HyperCities geohistorical visualization of Rhodri Windsor Liscombe’s pape

Annonce des éditeurs de "Urban History": 

The Editors of Urban History <http://cup.msgfocus.com/c/158V8pfVhLhH7kgpls>  are pleased to announce the release of their latest multimedia companion. It is a HyperCities geohistorical visualization of Rhodri Windsor Liscombe’s paper, which contains links to the original article. This interactive resource presents a selection of the chiefly visual discourse of planning in Vancouver 1945-1965. While concentrating on the Reconstruction era, the archival materials included begin with the picturing and imagining of the city during the 1920s.  You can freely access both the article and multimedia companion until 31st October 2011 here <http://cup.msgfocus.com/c/158V8Ougdz64ov0I8f> . Online subscribers get complete access to all current Urban History content, the entire multimedia material collection <http://cup.msgfocus.com/c/158V9dIB9mUrFFL0V2>  and the online bibliography, so if your library doesn't already subscribe recommend <http://cup.msgfocus.com/c/158V9CWW5aIOWQvjHP>  Urban History to your librarian today. 


"Jean-Eudes Roullier : Un pionnier des politiques de l’espace urbain", Textes réunis par Loïc Vadelorge

Editeurs : Comité d’histoire du ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement / Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication / Institut Paul Delouvrier / Musée de la Ville de Saint-Quentin-en-Yvelines/ La Documentation Française

ISBN : 978-2-11-008578-8

Sommaire

Préface : Alain Auclaire (Comité d’histoire du ministère de la Culture), Louis-Michel Sanche (comité d’histoire du ministère du Développement durable), Christian Bouvier (Institut Paul Delouvrier), Julie Guiyot-Corteville (directrice du Musée de la Ville de Saint-Quentin-en-Yvelines)

Jérôme Monod : Hommage à Jean-Eudes Roullier

Claude Martinand : Hommage à Jean-Eudes Roullier

 

 Loïc Vadelorge : Devoir de mémoire, devoirs d’histoire

I. Partie : Une génération Delouvrier ?

Michel Margairaz : « A l’ombre de Paul Delouvrier »

Jean-René Bernard : « Une promotion d’énarques en Algérie »

EricWestphal : « Les événements d’Alger »

Alain Bacquet : « Un événement fondateur : la prise du Gouvernement général d’Alger »

Jacques de Larosière : « L’impact de la Guerre d’Algérie sur la carrière de Jean-Eudes Roullier »

Christian Bouvier : « Du District à l’Institut Paul Delouvrier »

Jean-Eudes Roullier : « Les villes nouvelles et mon itinéraire personnel »

 

II. Partie : L’ambition des villes nouvelles

Sabine Effosse : « La création des villes nouvelles. Une aventure intellectuelle et humaine (1962-1978) »

Guy Salmon-Legagneur : « Le SGVN : un système de pilotage décentralisé »

Michel Rousselot : « La tutelle bienveillante du SGVN »

Aymeric Zublena : « Villes nouvelles et architecture : esprit ou style ? »

Isabelle Massin : « Le père de la grande famille des villes nouvelles »

Marie-Line Meaux : « Du Groupe central des villes nouvelles au Secrétariat général aux Grandes Opérations urbaines »

Eric Lengereau : « Aménagements de l’espace et pratiques de l’Etat chez Jean-Eudes Roullier » suivi de l’entretien du 12 novembre 1997 avec Jean-Eudes Roullier

Guy Salmon-Legagneur et Jean-Eudes Roullier : « Préface au Guide de l’architecture dans les villes nouvelles

 

III. Sous le signe de l’innovation

Loïc Vadelorge : « Recours et configurations de la recherche dans le champ de l’Equipement »

Anne Querrien : « Intégration de la recherche et de l’intervention urbaine »

Alain Maugard : « L’expérience de Jean-Eudes Roullier au sein de la DRI »

Vincent Fouchier : « Le Programme d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles »

Yves Dauge : « La priorité à la réflexion »

Thibault Tellier : « La création de la Direction de l’Urbanisme et des Paysages » suivi de l’entretien du 22 décembre 2006 avec Jean-Eudes Roullier

Jean-Eudes Roullier : « L’innovation dans les villes nouvelles »

Jean-Eudes Roullier : « Allocution du 29 avril 1982, départ de la DUP »

Jean-Eudes Roullier : « Réflexion pour l’opération d’urbanisme du site de Billancourt. Rapport au Premier ministre, octobre 1990. (extraits) »

 

Jean-Eudes Roullier : « Stratégies urbaines en Europe. Intervention à la 10e rencontre nationale des agences d’urbanisme »

 

IV. La culture au cœur du projet urbain

Christian Pattyn : « La place centrale de la Culture chez Jean-Eudes Roullier »

Julien Giusti : « Autorité et sensibilité culturelle chez Jean-Eudes Roullier »

Germain Viatte : « Un art sans frontières dans les villes nouvelles »

Arnaud Ramière de Fortanier : « La préservation des archives des villes nouvelles »

Jean-Eudes Roullier : « Préface à L’Art et la Ville »

Jean-Eudes Roullier : « Postface à Quartiers anciens, politiques nouvelles »

Jean-Eudes Roullier : « Réponse à Jean-Louis Bianco, lors de la cérémonie de remise des insignes d'Officier de la Légion d'Honneur le 23 septembre 1992 »

 

Postface de Catherine Tasca

 

Etienne Hamon, Une capitale flamboyante. La création monumentale à Paris autour de 1500, Paris, Picard, 2011

Présentation par l'éditeur :

Cet ouvrage démontre que Paris, au même titre qu’elle a pu être consacrée comme la « ville rayonnante » par excellence, fait figure de pièce maîtresse, à l’échelle de la France sinon de l’Europe, dans l’embellie d’une ampleur inédite que les arts monumentaux ont connue vers 1500.

Les décennies qui encadrent l’année 1500 ont été marquées, à Paris comme ailleurs, par une accélération de l’activité sans précédent depuis longtemps, les preuves sont encore sous nos yeux. Dans la capitale, l’essentiel du patrimoine gothique visible aujourd’hui dans le domaine monumental, au sens large du terme, témoigne de l’épanouissement d’une pensée nourrie d’influences multiples que l’on qualifie parfois de flamboyante par extension d’un terme forgé pour désigner les manifestations architecturales de la période.

Il restait à étayer cette impression et à l’affiner par une large enquête historique capable de ressusciter les jalons de cette créativité et de mettre à l’honneur les acteurs de cette aventure humaine.

Cet ouvrage abondamment illustré et documenté, écrit dans un esprit didactique par un spécialiste qui a participé à l’exposition France 1500, expose et raconte l’histoire de la création architecturale parisienne à cette période.

 

L'auteur :

Etienne HAMON est professeur d’histoire de l’art médiévale à l’université d’Amiens-Picardie.

Il est spécialiste de l’architecture et des questions d’art au Moyen Age et a participé à l’exposition France 1500.

Roi René, 1409-2009. Aix-en-Provence, livre et CD-Rom éd. par la ville d’Aix, pas d’ISBN, Aix-en-Provence, 2009 (compte-rendu par Florian Mazel).

Cet ouvrage au titre ambigu évoque en fait le destin monumental et les implications urbanistiques d’un édifice majeur, bien qu’oublié, de la ville d’Aix-en-Provence : l’ancien palais des comtes de Provence, élevé au cours du Moyen Âge autour de la principale porte de la cité romaine (la porte d’Italie), située au débouché de la via Aurelia, et d’un mausolée de la fin du IIe siècle qui s’élevait à proximité – un palais qui fut détruit à la fin du XVIIIe siècle pour faire place au nouveau palais de justice conçu par l’architecte Ledoux. Il s’agit d’un petit volume élaboré à l’initiative de l’office de tourisme de la ville avec l’aide et la collaboration d’historiens universitaires et chercheurs, d’archéologues, de conservateurs et d’architectes des monuments historiques, à l’occasion de 600e anniversaire de la naissance du roi René, comte d’Anjou et de Provence de 1434 à 1480, et nominativement roi de Naples à partir de 1435. Ce contexte éditorial explique que l’accent soit mis sur la dimension pédagogique et la diffusion de la recherche auprès du grand public, plusieurs enquêtes archéologiques, iconographiques et archivistiques ayant récemment renouvelé notre connaissance de l’édifice, de ses abords et de son impact sur la fabrique parcellaire de la cité dans la longue durée. Dans ce cadre, l’ancien palais comtal est présenté dans sa double dimension monumentale (M. Fraisset) et urbanistique (P. Duverger et reconstitution en 3-D dans le CD-Rom joint[1]). Les sources iconographiques anciennes, conservées à la Médiathèque Méjanes, sont présentées par Ph. Ferrand. Trois autres contributions portent sur la présence de René à Aix (N. Coulet), la morphogenèse de la ville de sa fondation antique au XIXe siècle (S. Claude et N. Nin), enfin les résidences royales fondées ou réaménagées par René dans la campagne aixoise (C. Roux). Les exposés sont concis, surtout descriptifs et dépourvus d’apparat critique, mais l’information est précise et le propos abondamment illustré par de nombreux plans et images fort bien conçus ou sélectionnées. On regrettera toutefois, outre le titre et une couverture peu engageante, l’absence de bibliographie, même succincte, et le caractère limité du CD-Rom, dans lequel on aurait aimé voir repris, comme c’est souvent l’usage désormais, l’ensemble des documents cartographiques et iconographiques du livret, voire quelques autres.

Logiquement, le propos insiste sur le « moment XVe siècle » et l’action personnelle du roi René dans l’histoire du palais et l’histoire de la ville. Comme le montre l’évocation chronologique de la morphogenèse urbaine[2], le Moyen Âge se caractérise par un fort rétrécissement de l’espace habité et un éclatement en trois noyaux distincts, chacun polarisé par un édifice antique : le théâtre pour la « ville des tours », le pôle épiscopal pour le « bourg Saint-Sauveur », la porte d’Italie pour la « ville comtale ». Si la présence comtale n’est formellement attestée qu’à partir de 1153 et ne devient régulière qu’avec l’avènement d’Aix comme capitale du comté sous les règnes d’Alphonse II (1196-1209) et Raimond Bérenger V (1209-1245), elle est probablement antérieure et les trois grosses tours antiques (les deux tours de la porte et celle du mausolée, chacune haute de 24 m environ) sont sans doute depuis longtemps déjà intégrées au sein d’un même complexe monumental à la fois résidentiel et fortifié. Le palais constitue alors encore une partie de l’enceinte. Les principaux agrandissements interviennent au début du XIVe siècle (ajouts de deux ailes sous le règne de Charles II), puis sous le gouvernement du roi René qui, entre 1447 et 1469, fait élever sur le côté oriental une nouvelle aile monumentale, la plus grande, dotée d’une loggia et décorée, en 1474, de médaillons héraldiques en majolique florentine et de peintures à fresque des « bêtes étranges d’Alexandrie ». Cette extension, qui s’inscrit dans le contexte créé par l’érection d’une nouvelle enceinte urbaine intégrant la résidence royale au cœur de la ville et la privant de toute fonction défensive, accentue la « palatialisation » de l’ancienne forteresse. L’effet de façade est clairement recherché, puisqu’au devant de la nouvelle aile est ouverte une large place prolongeant au sud la place du couvent des frères prêcheurs et permettant d’atteindre facilement, à l’est, la porte de l’enceinte conduisant, par un chemin ombragé, au « Jardin du roi » et à sa vaste résidence de plaisance, édifiés en 1447 autour d’un petit cours d’eau aujourd’hui disparu. La transformation du palais s’inscrit ainsi dans un réaménagement profond du quartier et de ses abords, lié à des enjeux de scénographie d’un pouvoir princier soucieux de s’exhiber à la fois dans et hors la ville et de présenter René en prince humaniste et en roi-chevalier, maître de la cité et amateur de la nature. L’ouvrage a d’ailleurs l’intelligence d’associer à l’évocation de cette entreprise urbaine (et suburbaine) celle des chantiers des diverses résidences rurales créées à l’initiative de René, avec lesquelles elle entre en résonnance. Pour Aix-en-Provence, ces transformations constituent la première opération urbanistique civile depuis l’époque romaine. L’importance de ce moment dans le tissage de la trame urbaine se ressent du reste encore aujourd’hui, la déchirure imposée par l’action de Ledoux (ou plutôt de ses commanditaires, car l’architecte avait plaidé pour une implantation du nouveau palais de justice à l’extérieur de la vieille ville, à l’ouest, à proximité de l’actuelle place de la Rotonde, ou bien à l’est, au-delà de la place Bellegarde) n’étant pas parvenue à créer un nouvel espace urbain aux alentours immédiats de monuments (le palais de justice et l’ancienne prison) qui continuent d’apparaître enkystés dans un paysage antérieur. Les nombreux plans et la reconstitution en 3-D présentée dans le CD-Rom permettent de prendre pleinement la mesure de ces différents éléments. En dépit de quelques handicaps formels, il s’agit donc d’une belle réalisation de vulgarisation scientifique.

Florian MAZEL


[1] Configuration minimale requise : processeur 1,5 GHZ / 1Go RAM / Carte graphique 128 Mo.

[2] Rappelons que le moment antique de cette morphogenèse a été récemment renouvelé par la publication du volume aixois de l’Atlas topographique des villes de Gaule méridionale (J. Guyon, N. Nin, L. Rive, S. Saulnier, Atlas topographique des villes de Gaule méridionale, t. 1, Aix-en-Provence, Montpellier, 1998) et la découverte (en 2004) du théâtre romain sur le site de l’ancienne « ville des tours ».

 

Séminaire Aménagement et Décentralisation, 2011-2012. "La transition décentralisatrice de l'aménagement"

Organisation :

Centre d’Histoire sociale du XXe siècle (Université de Paris I- Panthéon-Sorbonne) et Centre de recherches Espaces, Sociétés, Cultures (Université de Paris XIII-Villetaneuse) avec l’aide du Comité d’histoire du ministère de l’Environnement, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer

Responsables scientifiques :

Thibault Tellier (maître de conférences, Université de Lille, IRHIS et CHS)

Loïc Vadelorge (professeur d’histoire contemporaine, Université de Paris XIII, CRESC)

Lieu : Les séances seront organisées au Centre Malher (centre d’Histoire sociale du XXe siècle, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) de 16 heures à 18 heures (9, rue Malher, 75 004 Paris, métro Saint-Paul)

 

Présentation générale du séminaire :

Pour la troisième année, le Comité d’histoire du ministère du Développement durable (MEEDDM) et les universités de Lille III, Paris 13 et Paris I s’associent pour proposer de réfléchir sur l’histoire croisée de l’aménagement et de la décentralisation. L’idée de ce séminaire est née au moment de la préparation d’une première journée d’études, tenue à Paris le 8 juin 2009 et consacrée à « La Décentralisation du ministère de l’Equipement dans les années 1980 » (actes publiés dans la revue Pour mémoire, hors série, novembre 2009). Nous avons alors pris conscience de l’intérêt de questionner sur la longue durée (XIXe-XXe siècle) les modalités territoriales de conception, de mise en œuvre et de gestion des politiques publiques d’aménagement.

La première année du séminaire a consisté à explorer les questions de définition (aménagement/équipement/territoire/décentralisation), de sources (archives, littérature grise) et d’approches (sociologie des organisations, sociologie urbaine, histoire des techniques, histoire urbaine, etc.) du sujet. Au-delà des objectifs classiques de diffusion de la recherche, le séminaire s’est attaché à confronter témoins (Serge Vallemont, Jérôme Monod) et historiens et à ouvrir le sujet à l’histoire comparée (Allemagne, Etats-Unis, Espagne). Dans le prolongement de ce séminaire, une seconde journée d’études (Les Etablissements publics régionaux et la question régionale) a été organisée le 18 juin 2010 au conseil régional de Lille (actes en cours de publication).

La seconde année a été consacrée aux problèmes de temporalité et d’échelles. Il s’est agi notamment de questionner l’opportunité d’une saisie du sujet sur la longue durée des XVIIIe-XXe siècle. Au-delà des difficultés épistémologiques (anachronisme des notions, rejet d’une démarche généalogique) le séminaire a pointé la nécessité de décentrer le questionnement et de s’interroger sur les fondements sociaux de l’aménagement et sur la nature des compromis sociaux-territoriaux à l’œuvre. La fabrication plurielle de l’aménagement s’accentue dès le second XXe siècle, contraignant l’Etat à adapter ses outils administratifs et à réinventer ses propres échelles territoriales d’intervention. Le 15 septembre 2011, le séminaire a consacré une « journée exploratoire » à la politique des villes moyennes qui se situe au point de convergence de ce type de problématique, tout en relevant de la temporalité spécifique de la « contractualisation ».

La troisième et dernière année du séminaire sera consacrée à la « transition décentralisatrice » de l’aménagement. Il s’agit en premier lieu de recentrer les travaux sur la seconde moitié du XXe siècle et les réflexions qui préparent la décentralisation des politiques d’aménagement des années 1980 et 1990. Du référendum d’avril 1969 à la loi-cadre Defferre de 1982, le thème de la décentralisation occupe une place croissante dans le débat public et les questions liées à l’aménagement et aux équipements sont au cœur des revendications des élus locaux. Comprendre l’étendue et les modalités de cette « transition », c’est restituer la généalogie des mots clés de la période (cadre de vie, environnement, habitat et vie sociale, équipements intégrés, etc.) mais aussi analyser la manière dont l’organisation technico-administrative de l’Etat évolue sur la moyenne durée (agences de l’eau, directions départementales de l’Equipement, services d’études régionaux, etc.).

Le séminaire prendra la forme de séances de travail de deux heures, organisées à raison d’environ par mois à compter d’octobre 2011. Le séminaire est organisé par trois laboratoires de recherche, le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I), l’IRHIS (Lille III) et le Centre de recherche Espaces, Sociétés, Cultures (Université de Paris XIII). Deux enseignants chercheurs, tous deux membres du conseil scientifique du Comité d’histoire du MEEDDM organisent le séminaire, en étroite collaboration avec le comité d’histoire du ministère et en assurent la restitution : Thibault Tellier et Loïc Vadelorge.

Outre les séances classiquement organisées autour de l’actualité de la recherche (thèses en cours ou récemment soutenues, publications de référence, etc.), la chronologie de référence choisie suggère aussi de recevoir quelques uns des grands témoins et acteurs de la période. Depuis plusieurs années, le comité d’histoire du MEEDDM a lancé une campagne de recueils de témoignages oraux qui sont, dans certaines conditions mises à disposition des chercheurs. Le séminaire 2011-2012 permettra de mettre l’accent sur cette source essentielle de l’histoire de l’aménagement et de la décentralisation et de dégager quelques pistes de travail possibles autour de ces sources orales.

 

Programme :

 

05 Octobre : séance introductive : « Enjeux temporels et méthodologiques »

Intervenants : Loïc Vadelorge : « Angles morts historiographique et « autre histoire » de l’aménagement : 1940-1970 »

            Thibault Tellier : « Relire les années 1970-1980 »

 

Discutantes : Annie Fourcaut (Paris I, CHS), Danièle Voldman (Paris I, CHS)

 

19 octobre : « L’enjeu de l’eau dans les politiques d’aménagement »

Intervenant : Emmanuel Bellanger (Paris I. CHS).

Discutant : Bernard Barraqué (Directeur de recherches au CNRS. LATTS)

 

30 novembre : « Création et aménagement d'un territoire en banlieue: politiques départementales et planification urbaine dans le Val-de-Marne»

Intervenante : Julia Moro (doctorante en histoire contemporaine à l'Université Paris-Est Créteil)

Discutant : Laurent Coudroy de Lille (maître de conférences à l’Institut d’urbanisme de Paris, UPEC)

 

14 décembre : « Fusions administratives et stratégies corporatistes : Le cas du corps des Ponts et Chaussées (1995-2001) » »

Intervenante : Julie Gervais (maître de conférences en sciences politiques, Université de Paris I. CRPS - CESSP)

Discutants : Thibault Tellier et Loic Vadelorge

 

 

11 janvier : « La politique des abords. Patrimoine et aménagement urbain »

Intervenante : Isabelle Backouche (maître de conférences à l’EHESS).

Discutant : Christian Pattyn, Inspecteur général honoraire de l’administration des Affaires culturelles

 

25 janvier. « Le logement. Une politique décentralisée ? »

Témoignage de Robert Lion, Inspecteur des Finances, ancien délégué général de l’Union des HLM.

Discutants : Thibault Tellier et Loic Vadelorge

 

22 février. « La politique du Cadre de vie »

Témoignage de Jean-Claude Colli, Inspecteur des Finances, ancien Délégué à la Qualité de la vie.

Discutants : Thibault Tellier et Loic Vadelorge.

 

21 mars. « Aménagement industriel et décentralisation »

Intervenant : Matthew Wendeln (Docteur en histoire au

AHMOC/EHESS)

Discutants : Thibault Tellier et Loic Vadelorge

 

4 avril. « Les DDE et la décentralisation »

Témoignage de Pierre Mayet (Ingénieur Général des Ponts et Chaussées honoraire) (sous réserve)

Discutants : Thibault Tellier et Loic Vadelorge.

 

2 mai : « La LOTI »

Témoignage de Claude Martinand, Inspecteur général des Ponts et Chaussées, Vice-président du Conseil général de l’environnement et du développement durable

Discutants Thibault Tellier et Loic Vadelorge.