monarchiques de l’Antiquité ont pu être confrontées, déjà, à des phénomènes de croissance spectaculaires, avec des agglomérations regroupant jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’habitants, donnant parfois « à l’observateur l’impression d’une ville qui se prolonge à l’infini » (Denys d’Halicarnasse, à propos de Rome). Alors que les données textuelles nous renseignent finalement assez peu sur les fondements théoriques, juridiques ou administratifs et les modalités et les limites de l’intervention des pouvoirs publics, l’apport de l’enquête archéologique peut se révéler décisif pour aider à la reconstitution des pratiques, des enjeux et des effets des tentatives d’accompagnement ou d’encadrement de la croissance spatiale des villes.

Après une période de désurbanisation qui s’accompagne, dans certains cas, d’une suburbanisation et d’une périurbanisation, l’Europe occidentale tout entière connaît entre le XIe et le début du XIVe siècle une croissance urbaine spectaculaire. Celle-ci se produit par étapes successives et adopte des formes très variées dont les schémas directeurs primitifs s’obscurcissent au cours du temps mais peuvent se réduire à trois types généraux : un concentrique, un bipolaire et un autre polynucléaire. Des bourgs, pas toujours marchands, et quelquefois planifiés comme, par exemple, les locationes de l’Europe centrale et orientale, se développent extra-muros. Dans la majorité des cas, ils vont être progressivement intégrés à la cité par la construction d’une muraille commune. Les autorités urbaines, au nom du « bien commun », vont administrer, protéger, contrôler et ponctionner leurs habitants comme le reste de la population de la ville.

L'époque moderne est celle d'un « urbanisme frôleur » (E. Le Roy Ladurie) qui travaille aux marges du centre ancien, qu'il s'agisse de créer de nouvelles places, d'aérer la ville par des percées ou de détruire les remparts qui enserraient le noyau médiéval, en liaison avec de nouveaux besoins (santé, confort...) et de nouvelles conceptions de la ville, élogieuses (la ville, multiplicateur économique) ou critiques (la ville lieu du gaspillage, du désordre et du vice). En dépit des pesanteurs du passé, l’extension du bâti modifie la configuration d’ensemble, que ce soit d’un point de vue urbain, social ou économique. Trois notions phares semblent commander les mutations urbaines, tant matérielles que conceptuelles : l'urbanité, la rationalité, la fonctionnalité (J.-Cl. Perrot). Mais de multiples instances administratives interviennent dans le contrôle de l’espace bâti : bureau des finances, parlement, municipalité, conseil du roi… Elles se superposent, se chevauchent, s'entremêlent et surtout entretiennent d'incessantes rivalités. Comment interpréter cette confusion apparente qui contraste avec les discours sur la ville fonctionnelle, et la progression rationnelle dans les aménagements ? Les changements de la forme urbaine (réalisations de prestige, plans d'alignement des rues, nouveaux quartiers, développement des faubourgs…) ne vont pas de soi ; l’aspect spectaculaire des affrontements entre municipalité et pouvoir royal ne doit pas faire oublier que la gestion quotidienne de l’espace urbain engendre elle aussi des tensions, les particuliers considérant le réseau viaire davantage comme une annexe de leurs propres habitations que relevant du domaine public. De multiples réaménagements individuels, disséminés dans l’espace, désordonnés dans le temps, modifient en permanence le bâti urbain (L. Teisseyre-Sallmann).

Enfin, l'industrialisation amène de nouveaux défis : comment gérer des faubourgs perçus comme dangereux, sur le plan sanitaire, civique et politique, comment adapter les structures existantes, telles l'octroi et la police municipale ?
L'agrandissement de la ville a pu donner lieu, en Europe, à diverses formules administratives : l'annexion, souvent pratiquée en Allemagne dès la fin du XIXe siècle ; l'intercommunalité et la mise en commun de certains services édilitaires ; la planification d'opérations de grande envergure par un pouvoir fort, en particulier durant les Trente Glorieuses.
À l'heure où les villes occidentales cherchent à se densifier dans le cadre des politiques de développement urbain durable, mais où certaines doivent affronter des phénomènes de « rétrécissement » - à l'image de Detroit -, on confrontera ce panorama historique à un point de vue actuel sur les agrandissements spectaculaires des mégapoles des pays émergents, de Mexico à Lagos, du Caire à Mumbai.

Natacha Coquery, Stéphane Frioux, Jean-Pierre Guilhembet, Denis Menjot

CR Pascale Ballet, Nadine Dieudonné-Glad, Catherine Saliou (dir.), La rue dans l'Antiquité : définition, aménagement et devenir, de l'Orient méditerranéen à la Gaule. (Lorraine Garnier)

Pascale Ballet, Nadine Dieudonné-Glad, Catherine Saliou (dir.), La rue dans l'Antiquité : définition, aménagement et devenir, de l'Orient méditerranéen à la Gaule. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 361 p. (Lorraine Garnier)

Les 37 contributions de ce colloque, organisé à Poitiers par l'équipe HeRMA (Hellénisation
et Romanisation dans le Monde Antique), se proposent d'étudier la rue antique, afin de comprendre
cet élément essentiel de l'espace urbain, les modalités de sa mise en place, de son aménagement, de
son utilisation et de son évolution. La recherche récente, depuis le début des années 1990,
témoigne de l'intérêt porté à la rue antique et à ses composantes ; cet intérêt s'est focalisé
notamment sur les rues et les aménagements viaires de Pompéi, des trottoirs aux châteaux d'eau de
quartier en passant par les banquettes de façade et les autels de carrefour1, tandis qu'hors de l'Italie,
les rues sont finalement assez peu l'objet d'études spécifiques. Il s'agit ici de proposer une analyse
du phénomène viaire dans l'Antiquité et de son rôle dans les schémas urbains, avec un éclairage
particulier sur la Gaule et le Proche-Orient. À l'inverse du colloque « Rencontres de la rue »
organisé à Rouen en 19942, qui envisageait la rue, de l'Antiquité à nos jours, comme lieu de
sociabilité, la rue est ici étudiée avant tout « comme espace concret et comme espace construit »
(p.7). La diversité des approches proposées permet de multiplier les points de vue et de croiser les
regards sur la rue et ses aménagements : les sources littéraires et juridiques, l'archéologie dans ses
différentes dimensions, les travaux sur l'architecture et la topographie urbaines sont sollicités pour
participer à l'élaboration d'une réflexion sur le fait viaire. Les périodes hellénistique et impériale
constituent le cadre chronologique de départ, mais c'est l'Antiquité dans son ensemble et même les
périodes postérieures qui sont prises en compte, afin de saisir les évolutions de la rue sur le long
terme. Après quelques pages d'introduction présentant les enjeux et les axes de réflexion du
colloque, les communications se répartissent en deux ensembles : une partie « Approches », qui se
veut plus méthodologique et une partie « Études de cas », qui présente des exemples concrets
permettant d'illustrer et d'enrichir la réflexion3.
On ne peut éluder dans une telle étude les questions de définition et de vocabulaire, qui sont
essentielles et figurent ici en bonne place. Cela nécessite d'étudier et d'analyser les mots eux mêmes
: c'est l'objet de la communication de J. Du Bouchet sur les noms de la rue en grec ancien et
leur signification (il aurait d'ailleurs été intéressant de disposer d'une étude équivalente pour les
noms latins). Il faut également s’interroger sur la pertinence et la validité du vocabulaire et des
notions utilisés dans les études sur la rue. Plusieurs communications soulignent ainsi l’inadaptation du vocabulaire utilisé traditionnellement dans les études du schéma viaire des villes de l’Occident
romain pour décrire celui des villes d’Orient. P. Ballet souligne ainsi le fait que les larges rues
bordées de colonnades ou de portiques des villes d'Égypte, comme Antinoopolis par exemple,
appartiennent à la catégorie des plateiai et ne correspondent pas au schéma cardo / decumanus
habituellement utilisé pour les villes d’Occident. Le recours à un tel vocabulaire, qui renvoie à un
modèle occidental, occulte les spécificités du réseau viaire des villes orientales, dont l'étude a
longtemps été subordonnée à la comparaison avec les voies romaines. Les notions de « public » et
de « privé », souvent utilisées dans l'étude des rues et de leurs relations avec les espaces
environnants, sont également à employer avec précaution, dans la mesure où elles n'ont pas
exactement, dans les sources antiques, qu'elles soient grecques ou latines, le sens qu'on leur donne
aujourd'hui. D'où l’importance, plusieurs fois rappelée, d’une réflexion sur les termes utilisés et sur
leur adéquation aux réalités archéologiques observables.
S'y ajoutent également des analyses des conceptions et des représentations de la rue, non
seulement dans les textes antiques, grecs et latins, mais également dans l’histoire des études
modernes et contemporaines. P.-A. Broder, à propos de la rue dans les sources grecques anciennes,
montre ainsi qu'avant l’époque hellénistique, celle-ci apparaît rarement pour elle-même dans les
sources, elle reste avant tout un interstice ; c'est à partir de l’époque hellénistique que la rue est
véritablement pensée comme un espace vécu. H. Dessales revient, à travers le cas pompéien, sur la
constitution progressive de la rue comme objet d’étude et de connaissance. Quasiment absente des
premiers rapports de fouilles, la rue est peu à peu placée au premier plan de l'archéologie urbaine.
À partir du début du XIXe siècle, elle est envisagée comme élément constitutif d'un paysage urbain
qui commence à faire l'objet d'études scientifiques par des architectes-topographes. La deuxième
moitié du XIXe et le début du XXe siècle, sous l'impulsion notamment des Surintendants G. Fiorelli
et V. Spinazzola, voient croître l'intérêt pour la rue en elle-même : celle-ci acquiert dès lors une
fonction active et devient une clé de lecture de la ville entière, un élément essentiel des études sur
l'architecture et l'urbanisme antiques.
L’histoire et l’évolution de la rue sont au coeur de ce colloque. Les communications sur les
villes de Lycie, sur les sites de Lyon, Autun, Annecy ou Javols s'attachent à montrer l'évolution du
système viaire de ces cités durant l'Antiquité. D'autres sortent du cadre chronologique de départ
afin d’envisager l’espace de la rue dans la (très) longue durée. Si l’on manque de données
permettant d’analyser véritablement la genèse de la rue, l’étude des premières rues connues, celles
du IVe millénaire, au Moyen-Orient, présentée par J.-C. Margueron et B. Muller, montre que la rue
joue un rôle essentiel dans la formation de la ville. L’élaboration d’un réseau viaire organisé, la
définition des espaces, précèdent la construction effective de la ville. La rue est un élément
créateur, organisateur de l’espace urbain, et elle permet son fonctionnement. À l’autre bout de
l’échelle chronologique se trouve la question de la survivance du tracé des rues antiques dans les
villes aux époques postérieures. Cette question fait dans l’ouvrage l’objet à la fois d’une réflexion
générale (dans les contributions de P. Pinon et B. Gauthiez) et d’illustrations par des exemples
particuliers qui permettent d’envisager la diversité des situations, à travers les cas d'Orléans,
Bourges, Chartres, Angers, Sagalassos ou encore des agglomérations secondaires de la région
Centre. Si la « loi de persistance du plan » énoncée par P. Lavedan en 1926 continue de faire débat,
il apparaît que le niveau de perduration des rues antiques est très variable, de la permanence de
certains tracés (ce qui reste néanmoins l’exception) à l’effacement complet, en passant par
l’assouplissement du tracé. Les facteurs qui peuvent être invoqués pour expliquer la permanence
ou la disparition des rues sont nombreux, mais il est parfois difficile de les identifier précisément
pour chaque cas particulier. Dans un contexte général de désurbanisation, il semble que la fonction
et le statut d’une ville à la fin de l’Antiquité jouent un rôle décisif pour sa conservation : à Orléans
par exemple, la présence précoce d’un évêque (vers 350) pourrait être une piste pertinente pour
expliquer le maintien des axes majeurs mis en place à l'époque romaine, le nouveau pouvoir
s'appuyant sur le schéma viaire existant et le « fixant » au travers de ses différentes constructions. L'implication de l'autorité publique dans l'élaboration, la construction et la préservation ou
la modification du réseau viaire est à n'en pas douter très forte, comme le soulignent de
nombreuses contributions portant aussi bien sur les grandes villes du Proche-Orient que sur les
chefs-lieux des cités gallo-romaines. L'élaboration du réseau viaire et de ses aménagements
nécessite une autorité qui décide et qui gère les questions liées à l'infrastructure urbaine. Cette
question de l'initiative de la construction des rues, de l'intervention publique en ce domaine, est
indissociable de celle du statut de la rue et de ses aménagements, question essentielle sur laquelle
les sources ne sont pas toujours très claires. Un grand nombre de communications s'attachent ainsi
à une réflexion sur le statut de la rue, qui est l'un des thèmes majeurs de ce colloque. Cette question
est envisagée aussi bien à travers les sources écrites qu'à travers les vestiges archéologiques. Si les
sources grecques classiques, analysées par P.-A. Broder, laissent apparaître qu'au IVe siècle avant
J.-C. les rues d'Athènes sont des voies publiques, elles témoignent aussi et surtout du fait que la rue
grecque, finalement peu présente dans les textes, n'est pas une catégorie juridique en tant que telle :
les sources font la distinction entre les voies de l'asty et celles de la chôra, car ce sont là les
catégories intellectuelles et juridiques dominantes. L'étude menée par C. Saliou de la rue dans le
droit romain classique montre que des textes juridiques, ou plutôt jurisprudentiels, romains se
dégagent deux définitions complémentaires de la rue : celle-ci apparaît à la fois comme lieu de
passage et comme catégorie spécifique d'espace public. Mais la définition du statut juridique d'une
rue romaine est complexe ; l'identification de l'aménageur ou du propriétaire du sol y joue un rôle
essentiel. Ainsi, des inscriptions retrouvées à Rome mentionnant des chemins appartenant à M.
Agrippa ou à Flavius Sabinus conduisent à s'interroger sur l'existence, même en ville, de chemins
privés, question que les sources ne permettent pas de trancher. Dans la même perspective, G.
Marouard s'interroge sur les passages d'accès ménagés au sein des îlots d'habitations dans les
villages du Fayoum : le statut de ce réseau de ruelles en impasse, privatif ou collectif, reste très
incertain, à la jonction entre espace public et espace domestique.
Ces réflexions sur le statut de la rue englobent ainsi un certain nombre d'interrogations.
Parmi ces questions figure celle de l'identification du caractère individuel ou collectif d'un projet,
de sa réalisation, de son entretien et de ses usages, de l'identification, en fait, des acteurs qui entrent
en jeu. Si, comme de nombreuses contributions le soulignent, la puissance publique décide de
l'organisation du réseau viaire, il existe peut-être néanmoins, même en contexte urbain, des
chemins privés. L'aménagement des rues, réalisé de manière continue ou fractionnée, sur une durée
plus ou moins longue et avec un financement public ou évergétique, peut se faire selon les cas en
suivant des normes strictes fixées à l'avance, comme le montre M. Tabaczek à propos des rues à
colonnades au Proche-Orient, ou en laissant une marge de liberté plus ou moins importante à ceux
qui sont chargés de la réalisation concrète du projet, comme le souligne G. Alberti dans son étude
des portiques de façade dans quelques agglomérations de Gaule Belgique et des Germanies.
L'entretien semble être, dans le droit romain, à la charge des riverains, ce qui laisse envisager une
certaine dépendance de la rue par rapport aux parcelles riveraines. Pour G. Le Cloirec, dans les
chefs-lieux de la péninsule armoricaine, les riverains doivent en effet avoir des obligations
concernant l'entretien des espaces situés entre la chaussée et les façades des maisons, ce qui peut
d'ailleurs aboutir à la récupération de ces surfaces au profit des propriétaires particuliers. Quant aux
usages qui sont faits de la rue et surtout de ses aménagements, ils sont à l'image de cette interaction
des acteurs et des interventions. Espace de circulation accessible à tous, les trottoirs peuvent aussi
servir d'« annexe » aux édifices qui les bordent ou être utilisés pour l'aménagement de
constructions domestiques à vocation utilitaire, comme dans les villages du Fayoum où ils sont
partiellement occupés par des installations de protection des façades des maisons contre l'érosion et
l'ensablement. De la même manière, G. Alberti montre que les portiques de façade, espace piéton
rattaché à la rue, peuvent être utilisés par les riverains comme espace de vente ou de travail élargi
ou comme support à la construction d'un étage. Les rues à colonnades, caractéristiques du Proche-
Orient, peuvent être un lieu d'affichage du prestige de tel évergète ayant participé à leur financement ou être un élément de promotion de la cité aux yeux de ses visiteurs ou de ses
habitants, comme à Sagalassos. La question du rapport entre l'individuel et le collectif, entre le
« privé » et le « public » est ainsi une constante des études sur la rue et l'on saisit à travers les
différentes communications de cet ouvrage l'interaction qui s'établit autour de cet espace, selon des
modalités et à des degrés divers en fonction des lieux et des moments.
Enfin, ce colloque nous montre la rue comme espace concret et vécu, à travers ses
aménagements et ses fonctions. La rue a une importance vitale pour la ville, pour l'espace urbain,
dont elle permet en quelque sorte le fonctionnement. Elle rend possible la circulation des hommes
et des produits (c'est d'ailleurs cette exigence qui semble avoir guidé en premier lieu
l'ordonnancement des rues du bourg byzantin de Kfar Samir), l'écoulement et l'évacuation des eaux
de pluie et des eaux usées (par le biais de l'aménagement de caniveaux ou de « chaussées
absorbantes » comme à Mari et à Emar), l'apport de lumière et d’air aux habitations,
l'approvisionnement en eau potable (via les fontaines et les réseaux de canalisations)... Elle assure
également la liaison entre les différents espaces de la ville, à l'image de celle qui, franchissant le
Rhône, relie le quartier de Saint-Romain-en-Gal au coeur de la Vienne antique. À ces aspects
pratiques s'ajoutent de multiples fonctions, assumées par les axes principaux des cités. Une part
importante de la vie publique de la cité se déroule dans la rue : des processions et fêtes religieuses
dans les villes romaines à la cérémonie du triomphe à Rome, la rue est le théâtre d'événements
majeurs impliquant l'ensemble de la cité et qui ont une incidence sur son aménagement même,
comme en témoigne la présence de gradins le long de certaines rues, interprétés comme des
aménagements destinés au public de ces événements. Elle est aussi le lieu d'activités sociales
(promenade, rencontre...) et commerciales multiples. La rue est un élément essentiel du paysage
urbain : que ses aménagements aient un caractère plutôt fonctionnel (comme les lacus de Pompéi
ou les portiques des cités armoricaines) ou décoratif et symbolique (comme les nymphées de
Sagalassos, les colonnades des rues de Gerasa, les groupes statuaires associés aux portiques ou aux
fontaines), ils participent, à des degrés divers, à la scénographie et au décor urbain, à la mise en
scène de la cité dans la rue. Les rues jouent en effet un rôle essentiel dans la formation de l’image
de la ville, non seulement au niveau du paysage urbain mais également au niveau de la
construction de l’identité urbaine. La rue à colonnade de Petra par exemple, simple axe de
circulation à fonction utilitaire à la période nabatéenne, est monumentalisée et devient l'un des
espaces principaux de la cité à l'époque romaine : cela symbolise le nouveau statut de métropole
romaine de la ville et l'accès au prestige qu'il représente.
La question de la hiérarchisation est également mise en avant et les études de cas font
apparaître différents critères permettant de classer les rues. La hiérarchie des rues au sein d'un
réseau viaire n'est pas uniquement une question de largeur de chaussée et bien d'autres critères
entrent en jeu : la fonction de la rue dans la trame urbaine, son importance dans le quartier qu'elle
traverse, son niveau d'équipement, la qualité de ses aménagements, sa pérennité et sa résistance
aux empiètements au cours du temps sont autant d'indices permettant de hiérarchiser un réseau
urbain et proposer une classification des rues. L'étude de l'aménagement des rues et de leur parure
monumentale éventuelle peut par ailleurs conduire à réévaluer l'importance de certains axes au sein
d'une agglomération, voire de certains sites dans leur ensemble. C'est le cas par exemple de
Rauranum : malgré le caractère apparemment secondaire de l'agglomération, sur la route de
Poitiers à Saintes, les fouilles ont montré l'existence d'un réseau viaire bien développé et
d'aménagements importants le long des rues principales. La question de la hiérarchie ne concerne
pas seulement les réseaux de rues propres à chaque cité : les contributions permettent également
d'envisager, au sein des régions étudiées, une hiérarchie des agglomérations, en fonction des
réseaux viaires et de leurs équipements.
Il faut pour terminer souligner les apports méthodologiques de ce colloque qui, à travers la diversité des approches qu'il propose, favorise la confrontation des données et des situations.
L'insistance sur les méthodes, qu'il s'agisse des questions de vocabulaire ou de l'analyse des
données archéologiques, concourt à l'élaboration de critères d'analyse du fait viaire dans
l'Antiquité. Elle conduit également à la remise en question d'interprétations qui s'avèrent (en partie)
inexactes – en ce qui concerne les rues de Gerasa par exemple, dont J. Seigne montre que l'unité
supposée n'est en réalité qu'apparente – ou à la réévaluation de l'importance de certains sites –
comme celui de Barzan en Charente-Maritime, où les prospections géophysiques et les sondages
archéologiques ont révélé l'existence d'un réseau viaire d'une complexité non soupçonnée
auparavant. La rue est un espace à géométrie variable, que les différentes contributions et la variété
des approches nous permettent de saisir à travers de multiples facettes. Elle est aussi un reflet de
l'évolution du site dont elle dépend et à ce titre permet de mieux en connaître l'histoire. Ainsi, à
Lyon, les modifications que connaît le réseau viaire entre la fondation de la colonie et le début du
IIe siècle renvoient-elles à des programmes d'urbanisme visant au réaménagement de l'espace
urbain et à la mise en place d'un nouvel équipement, plus développé. Il faut par ailleurs mettre en
avant la richesse de la documentation graphique, des photographies aux restitutions en passant par
les plans et les dessins, qui vient éclairer et enrichir les propos. On peut regretter la rareté, voire
l'absence, d'exemples issus de certaines provinces, comme l'Afrique du Nord ou la péninsule
ibérique et le traitement parfois rapide de certaines vastes questions, imposé par le « format » du
colloque. Mais la réunion de toutes ces communications dans un ouvrage, outre l'intérêt propre des
réflexions proposées et des connaissances apportées sur les villes de la Gaule et du Proche-Orient,
présente aussi celui d'offrir des possibilités de mise en parallèle pour confronter les situations,
dégager des ressemblances ou des différences, susciter des interrogations à vocation comparatiste.
On pourrait ainsi envisager des questionnements sur des phénomènes de compétition et
d'émulation entre cités qui feraient entrer en jeu les réseaux viaires, sur des phénomènes d'imitation
ou d'innovation d'une ville à l'autre, sur la place et le rôle de l'équipement viaire dans les relations
et la rivalité éventuelle entre agglomérations, sur l'existence possible, à différentes échelles, de
modèles et de références ; autant de réflexions faisant apparaître, comme il nous a été donné à voir
dans les actes de ce colloque, l'importance de la rue dans les schémas urbains.

CR Gruet, Brice : La rue à Rome, miroir de la ville. Entre l'émotion et la norme (Laurent Coudroy de Lille)

Gruet, Brice : La rue à Rome, miroir de la ville. Entre l'émotion et la norme, Presses universitaires de Paris-La Sorbonne, 2006, 557 p. (Laurent Coudroy de Lille)

Il n'est pas habituel de rendre-compte ici des « beaux livres ». Or c'est ainsi que se présente
l'ouvrage spectaculaire que Brice Gruet a tiré de sa thèse sur la rue à Rome. Cette magnifique base
de données iconographiques n'oublie rien dans les représentations existantes : plans, photos,
peintures, relevés cartographiques... Mais il s'agit aussi et surtout une enquête documentaire et d'une
réflexion au long cours sur ce sujet aux aspects multiples. Intellectuellement, l'entreprise est d'une
grande ambition : la rue romaine, ou plutôt ses représentations, est étudiée à travers toutes les
époques de l'histoire, sous tous ses aspects, dans un jeu de miroir avec la ville elle-même et d'autres
notions elles aussi utilisées pour leur dimension « représentationnelles » : le plan, la forme, le
paysage etc. L'exposé est globalement chronologique, même si les temporalités longues sont très
présentes. La bibliographie est foisonnante, mais aussi très diversifiée par ses époques et son
caractère transdisciplinaire.
Dans cette masse parfois un peu trop abondante et proliférante, de nombreux passages sont
vraiment intéressants. Ceux portant sur l'Antiquité dans les premières parties sont originaux, par les
rapprochements qu'ils opèrent : l'immeuble et la rue, la forme et le plan, le monument et
l'environnement, les rythmes et les usages... « La ville change comme changent les représentations
que les hommes s'en font (…) la sensibilité esthétique romaine intégrait ville et campagne en un
seul mouvement » (p. 161); c'est ainsi que Brice Gruet nous amène à appréhender son objet. Les
considérations sémantiques ou sur la nature de la cartographie ancienne synthétisent et
« dépoussièrent » vaillamment d'importants dossiers documentaires préexistants. Des études
particulières portent sur certaines sources comme la forma urbis, le plan-cadastre de marbre de
l'Urbs élaboré sous Auguste, ou les itinéraires ritualisés (entrées, processions, carnavals...) à
l'époque baroque; et constituent des apports significatifs. On apprend beaucoup, et on adhère
volontiers à la méthode généreuse consistant à multiplier les observations croisées, en jouant
beaucoup sur ce que sont les représentations mentales et imagées. La seconde partie consacrée aux
« usages de la rue » est sans doute la plus complexe, puisqu'elle tente d'identifier ce qui change
vraiment dans un temps long allant de l'Antiquité tardive à la Renaissance. Le sujet n'est pas le
Moyen-âge romain, mais les grandes continuités qui s'établissent entre le millénaire antique et le
second de notre ère. Rome est bien la ville des pérennités.
La question de la norme et de la rationalité traverse tout l'ouvrage et semble avoir été l'orientation
primitive de la recherche de thèse. On la retrouve ici très présente, à la fois comme cadre d'analyse
des systèmes de représentations, et comme problématique dominante d'une histoire urbaine qui
recherche des « régularités dans le changement »: en fabricant l'espace social, la norme et la rue
constituent une des dialectiques « essentielles » de cet ouvrage. Pour le XIXe siècle, on regrette
l'analyse un peu trop rapide des plans régulateurs et autres productions cartographiques
contemporaines : pourquoi ne pas porter sur elles le même regard « complexe » que celui qui est
porté sur les images et cartes des périodes antérieures ? Il ne suffit pas de condamner le scientisme
de l'époque (p. 431) pour évacuer le sujet. L'auteur, qui emprunte certaines de ses références à
l'histoire de l'art, aurait pu aller plus loin dans l'expérience de décryptage de l'imagerie
contemporaine. Les historiens savent bien aussi que pour maîtriser les effets kaléidoscopiques
produits par le simple jeu des représentations, il faut aussi traiter ces sources en corpus. Cela aurait
amené par exemple à mettre en relations les scénographies de Rome avec d'autres de l'âge classique,
ou encore les photos prises par les urbanistes « régulateurs » de la fin du XIXe siècle avec celles
d'autres capitales en cours de réforme. Ce qui est dit dans ces pages-ci ne relève pas spécifiquement
de la rue romaine, mais de l'imagerie occidentale de la ville. Parfois, Brice Gruet aime trop son sujet
– et sa ville – pour mettre certaines de ses trouvailles à leur juste place.
Il faut noter que les morceaux de bravoure sont moins nombreux au fur et à mesure que le lecteur
avance dans cette matière. Peut-être les sources de l'époque contemporaine sont-elles tropfoisonnantes pour être dominées, ou du moins traitées de façon aussi intéressante. On notera aussi le
ton un peu nostalgique (« Un douloureux sentiment de perte ») des derniers chapitres, tendant à
réduire le XXe siècle à la question de l'irruption automobile et de la « patrimonialisation » de
l'espace urbain. La rue, à Rome et dans les autres villes, reste un enjeu plus diversifié que cela, et on
regrette un peu le systématisme des oppositions qui tendent à s'accuser au fil des pages. Sur le plan
de l'analyse, l'enjeu esthétique prend le pas sur d'autres, plus réflexifs. Mais après tout, Le Corbusier
et son « chemin des ânes » n'était-il pas cité à l'entrée de cette longue traversée ?
A cet endroit, Brice Gruet est-il dominé par son sujet ? Certes la rue romaine ne peut être traitée
comme n'importe quelle autre, compte tenu de son histoire accumulée; elle est certainement l'un des
palimpsestes, au sens ou l'entend André Corboz (étonnamment absent des références données), les
plus intéressants de l'espace humanisé : « Quelle mémoire charrient ces rues ! » (p. 23). On
s'aperçoit alors que la rue à laquelle renvoie tout cet ouvrage est précisément celle du centre de
Rome, avec sans doute les grands départs des anciennes voies impériales. On comprend enfin que
l'essence même de cet ouvrage est sa portée rétrospective. Son intérêt « historique » et d'oser porter
un regard assumant sa contemporanéité sur la rue et sur la ville des temps anciens et des temps
longs. Par moment, ce livre est un peu trop sophistiqué et dense pour pouvoir être digéré, un autre
défaut étant la récurrence des questionnements « fondamentaux » : « Mais que doit-on choisir,
privilégier pour décrire une ville ? » nous dit l'auteur... alors que son propos se déploie déjà sur 300
pages... Ou encore : « La définition de la ville « véritable » ou encore de la bonne et belle ville est
liée à la définition, ou encore à la configuration de la rue elle-même » (p. 443)... Ces généralités
s’emboîtent, et parfois se confondent, avec celles que l'on trouve souvent sur la « ville » comme
objet total, permettant de tout dire. Mais les mots de la conclusion sonnent juste en ce qu'ils
renvoient le sujet aux questions environnementales ou patrimoniales contemporaines.
Que trouvera l'histoire urbaine dans cet ouvrage ? Tout d'abord, une formidable matière
documentaire et factuelle. Ensuite la hardiesse d'une démarche qui choisit la rue comme un
invariant pour étudier la ville à travers ses représentations. Enfin, l'aventure d'une démarche très
personnelle multipliant les hybridations intellectuelles et problématisations croisées. La méditation
savante de Brice Gruet sur Rome s'impose comme une entreprise forte, riche et généreuse la fois.

Le n° 30 d'Histoire Urbaine est paru

Histoire Urbaine

n°30 - Avril 2011

Dossier préparé par Natacha Coquery : “Ville, consommation, exotisme dans l'Europe atlantique, XVe-XVIIIe siècle”

Natacha COQUERY

“La diffusion des biens à l'époque moderne : une histoire connectée de la consommation”

Peter STABEL

“"Le goût pour l’Orient". Demande cosmopolite et objets de luxe à Bruges à la fin du Moyen Âge”

Laura VAN AERT

“Vendre l’exotique au quotidien. L'implantation urbaine des magasins de produits coloniaux (tabac, thé, café et coton). Anvers au XVIIIe siècle”

Thierry ALLAIN

“La ville, la consommation et l'exotisme. Exotisme et déclin dans la ville portuaire d'Enkhuizen au XVIIIe siècle”

Laure PINEAU-DEFOIS

“Sphères d’approvisionnement. Grands négociants

nantais en denrées d'exportation (fin XVIIIe siècle)”

Eugénie MARGOLINE-PLOT

“Les circuits parallèles des toiles de l’Océan Indien à Lorient au XVIIIe siècle”

Jon STOBART

“Sucre et épices. Achat de produits exotiques au XVIIIe siècle

en Angleterre”

Sources

Laurence JEAN-MARIE

“La coutume de la prévôté de Caen". Une définition des règles de prélèvement des taxes sur le commerce”