Cyprien Alfred-Duprat, Bordeaux… un jour ! Postface de Marc Saboya, Bordeaux, Archives municipales et Société archéologique, éditions Le Festin, octobre 2011, 144 p., un CD-Rom. (Sylvain Schoonbaert)

On ne peut qu’être séduit par cette pimpante réédition commentée (c’est une première) du Bordeaux… un jour ! de Cyprien Alfred-Duprat, ouvrage urbanistique d’une grande beauté, mais surtout d’un grand intérêt heuristique, publié en 1929 par cet architecte et urbaniste bordelais qui œuvra beaucoup dans la capitale girondine à la suite de son père Bertrand, à qui il dédia d’ailleurs son ouvrage. En effet, les projets de ce maître d’œuvre illustrent tout un pan de l’histoire de l’urbanisme ou de la voirie de cette ville, et ils alimentent toujours, même inconsciemment, ceux qui l’ignorent, les projets actuels, tant ils apparaissent justes et anticipatifs. Un texte plus rare encore corrobore cette idée et accompagne cette réédition : Bordeaux Visions d’avenir, publié après une conférence donnée pour la municipalité en 1930.

L’ouvrage est intéressant à plus d’un titre. Ce n’est pas, tout d’abord, un reprint austère et réservé aux savants ou aux collectionneurs, mais au contraire une présentation nouvelle des deux textes originaux, mise à la portée du plus grand nombre, intéressés et spécialistes compris. Il faut donc souligner l’originalité de cette ambition des éditions du Festin qui œuvrent, à travers leurs publications[1], pour une large diffusion du patrimoine régional aquitain, superbement servie par le talent du graphiste Franck Tallon qui a utilisé tous les contenus des sources disponibles pour les livrer sous un jour très actuel, en respectant l’esprit, c’est-à-dire également la lettre – le texte –, les lettrines, les gravures et les dessins originaux de l’auteur. La couverture de l’ouvrage aux reflets argentés présente ainsi sur un fond bleu cyan reprenant en filigrane le motif art déco d’une ferronnerie dessinée par l’architecte pour la Maison cantonale de La Bastide (p. 87-91), le projet d’un palais du commerce, dans un cartel ovale tronqué – discrète référence au style Louis XVI qui imprègne toute la morphologie urbaine –, d’où surgit sur les quais un gratte-ciel qui détrône la colonne des Girondins, afin de magnifier la modernité espérée alors pour la cité girondine.

L’ouvrage est ainsi agrémenté de belles et nombreuses illustrations en couleur qui ne figurent pas dans les éditions originales. Et l’on doit saluer ici la qualité du travail des Archives municipales de Bordeaux qui ont mis à la disposition du public, le plus large des reproductions, y compris numériques, d’un fonds iconographique inconnu des profanes. La numérisation de ce fonds privé a d’ailleurs fait l’objet, avant cette publication, d’un projet pédagogique de type « Monumérique» [2], dont le CD-Rom joint présente malheureusement trop rapidement l’ensemble des sources et des contenus[3].

On regrette, à ce propos, que certaines figures ne soient pas titrées ou commentées à l’égal des autres. Le « Bassens futur » de la p. 126 ou encore l’énigmatique amphithéâtre de la p. 123, le projet du cours de l’Intendance de la p. 129 et la vue des Quinconces de la p. 143 interpellent ainsi.

Sur le fond, la modeste et érudite contribution de Marc Saboya est un choix éditorial fort qui fait la part belle à la source avant son commentaire. Elle occupe justement près de 25 pages sur 144 afin d’éclairer et de synthétiser les propos d’Alfred-Duprat. L’historien donne les clés de lecture des sources qui permettent d’en comprendre la profondeur historique, urbanistique et toute la portée actuelle.

« Bordeaux, ville superbe – et, après Paris, la première de France, car on y vit mieux que partout ailleurs » (p. 9). Ces propos de Casanova de Seingalt ouvrent l’éloge de l’architecte pour sa ville, qu’accompagne une épigraphe savante d’Honoré D’Urfé dans L’Asiré : « … UN JOUR me semble parler d’une chose qui est encore bien esloignée – car c’est ainsi que nous avons accoustumé de dire, quand nous souhaitons de voir quelquefois arriver ce qui nous semble trop long à venir… » Le titre dit tout le désir de modernité urbanistique que l’architecte rêve pour sa ville.

Ce « grand rond » autour de la cathédrale et ces prémisses de Mériadeck (p. 16-19), ce nouveau port, cet aéroport des quartiers du Lac et de Latule (p. 25-27), des quais (p. 30-33) ; ce palais du commerce place Lainé (p. 36), ces palais et ce parking des Quinconces (p. 62-67), ce nouveau lotissement du Parc Bordelais, trop étriqué (p. 7) ; ce nouveau pont de pierre (p. 40), ce zeppelin incongru installé en face de la Bourse, sur les piles d’un pont transbordeur obsolète (p. 135), ce revival de la statue de Louis XVI (p. 50-55), cette cité universitaire (p. 22-23), et l’on en oublie… Bref, ce grand plan général d’aménagement urbain de 1930 (p. 35 & 39), qu’Alfred-Duprat anticipe pour Bordeaux[4], pourtant plus de deux décennies après la loi Cornudet (1919), et plus d’un siècle après celui de Pierrugues (1815), qu’il n’omet pas de mentionner (p. 12-13), offre des parallèles saisissants avec le développement que la ville a connu depuis jusqu’à nos jours.

En transformant – ou en rêvant de transformer – la ville classique des intendants du XVIIIe siècle, quitte à en détruire des monuments majeurs, ou à en renouveler complètement l’environnement, mais pas l’imaginaire – ainsi porte de Bourgogne, de Dijeaux ou d’Aquitaine (p. 43-45), place du Marché des Grands-Hommes (p. 76-79) –, l’architecte et urbaniste, fasciné par la vitesse, les automobiles, les avions, les aéroplanes (p. 141), nous révèle des visions d’une justesse qui n’est pas du domaine de l’utopie.

On ne doit pas pour autant prendre pour argent comptant ces propositions, car elles furent appréciées par les édiles en des termes mesurés. Le maire, Adrien Marquet, salua ainsi la conférence du 6 janvier 1930 : « Avant que le mot ne fût à la mode, M. Duprat s’occupait déjà de cette architecture des villes qu’on appelle urbanisme. » Il préféra donner à ces propositions ruineuses, qu’il jugea pourtant comme « un excellent canevas », des suites modestes afin de faire de Bordeaux une ville plus moderne. De fait, la ville n’a jamais su s’adapter à la modernité, en n’ouvrant par exemple aucune voie nouvelle dans son centre ancien[5].

Ces « délices et dérives d’une utopie urbaine » (p. 119), posent autant de questions qui résonnent aux oreilles et se reflètent aux yeux des Bordelais aujourd’hui, lesquels ont de nouveau découvert les plaisirs et les travers de la modernisation et des transformations actuelles de leur ville. Au terme de cette lecture, Marc Saboya, citant Victor Hugo, nous rappelle que « l’utopie est la vérité de demain. » (p. 140) On peut se demander si elle ne manque pas cruellement à notre époque…

Un bel ouvrage, donc, à signaler pour une meilleure diffusion des connaissances sur l’histoire de Bordeaux et des villes depuis l’Entre-deux-Guerres.

Sylvain Schoonbaert


[1] La plus célèbre étant la revue éponyme.

[2] Projet pédagogique de numérisation des fonds à destination des jeunes publics, initié par le ministère de la Culture et les Archives de la Ville.

[3] Le contenu du Cd-Rom est excellent, mais les textes et les images défilent bien souvent à une vitesse telle qu’ils sont illisibles.

[4] Le plan officiel qui répondra à la loi Cornudet sera celui de l’architecte municipal Jacques d’Welles, largement inspiré par les conceptions d’Alfred-Duprat.

[5] Schoonbaert, S., « La "grande voie" de Bordeaux et le projet de Fernand-René Lapeyrère (1875-1905) », Revue archéologique de Bordeaux, Société archéologique de Bordeaux, t. C, 2009, p. 143-177.

Natacha Coquery, "Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe", éditions du CTHS, 2011.

Table des matières de l'ouvrage : 

Remerciements...........................................................
...........................9
Préface.................................................................
................................ ....11
Introduction............................................................
............................ 19

Première partie : LA BOUTIQUE EN MOTS

Chapitre 1 - L’émergence de la littérature
commerciale...................... 37

Dignité ou indignité du commerce : des représentations
partagées.................. 37
Feuilles, Affiches, journaux spécialisés :
la presse et l’information
commerciale........................................................ 43
	Les débuts laborieux de l’information
commerciale................................. 46
	John Houghton et Nicolas de Blégny :
	deux apothicaires publicistes
iconoclastes............................................... 50
	L’éclosion de la publicité dans la presse du xviiie
siècle............................. 53

Chapitre 2 - Les guides de Paris :
une vision remarquable de
l’économie................................................. 59

De l’éloge de la ville au panorama
touristique.............................................. 60
Le Séjour de Paris : l’étape parisienne d’un jeune aristocrate
allemand.............. 63
Le Voyageur fidèle : la commodité du repérage
commercial............................. 65
Le Géographe parisien : est « remarquable » ce qui est
animé........................... 67
Jèze : une appréhension statutaire du
commerce.......................................... 67
L’Almanach parisien : la mise en valeur des « quincailleries et
galanteries »........ 68
Thiéry : une visite pour amateurs de
curiosités............................................. 72
L’État actuel de Paris : la réouverture aux annonces
commerciales.................... 76

Chapitre 3 - Les almanachs de commerce :
des ouvrages professionnels et
publicitaires................................................... 79

Un média à l’usage des consommateurs et des
marchands............................. 81
Annuaire ou dithyrambe : l’Almanach dauphin
et l’Almanach des
marchands...............................................................
....... 87
L’Esprit du commerce de Roslin : un essai
informe.................................... 88
L’almanach de Roze de Chantoiseau : archétype du
bottin........................ 89
L’Almanach des marchands : la promotion du made in
France..................... 93

Deuxième partie : LA BOUTIQUE EN CARTES

Chapitre 4 - Cartographier les maîtres :
des territoires à géométrie
variable......................................................113

L’Almanach général : un tableau représentatif
des petits entrepreneurs
parisiens..............................................................1
14
	Le Dictionnaire de commerce de Savary Des Bruslons
	et le Journal du citoyen de Jèze : des évaluations
inégales..........................114
	Les secteurs d’activité de l’almanach : la prééminence
	de la mode et du
luxe....................................................................
.....115
Prolégomènes à la construction
cartographique...........................................117
Renaissance commerciale et développement urbain :
la suprématie de la rive
droite..................................................................
.120
Dispersion et discontinuités :
les voies secondaires à l’ombre des axes
forts...............................................124
	L’île de la Cité
partagée................................................................
......125
	Les couvents et séminaires
	des quartiers Saint-Sulpice et Saint-
Marcel............................................126
	Les ruelles du bord de
Seine................................................................128
	Le Marais : une zone résidentielle
aérée................................................130
Les lieux de la cristallisation commerciale :
radiales, Halles, Palais et rive
gauche.........................................................132
	Rues Saint-Jacques, Mouffetard et Saint-Victor :
	la scission entre artisanat de luxe et activités
laborieuses..........................132
	La rue Saint-Antoine : un axe royal devenu
populaire.............................135
	Les rues Vieille-du-Temple et du Temple : des voies
	de desserte dynamisées par le Temple et l’abbaye Saint-
Martin.................138
	Deux maîtresses voies : les rues Saint-Martin et Saint-
Denis....................139
	Le marché des Halles et ses radiales, Montmartre et
Poissonnière.............140
	La rue Saint-Honoré : luxe, mode et
volupté.........................................142
	La Cité : l’île aux
trésors.................................................................
....144
	Les rues de Sèvres, du Bac, Dauphine et le quai des Augustins :
	la rue-marché, la rue bourrelière, la rue précieuse et le quai
bibliophile.....149

Dispersion et concentration : la localisation plurielle des
métiers...................151
	Habitat, vêtement, alimentation : les nuances de la
dispersion.................152
	La centralité du
luxe....................................................................
......156

Chapitre 5 - La boutique de luxe et ses réseaux :
 les dynamiques de
proximités..............................................................
159

Marchands, clients, fournisseurs : la proximité et
l’éloignement....................162
	Le bijoutier Aubourg et le tapissier Law :
	des représentants du commerce de
luxe................................................162
	Des territoires polarisés mais amples :
	facteurs d’attraction et de
dispersion....................................................163
Les territoires financiers : des aires de crédit typées selon le
métier.................171
	Le territoire polarisé des bijoutiers, reflet d’un métier exercé
entre pairs.....172
	Le territoire élargi des tapissiers, reflet de collaborations
variées................173

Troisième partie : LA BOUTIQUE EN CHIFFRES

Chapitre 6 - Les écritures : tenir (le) compte du
temps.....................181

La tenue des livres de comptes : « l’ordre est l’âme du commerce
» ?...............181
	À la rigidité du code répond la souplesse des
pratiques............................182
	L’appropriation des normes : inventivité et
diversité...............................185
	Des livres
personnalisés...........................................................
...........186
Les rythmes de la boutique : Aubourg, bijoutier joaillier,
1773-1783................190
	Le rythme décennal : influence de la
conjoncture...................................191
	La faillite : déséquilibres structurels et accident
spéculatif........................194
	Les oscillations mensuelles et journalières des
activités............................200
	Les usages sociaux du temps commercial :
	vitesse et langueurs de
l’échange..........................................................201

Chapitre 7 - Le crédit, nerf de la guerre :
collaborations et mésententes
boutiquières.........................................211

L’image des bilans de faillite :
une communauté vigoureuse mais
hétérogène............................................213
	Les boutiquiers, cheville ouvrière de l’essor du marché du
luxe.................215
	Une communauté
contrastée..............................................................
218
Le crédit en confiance : l’embeddedness des
boutiquiers.................................224
	Un crédit
omniprésent.............................................................
..........225
	Le crédit empoisonné : les négociants, maîtres du petit
commerce............227
	Le crédit apparemment domestiqué : sociétés et dons en
confiance............232
Crédit et droit : la crise de
confiance.........................................................242
	Le coût du crédit : frais de justice et
d’escompte....................................244
	La ligne de conduite des créanciers : « la nécessité de s’entendre
».............247
	Le discours des faillis : crédit et « bonne foi » en ligne de
mire.................254

Chapitre 8 - L’innovation commerçante :
le boutiquier, au coeur de la culture de
consommation........................261

La diffusion sociale des biens : le marché du demi-
luxe................................266
	Le demi-luxe, un riche entre-
deux.......................................................266
	La diffusion : imitation et
invention....................................................270
Qualités, objets, prix, clientèles : la diversité, support de la
diffusion..............273
	Le jeu sur les qualités : le fin et le faux, le fin et le commun,
	le nouveau et le vieux, le neuf et le
hasard.............................................274
	Le boutiquier, à la croisée des marchés : troc, récupération,
nouveautés.....277
	La valorisation de l’ancien : poteries à la mode étrusque
	et laque
japonais................................................................
...............282
	Les nuances de la culture de
consommation..........................................286

Conclusion..............................................................
............................301
Sources ................................................................
...............................305
Bibliographie...........................................................
...........................313
Annexes.................................................................
..............................331
Annexe I :
Cartes..................................................................
.................331
Annexe II :
Tableaux................................................................
...............339
Annexe III : Pièces
justificatives..........................................................
......371
Annexe IV :
Registres...............................................................
...............381
Annexe V : Objets du
commerce..............................................................
385
Glossaire des
qualités................................................................
..........387
Index des noms de
lieux...................................................................
...391
Index des noms de
personnes..............................................................397

Agrandir la ville : prévoir, administrer et organiser la croissance urbaine en Europe. Journées de la SFHU, Lyon, 20-21 janvier 2012

Journées d'étude organisées avec le soutien du Musée Gadagne,

du LARHRA et du CIHAM

Musée Gadagne, Petit théâtre

Programme 

Agrandir la ville : prévoir, administrer et organiser la croissance urbaine en Europe

 

Organisateurs : Jean-Pierre Guilhembet, Denis Menjot, Natacha Coquery, Stéphane Frioux

 

Vendredi 20 janvier 2012

10h-11h
Ouverture : Denis Menjot, président de la Société française d’histoire urbaine et Maria-Anne Privat-Savigny, conservatrice du Musée Gadagne

Introduction : Jean-Pierre Guilhembet, Denis Menjot, Natacha Coquery, Stéphane Frioux (Université de Lyon)

Florence Bourillon (Université de Paris-Est Créteil) et Annie Fourcaut  (Université Paris 1) : Présentation de l’exposition virtuelle  1860 : agrandir Paris   

11h-12h30
Armand Desbat (CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée) : De la colonie de Plancus à la capitale des Gaules : l’évolution urbanistique de Lugdunum

Catherine Xandri (Université de Strasbourg) : La croissance urbaine extra-muros aux XIIIe-XIVe siècles : évolution programmée ou développement spontané ? Exemples de Reims et de Strasbourg

Débat

12h30-14h : Déjeuner au café Gadagne

14h-15h30
Brigitte Marin (Université d’Aix-Marseille) : État et municipalité face à la croissance urbaine à  Naples, à l’époque moderne

Yannick Jambon (Université de Lyon) : La planification suburbaine dans la France du XVIIIe siècle, ou comment contrôler l’extension du territoire de la ville au-delà des remparts 

Débat et pause
15h30-17h
Marie Pottecher (Université de Strasbourg) : Strasbourg 1870-1940. Une croissance urbaine entre France et Allemagne

Stéphane Frioux, Thibault Bechini et Boris de Rogalski-Landrot (Université de Lyon) : Gérer la croissance de l'agglomération lyonnaise au début du XXe siècle

Débat et pause 

17h30 Jean-Luc Pinol (ENS Lyon) :  L'Atelier numérique de l'Histoire : un outil collaboratif pour l'histoire d'un territoire urbain

18h-19h  Assemblée générale

19h-20h30  Remise du  prix de thèse et cocktail au café Gadagne

Samedi 21 janvier 2012

9h30-11h  Réunion du bureau dans le Petit théâtre

11h-12h30  Visite du Musée Gadagne sous la conduite de Mme la Conservateur


 

Laurence Jean-Marie, La notabilité urbaine, Xe-XVIIIe siècle, CRHQ, Caen, 2007, 205 p., 25 € (Boris Bove)

Les douze articles réunis par Laurence Jean-Marie s’attachent à cerner, au Moyen Âge et à l’époque moderne, la difficile notion de « notabilité urbaine », entendue comme la distinction attachée aux classes moyennes urbaines, aussi éloignée de l’évidence de la supériorité sociale de la noblesse que de l’anonymat de la plèbe urbaine.

Le volume s’ouvre sur deux communications problématiques, d’un médiéviste et d’une moderniste, qui font office d’introduction à l’ouvrage. Thierry Dutour s’attache d’abord à souligner le changement de regard des historiens sur la notabilité urbaine, qu’on ne définit plus comme « la bourgeoisie », classe sociale aux contours juridiques dominant économiquement et politiquement la ville, mais comme une distinction relative qui puise sa force dans tous les champs de la vie sociale, notamment l’ancienneté du lignage. En ce sens, elle est relative et a des degrés. Laurence Crocq insiste aussi sur la nécessité de dépasser les clivages sociaux et professionnels pour appréhender d’un seul regard ceux que leur position sociale pose en notable. Pour cela, elle recommande de scruter, outre leur carrière d’officier, leur investissement réel dans la ville, à travers l’exercice d’offices paroissiaux (fabrique, confréries) et municipaux (Ville, hôpitaux, Monts de piété) ou de pratiques sociales telles de la distribution d’aumônes ou la publication de faire-part de décès. La notabilité se construit en effet dans le consensus social, donc dans l’action autant que dans les titres.

Suivent six communications portant sur la période médiévale. Christine Mazzoli-Guintard interroge la notion de notabilité à Cordoue aux Xe et XIe siècles, où il n’y a pas d’équivalent aux « bourgeois » des villes de France, puisque tous les habitants ont le même statut juridique et politique. Dans ce contexte, le savoir a une place décisive dans la construction de la notabilité, même si les notables développent par ailleurs des stratégies de distinction classiques, par des mariages endogamiques et un mode de vie spécifique. Les fabliaux français étudiés par Catherine Bougy véhiculent une taxinomie sociale bien normée, avec ses chevaliers, ses bourgeois, ses artisans, ses prêtres et ses vilains, preuve que les « bourgeois » sont un type social bien identifié par les gens du Moyen Âge. En revanche ils se distinguent moins par leurs épithètes (sire, prudhomme, qui n’ont pas de sens social) que par leur mode de vie. À l’inverse, dans les actes de la pratique de Clermont du XIIe au XIVe siècle explorés par Alexis Grélois, le terme « bourgeois » n’a pas de valeur sociale et désigne la grosse minorité de ceux qui possèdent une tenure dans le territoire de la cité. Les familles laïques, urbaines et non noble les plus visibles s’affirment surtout par la possession de fiefs et d’épithètes d’honneur empruntés au monde des clercs ou des nobles, car les clés de l’ascension sociale chez les bourgeois de Clermont sont la cléricature et les offices royaux. Le cas clermontois rejoint en cela celui des bourgeois de Caen décrit par Laurence Jean-Marie qui observe que le titre de « bourgeois de Caen » est, aux XIIIe et XIVe siècles, aléatoire, lié à la résidence plutôt qu’au droit et surtout n’exprime pas le degré supérieur de la notabilité urbaine, puisque les familles les plus anciennes et les plus notables sont aussi celles qui sont le moins fréquemment qualifiées de « bourgeois ». Le terme désigne un ensemble large de propriétaires dont une minorité se distingue par son nom (ancien), des épithètes d’honneur et des pratiques sociales spécifiques (donations pieuses). Les actes de la pratique de la ville de Soissons des XIIe et XIIIe siècles étudiés par Ghislain Brunel permettent d’établir que les cives Suessionensis apparaissent vers 1200, possèdent un patrimoine urbain important, pratiquent des mariages endogames, fournissent l’essentiel des maires de la ville, mais, chose curieuse au regard du critère d’ancienneté mis en avant par Thierry Dutour en introduction, portent souvent des patronymes faisant référence à des localités des environs, ce qui laisse supposer une immigration récente accompagnée d’une ascension sociale. Dans son analyse du vocabulaire de la notabilité à la fin du Moyen Âge, Thierry Dutour note enfin qu’au-delà de la diversité des sources, un vocabulaire commun se dessine, et que celui-ci, dans sa variété et ses nuances, met en évidence la pluralité des formes de la supériorité sociale, ainsi que la finesse de ses degrés, du « bon ouvrier » aux « gens d’honneur » en passant par les « maîtres » qui forment la classe moyenne des artisans. Mais il ne faudrait pas croire que ces catégories existent pour elles-mêmes : elles sont au contraire toujours en construction, car sujettes à une négociation sociale permanente. Il souligne aussi l’articulation étroite entre dénomination et renommée, et entre renommée et moralité, faisant l’hypothèse de la dimension morale de la supériorité sociale.

Les quatre dernières communications portent sur l’époque moderne. Nicolas Lyon-Caen et Laurence Crocq analysent la notabilité à Paris à partir des listes de notables désignés pour définir l’assiette de l’impôt des boues et lanternes en 1744, tels que définis par le lieutenant de police, le prévôt des marchands, les commissaires de quartier et les quartiniers. Les parties s’accordent pour choisir des membres de corps, qui s’investissent en outre dans la gestion de leur quartier comme marguillier ou magistrat au tribunal de commerce. Le critère économique intervient seulement dans un second temps. Il y a ensuite des divergences entre les responsables de la définition de la liste pour opérer un tri parmi les gens répondant à ces critères, mais cette première liste est la preuve qu’il existe des critères de notabilité consensuels, fondés sur la fortune et l’appartenance à un corps. Le cas des petites villes du bas Languedoc à la même époque offre un contre-point intéressant, mis en avant par Stéphane Durand, car dans ces petites villes de 2 000 habitants, il n’y a pas toujours de droit de bourgeoisie, la société urbaine est mal différenciée de celle de la campagne et la poly-activité est forte. Dans ce contexte, si on définit la notabilité par ses marqueurs, on peut conclure qu’elle résulte d’une combinaison de critères et que c’est leur accumulation sur une même personne qui fait le notable. La gradation ainsi dessinée permet de distinguer des véritables notables, qui cumulent tous les marqueurs, les notables de second rang (la « notabilité seconde », par analogie avec la « noblesse seconde ») qui ne bénéficient que de quelques uns d’entre eux. Mais seules les recherches portant sur les réseaux interpersonnels permettent de cerner la cohésion interne de la société des notables, alors que les marqueurs ne permettent que de définir des boîtes de classement pour ranger les individus. La recherche des liens personnels est plus difficile, mais finalement plus pertinente que celle des marqueurs extérieurs de la notabilité, car elle permet de cerner la dynamique des relations sociales dans ses dimensions d’agrégation et d’exclusion. Yann Lignereux s’interroge sur la notabilité des membres du consulat lyonnais au XVIIe siècle, qui fondent leur supériorité sociale sur l’exercice délégué du pouvoir royal, mais qui se trouvent en butte aux humiliations, sinon aux voies de fait, de la noblesse, preuve que la notabilité est une construction sociale fragile qui dépend du rapport de force entre les protagonistes. En l’occurrence, elle est fondée sur l’exercice d’un pouvoir et donc sensible aux positions d’autorité des uns ou des autres, et à la conjoncture politique. Alain Hugon étudie les révoltes de Naples et de Séville au XVIIe siècle, villes comparables en ce sens qu’il s’agit de villes capitales dont la société apparaît aux contemporains comme fortement clivée entre aristocratie et plèbe urbaine.

Il faut souligner la forte la cohérence des contributions à ce volume, centré sur la France et les dénominations des citadins, qui lui donne tout son intérêt. On en retiendra l’intérêt de parler de notables plutôt que de bourgeois pour évoquer les citadins qui se distinguent des autres, bourgeois renvoyant à une conception datée et hiérarchique de la société de classe. Par rapport à celui d’élite, le terme de notable offre aussi l’avantage de ne pas entretenir l’illusion d’une homogénéité sociale et élargir la population d’étude à des citadins se distinguant à peine des autres, ce qui permet de saisir les degrés infinis de cette notabilité dont l’épaisseur dépend de l’accumulation de marqueurs de distinction. Dans ce contexte, les « bourgeois » qu’on trouve dans les textes sont le plus souvent des propriétaires qui forment certes une grosse minorité de la population, mais certainement pas le sommet de la société urbaine. Reste toutefois la question de la dimension culturelle de l’expression écrite de la notabilité dans les actes de la pratique en particulier. Autrement dit, la diversification croissante du vocabulaire de la notabilité après 1300, au moment où la documentation en français se développe, est-elle l’effet d’une complexification sociale ou la révélation documentaire de sa complexité comme le laisse entendre Thierry Dutour ? Mais, dès lors, comment comprendre l’enrichissement diachronique de ce vocabulaire de la distinction à l’époque moderne, bien au-delà de cette rupture documentaire ? Cette question, pourtant posée par plusieurs auteurs, reste sans réponse[1]. Si on peut aussi regretter l’absence de conclusion, on ne peut cependant que recommander à la lecture ce volume, qui se distingue, pour l’essentiel, par l’excellente tenue de ses contributions.

Boris BOVE


[1] On en trouvera cependant une, sociale, dans les contributions de Robert Descimon et Laurence Crocq dans Fanny Cosandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, EHESS, Paris, 2005.

Pierre Lebrun, Le temps des églises mobiles. L’architecture religieuse des Trente Glorieuses, Gollion, éditions In Folio, 2011, 345 pages (Franck Delorme).

L’église demeure-t-elle un repère dans la ville et le paysage urbain, et de l’image que l’on s’en fait ? On serait tenté de le penser, pour ce qui concerne la période des Trente Glorieuses, à la lecture des dernières publications sur le sujet. Sont en effet parus, au cours de l’année écoulée, plusieurs ouvrages traitant de l’architecture religieuse au XXe siècle et plus particulièrement dans la seconde moitié du siècle. La thèse de Céline Frémaux sur les Eglises du Nord et du Palais de Calais, en faisant l’inventaire de tous les lieux de cultes catholiques, montre que « le nombre élevé d’églises inventoriées fait de la région un foyer d’expérimentation en matière d’architecture religieuse, représentatif de la diversité des tendances architecturales développées au cours de la seconde moitié du XXe siècle et la première décennie du XXIe siècle »[1]. Pour comprendre « le débat en France sur l’art et la religion », l’ouvrage de Françoise Caussé – également issu d’une thèse – sur l’histoire de la revue L’Art sacré peut être utile[2]. Les débats, parfois vifs, animés par les rédacteurs successifs de la revue, jettent une lumière, partielle il est vrai, sur les recherches en matière d’architecture, ainsi que sur la grande diversité de formes, sans toutefois permettre de faire « Le bilan d’une querelle » qui traverse le second demi-siècle.

Au cours des Trente Glorieuses, les débats ne portent pas que sur des questions de doctrine ni d’esthétique, mais aussi sur la fonction de l’église. Contrairement à ce qui est généralement et trop rapidement admis, le concile de Vatican II, à travers la rédaction de la Constitution de la Sainte liturgie, n’a édicté, ni entériné aucune préconisation en matière d’architecture des églises. Au mieux, le clergé semblait – presque – unanime pour éviter « de reproduire servilement les formes du passé ». Bien plus, on le sait, beaucoup des changements constatés trouvent leur origine dans la période préconciliaire. La contradiction entre « la mobilité des classes laborieuses et l’immobilité des églises » remonte bien au-delà, au XIXe siècle et à la révolution industrielle qui ont entraîné la lente disparition des liens traditionnels de la population urbaine ou rurale avec la paroisse du fait de l’entrée brutale dans l’ère des déplacements journaliers. C’est le point de départ de l’étude de Pierre Lebrun sur Le temps des églises mobiles. L’architecture religieuse des Trente Glorieuses.

Le propos, en trois temps, part du constat du changement de « l’organisation paroissiale » et de la remise en question de l’église monumentale, montrant la place de l’église catholique dans l’aménagement du territoire français pour aboutir à une interrogation en guise de fausse conclusion : « Vers une architecture religieuse dynamique ? ». On verra plus loin que la question fait long feu et que le bilan est bien plus nuancé. A partir des années 1950, trois phénomènes se conjuguent et remettent en question le statut de l’édifice cultuel : l’accélération de la migration des campagnes vers les villes, l’urbanisation rapide des grandes agglomérations et l’apparition des migrations cycliques. La place de l’église dans la ville est alors remise en cause avec la révolution automobile et la dissociation du lieu du travail et du lieu de vie sans parler du lieu de vacances. Des réponses ont été tentées : implantation des édifices à la sortie des villes et dans les stations de villégiature.

En matière d’architecture, c’est davantage l’évolution des pratiques religieuses qui a entraîné les plus profonds changements, notamment la disparition des liens traditionnels des pratiquants avec la paroisse. En 1968, le Frère Capellades dans L’Art Sacré suggère que « loin d’aliéner, la mobilité peut délivrer des conformismes étroits de la vie sédentaire, ouvrir des horizons nouveaux, être un facteur d’élévation sociale ». Les nouvelles conceptions du lieu de culte se rapprochent alors des expériences qui furent celles des premières communautés de chrétiens et l’église n’est plus le temple « maison de Dieu », mais la « maison du peuple de Dieu ». Dans le même temps, les courants œcuméniques traversent les pratiques et, conjugués avec la désaffection des lieux de culte en dehors des moments de grand rassemblement, les édifices doivent être mobiles autant, sinon plus, à l’intérieur qu’à l’extérieur. Apparaissent alors les cités paroissiales, centres œcuméniques, faits de l’addition de locaux pour la plupart polyvalents, non-consacrés, modulables au gré des besoins, profanes ou sacrés.

Pierre Lebrun analyse les différentes recherches architecturales, notamment à partir d’exemples d’édifices pris sur tout le territoire français, desquels ressortent les expériences de Pierre Pinsard et Hugo Vollmar à Nantes (Maison du peuple chrétien), Michel Marot à Meaux (Saint-Jean Bosco) ou bien Jacques Prioleau à Creil (Saint-Joseph-ouvrier). Curieusement toutes datées de 1968, les trois réalisations marquent une rupture avec les attitudes « plasticiennes » antérieures ; mais aussi une fulgurance. La conclusion, déjà en germe à la fin de la première partie, est que : « néanmoins, la reconstruction et la construction de nouveau lieux de culte se traduisit en générale par la réalisation d’églises de conception tout à fait traditionnelle et d’allure monumentale », les architectes étant bien les plus réticents à renoncer à « réaliser un monument qui marquerait durablement la ville de sa masse », ce que l’abbé Paul Winninger nomma en 1957 « le complexe du monument ».

Peu d’architectes, en réalité, ont conçu des églises réellement mobiles au sens strict du terme, c'est-à-dire démontables et transportables. En 1969, Hans Walter Müller proposa lui-même son principe d’église gonflable au curé de Montigny-lès-Cormeilles qui s’en servit une seule et unique fois pour la fête paroissiale. Jean Prouvé, ingénieur, fut lui, « trahi » par les architectes qui, ayant eu à mettre en œuvre son projet d’église nomade, ancrèrent tant et si bien les trois exemplaires réalisés en Moselle qu’ils en rendirent définitivement impossible le démontage. Abandon des idéaux, retour à des pratiques religieuses plus traditionnelles, repli d’une communauté de plus en plus réduite vers des valeurs refuges, l’image de l’architecture religieuse qui se dessine à partir de la fin des Trente Glorieuses semble bien peu refléter les notions de « mobilité, transparence, immatérialité » qui devaient en permettre le renouvellement.

Franck Delorme


[1] Céline Frémaux, Eglises du Nord et du Pas-de-Calais. 1945-2010. De la commande à la patrimonialisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

[2] Françoise Caussé, La revue L’Art sacré. Le débat en France sur l’art et la religion (1945-1954), Paris, Editions du Cerf, 2010.