“Des civilisations au miroir de leurs cités”, journée APHG-Lyon, 22 janvier 2015

L’Association des Professeurs d’Histoire Géographie, Régionale de Lyon, organise depuis plusieurs années, en partenariat avec  l’Inspection d’Académie du Rhône, une journée de formation destinée aux enseignants du second degré. L’enjeu de cette journée est de  présenter l’état de l’historiographie et des connaissances sur des thèmes abordés par les programmes scolaires. C’est l’occasion de tisser des liens entre recherche universitaire et transmission des savoirs en lycées et collèges, dans un souci d’actualisation des connaissances. Cette journée de formation est organisée  conjointement entre l’APHG, l’Université Lyon 3 – Jean Moulin,  l’Inspection d’Académie et le Musée des Confluences. Elle permettra en outre de découvrir le nouveau Musée des Confluences qui a ouvert en décembre 2014, ses collections ainsi que les ressources pédagogiques qu’il peut offrir aux enseignants.

Lieu : Musée des Confluences, 86 quai Perrache, 69002 Lyon

PROGRAMME
L’entrée thématique de cette journée se rapporte aux Mondes lointains, compris comme des entités territoriales et des civilisations éloignées de notre société actuelle. Par des études de cas, de  l’Antiquité au XXIe siècle, elle veut multiplier les lieux et les époques, toujours en lien avec les programmes scolaires. Le fil rouge des différentes interventions est une histoire des civilisations par le biais des villes dans leur identité spatiale, politique, religieuse et sociale. L’organisation thématique suit celle des collections du musée. Chaque  communication sera de 30 min suivi d’un échange de 15 min.

9h : accueil des participants et introduction de la journée

Des modèles de cité (Grèce, Rome)
9h15 : Christian Bouchet [Lyon 3] : La démocratie athénienne, entre défense et contestations (VI-IVe s.)
10h : Virginie Hollard [Lyon 2] : La cité romaine : un cadre politique et un modèle à diffuser.

10h45 : pause

Ville et religion (Islam)
11h : Dominique Valérian [Lyon 2] : Ville musulmane ou villes des pays d’Islam ? perspectives historiographiques et étude de cas (Le Caire)

Musée des confluences
11h45 : Sylvie Boucherat et Laura Foulquier : Les collections et les expositions du musée : des ressources pédagogiques pour les enseignants.

12h30 : repas

L’altérité (Chine)
14h : Jérôme Bourgon [CNRS] : Les deux capitales des Han, un modèle d’altérité ?
14h45 Xiaohong Xiao-Planes [INALCO] : Les villes chinoises depuis 1949 : changement et continuité du modèle de développement urbain.

15h30 : pause

Les rencontres (Amérique et Afrique)
15h45 : Nadine Béligand [Lyon 2] : De Tenochtitlan à Mexico. L’empire aztèque face à la conquête espagnole.
16h30 : Claude Prudhomme [Lyon 2] : Dakar, Léopoldville (Kinshasa), Lagos : héritages africains et transfert de modèles européens au XIXe siècle.

A partir de 17h15 : accès aux collections du musée
Contact : Pierre-Jean Souriac – pierre-jean.souriac@univ-lyon3.fr

Parution : A. Bonzon, Ph. Guignet et M. Venard (dir.), La paroisse urbaine

LA PAROISSE URBAINE
Sous la direction de ANNE BONZON, PHILIPPE GUIGNET et MARC VENARD, Editions du Cerf, 2014.

Résumé de l’éditeur :

Voici abordé de front ce qui était jusque-là un angle mort de l’historiographie : la paroisse urbaine – bien plus difficile à appréhender que la paroisse rurale. Alors que l’une correspond généralement à une communauté d’habitants vivant et priant à l’ombre d’une même église, l’autre résulte d’un découpage plus ou moins artificiel, à l’intérieur de l’unité d’habitation et d’administration qu’est la ville. Sont ici réunies les réflexions d’une vingtaine de spécialistes français et étrangers, qui se sont employés à étudier sur la longue durée l’histoire de la paroisse urbaine, dans toutes ses dimensions.

Depuis les villes de l’Antiquité tardive jusqu’aux époques les plus récentes, la mise en place d’une géographie paroissiale, l’avènement de la paroisse comme lieu obligatoire de la vie religieuse, la prédication, les confréries, le catéchisme, l’administration paroissiale et les relations avec les autorités urbaines sont examinés. Une large place est réservée à la volonté de   remodeler, à la fin du xviiie siècle, la carte paroissiale en fonction des besoins des peuples, et aux difficultés que rencontre l’Église, au cours du xixe siècle, pour adapter ses structures à l’urbanisation et à l’industrialisation qui font apparaître de nouveaux quartiers et des populations déracinées. Sont posées enfin des questions plus contemporaines, qu’il s’agisse, au xxe siècle, d’évangéliser les masses au prix d’un rejet du cadre paroissial, ou de recentrer les activités pastorales sur la liturgie, les sacrements ou la prédication, au service d’une communauté de plus en plus réduite et vieillissante.

Ont participé à cet ouvrage : Céline Béraud, Régis Bertrand, Anne Bonzon, Isabelle Brian, Paul Chopelin, Noël Coulet, Laurence Croq, Bernard Delmaire, Philippe Desmette, Bruno Dumons, André Encrevé, Philippe Guignet, Mathilde Guilbaud, Beat Kümin, Nicolas Lyon-Caen, Paul d’Hollander, Jean-Michel Matz, Catherine Maurer, Charles Mériaux, Jean-Pierre Moisset, Bruno Restif, Olivier Richard, Christian Sorrel, André Tihon, Yvon Tranvouez, Marc Venard, Paola Vismara.

Parutions de numéros de revues sur le thème de l’université

 

2 parutions à signaler :

Alain Bourdin, Élisabeth Campagnac (dir.), « L’université : retour à la ville », Espaces et sociétés, n° 159, 2014, 226 p., Toulouse, Érès, ISSN : 0014-0481.

Le sommaire sur http://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2014-4.htm

Le nouveau numéro hors série de la revue Urbanisme sur le thème Universités et innovation:

Sommaire sur http://www.urbanisme.fr/issue/contents.php?code=51

Hommage de la Société Française d’Histoire urbaine

La SFHU s’associe à l’hommage national qui est rendu aux victimes de l’attentat perpétré le 7 janvier 2015 au siège de Charlie Hebdo, à Paris.

Elle s’associe aux manifestations de soutien en faveur de la liberté d’expression et de la liberté de la presse, et pour cela reproduit ci-dessous un dessin de Cabu rentrant dans ses thématiques, publié dans La Gueule Ouverte en janvier 1973.

IMG_20140617_150201348

Compte rendu: Lynn Gaudreault, Pouvoir, mémoire et identité. Le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), édition et analyse, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014 (Henri Bresc)

Lynn Gaudreault, Pouvoir, mémoire et identité. Le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), édition et analyse, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014 (Henri Bresc)

L’ouvrage de Lynn Gaudreault se présente comme une nouveauté remarquable ; c’est la première fois, dans l’aire méridionale, qu’on publie une étude centrée sur la forme des registres du gouvernement urbain, les usages de la mémoire et la représentation de l’autorité municipale qui s’exprime et se forge en s’exprimant dans l’enregistrement des délibérations et des décisions. La problématique, exposée au premier chapitre et appuyée sur une riche bibliographie, évoque l’ensemble des nouvelles perspectives, de la Pragmatische Schriftlichkeit à l’étude de la communication politique.

Il y a un air du temps, sans doute, dans ce choix : l’ouvrage de Deborah O’Brien sur les premiers registres de Londres et d’York, la thèse d’Alexandra Gallo sur Sisteron à la fin du Moyen Âge, bientôt publiée, celle de François Bordes sur Toulouse et celle de Caroline Fargeix sur Lyon, encore inédites, analysent les délibérations, en ordre plus dispersé. L’originalité de L. Gaudreault est de s’en tenir à ce noyau : elle analyse dans une problématique de communication, représentation et légitimation, et elle publie un registre, le premier conservé (les registres précédents ont probablement été brûlés, comme à Draguignan, à la fin de la guerre civile pour effacer les témoignages du carlisme par une damnatio memoriæ conduisant à l’oubli ou plutôt pour favoriser la conciliation), dans un contexte parfaitement dominé, celui de la fin de la guerre civile de l’Union d’Aix et le ralliement des carlistes à la nouvelle dynastie angevine. La méthode est excellente, nouvelle pour l’aire provençale, et hardie. Les résultats sont quelquefois conformes à ce qu’une observation classique devinait, mais c’est ainsi plus clair, plus carré. L’édition du texte suit les principes énoncés par l’École des Chartes avec quelques variantes (certains mots sont corrigés et les leçons originales mises en note). C’est le premier registre communal publié dans l’aire provençale : l’appareil critique de l’édition est impeccable ; il y manque seulement un lexique des mots latins et provençaux remarquables, et une étude du cursus et de la rhétorique notariale. On note en effet des mots rares (malenconias, lacessita qu’on trouve chez Pierre de la Vigne, emuli, satagit, perendinare, « remettre au surlendemain », turbinosiis le verbe queo), des tournures savantes avec le supin (accedant locutum), des citations de littérature gnomique (quod tutius est prevenire quam preveniri), des endyades infinies et redoublées (dans la foulée ratam et ratas, firmam et firmas, p. 134), des homéotéleutes infinis aussi en bus, en is, en runt, en em, en re, en are, en tes, en nes, en us, en o, des allitérations en p, comme pre pondere paupertatis est opressa, et promisit et pactum fecit, p. 317. On repère du cursus velox, le plus classique dans cette tradition, (aponantur et depingantur, remedio oportuno, credencia oportuna) ; ces clausules toutes faites sont l’indice du savoir latin et technique des notaires municipaux, capables aussi d’une certaine ampleur rhétorique et des reprises oratoires comme, p. 134, le paragraphe qui commence par Quamquidem.

L. Gaudreault analyse successivement la composition du registre, formé de quatre cahiers reliés tardivement, le fonctionnement et les fonctions du conseil, renouvelé cinq fois en cinq années. Le notaire du conseil écrit immédiatement ou recopie, selon les jours, le procès-verbal de la séance, toujours sous l’autorité et en présence des officiers royaux. Depuis 1377, la session réunit les douze conseillers, les deux syndics et le notaire et s’élargit à des citoyens appelés, admitti, dont la présence va de pair avec l’atrophie du parlement municipal. L. Gaudreault montre une remarquable assiduité, le respect des règles politiques et morales, fidélité à la monarchie (la reine est qualifiée de Sacra reginalis magestas, et le « lien indissoluble » sans cesse rappelé, d’autant que les Brignolais sont des ralliés de fraîche date), souci du bien commun, exprimé avec des mots, indemnitas, tranquillitas (aux résonances augustéennes), qui viennent de la rhétorique de Frédéric II et de l’idéologie du royaume de Sicile, souci de l’équité, unanimité.

Les nouveautés qu’apporte l’édition sont extrêmement nombreuses, et on pourra en développer l’analyse en liaison avec les apports des autres documentations municipales : le registre atteste que le municipe envahit précocement le champ du religieux et assume la responsabilité de la gestion des églises et de la prédication, se préoccupant du salut éternel des Brignolais ; le registre met aussi en lumière la fonction pacière de la commune, les fonctions militaires et d’ambassadeur assumées par les nobles.

On découvre en particulier une nouvelle forme de seigneurie, que la reine Marie de Blois tente d’imposer à la ville de Brignoles en accumulant les charges politiques et administratives (capitaine, bayle, syndic) sur la tête de Jean Drogol qui fait une belle carrière de courtisan, puis du capitaine de compagnies Bernardon de La Sale, nommé bayle, capitaine et châtelain. On retrouve à Naples, en Sicile, en Catalogne, comme l’ont montré les études de Maria Teresa Ferrer, ces « rectories » issues de l’impécuniosité du pouvoir royal, alternant avec des tentatives d’extorsions. La mise en gage des villes domaniales permettrait de réunir solidement ce bouquet d’autorités confiées à un seul homme, conduisant à une seigneurie de fait. La résistance respectueuse et acharnée de la ville à Drogol, traité en « ennemi public », fait échouer toutes ces tentatives. Plus modeste, la tentative de la reine de donner à un noble de sa cour, Pierre de Niort, un poste de notaire municipal, qu’il n’aurait pas occupé, mais sous-loué, se heurte au même mur infranchissable. La défense des privilèges et l’affirmation de l’honneur consulaire, intimement liées,

L. Gaudreault aborde à cette occasion le débat sur la nature démocratique ou oligarchique du régime municipal provençal : Alexandra Gallo a montré l’intense circulation des charges communales entre familles et conseillers ; Brignoles ne manifeste pas non plus une tendance à la concentration des pouvoirs : sur cinq années, 5% seulement des élus participent à trois conseils, et 44% à deux conseils. Les dix syndics élus sont tous différents.

Les conclusions sont bien ciselées, caractère hybride du registre entre valeur probatoire et exaltation du gouvernement municipal, puissance performative de l’écrit qui constitue le conseil et l’« universitas », liaison affichée avec le pouvoir royal légitimant. Elles susciteront de nouvelles recherches, dans l’espace provençal et dans les espaces proches, et l’étude élargie des évolutions le temps.

Compte rendu : Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013 (Nathalie Pascarel).

Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299p. (Nathalie Pascarel).

Maître de conférences en histoire de l’art moderne au sein du département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université Toulouse II, Anne Perrin-Khelissa est spécialiste des arts du décor de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Ses recherches universitaires portent principalement sur la culture matérielle de la noblesse génoise, en particulier ses modes d’habitation, ses collections d’œuvres d’art et sa consommation d’objets de luxe. Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, paru en 2013 aux éditions CTHS-INHA, n’est autre que la publication de sa magnifique thèse de doctorat en histoire de l’art menée sous la direction de Christian Michel et soutenue en 2007 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Cette dernière, intitulée  Décor et décorum dans les palais de l’aristocratie génoise au XVIIIe siècle. L’exemple des objets mobiliers et de l’ameublement du palais Spinola à Pellicceria, est l’aboutissement de nombreuses années de recherche focalisées sur l’histoire de l’aristocratie génoise et de ses pratiques de représentation.

La préface de l’ouvrage, de Peter Fuhring, présente l’état de la recherche dans le domaine des arts du décor de la société aristocratique européenne du XVIIIe siècle, relativement négligés des historiens de l’art avant l’étude d’Anne Perrin Khelissa, qu’il qualifie de judicieuse, claire et originale.

Cette recherche examine l’ameublement fastueux du palais Spinola à Pellicceria au cours du XVIIIe siècle au moment où la ville de Gênes connaît pourtant une situation économique et politique défavorable. L’auteur propose de remettre en contexte la conservation et l’évolution d’un décor appartenant à plusieurs générations de la famille Spinola selon trois grands axes de recherche. L’ouvrage s’articule en trois grandes parties destinées à déchiffrer les choix effectués et les obligations à respecter en matière de décoration : hériter et transmettre, dépenser et commander, puis habiter et séjourner. L’auteur exploite trois types de sources documentaires pour compléter ses approches et consolider son argumentation : les testaments, les livres de comptes et les inventaires. Selon Anne Perrin Khelissa, les testaments inscrivent l’objet « dans une temporalité symbolique et dynastique », les livres de comptes permettent de dégager « l’intérêt fonctionnel de ces objets dans le cadre des dépenses qui les rattache à une temporalité évènementielle, circonstancielle, liée aux mœurs des Génois » et les inventaires évoquent davantage leur « éventuelle temporalité esthétique, correspondant à des goûts et à des tendances qui évoluent et se diffusent ». En somme, ces trois manières de considérer le décor du palais au XVIIIe siècle sont totalement complémentaires et indissociables. L’auteur situe sa démarche à la croisée de deux approches : l’une, qui analyse le choix du décor selon les pratiques sociales des membres de la noblesse, l’autre, qui s’attache à examiner ses spécificités techniques et artistiques. L’ameublement d’origine conservé au palais Spinola ainsi que le corpus d’archives disponible a permis de mener à bien cette recherche.

La mise en contexte géographique du palais dans la ville permet de comprendre les stratégies adoptées pour favoriser son impact visuel malgré son manque de visibilité à l’époque. Il fallait trouver des solutions architecturales attractives pour pallier la difficulté d’accès au palais. La présentation historique de la famille Spinola, caractérisée par sa grande richesse financière, glisse rapidement vers une approche sociologique et comportementale : l’étude du rapport que les grandes familles génoises entretenaient avec les biens patrimoniaux, particulièrement les objets. L’auteur souligne l’importance de ne jamais étudier un membre d’une famille ou ses biens de manière isolée, mais selon son appartenance à un groupe, à un réseau, à une identité collective qui prédomine dans les sociétés nobiliaires européennes de l’époque. L’image de la famille prévaut sur les intérêts privés d’un seul de ses membres. L’auteur signale l’importance de l’attitude adoptée au moment des successions, et singulièrement lorsqu’il s’agit de gestion des héritages matériels. Il s’agit, selon Anne Perrin Khelissa, d’une « véritable stratégie de conservation, instituée depuis les origines et prolongée par ses propriétaires successifs ». La noblesse génoise aspire à justifier son rang à travers la somptuosité de l’ameublement du palais. Mais entre héritage familial et volonté de forger sa propre identité, l’étude soulève avant tout la question de l’adaptation des nouveaux habitants au décor d’apparat du palais : « Par quels moyens les propriétaires parviennent à exprimer leur propre goût pour certains objets, un style d’intérieur, sans négliger celui de leurs prédécesseurs envers lequel ils ont un devoir de mémoire ? ». Pour cela, l’aristocrate génois doit impérativement adapter son patrimoine en inscrivant avec homogénéité ses acquisitions et ses commandes au sein de la « logique familiale ».

La suite de l’étude s’intéresse particulièrement aux dépenses et aux commandes des habitants successifs du palais. L’impossibilité de se défaire des acquisitions des aïeux n’empêche pourtant pas de trouver des solutions permettant de se distinguer de la lignée. Entre 1734 et 1736, Maddalena Doria Spinola entreprit par exemple un immense chantier d’entretien, de rénovations et d’ameublement moderne. Ce chantier gigantesque a généré une activité artistique et artisanale de premier ordre. L’auteur décrit et analyse la logistique du chantier, la nature et l’origine de ses acteurs (artistes et artisans), la valeur de leurs rémunérations ainsi que la fourniture des matériaux de premier choix. Elle découvre les motivations de cette opération grandiose, ce prétexte au changement qui n’est autre que le mariage du fils ainé de Maddalena Doria Spinola, Francesco Maria Spinola. Il s’agissait d’un investissement important à l’occasion d’un évènement, certes éphémère, mais qui s’inscrira pourtant dans la durée, marquant un temps fort dans l’histoire de la famille génoise. Le motif de la commande à permis entre autres de déchiffrer de manière inédite les programmes iconographiques des peintures de la salle d’apparat. Au cours de l’étude, le décor génois fait l’objet d’une analyse comparée avec d’autres territoires à différents moments de l’histoire. Les générations qui suivirent celle de Maddalena Spinola sont déclinées, ainsi que les changements dans l’ameublement qui en découlent, toujours avec le souci de répondre aux exigences du rang, révélant parfois une revendication identitaire. Mais si la recherche du confort, relativement secondaire, se fait pourtant ressentir, l’auteur démontre dans sa troisième et dernière partie que les évolutions de la commande artistique à la fin du siècle sont particulièrement lentes, malgré les modes et les pratiques nouvelles. Les acteurs de la décoration majestueuse du Palais Spinola à Pellicceria (concepteurs, commanditaires et spectateurs) en ont fait un système singulier, propre à la ville de Gênes.

La lecture de l’ouvrage est remarquablement fluide et passionnante. Il est possible d’aborder cette étude de manière rapide et synthétique, ou de manière approfondie et minutieuse selon l’intérêt pour le sujet. Le plan de l’ouvrage est structuré, à la fois chronologique et thématique. L’auteur présente les connexions entre l’architecture (l’immobilier), le décor (le mobilier) et l’homme (le vivant). C’est à notre sens l’intérêt majeur, et le grand bien de ce livre. Anne Perrin Khelissa redonne vie au palais Spinola : le lecteur est guidé à travers le palais, l’évolution de ses chantiers et de sa décoration au cours du XVIIIe siècle. Il découvre ainsi une manière de vivre, d’habiter, un devoir de mémoire, mais aussi l’ambiance des différents espaces comme s’il était totalement immergé dans la vie quotidienne de ses habitants. L’étude offre par ailleurs de nombreux documents d’archives annexes qui étayent le développement (plans, graphiques, photos, vues gravées du XVIIIe, estampes, reproductions de tableaux, de sculptures et de fresques, arbres généalogiques, etc.).

Compte rendu: Giuseppe, Galasso, Naples médiévale. Du duché au royaume, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (Henri Bresc)

Giuseppe, Galasso, Naples médiévale. Du duché au royaume, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (Henri Bresc)

Les presses universitaires de Rennes publient un ensemble d’articles et de conférences de Giuseppe Galasso, professeur émérite de l’Université de Naples, homme politique et l’un des historiens les plus remarquables du Mezzogiorno. C’est l’occasion d’entrer en contact avec une pensée ferme et vigoureuse, que présentent André Vauchez dans une courte préface et Jean-Paul Boyer, dans un hommage précis et vibrant. Animateur de l’édition historique italienne (la UTET de Turin), auteur de puissantes synthèses, ministre longtemps de la « première République » et pour un moment trop court, maire de Naples, il appartient au courant laïque et au parti républicain, ancien pivot des majorités. Disciple de Benedetto Croce, il choisit un historicisme rigoureux, se refuse à toute transcendance religieuse ou marxiste, à toute téléologie. Ce choix peut déboucher sur un certain désintérêt pour l’histoire religieuse, comme l’atteste, p. 123, le qualificatif d’« orthodoxes » attribué, aux Grecs d’Italie du Sud, de rite grec, certes, et attachés à l’Empire, mais catholiques, et plus généralement une surévaluation de l’islam, qui s’appuie malheureusement sur les contes fantastiques de Maurice Lombard. Le marchand Salomon de Salerne, grec sans doute et présent à Gênes en 1156, est ainsi appelé Soliman, p. 78. Les articles et les conférences réunies dans ce livre ne sont pas des travaux d’érudition, mais de synthèse et il aurait été bon et sain de corriger ces menues erreurs, comme, p. 155, la confusion entre Troia en Pouille et Troina en Sicile et non d’en ajouter de plus graves comme dans la chronologie, p. 181, où le dernier roi normand, Tancrède, est dit fils de Guillaume II, quand il en est le cousin.

Par ailleurs, le travail d’édition a été pour le moins bâclé. La traduction est un mot à mot qui rend quelquefois obscur un texte riche de concepts. Le texte n’a pas été relu et présente plusieurs coquilles ou erreurs de traduction par page. On ne citera qu’un exemple, sur la page de titre : « ÉditiEn présentée par NEël-Yves Tonnerre… HEmmage de Jean-Paul Boyer ». Les citations en latin, qui n’ont pas été comprises et qui sont quelquefois mutilées, auraient dû être traduites pour le public français.

L’ouvrage s’ordonne en quatre parties autour d’un thème, le rapport entre Naples et le Sud italien. Naples est d’abord la capitale d’un petit duché byzantin, puis une ville périphérique du royaume normand de Sicile, une cité remarquée par Frédéric II et dotée d’une université, enfin la capitale d’un royaume de Sicile angevin, bientôt réduit au Mezzogiorno après les Vêpres de 1282 et séparé de l’autre royaume, insulaire, de Sicile.

L’héritage byzantin se manifeste dans la continuité de la vie urbaine, la solidité d’une milice urbaine de cavaliers, pépinière de la noblesse du XIIe siècle et de la bureaucratie, et le maintien du municipe : les institutions du duché, appelé encore Honor Neapolis en 1130, sont intégrées dans le royaume normand polycentrique et un vaste territoire reste de leur juridiction. On pourrait qualifier Naples de « macro-municipe » comme les Catalans le font pour Barcelone.

La conquête normande, tardive, intègre Naples dans un ensemble hétéroclite, dominé par le poids démographique et politique de Palerme, et que G. Galasso hésite à appeler « féodal ». En effet, la féodalité normande y est encadrée, disciplinée, sa rage explose en révoltes vaines et en conspirations quand le pouvoir des Hauteville est affaibli, au risque de répressions terribles. La Cour dispose en effet d’une bureaucratie inspirée des modèles byzantin et fâtimide, d’un système fiscal efficace et homogène qui finance une armée de mercenaires, d’un réseau judiciaire englobant les justices traditionnelles locales, et d’un système économique d’État inspiré des modèles fâtimides et renforcé par Frédéric II, massarie agricoles, douanes, monopoles, gabelle du sel enfin.

Avec Frédéric, le royaume devient une Prusse méditerranéenne, État héréditaire attaché à l’Empire. L’auteur rend ainsi hommage aux grands historiens qui savent voir la différence, Henri Pirenne et Ernst Kantorowicz, sans raboter l’originalité du Sud. Il insiste sur la précocité du grand marché unifié (douanes intérieures abolies dès 1187), et sur l’unification de l’espace monétaire accomplie par l’empereur. Frédéric a une politique économique explicite : il abaisse le niveau de la traite, les royalties à l’exportation du grain, pour stimuler l’essor de la céréaliculture, accroître la richesse du pays et augmenter la rente fiscale.

La figure de Frédéric II est en effet centrale : sa légitimité et ses moyens sont ceux de ses ancêtres normands, mais sa politique est impériale et ses intérêts se détournent de l’Afrique et des Balkans pour se centrer sur la Lombardie, déplaçant le centre de gravité du royaume vers Naples et vers Foggia. Naples, choisie comme centre universitaire, coagule les savoirs juridiques et lettrés de la Campanie ; elle aspire aussi les nobles et les marchands d’Amalfi. C’est sa chance. Alors que son port reste marginal, « tangentiel », sa petite noblesse et ses étudiants fourniront les cadres d’une administration remarquable et d’une justice sereine et rigoureuse, force des Angevins.

Le choix de Naples comme capitale que fait Charles Ier manifeste la continuité de Frédéric et de Manfred. Il prend acte du déclassement démographique de Palerme, et des nouvelles stratégies que dessine la « diagonale angevine », Provence, Piémont, Toscane, Morée, bientôt Hongrie. Ce choix est celui d’une capitale « active », unificatrice : la noblesse napolitaine administre l’État et pénètre la féodalité, les barons affluent auprès d’une Cour riche et prestigieuse, foyer culturel ; l’idéologie de justice et de service de l’Église s’affermit ; un marché de redistribution s’établit à Naples. Cette capitale crée une « nation napolitaine » exaltée par les historiens du XVIe siècle en opposition à l’hégémonie espagnole. Et, comme Palerme est la référence obligée, G. Galasso la qualifie de capitale « passive », qui vit de sa cour ; mais la Palerme du XIIe a aussi diffusé sa noblesse et de sa bureaucratie, et c’est tôt un marché de gros, concurrencé par Messine. Enfin, comme il s’est créé une nation napolitaine, Palerme a offert en 1282 les prémisses d’une nation sicilienne qui soutiendra une guerre de quatre-vingt-dix ans contre Naples. Seul point de dissemblance, l’absence à Palerme de conscience collective, même s’il y existe des institutions municipales dès le XIIe siècle.

La hauteur de vue de G. Galasso, sa connaissance de la longue durée, dans le domaine méridional comme dans celui des relations avec le monde ibérique et la France, sa capacité de comparer sans confondre, font que ce recueil d’articles, avec ses imperfections, apporte un éclairage puissant sur l’histoire et sur l’historiographie de Naples. Giuseppe Galasso se détache finalement de Benedetto Croce, qui voyait dans l’histoire du Mezzogiorno un théâtre où le peuple se contentait d’être le spectateur, sauf à casser fugitivement les bancs et à brûler la scène. Il démontre au contraire qu’une nation existe dès le XIVe siècle, que la cité de Naples en assume à l’occasion la guide, quand la monarchie est faible et que l’aristocratie se laisse aller à l’indiscipline, que l’intérêt commun n’est pas toujours un slogan des partis nobiliaires, mais qu’il est ancré dans la conscience des administrateurs et des juges.

Compte rendu: Aurelia Savelli, Siena. Il popolo e le contrade, Firenze, Olschki, 2008 (Corine Maitte)

Aurelia Savelli, Siena. Il popolo e le contrade, Firenze, Olschki, 2008, 533p. (Corine Maitte)

Qui ne connaît pas le double Palio de Sienne (2 juillet et 16 août), sa course effrenée de chevaux sur la place principale de la ville aux couleurs des dix-sept contrade ? La profondeur historique de ces « associations constituées sur base territoriale, dotées d’une pleine autonomie administrative et patrimoniale, qui ont pour but de célébrer, conserver et transmettre la grandeur spirituelle, les vertus humaines et le sentiment civique dans lesquels se reconnaît le peuple de Sienne », tout comme l’importance sociologique et anthropologique du Palio ont déjà fait couler beaucoup d’encre, comme le rappelle A. Savelli dans son introduction. Elle a néanmoins choisi d’affronter, à nouveaux frais, l’étude de la place de ces structures citadines, au sein du système de gouvernement de la ville, dans une thèse de doctorat, menée à l’Institut Universitaire Européen de Fiesole qui est devenue ce beau livre, illustré de nombreuses représentations, doté également d’importantes annexes (p. 349-464) reproduisant certains statuts des contrade, des listes de leurs dirigeants, mais aussi la liste des « taxés non nobles » de la ville de Sienne de 1643. Les contrade sont en effet une émanation du « peuple » de Sienne dans lesquelles les nobles ne jouent qu’une part mineure, même si, à partir du XVIIIe siècle surtout, ils en deviennent « protecteurs ». Il ne manque à vrai dire qu’une carte de la ville étudiant précisément la répartition spatiale mouvante de ces subdivisions territoriales citadines dont les limites ne furent officiellement fixées que très tardivement, en 1730 : c’est le symptôme de la relativement faible attention portée à la dimension spatiale du phénomène dans un livre qui a le mérite au contraire de proposer une étude socio-politico-institutionnelle de longue durée de ces universitas habitatorum, notamment à partir des archives qu’elles ont elles-mêmes constituées, dès mi XVIe siècle pour certaines.

Le plan du livre, chronologique, est simple : les contrade d’Ancien Régime dans une première partie, les usages et les mythes du passé (XIXe-XXe siècle) dans une seconde. Il interroge justement cette longue durée historique qui fait des contrade siennoises un phénomène unique en Europe, tout en en montrant à la fois les évolutions, les reconstructions, voire les discontinuités à travers les siècles.

L’origine médiévale de ces associations, signe de la force du républicanisme de la Commune, fait partie intégrante du mythe des contrade dès l’Epoque moderne, mais encore plus à partir du XIXe siècle quand cette réécriture de l’histoire (notamment dans les années 1870-1880) leur confère une nouvelle légitimité (VI – Construire le mythe républicain) : elle trouve son apothéose dans le « baptême contradaiolo », inventé en 1947, et porte à leur influence actuelle qui les incite à revendiquer une place à part entière dans l’administration communale (VII – Les contrade contemporaines : continuité et discontinuité). Contrairement à une longue tradition historiographique, A. Savelli montre au contraire que, s’il existe bien des liens avec certaines institutions de l’époque médiévale (contratae,documentées à partir de 1208, et societas militum qui disparaissent en 1555), l’affirmation des contrade est parallèle à celle de l’Etat territorial. Mais, dit-elle, plutôt que dans la force ou la faiblesse des institutions de l’Etat central, les conditions d’affirmation des contrade sont à rechercher dans la stratification sociale urbaine et dans la complète exclusion du peuple du gouvernement urbain (I – Nobles et peuple : gouvernement et stratification sociale à Sienne entre XVIe et XVIIIe siècle). Le processus de fermeture de la noblesse urbaine dans la première moitié du XVIe siècle va de pair avec une redéfinition des agrégats populaires qui, à travers ces associations à base territoriale, tentent de contrer la fragilité de leur statut politico-juridique et de compenser le manque d’un canal de représentation dans les institutions urbaines. De fait, les contrade n’ont pendant longtemps qu’une existence institutionnelle faible (II – les contrade des origines à une institutionnalisation ambiguë, 1er XVe siècle, début XVIIe siècle). Leur affirmation au XVIIe siècle est liée aux exigences de contrôle de la moralité des habitants, à la volonté de protéger les biens communaux des malversations ainsi qu’à l’exigence de donner des règles au groupe territorial construisant un oratoire. D’ailleurs, comme le montre le chap. III (La contrada entre XVIIe et XVIIIe siècle : de multiples antinomies), l’ambiguïté des compétences n’est pas l’unique motif de faiblesse et d’a-typicité des contrade siennoises : leur culture est en effet aussi traversée d’antinomies qui minent la solidité du groupe territorial. C’est seulement au XVIIIe siècle qu’ellesreçoivent une pleine reconnaissance, au cœur de la crise dynastique lié à l’extinction de la dynastie Médicis, comme de la politique réformatrice de Pierre Léopold (V – Un nouveau protagonisme : la conquête de la représentation à la fin de l’époque Médicis et à l’époque des Lorraine) : présentes dans la cérémonie d’investiture de la « gouvernatrice » Violante Beatrice Bavière Medicis en 1717 en qualité d’agrégats du peuple siennois, elles reçoivent ensuite, par le bando de 1730, un territoire précis qui n’est pas exempt de multiples contestations. Ce processus d’institutionnalisation connaît une accélération sous Pierre Léopold quand une milice urbaine est instituée sur leur base et que leurs capitaines sont considérés comme députés du Peuple de Sienne en 1786. Malgré tout, cela ne résout pas le problème de fond : le rapport non défini entre contrade et gouvernement de l’espace citadin.

Les aspects sociaux sont concentrés dans le chapitre IV (Hommes, femmes, familles des contrade (XVIIe siècle) qui est une tentative de prosopographie des contrade. Cette analyse se ressent, comme A. Savelli le reconnaît, de l’absence d’études sur la société siennoise de l’Epoque moderne en terme de mobilité, de politiques matrimoniales ou de fonctionnement des confraternités, des paroisses, des corps de métiers dont on saisit mal la relation avec l’appartenance aux contrade. La délimitation du profil socio-économique du groupe dirigeant des contrade est réalisée en croisant registres de délibérations et données fiscales, notamment celle de l’imposition extraordinaire de 1643. Si la majeure partie des responsables fait partie des taxés à 2 scudi (la cote la plus basse), on y trouve un éventail large de professions, dont pas mal de notaires, des ecclésiastiques, mais aussi des femmes. A. Savelli suit des exemples de parcours contradaioli, comme ceux du chancelier Carlo Piocchi de l’Onda ou du boucher Lorenzo Bacci de l’Oca. Si appartenance populaire, honorabilité sociale, stabilité résidentielle apparaissent au centre de la construction des contrade d’Ancien Régime, la stabilité est plus celle de la contrada elle-même que des individus qui la composent, dans l’ensemble très mobiles. Il semble aussi que les liens soient finalement assez fragiles entre les contradaioli et leur contrada, au contraire de l’image actuelle.

Au total, explicite A. Savelli, c’est sans doute une partie de leur faiblesse qui explique la longévité de ces associations dont les contours et les significations se sont adaptés à des contextes politiques et institutionnels tout à fait différents au travers de discontinuités que le livre met bien en relief.

De l’urbanisme patrimonial à la médiation: Journée sur la reconversion du patrimoine industriel (Elbeuf, 29 janvier 2015)

Organisée par l’Association Nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire et des Villes à secteurs sauvegardés et protégés.

Destinée aux collectivités, aux partenaires publics ou privés ainsi qu’aux membres de l’association, cette journée proposera des apports théoriques et des présentations d’outils et de projets.

L’inscription se fait auprès de Mme JULIOT (m.juliot@an-patrimoine.org) avant le 15 janvier 2015.

Télécharger le programme : Elbeuf_Programme reconversion du patrimoine industriel 29.01.15

Journées de la SFHU 2015 “Animaux dans la ville” – Programme

Animaux dans la ville, de l’Antiquité à l’époque contemporaine

Journées de la Société Française d’Histoire Urbaine

15 et 16 janvier 2015

Soutenues par le CHREC, l’ENVA et le Lab’URBA

Ecole nationale vétérinaire d’Alfort

7 avenue du général de Gaulle, 94700 Maisons-Alfort, Amphithéâtre d’honneur

Métro ligne 8, Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort ; entrée principale

Les questionnements actuels sur l’environnement urbain et sur l’histoire du vivant engagent à reprendre l’examen de l’évolution des rapports entre les hommes et les animaux en ville. Pour dépasser l’opposition simpliste d’une ville d’autrefois peuplée d’animaux et d’une ville d’aujourd’hui dont ils auraient été exclus, la SFHU, l’UPEC (CRHEC et Lab’Urba) et l’ENVA proposent de tirer partie des acquis de l’historiographie récente pour comprendre les modalités de la présence animale dans l’espace urbain et les pratiques qui ont régi les relations entre les hommes et les bêtes de l’Antiquité à la période contemporaine. Quels animaux trouve-t-on en ville ? Comment s’y dessinent les limites entre le sauvage et le domestique, entre les animaux que l’on se plaît à exhiber, ceux que l’on tolère et ceux que l’on cherche, souvent en vain, à éradiquer ? Qu’en est-il des réglementations urbaines ? Quelles sont, en somme, les modalités d’une vie en commun ? Quelles sont, en somme, les modalités d’une vie en commun ? En s’appuyant sur des sources diverses, les communications de ces journées permettront de mesurer la variété historique et géographique des façons de percevoir les animaux dans la ville et des manières de faire avec eux.

Téléchargez le programme en PDF: pdf1501_Animaux dans la ville_programme

Jeudi 15 janvier 

14h Accueil

14h30 ouverture Marc Gogny, directeur de l’Ecole vétérinaire d’Alfort

Caroline Ollivier-Yaniv, vice-présidente Humanités et société, chargée de l’accompagnement du projet de création de la nouvelle université

Denis Menjot, président de la SFHU

15h Nathalie Blanc, CNRS-Université de Paris Diderot-Paris 7, Introduction

Présidence : Christophe Chandezon, Université Paul Valéry-Montpellier III

Présence animale en ville

15h30 François Gerardin, Yale University, « Ces animaux qui font la ville : animaux sacrés et éléphants de guerre dans les mondes urbains de l’Egypte ptolémaïque »

15h50 Noémie Gautier, Université de Rennes-2, LAHM, « La faune domestique dans la cité pompéienne : place et gestion des populations animales en contexte urbain »

16h10 Antoine-Marie Graziani, Université de la Corse, Pascal Paoli, « Animaux familiers, animaux non désirés, animaux tolérés dans les villes corses à l’Epoque moderne »

discussions et pause 16h30-17h

17h Sophie Richelle, Université du Luxembourg, « Bestiaire des hospices. Présences et implications des animaux dans les hospices de vieillards (Bruxelles-XIXe siècle) »

17h20 Jacques Yomb, Université de Douala, « La socio-économie de l’élevage du porc en milieu urbain camerounais : entre survivances culturelles et construction d’une situation de rente »

Discussion 17h40-18h

Mise en scène animale

18h Bénédicte Percheron, Université de Rouen, « Sciences naturelles, spectacles et animaux à Rouen au XIXe siècle »

18h20 Violette Pouillard, Université libre de Bruxelles-Université Jean Moulin-Lyon3, « Permanences et évolutions des rapports aux animaux de zoos (vers 1793-vers 2000) »

discussions 18h40

19h cocktail et remise du prix de la SFHU

Vendredi 16 janvier :

9h accueil

Présidence : Denis Menjot, président de la SFHU

Animaux et réglementations urbaines

9h30 Mathieu Beghin, Université de Picardie Jules Verne, « La place de l’animal au sein des politiques urbaines à la fin du Moyen Âge. L’exemple des villes du Nord »

9h50 Julien Briand, Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, « Réglementer la présence des animaux en ville. Le cas des villes champenoises à la fin du Moyen Âge »

10h10 Isabel Drumond-Braga, Universidade de Lisboa, « Les animaux dans les villes portugaises de l’Epoque moderne : les politiques publiques et les pratiques quotidiennes »

discussion et pause 10h30-11h

Mort animale

11h Alice Bourgois, Université de Picardie Jules Verne, « Chemin des bœufs : exploitations et utilisations des animaux dans la ville antique de Vieil-Evreux (27) aux IIIe et IVe siècles ap. JC »

11h20 Alice Franck, Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne/CEDEJ Khartoum, Jean Gardin, Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Olivier Givre, Université Lumière Lyon-2, « La mort animale rituelle et profane : circulation des normes et des représentations (France, Balkans, Soudan) »

discussion 11h40-12h

Présidence : Thierry Paquot, Institut d’urbanisme de Paris

Chevaux et chiens en ville

14h Julien Wilmart, Université Paris Sorbonne-Paris 4, Université de Saint-Louis (Bruxelles), « Des chevaux et des Mousquetaires dans le Paris des XVIIe et XVIIIe siècles : des infrastructures utilitaires à la représentation symbolique » 

14h20 Christophe Degueurce, Ecole nationale vétérinaire d’Alfort, « La question de la ferrure des chevaux de travail à Paris au XVIIIe et XIXe siècle »

14h40 Laurent Lopez, Université Paris Sorbonne-Paris 4, « Animaux et forces de l’ordre dans les villes françaises de la fin du XIXe siècle »

discussion et pause 15h-15h30

15h30 Jean-Luc Laffont, Université de Perpignan-Via Domitia, « Les chiens dans la ville : le cas de Toulouse (fin XVIe-milieu XIXe siècle) »

15h50 William Riguelle, Université catholique de Louvain, « Le chien dans la rue aux XVIIe et XVIIIe siècles : entre utilité et nuisance. Le cas des villes du sud de l’actuelle Belgique »

16h10 Arnaud Exbalin, Casa de Velázquez, « La grande tuerie des chiens. Mexico, fin XVIIIe siècle »

discussion : 16h30

17h conclusion Daniel Roche, Collège de France

17h30 visite du musée Fragonard

Comité d’organisation : Jérôme Bazin, Florence Bourillon, Laurent Coudroy de Lille, Christophe Degueurce, Jean Estebanez, Stéphane Frioux, Virginie Mathé, Denis Menjot.

Société Française d'Histoire Urbaine