Mathieu Flonneau, Pascal Geneste, Philippe Nivet et Emilie Willaert, Le grand dessein parisien de Georges Pompidou, Somogy éditions d’art, 2010, 254 p. (Danielle Tartakowsky).

Il a fallu plus d’un siècle pour que l’urbanisme et l’habitat haussmannien, longtemps décriés ou même honnis, se voient réévalués, les travaux de François Loyer ayant joué à cet égard un rôle notable[1]. Le présent ouvrage qu’on doit à une initiative commune de l’Association Georges Pompidou et des Archives nationales pourra peut-être permettre à Georges Pompidou que Louis Chevalier dénonçait, quasi simultanément aux travaux de François Loyer, pour le responsable entre tous d’un deuxième « assassinat de Paris »[2] de sortir plus rapidement du purgatoire auquel les redéfinitions urbanistiques affirmées avec le septennat de Valéry Giscard d’Estaing l’avaient condamné.

La plupart des contributions réunies dans cet ouvrage collectif reviennent sur les pièces de ce qui constitue un dossier à charge à l’encontre de celui qui fut le Premier ministre du général de Gaulle de 1962 à 1968 avant d’exercer durant cinq années la magistrature suprême, convaincu d’avoir défiguré Paris pour s’être trop revendiqué de l’architecture internationale et de l’urbanisme fonctionnel, au détriment de l’urbain, et pour avoir voulu « adapter la ville à l’automobile » en invitant à « renoncer à un esthétisme dépassé ». Avec, preuves à l’appui, la destruction des pavillons Baltard ou la voie sur berge qui, du reste, porte aujourd’hui son nom et face à laquelle Paris-plage retentit chaque année comme une condamnation, régulièrement réitérée. Du moins ces contributions s’assignent-elles pour objectif de démonter ce qui relève d’une « légende noire », qualifiée par telle d’entre elles, de « procès en sorcellerie », qui doit compter avec une grande part d’idéologie et de politique.

La contre offensive est menée par 14 auteurs, historiens pour la plupart, dont les travaux relatifs à l’administration de la région parisienne, à l’urbanisme, aux transports ou à la culture font autorité et qui fondent, ici, leur démonstration sur des archives en grande partie inédites, au premier rang desquelles celles de la présidence de la République. Une précieuse annexe d’une quarantaine de pages réunissant un état méthodique des sources et des extraits d’archives concernant Georges Pompidou, Paris et la région parisienne permet d’en prendre la mesure en incitant qui le souhaite à la poursuite des travaux. Elle intègre un relevé des décision des conseils restreints que Georges Pompidou a tenu sur ces questions, la liste des préfets, députés et présidents du conseil d’administration du District et la chronologie des conseils des ministres consacrés à Paris et la région parisienne en constituant à ces divers titres un précieux instrument de travail. Certaines de ces archives et des extraits d’entretiens s’intercalent également au fil des contributions dont elles constituent le substrat.

Ces contributions, réunies en quatre ensembles respectivement consacrés aux acteurs politiques et administratifs, à l’aménagement des lieux d’habitat, aux révolutions et évolutions dans le Grand Paris des transports et aux rapports de Georges Pompidou avec la culture et Paris, et la soigneuse historicisation qui préside à l’étude de chacun des aspects de la politique pompidolienne qui ont été retenus, obligent effectivement à reconsidérer bien des idées reçues.

L’ouvrage qui constitue une solide contribution à l’histoire de la prise de décision politique réinscrit l’action du Premier ministre puis du président de la République dans le champ des acteurs qui participent à son élaboration, qu’il s’agisse des élus locaux ou des hauts fonctionnaires, en relativisant souvent son rôle initiateur (Philippe Nivet, Emilie Willaert, Emmanuel Bellanger). On retiendra l’exemple du projet mort-né d’aérotrain qui fut un des terrains de validation de la critique de la décision de Lucien Sfez et dont Vincent Guigueno montre qu’il met à mal la vision monolithique d’une technocratie jugée arrogante, trop communément admise. Là ne se limitent pas les réévaluations nécessaires. Les contributions de Marie-Claude Blanc-Chaléard, Vincent Tellier et Aurélien Depirou relatives aux grands ensembles et à l’opération front de Seine, montrent que Georges Pompidou qui n’a jamais témoigné, concernant cette dernière, d’un enthousiasme excessif suit là des dossiers dont il hérite mais dont il n’est pas l’inspirateur. La plupart de ces opérations lourdes que sont les Olympiades, la place des Fêtes, Maine-Montparnasse ont été décidées avant 1962, dans un contexte marqué par le déficit de logements. Le rôle de Georges Pompidou qui ne relève pas de positions idéologiques affirmées, fut simplement de défendre et d’encourager ces opérations face à des incertitudes techniques et financières ou à des contestations. Le basculement d’une vision productiviste de la ville moderne, consensuelle au début des années soixante, à celle d’un développement urbain mieux maîtrisé, plus équilibré, supposant entre autre l’abandon des tours et des barres s’est du reste opéré dès 1971, au cours de son septennat que la mort est venue tronquer. Ce qui vaut pour l’habitat, vaut sous d’autres modes s’agissant des villes nouvelles. Loic Vadelorge qui revient sur le processus heurté de leur construction montre en effet que leur « caractère urbain » restait à démontrer dans l’esprit de Georges Pompidou qui fut un acteur décisif mais non fervent de leur mise en place. Mathieu Flonneau constate, pour lui, que les propos qui valurent à George Pompidou d’être qualifié d’autophile et condamné à ce tire, sont littéralement exacts mais totalement abstraits de leur contexte, et que Georges Pompidou, pénétré de l’idée que la vie urbaine tire sa valeur des possibilités d’échange et de choix qu’elle offre, a voulu faire en sorte « que les villes restent ou redeviennent vivables » et développent leur « urbanité », en s’essayant à civiliser à la fois l’automobile et les automobilistes. Sa contribution et celle d’Arnaud Passalacqua soulignent du reste que les approches de sa politique des transports présentent un fréquent caractère unilatéral qui vaut à l’œuvre accomplie dans le domaine des transports en commun que Valéry Giscard D’Estaing ne fera que prolonger et amplifier d’avoir été négligée. Les contributions de Simon Texier, Elisa Capdevila et Pascale Goetschel qui posent la question de la difficile articulation entre le souci de la conservation et l’attention portée à la création dans ses aspects les plus novateurs présentent pareillement un président plus soucieux du patrimoine qu’on ne le dit d’ordinaire, qu’il s’agisse du dossier des pavillons Baltard ou de la Défense.

On pourra sans doute objecter que la volonté de contrer des images reçues et profondément ancrées conduit à une tonalité un peu hagiographique qu’une réinscription dans une histoire globalisée qui restituerait la parole de la totalité ses acteurs (dont les acteurs sociaux sur lesquels l’ouvrage apporte quelques aperçus dignes d’intérêt) permettrait de nuancer. Du moins s’agit-il là d’un ouvrage solide qui permet de « réinscrire le ‘‘moment Pompidou’’ dans la moyenne durée des histoires de la société de consommation, des usages de l’automobile, de la ville de Paris et de ses banlieues » (Mathieu Flonneau), propre à éclairer les arguments qui mirent à mal le Grand Paris, défendu jusqu’en 1964, par Michel Debré, à l’heure où il redevient un horizon.

Tout juste regrettera-t-on que le souci de faire un « beau livre » ait conduit à adopter un format peu maniable et une maquette qui morcelle les contributions en leur incorporant des archives selon un procédé qui hache la lecture et la rend difficile. Ajoutons la présence de nombreuses répétitions contextuelles que la présence des annexes aurait pu permettre d’éviter.

Danielle TARTAKOWSKY


[1] François Loyer, Paris xixe siècle : l’immeuble et la rue, Hazan, 1987. L’ouvrage reprend la substance d’une étude engagée en 1974 et publié en 1980 par l’APUR.

[2] Louis Chevallier, L’Assassinat de Paris, Calmann-Lévy, Collection Archives des sciences sociales, 1977

Quentin Deluermoz, “Policiers dans la ville. La construction d’un ordre public à Paris, 1854-1914″, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012.

En 1854, Napoléon III importe le modèle londonien de police dans la capitale française. La police de contact, visible et quotidienne (on dirait aujourd’hui de « proximité ») s’impose alors pour longtemps dans l’espace parisien. En jouant sur les échelles et les angles d’observation, cet ouvrage entend étudier les mutations d’une relation police-société dans la seconde moitié du XIXe siècle. Entre 1854 et 1914, le sergent de ville, devenu gardien de la paix, s’intègre progressivement dans l’espace social, politique et mental parisien, sans que cela implique bien sûr la fin des confrontations ni celle des débats. S’observe en même temps la lente professionnalisation d’une nouvelle force de police, la mise en place d’un ordre public d’un nouveau type, plus intégré, mais qui produit de nouvelles résistances et mises à l’écart, ainsi
que l’émergence d’une perception nouvelle du « quotidien urbain » et de la peur des « apaches ». Ce processus concerne peut-être l’ensemble du territoire français, mais il semble trouver une expression particulière, dans ses formes comme dans son intensité, dans la capitale. Le gardien de la paix parisien devient en effet dans la République des années 1900 un symbole, à l’échelle française et internationale, de ce qui est perçu comme une nouvelle et ambiguë « civilisation urbaine ».
Quentin Deluermoz est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris 13, chercheur au CRESC (université Paris 13/Sorbonne-Paris Cité) et chercheur associé au CRH (EHESS). Il travaille sur l’histoire sociale et culturelle des ordres et des désordres au XIXe siècle, suivant deux directions : les relations police-société dans les capitales occidentales et coloniales ; le moment communard de 1871 (expérience, administration de l’extraordinaire, rapport à la violence). Il a édité Chroniques du Paris apache, aux éditions du Mercure de France en 2008 et dirigé, en 2010, le numéro spécial de la revue Vingtième Siècle. Revue d’histoire « Norbert Elias et le XXe siècle : le processus de civilisation à l’épreuve ».


Programme ARTLAS, histoire spatiale des arts, XIXe-XXe siècles, Site en ligne et présentation 7 juin 2012

Toute l’équipe d’ARTL@S, projet d’histoire spatiale des arts, coordonnée par Béatrice JOYEUX-PRUNEL est heureuse de vous convier àsa première journée d’études, le 7 juin 2012, à l’École normale supérieure de Paris. Artlas est financé par l’ANR et par le LabEx TransferS (ENS/PSL*).

Parmi nos partenaires privilégiés, Purdue University et l’Université Libre de Bruxelles.

We are pleased to invite you to a presentation of ARTL@S, a program for a spatial history of arts and literature, on June 7, 2012, at the École normale supérieure, Paris. Artlas is financed by Agence nationale pour la Recherche and LabEx TransferS (École normale supérieure / Paris Sciences Lettres).

Among our first partners, Purdue University and l’Université Libre de Bruxelles.

Cette journée est pour nous l’occasion de vous présenter nos outils de travail, bientôt à disposition des chercheurs, et les premiers résultats de deux grandes enquêtes : l’une sur l’espace des arts à Paris depuis 1850, l’autre sur la mesure des circulations artistiques à lépoque contemporaine.

This event is an opportunity to present you our research tools and databases, and the first results of two research projects : one, on the spaces of arts in Paris from 1850, the other on the measure of artistic circulations in the 19th and 20th c. Please find enclosed a pdf version of our program. For more information, see www.artlas.ens.fr. Vous pourrez trouver notre programme ci joint, et plus d’informations sur www.artlas.ens.fr.

Christophe Regina, « Femmes, violence(s) et société, face au tribunal de la sénéchaussée de Marseille (1750-1789) », soutenance de thèse d’histoire moderne, 15 juin 2012

La thèse sera présentée et soutenue à la MMSH à Aix en Provence le vendredi
15 juin 2012 à 14h30 en salle Georges Duby.

Le jury sera composé de :
Monsieur Gilbert BUTI, Professeur à Aix-Marseille Université – UMR TELEMME :
Co-directeur de thèse

Madame Simona CERUTTI, Directrice de recherche à l’EHESS-CRH : Rapporteur

Madame Arlette FARGE, Directrice de recherche CNRS émérite, EHESS-CRH :
Présidente du jury

Monsieur Jacques GUILHAUMOU, Directeur de recherches au CNRS, Laboratoire
Triangle, ENS Lyon : Rapporteur 

Madame Martine LAPIED, Professeur émérite à Aix-Marseille Université – UMR
TELEMME : Directrice de thèse

CALL FOR PAPERS GENDER IN THE EUROPEAN TOWN: MEDIEVAL TO MODERN University of Southern Denmark, Odense, 22-25 May 2013, dead line : 26 october 2012

As places which fostered and disseminated key social, economic, political and cultural developments, historically towns have been central to the creation of gendered identities and the transmission of ideas across local, national and transnational boundaries. The Gender in the European Town Network invites proposals for papers of 20 minutes, completed panels (3 papers, chair and commentator), and poster sessions.

The Conference will be organised in three main strands. We encourage papers that address one of the strands, or proposals that cross the theme boundaries. They should also explore what influence gender has on the shape of towns themselves, as a force for change. We welcome local studies as well as more comparative approaches and encourage historiographical, theoretical and empirical considerations.

Keynote Speakers

Professor Elisabeth Cohen, York University, Toronto, Canada

Professor Rachel Fuchs, Arizona State University, USA

Professor Hannu Salmi, University of Turku, Finland

Professor Pamela Sharpe, Hobart University, Tasmania, Australia

Professor Amanda Vickery, Queen Mary, University of London, UK

Political culture and Civic Identity

We want to discuss how civic identity and citizenship were negotiated and used in the urban space and how these were established and institutionalized. Proposals could include:

  • Gendered civic identity in different periods of time
  • Gender and different sites of political actions
  • Political culture and political actions
  • Religion as politics
  • Relations between local civic identity and national political development

Intersectional discussions of how changing social conditions interacted with gender and citizenship

Space Place EnvironmentRethinking Space

The role of gender in shaping, and being shaped by, space and place, particularly in the urban environment, provides historians and cultural geographers with the opportunity to look afresh at the changing nature of the town and its inhabitants over time. Proposals could include:

  • Historiography of spatial studies
  • Gendered urban environment in historical process
  • Meanings of space
  • Urban places as gendered meaning makers

New directions in the study gendered urban space

Stretching the urban economy

The aim of this strand is to explore the influence of gender on the economic shape of towns and the ways in which men and women articulated their relationship to the urban economy. We encourage papers that stretch the traditional idea of economy by exploring different types of markets and nexus. Proposals could include:

  • Workplace organisation / relationships
  • Consumption and production interfaces
  • Networks (urban rural links, family businesses …)
  • Cosmopolitanism in economic systems
  • Influence of econo-political debates

Gendered illicit economy

 

Proposals of 200 words for papers or posters should be submitted to geneton@sdu.dk by 26 October 2012. For further information and submission details see: www.sdu.dk/geneton.

Stefano Simiz (éd.), La parole publique en ville des Réformes à la Révolution, Villeneuve d’Ascq, PU Septentrion, 2012, 25 euros.

Longtemps négligée du fait du triomphe de l’imprimé à qui parfois, paresseusement, on l’opposait, l’étude des expressions orales fait actuellement l’objet d’une réévaluation historiographique. Or, quel meilleur terrain pour redécouvrir cette réalité que le monde urbain, véritable univers de la parole constituée au sein duquel des pouvoirs solidement institués se font face, abondamment éclairée par la multiplicité et la variété de sources émanant tant des commanditaires des discours, des orateurs mêmes que des auditoires, ces horizons d’attente qu’on essaie de ne pas ignorer. L’éloquence règne partout en ville. Elle s’appréhende à travers les institutions de nature politique, judiciaire ou religieuse. Loin de s’ignorer, ces différents pouvoirs se font d’ailleurs face, s’évaluent les uns par rapport aux autres, enfin s’empruntent mutuellement les normes qui font le succès de la plupart des discours, les meilleurs étant souvent livrés à l’imprimeur afin de servir de modèle aux générations suivantes. C’est l’histoire de cette parole contrôlée, extrêmement codifiée et bien vivante, inscrite dans le calendrier comme dans l’espace et la société urbains, qui est ici abordée de façon transdisciplinaire par des spécialistes historiens et historiens de la littérature.r

Contributions de Benoist Pierre, Isabelle Brian, Fabienne Henryot, Philippe Martin, Laurent Jalabert, François Lormant, Alain Cullière, Julien Léonard, Penny Roberts, Philippe Lefebvre, Aurélie Prévost, Jérémie Foa, Cécile Huchard, Stefano Simiz

Damien COULON, “Grand commerce, groupes urbains et individu à Perpignan à la fin du Moyen Âge”. Mémoire d’habilitation inédit à diriger des recherches, soutenu le 25 novembre 2011 à l’ Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jury : Laurent FELLER, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président, Christian GUILLERE, professeur à l’Université de Savoie-Chambéry, Christophe PICARD, promoteur, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Kathryn REYERSON, professeure à l’Université du Minnesota (Minneapolis), Denis MENJOT, professeur à l’Université Lumière-Lyon 2, Flocel SABATE, professeur à l’Université de Lleida

Alors que l’historiographie récente souligne de plus en plus clairement que la Catalogne n’est pas affectée aussi durablement que d’autres régions européennes par la crise du bas Moyen Âge et que plusieurs de ses centres économiques témoignent alors d’un réel dynamisme, la ville de Perpignan ne paraît guère avoir attiré l’attention des chercheurs, malgré l’essor de son industrie textile. Si cette activité a certes fait l’objet d’études, on ne peut en dire autant de ses marchands, qui étaient pourtant parvenus à étendre leurs réseaux à travers la Méditerranée, dans des conditions il est vrai particulières, qui méritent précisément d’être étudiées. La capitale du Roussillon dispose pourtant d’abondantes archives, que complète en outre une documentation pléthorique, mais encore largement sous-exploitée : celle de la puissante compagnie Datini de Prato en Toscane, au tournant des XIVe et XVe siècles. L’une et l’autre jettent ainsi un double éclairage qui permet d’étudier le rayonnement de ce centre urbain qui s’étendit très au-delà d’une aire régionale, donnant de lui une image bien éloignée de celle d’une ville de garnison aux confins de la couronne d’Aragon, qui s’est imposée trop facilement dans l’historiographie.

Afin de comprendre ces phénomènes, il est tout d’abord nécessaire de refaire la genèse du processus d’essor commercial de la ville. Il repose avant tout sur son industrie textile, qui se développa à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle, faisant de Perpignan un des premiers centres drapiers du Principat de Catalogne. Forts de cette production de qualité supérieure par rapport aux autres foyers catalans, des pareurs qui intervenaient dans le la fabrication des draps, se livrèrent bientôt à leur commercialisation aux côtés de marchands, diffusant progressivement dans tout le nord-ouest de la Méditerranée les fameux cadis de Perpignan. Mais un facteur externe joua également un rôle décisif après le retour de la ville et de l’ensemble du royaume de Majorque dont elle était capitale, à la couronne d’Aragon en 1343, et malgré la crise sévère entraînée par le déclenchement de l’épidémie de peste en 1348 : le vigoureux essor du grand commerce du Levant organisé par les négociants de Barcelone, à partir des années 1370. Désireux de s’y approvisionner en précieuses épices qu’ils pouvaient ensuite redistribuer dans le reste de l’Europe, ils s’appuyèrent principalement sur les exportations de draps catalans pour développer ces échanges. Une collaboration étroite se noua ainsi entre négociants des deux centres urbains : les Barcelonais mettaient à la disposition des Perpignanais leur réseau de consulats et de funduks à travers la Méditerranée, tandis que ces derniers ajoutaient leurs draps de qualité aux flux d’exportations textiles nourries vers le Levant. Ces importants débouchés sur les marchés plus ou moins lointains de Méditerranée stimulèrent puissamment la production textile à Perpignan ainsi que dans tout le Principat de Catalogne, dont les capacités dépassèrent largement le cadre d’un simple approvisionnement régional. Les Perpignanais furent ainsi bientôt en mesure de développer leurs propres relations avec le Levant, à partir du port de Collioure, dans des proportions certes nettement plus réduites que les Barcelonais, mais toujours en concertation avec eux.

Attirées entre autres par les importants profits réalisés dans le cadre de ces échanges, de puissantes compagnies marchandes étrangères, notamment celle de l’homme d’affaires Francesco Datini de Prato en Toscane, y participèrent et les accrurent même, s’appuyant sur un correspondant permanent et ses collaborateurs à Perpignan. A leur tour des compagnies allemandes, qui se livraient à la commercialisation d’autres articles, s’intéressèrent à ce foyer commercial en y déployant leurs réseaux et leur mode d’organisation quelque peu différents.

La richesse générée par ces activités entraîna bien sûr un rôle plus influent des négociants les plus dynamiques, qui connurent une promotion sociale, accédant pour certains jusqu’au poste de consul de la ville, tandis que de leur côté, certains bourgeois rentiers engageaient une partie de leurs revenus dans ce lucratif commerce. Dans le contexte des ambitieux et coûteux projets de conquêtes du roi Alphonse le Magnanime (1416-1458) en Méditerranée, que les Barcelonais finirent par juger menaçants pour leur négoce, quelques hommes d’affaires perpignanais furent quant à eux amenés à accorder des prêts colossaux au monarque. Incapable de les rembourser, celui-ci les gratifia du revenu d’impôts et de droits qui consacraient leur ascension sociale et leur rôle de financiers. Ce n’est pas un hasard si l’on trouve parmi ces créanciers, le grand argentier du roi de France Charles VII, Jacques Cœur, dont les galères mouillaient d’ailleurs dans le port de Collioure. Mais à la mort du souverain, les hommes d’affaires de Perpignan perdirent leur principal soutien et source d’enrichissement. Peu de temps après, s’ouvrait un conflit entre le roi de France Louis XI et le successeur d’Alphonse, Jean II, dont Perpignan devint l’un des enjeux les plus âpres, tandis qu’une guerre civile ravageait la Catalogne, clôturant ainsi un long cycle de circonstances favorables pour la capitale du Roussillon et ses négociants.

Toutefois, l’ampleur de la documentation laissée par la compagnie Datini est telle, au tournant des XIVe et XVe siècles, en raison surtout du très grand nombre de lettres échangées entre marchands qui nous sont parvenues, qu’elle invite à présenter différemment ces données classiquement centrées sur différents groupes urbains. La répartition de la correspondance échangée par le représentant de cette compagnie à Perpignan, Pere Tequi ou Piero Tecchini, s’étalant sur environ 25 années, permet en effet une approche individuelle de ses activités, assez fine. Près de 170 de ses lettres étant autographes, elles invitent à mener plus loin l’enquête et à mieux cerner ce personnage, au-delà des informations évidemment à vocation surtout commerciale échangées. Ces ego-documents apportent en particulier d’intéressants renseignements sur ses relations avec ses correspondants, la perception de son insertion dans le réseau Datini, voire sa façon d’envisager le rapport à soi. Rappelons que, de manière significative, au même moment, les premiers portraits individuels de marchands commencent en effet à être dressés, témoignant d’un nouveau regard porté sur eux-mêmes dans un contexte de pré-modernité revalorisant leur rôle dans la société. Or, bien que le processus d’individuation ait fait l’objet d’études, elles se sont généralement attachées à des figures de clercs intellectuels pour la période médiévale, qui ont il est vrai exprimé plus volontiers que d’autres ce rapport à eux-mêmes. Et si cette démarche rencontre bien des obstacles eux aussi significatifs, dans le cas de Pere Tequi, elle permet tout de même d’envisager l’analyse méthodique d’un certain nombre de marqueurs individuels, tels que son écriture, sa signature, ses habitudes épistolaires, qui nous renseignent notamment sur sa formation, sa culture et sa profonde intégration dans le milieu roussillonnais, alors qu’il était lui-même de lointaine origine toscane. En outre, il est parfois amené à exprimer des émotions – également mises en scène, bien sûr – voire à se démarquer de certains membres du réseau Datini lors de conflits ou de projets dont il cherche à se réserver l’exclusivité, se livrant ainsi davantage. Si cette démarche à hauteur d’homme ne fournit bien souvent que des réponses partielles, elle n’en apporte pas moins un éclairage original et tout à fait complémentaire des phénomènes observés à l’échelle de l’ensemble de la ville ou des groupes qui animent ses activités marchandes. Elle confirme bien en tout cas que Perpignan constituait un centre économique essentiel jusqu’au milieu du XVe siècle, qui offrait de remarquables possibilités de promotion sociale dont surent pleinement profiter les descendants de Pere Tequi.