Parution : Pierre Bergel et Vincent Milliot (dir.), La ville en ébullition. Sociétés urbaines à l’épreuve, PUR, 2014

Cet ouvrage entend aider à confronter les analyses, les méthodes et les terrains d’enquêtes de l’histoire, de la géographie, de la sociologie, du droit, des sciences politiques et même du cinéma documentaire pour appréhender les moments où les villes entrent « en ébullition » du fait des tensions qui perturbent leur vie sociale ou de leur désordre matériel devenu « explosif ».

Pour en savoir plus :

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3656&utm_source=parution-la-ville-en-ebullition&utm_medium=e-mail&utm_content=notice&utm_campaign=outil-de-diffusion

Téléchargez la table des matières :Table matières ville en ébullition

Avec une postface de Michel Porret.

Avec le soutien du projet FNS Sinergia, de l’équipe DAMOCLÈS, université de Genève, du centre de recherche en Histoire quantitative, CRHQ UMR 6583 et ESO UMR 6590.

Colloque “Inventer le Grand Paris 1919-1944″, 4-5 décembre 2014

Inventer le Grand Paris
Regards croisés sur Paris et les métropoles : 1919-1944
 
Jeudi 4 et vendredi 5 décembre 2014
 
Auditorium du Musée du Petit Palais
Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Métro Champs Elysées Clémenceau
 
Entrée libre

 

Programme complet : Programme Coll Inventer Grand Paris

En 1934 l’architecte Henri Prost et les services de la direction de l’extension de Paris achèvent le Plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) pour le compte du Comité supérieur d’aménagement de la Région parisienne (CSARP) institué en 1928. Ce plan, approuvé en 1939, est le premier document d’urbanisme officiel à afficher l’ambition de maîtriser la croissance de la région capitale.

Ce colloque est le second d’une série consacrée à l’histoire de la planification et de la gouvernance du Grand Paris. Le premier (qui s’est tenu à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture en décembre 2013) portait sur le centenaire du Rapport de la Commission d’extension de Paris (1913) et sur le contexte de l’immédiate avant-guerre. Ce second colloque (qui se tient à l’Auditorium du Petit Palais) s’intéresse à l’entre-deux guerres en croisant les regards sur les métropoles mondiales, et en retraçant les configurations professionnelles, politiques et académiques de la réforme urbaine et du « municipalisme ». Quatre-vingts ans après sa publication, nombre de questionnements soulevés à l’époque semblent encore à l’ordre du jour. Comment organiser le Grand Paris et non l’étendre davantage ? Comment organiser de façon rationnelle cette agglomération et, en particulier, sa grande banlieue qui est alors sous-équipée, sous-administrée et enclavée ? Comment se renouvellent les cadres politiques, les formes urbaines et paysagères, les configurations d’acteurs et les modes de financement qui agissent sur la transformation de l’agglomération ?

Pour toute information complémentaire, contactez-nous par mail :

 

Appel à contribution : Histoire du crédit et des relations de crédit au sein de la population ordinaire dans l’Europe du bas Moyen Âge et du début de l’époque moderne

Appel à contribution pour un numéro spécial de la revue Histoire Urbaine :

Histoire du crédit et des relations de crédit au sein de la population ordinaire dans l’Europe du bas Moyen Âge et du début de l’époque moderne

The history of credit and credit relationships among ordinary people in late medieval Europe

sous la direction de Claire BILLEN (Université Libre de Bruxelles) et Martha HOWELL (University of Columbia) pour un numéro spécial d’Histoire Urbaine

Download the full call with English version and bibliography / Télécharger l’appel intégral avec bibliographie : dossier_HU_credit

Date limite / deadline : 1er décembre 2014 / December 1st, 2014

 Des historiens actifs dans une grande variété de subdisciplines, allant de l’histoire des affaires et de l’économie à l’histoire sociale et culturelle ont ouvert un vaste champ d’investigation relatif à l’histoire du crédit et des relations de crédit au sein de la population ordinaire au bas moyen âge et au début de l’époque moderne. Afin de prolonger leur impulsion, nous projetons la réalisation d’un numéro spécial de la revue Histoire urbaine qui permettrait de poursuivre l’enquête en examinant : les systèmes de crédit et les relations sociales construites (ou perturbées) par les rapports de crédit touchant les ménages de détaillants, artisans, petits entrepreneurs et autres citadins non élitaires dans les villes commerciales médiévales et modernes, tant de l’Europe septentrionale que méridionale. Notre intérêt spécifique se porte sur la manière dont ce secteur de la population – des personnes qui disposent de petites affaires ou de modestes boutiques ou atelier – parviennent à faire vivre leur ménage de façon plus ou moins stable ou cherchent à s’établir comme entrepreneurs ou détenteurs de moyens de production, de commerce ou autre source de revenus, en ayant recours au crédit. Notre questionnement vise le profil des créanciers, les termes des contrats utilisés, les protections légales ou institutionnelles auxquelles créanciers et débiteurs peuvent avoir recours, les conséquences sociales et politiques qui peuvent découler de la fluidité du crédit ou de son absence, les contextes sociaux ou politiques qui favorisent ou non l’accès au crédit dans les villes. En proposant un tel angle de vue, nous espérons faire contribuer l’histoire du crédit à celle des dynamiques sociales et économiques urbaines.

Les articles pourront inclure des études sur les emprunts visant l’achat d’équipement, de stocks commerciaux ou de matières premières ; sur les prêts à l’acquisition de bâtiments ou d’emplacements fonciers ; sur les prêts à la consommation ou même sur les avances en prévision de succession ou d’attribution de douaire. Bien que nous focalisions notre investigation sur des acteurs, créanciers et débiteurs, appartenant au segment ‘moyen’ de la population citadine, nous pensons que l’on ne peut exclure qu’interviennent des prêteurs issus de groupes sociaux plus variés, comme les ecclésiastiques, les institutions charitables ou religieuses, les usuriers professionnels, les changeurs ou encore les élites commerciales. On pourra inclure les fonds prêtés par des citadins aux ruraux.

Nous attendons des textes éclairant différentes parties de l’Europe occidentale. Le rôle joué par les différences de régime juridique, de structures institutionnelles ou de systèmes culturels apparaîtrait ainsi plus clairement de même que la multiplicité des types de contrats en usage et donc la variété des sources utilisables.

 Si vous êtes en mesure de contribuer, envoyez-nous, s’il vous plaît une proposition d’environ 200 mots, décrivant l’article que vous pourriez soumettre (date limite 1er décembre 2014) à mch4@columbia.edu ; cbillen@ulb.ac.be

Les articles ne pourront dépasser 10.000 mots, notes comprises. Les langues de la revue sont le français et l’anglais. Nous attendons les textes pour le 31 Mars 2015 de manière à pouvoir faire paraître le numéro à l’automne.

Claire Billen et Martha Howell

Appel à contribution : Journal of City, Culture and Architecture

Call for Papers

Journal of City, Culture and Architecture  

 

Le Journal of City, Culture and Architecture concentrates on publishing the highest quality original research of scholars in a broad range of disciplines, including architecture, art, cultural studies, anthropology, urban studies, geography, and demography, and their relations with history, psychology, sociology, and statistics.

The Journal seeks to explore the ways of improving comprehensive examination of various interdisciplinary approaches to studying urban culture, city identity, metropolitan life and architecture various forms of art by focusing the roles of human communication in space and symbolic borders between different communicative practices and the cultural aspects of urbanization.

The primary goal is to promote pioneering research on cultural diversity and richness of traditional and local societies, urban structuralism to the semiotic perspectives of poststructuralism, cultural institutions and heritage and the spiritual-material products and the architectural structures throughout the life time of mankind, and to make a strong link between past and future. The cultural manufacturing types and the art of living that are formed throughout centuries and experiences, when considered its contribution both to multi-cultural social life and keeping cultural memory alive, will be remembered as the most striking evidence for cultural and social originality of a society which tell its own aesthetic idea by its produced arts. Research Areas Include:

- City and City’s Identity
– Urban Culture and experience of modernity
– Cultural values, City and Conservation
– Urbanization and Health
– Regeneration of City and Challenges
– Architectural features of urban culture,
– The environment and sustainability in the city life,
– The impact of design and culture on cities and architecture.
– The mapping and the imagination on cities
– Sustainable Architecture Strategy, Optimization, Modelling
– City Policy, Planning and Design,
– Land use and Land cover on cities

The quick (30 days) and double blind review process, rich editorial board, zero tolerance for plagiarism and high respect for publication ethics, a strong commitment for scheduled publication are the key features of the Institute’s journals. The journal accepts online submissions only.

Submission and Publication Information:

Submission deadline: January 5th,  2015
First round decisions announced: March 20th, 2015
Authors submit revised manuscripts: May 28, 2015
Final manuscript submissions to publisher:  July, 2015
Number of papers: 5 to 7 papers

For more information, visit the official website of the journal  jcca.macroworldpub.com

If you would like to discuss your paper prior to submission, or seek advice on the submission process please contact the Journal of City, Culture and Architecture, Editorial Office, at the following email address: jcca@macroworldpub.com

Editor-In-Chief
Eren Erdener, Ph.D.
University of Oklahoma
College of Architecture

Parution : Gwenaëlle Le Goullon, Les Grands ensembles en France. Genèse d’une politique publique (1945-1962), CTHS Histoire, 2014

Vient de paraître :

Gwenaëlle Le Goullon, Les Grands ensembles en France. Genèse d’une politique publique (1945-1962), CTHS Histoire, 2014

 ISBN : 978-2-7355-0825-9

360 p. | 15 x 22 cm | ill. | br.

Collection : CTHS Histoire

N° dans la collection : 56

Code Sodis : F30899.7

 Communiqué de presse: CP. Grands ensembles

Présentation par l’éditeur :

Cet ouvrage retrace la naissance d’une politique publique, née à la Libération, consistant à construire de grands bâtiments de logement collectif, peu à peu désignés sous le vocable de « grands ensembles ». Au moment où l’on détruit et où l’on réhabilite une partie de ces habitations, il était temps d’en écrire l’histoire. Gwenaëlle Le Goullon détricote ainsi pas à pas les légendes noires en confrontant histoire nationale et études de cas locales. L’option des grands ensembles ne s’est en effet pas imposée naturellement et brutalement dans les années 1950 : cette politique a été élaborée selon une méthode de travail empirique et raisonnée et non selon des dogmes architecturaux ou urbanistiques. Il ne s’agit nullement d’entasser des travailleurs immigrés, mais bien d’inventer, avec la généralisation du « bon logement », un des aspects nouveaux de l’État-providence dont la France a besoin pour s’extraire des années noires. Comprendre la genèse de cette politique, au-delà des caricatures, reste sans doute la meilleure façon de ne pas se tromper de diagnostic aujourd’hui.

Appel à contributions : “Patrimoine(s) de la santé”, revue In Situ

IN SITU, REVUE DES PATRIMOINES

Patrimoine(s) de la santé :
Essais de définition – Enjeux de conservation

APPEL À CONTRIBUTIONS

Coordination du numéro : Isabelle Duhau (Mission de l’Inventaire général), Cécile Lestienne (Inventaire du patrimoine, Val-d’Oise – GHAMU) , Claire Ollagnier (GHAMU) et Viviane Rat-Morris (CRMH Bourgogne – MOHICAN)

Objectifs du numéro :

  • -  Publier les actes des journées d’étude, organisées les 9, 10 et 11 octobre 2013, par les associations GHAMU (Groupe Histoire Architecture Mentalités Urbaines) et MOHICAN (association nationale des chargés de protection au sein des CRMH), intitulées « Patrimoine et santé : de Soufflot à nos jours ».

  • -  Compléter la publication de ces actes par d’autres articles sur le thème des patrimoines de la santé.

    Ce numéro est programmé pour le premier trimestre 2016.

    Présentation des journées d’étude :

    Le projet de ces journées d’étude était né de la convergence de plusieurs circonstances. Tout d’abord, l’année 2013 fut l’année de commémoration du tricentenaire de la naissance de l’architecte Jacques-Germain Soufflot, concepteur notamment de l’Hôtel-Dieu de Lyon et de l’hospice de La Charité à Mâcon. Parallèlement, on a pu constater un regain d’intérêt scientifique pour le patrimoine hospitalier : citons la synthèse régionale publiée par le service Patrimoine et inventaire de Bourgogne en 2011, Patrimoine hospitalier en Bourgogne, ou encore l’ouvrage dirigé par Isabelle Duhau, Pierre-Louis Laget et Claude Laroche en 2012, L’hôpital en France. L’actualité patrimoniale des dernières années fut aussi fortement marquée par les questions de protection et/ou de reconversion des établissements hospitaliers anciens (Hôtel-Dieu de Lyon, Hôtel-Dieu de Dijon, etc.), et plus largement des bâtiments liés à la santé. C’est dans ce contexte que les deux associations ont souhaité organiser des rencontres qui s’articulaient autour de plusieurs approches, reprises dans le présent appel à communication.

    Thèmes proposés pour le numéro de In Situ

• Les patrimoines de la santé, de l’époque moderne à nos jours

L’idée reçue voulant que hôpital soit devenu une véritable « machine à guérir » à la fin du XVIIIe siècle, recouvre des réalités plus complexes. Son architecture n’a été que marginalement influencée par la pensée hygiéniste avant les années 1880, période où des changements radicaux sont intervenus, sous la double influence des découvertes médicales et des bouleversements politiques et sociaux. Dès lors, l’architecture sanitaire n’a cessé d’évoluer de plus en plus rapidement, confrontée à la multiplication des établissements et à leur spécialisation en fonction des pathologies.

Les articles permettront de comprendre l’organisation fonctionnelle et architecturale de ces édifices, et leur insertion dans les politiques de leur temps ; ainsi participeront-t-ils à l’élaboration d’un panorama typologique de l’architecture sanitaire tant dans son évolution et que dans sa diversité.

  • Les patrimoines de la santé face à la politique du service des Monuments historiques
    La base de données nationale Mérimée décompte 407 édifices protégés au titre des monuments historiques qui relèvent de l’« architecture hospitalière, d’assistance ou de protection sociale ». Ces ensembles accueillent toujours des activités de soin ; d’autres ont changé d’affectation, contraints par l’évolution des normes médicales.
    Les articles permettront d’éclairer les critères qui ont présidé à la protection de ces établissements. Ils pourront également traiter de la façon dont l’activité médicale moderne a pu perdurer dans un monument historique, ou au contraire aborder les critères d’une reconversion réussie.

  • Le mobilier et les décors des hôpitaux : de la reconnaissance à la protection
    La synthèse régionale, Le patrimoine hospitalier en Bourgogne, a mis en exergue la richesse et la diversité de ces ensembles mobilier – songeons aux splendides apothicaireries de Chalon- sur-Saône, Mâcon ou Tournus, véritables écrins d’objets utilitaires devenus des objets d’art. Par ailleurs, des études récentes contribuent à faire prendre conscience de l’existence d’un véritable patrimoine scientifique et technique lié aux activités de diagnostic et de soin.
    Objets d’art, objets du quotidien ou instruments médicaux, objets anciens ou objets plus contemporains, les articles proposés seront l’occasion de s’interroger sur leur statut, leur conservation, leur protection, voire leur présentation au sein même des hôpitaux.

    Propositions de contribution

    Les articles attendus doivent contenir une part inédite de recherche, d’hypothèse ou de mise à jour ; ils ne peuvent reprendre la totalité d’un article déjà paru.

    Si vous souhaitez contribuer à ce numéro, nous vous remercions d’envoyer avant le 30 janvier 2015 votre proposition, accompagnée d’un résumé de 1500 signes au maximum, ainsi que d’un court CV, par voie postale :

    Ministère de la culture et de la communication Direction générale des patrimoines
    Revue In Situ
    6, rue des Pyramides

    75001 Paris
    à l’attention de Françoise Cosler ou par courriel francoise.cosler@culture.gouv.fr

    Envoyer une copie de votre proposition à :
    isabelle.duhau@culture.gouv.fr ou cecile.lestienne@valdoise.fr ou claire.ollagnier@gmail.com ou viviane.rat-morris@culture.gouv.fr

    Les textes eux-mêmes seront attendus en septembre 2015.

    Pour toutes les recommandations faites aux auteurs concernant le nombre de pages ou d’images, les droits de l’iconographie, l’insertion de notes et de liens, etc. voir le site de la revue : http://insitu.revues.org/401 

Paris à l’aube de l’époque moderne, cycle de conférences, IEA de Paris

Cycle de conférences « Les mardis de Lauzun » :

Paris à l’aube de l’époque moderne

 L’Institut d’études avancées de Paris organise chaque année un cycle de conférences consacré à un chapitre particulier de l’histoire sociale et culturelle de la capitale, “Les mardis de Lauzun”.

Animées par des spécialistes du domaine, ces conférences se déroulent une fois par mois à l’hôtel de Lauzun, Ile Saint-Louis, de 18h00 à 19h30.

4 novembre 2014 : Les résidences royales et aristocratiques à Paris à la fin du Moyen-Âge

Boris Bove, université Paris 8

2 décembre 2014 : La cour et la ville : fêtes et cérémonies de cour à Paris au siècle de la Renaissance

Monique Chatenet, centre André Chastel

6 janvier 2015 : Le Grand Dessein du Louvre et lurbanisme de Paris, de Pierre Lescot à Louis XIII

Guillaume Fonkenell, Musée national de la Renaissance, château d’Ecouen

3 février 2015 : Paris, ville de cour ? La place de la capitale dans l’itinéraire des derniers Valois

Caroline zum Kolk, Institut d’études avancées de Paris, Cour de France.fr

3 mars 2015 : Habiter un hôtel particulier à Paris au XVIIe siècle

Nicolas Courtin, Commission du Vieux Paris

Lieu : Institut d’études avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Heure : 18h-19h30

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Programme et présentation détaillée des conférences :

http://iea-paris.fr/node/2491

Appel à communication : Soi, l’autre et l’ailleurs : Images et imaginaires des villes portuaires de l’Europe atlantique et méditerranéenne (XVIIIe-XXIe siècles)

Colloque organisé par Françoise Taliano-des Garets, professeure d’Histoire contemporaine à Sciences Po Bordeaux, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle, Paris 1, Panthéon-Sorbonne

Lieu : Bordeaux
Date : 11 et 12 mai 2015
Langues : français et anglais

Télécharger l’appel : AAP_Images et imaginaires des ports

Organisateurs : CHS du XXe siècle Paris 1, Sciences Po Bordeaux
En partenariat avec TELEMME, le Musée d’Aquitaine et le Musée National des douanes, France

Comité scientifique :
Martine Acerra, CRHIA
John Barzman, CIRTAI
Gilbert Buti, TELEMME
Dominique Jarrassé, Centre F.G. Pariset
Maryline Crivello, TELEMME
Annie Fourcaut, CHS XXe siècle
Dominique Kalifa, CRHXIX
Claire Laux, LAM
Gérard Le Bouedec, CERHIO
Brigitte Marin TELEMME
Bruno Marnot, CRHIA
Michel Pigenet, CHS XXe siècle
Pascal Ory, CHS XXe siècle
Antoine Roger, CED
Guy Saupin, CRHIA
Andy Smith, CED
Françoise Taliano-des Garets, CHS XXe siècle, associée au CED

Alors que le marketing urbain s’applique aujourd’hui à cerner l’identité des villes pour mieux la mettre en exergue, ce colloque international propose de réfléchir sur les systèmes de représentations des villes portuaires européennes de l’Atlantique et de la Méditerranée, du XVIIIe siècle à nos jours. La relation entre ville et port –nous traiterons ici exclusivement des ports maritimes- ne va pas de soi selon les types d’activités (marchandes, industrielles, militaires, touristiques…) et selon les époques. Le rapport des sociétés urbaines à l’espace et aux activités portuaires a en effet pu varier d’intensité et de nature, d’autant que la longue période considérée permet d’envisager des phases de développement de l’activité maritime, de déclin et plus récemment de restructuration urbaine. Les quais sont à cet égard la ligne de contact entre ville et port qui portent le plus la trace ces transformations. Comment les sociétés urbaines ont elles au fil du temps représenté leur port et l’ouverture au monde qui en découle ? Nous entendons examiner ici représentations matérielles (Darstellung) et représentations mentales (Vorstellung), nous arrêter sur les images, les symboles et les imaginaires. Cette prospection se fera à partir de sources variées, tenant compte de l’histoire des supports techniques : oeuvres artistiques et littéraires, sources émanant des pouvoirs politiques, administratifs, économiques, sources orales, écrites, photographiques, radiophoniques, cinématographiques, télévisuelles, numériques…
La ville portuaire est une ville ouverte sur le large sauf à de rares moments de crise. Le regard qu’elle porte sur elle-même est donc particulièrement tributaire des rapports qu’elle entretient avec l’extérieur, les autres peuples, les autres mondes. Elle est également l’objet de représentations externes, produites par ceux qui ne l’habitent pas mais la traversent sans y demeurer, ou l’imaginent sans la visiter. La ville portuaire soumise aux flux de populations projette par ailleurs un regard sur ceux qui arrivent et partent de son territoire, sur les mondes lointains avec lesquels elle échange. Ce construit mental, interne et externe s’alimente bien entendu à la réalité mais s’en détache aussi, les temporalités mentales ne sont souvent pas celles des faits et des processus inconscients sont à l’oeuvre. Ces derniers peuvent conduire à une transformation de la réalité, c’est ainsi qu’apparaissent les mythes, à une occultation du réel ou encore à l’oubli. Nous examinerons ces représentations internes et externes et les comparerons dans le temps et dans l’espace. Ainsi apparaîtront sans doute des points communs et des différences entre cités portuaires et peut-être aussi des éléments d’identité urbaine.
I-Regard sur soi et regard de l’autre sur les villes portuaires
1-Regard sur soi
Il s’agira tout d’abord, dans une approche comparatiste et diachronique, de saisir le regard porté par les villes portuaires sur elles-mêmes, de voir le passé à travers les yeux des hommes qui l’ont vécu, de travailler à partir des représentations matérielles et mentales qu’ils ont laissées afin de reconstituer leur perception de la réalité. Les travaux déjà réalisés en histoire économique et sociale apporteront des éléments d’ancrage indispensables à partir desquels la réflexion pourra s’orienter et le décrochage éventuel entre réalité et représentations être mesuré. Les villes ont elles eu une bonne image ou une image négative de leur activité portuaire, de la société qui vivait du port, des paysages et des quartiers conditionnés, façonnés par lui ? L’espace des quais a été diversement perçu, de même les quartiers de négoce ou ceux liés à une activité industrielle ou militaire en rapport direct avec le port. Les imaginaires des groupes sociaux, la présence de communautés variées sur des territoires marqués par le brassage des populations et le cosmopolitisme laissent supposer un riche terrain d’exploration. Par ailleurs, la ville se donne à voir, elle se fait reconnaître par des emblèmes, des symboles, des publications, des affiches, des films, des logos, des sites internet… Ce volontarisme émane des instances dirigeantes et mérite que l’on en fasse l’histoire. L’analyse des imaginaires temporels pourra aussi retenir notre attention. Comment les sociétés portuaires ont elles perçu leur passé et envisagé leur futur ? Ceci paraît d’autant plus intéressant que ces villes ont connu des phases d’essor, de déclin et de restructuration. Le rapport au passé peut produire une vision mythifiée, embellie, ou au contraire occulter des événements. A l’inverse, la projection vers le futur consiste à concevoir des projets de développement économique, urbanistique, culturel qui sont eux-aussi révélateurs des systèmes de représentations d’une époque.
2-Regard de l’autre
Ce regard sur soi devra être complété par le regard extérieur porté sur les villes portuaires. Les voyageurs, les touristes ont sans aucun doute grandement contribué à bâtir l’identité des villes portuaires, les rendant attractives ou répulsives. Les récits de voyage, les correspondances, les oeuvres littéraires, iconographiques… en gardent la trace. Le regard du pouvoir politique (pouvoir central), administratif, sur les villes portuaires pourra aussi nous apporter des éléments éclairants. La vision externe, dont on examinera les points de focalisation, a pu influer sur celle des habitants des cités portuaires, ceux-ci l’intégrant ou la rejetant. Le cas Marseillais est à cet égard fort intéressant.
II-Regard des villes portuaires sur l’autre et sur l’ailleurs
1-Regard sur l’autre
L’analyse tirera profit également d’une réflexion sur le regard porté sur « l’autre », celui qui passe dans la ville de manière plus ou moins prolongée et qui peut finalement s’y installer : main d’oeuvre, marins, marchands, militaires, touristes etc. Ces villes ont, sur plusieurs siècles, connu des bouleversements dans le rapport à l’altérité notamment en raison de la traite négrière pour certaines d’entre-elles ou en lien dans leur ensemble avec les vagues migratoires. La vision de la traite négrière a, bien entendu, évolué, jusqu’au travail de mémoire et de repentance actuel, on pourra utilement comparer ce cheminement. Concernant les migrations, comment les cités portuaires ont elles vu et représenté les migrants ? On pourra en déduire des éléments importants sur leur propension ou non à l’hospitalité. Les ports ont été des zones de contacts économiques mais aussi des places stratégiques et les guerres ont apporté leurs brassages de population. Ces étapes ont elles laissé leur marque au niveau des représentations ?
2-Imaginaires des mondes lointains
Les cités portuaires ont imaginé « l’ailleurs ». Les mondes lointains ont pu les effrayer ou au contraire les attirer. Les oeuvres picturales et littéraires en livreront des témoignages. Les phases de développement des échanges avec certaines régions du globe ont vraisemblablement provoqué un accroissement des productions. Des genres artistiques, des modes en ont profité. A l’inverse, le ralentissement ou la disparition de certaines routes maritimes ont entraîné un déclin de certaines thématiques. L’impact des bouleversements tels que la fin du commerce triangulaire ou la décolonisation devrait pouvoir être utilement examiné. Ainsi, y a t-il eu, en relation avec ces tournants majeurs de l’histoire, tarissement de certaines représentations et à quel rythme ? Enfin, de la colonisation à la mondialisation actuelle, l’ouverture internationale a-t-elle été toujours positivement connotée ? Trouve -t-on des constantes dans les représentations des mondes lointains entre cités atlantiques et méditerranéennes ou bien produisent-elles des visions différentes ?
Par une démarche interdisciplinaire et en mobilisant des sources d’une extrême diversité, nous espérons entrevoir quelques spécificités propres à ces villes, selon les types de conjoncture, les types de ports (commerciaux, industriels, militaires…), les zones géographiques atlantique et méditerranéenne, selon les pays… Mais peut-être aussi verrons-nous apparaître de grandes constantes quels que soient les rivages considérés et des temps forts et bornes charnières dans l’évolution d’ensemble de ces systèmes de représentations pourront-ils être identifiés. Afin d’éviter d’aboutir à la simple juxtaposition de monographies, les propositions d’analyse comparée, entre deux ou plusieurs villes, ou d’étude régionale seront les bienvenues.

Les propositions de communication devront parvenir aux adresses suivantes : b.barthelemy@sciencespobordeaux.fr et f.taliano@sciencespobordeaux.fr, avant le 12 octobre 2014. Elles comprendront un résumé d’une page maximum et un cv avec liste des publications.
Les actes du colloque seront publiés
Les frais de déplacement ne seront pas pris en charge

Programme de séminaire “Logement”, Ecole normale supérieure, saison 2014-2015

Le séminaire logement, qui se tient à l’École normale supérieure, campus de Jourdan, un lundi par mois depuis 2009, reprend lundi 13 octobre.
En voilà le programme complet :

Séance du 13 octobre : Vivre en caserne

Mathias Thura (CMH) : Vivre en troupe. Les conditions de vie dans une institution enveloppante : les militaires et leur casernement.

Arnaud-Dominique Houte (Université Paris IV) : Vivre en caserne dans la gendarmerie de la Belle Époque.

Séance du 17 novembre : Séance atelier Eleonora Elguezabal (INRA) : Frontières urbaines : les mondes sociaux des copropriétés fermées, à paraître aux PUR.

Séance du 15 décembre : Vivre hors sol

Anne Lambert (Ined-CMH): Loin de chez elles ? Expériences et pratiques de la mobilité chez les femmes pilotes et hôtesses.

Yvonne Guichaud-Claudic (Université de Bretagne occidentale) : Habiter à terre, vivre en mer. Dimensions symboliques et pratiques du logement pour les femmes de marins et femmes marins.

 

Séance du 5 janvier : Travailler au domicile d’autrui, ressource ou contrainte ?
Christelle Avril (Université Paris 13) : Enquêter à domicile, travailler à domicile.

Debora Gorban (CONICET-UNSAM, Argentine) : Les employées domestiques et leurs employeuses à Buenos Aires : des relations tendues au sein de l’espace domestique.

Séance du 9 février : Le relogement : administration des populations et politique urbaine

Charlotte Vorms (Université Paris 1) : Une première expérience de relogement à Paris dans l’entre-deux-guerres.

Pierre Gilbert (Université Lyon 2) : Pratiques de peuplement des organismes HLM et trajectoires des habitants. Les logiques institutionnelles du relogement et leurs effets dans une cité en rénovation urbaine.

Séance du 9 mars : Habitat précaire

Gaspar Lion (EHESS-CEMS) : Quand le temporaire se met à durer : habiter au camping à l’année.

Elisabetta Rosa (LabexMed) : Habitat précaire et Roms dans la ville, entre mobilités et ancrages.

Séance du 13 avril : Production et producteurs de logement

Helene Steinmetz (Université du Havre) : L’accession sociale à la propriété dans la France des années 1980 au prisme d’un promoteur emblématique : le cas de la société CARPI.

Céline Vaz (Université Paris-Ouest) : La promotion privée aidée, voie d’accession sociale à la propriété dans l’Espagne franquiste.

Séance du 11 mai : Des ghettos ? Les mobilités quotidiennes des habitants des quartiers populaires

Nicolas Oppenchaim (Université François Rabelais – Citères) : Les fonctions socialisantes de la mobilité pour les adolescents de zones urbaines sensibles : différentes manières d’habiter un quartier ségrégué

Deuxième intervenant à préciser.

Société Française d'Histoire Urbaine