La ville néolibérale : une thèse crédible ? Colloque 13-14 septembre 2012, Labex IMU, Lyon et Saint-Etienne

Depuis une vingtaine d’années, les signes d’un retour des villes et d’un renforcement des gouvernements urbains et métropolitains se sont multipliés. Pour certains, ce retour des villes s’est opéré sous le signe du néolibéralisme. Les agendas urbains privilégieraient les enjeux de  compétitivité et d'attractivité au détriment des questions de redistribution. Toutefois, d’autres lectures viennent nuancer ce tableau. D’une ville à l’autre, d’un contexte national à l’autre, des différences notables s’expriment dans le poids accordé par les politiques urbaines aux objectifs de compétitivité et à ceux de lutte contre les inégalités. Et s’il y avait encore autant de variétés de politiques urbaines qu’il y a de variétés de capitalismes et d’État-Providence ? Et si, derrières les grandes politiques et opérations phares, se cachaient des choix discrets de politiques  publiques qui changent la donne, et la vie des citadins, d’une ville à l’autre.

Projet scientifique

Depuis plus de deux décennies, l’hypothèse d’une néolibéralisation des politiques urbaines et des dispositifs de gouvernance des villes a de plus en plus de supporters, notamment dans les champs de la géographie et de la sociologie urbaines qui animent à l’échelle internationale, le champ des urban studies. Un nombre croissant de travaux se situe dans une veine néo-marxiste, et reprend les propositions séminales du géographe David Harvey (1989, 2007) notamment. Ces travaux donnent à voir des gouvernements urbains convertis à un entrepreneurialisme beaucoup plus préoccupé de créer les meilleures conditions pour attirer les entreprises, les investisseurs et les touristes que d’assurer la reproduction du facteur travail et de redistribuer les fruits de la croissance urbaine. S’appuyant sur les travaux de l’Ecole de la Régulation et de leur application aux villes par des auteurs comme Bob Jessop (1993, 2002), d’autres travaux défendent l’idée que l’ensemble des transformations qui a touché les rapports entre les Etats et les villes et le contenu et les bénéficiaires des politiques urbaines depuis une trentaine d’années (reconquête des espaces centraux, recours à des modes de déplacement doux, partenariats public-privé dans le cadre de la régénération de quartiers ou de la réalisation de grands équipements, etc.) ne peut être compris que comme le résultat d’une transformation globale des systèmes productifs occidentaux et des modifications des arrangements sociaux et politiques qui l’ont accompagnée. Selon Jessop, les Trente Glorieuses furent marquées par l’affirmation d’un régime qu’il qualifie de Keynesian welfare National State. Dans cette configuration, les Etats centraux avaient rôle clé dans l’organisation des systèmes productifs et dans la régulation des contradictions générées par le capitalisme. De leur côté, les villes y faisaient office d’espaces relativement passifs de déploiement de l’appareil industriel et de production des politiques du welfare. Le Schumpeterian workfare post-national State, caractéristique de l’ère postfordiste, tend lui à substituer aux politiques de soutien à la demande des politiques de soutien à l’offre censées assurer la compétitivité des firmes dans un contexte de plus en plus concurrentiel. Selon Neil Brenner (2004), ce renversement intervenu dans les orientations des politiques publiques a eu pour corolaire la valorisation de l’échelle urbaine et/ou métropolitaine comme échelle de gouvernement. Dans le capitalisme postfordiste, les villes offrent un double avantage. D’abord, dans un contexte où l’innovation et la réactivité à l’évolution de la demande sont des facteurs essentiels de compétitivité, elles sont les nouveaux lieux d’implantation des fonctions les plus stratégiques des firmes (Sassen, 2001). Ensuite, moins impliquées que les États dans les régulations typiques du fordisme (négociations tripartites, systèmes de redistribution, planification économique, etc.), elles sont identifiées, par les élites urbaines mais aussi par les Etats eux-mêmes (Crouch, Le Galès, 2011), comme des échelles de gouvernement plus propices à la mise en place de stratégies de compétitivité.
La reconnaissance du rôle nouveau des villes dans les processus d’accumulation et dans les stratégies du capital et de l’Etat a conduit progressivement les chercheurs évoluant dans les courants susmentionnés à formuler l’hypothèse d’une conversion néolibérale des politiques urbaines. Si le terme a d’abord été utilisé de manière relativement triviale et métaphorique, il a progressivement acquis une consistance théorique plus nette (Béal, 2010). Aujourd’hui, les travaux les plus aboutis sur le processus de néolibéralisation, ceux de Brenner et Theodore (2002), Peck et Tickell (Peck, 2001 ; Peck & Tickell, 2002) donnent le « la » dans le champ des urban studies. Plusieurs éléments définitionnels du « néolibéralisme urbain » peuvent être dégagés de ces travaux. D’abord il y a l’idée, fondamentale, que le néolibéralisme n’est pas une idéologie du désengagement de l’Etat mais de la mobilisation de ce dernier dans un projet de généralisation des mécanismes marchands. Ensuite, il y a l’érection de la notion de « création destructrice », et son corolaire la concurrence, en principes cardinaux des politiques et des régulations publiques. Enfin, il y a l’idée que le marché est un mécanisme permettant à la fois les meilleurs choix en matière d’allocation des ressources et les meilleures conditions en termes de coordination des acteurs et des organisations. La promotion de ces principes a eu d’importants effets sur les villes et sur les politiques urbaines. Les villes, considérées comme les espaces où interagissent concrètement les opérateurs du marché, ont été promues comme échelles à privilégier pour mettre en place des mécanismes optimums d’allocation des ressources. D’où le remplacement des politiques d’aménagement du territoire par des politiques de métropolisation (Pinson, Rousseau, 2011). Ensuite, dans le cadre de la planification urbaine, les mécanismes de la rente foncière ont été réhabilités comme étant la meilleure garantie de construire des espaces urbains vendables donc harmonieux. Au fond, le tournant néolibéral s’est traduit par un déplacement des politiques urbaines d’un référentiel de redistribution vers un référentiel d’attractivité et de compétitivité. La promotion de politiques de l’offre a conduit aussi à une standardisation du contenu des politiques urbaines (mimétisme entre villes) avec très fréquemment une déconnexion entre leur substance et les besoins locaux. Ce processus s’explique notamment par le rôle central d’investisseurs et d’opérateurs nationaux et internationaux guidés par la recherche de gains et d’une minimisation de leurs risques financiers.
En France, la thématique de la néolibéralisation a eu de la peine à s’acclimater dans le champ académique, même si l’usage du terme dans les mondes de l’action collective s’est enraciné. La tentative séminale de Jobert (1994) d’introduire dans les travaux de science politique un questionnement sur le changement des fondements idéologiques de l’action publique n’a pas eu, au final, beaucoup d’effet. Dans le domaine particulier des politiques publiques territoriales, les débats se sont davantage centrés sur la standardisation professionnelle des principes et modes d’action (Arnaud, Le Bart, Pasquier, 2005 et 2006). Toutefois, plus récemment, des thèses de science politique portant sur les politiques urbaines ont tenté l’importation des voies théoriques offertes par les urban studies et notamment des hypothèses sur la néolibéralisation (Rousseau, 2011 ; Béal, 2011). C’est une voie que les travaux de Bernard Jouve, et particulièrement sa volonté de renouveler le recours aux travaux d’Henri Lefebvre, avaient ouverte. Cette réticence de la science politique à s’approprier le thème de la néolibéralisation a des racines théoriques profondes, même s’il faut sans doute faire place à des explications « empiriques » comme la diffusion politique inégale selon les pays, la structuration différenciée du partage des ressources entre secteurs public et privé, etc.
Pour ce qui concerne le champ scientifique, on peut sans doute faire l’hypothèse que le cadrage du néo-institutionnalisme, devenu aujourd’hui dominant dans l’analyse des politiques publiques fait écran à cette appropriation. Ancré dans une tradition d’économie politique sensible à la variété des ancrages institutionnels du capitalisme, ce cadrage est donc par essence rétif à toute idée d’une adaptation universelle des politiques urbaines aux réquisits du capitalisme post-fordisme. Cette réticence s’exprime en filigrane dans les travaux sur la gouvernance urbaine (Pinson, 2009 ; Le Galès, 2011) ou de manière plus explicite, dans les controverses qui ont animé le débat anglo-saxon sur le sens à donner à la construction des gouvernements métropolitains (Harding, 2007 ; Jonas, Ward, 2007) et a fortiori dans des travaux qui défendent clairement la thèse de l’adaptation (voire du choix) face aux soi-disants injonctions de la globalisation (Savitch et Kantor, 2002). Les objections à la thèse de la néolibéralisation des politiques urbaines peuvent varier mais elles partagent un même postulat : si les transformations du capitalisme et des systèmes productifs peuvent exercer une pression sur les Etats et les politiques publiques, ceux-ci ne s’ajustent pas en fonction des seuls exigence du capital mais bien souvent en fonction des choix politiques et institutionnels passés et des types d’interactions qui se sont stabilisés sur le temps long entre l’Etat et les représentations du capital et du travail.
Au final, dans le champ des urban studies, on voit s’affronter deux types de théories sans, loin s’en faut, que cet affrontement soit toujours explicite : celles d’inspiration néo-marxiste qui font le pari d’une évolution globale des référentiels des politiques urbaines vers un référentiel néo-libéral commun qui percolerait dans la grande majorité des politiques urbaines ; celles d’inspiration néo-institutionnaliste qui, tout en reconnaissant l’effet structurant du capitalisme, considèrent que celui-ci, loin d’être unifié, est tributaire de systèmes locaux de règles, de conventions et de normes. Dans ce cadre, les premiers mettent l’accent sur des processus de convergence alors que les seconds sont davantage portés à s’intéresser aux variétés irréductibles des capitalismes urbains. Réplique des controverses sur la convergence du capitalisme ou du maintien – voire de l’accroissement – de ses modalités d’expression nationale, ce débat reste toutefois souvent implicite, notamment parce qu’il s’est établi à cheval sur une ou plusieurs frontières pluridisciplinaires. Le but de ce colloque est donc de l’expliciter voire de le structurer puisqu’il est essentiel à la problématisation des études urbaines contemporaines.

Afin d’avancer dans cette direction, plusieurs axes peuvent inspirer les réflexions des participants au colloque.

  • Les processus et modalités d’incorporation du néo-libéralisme dans les économies nationales et, au sein d’un même pays, dans les différents secteurs des politiques publiques urbaines (transports, planification, urbanisme, services, etc.) ;
  • Les modalités (acteurs, vecteurs, instruments, etc.) de diffusion de politiques d’inspiration néolibérale dans différentes configurations urbaines et les éventuelles résistances auxquelles elles donnent lieu ;
  • La nature et les échelles de référence des ressources empiriques (« objets », méthodes) des deux courants théoriques et leurs effets sur la structuration du débat ;
  • La place différentielle réservée dans chacun des courants aux capacités de changement et la manière dont ils rendent ainsi compte des capacités stratégiques des acteurs urbains.

Références :

Aalbers M. (2012), Subprime Cities: The Political Economy of Mortgage Markets, Londres: Wiley-Blackwell.
Arnaud, L., Le Bart, C. & Pasquier, R., 2007. Idéologies et action publique territoriale: la politique change-t-elle encore les politiques?, Rennes: Presses universitaires de Rennes.
Béal, V. (2010) « Does neoliberalisation matter ? Apports et limites d’une notion montante des urban studies dans la science politique française », Working papers du Programme Villes & territoires, 2010/1, Paris, Sciences Po.
Béal, V. (2011), Les politiques du développement durable. Gouverner l’environnement dans les villes françaises et britanniques (1970-2010), Thèse de science politique, Université de Saint-Etienne.
Brenner, N. and Theodore, N. (2002), “Cities and the Geographies of ‘Actually Existing Neoliberalism’”, in Brenner, N. and Theodore, N. (Eds.) Spaces of Neoliberalism. Urban Restructuring in North America and Western Europe, Oxford, Blackwell.
Brenner, N. (2004) New State Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford, Oxford University Press.
Crouch, C. (2011), The strange non-death of neo-liberalism, Londres: Polity.
Crouch, C. & Le Galès, P. (2011), « Cities as national champions? » Journal of European Public Policy, pp. 1-15.
D’Albergo, E. (2009), Le politiche urbane degli Stati europei. Francia, Germania, Regno Unito e Spagna a confronto, Rome, Cittalia- ANCI.
Dikeç M. (2007), Badlands of the Republic: Space, Politics and Urban Policy, Londres: Blackwell.
Garcia, M. (2011), “The Breakdown of Spanish Urban Growth Model: Social and Territorial Effects of the Global Crisi”, International Journal of  urban and Regional research, 34 (4), 967-80.
Hackworth, J. (2007), The Neoliberal City: governance, ideology and development in American urbanism, Ithaca NY: Cornell University Press.
Haila, A. (2007), “The market as the new emperor”, International Journal of Urban and Regional Research, 31, 3-20.
Harding, A. (2007) « Taking City Regions Seriously? Response to Debate on 'City-Regions: New Geographies of Governance, Democracy and Social Reproduction' », International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 31 (2).
Harvey, D. (1989) « From managerialism to entrepreneurialism: the transformation in urban governance in late capitalism », Geographiska Annaler B, Vol. 71 (1), pp. 3-17.
Harvey, D. (2005) A Brief History of Neoliberalism, Oxford, Oxford University Press
He, S. & Wu, F. (2009), “China’s emerging neoliberal urbanism: perspectives from urban redevelopment”, Antipode, 41(2), pp.282–304.
Jessop, B. (1993), “Towards a Schumpeterian workfare state? Preliminary remarks on Post-fordist political economy”, Studies in Political Economy, Vol. 40.
Jessop, B. (2002), “Liberalism, Neoliberalism and Urban Governance: A State-Theoretical Perspective”, Antipode, Vol. 34 (3).
Jobert, B. (1994) (Dir.), Le tournant néo-libéral en Europe. Idées et recettes dans les pratiques gouvernementales, Paris : L'Harmattan.
Jonas, A. and Ward, K. (2007), “There’s more than one way to be ‘serious’ about City-Region”, International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 31 (3).
Le Galès, P. (2011), Le retour des villes européennes: sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, 2nde édition, Paris: Presses de Sciences Po.
Lefèvre, C. (1998), “Metropolitan government and governance in western countries: a critical review”. International Journal of Urban and Regional Research, 22(1), 9–25.
Lorrain, D. (1995). « La grande entreprise urbaine et l’action publique ». Sociologie du travail, 37(2), pp.199–220.
Lorrain, D. (2002). « Capitalismes urbains. Des modèles européens en compétition ». L’Année de la régulation, (6), pp.195–239.
Lorrain, D. (2002). « Capitalismes urbains: la montée des firmes d’infrastructures ». Entreprises et histoire, 30, pp.7–31.
Peck, J. (2001), « Neoliberalizing States », Progress in Human Geography, Vol. 25 (2), p. 445-455.
Peck, J. (2010), Constructions of neoliberal reason. Oxford: Oxford University Press.
Peck, J. and Tickell, A. (2002), « Neoliberalizing Space », Antipode, Vol. 34 (3).
Pinson, G. (2009), Gouverner la ville par projet : urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris: Presses de Sciences Po.
Pinson, G., Rousseau, M. (2011), « Les systèmes métropolitains intégrés. Etats des lieux et problématiques », Territoires 2040, n°3, p. 28-58
Préteceille, E. (2009), « La ségrégation ethno-raciale dans la métropole parisienne », Revue française de sociologie, vol. 50, n° 3, 489-519.
Raco, M. (2005), “Sustainable Development, Rolled-Out Neo-Liberalism and Sustainable Communities”, Antipode, 37 (2), 324-346.
Ranci, C. (2011), La città nella rete globale. Competitività e disugualianze in sei città europee, Milano: Bruno Mondadori.
Ranci, C. (2011), “Competitiveness and Social Cohesion in Western European Cities”. Urban Studies, 48(13), pp. 2789–2804.
Reigner, H., Brenac, T. & Hernandez, F., 2009. Circuler dans la ville sûre et durable: des politiques publiques contemporaines ambiguës, consensuelles et insoutenables. Métropoles, (5).
Rousseau, M. (2011), Vendre la ville (post)industrielle. Capitalisme, pouvoir et politiques d’image à Roubaix et à Sheffield (1945-2010), Thèse de science politique, Université de Saint-Etienne.
Sassen, S., (2001). The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton: Princeton University Press.
Savitch, H. V. and Kantor, P. (2002). Cities in the International Market-place: The Political Economy of Urban Development in North America and Western Europe, Princeton: Princeton University Press
Storper, M. (2001), The poverty of radical theory today: from the false promises of Marxism to the mirage of the cultural turn. International Journal of Urban and Regional Research, 25(1), pp.155–179.
Storper, M. (2011), “Justice, Efficiency and Economic Geography: Should Places Help One Another to Develop?'”, European Urban and Regional Studies, 2011.
Webster, C., Wu, F.( 2010), Marginalization in Urban China: Comparative Perspectives, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Descriptif de l’événement

Ce colloque est conçu comme un événement qui viendra inaugurer le lancement du master « Altervilles ». Ce master de science politique, labellisé PRES « Université de Lyon » et co-opéré par Sciences Po Lyon et l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne, ouvrira en septembre 2012. Le colloque sera organisé sur deux jours, les jeudi 13 et vendredi 14 septembre 2012 et sur deux lieux (Sciences Po Lyon et Université Jean Monnet). Le colloque se déroulera dans deux langues (français et anglais).

Programme

Jeudi 13 septembre 2012 / Thursday September 13th 2012

Lieu / Place : Saint-Etienne Télécom, Université Jean Monnet (25 rue Docteur Rémy Annino, Saint-Etienne)

9h00-9h30 : Café d’accueil / Welcome coffee

9h30-10h00 : Allocutions introductives / Introductive speeches

  • Khaled Bouabdallah (Président de l’Université Jean Monnet, Saint-Etienne)
  • Jean-Yves Toussaint (Intelligences des Mondes Urbains ; UMR Environnement, Ville et Société)
  • Renaud Payre (UMR Triangle)

10h00-10h30 : Session introductive / Introductive session

  • Christelle Morel Journel (Université Jean Monnet Saint-Etienne, EVS),
  • Gilles Pinson (Sciences Po Lyon, Triangle), « Néolibéralisation généralisée des politiques urbaines ou variété des capitalismes urbains ? »

10h30-12h15 Session 1 La néolibéralisation des politiques urbaines. Cadrage théorique et historique et controverses / The neoliberalisation of urban policies. Theoretical and historical frameworks and controversies

  • Alan Harding (University of Manchester), « Is there a neoliberal project for cities? A sympathetic critique of the Critical Approach »
  • Jason Hackworth (University of Toronto), « The neoliberal city as a political and scholarly construct »
  • Manuel Aalbers (Universiteit van Amsterdam), « Do maps make geography? The pre-histories of neoliberal urbanism in the U.S. »

14h00-15h45 Session 2 État, villes, marchés, crises / State, cities, markets, crisis

  • Marisol Garcia (Universitat de Barcelona), « State-led estate boosterism and the breakdown of the Spanish urban model » (sous réserve)
  • Anne Haila (University of Helsinki), « Housing and estate policies in East Asian cities: between municipal socialism and State-present capitalism »
  • Fulong Wu (Bartlett School of Planning, University College London), « State entrepreneurialism and the production of urban inequalities in China »

16h00-17h45 Session 3 La ville néolibérale : politiques, acteurs, instruments / The neoliberal city : policies, actors, instruments

  • Patrick Le Galès (Sciences Po Paris, CEE), « Convergence néolibérale ou dépendance au(x) sentier(s) : que nous apprend l’analyse des politiques urbaines ? »
  • Mike Raco (Bartlett School of Planning, University College London), « Hybrid neoliberalisation: sustainability and the transformation of urban policies »
  • Michael Storper (London School of Economics, Sciences Po Paris), « Justice, Efficiency and Urban Policy »

Vendredi 14 septembre 2012 / Friday September 14th 2012

Lieu : Sciences Po Lyon (Petit Amphi), 4 rue Charles Appleton Lyon

9h00-9h30 : Café d’accueil / Welcome coffee

9h30-10h00 : Allocutions introductives / Introductive speeches

  • Michel Lussault, président de l’Université de Lyon
  • Gilles Pollet, directeur de Sciences Po Lyon

10h30-12h15 Session 4 La ville néolibérale : processus, formes, effets / The neoliberal city : processes, forms, effects

  • Edmond Préteceille (Sciences Po Paris, OSC), « Ségrégations et inégalités urbaines dans les grandes métropoles européennes: les impacts de la crise financière » (sous réserve)
  • Costanzo Ranci (Politecnico di Milano), « Disconnected cities: competitiveness and social cohesion in neo-liberal cities »
  • Hélène Reigner (IFFSTAR), « De l'analyse du cadrage néolibéral des politiques urbaines à l'objectivation de leurs effets dans la ville. Le cas des politiques de transport et de déplacements en France »

14h00-15h45 Session 5 Citoyenneté, mobilisations, conflits et gouvernance dans la ville néolibérale / Citizenship, mobilizations, conflicts and governance in the neoliberal city

Session organisé sous l’égide du LabEx Intelligences des Mondes Urbains

  • Mustafa Dikeç (Royal Holloway, Londres), « Ce que la néolibéralisation fait à la citoyenneté urbaine »
  • Tommaso Vitale (Sciences Po Paris), « Objets, formes et lieux du conflit dans la ville néolibérale »
  • Christian Lefèvre (Institut Français d’Urbanisme, LATTS), « Les élites économiques urbaines sont-elles des acteurs de la néolibéralisation des politiques urbaines ? »

15h45-16h30 : Session posters organisés par les doctorants d’IMU / Posters sessions organised by IMU PhD students

16h30-17h00 Session conclusive / Conclusive session

  • Dominique Lorrain (CNRS, LATTS), « Contextes institutionnels, évolutions des firmes et variété des capitalismes urbains »

Comité d’organisation

  • Christelle Morel Journel (Université Jean Monnet Saint-Etienne, EVS),
  • Gilles Pinson (Sciences Po Lyon, Triangle), Vincent Béal (King’s College Londres, Triangle),
  • Stéphane Cadiou (Université de Nice, ERMES),
  • Eric Charmes (ENTPE, EVS),
  • Rémi Dormois (EVS),
  • Deborah Galimberti (Triangle),
  • Charlotte Halpern (FNSP, Sciences Po Grenoble, PACTE),
  • Aisling Healy (Université Jean Monnet Saint-Etienne, Triangle),
  • Gwenola Le Naour (Sciences Po Lyon, Triangle),
  • Julie Pollard (Université de Lausanne),
  • Hélène Reigner (IFFSTAR),
  • Max Rousseau (Triangle),
  • Valérie Sala Pala (Université Jean Monnet Saint-Etienne, Triangle).

Transformations des villes et du territoire (1750-1950), 15-16 novembre 2012, IPRAUS-UMR AUSSER, date limite 1er juillet 2012

Du milieu du XVIIIe au milieu du XXe siècle, les villes françaises et européennes ont connu de nombreuses évolutions : croissance démographique et extension de l’aire bâtie (bien que ces phénomènes aient été très inégaux selon les cas), mais aussi diverses interventions de modernisation, telles que la suppression d’une enceinte fortifiée, la création de grands « équipements » urbains (bâtiments institutionnels, hôpitaux, universités, etc.), celle d’infrastructures de transport nouvelles (des biens et/ou des personnes : routes, canaux, chemins de fer, aéroports). En France, les plans d’extension, dès le XVIIIe siècle, les plans d’alignement, à partir de la loi de 1807 et au fil de leurs révisions successives durant le XIXe, puis les plans établis après 1919 sur la base de la loi Cornudet ont été les principaux outils d’organisation et de contrôle de ces transformations par les pouvoirs publics. Des documents comparables ont-ils existé dans d’autres pays et quels en ont été les effets ? Au-delà de tels outils d’intervention, dans la lignée de ces plans ou de façon divergente, ont largement concouru aux évolutions des villes et des territoires l’action d’acteurs multiples – investisseurs et spéculateurs privés, compagnies industrielles ou ferroviaires, etc.

Le but des Journées des 15 et 16 novembre prochains est ainsi, à partir d’études de cas, d’observer comment ont pu se combiner plans d’extension, percées, lotissements, création d’infrastructures ou d’emprises industrielles d’une part, actions publiques et privées d’autre part ; comment donc s’est opérée et a évolué la «fabrication» de la ville et des territoires durant la période considérée; comment, avec les banlieues progressivement étendues et diversifiées et venant s’ajouter aux anciens faubourgs, s’est préparé, au moins pour certaines grandes villes, un changement d’échelle ouvrant vers leur métropolisation.

Ces journées entendent se situer à la fois dans le prolongement d’un premier ouvrage ayant présenté quelques travaux de chercheurs de l’IPRAUS1, dans celui du colloque organisé en décembre 20042, et dans celui des précédentes journées d’études organisées en 20083, 2009, 2010 et 2011 sur le thème « Infrastructures de transport et transformation des villes et du territoire »4. Simultanément, elles tendent à dresser un panorama général préparatoire pour d’autres journées qui, dans les années prochaines, pourront se focaliser sur des thématiques plus ciblées.

La question centrale étant celle des formes architecturales et urbaines, les communications attendues pourront investir les différentes échelles d’analyse (du territoire national ou régional à celui du bâtiment), mais aussi interroger les outils de description et d’analyse pertinents selon chacune de ces échelles.

Les propositions de communications devront être présentées : • avant le 1er juillet 2012, • sous la forme d’un abstract avec titre, de 3.000 à 3.500 signes maximum (espaces compris),

• accompagnées :

- d’une présentation de l’intervenant (nom, titres universitaires, fonction et organisme de rattachement), - d’une courte bibliographie de ses travaux (5 titres maximum), - et de ses coordonnées (adresse postale, adresse électronique, téléphone),

• et adressées simultanément à : formes.urbaines@paris-belleville.archi.fr michele.bresson@orange.fr

annie.terade@paris-belleville.archi.fr

Les auteurs des propositions retenues en seront avertis avant le 15 juillet.

1) M. Lambert-Bresson, A. Térade (dirs.), Villes françaises au XIXe siècle, Paris, Éditions Recherches, coll. Les Cahiers de l’IPRAUS, 2002.

2) Actes publiés : M. Lambert-Bresson, A. Térade (dirs.), Villes françaises dans la première moitié du XIXe siècle, Paris, Éditions Recherches, coll. Les Cahiers de l’IPRAUS, 2006.

3) Actes publiés : M. Lambert-Bresson, A. Térade (dirs.), Architectures urbaines & architectures du mouvement, Paris, Éditions Recherches, coll. Les Cahiers de l’IPRAUS, 2011.

3)Actes en cours de publication, à paraître aux Éditions Recherches, coll. Les Cahiers de l’IPRAUS.

Enjeux touristiques et lieux commerçants / Enjeux commerciaux et lieux touristiques Journées de la Commission « géographie du commerce » et de la Commission « géographie du tourisme et des loisirs » Amiens, 12-13-14 juin 2012

MARDI 12 JUIN 2012, Logis du Roy
Accueil des participants et introduction aux journées du CNFG [15h40- 16h40] :

· Réception « officielle » des participants ; intervention de représentants des collectivités
territoriales
· Accueil des participants : Philippe NIVET, Professeur d’histoire contemporaine, Université de
Picardie Jules Verne, Directeur de l’UFR d’Histoire et de Géographie ; Olivier LAZZAROTTI,
Professeur de géographie, Directeur de l’équipe « Habiter le Monde », Université de Picardie
Jules Verne

· Introduction des journées des Commissions « Commerce » et « Tourisme » du CNFG : Nathalie
LEMARCHAND, Professeur de géographie, Présidente de la Commission de géographie du
commerce, CNFG, Université Paris 8 ; Philippe DUHAMEL, Professeur de géographie, Président de
la Commission de géographie du tourisme, CNFG, Université d’Angers

Session 1 : Le commerce des lieux touristiques / Le commerce dans les lieux
touristiques [1/2], 16h40-18h30

• 16h40-17h : Maria GRAVARI-BARBAS, EIREST, IREST, Université Paris 1 et Chiara RABIOSI, EIREST,
IREST, Université Paris 1 : Les grands magasins parisiens, entre stratégies commerciales et
stratégies touristiques.
• 17h-17h20 : Laurie LEPAN, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers : Shopping et tourisme :
comment les lieux du shopping s’insèrent-ils dans les mobilités touristiques ? Le cas de la
métropole parisienne.
• 17h20-17h40 : Anne-Cécile MERMET, EA EIREST, Université Paris 1, UFR TES, Université Paris 8 :
Produire et consommer l’authenticité dans des quartiers touristiques : le cas des centres
historiques (le Marais et le Vieux Lille).
• 17h40-18h : Yoann MORVAN, Coresponsable de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (Institut
Français d’Etudes Anatoliennes – USR 3131), Chercheur associé au Centre de Recherches
Français à Jérusalem (USR 3132) : Istanbul et Jérusalem : entre bazar et mall, nouvelles
synergies des pélerinages marchands
· 18h-18h25 : Débats et questions

Session hors les murs : visite d’Amiens, 18h30-19h30
Dîner offert par l’Université de Picardie-Jules Verne

MERCREDI 13 JUIN 2012, Logis du Roy

Session 2 : Le commerce des lieux touristiques/le commerce dans les lieux
touristiques [2/2], 9h-10h50

• 9h-9h20 : Anouk BONNEMAINS, Véronique PEYRACHE-GADEAU et Christophe GAUCHON, Laboratoire
EDYTEM, Université de Savoie : L’offre commerciale dans les stations de Tarentaise : marqueur
de l’évolution et de la spécification d’un territoire touristique ?
• 9h20-9h40 : Christian HELION, UFR des Sciences Sociales, Université de Versailles Saint Quentinen-
Yvelines : Le Yumbo Center (Gran Canaria) : rôle d’une armature commerciale dans la
dynamique territoriale d’une destination gay.
• 9h40-10h : Khadija BENRBIA, Université Mohamed Premier, Oujda, Maroc : Tourisme et activités
commerciales dans une ville balnéaire. Le cas de la ville de Saïdia.
• 10h-10h20 : Jérôme PIRIOU, UMR ESO-Angers, Sup de Co La Rochelle : La fonction de services des
lieux dans un espace touristique régional : une autre lecture de la relation centre-périphérie.
• 10h20-10h50 : Débats et questions

10h50-11h20 : Pause café

Session 3 : Lieux du commerce, lieux touristiques [1/2], 11h20-12h30
• 11h20-11h40 : Vincent COËFFE et Jean-René MORICE, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers :
Du grand magasin au lieu touristique : l’exemple des Galeries Lafayette Haussmann.
• 11h40-12h : Pierre CHABARD, Ecole nationale supérieure d’architecture, de la ville et des
territoires de Marne-la-Vallée (Université Paris-Est), Directeur de l’Observatoire de la Condition
Suburbaine : L’architecture, le lieu et l’identité : Val d’Europe vs. Metropol Parasol.
• 12h-12h30 : Débats et questions

Déjeuner : 12h30-13h30 (lieu à préciser)

Session hors les murs : excursion en baie de Somme, Saint-Valéry-sur-Somme
"Station touristique balnéaire sur la rive sud de la Baie de Somme, Saint-Valéry-sur-Somme est
aujourd'hui l'une des communes à proximité d'Amiens où tourisme et commerce participent,
simultanément, à l'animation du lieu. On s'y rend aussi bien pour ses éléments historiques ou "naturels"
du patrimoine que pour le nombre et la diversité de ses restaurants, entre autres."

Dîner à Saint Valéry sur Somme

JEUDI 14 JUIN 2012, Logis du Roy

Session 4 : Lieux du commerce, lieux touristiques [2/2], 9h–12h50
• 9h-9h20 : Francesco ADAMO, GeoProgress, Onlus, Università degli Studi del Piemonte O. “A.
Avogadro”, Novara, Italie : Commerce, tourisme et loisir. Le cas de la ville de Turin.
• 9h20-9h40: Caterina CIRELLI, Université de Catane, Teresa GRAZIANO, Université de Catane, Enrico
NICOSIA, Université de Macerata et Carmelo MARIA PORTO, Université de Macerata : The
gateways of contemporary cities, between tourist flows and retail vocation.
• 9h40-10h : Ekaterina ANDREEVA-JOURDAIN, UMR ESO, UFR ITBS, Université d’Angers : Les touristes
russes et les lieux du commerce en France.
• 10h-10h30 : Débats et questions

10h30-11h : Pause café

• 11h-11h20 : Nadjia BENALI-NOUANI, Chercheur au Laboratoire « Ville, Urbanisme et
Développement Durable » VUDD, Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger,
EPAU, Algérie : Les centres commerciaux algérois, lieux de loisirs et du tourisme ?
• 11h20-11h40 : Koudzo SOKEMAWU, Département de Géographie, Université de Lomé (Togo) : Le
marché aux fétiches d’Akodessewa : un lieu touristique au coeur de la ville de Lomé (Togo).
• 11h40-12h : Aurore NAVARRO, Laboratoire d’études rurales, Université Lyon 2 : Du tourisme
urbain au tourisme rural en Ardèche méridionale, les marchés de détail comme faire-valoir des
lieux.
• 12h-12h20 : Si Mohamed BEN MASSOU, École Supérieure de Technologie d'Essaouira (ESTE),
Université Cadi Ayyad, Marrakech (Maroc) : Les lieux de commerce : des produits touristiques
entre les mains des voyagistes
• 12h20-12h50 : Débats et questions

Déjeuner (lieu à préciser)

Session 5 : Modèles spatiaux, pratiques sociales, 14h-16h40

• 14h00-14h20 : Matthieu DELAGE et Antoine FLEURY, UMR Géographie-cités (CNRS, Universités
Paris 1 et Paris 7) : Commerces et centralités touristiques à Paris.
• 14h20-14h40 : Isabelle COLLIN, Laboratoire Hommes, villes et Territoires, UFR de géographie et
d’aménagement, Université Lille 1 : Le commerce une facette majeure du dynamisme touristique
des centres-villes métropolitains : l’exemple de Lille et Marseille.
• 14h40-15h : Débats et questions

15h-15h20 : Pause café

• 15h20-15h40 : Teresa GRAZIANO, Université de Catane et Enrico NICOSIA, University of Macerata
(Italie) : New tourist practices and consumption patterns: the impact of the factory outlet format
on the Sicilian tourist sector.
• 15h40-16h0 : Colette RENARD-GRANDMONTAGNE, CLSH-Nancy, Université de Lorraine : Au coeur de
l’été madrilène : Madrid-Xanadú.
• 16h-16h20 : Alfred Homère NGABDAM MFONDOUM, Département de géographie, Université de
Yaoundé I (Cameroun) : Déploiement spatiotemporel des fabriques et des centres de commerce
artisanaux, et touristification de l’espace urbain – étude de cas dans la ville de Foumban
(Département du Noun – Ouest-Cameroun).
• 16h20-16h40 : Débats et questions

Conclusions des journées du CNFG, 16h40-17h20

Adresse des journées d'études du CNFG : Université de Picardie Jules Verne, Le Logis du Roy,
Passage du Logis du Roi, 80 000 Amiens

(Information transmise par Nathalie Lemarchand, Géographe, Professeure, Université de Paris 8 (Vincennes - St-Denis) Laboratoire LADYSS (UMR 7533) - UFR TES - Département de Géographie)

Les soeurs de La Trémoille à Rome (1675-1701) : musique, théâtre et danse entre le Palazzo Lante et le Palazzo Orsini. Conférence d'Anne-Madeleine Goulet suivie d'un concert, Rome, 31 mai 2012

L’Assessore alle Politiche culturali e Centro storico Dino Gasperini ha il piacere di invitare la Signoria Vostra alla conferenza in musica di

 

Anne-Madeleine Goulet

 

Le sorelle de La Trémoille a Roma (1675 - 1701):

musica, teatro e ballo tra Palazzo Lante e Palazzo Orsini

 

interventi di Elisabetta Mori, Michele Di Sivo e Orsetta Baroncelli

 

musiche di Boesset, Lambert, De Visée, Hidalgo, Bernabei, Stradella, Scarlatti

eseguite da Ensemble Faenza

Olga Pitarch (soprano) e Marco Horvat (voce e tiorba)

 

 

in collaborazione con l’Archivio storico capitolino e l’École francaise de Rome

                                                                            

     

                                                                                                                                  R.S.V.P.

                                                                                                                          goulet@musici.eu   

 

Giovedì 31 maggio 2012  ore  17,30

Archivio storico capitolino  - Piazza dell’Orologio, 4 – Roma

 

L'Allemagne centrale, foyer de recherche en histoire moderne, 15-19 octobre 2012, date limite du dépôt des candidatures : 8 juin 2012

L’Institut historique allemand (IHA) organise une excursion de cinq jours en Allemagne centrale pour des étudiants et des doctorants français:

 

Aperçu de la recherche allemande en histoire moderne

Du 15 au 19 octobre 2012

Date limite du dépôt des candidatures: 8 juin 2012

 

L’excursion offre à des étudiants et doctorants français en histoire moderne disposant de connaissances suffisantes en allemand l’occasion de se familiariser avec la pratique de la recherche et le paysage scientifique en Allemagne.

Le programme prévoit les visites suivantes: les Franckesche Stiftungen zu Halle et l’université de Halle (Centre interdisciplinaire de recherche sur les Lumières en Europe), l’université de Jena (Forschungszentrum Laboratorium Aufklärung et Historisches Institut), le Forschungszentrum Gotha für kultur- und sozialwissenschaftliche Studien, la Forschungsbibliothek Gotha, la Klassik-Stiftung Weimar, l’université Bauhaus à Weimar (Europäische Medienkultur) ainsi que l’université d’Erfurt (Max-Weber-Kolleg für kultur- und sozialwissenschaftliche Studien et Historisches Seminar). Toutes ces institutions sont membres du réseau »Orte und Medien der Kultur in Neuzeit und Moderne« en Allemagne centrale.

 L’IHA prend en charge les frais d’hébergement, les droits d’entrée ainsi que les frais de voyage jusqu’à hauteur de 250 €. Une contribution forfaitaire de 50 € est demandée aux participants lors de leur inscription définitive.

 Pour déposer votre candidature, merci de nous adresser une lettre de motivation accompagnée de votre curriculum vitae. Veuillez envoyer votre dossier en indiquant la référence »Excursion Allemagne centrale« jusqu’au 8 juin 2012 à l’adresse suivante: Institut historique allemand, 8, rue du Parc-Royal, 75003 Paris


Renseignements Rainer Babel: 
rbabel@dhi-paris.fr

Une ville à la mesure de la capitale (Moyen Age et époque moderne),Deuxièmes Rencontres d'histoire de Paris Archives nationales (accès par l'Hôtel de Rohan) 5 juin 2012

Matinée sous la présidence de Daniel ROCHE (Collège de France)

9h30. Accueil des participants par Agnès MAGNIEN, directrice des Archives nationales

Introduction par Dominique MARGAIRAZ (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne/IDHE)

Robert CARVAIS (CNRS/Université Panthéon-Assas), Le toisé selon la coutume de Paris : enjeux économique et juridique

Léa HERMENAULT (Université Paris I Panthéon-Sorbonne/ArscAn), Mesurer et localiser le travail des artisans paveurs dans la ville : les dépenses de pavage du Domaine à Paris au XVe siècle

Nicolas LYON-CAEN (CNRS-CRHQ/Université de Caen-Basse-Normandie), L'immobilier parisien au XVIIIe siècle, un marché locatif ?

Isabelle BRIAN (Université Paris I/CRHM EA 127), Eléments pour une mesure du fait religieux à Paris sous l'Ancien-Régime

Après-midi sous la présidence de Michel BALARD (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne/ Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l'Ile-de-France) 14h30.

Caroline BOURLET (CNRS/IRHT), Compter les Parisiens de 1300 : retour sur un débat

Benoît DESCAMPS (LAMOP-UMR 8589), Le débit des boucheries parisiennes à la fin du Moyen Âge: une approche quantitative de la consommation

Katia BEGUIN (Université Paris I/CRHM EA 127), Le poids financier de Paris : une mesure de la richesse de la capitale ? Conclusions de Daniel ROCHE (Collège de France)

Organisation : Yoann Brault (Centre de Topographie historique de Paris) Jean-Pierre Brunterc'h (Archives Nationales), Julie Claustre (Université Paris I/LAMOP), Anne Conchon (Université Paris I/IDHE) et Vincent Denis (Université Paris I/CRHM EA 127)

Journée d’échanges, Politiques d’accueil des étrangers dans le parc social municipal et réhabilitation des quartiers anciens de Grenoble, 24 mai 2012

Organisation : Lucille Champion
Master 1 sous la direction de Johann Chapoutot
lucille.champion@hotmail.fr

Programme de la journée
9h    Accueil
9h15    Présentation de la journée    A-M Granet Abisset
9h30    La municipalité Dubedout    Josselin Sibille
10h    L’immigration à Grenoble    Lucille Champion
10h20    pause
10h40    Politiques du logement Valence (26)    Pierre Waechter
11h10    Réhabilitation du quartier Très cloitre    Manon Locatelli
11h40    Reprise et discussion     Nadir Boumaza
12h10    Buffet

13h30    Les politiques municipales et l’ODTI 1970 -1980    Claude Jacquier
14h00    Le logement social et les étrangers    Patrick Kamoun
14h30    Le logement social spécifique    J-L Baldos
15h00    Question à C. Jacquier, J-L Baldos et P. Kamoun
Pause
16h00    Retour sur le mythe de la concentration choisie : 6ans de politiques du logement social à l’attention des Algériens (1967-1973).    Lucille Champion
16h30    Le logement des Algériens à Lyon    Emilie Elongbil Ewane

17h00    Conclusion de la journée

Accès
A partir de la gare, tramway B, direction « Gières plaine des sports », arrêt « Notre Dame Musée » (15 minutes environs).
Adresse
ODTI   Résidence Nordine  Hadj Amar
7 Place Edmond Arnaud
38000 GRENOBLE

PARIS EN IMAGES Colloque international organisé par le Comité d’histoire de la Ville de Paris et l’Université Paris 1 Panthéon –Sorbonne, 24 et 25 mai 2012

Peu de villes au monde possèdent une iconographie aussi riche que celle de Paris. Qu’il s’agisse de gravures, de peintures, de photographies ou de films, la capitale française a été représentée sur tous les modes et sur tous les supports. Elle est parfois même identifiée, symbolisée et souvent réduite à l’une de ces images : la Tour Eiffel, la colonne de la Bastille, le Moulin Rouge, les escaliers de Montmartre, la mode parisienne sont autant d’icônes qui incarnent aux yeux du monde la Ville lumière.
Or jusqu’ici, on a le plus souvent tenté d’analyser ces images au prisme des réalités qu’elles traduiraient (la Tour Eiffel comme image de l’Exposition universelle et de la place de la France dans la compétition industrielle entre les nations ) ou ce qui a présidé à leurs représentations (la colonne de la Bastille comme lieu de mémoire de la Révolution de 1830 à l’endroit précis d’un symbole de la Révolution de 1789, le Sacré-Cœur sur la butte Montmartre pour « expier les crimes des Communards », sur un haut lieu de la Commune de 1871, la mode du caban (1962) et du smoking pour femme (1966) créés par Yves Saint-Laurent comme témoignages d’une émancipation féminine balbutiante)
L’objet de ce colloque est différent. Nous souhaitons étudier comment ces images participent à la construction d’une mythologie de Paris nous voulons comprendre ce que la production iconographique nous dit de Paris, de ses représentations et des visions de la ville en général.
L’ambition est donc de renverser la perspective en partant des images (dessin, toile, tableau, photographie, film…) analysées et réintégrées dans le champ plus large de l’histoire des représentations. Ces icônes alimentent en effet un discours et une histoire qui contribuent à leur tour à produire un récit de Paris. C’est ce récit et l’histoire de sa production que ce colloque souhaite étudier.
24 MAI : AUDITORIUM DU PETIT PALAIS (avenue W. Churchill, 75008 Pari)
9h : Accueil des participants
9h30 : Introduction du colloque, par Claire Barillé (Comité d’histoire de la Ville de Paris), Dominique Kalifa(Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Vanessa Schwartz (University of Southern California)
I – TEMPORALITES
10h-12h Présidence/Chair : Ginette Vincendeau (King's College London)
« Paris gothique », par Dominique Kalifa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Boulevard et Bohême, carrefours et détours en mouvement », par Walburga Hülk-Althoff (Siegen Universität)
« Photographing the Moment, Capturing History during the Liberation of Paris, August 1944 », par Catherine Clark (University of Southern California)
“Tomorrowland: Vizualizing Utopia in 20th Century Architectural Drawings, par Rosemary Wakeman(Fordham University)
13h30-15h15  Présidence/Chair : Annie Fourcaut (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
 
« Paris outragé : les destructions de Paris sous la Révolution », par Guillaume Mazeau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Images of insurrections: Edouard de Beaumont’s Souvenirs des journées de juin 1848 », par LauraO’Brien( Irish Research Council for the Humanities and Social Sciences & Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Paris immigré », par Claire Zalc (CNRS-ENS)
II – MATERIALITES
 
15h45-17h45 Présidence/Chair : Philippe Hamon (Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle)
« La ville en mouvement. Paris sur la feuille d’éventail, XVIIe-XVIIIe siècles », par Georgina Letourmy (docteur en histoire de l’art)
« Sur les traces des rues. L’usage des photographies du Vieux Paris de Charles Marville dans les publications de la Ville de Paris au XIXe siècle », par Joke de Wolf (Université de Cologne)
« The implication of recording of candid scenes in film and television as a new source for daily urban life in Paris during the postwar era », par Alex Toledano (University of California at Berkeley)
25 MAI : FORUM DES IMAGES (2, rue du Cinéma, 75001)
9h30-10h15 Introduction par Vanessa Schwartz (University of Southern California) ; présentation des collections du Forum des Images par Jean-Yves de Lepinay, directeur des
programmes du Forum des Images
III - ICONICITES
 
10h30-12h30 : Présidence/Chair : Antoine de Baecque (Université Paris Ouest-Nanterre)
« Cris de Paris », par Vincent Milliot (Université de Caen Basse-Normandie)
« Cartes postales de Paris », par Claire Barillé (Comité d’histoire de la Ville de Paris)
« The stairs: rue Vilin/rue Piat », par Roland-François Lack (University College London)
14h-16h Présidence/Chair : Nathalie Roseau
(École des Ponts ParisTech et université Paris Est)
« Cutting through Paris: The new Sectional Order of the 19th Century », par Sun Young Park (Harvard University)
« La construction visuelle du mythe de Saint-Germain-des-Prés de 1945 à nos jours », par Éric Dussault, (York University Toronto /ENS Lyon)
“Evolving photographic vision of Grands ensembles : Temporality in Mathieu
Pernot’s Le meilleur des mondes, and Nuages », Zachary R. Hagins (The Pennsylvania State University)
16h30-18h Table ronde /Round table conference : « Et la Tour Eiffel ? »
Avec Daniel Bermond, auteur de Gustave Eiffel (Perrin), Annie Fourcaut (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean-Yves de Lépinay (Forum des Images), Nathalie Roseau (École des Ponts ParisTech et université Paris Est), Vanessa Schwartz, (University of Southern California) et Ginette Vincendeau (King's College London)

Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011, 401 p. (Clarisse Coulomb)

–      Qu’est-ce que vient me conter cette chiffonière ? répliqua l’autre en vrai fiacre. Gare ! prenez garde à elle ; elle a son fichu des dimanches. Ne semble-t-il pas qu’il faille tant de cérémonies pour parler à Madame ? On parle bien à Perrette. […]

–      Attends ! attends ! ivrogne, avec ton fichu des dimanches : tu vas voir la Perrette qu’il te faut ; je vais te montrer, moi, s’écria-t-elle en courant se saisir de son aune qui était à côté du comptoir. Et quand elle fut armée : allons, sors d’ici , s’écria-t-elle, ou je te mesure avec cela, ni plus ni moins qu’une pièce de toile, puisque toile il y a. […]

Le bruit qu’ils faisaient attirait du monde ; on s’arrêtait devant la boutique. 

On aura reconnu la querelle entre la marchande de linge, madame Dutour, et le cocher dans la Vie de Marianne de Marivaux. Comme le remarque Natacha Coquery, les historiens, longtemps restés prisonniers des stéréotypes sociaux de la France moderne, ont méprisé la boutique, alors que les négociants ont été étudiés précocement (Charles Carrière, 1973). Ce dédain pour le marchand-détaillant tient également à la mysogynie des contemporains (et des historiens) préférant le monde masculin du négoce à celui, plus féminin, de la boutique — Natacha Coquery souligne ce que le sujet doit aux historiennes. Enfin, ce désintérêt est à relier aux réticences des historiens français face à la société de marché. Si dès 1979, Fernand Braudel consacrait de belles pages au rôle de la boutique dans l’émergence du capitalisme, l’impulsion décisive est venue du monde anglo-saxon : en 1982, à Cambridge, Neil McKendrick propose le concept de consumer revolution pour caractériser l’Angleterre de la fin du XVIIIe siècle ; il avançait l’idée provocatrice selon laquelle les révolutionnaires n’étaient autres que les entrepreneurs commerciaux, dont Josiah Wedgwood était l’archétype, qui grâce à une production de biens bon marché, de nouvelles stratégies de vente, en particulier publicitaires, jouèrent un rôle décisif dans l’avènement des classes moyennes[1] — un thème creusé lors des conférences organisées par John Brewer, au début des années 1990 en Californie[2]. Alors que l’Angleterre thatchérienne s’intéressait aux Lumières commerciales, les historiens français, moins influencés par les économistes que les sociologues, se consacraient à l’étude des consommations. Elève de Daniel Roche, Natacha Coquery a ainsi abordé une première fois les boutiquiers par l’étude des consommations aristocratiques dont l’hôtel particulier est le centre[3]. Ce faisant, elle s’inscrivait à la croisée d’une histoire de la culture matérielle et d’une histoire urbaine attentive à l’inscription spatiale des phénomènes sociaux telle que la souhaitait Bernard Lepetit. Son nouveau livre témoigne d’un renversement de perspective qu’elle a largement impulsé au niveau européen — en organisant le colloque international, La Boutique et la ville, à Tours en 1999, la session Retailers and consumers changes lors de la 7e Conférence internationale d’Histoire urbaine en 2004 ou, en dirigeant le numéro d’Histoire Urbaine sur les consommations exotiques (30, 2011)[4].

Bien que le commerce itinérant ou périodique — celui du colportage, des foires et marchés — reste important à Paris au XVIIIe siècle, le nombre de boutiques, « où les marchands exposent leurs marchandises en vente, qui est ouvert sur la rue, et au rez-de-chaussée » selon la définition du Dictionnaire de commerce de Savary, explose. Ces lieux de vente sont également des lieux de production et de sociabilité. C’est donc une étude au croisement de l’histoire économique, culturelle, sociale et urbaine que propose Natacha Coquery.

Dans la première partie, « La boutique en mots », elle étudie l’édition économique[5], les écrits théoriques, mais aussi les publications utilitaires : le discours publicitaire qui prend son essor à partir des années 1760 grâce au développement de la presse, le discours touristique au travers des guides de Paris qui se multiplient et, enfin, ces « livres-outils » que sont les almanachs de commerce, sortes d’annuaires professionnels, utiles tant pour le commerçant, qui se fait connaître, que pour le consommateur qu’il aide à se repérer. Cette étude discursive révèle une double transformation des représentations.

Le « patriotisme économique » (J. Shovlin) a été décisif dans la réhabilitation du boutiquier.  En Angleterre, dès 1726, un écrivain aussi célèbre que Daniel Defoe fait la louange du rôle des shopkeepers dans la prospérité de la Nation. A partir des années 1750, les économistes français, autour de Vincent de Gournay, insistent sur l’unité du commerce, dénonçant le manque de respectabilité sociale des commerçants au détail comme une des raisons de la faiblesse de la France face à sa rivale. Le débat, à la suite de l’abbé Coyer, se concentre sur la question de la dérogeance : en mai 1789, le célèbre orientaliste Anquetil Duperron, lui-même fils d’un épicier parisien, dans son éloge de la Dignité du commerce et de l’état de commerçant proclame que « la loi qui prononce la dérogeance contre le commerce en détail s’oppose au progrès des arts, au bien même de l’humanité » et demande aux députés son abolition. Cette construction d’une identité positive vient des boutiquiers eux-mêmes. Malgré plusieurs tentatives depuis le début du XVIIe siècle, l’opposition des marchands des six corps avait toujours empêché le développement de l’information commerciale, dénoncée comme une atteinte à leur monopole. Mais à partir des années 1760, les annonces dans la presse, la répertorisation dans les guides et almanachs de commerce, montrent « la volonté nouvelle d’une visibilité conquérante qui se moque des sempiternelles images dévalorisantes » (p. 302). En s’adressant aux consommateurs, les marchands insistent sur leur utilité sociale autour de valeurs telles que l’inventivité ou la prouesse technique. Cependant, Natacha Coquery ne va pas jusqu’à analyser ce discours publicitaire en termes politiques, à l’instar de Colin Jones.

L’accent mis sur l’importance de la fonction commerciale pour la prospérité de la Nation, sur la beauté et la nouveauté des objets vendus, contribue à modifier l’image de la ville : les guides ajoutent à l’antique éloge des monuments la visite aux boutiques les plus célèbres de la capitale : le shopping devient une activité touristique. Ainsi, à travers le discours sur la boutique, c’est la mutation de l’identité urbaine qui est saisie.

La deuxième partie, « la boutique en cartes », est consacrée à la géographie boutiquière. La cartographie est réalisée grâce à l’Almanach de commerce de Roze de Chantoiseau, suivant l’édition de 1769,  qui donne les adresses de plus de 6 500 maîtres de métier, soit environ 20 % des boutiquiers de la capitale, ceux qui font partie d’une corporation reconnue. Parmi les 120 métiers répertoriés, ceux du luxe et du vêtement forment, à eux seuls, la moitié des boutiques de la capitale.

La cartographie montre que l’essor du nombre de boutique a renforcé les « implantations urbaines ancestrales » avec la suprématie de la rive droite. A l’intérieur de ce périmètre ancien, on voit émerger de nouveaux pôles, en particulier les artères à la mode dont la rue Saint-Honoré est le modèle. Il existe deux types d’implantations commerciales : la centralité du luxe dont l’exemple est la rue Saint-Honoré, au cœur de l’habitat aristocratique, et la dispersion jusqu’aux faubourgs soutenue par une nouvelle logique, celle de la notoriété. La micro-géographie, au travers des cas du bijoutier Aubourg, rue Génégaud, et Mathurin Law, marchand tapissier rue Saint-Honoré, met à jour l’importance des dynamiques de proximité à l’œuvre dans l’échange. Le voisinage est central tant pour la clientèle que pour le crédit, ce qui apparente le statut privilégié de maître de métier, à celui de bourgeois d’une ville, qui s’acquiert, comme Robert Descimon l’a montré, par l’insertion dans des lieux particuliers.

L’« économie du crédit » est au centre de la dernière partie, « la boutique en chiffres » qui s’appuie sur les livres de comptes et les bilans de faillite, l’auteur alternant études de cas et étude sérielle de plus d’une centaine de commerçants.  Malgré les textes réglementaires, l’étude des papiers révèle une extraordinaire diversité dans la tenue des comptes, souvent si fantaisistes que l’historien peine à y comprendre quelque chose ! La comptabilité en partie double, pourtant pratiquée depuis le XVIe siècle, est inconnue des boutiquiers, ce qui est d’autant plus étonnant que la boutique est une vraie plaque-tournante du crédit : le marchand empruntant aux grossistes et producteurs et vendant lui-même à crédit. Natacha Coquery livre une passionnante reconstitution des ventes « à condition », sortes de location gratuite dont l’intérêt, pour le marchand, est de « faire voir » sa marchandise et de tenter d’arracher des ventes et, pour le client, d’essayer et de briller sans débourser. Invention ingénieuse (qui rappelle, comme le remarque l’auteur, les robes et bijoux prêtés aux actrices), mais dangereuse pour le commerçant, vulnérables à la conjoncture comme le montrent les nombreuses faillites durant les années 1780. Le nationalisme économique, observé dans la première partie, est ainsi lié aux difficultés des commerçants.

Le problème majeur est donc « la subordination des petits entrepreneurs au crédit commercial et leur incapacité à le réguler. » (p. 199) Le crédit est souvent informel, c’est-à-dire accordé sans homologation, et repose donc sur la confiance, le « crédit » personnel du boutiquier. Natacha Coquery reprend le terme anglais d’embeddedness (encastrement) des individus dans des systèmes de relations sociales et commerciales. D’ailleurs, les commerçants attribuent leur faillite à des facteurs non économiques, notamment des accidents familiaux. Le défaut de globalisation, est donc moins dû à une insuffisance de technique comptable qu’à la « confusion entretenue par les marchands entre les domaines privés et publics qui révèle l’absence de sphère commerciale autonome », ses acteurs ne la pensant pas isolément des autres aspects de la vie sociale.

Dans le dernier chapitre, l’auteur montre que la boutique est le lieu d’élaboration d’une culture de consommation, mais sans qu’on puisse parler de révolution, tant les pratiques anciennes demeurent vivaces. Les pratiques de vente s’appuient largement sur le troc : la plupart des paiements des achats sont mixtes : argent, billet et reprise. On se débarrasse d’un objet périmé contre du neuf. De là, le continuel travail d’entretien assuré par les boutiquiers qui réparent et revendent des objets usés. Au côté des objets vintage, ils vendent une multiplicité de nouveaux produits (dont l’index montre la diversité), dit de demi-luxe, recherché autant par les aristocrates que par les classes moyennes. Un des grands apports de ce livre est en effet de révéler qu’à côté des traditionnelles élites, la moitié de la clientèle est constituée des commerçants eux-mêmes.

Si la culture de consommation traditionnelle fondée sur la logique de distinction et donc d’imitation (Veblen et Bourdieu) continue d’exister, « Les nouveaux produits ne fonctionnent pas seulement comme des ersatz du luxe aristocratique, destinés comme tels aux classes populaires. Sinon pourquoi les élites préfèreraient-elles le faux au vrai, le strass au diamant, le plaqué à l’or (et aujourd’hui Zara à Dior a-t-on envie d’ajouter) ? » Une nouvelle culture de consommation se met en place, portée par les classes moyennes, et fondée sur les notions de plaisir (J. Brewer).

Ainsi, après l’hôtel aristocratique, Natacha Coquery montre que l’observation d’un micro-lieu permet de comprendre les métamorphoses de la ville. Elle donne une importante contribution à l’étude des classes moyennes, à leur nouvelle conscience d’elles-mêmes, à leur rôle novateur en tant que producteurs et vendeurs de nouveaux biens, mais aussi en tant que consommateurs. Ce livre est appelé à devenir un classique sur la ville des Lumières.

 Clarisse COULOMB

 

 


[1] Neil McKendrick, « The Consumer Revolution of Eighteenth-Century England », dans Neil McKendrick, John Brewer, John-Harold Plumb (ed.), The Birth of a Consumer Society : The Commercialisation of Eighteenth Century England, Bloomington, Indiana University Press, 1982.

[2] John Brewer and Roy Porter (ed.), Consumption and the world of goods, London, Routledge, 1993 ; John Brewer and Staves, 1994 ; John Brewer, Ann Birmingham (ed.), The Consumption of Culture, 1600-1800, London, Routledge, 1995.

[3] L’hôtel aristocratique : le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

[4] Natacha Coquery (sous la direction de), La Boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles, XVIe-XXe siècle, Actes du colloque des 2-4 décembre 1999 à l’université de Tours, Tours, Publ. de l’université François Rabelais, 2000 ; Bruno Blondé, Eugénie Briot, Natacha Coquery et Laura Van Aert (ed.), Retailers and consumer changes in Early Modern Europe. England, France, Italy and the Low Countries, Tours, Presses Universitaires de Tours, 2005. Voir également Claire Walsh, Shopping in Early-Modern London, c. 1660-1800, PHD thesis, Florence, 2001.

[5] Base de l’étude de Nancy Cox, Karin Dannehl, Perceptions of Retailing in Early Modern England, Burlington, Ashgate Publication, 2007.