Compte rendu : Michel Bochaca et Jacques Micheau, Fortaney Dupuy, un marchand de Bordeaux à l’aube de la Renaissance ; Michel Bochaca et Jacques Micheau, présentation et édition Livres de comptes de Fortaney Dupuy, marchand et bourgeois de Bordeaux (1505-1523), Les Editions de l’Entre-deux-Mers, 2014 (Denis Menjot)

Au sortir de la guerre de Cent Ans et durant les premières décennies du XVIe siècle, Bordeaux connaît un vif essor n’ayant comme rivale sur la côte atlantique du royaume de France que le port de La Rochelle. C’est dans cette cité que va faire une belle carrière de marchand, Fortaney Dupuy que Michel Bochaca et Jacques Micheau nous font revivre à travers l’étude de ses trois registres de comptes qui nous ont été conservés, un livre de raison (septembre 1505- février 1522) qui compte 312 folio, un livre-mémoire (août 1512-novembre 1521) de 53 folio et un livre de créances tenu par son employé, Odet de Minbielle en l’an 1523, de 41 folio.

Dans le tome 2 de cette publication, les auteurs présentent une édition critique en tous points remarquable de ces 406 folio de lecture difficile étant donné la dégradation de certains feuillets et le peu de soin apporté à la tenue des registres. Pour faciliter la lecture et la compréhension de ces textes, les éditeurs ont multiplié les notes infra-paginales sur les lieux, les dates – mises en nouveau style – et sur certaines personnes citées dans les comptes. Ils ont élaboré les indispensables index des noms de personnes, de lieux et des matières, et un glossaire très complet et fort utile des mots gascons car tous ces documents sont écrits dans cette langue alors parlée à Bordeaux et dans le Bordelais.

Ces registres qui sont les plus anciens conservés pour un marchand bordelais, ce qui en fait tout leur intérêt, nous plongent au cœur des affaires et de la vie quotidienne d’un marchand. Aucune autre source bordelaise ne permet d’approcher avec autant de précision, notamment d’un point de vue quantitatif, sur une période aussi longue d’une vingtaine d’années, soit la plus grande partie de sa carrière, un marchand et ses activités ainsi que les petites gens, ruraux et citadins qui forment le gros de sa clientèle. Au-delà de la figure de Fortaney Dupuy, c’est le monde des marchands bordelais des premières années du XVIe siècle qui nous est donné de connaître, et à travers ses clients et partenaires commerciaux, de larges pans de la société de Bordeaux et du monde des affaires qui l’animait. Michel Bochaca et Jacques Micheau nous les révèlent dans une étude rigoureuse et détaillée de 301 pages, enrichie de 35 illustrations, graphiques et cartes parfaitement réalisées, qui constitue le tome 1 de cette publication.

Ce marchand bordelais est un bel exemple de réussite économique et sociale d’un immigrant monté à Bordeaux de sa Chalosse natale pour se former. L’apprenti gravit rapidement les échelons avec des méthodes d’ascension classique, d’abord facteur d’un marchand, il se marie avec la nièce de celui-ci, ce qui témoigne du rôle de l’endogamie professionnelle et de la force des liens familiaux dans le développement des affaires commerciales. Il s’établit ensuite à son compte dans le quartier Saint-Michel où il a commencé et qui est le cœur de l’activité économique à Bordeaux. Signe de sa réussite économique, il engage à son service des employés indispensables à la bonne marche des affaires. Le premier d’entre eux est son beau-frère, ce qui montre une fois encore que l’endogamie professionnelle joue à plein dans la consolidation des réseaux de relations.

Fortaney Dupuy acquiert un important patrimoine immobilier à Bordeaux composé d’un bel hôtel situé dans la paroisse Saint-Michel qui est le siège de ses affaires, d’autres locaux annexes et de quelques immeubles de rapport. Dans la campagne proche, il achète des parcelles de terres et de vignes et deux exploitations agricoles, qui témoignent de sa réussite économique et sont des signes de prestige social. Ce patrimoine foncier qu’il gère aux dires des auteurs en ne prenant guère de risques, en « bon père de famille », n’est pas celui d’un homme d’affaires exceptionnel de l’envergure d’un Jacques Cœur mais d’un honnête marchand. Tant par sa composition que par sa localisation et ses fonctions, il est comparable à celui des autres marchands et, de façon plus générale, au patrimoine des élites urbaines bordelaises que d’autres sources notariées nous font connaître. Les comptes fournissent aussi des compléments intéressants sur la gestion quotidienne et les travaux effectués dans les immeubles, ce qui montre à quel point la conduite des affaires commerciales de Fortaney Dupuy et la gestion de son patrimoine s’entremêlent étroitement.

Ses livres de comptes, peu soignés, montrent que les techniques comptables qu’il utilise sont rudimentaires – il ignore le comptabilité à partie double – pour ne pas dire archaïques, à tout le moins bien éloignées de celles les plus développés par ses contemporains toscans, vénitiens ou flamands. Elles sont à la mesure d’un marchand d’envergure modeste qui s’inscrit probablement dans une autre culture que celle du chiffre d’affaires.

Comme la plupart des marchands bordelais de son époque, Fortaney Dupuy n’est pas spécialisé et s’en tient à la vente de draps à la coupe et de blés, froment et seigle surtout, et à des opérations de prêts. Seul le commerce des grains le conduit à opérer sur un marché sensible. Il prend appui sur les foires locales et régionales de Bayonne, Dax et Saint-Sever pour élargir le rayon géographique de ses affaires. Il pratique aussi d’autres activités complémentaires, notamment le commerce du vin et de vêtements tel que des chausses et des manteaux et à l’occasion de la viande salée, du poisson séché, des arbalètes et du pastel. Il travaille en fonction des besoins de ses clients auxquels il procure les marchandises et les services nécessaires à leur quotidien. Pour compenser le manque de numéraire, il procède avec ses clients et ses fournisseurs, à des opérations de troc. Faire crédit à un client n’apparaît pas seulement comme un acte à caractère économique mais aussi comme un moyen d’établir une relation sociale avec cette personne. L’honneur et la renommée du marchand se nourrissent de la dépendance des débiteurs envers lui.

La clientèle de Fortaney Dupuy était constituée de citadins principalement de sa paroisse et surtout de ruraux résidents dans les paroisses situées dans un rayon de quelques kilomètres autour de Bordeaux que les auteurs cartographient. Dans la documentation on voit défiler au fil du temps des familles entières. Au-delà du client titulaire d’un compte, les garants et les témoins, souvent choisis parmi les parents et les amis, dessinent un deuxième cercle de sociabilité. Les livres de compte permettent d’observer de façon relativement détaillée la répartition géographique, la composition socioprofessionnelle, les goûts et les comportements de sa clientèle.

La vie privée de ce marchand reste malheureusement dans l’ombre car les documents, et on peut le regretter, sont tout aussi avares en confidence sur ses clients que sur lui-même et les siens. Il ne fait pas œuvre de chroniqueur et n’a pas voulu ou n’a pas su se faire le témoin de son temps mais il est vrai que les documents qui nous sont parvenus étaient avant tout destinés à garder la trace de ses activités commerciales et financières, le livre dit de raison est en fait un livre de comptes.

Grâce à l’exceptionnelle richesse de ce dossier unique en son genre pour cette période, Michel Bochaca et son complice Jacques Micheau font donc sortir de l’anonymat Fortaney Dupuy que l’on peut désormais ajouter à la courte liste d’une douzaine de marchands de la fin du XVe et du début du XVIe siècle qui dans le royaume de France ont laissé une comptabilité qui a fait l’objet d’une étude. Ce bel ouvrage, parfaitement écrit et structuré, enrichit très sensiblement nos connaissances de l’histoire économique et sociale de Bordeaux.

Compte rendu: Noémi Lévy-Aksu, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909). De l’Etat au quartier, Paris, Karthala, 2013 (Nora Lafi)

Ce livre, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2010, porte sur le dispositif policier de l’Empire ottoman en sa capitale, Istanbul, entre la période des Tanzimat et les lendemains de la révolution jeune-turque, avec une attention particulière à la notion d’ordre public : « plus que les institutions, ce sont leur intégration dans l’espace urbain et ses limites, ainsi que leur contribution à la définition de l’ordre et du désordre » (p.16) que l’auteure a souhaité étudier, dans la lignée des travaux de Ferdan Ergut et de Nadir Özbek. Le travail que propose Noémie Lévy-Aksu se situe ainsi résolument aux confins de l’histoire institutionnelle, de l’histoire urbaine et de l’histoire sociale. Il dialogue aussi bien avec les réflexions contemporaines sur l’interprétation de l’effort ottoman de modernisation administrative pendant les Tanzimat, qu’avec les questionnements sur la nature du régime mis en place par Abdülhamid II, notamment autour de son système de surveillance, ou qu’avec les recherches convergentes d’un certain nombre d’historiens sur l’histoire de la police dans différents contextes urbains, dont Brigitte Marin, Vincent Milliot et Clive Emsley. Dans sa volonté de « lecture dynamique de la société ottomane » (p.21), l’auteure entend promouvoir une histoire sociale et urbaine de l’ordre public dont l’ambition est aussi de saisir la dimension quotidienne des rapports entre population et appareil de surveillance et de répression. Les sources utilisées sont essentiellement issues des archives de l’Etat ottoman à Istanbul (BOA) : ministère de la police et palais de Yıldız puis sûreté générale pour la fin de la période. Une des limites de ce corpus, comme le souligne Noémie Lévy-Aksu elle-même dans son introduction, est de ne donner qu’une vision partielle de l’action de la police, puisque souvent les rapports complets ne se trouvaient pas dans les dossiers concernés. Pour contourner ce biais, une piste était, à la manière de Cem Behar, de partir en quête des chroniques des chefs de quartier (muhtar). L’auteure tente de la suivre dans la dernière partie du livre. Une autre piste aurait été d’étudier plus en profondeur l’inertie, dans la période des réformes ottomanes, des pratiques administratives d’ancien régime : dans les archives, jusqu’à la fin de l’Empire, cette logique a continué à prévaloir. Les rapports complets se trouvent souvent dans les archives relatives au dialogue pétitionnaire. On y trouve non seulement les plaintes, mais aussi les témoignages et les rapports d’enquêtes. Ceci dit, le corpus proposé par l’auteure reste extrêmement cohérent et précieux, d’autant plus qu’il est complété par des sources annexes, comme la presse, les textes réglementaires et les débats au parlement.

Le premier chapitre de l’ouvrage est consacré aux mots de l’ordre et du désordre. Il commence par des considérations sur l’étymologie même de Tanzimat, autour du mot nizâm, ordre. La réforme est ainsi remise en ordre. Suivent des digressions plus ou moins convaincantes sur la notion d’ordre dans les réformes urbaines de l’époque des Tanzimat. Les remarques linguistiques de Noémie Lévy-Aksu sont également discutables en ce qui concerne le mot âsâyiş, l’ordre public. La nouveauté bureaucratique de l’usage du mot est sans doute bien moins grande qu’elle ne l’écrit. On trouve le mot employé avec un sens similaire plusieurs siècles auparavant de manière abondante, notamment dans les rapports de police sur les troubles urbains dans diverses partie de l’empire. En revanche, les réflexions sur l’expression d’époque hamidienne âsâyiş ber-kemal (l’ordre règne) sont plus convaincantes, et au moins significatives du zèle rapporteur des policiers de l’époque. Le chapitre propose aussi d’intéressantes considérations sur les mots du désordre, entre notations morales et jugements politiques.

Le deuxième chapitre est consacré à un panorama de la question de la sécurité publique dans la capitale ottomane, autour de deux enjeux principaux : d’une part les conséquences de l’abolition du corps des janissaires en 1826, et d’autre part celles du développement des flux migratoires. Pour chacun de ces aspects, l’auteure parvient à situer avec finesse son objet en rapport aux tendances récentes de l’historiographie. Le chapitre suivant est consacré à l’émergence de la thématique de l’ordre public dans le discours et les pratiques du pouvoir. « Notre hypothèse est que le règne hamidien et le début de l’époque jeune-turque sont marqués par une tentative d’objectivation du concept d’ordre public » (p.89) annonce Noémie Lévy-Aksu en ouverture. Elle suit ensuite cette piste au travers de l’idée d’une standardisation des rapports de police. Malheureusement cette idée n’est en rien convaincante : d’une part l’auteure n’a pas trouvé les rapports en question, et d’autre part ce qu’elle décrit correspond à des pratiques et des instructions que l’on peut retrouver sous des formes très comparables pour l’ancien régime : définition bureaucratique d’un style de rédaction, instruction de la hiérarchie en vue de l’obtention d’une production convergente en contenu et en forme. Il n’y a là guère de nouveauté que l’on pourrait attribuer à la modernité administrative de l’époque. Il en va en revanche différemment pour ce qui concerne le développement de l’usage des instruments statistiques : dans ce cas en effet le rapport entre appareil de surveillance et société en est modifié. Le chapitre apporte de précieux éléments à cet égard. C’est aussi le cas pour ce qui concerne le traitement des faits divers dans la presse stambouliote. L’auteure élabore à partir de cette ressource une typologie des désordres et des réponses qui y sont apportées, entre morale et répression. Les paragraphes sur l’insécurité nocturne, la marginalité telle que présente au cœur du quartier de Galata, la présence de groupes de célibataires en ville, vue comme potentialité de désordre, et la volonté de dissimuler la prostitution sont particulièrement convaincants. Dans le chapitre 4, le cœur de l’attention est apporté aux étapes de la réforme de la police d’État sous Abdühamid II, avec en toile de fond la question de la spécificité de la capitale, notamment par rapport aux attributions de la police municipale. Seule une étude plus précise des compétences et actions de celle-ci aurait cependant pu permettre de faire avancer les débats historiographiques, qui ne sont qu’évoqués. Se pose aussi la question de la répression de l’agitation révolutionnaire arménienne, qui mène aux massacres de 1895. Le soin que met l’auteur à rechercher les traces d’une opinion publique sur le rôle de la police est en revanche très appréciable. Le chapitre 5 se confronte au rôle de la police pendant les événements de 1908. L’analyse des conséquences politiques et relatives à l’ordre public d’une amnistie promulguée à l’été de cette année permet de suivre les événements sous un jour original. Il en va de même pour la narration de l’épuration opérée au sein de la police après ceux-ci. Mais ce que Noémie Lévy-Aksu parvient à mettre en évidence, c’est surtout, au-delà des vicissitudes de carrière, une certaine continuité dans les méthodes avec le règne d’Abdülhamid II, ainsi que la « criminalisation croissante des marginalités sociales » (p.184). Ces pages s’inscrivent dans la veine actuelle d’un renouveau de l’histoire sociale ottomane, illustrée par exemple par les travaux de Florian Riedler ou de Malte Fuhrmann. Après un bref chapitre sur l’expertise étrangère à Istanbul, dans lequel on suit le parcours dans la capitale ottomane des inspecteurs français Bonnin puis Lefoulon, deux chapitres importants sont consacrés à l’échelle du quartier. Ils permettent de refaire le lien avec l’espace de la ville et avec son histoire héritée de l’ancien régime. On y retrouve des figures connues pour cette période et suit leur évolution au cours des différentes réformes étudiées : c’est là que la démarche du livre prend tout son sens. Le choix de cette échelle permet en effet de se rapprocher du quotidien de l’ordre public, en mettant en lumière le rôle des chefs de quartier, des veilleurs de nuit et des notables communautaires. Cela débouche sur un passionnant chapitre 9 consacré aux kabadayı, ces voyous parfois utilisés par la police secrète comme hommes de main ou agents provocateurs. Toutes ces dimensions sont illustrées par un dernier chapitre consacré au cas du quartier de Tophane.

Ce livre constitue donc au total une ressource précieuse pour le chercheur, non seulement par son positionnement dans une historiographie en plein renouvellement, mais aussi par sa capacité à proposer des décalages d’interprétation qui permettent d’avoir de l’ordre urbain à Istanbul au tournant du 20e siècle une vision plus articulée.

Compte rendu : La Maison de la culture de Firminy, ouvrage collectif, éd. La passe du vent, Vénissieux, coll. Patrimoine pour demain, 2013, nombreuses illustrations. (Richard Klein)

A la fin de l’année 1966, quand la revue L’Architecture d’Aujourd’hui consacre un numéro spécial aux édifices culturels, la partie dévolue aux Maisons de la culture est introduite par des extraits d’un rapport d’Émile Biasini. Á la fois bilan des premières Maisons de la culture ouvertes au public et énoncé des perspectives pour les prochaines réalisations, le texte insiste clairement sur l’objectif de flexibilité du programme qui implique même la conscience de l’imprévisibilité des usages et ses incidences architecturales : « Quelles sont les activités à prévoir dans une maison de la culture. La réponse est : toutes, et même celles qui ne sont pas encore inventées. S’il est difficile d’imaginer ces dernières, il faut pourchasser toutes les servitudes que l’architecture peut imposer à l’exercice d’une activité culturelle, (…) Ces exigences techniques sont à résoudre en tenant compte non seulement du présent, mais de l’avenir »1. Dans cette livraison de la revue qui paraît une année seulement après le décès de Le Corbusier, la fonction de modèle de la Maison de Firminy qui vient de s’achever est manifeste alors qu’elle n’est pourtant pas une Maison de la culture au sens ou l’entendait la définition du programme phare de la politique culturel qui naît avec le secrétariat d’Etat d’André Malraux à partir de 1959.

Le livre La Maison de la culture de Firminy est la deuxième livraison d’une collection intitulée « Patrimoines pour demain » dont l’objectif est de faire connaître à un public le plus large possible un édifice restauré. C’est donc l’ambition de cet ouvrage, assez richement illustré comprenant plusieurs contributions et essais de Gilles Ragot, Sophie Omère et Michel Kneubühler.

Dès son élection, en 1953, le Maire de Firminy, Eugène Claudius Petit, met en chantier un nouveau plan d’urbanisme en appelant d’anciens collaborateurs du ministère de la reconstruction qui sont chargés de créer le nouveau quartier de Firminy Vert, sur des terrains vallonnés au sud de la ville ancienne. Le centre civique de Firminy Vert est confié à Le Corbusier en 1955 à partir d’un programme comprenant une église, un stade, une piscine et une « maison de la culture et de la jeunesse ». Première réalisation du centre civique, l’œuvre est le produit d’une genèse mouvementée. Un premier projet d’associe la maison de la culture aux tribunes du stade (1956-1958). Le profil de l’ensemble tire de cette double fonction une toiture mono-pente et une façade biaise tournée vers le terrain de sport qui protège les gradins des tribunes. Le second projet proposé en juillet 1958 repose sur une dissociation entre les deux équipements, mais garde du dispositif initial quelques caractéristiques essentielles. Même si Le Corbusier prévoyait d’associer à la Maison un théâtre en plein air et une « boîte à miracle » devant permettre d’assurer des pratiques théâtrales dans de bonnes conditions, le programme de la Maison de la culture de Firminy est celui d’une grande maison des jeunes. Une largeur relativement faible (18 mètres) et la longueur importante (112 mètres) du plan conditionnent le fonctionnement de l’équipement envisagé comme une promenade linéaire ponctuée d’espaces d’activité absorbant au besoin les doubles hauteurs. Le système structurel de la couverture associant des plaques de béton cellulaire à des câbles tendus et l’articulation des trois niveaux avec la topographie distinguent fortement cette réalisation du corpus des Maisons de la culture qui reposent toutes sur des solutions compactes. Les 16 travées rythmées par des pans ondulatoires expriment la filiation directe du projet avec celui du couvent de la Tourette dans lequel Iannis Xenakis avait développé ces dispositifs harmoniques de partitions menuisées. Le Corbusier visite le chantier le 21 mai 1965, et meurt la même année avant que la construction ne soit entièrement achevée. André Wogenscky termine le chantier et Pierre Guariche conçoit les aménagements intérieurs ainsi qu’une grande partie du mobilier. La Maison est inaugurée le 15 octobre 1966.

Gilles Ragot, dans l’essai intitulé Firminy toute une histoire, évoque les liens amicaux et intellectuels qui lient Eugène Claudius Petit, Ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), à l’architecte Le Corbusier puis relate la genèse du projet urbain de Firminy envisagé comme une illustration des préceptes de la charte d’Athènes et la place de la Maison des jeunes de Firminy dans l’ensemble de logements et d’équipement culturels et sportifs de Firminy vert. Dans un récit précis et documenté l’auteur insiste sur les hésitations programmatiques qui feront que la Maison de Firminy est plus qu’une Maison des jeunes et moins qu’une Maison de la culture, mais également sur l’attention à la topographie et au paysage, l’origine de certains choix techniques comme celui de la toiture ou encore les péripéties du chantier (1961-1969) que révèlent les archives. Sophie Omère envisage l’examen du mobilier de Firminy comme un révélateur significatif du design des années 50 et 60. La conception du mobilier spécifique de travail ou pour le spectacle, la fourniture de mobilier sont assurées entre 1966 et 1969 par Pierre Guariche et se poursuivent entre 1969 et 1972 sans lui. L’analyse des appareils d’éclairage qui méritaient sans doute de plus amples développements ou la restauration du mobilier sont traitées sous la forme d’images commentées. Jean-François Gange-Chavanis, dans un entretien, rappelle que les architectes en chef des monuments historiques sont des généralistes mais souligne néanmoins quelques singularités de la restauration et de la « préservation de l’identité » de l’édifice. Michel Kneubüleher revient sur les hésitations du programme et sur ce qu’elles révèlent de la politique culturelle Française, celle des maisons de la culture à partir de 1959, l’héritage des maisons du peuple et celle des tiraillements entre culture et éducation populaire. La reproduction d’une note personnelle d’Eugène Claudius Petit, Eléments de réflexion sur la maison de la culture de Firminy, éclaire justement le point de vue de l’acteur principal du côté de la Maîtrise d’ouvrage sur les hésitations, les tentations d’ordonner les activités humaines, et les tentatives de concilier éducation populaire et politique culturelle.

L’ouvrage ne s’attarde pas trop sur les années sombres de la Maison de la culture qui s’est fait tristement connaître pour un délaissement et des sinistres matériels à la fin des années 1980. On passe donc rapidement de la genèse à la restauration et au processus qui fait maintenant de cette Maison une des pierres d’un ensemble devenu patrimonial. L’oubli de quelques ressources bibliographiques et de quelques références notables au sujet des Maisons de la culture, l’ordre des contributions qui va de l’urbanisme et de l’architecture en passant par le mobilier pour arriver et à la politique culturelle et aux programmes qu’elle génère pourront étonner le lecteur savant qui peut cependant piocher avantageusement dans l’ouvrage, au gré des besoins ou des curiosités, sans craindre de chahuter une savante construction éditoriale.

Le guide de visite, dernière partie du livre est peut-être ce qui permet le mieux d’appréhender l’édifice à plusieurs échelles : celles du site et de l’ensemble urbain, la construction dans la globalité, dans ses composants programmatiques, les aménagements intérieurs et le détail. Servi par un récit descriptif et pédagogique, par des images contemporaines, cette partie renforce la compréhension de l’histoire mouvementée de l’édifice mais également de l’enchaînement des espaces et de la plastique corbuséenne.

1 « Les Maisons de la culture en France », L’Architecture d’Aujourd’hui n°129, édifices culturels, décembre 1966-janvier 1967, p. 66.

Prix de l’article scientifique sur l’habitat social

 L’union sociale pour l’habitat, la Caisse des Dépôts et l’Institut CDC pour la recherche organise un nouveau prix pour 2015 de l’article scientifique portant sur l’habitat social.

Vous trouverez ci-dessous le document relatif au règlement du prix :
Les dossiers sont à adresser à dominique.belargent@union-habitat.org  jusqu’au 15 avril 2015.

Prix de thèse SFHU 2015 – Appel à candidatures (jusqu’au 30/4/2015)

Prix de thèse 2015

Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU)

 

La Société Française d’Histoire Urbaine (SFHU) ouvre, pour sa 5e session, au titre de l’année 2015, un concours de thèses qui s’adresse aux jeunes docteurs en histoire urbaine. Par cette initiative, la SFHU vise à encourager de jeunes chercheurs et à favoriser la plus large diffusion possible de leurs travaux (voir les archives du prix de thèse sur le site http://sfhu.hypotheses.org/).

 

  1. Objet du concours

Le lauréat du concours sera récompensé par une somme de 2000 euros.

 

  1. Conditions de participation

Le prix est ouvert aux docteurs ayant soutenu une thèse d’histoire urbaine, rédigée en français, durant l’année (civile) 2014. Les thèses d’habilitation à diri­ger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne seront pas retenues.

Sont recevables toutes les thèses qui abordent le fait urbain dans son historicité, quels que soient la période, l’espace et la discipline académique (histoire, droit, urbanisme, architecture, histoire de l’art…) concernés.

 

  1. Constitution du dossier de candidature

Pour s’inscrire, le docteur doit faire acte de candidature en envoyant à la SFHU (voir ci-dessous), un dossier dématérialisé qui comprendra les éléments suivants :

 

– le formulaire de candidature (ci-dessous, télécharger ou copier) dûment rempli (en version électronique non pdf) ;

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes (en version électronique) ;

– un curriculum vitae (en version électronique) ;

– une version électronique de la thèse au format pdf (volume maximum souhaité par fichier 10 Mo ; voir détails ci-dessous).

 

  1. Procédure d’attribution du prix

Le jury sera composé des membres du bureau de la SFHU. Il examinera l’ensemble des thèses recevables et pourra s’adjoindre des experts extérieurs, français et étrangers.

 

  1. Calendrier

Les candidatures seront enregistrées jusqu’au 30 avril 2015 minuit, délai de rigueur (par voie électronique, à l’adresse Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr).

Les résultats seront proclamés en novembre 2015 au plus tard et le prix remis lors de l’AG annuelle et de la journée d’étude de la SFHU en janvier 2016.

 

  1. 6. Prix de thèse SFHU 2015 – Fiche de candidature

FICHE DE CANDIDATURE Prix de thèse SFHU 2015

Prix de thèse SFHU 2015 – Fiche de candidature

 

(merci d’enregistrer VOTRE NOM DANS LE TITRE DU FICHIER avant transmission et de ne pas utiliser le format pdf pour ce fichier-ci)

 

 

NOM :

 

Prénom :

 

Adresse :

 

Téléphone :

 

E-mail :

 

Situation professionnelle :

 

 

———————————————————————————————

 

Intitulé de la thèse :

 

 

Date de soutenance :

(rappel : la thèse doit avoir été soutenue durant l’année civile 2014)

 

Université ou établissement de rattachement :

 

 

Nom du directeur de recherche :

 

 

Membres du jury de soutenance :

 

 

 

——————————————————————————————–

 

Pièces à joindre :

 

– un résumé de la thèse entre 10 000 et 20 000 signes, espaces compris (en version électronique ; NB : le rapport de soutenance n’est pas demandé) ;

– un curriculum vitae (en version électronique) ;

– une version électronique de la thèse (fichier(s) pdf, volume maximum de 10 Mo souhaité – en cas de problème d’envoi en pièce jointe, faire un premier envoi avec le dossier « administratif » et les éventuels fichiers transmissibles par mel, pour convenir d’un mode de transmission des fichiers plus lourds, afin de ne pas trop fractionner les volumes et démultiplier les envois).

 

Formulaire (rappel : en format traitement de texte) et pièces demandées à envoyer, avant le 30 avril 2015 minuit, délai de rigueur, à : Jean-Pierre.Guilhembet@wanadoo.fr

 

NB : un accusé de réception du dossier complet sera envoyé aux candidat.es.

Journée d’étude : Histoire de Pise au XIVe siècle, Université de Pise, 10 avril 2015

Pise de la Grande peste à la conquête florentine (1348-1406)

Nouvelles orientations pour l’histoire d’une société en crise

 

Journée d’étude

Pise, Università, Dipartimento di Civiltà e forme del Sapere, Via Pasquale Paoli 15,

vendredi 10 avril 2015

Programme en pièce jointe : PISE_PROGRAMMES COMBINES

Organisateurs : Sylvie Duval (EfR / CNRS/ CIHAM ; duvalsylvie@hotmail.com);

Alma Poloni (Università di Pisa ; a_poloni75@hotmail.com) ;

Cédric Quertier (EfR / LAMOP; cedric.quertier@gmail.com).

Interventions de 25 minutes, suivies d’un débat de 15 minutes

9h : accueil des participants.

9h15-9h45 : Giuseppe Petralia (Università di Pisa) : introduction

 

Les évolutions de la société pisane à la fin du Moyen Age

Président : Laurent Feller (Université Paris 1/LAMOP)

9h45-10h30 : Mauro Ronzani (Università di Pisa) : « Il complesso della cattedrale nel secondo Trecento: completamento degli edifici, sviluppo degli allestimenti interni, fruizione religiosa e ‘civile’ »

10h30-11h15 : Sylvie Duval (EfR/CNRS/CIHAM) : « La société pisane vue à travers les testaments » (titre provisoire)

11h15-11h30 : pause

11h30-12h15 : Cecilia Ianella (Università di Pisa) :« La rappresentazione della città. Pisa per immagini » (titre provisoire)

12h15-12h45 : discussion

12h45-14h30 : Repas

 

14h30-15h : Table ronde des doctorants : Marco Conti (CIHAM), « Imposer la ville: étude de la fiscalité à Bologne de la fin du XIIIe au début du XVe siècle » et Philippe Lefeuvre (LAMOP), « Les hiérarchies des sociétés rurales du Chianti (Toscane) aux XIIe et XIIIe siècles ».

L’économie pisane confrontée à la crise

Président : Armand Jamme (CNRS/CIHAM)

15h-15h45 : Alma Poloni (Università di Pisa) :« Economia e società a Pisa nella seconda metà del Trecento » (titre provisoire)

15h45-16h30 : Cédric Quertier (EfR/LAMOP) : « Les étrangers à Pise : les cas de la nation des marchands florentins et du quartier de San Vito » (titre provisoire)

16h30-16h45 : pause

16h45-17h30 : Jérôme Hayez (CNRS/LAMOP) : « S’observer, coopérer, se fréquenter ou rester avec les siens. Les interactions entre marchands florentins et pisans dans les correspondances Datini vers 1400 »

17h30-18h : discussion.

 

18h : Sandro Carocci (Università Roma Tor Vergata / responsable du projet de recherche “La mobilità sociale nel Medioevo italiano (secoli XII-XV))”, PRIN 2012) : conclusions

Pisa dalla Peste alla conquista fiorentina (1348-1406)

Nuovi orientamenti per la storia di una società in crisi

 

 

Giornata di Studio

 

 

 

Pisa, Università, Dipartimento di Civiltà e forme del Sapere, Via Pasquale Paoli 15,

venerdì 10 avril 2015

Organizzatori : Sylvie Duval (EfR / CNRS/ CIHAM ; duvalsylvie@hotmail.com);

Alma Poloni (Università di Pisa ; a_poloni75@hotmail.com) ;

Cédric Quertier (EfR / LAMOP; cedric.quertier@gmail.com).

Interventi di 25 minuti, seguiti da 15 minuti di debatitti

9:00 : Saluti.

9:15-9:45 : Giuseppe Petralia (Università di Pisa) : introduzione

 

Evoluzioni della società pisana alla fine del Medioevo

Presiede : Laurent Feller (LAMOP/Université Paris 1)

9:45-10:30 : Mauro Ronzani (Università di Pisa) : « Il complesso della cattedrale nel secondo Trecento: completamento degli edifici, sviluppo degli allestimenti interni, fruizione religiosa e ‘civile’ »

10:30-11:15 : Sylvie Duval (EfR/CNRS/CIHAM) : « La société pisane vue à travers les testaments » (titolo provvisorio)

11:15-11:30 : pausa

11:30-12:15 : Cecilia Ianella (Università di Pisa) :« La rappresentazione della città. Pisa per immagini » (titolo provvisorio)

12:15-12:45 : discussione

12:45-14:30 : pausa pranzo

 

14:30-15:00 : Tavola rotonda con i dottorandi : Marco Conti (CIHAM), « Imposer la ville: étude de la fiscalité à Bologne de la fin du XIIIe au début du XVe siècle » et Philippe Lefeuvre (LAMOP), « Les hiérarchies des sociétés rurales du Chianti (Toscane) aux XIIe et XIIIe siècles ».

L’economia pisana di fronte alla crisi.

Presiede : Armand Jamme (CNRS/CIHAM)

15:00-15:45 : Alma Poloni (Università di Pisa) :« Economia e società a Pisa nella seconda metà del Trecento » (titolo provvisorio)

15:45-16:30 : Cédric Quertier (EfR/LAMOP) : « Les étrangers à Pise : les cas de la nation des marchands florentins et du quartier de San Vito » (titolo provvisorio)

16:30-16:45 : pausa

16:45-17:30 : Jérôme Hayez (CNRS/LAMOP) :« S’observer, coopérer, se fréquenter ou rester avec les siens. Les interactions entre marchands florentins et pisans dans les correspondances Datini vers 1400 »

17:30-18:00 : discussione.

 

18:00 : Sandro Carocci (Università Roma Tor Vergata / Responsabile del progetto di ricerca “La mobilità sociale nel Medioevo italiano (secoli XII-XV))”, PRIN 2012) : Conclusioni

Appel à comm: quand on arrive en ville (18e-21e siècles), Bruxelles, 15-16 octobre 2015

Organisé à Bruxelles les 15 et 16 octobre 2015, le colloque « Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations (18e-21e siècles) » est une initiative du projet de recherche MICM-arc (micmarc.ulb.ac.be), basé à l’Université libre de Bruxelles. À travers la problématique de l’arrivée en ville, de ses modalités, des impressions et des représentations qui en découlent, le colloque permettra d’interroger les rapports entre mobilité, culture et identité métropolitaine qui sont au cœur de ce projet de recherche.

Appel à comm : Colloque Berlin – discontinuités : temporalités, politiques, urbanité (Arras 8-9 octobre 2015)

Berlin – discontinuités : temporalités, politiques, urbanité
Appel à communications

Une partie de l’histoire du « court XXe siècle » (Hobsbawm, 1994) s’est écrite à et avec Berlin. Capitale de l’empire wilhelmien, la ville est devenue capitale de la République de Weimar puis celle de l’Allemagne national-socialiste. La guerre froide l’a divisé entre les 4 Puissances alliées, puis en deux parties, chacune devenant le modèle de son camp respectif. La fin de la guerre froide a entrainé sa réunification et son rétablissement comme capitale fédérale. Berlin est entrée « dans l’histoire » car des affrontements idéologiques et politiques se sont matérialisés dans l’espace urbain et ont divisé ce dernier : certains événements symboliques des extrêmes qui caractérisent les sociétés européennes du XXe siècle (totalitarisme, guerres, désir de liberté et de paix), s’y sont tenus, ont eu une résonance globale et ont marqué l’organisation du monde. A travers le symbole du Mur, le lieu est devenu à la fois un emblème d’une période particulière de l’histoire (la guerre froide) et d’un ordre géopolitique (la division de l’Europe et du monde). Puis, l’ouverture du Mur de Berlin a signifié tout autant la fin d’une période de l’histoire que la fin d’un rapport de forces entre des composantes idéologiques et politiques. De surcroît, l’Allemagne est désormais un Etat-membre de l’Union européenne. Les élargissements de 2004 et de 2007 ont contribué à renforcer le rôle de lieu de décision de la capitale fédérale dans la nouvelle Europe du fait de sa situation d’interface entre l’ouest et l’est du continent.

Une analyse du tissu urbain montre qu’aucune autre grande capitale d’Etat en Europe ne comporte autant de discontinuités spatiales au sein de son espace urbain. La part des espaces libres est certes inhabituelle dans une ville de cette taille, mais surtout leurs situations interrogent l’observateur et le promeneur. Le cœur de la ville, celui qui abrite les monuments les plus prestigieux et les fonctions centrales est parcouru de discontinuités variées qui contrastent avec ce qui « fait ville » : friches, terrains vagues, espaces de résistance et de contestation, chantiers. Les traces du Mur (et notamment l’espace libéré par son démantèlement) donnent l’impression que la marge s’inscrit dans le centre. 25 ans après l’ouverture du Mur, les traces de ce dernier dans l’espace urbain nous rappelle ces héritages. L’hypothèse que nous formulerons cependant est que les discontinuités sont associées à Berlin et y « font corps avec la ville ».

C’est à la fois la dimension signifiante de l’espace urbain et la tournure de certains événements qui a permis à Berlin de devenir un emblème d’un ordre géopolitique et de sa remise en cause : les dimensions spatiales, temporelles et politiques sont donc intimement liées. L’objectif de ce colloque est d’étudier la ville à travers le prisme des discontinuités et dans le même temps de voir en quoi cette ville peut nous aider à comprendre les articulations entre trois dimensions des discontinuités : spatiale, temporelle, politique.

L’objet de cette manifestation est de donner une vision pluridisciplinaire des discontinuités à Berlin, considéré à la fois comme un lieu (de représentation, de pouvoir, etc.), un espace (agglomération urbaine) et un réceptacle et en prenant en compte différentes échelles.

Plusieurs pistes sont ainsi proposées :
D’une part, il s’agit de saisir l’articulation entre les évolutions de l’ordre géopolitique et les temporalités urbaines. Comment s’accordent les rythmes de l’échelle globale avec les temps de la ville ? Quel rôle la ville a-t-elle joué dans l’histoire allemande, européenne, conçues comme une partie de l’histoire globale du XXe siècle ?  Quelle place a occupé la ville dans les relations internationales en Europe et dans le monde, et notamment dans le contexte de la Guerre Froide et de la construction européenne ?
D’autre part, on peut s’interroger sur la manière dont les temporalités ont marqué l’espace. Les discontinuités temporelles ont-elles laissé des traces dans l’espace urbain ? Si oui, quelles formes prennent-elles et comment sont-elles perçues et considérées par les acteurs urbains (citoyens, pouvoirs publics, acteurs économiques) ?
En définitive, l’un des objectifs poursuivis serait de déceler ce qui fait continuité dans Berlin, en dépit des ruptures à la fois en termes de pouvoirs, d’espace et d’histoire.

Organisation :

Responsables
Michel-Pierre Chélini (CREHS)
Bernard Reitel (Discontinuités)

Date et lieu : 8-9 octobre 2015, Arras

Une approche multidisciplinaire et interdisciplinaire est préconisée. Le colloque est ouvert aux historiens, aux géographes, aux sociologues, aux politologues, aux anthropologues, aux linguistes, aux sciences de la communication, etc.

Langues du colloque : français, anglais

Une proposition de communication comportera au maximum 3000 caractères et décrira l’objectif de la communication, la méthode et les résultats attendus ainsi que les champs disciplinaires dans lesquels elle s’inscrit. Les textes d’une longueur maximale de 3000 signes, sont attendus pour le 20 mars 2015.

Comité scientifique

 . Denis Bocquet, Professeur d’histoire à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS)

. Michel-Pierre Chelini, Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Artois

Berlin, Institut für Stadt- und Regionalplanung

. Gabrielle Dolff-Bonnekamper, Professeure d’Histoire de l’Art, Institut für Stadt- und Regionalplanung, Technische Universität Berlin

. Emmanuel Droit, Maître de conférences en Histoire contemporaine [Université de Rennes 2] Centre Marc Bloch Berlin

. Etienne François, Professeur d’histoire émérite, Université Paris I, Freie Universität Berlin

. Boris Grésillon, Professeur de géographie, Université Aix-Marseille

. Bernard Reitel, Professeur de géographie, Université d’Artois.

. Christian Schulz, Professeur de géographie, Université du Luxembourg

Appel à articles : Ambiance et histoire de l’architecture, revue Ambiances (date limite 15 mai 2015)

Ambiances – Revue internationale sur l’environnement sensible, l’architecture et l’espace urbain

APPEL A ARTICLES – Réception des propositions : 15 mai 2015

Ambiance et histoire de l’architecture :

l’expérience et l’imaginaire sensibles de l’environnement construit

Revue bilingue à comité de lecture http://ambiances.revues.org

Argumentaire

Comment peut-on rendre compte des dispositions spatiales, matérielles et sociales qui fabriquent une configuration sensible particulière, une ambiance, à un moment donné de l’histoire ? En posant cette vaste question, ce dossier thématique de la revue Ambiances cherche à combler quelques-unes des brèches dans l’histoire conduite aujourd’hui : celles qui touchent à la conscience environnementale des sociétés du passé sur les constructions, celles qui énoncent que l’évolution historique de l’architecture et des villes est liée à l’expérience concrète de l’environnement construit, à l’évaluation de son potentiel d’habitabilité, à sa transformation pour les besoins et la joie de l’usage. Nous faisons ainsi de cet appel à articles un pari : celui de placer l’ambiance de ces espaces et de ces lieux comme une des forces méconnues de l’histoire architecturale et urbaine.

Les travaux de Lucien Febvre, d’Alain Corbin, de Sabine Barles, de Jacques Léonard, de Geneviève Massard-Guilbaud, pour ne citer qu’eux, ont retracé la croissance des pollutions olfactives, auditives et visuelles. De nombreuses manifestations scientifiques récentes ont également mis en évidence la permanence de ces phénomènes dans l’histoire. Interroger l’ambiance comme objet historique, comme support de connaissances nouvelles sur les bâtiments du passé, au même titre que le sont aujourd’hui les recherches sur le temps, le désir, le corps, la beauté, la vie privée, etc. permet d’ouvrir trois nouveaux types d’investigations :

1/ Explorer les sources du sensible à travers le temps

Comment avoir accès aux ambiances du passé ? Fragiles et éphémères, les traces sensibles existent pourtant sur de multiples supports. Du côté de l’iconographie, de la littérature, du cinéma, de l’audiovisuel, des techniques ou des traités d’architecture, ces sources racontent un savoir-faire et un imaginaire de l’habitant, de l’architecte, du passant, un imaginaire et un savoir-faire que l’histoire de l’architecture laisse parfois en marge.

Quelles sont ces sources et comment pouvons-nous les interroger et les croiser ? Les interroger, c’est d’abord questionner l’Homme dans son existence passée qui établit pour lui-même et pour ses proches, un aménagement en étroite interaction avec la perception qu’il souhaite et la production possible des odeurs, des regards, des écoutes, du toucher des objets et de la température des lieux. Les sources existent indirectement par l’intermédiaire des bâtiments et des sites qui traversent les époques. Ils forment des repères spatiaux permanents à partir desquels il est possible de constater des évolutions ou a contrario des situations figées. Ces sources du sensible restent à explorer.

2/ Interpréter et restituer les expériences sensibles passées

S’intéresser aux singularités historiques d’une ambiance, ce n’est pas seulement s’intéresser aux sources sonores, olfactives, lumineuses… qui apparaissent à un moment donné de l’histoire, c’est chercher où et comment des expériences sensibles sont reçues comme des expériences singulières et émotives qui plaisent ou déplaisent à une époque. Comment interroger ces sources, les analyser et surtout les interpréter au prisme de nos propres sensibilités et de nos goûts ? Est-il simplement possible de se projeter dans une ambiance passée sans la déformer ni la trahir ?

Si les environnements perdurent, la compréhension de leurs caractéristiques sensibles est souvent difficile car ils ont été conçus et construits en d’autres temps et pour d’autres que nous. Ces traces peuvent apparaître tantôt comme des décors incompris et inutiles, tantôt comme des vestiges fragiles menacés. Grâce aux évolutions technologiques et au croisement des sources, des simulations d’ambiance offrent une lecture nouvelle de l’histoire et des situations urbaines. Dès lors, jusqu’où peut aller le travail de recherche dans la reconstitution d’une ambiance pour interpréter et restituer les expériences sensibles passées ?

3/ Révéler des imaginaires d’ambiance

Que dire enfin de ces nombreux imaginaires d’ambiance, ces visions rêvées, ces idées de projets de bâtiments et de lieux dont la concrétisation matérielle a transformé, sinon fait disparaître, les motivations initiales ? Fantasmés ou rêvés, objets de véritables projets sociaux, politiques ou artistiques, ces imaginaires

d’ambiance disent autant sur les modes de conception des projets que sur le destin de certaines utopies. Les opérations de transformations diverses (reconversion, réhabilitation, enjeux énergétiques, etc.) peuvent être des moteurs pour modifier ou, a contrario, tenter de recréer des ambiances réelles ou supposées. Elles sont l’occasion d’interroger les motivations qui président à ces changements et les méthodes mises en oeuvre pour façonner une nouvelle identité architecturale et urbaine.

Certains lieux transformés, parfois meurtris mais parfois aussi sublimés et révélés, comportent en leur sein une stratification d’ambiances qui leur confère une identité riche mais complexe à déchiffrer. C’est la lecture et l’interprétation de cette complexité par les générations successives qui orientent leur devenir autour d’enjeux multiples et parfois contradictoires, notamment du point de vue patrimonial. On interrogera dès lors le sens donné à certaines politiques de conservation qui entendent préserver, au nom d’une certaine fidélité historique, des dispositions ou des éléments matériels eux-mêmes éloignés d’un imaginaire

d’ambiance initial.

Articles attendus

L’appel à articles s’adresse à un large panel de chercheurs et de praticiens au croisement entre histoire et ambiances dans les champs :

De l’architecture, de l’urbanisme, du design

De la réhabilitation d’architecture, des études du patrimoine

De l’histoire du sensible, de l’histoire culturelle, du cinéma, des sources audiovisuelles

De l’anthropologie, de la sociologie, de la littérature.

Les articles porteront sur une ou plusieurs des problématiques développées ci-dessus, sans que les périodes historiques, les exemples et les études de cas ne soient limitatifs. Les sources étudiées peuvent être multiples.

Modalités de soumission

Les auteurs devront envoyer une proposition d’article de 3000 à 5000 signes aux responsables du dossier avant le 15 mai 2015 à l’adresse : ambiances.history@gmail.com (cf. calendrier ci-dessous).

Les propositions d’articles et les articles eux-mêmes pourront être soumis en français ou en anglais.

Les propositions seront examinées par les responsables du dossier et le comité éditorial de la revue. Après accord de principe, les auteurs devront envoyer leur article complet, de 25000 à 50000 signes, avant le 15 octobre 2015, délai de rigueur.

Conformément au processus habituel de la revue, les articles seront soumis à deux évaluateurs, selon une évaluation en double-aveugle. La publication du dossier thématique est prévue en septembre 2016.

Calendrier

Lancement de l’appel à articles : 15 février 2015

Réception des propositions : 15 mai 2015 (3000 à 5000 signes)

Réponses aux auteurs : 15 juin 2015

Réception des articles complets : 15 octobre 2015 (25000 à 50000 signes)

Publication indicative du dossier thématique : septembre 2016.

Coordinateurs du dossier

Olivier Balaÿ, architecte en exercice, urbaniste, professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, chercheur au CRESSON, UMR AAU CNRS-MCC-ECN.

Stéphane Frioux, maître de conférences en histoire contemporaine, Université Lumière-Lyon2, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR CNRS 5190.

Nathalie Simonnot, historienne de l’architecture, ingénieur de recherche, laboratoire LÉAV, École nationale supérieure d’architecture de Versailles.

Compte rendu: Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014. (Clara Chevalier)

Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Genre à lire… et à penser », 2014, 249 p. (Clara Chevalier)

Issu d’une recherche post-doctorale, ce livre se situe dans la lignée d’une historiographie italienne marquée notamment par les travaux des modernistes Renata Ago, Angela Groppi et Anna Bellavitis, qui conjugue histoire des femmes, histoire sociale et approches juridique et économique. L’ouvrage se propose d’étudier l’action économique des femmes en analysant ensemble deux objets ordinairement peu associés dans l’historiographie : les propriétés et le travail des femmes. Il s’agit en particulier des femmes mariées du monde de l’artisanat et de la boutique dans la ville de Turin au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, soit dans un contexte de crise lié au déclin du secteur alors essentiel de l’économie piémontaise : l’artisanat de la soie. Cette recherche a également pour objectif de comprendre comment ces ressources économiques des femmes jouent sur les relations sociales au sein de la famille, dans la mesure où leur utilisation par les couples constitue un enjeu, a fortiori en cette période où ce groupe social est menacé par la paupérisation, et alors que le chômage et la cherté des vivres renforcent les mécanismes structurels d’endettement.

L’ouvrage, partagé en deux sections, aborde successivement les deux objets annoncés. La première partie porte sur les propriétés – en fait sur le patrimoine – des femmes, plus précisément sur les usages dans le cadre de l’économie familiale des ressources que sont la dot et le trousseau de mariage. Si l’enjeu de la constitution de la dot est dans un premier temps pour les femmes l’accès au marché matrimonial, elle se trouve durant la vie maritale au cœur de stratégies économiques déterminées par son statut juridique : la dot demeure propriété de la femme, sa gestion appartenant au mari. Mais surtout, la dot est inaliénable. Or, durant la période de crise, un nombre croissant de couples s’engage devant la justice civile dans des procédures d’aliénation dotale, dans le but de défaire les biens dotaux de leur statut de biens inaliénables, autrement dit d’obtenir la dot en argent. La procédure est semblable à celle qui permet l’aliénation de biens de mineurs, du fait de l’incapacité juridique qui frappe les femmes mariées. Elle ne peut avoir lieu sans l’accord explicite de chacun des conjoints, et est initiée par une supplique qui doit mettre en avant l’état de nécessité dans lequel ils se trouvent. L’aliénation de la dot sert à s’acquitter de dettes touchant à l’activité économique du couple comme à la vie quotidienne. La volonté d’aliéner la dot se comprend bien mieux dès lors que l’on conçoit la dot comme une dette : la décision judiciaire autorisant l’aliénation s’avère alors être l’unique moyen légal d’obtenir le paiement de la dot, promis mais souvent différé pendant de longues années, voire jamais concédé.

Une autre ressource économique se trouve, à la différence de la dot, pleinement possédée et gérée par les femmes : les biens paraphernaux, au premier rang desquels le trousseau. L’analyse de listes détaillées d’objets mis en gage, puis vendus aux enchères, montre que si les hommes sont majoritaires parmi les débiteurs, les objets engagés sont pour la plupart des vêtements féminins, c’est-à-dire des pièces du trousseau. Celui-ci, véritable « richesse en tissu », constitue donc une ressource cruciale puisqu’il permet l’accès aux réseaux de crédit.

La seconde section, consacrée au travail des femmes, aborde en premier lieu le problème de leur formation. L’accès des femmes aux corporations de métiers étant limité, celle-ci passe moins par la voie formalisée de l’apprentissage que par des parcours où les relations familiales jouent un rôle central. Ici, le genre conditionne sans équivoque la formation des femmes, dont l’enjeu est la possibilité d’accéder ou non à un métier qualifié.

Le travail des femmes mariées, vu comme secondaire, est quant à lui largement occulté dans les sources de l’époque moderne. Elles prennent part à l’activité familiale comme épouses sans pour autant être mentionnées, par exemple dans le recensement de la population turinoise de 1802, où sont indiqués les métiers des seuls chefs de famille – hommes, veuves, voire femmes célibataires. Beatrice Zucca se tourne donc vers d’autres documents : les registres de demandes d’aide adressées à l’Ospedale di Carità, principale institution de charité de la ville. La finalité de l’hôpital étant de prévenir la mendicité, le risque de chute sociale, le travail est valorisé dans la définition des « bons pauvres ». Formuler une telle demande nécessite alors de faire explicitement état de l’activité économique de l’ensemble des membres de la famille. Le croisement nominal des deux sources permet ainsi de découvrir l’identité professionnelle de certaines femmes. S’il est difficile de circonscrire le rôle des femmes mariées au sein de l’économie familiale autant que de distinguer les activités, souvent proches, des conjoints, la figure juridique de la « marchande publique », habilitée à répondre de tout ce qui regarde son propre commerce, confère en revanche aux femmes mariées une certaine liberté économique. Dans une économie d’Ancien Régime caractérisée par l’incertitude, le travail des femmes constitue une ressource décisive pour tenter d’enrayer le risque d’appauvrissement.

L’auteure montre enfin que la présence d’enfants n’écarte pas les mères, du travail rémunéré. Elles peuvent se tourner vers des travaux de couture, de filage ou de tissage effectués à domicile, dans le cadre du système de production proto-industriel, plutôt que vers des emplois d’ouvrière ou de journalière qui ne leur permettraient pas d’assurer le travail reproductif. Les enfants peuvent également être pris en charge par le réseau familial ou par l’hôpital, permettant aux mères de poursuivre leur activité. L’aide de l’Ospedale intervient à différents degrés : distributions de rations de pain, mises en nourrice, hospitalisations temporaires des enfants n’ayant pas atteint l’âge de travailler. Contrairement aux garçons, les filles internées se voient dispenser une formation davantage tournée vers la préparation au mariage que vers l’accès à un métier qualifié. Mettre en regard recours aux secours institutionnels et au réseau familial permet par ailleurs d’interroger une idée souvent admise : la primauté des solidarités familiales dans l’Europe du Sud.

L’étude de Béatrice Zucca cherche à démontrer que les ressources économiques des femmes ont « une valeur en soi », indépendamment de l’économie familiale dans laquelle elles s’inscrivent. Elle souligne le fait que leurs propriétés y sont indispensables : le capital qu’elles apportent joue un rôle décisif dans l’accès aux ressources nécessaires pour entreprendre puis maintenir une activité économique. Leurs ressources ne représentent donc pas un apport secondaire : leurs propriétés – dont le mari peut être dépourvu – et leur travail – souvent qualifié mais non reconnu – sont néanmoins maintenus dans une position marginale par un discours qui les présente avant tout comme épouses et mères.

Le second objectif du livre, qui visait à déterminer si ces ressources économiques confèrent aux femmes une marge de manœuvre au sein du couple, un poids dans le choix des stratégies économiques à mener, s’avère plus difficile à atteindre car une telle question pose nécessairement un problème de sources. Si Béatrice Zucca insiste par exemple sur le fait que le consentement formel de la femme est nécessaire pour solliciter l’aliénation de la dot, on ignore à qui revient la décision – il en est de même en ce qui concerne l’engagement des biens du trousseau. Ici, le propos du livre convainc moins car l’auteure, en affirmant l’existence de « complicités conjugales », que tout laisse supposer mais que rien n’étaye, tient pour évidentes des propositions qui demeurent des hypothèses.

Cette recherche soulève une question majeure pour les études de genre en histoire : il y a un véritable intérêt à prendre pour objet le travail, qui constitue en sociologie l’enjeu des rapports sociaux de sexe – notamment selon la sociologue Danièle Kergoat. Un vaste travail d’historicisation de la division sexuelle du travail reste à mener. La recherche de Béatrice Zucca engage à cette tâche, en pointant la nécessité de ne pas dissocier la question du travail de celle de la propriété, centrale dans l’économie d’Ancien Régime puisque c’est bien elle qui conditionne la possibilité d’accéder au crédit, déterminant dans la construction des hiérarchies sociales.

Société Française d'Histoire Urbaine