Appel à communication : Inventer le Grand Paris. Regards croisés sur Paris et les métropoles (4-5 déc 2014)

Inventer le Grand Paris

Regards croisés sur Paris et les métropoles 1919-1944

Colloque international 4 et 5 décembre 2014 – Petit Palais (Paris)

Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) sont à faire parvenir par courriel à l’adresse suivante :

inventer.grandparis@gmail.com

Appel_à communication inventer le grand Paris

English version : Appel_à communication inventer le grand Paris (eng)

Comité d’organisation 

Emmanuel Bellanger (CNRS/CHS)

Florence Bourillon (U-pec/CRHEC)

Frédéric Bertrand (ENSAPB/Ipraus)

Corinne Jaquand (ENSAPB/Ipraus)

Viviane Claude

(U-pec/Lab’Urba)

 

Comité scientifique 

Emmanuel Bellanger (CNRS/CHS)

Frédéric Bertrand (ENSAPB/Ipraus)

Florence Bourillon (U-pec/CRHEC)

Karen Bowie (ENSAPLV/AHTTEP)

Pierre Chabard (ENSAPLV/AHTTEP)

Viviane Claude

(U-pec/Lab’Urba)

 

Laurent Coudroy de Lille (U-pec/Lab’Urba)

Annie Fourcaut (Université de Paris I/CHS)

Corinne Jaquand (ENSAPB/Ipraus)

Isabelle Grudet (ENSAPLV/Let)

André Lortie (ENSA de Paris-Belleville/ACS)

Nathalie Roseau (ENPC/LATTS)

Clément Orillard (U-pec /Lab’Urba)

Frédéric Pousin (ENSP de Versailles/LAREP)

Simon Texier (Université de Picardie Jules Verne)

APPEL A COMMUNICATIONS

Ce colloque a pour ambition de réévaluer la planification du Grand Paris en croisant les regards et les études sur les métropoles. Interdisciplinaire et transnational dans sa conception, il vise à éclairer une période assez longue de l’histoire de la pensée urbaine. Son champ chronologique couvre deux décennies marquées, à leurs deux extrémités, par l’expérience des guerres. Ce contexte oblige à reconsidérer les liens entre urbanisme et politique.

Malgré la force des conflits et des nationalismes, les circulations des modèles de projection et d’organisation des territoires métropolitains n’ont pas été entravées. Elles connaissent au contraire un véritable élan durant l’entre-deux-guerres, portées par des mouvements associatifs, des groupements professionnels et des personnalités emblématiques, politiques et académiques, de la réforme urbaine et du « municipalisme ».

En France, deux textes législatifs importants, l’un de portée nationale – la loi du 14 mars 1919 sur les plans d’aménagement, d’embellissement et d’extension (PAEE) des villes –, l’autre de portée plus régionale – la loi du 19 avril 1919 sur le déclassement des fortifications et l’annexion de la zone non aedificandi de la capitale –ouvrent cette période de réflexions et de grands chantiers urbains. Des dynamiques de professionnalisation (l’École des hautes études urbaines, antécédente de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris, est fondée en 1919) et d’émulation intellectuelle autour de nouvelles revues (La Vie urbaine paraît en 1919, Urbanisme en 1932), des congrès internationaux d’architecture et d’urbanisme, des concours et des expositions animent durant l’entre-deux-guerres les milieux de l’urbanisme et des élites locales. Leurs activités nous invitent à mettre en perspective l’expérience urbaine et sociale du Grand Paris et à la comparer avec d’autres grandes agglomérations, qu’elles soient capitales, métropoles régionales, villes impériales, villes coloniales ou encore villes américaines vers lesquelles s’exporte le savoir-faire des urbanistes français. Que partagent ces villes avec le destin de Paris qui demeure une référence ?

Au-delà des questions de planification, ce sont aussi les réalisations qui interpellent les contemporains. Réseaux de transports et grands services urbains, programmations de logements et amélioration de l’habitat, équipements métropolitains innovants sont inscrits à l’agenda des administrations, des grands corps et des élus. Ce dynamisme de l’interventionnisme public et de l’initiative privée répond à des enjeux de peuplement et de pacification sociale. Durant cette période comment se renouvellent les cadres politiques, les formes urbaines et paysagères, les configurations d’acteurs et les modes de financement qui agissent profondément sur la transformation des agglomérations ?

2014, une date anniversaire

C’est en 1934 que l’architecte Henri Prost et les services de la direction de l’extension de Paris achèvent, pour le compte du Comité supérieur d’aménagement de la Région parisienne (CSARP) institué en 1928. Approuvé en 1939, le Plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) est le premier document d’urbanisme officiel à afficher l’ambition de maîtriser la croissance de la région capitale.

Quatre-vingts ans après sa publication, nombre de questionnements soulevés par ce plan ambitieux semblent encore à l’ordre du jour, comme « organiser le Grand Paris et non l’étendre davantage ». À la question de l’extension, jusqu’ici essentielle, s’ajoute celle des limites, artificiellement résolue dans le plan de 1934 par la géométrie d’un cercle de 35km mesuré depuis Notre-Dame, et sans cesse reposées depuis. À ce questionnement récurrent s’ajoute aussi celui de l’organisation rationalisée de l’agglomération parisienne et en particulier de sa grande banlieue, alors perçue comme sous-équipée, sous-administrée et enclavée. Signe des temps, la ville de Paris apparaît dans les documents graphiques comme une tache aveugle au cœur de la région à laquelle elle donne son nom, comme si cet effort d’organisation ne la concernait pas.

Mais le PARP est aussi l’occasion d’explorer des dispositifs innovants, comme le zonage ou les « autostrades » et leur insertion paysagère, qui étaient au cœur des problématiques internationales et de la construction des savoir-faire. Prost, Grand prix de Rome, urbaniste du Protectorat marocain, est un agent de diffusion de ses propres expériences dans ce que certains ont considéré comme des laboratoires de l’urbanisme français. Mais ce sont aussi les expériences nord et sud-américaines que l’on devine dans les images des tracés autoroutiers que l’on pourrait qualifier de parkways. Il ne faut pas également négliger l’émulation au sein de l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris où Henri Prost intervient comme enseignant, au même titre que Jean Royer par exemple, autre membre du CSARP.

Si la période considérée concerne évidemment l’entre-deux-guerres, il importe de s’interroger sur la postérité du PARP durant l’Occupation et la Reconstruction au prisme du mouvement moderne, d’une certaine technocratie en aménagement et du contexte international.

Un programme de colloques pluriannuel

Ce colloque des 4 et 5 décembre 2014 s’inscrit dans un programme pluriannuel qui vise à reconsidérer les plans et les études entreprises sur le Grand Paris tout au long du XXe siècle.

Le premier colloque, qui s’est tenu à la Cité de l’architecture et du patrimoine en décembre 2013, portait sur les travaux de la Commission d’extension de Paris qui publia en 1913 un rapport considéré comme la première formulation d’un projet d’ensemble pour un « Grand Paris ». Aux lendemains de la Grande guerre, en 1919, la Commission organisa un concours international pour « l’extension de Paris et l’aménagement de la région parisienne ». Il fut remporté par le Grand Prix de Rome, Léon Jaussely (1875-1932). Ce premier colloque avait fait une large part au contexte international de l’époque qui voyait l’émergence des grands plans et des premiers congrès d’urbanisme.

Avec cette deuxième étape de la réflexion engagée à l’occasion des quatre-vingts ans du rapport de 1934, c’est peut-être moins l’histoire du Grand Paris comme concept métropolitain que l’histoire des outils méthodologiques, techniques, politiques et « pédagogiques » mis au point pour donner corps à ce concept métropolitain, qui sont interrogés.

L’époque est marquée partout dans le monde par l’affirmation de l’échelle régionale dans la planification urbaine qui transforme les attendus sur le plan et la composition urbaine et convoque des outils de représentation plus abstraits. Les méthodes d’investigations s’ouvrent à un ensemble de champs disciplinaires fondant la prospective urbaine, ainsi qu’aux prémices d’une écologie urbaine qui emprunte à la biologie pour instaurer une vision dynamique de la société.

Du point de vue international et comparatif, il est intéressant de se pencher sur la communication et la publicité qui est faite autour des projets pour les mettre à la portée du grand public par des médias variés, expositions, brochures, publications, films documentaires.

L’objectif de ce colloque, qui s’adresse à un large public, est de réinterroger la construction du Grand Paris, comparée à d’autres métropoles, pour mieux comprendre la permanence et les évolutions des dynamiques territoriales sur le long terme.

Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) sont à faire parvenir par courriel à l’adresse suivante :

inventer.grandparis@gmail.com

Sous la forme d’un document Word d’une-demi page A4 maximum (1 200 signes environ) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications) au plus tard le 20 mai 2014.

 

 

 

Parution : Cités humanistes, cités politiques (1400-1600)

CITÉS HUMANISTES, CITÉS POLITIQUES (1400-1600)
ÉLISABETH CROUZET-PAVAN, DENIS CROUZET & PHILIPPE DESAN (DIR.),
PUPS, collection « Roland Mousnier. Histoire moderne et contemporaine », 2014

Argument

Le premier humanisme donne souvent une vision idéale de la cité parce qu’il promeut des valeurs qui seraient à la fois partagées dans la plupart des grandes villes européennes et déclinées de manières particularisées. Il est aussi des espaces, telle la péninsule italienne, où la réflexion humaniste est de suite mobilisée au service des pouvoirs en compétition. L’engagement dans la cité est double : construire un paradigme d’unité sociale et servir une cité singulière. Mais plusieurs questions doivent être posées : le paradigme n’est-il pas de façon sous-jacente porteur de contradictions et de conflits ? Les modèles humanistes ne seraient-ils pas aussi divers que les cités politiques qui les voient naître et opérer ? Les problèmes religieux, sociaux, économiques, avec les ruptures de l’unanimisme qui les accompagnent, ne portent-ils pas à la décomposition de l’idéal humaniste en de multiples expérimentations ? La cité du XVIe siècle demeure-t-elle une cité travaillée par le paradigme humaniste ou ce paradigme n’est-il pas l’objet, par les humanistes eux-mêmes, d’un travail empirique et d’une remise en cause critique ? Les tensions latentes du premier humanisme ne deviennent-elles pas alors les instrument mêmes des conflits en œuvre ? C’est ce jeu évolutif de convergence et d’antagonisme entre la cité humaniste et la cité politique que ce livre se propose d’examiner à l’échelle de l’Europe.
Table des matières
Introduction – Élisabeth Crouzet-Pavan, Denis Crouzet & Philippe DesanPREMIÈRE PARTIE : CULTURES POLITIQUES, CULTURES HUMANISTES
De la politique à l’humanisme : la culture publique à Gand et à Anvers
 aux XVe et XVIe siècles (Marc Boone & Anne-Laure van Bruaene)Entre humanisme et politique : la Cité du Lys dans les discours d’investiture
de la Seigneurie florentine au Quattrocento (Ilaria Taddei)

L’imaginaire politique du Parlement de Paris sous Henri II,
Sénat de la capitale (Marie Houllemare)

Cité humaniste, id est cité absolutiste ? Paris et Guillaume Budé
(26 janvier 1468-22 août 1540), prévôt des marchands en 1522 (Robert Descimon)

Lyon se présente à son roi : les Joyeuses Entrées de 1548, 1564 et 1595 – (Barbara B. Diefendorf)

DEUXIÈME PARTIE : L’HUMANISTE DANS LA CITÉ
En quoi la ville est-elle un espace féminin et féministe ?
Les corps politiques de Christine de Pizan  (Daisy Delogu)

Érasme et la cité humaniste : de l’idéal platonicien à la désillusion bâloise (Marie Barral-Baron)

L’émergence de l’idéal humaniste de la Roma instaurata dans le contexte curial
de la fin du Grand schisme – Clémence Revest

Sur la ville trop humaine chez Rabelais (Michael Randall)

« Messieurs de Bordeaux m’esleurent maire de leur ville » :
Montaigne, administrateur humaniste (Philippe Desan)

Entre cité pacifiée et cité menacée : construction et représentations de la ville
chez le cardinal Jean du Bellay (Loris Petris)

La cité humaniste : topiques urbaines et tradition hodoeporique 
à la fin de la Renaissance (Jean Balsamo)

TROISIÈME PARTIE : CITES DIVISÉES, CITES RECONSTRUITES
Ville ruinée, ville reconstituée (Richard Cooper)

Durée, stabilité et grandeur urbaine : de la cité humaniste à la métropole moderne (Cornel Zwierlein)

Ville imaginaire et conflit politique dans Du grand et loyal devoir, fidélité et obéissance de messieurs de Paris envers le Roy (Tatiana Debbagi Baranova)

Des disputes humanistes à l’oraison silencieuse ? Les contradictions de la rhétorique élitaire à l’époque de Charles Borromée (Marie Lezowski)

Être humaniste dans une cité traumatisée et divisée :
Élie Vinet à Bordeaux pendant les guerres de Religion (1562-1587) (Grégory Champeaud)

Orientations bibliographiques
Index nominum

Séminaire: Les savoirs géographiques de la ville à l’époque moderne, Grenoble/Lyon, 26 mars

La prochaine séance du séminaire « Villes et savoir” organisé par l’équipe « Pouvoirs, villes et société” du LARHRA aura lieu le mercredi 26 mars de 14 à 17h.

Intervenante : Axelle Chassagnette (Université Lyon 2). “Les savoirs géographiques de la ville à l’époque moderne”.
Lieu : Grenoble, MSH Alpes, et salle Bollier à l’ISH en visio-conférence.
Le séminaire « Villes et savoirs » se donne pour but d’interroger d’une part le rôle des villes dans la production de savoirs à l’époque moderne, et d’autre part et en retour les effets de ces savoirs sur la ville et l’espace urbain, notamment par la production de nouveaux types de publics et d’espaces publics. Cette journée aborde la question des savoirs géographiques autour de la communication d’Axelle Chassagnette : “Les savoirs géographiques de la ville à l’époque moderne”.

Axelle Chassagnette est Maître de Conférences en histoire moderne à Lyon II. Sa thèse (à paraître chez Droz) porte sur le savoir géographique et la cartographie dans les territoires protestants du Saint Empire romain germanique (XVIe siècle et XVIIe siècles). Elle étudie les processus de constitution du savoir géographique en discipline – laquelle peut être définie par l’existence d’un corpus théorique reconnu, de pratiques et de méthodes caractérisées, et d’une communauté de praticiens. La place des villes dans les savoirs géographiques est essentielle, tant dans les représentations de l’espace que dans la production des cartes, les universités diffusant les savoirs mathématiques et la géographie descriptive. Axelle Chassagnette met ainsi en lumière les spécificités et les enjeux de la production du savoir géographique dans l’espace urbain de l’Europe moderne.

Appel à comm: La prostitution urbaine en Europe du Moyen Age à nos jours (Toulouse, nov 2014)

LA PROSTITUTION URBAINE EN EUROPE DU MOYEN AGE A NOS JOURS
Appel à communication

 

Considérée comme un problème sociétal, la prostitution est périodiquement remise au cœur de l’actualité médiatique et législative. Les recherches en sciences sociales autour de ces questions se sont développées à partir des années 1970. Ces années ont vu les mobilisations de prostitué.es avec l’occupation de l’église Saint-Nizier en 1975 mais aussi la parution d’un livre majeur pour l’histoire de la prostitution en France : Les Filles de noce d’Alain Corbin. Si les publications sur les prostitutions vont sans cesse croissant [Le Corre, 2011], ce n’est qu’à partir des années 2000 que de jeunes historiens et historiennes, sensibles à l’histoire des femmes et du genre, se sont emparés de la question et en ont considérablement renouvelé l’approche.
« Prostituée » vient du latin prostituere qui signifie « mettre devant, exposer au public » et son usage en français est attesté depuis le XVIe siècle. L’invariant du terme de prostituée ne doit pas cacher le parcours historique d’une notion qui, entre le XVIe siècle et aujourd’hui, s’est considérablement modifiée. De même, qu’il ne doit pas faire penser qu’il ait fallu attendre le XVIe siècle pour que « le plus vieux métier du monde » se développe en France. Couvrant une période qui va du Moyen Âge à nos jours, cette journée d’étude devrait être l’occasion de mettre en lumière l’historicité de l’activité prostitutionnelle en abordant les différentes étapes par lesquelles les prostitutions et leurs gestions sont passées au fil des siècles en Europe.
S’il est important de relire l’histoire de la prostitution en Europe à l’aune des avancées méthodologiques et historiographiques proposées par l’histoire du genre et des sexualités, cette journée d’étude entend également mener une réflexion transversale sur la place de la prostitution dans la ville et l’imbrication des dynamiques sociales et spatiales dans l’élaboration des formes prises par l’activité prostitutionnelle. Les axes suivants seront plus particulièrement privilégiés — ce qui n’exclut pas d’autres approches ou d’autres thématiques (et leur croisement) qui ne trouveraient pas leur place au sein des sous-thèmes.

Espaces et lieux de l’activité prostitutionnelle
Les sciences sociales françaises abordant les questions de sexualité ne se sont intéressées que très tardivement à leur dimension spatiale. La géographie française n’a fait que marginalement place aux études sur les questions de sexe et de genre contrairement aux travaux des géographes anglophones [Séchet, 2009]. En histoire, les rares travaux abordant les sexualités sous l’angle de la dimension spatiale portent sur les cultures gays et lesbiennes ou sur le monde prostitutionnel principalement aux époques modernes et contemporaines [Benabou, 1987 ; Hubbard, 1999].
Pourtant les déambulations des prostitué.es à travers la ville, l’emplacement des lieux de prostitution (officiels ou clandestins), les arrestations et la présence d’agents de l’autorité, les tensions entre « filles publiques » et riverains tissent à chaque fois des territoires prostitutionnels uniques. Dans quel(s) quartier(s) ou lieu(x) se trouvent les prostitué.es ? Que nous révèlent-ils de la place économique et morale accordée à l’activité prostitutionnelle dans l’espace urbain ? Quels impacts ont les dynamiques urbaines sur la géographie de la prostitution ? Qu’est-ce qui explique l’apparition, l’aménagement, la disparition voire la destruction d’espaces voués à la prostitution, que ce soit à l’échelle de la ville, du quartier ou de la rue? Les territoires de la prostitution dessinent-ils en creux une géographie hétérosexuelle de la ville ?

Prostitution et ville coloniale
L’histoire des femmes et du genre a profondément renouvelé l’histoire de la domination européenne outre-mer et de la transformation des sociétés qui s’y trouvèrent confrontées, en démontrant notamment l’importance d’une approche intersectionnelle —
prenant en compte le genre, la race et la classe —, des questions de famille, de mariage et de sexualité [Stoler, 2013]. Dans cette perspective, nous aimerions interroger les spécificités éventuelles de la prostitution coloniale et ce qu’elles peuvent révéler des rapports sociaux en contexte colonial. L’activité prostitutionnelle est-elle hiérarchisée et organisée racialement ? Et comment ? Qui sont les prostituées indigènes ? Leur situation diffère-t-elle des prostitué.es blanc.hes et/ou en provenance de la métropole ?
Enfin, l’entreprise coloniale étant presque toujours une entreprise militaire, comment les autorités militaires gèrent-elles les « besoins sexuels » des soldats en garnison, lors des campagnes militaires ? L’organisation de la prostitution dans les villes à forte présence militaire (ports, villes-garnisons) est-elle comparable en métropole et aux colonies ?
Du contrôle à la définition : autorités publiques, activités policières et réglementations
Les travaux de Gail Pheterson ont montré combien le terme de « prostituée » et ses équivalents insultants « putain », « catin » étaient des stigmates de genre spécifiques aux femmes. Toute femme s’expose à être stigmatisée de la sorte dès qu’elle s’adonne à des rapports sexuels jugés immoraux mais aussi en raison de son appartenance sociale, de son apparence physique, des violences qu’elle a subies, de sa conduite, et de sa présence en certains lieux [Pheterson, 2001].
Dans cet axe, il s’agit de s’intéresser aux différents textes, politiques et dispositifs publics encadrant l’activité prostitutionnelle — qu’ils soient législatifs, juridiques, policiers, municipaux, sanitaires, etc. — et aux frontières qu’ils révèlent et contribuent à établir entre les différentes formes de sexualités. La prostitution est-elle considérée comme une sexualité vénale ? Criminelle ? Déviante ? Et qu’en est-il des personnes qui se prostituent ? Quelles sont les formes de prostitution contrôlées, réprimées et pourquoi ? Quel modèle de sexualité légitime et de « bonne sexualité féminine » se dessine-t-il en creux ? Que nous révèle l’action publique encadrant la prostitution des conceptions sociales et morales d’une époque en matière de sexualité ?

Prostitution, mariage et échanges économico-sexuels
L’efficience toujours actuelle du stigmate de putain ne doit cependant pas faire croire à une définition anhistorique et universelle de la prostitution [Karras, 1996 ; Bard, Taraud, 2003]. Les travaux de Paola Tabet ont montré que ce n’était pas la prestation qui définissait la transaction prostitutionnelle mais la forme qu’elle prend dans un contexte historique, social et culturel particulier. Ainsi, ce qui conduit à nommer prostitution certaines formes de sexualité féminine, c’est la transgression des règles qui structurent et définissent la ou les formes de sexualité légitimes, notamment le mariage [Tabet, 2004].
Dans cette perspective, que nous révèlent les formes de l’activité prostitutionnelle sur l’ensemble des sexualités ? Comment sont pensés les rapports entre mariage et prostitution pour les hommes et/ou pour les femmes, pour les client.es et pour les prostitué.es ? Comment la prostitution est-elle conçue et définie par rapport aux autres formes de sexualité hors mariage (concubinage, adultère, amours libres, etc.) ?

Un mal nécessaire? Eglises, religion et prostitué.es
Très tôt, la religion s’est emparée du problème que posait la prostitution à ses yeux. Ainsi, les discours et réflexions à son sujet reviennent au fil des siècles dans les textes religieux [Brundage, 1976]. En ce qui concerne le christianisme, les arguments de saint Augustin sont repris durant l’ensemble du Moyen Âge, justifiant l’activité prostitutionnelle afin de préserver l’ordre matrimonial. Ces arguments reviennent notamment dès qu’un modèle réglementariste se met en place. Au XIXe siècle, cette conception augustinienne de la prostitution en tant que mal nécessaire est combattue tant par des mouvements féministes que par des ligues de moralité publique [Corbin, 1978]. Joséphine Butler, fondatrice de la Ladies National Association for the Repeal of the Contagious Diseases Acts était femme de pasteur et quaker : son engagement politique envers les droits des prostituées tout comme sa « croisade abolitionniste » étaient en partie guidés par sa foi [Regard, 2013 ; Machiels, 2009].
Des    contributions    s’intéressant    aux    relèvements    des    « filles    perdues »    et    la préservation des jeunes filles ainsi qu’à la place prise par l’action envers les prostitué.es dans les œuvres de charité féminines sont attendues. Mais nous apprécierons également des communications abordant les discours religieux et théologiques, l’attention portée aux sexualités illégitimes et/ou vénales dans les pratiques confessionnelles ou la fréquentation ecclésiastique des prostitué.es.

Acteurs et actrices
Dans leur très grande majorité, les études historiques abordent la prostitution sous l’angle du législatif, de la répression, de la statistique et des représentations. Contrairement à d’autres travaux de sciences humaines — sociologie et anthropologie notamment — et en raison des sources et des matériaux propres à la discipline historique, elles permettent
rarement de faire émerger la parole des principaux concerné.es, qu’ils soient prostitué.es, proxénète, client.es.
Dans cet axe, on s’intéressera autant aux discours émis par les différents protagonistes qu’à la place prise par la prostitution dans leurs trajectoires personnelles, sociales et/ou professionnelles. Comment devient-on prostitué.e mais aussi proxénète, comment passe-t-on de l’un à l’autre ? Quelles sont les évolutions possibles au sein du monde prostitutionnel, et en dehors ? Qui sont les client.es ?

MODALITÉS DE PARTICIPATION
La journée souhaite privilégier, sans exclusivité, les jeunes chercheur-e-s (étudiant.es en master, doctorant.es, post-doctorant.es).
Les propositions de communication, rédigées en français, doivent nous parvenir en format doc. ou pdf et contenir les informations suivantes :
-    nom, prénom -    statut et rattachement institutionnel -    adresse mail de l’auteur.e -    titre envisagé de la proposition -    résumé́ d’une page maximum
Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 18 mai 2014 en affichant en objet du mail nom, prénom et JEP2014 à : agathe.roby[a]gmail.com lolagonzalez[a]wanadoo.fr

La journée se déroulera en novembre 2014 à l’Université Toulouse Le Mirail.
La date et le lieu exacts seront précisés ultérieurement. Le choix des communications sera communiqué par mail le 20 juin 2014.
Pour toute information complémentaire, merci de contacter les responsables scientifiques de la journée : Lola Gonzalez-Quijano (Paris, LaDéhis) : lolagonzalez[a]wanadoo.fr Agathe Roby (Toulouse, Framespa) : agathe.roby[a]gmail.com


BIBLIOGRAPHIE
Erica-Marie Benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987.
Christine Bard, Christelle Taraud, Clio, ProstituéEs, n°17, 2003.
James. A. Brundage, « Prostitution in the Medieval Canon Law » Journal of Women in Culture and Society 1, n°4 (1976): p. 825–845.
Alain Corbin, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1978.
Phil Hubbard, Sex and the City : Geographies of Prostitution in the Urban West, London, Aldershot et Ashgate, 1999
Marylène Lieber, Ellen Hertz, Janine Dahinden, Cachez ce travail que je ne saurais voir: ethnographies du travail du sexe, Lausanne, Antipodes, 2010.
Christine Machiels, Éric Pierre, La Prostitution des mineur(e)s au XXe siècle, Roubai, ENPJJ, 2008.
Lilian Mathieu, La Condition prostituée, Paris, La Discorde, 2007.
Ruth Mazo Karras, Common women: prostitution and sexuality in Medieval England, New York, Oxford University Press, 1996.
Leah Otis-Cour, Prostitution in medieval society : the history of an urban institution in Languedoc, Chicago  ; London: University of Chicago press, 1985.
Gail Pheterson, Le Prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2001.
Jacques Rossiaud, Amours vénales  : la prostitution en Occident, XIIe-XVIe siècle, Paris, Aubier, 2010.
Frédéric Regard (éd.), Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler, Lyon, ENS éditions, 2013.
Raymonde Séchet, « La prostitution : enjeux de géographie morale dans la ville entrepreneuriale : lecture par les géographes anglophones », L’Espace géographique 38, n°1 (2009) : p. 59-72.
Ann Laura Stauler, La Chair de l’empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013.
Paola Tabet, La Grande arnaque. Sexualité des femmes et échanges économico-sexuels, Paris, L’Harmattan, 2004.
Christelle Taraud, La Prostitution coloniale: Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Paris, Payot, 2003.
Judith R. Walkowitz, Prostitution and Victorian Society : Women, Class and the State, Cambridge, Cambridge University Press, 1980.

Prix de thèse Union sociale pour l’habitat/Caisse des dépôts

L’Union sociale pour l’habitat et la Caisse des dépôts créent un prix de thèse dont la première édition sera remise au cours du Congrès Hlm du 23 au 25 septembre 2014 à Lyon.

Ce prix récompensera la ou les meilleures thèses sur l’habitat social au sens large : son économie, sa production, sa gestion, ses usages, son histoire, son rapport aux politiques de l’habitat ; tant au niveau national, voire européen, que local ou micro-local. La création de ce prix vise à encourager les chercheurs, et notamment les jeunes chercheurs, à engager des doctorats dans le champ de l’habitat social. Il a également pour but d’inciter les enseignants et les laboratoires de recherche à les soutenir dans cette direction.

Pour le prix 2014, peuvent être présentées les thèses soutenues entre le 01 septembre 2012 et le 31 décembre 2013.

Vous trouverez ci-joint le règlement du prix dont la rédaction a bénéficié des conseils du Réseau français Recherche Habitat Logement (Marie-Christine Jaillet et Jean-Claude Driant).

Réglement – prix thèse habitat social definitif

Le calendrier du prix est le suivant :

­              15.03.2014 : publicité du règlement auprès des universités, des laboratoires et des réseaux de chercheurs

­              30.04.2014 : date limite de déclaration d’intention de candidature de la part des docteurs

­              30.04 au 15.06.2014 : constitution du jury et communication de sa composition

­              15.06.2014 : date limite de dépôt des dossiers de candidature

­              15.06 au 31.08.2014 : examen des dossiers reçus par les membres du jury

­              01 au 15.09.2014 : réunion du jury en plénière, élaboration du palmarès

­              23 au 25.09.2014 : remise du ou des prix au Congrès Hlm de Lyon lors d’une manifestation ad hoc

Annulation séance du séminaire “Villes et savoirs”, Lyon – 13 mars 2014

Le séminaire “Villes et savoirs’” organisé par Clarisse Coulomb et Igor Moullier pour l’équipe Pouvoirs, villes et sociétés devait recevoir jeudi 13 mars de 14h15 à 16h15 à l’ENS de Lyon, salle F 112, Stéphane Van Damme (Sciences Po Paris/ Institut européen de Florence) à l’occasion de son livre Métropoles de papier. Naissance de l’archéologie urbaine à Paris et à Londres.

 

Malheureusement la séance est annulée et repoussée à une date ultérieure.

Appel à comm: “La parcelle dans tous ses états”, J.E. 18 juin 2014

Groupe Transversal du LABEX Futurs Urbains : Usages de l’histoire et devenirs urbains

 

Journée d’étude du 18 juin 2014

 

Université Paris-Est Créteil

61 av. du Général de Gaulle, 94010 Créteil

 

« La parcelle dans tous ses états… entre histoire et projets urbains »

 

APPEL A COMMUNICATION

La parcelle a été déconsidérée par l’urbanisme de plan-masse dont la pratique s’est répandue dans les grandes opérations publiques de l’après-guerre. Ce constat s’applique aussi bien aux régimes économiques capitalistes que socialistes. Dans les anciens pays du bloc soviétique, la délimitation parcellaire a été un des enjeux de la transition vers une économie de marché, à la fois du point de vue de la restitution du droit de propriété qu’en raison des réseaux urbains (eau, chauffage) qui avaient été installés sans tenir compte de la concordance entre leur tracé et les voies publiques de surface. A l’ouest la question du redécoupage des grands ensembles pour des raisons sécuritaires et d’entretien des espaces libres a fait l’objet de débats entre bailleurs sociaux, architectes et paysagistes. Le principe de la « résidentialisation » l’a emporté dans de nombreux cas.

 

Plus tardivement dans les opérations nouvelles, les années 1990-2000 ont vu émerger des expériences diverses sur la parcelle qui allaient dans le sens d’un nouveau pittoresque urbain : en France, le concept de la « ville de l’âge 3 », appliqué par Christian de Portzamparc sur plusieurs îlots de la ZAC Tolbiac, dissocie un sous-sol commun de parkings avec un parcellaire en surface où s’applique une réglementation complexe qui encourage un paysage bâti non uniforme. A Berlin, la doctrine de la « reconstruction critique » a conduit à reconstituer un parcellaire artificiel dans le quartier de la Friedrichstrasse pour restaurer l’image de la ville « bourgeoise » – voire pré-industrielle – antérieure aux bombardements, ce découpage de façade entrant en contradiction avec la concentration de plus en plus grande des investissements immobiliers qui s’applique à l’échelle d’îlots entiers. Dans la rénovation urbaine de grandes friches, la question parcellaire interroge les rapports publics-privés et la mixité urbaine, comme les ZAC de la Confluence à Lyon ou du Trapèze à Boulogne-Billancourt, où les investissements concédés par de grands consortiums s’appliquent à des « macro-lots » redécoupés en programmes allant du logement social – rétrocédé une fois construit à des bailleurs sociaux – à des appartements haut de gamme. Dans ces grandes co-propriétés, la gestion sur le long terme des parkings communs, des réseaux de chauffage et de récupération des eaux de pluies est une des questions posées à la mutabilité dans le temps du système parcellaire.

Autrement dit, la parcelle, le parcellaire ou plus largement la morphologie urbaine, peuvent  à nouveau aujourd’hui,  être interrogés à bon compte. Si l’on veut bien admettre que la parcelle est la projection au sol d’un rapport de propriété légal ou coutumier, elle peut être définie comme la plus petite unité possible d’exploitation et d’investissement sur le sol, que ce soit à des fins de mise en culture ou d’urbanisation. Suivant le système de propriété en vigueur (féodal, capitaliste, collectif, mixte), elle peut faire l’objet d’échange, de transmission, de revente, de contrat de bail, de remembrement, servir de base à l’imposition, mais en tant que bien marchand, elle n’est pas un bien reproductible.

« Interroger » l’histoire de la parcelle, c’est interroger :

 

§  Le système foncier à l’origine de son existence. Ce système foncier résultant de la conjonction entre le système de propriété, la capacité d’investissement immobilier, les contraintes topographiques, les techniques agricoles ou de construction, et les usages du temps, voire les contraintes fiscales qu’il induit.

§  L’évolution des règlementations urbaines qui vont à la fois encadrer les usages et la densité, et fixer la valeur marchande de la parcelle. Plus récemment les règlementations urbaines incluent certaines contraintes environnementales qui influent sur la gestion économique de la parcelle.

§  La dialectique entre le tracé originel, sa géométrie, ses dimensions, et le type d’architecture qui s’y installe, défini comme un standard culturel ; entre la permanence du tracé originel et les mutations économiques, techniques et d’usage.

§  Les discours sur la forme urbaine qui, parfois indépendamment des régimes économiques en place, s’affranchissent d’un redécoupage parcellaire ou bien, tout au contraire, postulent une historicité patrimoniale aux tracés ayant existé en adaptant les formes et les programmes à construire.

 

§  La nature et l’épaisseur du sol. Le principe parcellaire implique la reconnaissance du sous-sol et de ses réseaux, et des contraintes topographiques, techniques et environnementales qui s’y appliquent.

 

Cette première journée d’étude est destinée à faire l’inventaire des renouvellements conduits depuis les travaux pionniers des années 1960 dans une démarche pluridisciplinaire et transpériode.

Les propositions de communication peuvent être envoyées en français, en anglais ou en italien.

Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale)

Les propositions de communication devront être adressées avant le 15 avril à corinne.jaquand@orange.fr et bourillon@u-pec.fr.

Florence Bourillon, Université Paris-Est Créteil, CRHEC

Corinne Jaquand, ENSA Paris-Belleville, IPRAUS-UMR AUSSER

Parution: Annales de démographie historique, “Populations de banlieue”

Annonce de parution

ANNALES DE DÉMOGRAPHIE HISTORIQUE 2013 N° 2

 

TABLE DES MATIÈRES

POPULATIONS DE BANLIEUE

UNE HISTOIRE À REVISITER

Fabrice Boudjaaba, Virginie De Luca Barrusse, Populations de banlieue, une histoire à revisiter

Gill Newton, Richard Smith, Convergence or divergence? Mortality in London, its Suburbs and its Hinterland between 1550 and 1700

Thierry Eggerickx, Transition démographique et banlieue en Belgique: le cas de Bruxelles

Sandra Brée, La fécondité en banlieue parisienne dans la seconde moitié du xixe siècle

Laurent Heyberger, Les Parisiens et les banlieusards étaient-ils aussi grands que cela ? Stature, nutrition et urbanisation en France au milieu du xixe siècle

Fabrice Boudjaaba, La banlieue et Paris dans le premier xixe siècle. Le choix des témoins au mariage civil à Ivry-sur-Seine

Varia

Rosa Ros, Les transformations dans la condition des veuves en Catalogne. Une analyse des changements du système dotal, de l’usufruit et des pratiques héréditaires dans la région de Gérone (1770-1860)

Fabrice Cahen, Éléments pour une histoire de la lutte contre la stérilité involontaire (France, 1920-1982)

Comptes rendus

Mémoires de Toulouse (hommage à Michel Taillefer) 15 mars 2014 10h-17h

Mémoires de Toulouse (hommage à Michel Taillefer)
15 mars 2014
10h-17h

Lieu :
Toulouse – 56 rue du Taur

Programme :

Matin 10h – 12h
Présentation générale de la journée
Géraud De Lavedan, Pierre Barthès, simple témoin élevé au rang d’historien ? Les différentes lectures de la mémoire de la ville au XVIIIe siècle.
Claudine Adam, La production des imprimeurs toulousains au XVIIIe siècle.
Frédéric Candelon, De la cathédrale Saint-Étienne aux rivages de l’Amérique : destins de capitaines marchands toulousains au XVIIIe siècle.

Après-midi 13h30 – 15h30
Damien Lagarde, « Pour me renouveller dans votre cher souvenir ».L’expérience du temps et la génération de la mémoire dans la correspondance familiale (Toulouse, XVIIIe – XIXe siècle).
Nicolas Marqué, Toulouse, ville à vendre ? Saisie et devenir des biens nationaux dans l’ancienne capitale de Languedoc (2 novembre 1789 – 5 décembre 1814).
Caroline Barrera, Les sociétés savantes et les facultés toulousaines (1797 – 1870).

Discussion

Présentation du recueil d’articles de Michel Taillefer, Études sur la sociabilité à Toulouse et dans le Midi toulousain de l’Ancien Régime à la Révolution,
Éditions Méridiennes – Presses Universitaires du Mirail. (16h – 17h30)

Bulletin de souscription de l’ouvrage à télécharger ici : BulletinTaillefer

Présentation de l’ouvrage par Luis Gonzalez et Jack Thomas

Intervention de Daniel Roche, professeur émérite au Collège de France

Résumé de thèse “Organisation d’un territoire aux abords de la ville. Le cas de Metz, Strasbourg et Reims du milieu du Moyen Âge au début de l’époque moderne”, Catherine Xandry

Thèse soutenue le 26/09/2013

JURY :

Georges Bischoff : professeur d’histoire médiévale à l’université de Strasbourg, directeur de thèse

Jean-Jacques Schwien : maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Strasbourg, co-directeur

Isabelle Laboulais, professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg, président du jury et rapporteur

Joëlle Burnouf, professeur en archéologie à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, rapporteur

Brigitte Boissavit-Camus, maître de conférences en archéologie à l’université de Paris X Nanterre, rapporteur

Patrick Demouy, professeur d’histoire médiévale à l’université de Reims Champagne-Ardenne

Membre invité : Pierre-Edouard Wagner, conservateur à la médiathèque de Metz

 

Cette thèse a eu pour point de départ la constatation qu’il existe une lacune dans notre vision de la ville puisque, jusqu’à récemment, les villes n’étaient souvent considérées, tant par les historiens que par les archéologues, qu’à l’intérieur de leur enceinte qui  raisonnaient alors surtout en dichotomie, ville-campagne, sans s’interroger sur l’espace immédiat autour de la ville. Ainsi, deux entités se répondent dans la recherche et sont étudiées soit de façon séparée soit en relation l’une avec l’autre : la ville intra-muros et son contado ou plat-pays, le problème du passage de l’une à l’autre étant éludé, les abords étant considérés comme une nébuleuse aux contours fluides et toujours mouvants. Cependant, étudier ce qui se passe à l’extérieur de l’enceinte oblige à se poser des questions fondamentales et à reconsidérer la notion de ville et d’urbain. Y aurait-il de l’urbain à la campagne ? Et si l’on s’affranchit de l’idée préétablie que la ville s’arrête à ses remparts, il est nécessaire de s’interroger sur les moyens de délimiter son emprise et ainsi de mettre en évidence ce qui différencie la ville de la campagne ou autrement dit, ce qui caractérise chacune de ces entités. Puis se pose une deuxième question : est-il pertinent de ne raisonner que dans la dualité ville-campagne ou est-il envisageable d’imaginer une troisième entité, qui ne soit ni l’une ni l’autre, et qui s’intercale peut-être entre les deux premières ? En fait, ce travail a pour point de départ trois hypothèses. Tout d’abord qu’il existe hors de l’enceinte un objet qui n’est ni la ville, ni la campagne. Ensuite que cet objet n’existe que par la ville et qu’il ne peut exister seul. Enfin, que la ville est à l’origine de sa création.

Pour les confirmer ou les infirmer, il a été choisit d’étudier la composition, l’organisation géographique, et l’évolution topographique du périurbain de la ville durant une période allant de la fin du Moyen Âge à l’époque moderne. Afin de contourner l’écueil de la monographie, trop facilement susceptible de traiter d’un cas « exception », cette recherche met en comparaison trois villes de même nature, Reims, Metz et Strasbourg, toutes trois villes épiscopales, d’origine romaine et de plus de 10.000 habitants au cours de la période étudiée.

La méthode choisie s’appuie sur celle des Documents d’Évaluation du Patrimoine Archéologique Urbain. Le DEPAU est un instrument, un outil prenant en compte le patrimoine archéologique d’une ville. Il a pour but de présenter les éléments utiles à la compréhension des variations de l’espace urbain au cours du temps et de proposer un schéma de l’organisation de la ville aux différentes périodes (par exemple : protohistoire, gallo-romain, Moyen Âge…). Pour ce faire, il s’appuie sur une présentation de l’évolution de la topographie urbaine basée sur un découpage chronologique mettant en valeur les phases marquantes de cette évolution. Cette présentation par périodes, qui est au cœur du concept d’un DEPAU, s’articule autour des notices rédigées pour chaque structure (localisation, datation, apparition, durée d’utilisation, bibliographie…) dont on a pu trouver trace, et des plans de la topographie de la ville comme on a pu la restituer, à partir de divers documents (archéologie, textes…), pour chaque période. Sur ces plans sont localisées, lorsque c’est possible, les différentes structures. Les notices sont organisées à l’intérieur de chaque période selon une grille d’analyse (grand types – défense, économie, religieux…- puis sous-types – église, abbaye…-). Les plans de chaque période sont réalisés sur calque afin de pouvoir les superposer et se rendre ainsi mieux compte des changements d’une période à l’autre. Ils permettent ainsi d’avancer des hypothèses sur la nature d’utilisation du site aux différentes périodes présentées. Cet outil permet surtout d’avoir une vue d’ensemble de la stratigraphie urbaine.

Cette méthode a été adapté à l’espace extra-muros et complétée par une hiérarchisation des structures repérées entre urbaines, rurales et mixtes (communes à la fois à la campagne et à la ville). Cette hiérarchisation a permis de distinguer des zones à tendance urbaine, d’autres à tendance rurale, et d’affiner la répartition des structures mixtes entre les deux.

Au final, trois grandes phases d’évolution du périurbain, communes aux trois villes, émergent de la recherche.

Une phase de forte imbrication urbain-rural, la ville s’étendant largement au-delà de l’enceinte et des éléments ruraux, comme des champs, pouvant se trouver au sein de l’espace urbanisé. Par ailleurs des éléments urbains spécifiques mais n’existant pas intra-muros (comme les cimetières juifs ou de condamnés de la ville, son gibet…) sont présents dans la zone d’étude.

Une seconde phase d’intégration des faubourgs derrière l’enceinte, ou de leur destruction. L’enceinte devient alors une frontière entre la ville et la campagne, même si des reliquats des anciens quartiers demeurent extra-muros. La municipalité acquiert en parallèle le contrôle total de l’espace extra-muros, au détriment des bans des abbayes périurbaines, et délimite cet espace par un bornage. Des fonctions urbaines spécifiques y sont toujours présentes et de nouvelles apparaissent.

La troisième phase est marquée par l’achèvement de la dynamique initiée à la phase II et par une séparation stricte des différents espaces. L’urbanisation se retranche derrière l’enceinte où apparaissent des fonctions spécifiques (salles de spectacles, arsenal, casernes etc.). De ce fait, l’enceinte, ou plutôt l’ensemble du système bastionné, marque une séparation nette entre la ville et l’espace rural où le contrôle de la ville est total. Elle gère l’espace en fonction ses besoins, que cela soit sa défense, son industrie, ses cimetières…

Avoir retracé cette dynamique d’évolution sur une longue durée permet d’affirmer plusieurs choses. Tout d’abord, la ville ne s’arrête pas forcément à son enceinte, des faubourgs existant jusqu’au 15e siècle, son urbanisation déborde la limite des remparts. Un bonne part des critères urbains peuvent et se trouvent également très souvent hors des murs. Ensuite, on ne peut pas parler stricto sensu de séparation ville – campagne et il existe sur une distance variable autour de la ville, une superposition de fonctions urbaines spécifiques sur l’espace rural. Si la ville intra-muros a des fonctions qui lui sont propres, ainsi que la campagne, c’est également le cas pour cet espace. Ces fonctions  marquent la zone extrême de la force d’attraction de la ville, que l’on pourrait appeler Espace Ancien d’Activités Urbaines. L’objet d’étude pressenti en introduction serait donc cet espace où s’imbrique urbain et rural, que la ville reconnaît comme sien et s’approprie au cours du temps. Plus qu’une description figée, il consiste en une interconnexion forte (au moins dans un premier temps) des notions de ville et de campagne et un dialogue permanent entre les deux. Même lorsque la ville se retranche derrière son enceinte, elle conserve des liens étroit avec cet espace par le biais d’activités spécifiques (urbain externalisé) gravitant autour de la ville centre, et d’un grand nombre de critères mixtes, communes à la ville et à son périurbain.


Carnets de recherche