Nathalie Preiss, Jean-Marie Privat, Jean-Claude Yon (dir.), Le Peuple parisien au XIXe siècle : entre sciences et fictions, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013 (Eric Fournier)

Nathalie Preiss, Jean-Marie Privat, Jean-Claude Yon (sous la direction de), Le Peuple parisien au XIXe siècle : entre sciences et fictions, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013, 239 p. (Eric Fournier)

 

Ce livre, réunissant les actes des journées d’études de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes des 4 et 5 novembre 2011, se place résolument dans le champ d’une histoire culturelle des représentations en essayant de cerner la construction d’une catégorie – ce « peuple parisien » réputé  insaisissable – et, de façon moins appuyée, d’en cerner les usages possibles au XIXe siècle.

Se confrontant au défi d’un peuple parisien qui est une de ces obsédantes énigmes du xixe siècle, tant pour les contemporains que pour les historiens, cet ouvrage assume une architecture ouverte et mobilise les ressources de l’interdisciplinarité. Ce faisant, les historiens, minoritaires dans ce colloque, dialoguent avec des spécialistes de littérature, mais aussi des anthropologues et des juristes. Leurs conclusions convergent : « Le peuple (parisien) n’existe pas » provoque, de façon rafraichissante, Jean-Claude Caron, dans un article historiographique et épistémologique sur la notion de catégorie en histoire. José-Luis Diaz, à qui revient le mot de la fin, choisit de « ne pas conclure » tant ce colloque souligne à quel point « entre 1830 et 1870 le “peuple parisien” bafouille » (p. 224).

L’approche mise en œuvre, qui se garde de saisir le peuple comme un acteur social effectif – i.e. comme une classe sociale, ou même comme un ensemble cohérent de catégories sociales – mais bien comme un objet de discours variés, s’appuie sur un questionnaire précis et nuancé, « comment parler du peuple [...] comment faire parler le peuple [...] comment parler au peuple » (p. 17), et varie les outils d’analyses comme les productions culturelles étudiées. Sont ainsi notamment convoqués le roman (Marceline Laparra, Philippe Hamon), l’uchronie (Françoise Sylvos), le théâtre (Sylvie Vielledent), la chanson populaire (Romain Bénini) et les textes juridiques (Nicolas Dissaux). Parmi les nombreux outils mis en œuvre ici, les études de genre irriguent ce recueil, soit comme approche principale (Anne Montjaret sur la figure de la couturière parisienne) soit par affleurement dans plusieurs contributions (Nathalie Jakobowicz, Aude Déruelle, Philippe Hamon).

Ces différents articles, à l’érudition notable, pointent l’aporie de leur objet en prolongeant les travaux de Jacques Rancière : la parole populaire n’apparaît que par intermittence et, si elle est présente, elle se coupe sans doute, par son énonciation même, du milieu dont elle est issue. L’objet « peuple parisien » aide alors surtout le xixe siècle à se saisir lui-même. Il participe alors pleinement de cette modalité de savoir propre au xixe siècle où fiction et observation se mêlent pour appréhender le réel. Les représentations du « peuple parisien » sont un observatoire privilégié pour appréhender les bouleversements du temps, pour porter angoisses et espoirs politiques, et aussi pour se définir soi-même en un processus complexe d’identification et/ou de distinction avec le « populaire ». Mais, conclut Jean-Claude Caron, le peuple parisien existe pourtant (un peu), se distinguant du reste des autres parties de la population par des caractères sociaux propres : la diversité des origines et des relations sociales populaires horizontales pacifiées. Étant à la fois une réalité sociale mouvante (plus qu’une catégorie établie ou une « classe ») et un faisceau de représentations, le peuple parisien n’est donc pas inexistant, réductible aux seuls discours, mais demeure malgré tout opaque et fuyant, non seulement parce que sourd rarement la parole populaire mais aussi parce que les représentations sont en recomposition permanente sous l’effet des contextes successifs, particulièrement en situation révolutionnaire lorsque les motifs ordonnant une figure devenue un enjeu politique crucial évoluent très vite (N. Jakobowicz, S. Vielledent, R. Benini, N. Dissaux).

Si la diversité des discours sur le peuple parisien est analysée de façon nuancée, certaines approches, sans doute les plus stimulantes, auraient gagné à être approfondies. Ainsi les usages sociaux et politiques de l’archétype, présents par exemple dans le travail de Nicolas Dissaux sur le droit, auraient-ils pu être développés pour d’autres discours et d’autres usages. Il en est de même des conditions de production et de diffusion des discours, traitées de façon convaincante par Romain Benini pour la chanson populaire lorsqu’il étudie les stratégies de chansonniers s’installant dans les quartiers populaires. Enfin, et c’est la principale critique, ces articles portent principalement sur le premier xixe siècle. Cette limite chronologique laisse dans l’ombre la Commune de 1871 qui est un moment privilégié pour saisir non seulement les contours sociaux effectifs de ce peuple parisien non réductible à la « classe ouvrière », mais surtout pour approcher d’une parole « par en bas » essayant à son tour, et de façon balbutiante, de définir le peuple parisien, ou la portion insurgée de celui-ci, c’est-à-dire de se définir soi-même. Et les insurgés ont finalement presque autant de mal que les écrivains plus bourgeois pour cerner « le peuple parisien » auquel ils s’identifient pourtant. De plus, le second xixe siècle est aussi le moment où décline puis s’efface – sans pour autant disparaitre soudainement – l’objet « peuple parisien » au profit, entre autres, d’un discours sur les « classes » ou sur le « peuple » à l’échelle nationale. Ce point est souligné implicitement par la contribution de Philippe Hamon, qui, déployant sa lumineuse érudition dans un xixe siècle tardif, ne peut plus vraiment distinguer les spécificités des représentations du corps du travailleur parisien par rapport aux provinciaux. Ce livre, qui a le mérite de souligner les vertus heuristiques de l’incertitude, aurait peut-être plus précisément cerné encore les énigmes que nous pose ce « peuple parisien » en s’intéressant à l’effacement de cet objet, ou, inversement, aux traces tardives laissées par l’un des « sphinx » du premier XIXe siècle.

Olivier Ratouis (dir.), La construction d’une agglomération. Bordeaux et ses banlieues, Genève, Metisspress, coll. vuesDensemble, 2013, 606 p., (Thibault Tellier)

Olivier Ratouis (sous la direction), La construction d’une agglomération. Bordeaux et ses banlieues, Genève, Metisspress, coll. vuesDensemble, 2013, 606 p., (Thibault Tellier)

Comme le souligne dans un propos liminaire le maitre d’œuvre de l’ouvrage, Olivier Ratouis, professeur d’urbanisme à l’université Bordeaux 3, la conception du présent ouvrage s’inspire de celui publié en 2007 chez Créaphis : Paris / Banlieue. Confits et solidarités. Ses directeurs éditoriaux, Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau avaient alors esquissé, avec succès il faut le souligner, une approche globale des relations entre Paris et ses banlieues entre 1788 et 2006. Ils avaient ouvert une voie féconde à de nouvelles approches comme en témoigne, ces dernières années, bon nombre de travaux publiés sur la banlieue parisienne, notamment par des jeunes chercheurs. Jusqu’à maintenant, il faut également souligner que l’historiographie a été plutôt dominée par des recherches concernant la région parisienne. La médiatisation du dossier du Grand Paris n’y est sans doute pas pour rien. Le projet éditorial porté par Olivier Ratouis n’en apparaît donc que plus judicieux dans la mesure où il prend pour objet l’une des principales agglomérations de province, Bordeaux. Avant d’en venir à l’analyse de l’ouvrage lui-même, il faut ici souligner avec force le soin apporté à l’édition. On notera en particulier la profusion documentaire rehaussée par une maquette qui sait, à propos, les mettre en valeur. Le principe général de l’ouvrage est en effet de soumettre au lecteur des documents originaux rehaussés par une introduction qui restitue le contexte de sa production. La variété des sources permet à ce propos un balayage extrêmement large, qu’il s’agisse des approches historiques, géographiques, urbanistiques.

A l’heure où s’élabore l’acte III de la décentralisation qui devrait donner davantage de poids aux agglomérations, les études visant à mieux connaître ces territoires métropolitains tendent à se multiplier. En revanche, rares sont ceux qui mettent l’accent sur la longue durée et valorisent les processus de fabrication et de transformations de ces territoires urbains. Le livre dirigé par Olivier Ratouis a précisément pour objectif d’expliciter la construction urbaine de Bordeaux et des territoires périphériques depuis le xviiie siècle, date à laquelle s’élabore un plan de développement qui dépasse les limites traditionnelles de la ville ancienne. Grâce à une prospérité économique acquise grâce au commerce atlantique, Bordeaux peut alors envisager la reconstruction de ses quartiers centraux (ce qui lui permettra de justifier une inscription en 2007 au patrimoine mondial de l’UNESCO), ainsi que son extension.

Si la révolution de 1789 prive la ville des paroisses environnantes qui deviendront alors des communes à part entière comme Bègles ou Talence, l’essor urbain de Bordeaux ne se démentira pas au cours du siècle suivant. S’en suit alors, comme pour la banlieue parisienne, un jeu très complexe de relations entre la ville centre d’une part, et les communes périphériques d’autre part. De même, on voit alors se développer certains mécanismes similaires à ceux qui se produisent dans la banlieue parisienne durant la même période, comme par exemple les effets de stigmatisation dont est victime la banlieue, ou bien encore les débats autour de l’épineuse question des transports au sein de l’agglomération.

Les textes originaux qui ponctuent les contributions des auteurs de l’ouvrage confèrent la plupart du temps un poids supplémentaire à la démonstration. On lira par exemple avec intérêt l’étude réalisée en 1862 par un conseiller municipal de la banlieue bordelaise visant à démontrer que les projets de nouvelle délimitation urbaine de Bordeaux se feront naturellement au détriment des communes périphériques. L’élu local se plaint en effet de la mainmise de la ville centre sur sa périphérie immédiate : « Que vous ont donc fait ces pauvres communes qui forment la ceinture de Bordeaux et que vous mutilez à votre profit, pour que vous leur disputiez, comme un vol, les avantages dont jouiront quelques-uns de leurs habitants ? » (p. 137). On pourrait, à ce propos, rapprocher cet extrait de ceux qui émergent de la grande enquête publique à Paris en 1859 qui vient d’être rééditée par Nathalie Montel en 2012. On voit par là que les annexions ne se sont ni faites dans le consensus, ni dans le silence des édiles concernés.

Ces conflits n’empêcheront toutefois pas l’agglomération bordelaise de s’affirmer au-delà de ses murs, grâce au développement économique qui justifie l’expansion territoriale de Bordeaux en direction de la périphérie. C’est alors que le mot banlieue prend d’ailleurs son sens moderne. Tout en gardant évidemment des liens étroits avec la ville centre, les communes périphériques parviennent à trouver la voie de l’autonomisation, en particulier après l’instauration de l’élection des premières municipalités au suffrage universel en 1884.

C’est aussi l’essor de l’intercommunalité qui préfigure bien souvent le démarrage d’une véritable réflexion sur un plan d’aménagement urbain à l’échelle de l’agglomération. Dans le cas de Bordeaux, cette évolution prendra toutefois une tournure quelque peu originale dans la mesure où durant la période majorale de Jacques Chaban-Delmas (1947-1995), Bordeaux fait plutôt le choix de grands projets municipaux, ce qui tend à opérer un repli sur elle-même alors même que la banlieue est en plein essor. Durant cette période en effet, cette dernière voit sa population doubler, tandis que celle de Bordeaux stagne. Pour Olivier Ratouis, il faut attendre l’arrivée d’Alain Juppé à la tête de la municipalité en 1995 pour que le projet d’agglomération connaisse un nouvel élan, y compris en terme de frontières. L’ultime texte clôturant le volume fait état de l’intégration en 2013 d’une 28e commune au sein de la Communauté urbaine de Bordeaux, permettant ainsi à cette dernière de disposer sur son propre territoire de nouvelles activités en matière aéronautique.

Ainsi s’achève une histoire de 312 années retracées au travers de documents qui donnent une vision très précise d’une histoire territorialisée dans le bon sens du terme et qui montre à quel point l’analyse historique peut s’avérer pertinente lorsque l’on aborde des études dont l’objet scientifique n’est guère défini clairement. Ainsi, il est question de Grand Paris, de Grand Lille ou bien encore de Grand Bordeaux, mais sans que l’on sache vraiment ce à quoi cette échelle du « toujours plus grand » renvoie exactement. Les termes « agglomération » et « banlieue » ne sont parfois pas beaucoup plus explicites. Il est donc urgent de se saisir de cette histoire qui ne consiste pas à relier des monographies les unes aux autres, mais bien d’envisager une histoire urbaine conduite à l’échelle d’un bassin de vie qui correspond la plupart du temps à l’agglomération. Comme l’explique Olivier Ratouis, il est tout à fait envisageable, au vu des ressources documentaires, de faire de l’agglomération l’objet central de recherches. Si des thèses comme celles de Jean-Claude Perrot sur Caen ou de Jean-Luc Pinol sur les mobilités à Lyon ont tracé de nouvelles voies à l’histoire urbaine, nul doute que cet ouvrage incitera des chercheurs à s’engager désormais sur celles qui doivent conduire à mieux connaître l’histoire métropolitaine qui est également déjà dans une large mesure la nôtre en tant qu’usagers de la ville du xxie siècle.

Compte rendu: Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz et Charlotte Vorms (dir.), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, PUR, 2013 (Héloïse Nez)

Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz et Charlotte Vorms (sous la direction de), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, PUR, 2013 (Héloïse Nez)

Dans cet ouvrage consacré aux villes et aux politiques urbaines espagnoles depuis une quarantaine d’années, l’Espagne se caractérise par des superlatifs : c’est le pays de l’Union européenne avec le nombre de logements par habitant le plus élevé, le taux de locataires le plus bas et la part du logement social la plus faible, mais aussi avec le plus de résidences secondaires ou encore le plus de kilomètres de nouvelles lignes de TGV. Les chiffres relatifs à la spéculation immobilière, à l’origine de la crise économique actuelle, sont éloquents : « Entre 2002 et 2007, le nombre de logements construits dans ce pays dépassait celui de la France et de l’Allemagne réunies, alors que ces deux pays comptaient trois fois plus d’habitants et une superficie double » (p. 187). Comment expliquer cette spécificité des politiques du logement et de l’aménagement du territoire espagnoles qui ont d’abord suscité l’admiration des acteurs politiques en Europe avant que leur échec n’éclate au grand jour ?

Cet ouvrage collectif, coordonné par un géographe et deux historiennes, offre des clés d’analyse pour comprendre la crise urbaine, politique, économique et sociale que traverse aujourd’hui l’Espagne. L’originalité de leur approche est de proposer une lecture historique des principaux ingrédients de cette crise – les relations particulières entre l’urbanisme, la démocratie et le marché – en remontant aux années 1970. Il s’agit donc de replacer la récente crise immobilière espagnole dans le temps plus long de l’histoire politique, économique et urbanistique du pays. Dix-sept contributions s’y attèlent, majoritairement d’auteurs espagnols – qui, pour certains, ont été ou sont toujours impliqués dans l’action publique – et de quelques jeunes chercheurs français, qui s’inscrivent dans différents champs disciplinaires (géographie, sociologie, architecture, sciences politiques, droit, économie).

La diversité des thématiques abordées est impressionnante : les évolutions du cadre juridique et institutionnel de l’urbanisme ; le rôle des acteurs étatiques, des promoteurs immobiliers et des associations de quartier dans les politiques urbaines ; les politiques de réhabilitation urbaine et de construction de logements neufs ; les comportements résidentiels, les mutations du marché de logement et les processus de gentrification des centres anciens ; les excès d’un modèle économique basé sur l’immobilier et dépendant à l’égard du secteur du bâtiment ; les transformations du paysage urbain et les dégradations environnementales, etc. La variété des cas étudiés est également appréciable, depuis le niveau du quartier (Lavapiés à Madrid, la vieille ville de Barcelone) jusqu’à l’échelle nationale, en passant par de grands centres urbains (Madrid, Barcelone), des villes moyennes (León, Valladolid) et des régions (comme Valence, l’Andalousie et le littoral andalou).

Plus qu’une rupture lors de l’avènement de la démocratie, les différentes contributions mettent en avant des continuités avec la période franquiste, concernant par exemple le cadre réglementaire et le mode d’urbanisation. Dans son chapitre sur les promoteurs immobiliers, Julie Pollard montre que la domination de la propriété sur la location dans le mode d’occupation des logements s’explique par un encouragement quasi exclusif de l’accession à la propriété. Ces choix politiques datent du franquisme et n’ont jamais été remis en cause depuis, malgré leur forte dimension idéologique, comme le souligne José Manuel Naredo : « Il s’agissait de créer des “gens d’ordre” et d’ancrer ce conformisme dans les mentalités collectives, en offrant l’accès à la propriété pour les ménages et en les liant par de lourdes charges de remboursement » (p. 181). La mise en place d’un système de subventions et d’avantages fiscaux incite alors les entreprises à construire des logements et décourage la rente locative, limitant par conséquent l’offre de logements en location. Comme le montre Jesús Leal, ces politiques ont aujourd’hui des effets sociaux qui constituent des spécificités des sociétés urbaines espagnoles, comme les difficultés d’accès au logement des nouveaux ménages (jeunes ou immigrés), la très faible mobilité résidentielle ou encore le fort enracinement local.

La démocratisation s’est toutefois accompagnée d’un certain nombre de changements, comme en témoigne le processus de décentralisation : « Les années 1970-1980 permettent donc l’affirmation de nouveaux acteurs des politiques urbaines, municipalités, communautés autonomes, citoyens, et une redéfinition du rôle de l’État dans les domaines de l’urbanisme et du logement, dans le sillage de la critique des méfaits urbains du centralisme franquiste » (p. 15). Les auteurs nuancent toutefois l’idée d’un « modèle » urbanistique espagnol issu de la transition démocratique, à l’instar du « modèle Barcelone » remis en cause dans une excellente contribution autocritique par l’un de ses promoteurs. Jordi Borja estime que les transformations urbaines opérées à Barcelone depuis 1979 sont « globalement positives » (p. 99), car elles ont été réalisées de manière décentralisée et participative, faisant du Barcelone des années 1980 « un Porto Alegre avant l’heure » (p. 107). Mais cette expérience n’est pas sans contradictions, qui résultent notamment de concessions faites aux acteurs du secteur privé à partir des années 1990. C’est le cas des politiques de réhabilitation de la vieille ville de Barcelone (Hovig Ter Minassian), qui alimentent, comme à Madrid (Renaud Boivin), le processus de gentrification.

Finalement, cet ouvrage montre autant l’échec d’un système de prédation économique, étranger aux besoins des citoyens, qu’il en appelle à une refonte en profondeur des politiques urbaines en Espagne. Cela passera, selon José Manuel Naredo, non seulement par un « retournement historique des choix en matière de politiques de logement » (p. 188), mais aussi par « une reconversion profonde de l’économie, de la politique, des modèles immobiliers, financiers, et de consommation… et, par conséquent, de notre modèle de société » (p. 190). C’est ce changement qui est revendiqué depuis 2011 par les Indignés, mobilisation à laquelle Julio Alguacil consacre quelques lignes en faisant le parallèle avec les associations de quartier de la fin des années 1970 et du début des années 1980 : « Des centaines d’assemblées de quartiers et de villages se créent, qui régénèrent le mouvement citadin et lui apportent de nouvelles méthodes de participation et de nouvelles pratiques urbaines. Avec le renforcement mutuel du vieux mouvement citadin et du nouveau mouvement des Indignés, une nouvelle période est en train de s’ouvrir » (p. 98). La perspective socio-historique gagnerait, là aussi, à être mobilisée pour comprendre les héritages et les ruptures entre ces deux types de mobilisations.

 

Compte rendu: Stéphane Frioux, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement, de Pasteur aux Trente Glorieuses, PUF, Paris, 2013 (Isabelle Parmentier)

Stéphane Frioux, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement, de Pasteur aux Trente Glorieuses, PUF, Paris, 2013, 388 p., ill., (Isabelle Parmentier)

L’auteur de cet ouvrage, Stéphane Frioux, n’est pas un inconnu en histoire urbaine et environnementale : maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lumière-Lyon 2 et ancien élève de l’ENS de Lyon, il est représentant pour la France et membre du bureau de la Société Européenne pour l’histoire environnementale (ESEH) et secrétaire du Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale (RUCHE). Il a également à son actif plusieurs ouvrages, dont Hygiène et santé en Europe de la fin du XVIIIe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale, SEDES, 2011, publié en collaboration avec Patrick Fournier et Sophie Chauveau.

Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2009, ce livre, préfacé par Jean-Luc Pinol et François Walter, entend présenter les processus scientifiques et politiques d’amélioration de l’environnement en France, de la fin du 19e siècle à l’après Seconde Guerre mondiale. Le propos de l’auteur est d’analyser, à partir d’archives et d’imprimés particulièrement dispersés, les débats – parfois houleux et passionnés – qui ont entouré l’évolution des techniques et des équipements sanitaires en milieu urbain. Ce faisant, c’est à une histoire des grands systèmes d’approvisionnement en eau potable et à une histoire de l’assainissement et du traitement des déchets que nous convie Stéphane Frioux. L’approche n’est cependant pas restreinte aux seuls éléments techniques et économiques qui jalonnent ces histoires : l’auteur aborde cette problématique sous un angle également social, politique et environnemental. Sans le dire explicitement, il a fait sien un questionnement correspondant résolument aux quatre piliers du « Développement durable », témoignant ainsi du caractère fécond de cet outil conceptuel pour la recherche historique.

Voulant dépasser – sans la renier – l’échelle de la monographie, l’auteur propose une large étude transversale, à l’échelle nationale, qu’il mène de façon synchronique et diachronique. Stéphane Frioux n’hésite pas non plus à franchir les frontières, envisageant le problème sanitaire dans une perspective transnationale. Ainsi, Londres, Berlin, Bruxelles, Genève, Glasgow, Hambourg, et bien d’autres localités situées en dehors de la France, sont évoquées et servent à mettre en perspective les villes de l’Hexagone. Cette dimension internationale est renforcée par l’utilisation d’une bibliographie très ouverte sur le monde anglo-saxon. Le récit de l’auteur oscille continuellement, et avec bonheur, entre le niveau local, le niveau national et la comparaison internationale. De nombreuses villes de province sont explorées, inscrivant autant de cas non parisiens dans le paysage historiographique, ce qui est le bienvenu, tant la capitale a focalisé jusqu’ici les études et réduit la compréhension des processus à l’œuvre à un cas hors norme. Dans ce panel de localités, Lyon et les villes de la Région Rhône-Alpes constituent un terrain largement exploré, tandis que les villes du Nord, chères à Emile Verhaeren cité en exergue du chapitre 1, le sont moins. Ces choix reposent-ils sur une nécessaire limitation du cadre de la recherche – déjà fort vaste ! –, sur des contraintes documentaires et heuristiques, ou sur un état des lieux de la situation sanitaire française et des avancées techniques observables, faisant des villes septentrionales des cas moins emblématiques ?

Après un prologue relatant les tribulations d’une petite ville du nivernais, Cosne-sur-Loire, révélant ce qui fera la trame du récit tout au long de l’exposé (acteurs, dynamique politique, etc.), l’ouvrage se structure en cinq chapitres. Le premier traite de l’environnement urbain comme défi sanitaire vers 1890-1900. C’est l’époque de la consécration d’une nouvelle représentation du monde, « où s’affirme un discours hygiéniste conforté par les acquis de la bactériologie » (p. 15). Les deuxième et troisième chapitres se focalisent sur les acteurs : les entreprises, l’Etat et les municipalités (chap. 2) ; les experts et les citadins (chap. 3). Les ambitions, les attitudes engagées, les tergiversations des uns et des autres sont passées au peigne fin et mises en relation avec les enjeux tant technologiques que politiques et sociaux de l’hygiène publique. Un quatrième chapitre est celui du bilan : les résultats de la recherche sont contextualisés et traités en parallèle avec les expériences menées dans les pays voisins. Quant au cinquième et dernier chapitre, il opère judicieusement un retour sur les temporalités, sur les rythmes, sur les rapports de force et les initiatives pionnières ou non des uns et des autres. Entre ces chapitres, Stéphane Frioux a inséré des études de cas « qui permettront de se rapprocher de certains terrains de recherche, comme la grande ville enjeu de l’hygiénisme (Lyon), la petite cité dont l’assainissement est un prétexte à des règlements de comptes politiques (Privas), ou encore les réseaux tissés par un inventeur de procédé d’épuration de l’eau (Philippe Bunau-Varilla) » (p. 16).

Montrant avec brio la complexité des processus décisionnels et le phénomène non linéaire de diffusion des dispositifs chargés de sécuriser l’environnement urbain, l’auteur conclut au retard des municipalités de France, confrontées à l’éventualité du tout-à-l’égoût au tournant des XIXe et XXe siècles, par rapport aux expériences britanniques en la matière. Les configurations locales expliquent les avancées à géométrie variable des villes françaises, conscientisées par la loi de 1902 et par d’éventuelles circonstances locales (épidémies, etc.), mais soumises à bien des aléas. « Les champs d’expérimentation de la modernité hygiéniste – nous dit Stéphane Frioux (p. 317) – n’ont pas été les villes les plus dotées en capital d’expertise (Paris, Lyon, Lille, notamment) et la diffusion n’a pas été un processus vertical, descendant depuis les capitales économiques et culturelles vers les modestes bourgades provinciales ». Ce que l’auteur met particulièrement bien en évidence, c’est le combat mené par les élites des petites municipalités – leurs « batailles » – dans cette culture de la modernité dont elles ne maîtrisent pas toutes les dimensions : « quête de la vérité pour réduire l’incertitude pesant sur des techniques au centre de flux d’informations contradictoires ; lutte contre les lourdeurs des procédures administratives pour pouvoir poser la première pierre de leur usine ou distribuer de l’eau sûre avant l’expiration de leur mandat municipal ; superposition des polémiques partisanes aux controverses scientifiques, au sein de l’assemblée municipale et sur la scène médiatique locale » (p. 318).

L’étude porte sur une « moyenne durée » (p. 13), un long demi-siècle, justifié par le fait que les changements concrets qui découlent du nouveau paradigme caractérisant la fin du 19e siècle sont lents à apparaître. Il s’agit d’un processus séculaire, que les deux guerres mondiales, constituant de réels temps d’arrêt dans la réflexion et l’implémentation des projets sanitaires, vont encore retarder.

Enfin, notons que l’ouvrage est doté d’annexes fort utiles : illustrations cartographiques et iconographiques, retranscription de la loi du 15 février 1902, chronologie, liste des affaires étudiées, tableau de suivi des projets, index onomastiques.

Bref, il s’agit d’un très bel opus où l’auteur a réussi le tour de force de manier tout autant l’art de la synthèse que celui de l’analyse locale. Une référence pour l’histoire urbaine, et, plus largement, pour l’histoire contemporaine.

Souscription : ouvrage “Une Ville face au climat: Metz à la fin du Moyen Âge (1400-1530)”

Une souscription (télécharger le bulletin : Souscription – Une Ville face au climat – Metz à la fin_du_Moyen_Age) est lancée, jusqu’au 31 août 2014, pour la publication de l’ouvrage de Laurent Litzenburger, Une Ville face au climat: Metz à la fin du Moyen Âge (1400-1530), à paraître aux PUN – Éditions Universitaires de Lorraine dans la collection “Archéologie, Espaces, Patrimoines”.

 

Présentation de la part de l’auteur:

Dans la lignée des travaux fondateurs d’Emmanuel Le Roy Ladurie (auteur de la préface), cet ouvrage s’inscrit dans la réflexion contemporaine sur l’adaptation des sociétés confrontées aux changements climatiques en s’intéressant au cas particulier de Metz et de son plat-pays, un véritable “État urbain” qui s’est construit autour de l’une des plus grandes cités de l’Europe occidentale à l’orée de la Renaissance.

Fruit de la recherche publique, cette thèse remaniée (Prix spécial du jury du concours de thèse 2012 de la Société Française d’Histoire Urbaine) est riche d’une iconographie abondante (plus de 170 illustrations : plans, cartes, tableaux, graphiques, reproductions d’enluminures, etc.), complétée d’un CD-Rom qui contient les principales bases de données exploitées dans l’étude et s’appuie sur des sources très largement inédites.
Au moment de la publication du 5e rapport du GIEC et alors que se prépare la 21e Conférence Climat, à Paris en 2015, la mise en perspective historique aide à comprendre et, peut-être, à agir.

Appel à comm : Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours

Appel à communications

Colloque international

27-28-29 mai 2015

Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours

(Europe, mondes coloniaux)

 

 

En mai 2013, une cinquantaine de riverains de la place Taksim à Istanbul décident d’occuper pacifiquement la place pour s’opposer à un projet d’aménagement induisant la suppression du parc Gezi et la construction d’un centre commercial. Le mouvement prend rapidement une ampleur nationale et est relayé par les médias occidentaux qui l’apparentent aux mobilisations de la place Tahrir au Caire (2010-2013) ou aux mouvements Occupy (Kuala Lumpur, San Francisco, Wall Street, Montréal, etc.). L’amalgame des mouvements sociaux urbains contemporains occulte leur complexité et ne permet guère au final de les comprendre. Comme l’urbanisme, les mobilisations urbaines ont une histoire probablement beaucoup plus longue qui mérite d’être convoquée en miroir des mouvements sociaux urbains de toute époque.

Ce colloque abordera les diverses formes de mobilisations collectives qui ont pris les villes de toute importance comme objet depuis le Moyen-Age, en Europe et dans les mondes coloniaux. A partir d’études de cas, fondées sur une enquête empirique qui mettra en valeur la diversité des corpus mobilisables, il s’agit de cerner les relations sociales qui s’élaborent au moment où divers groupes sociaux – dont il faudra définir les caractéristiques – voient l’espace matériel dans lequel ils s’inscrivent se modifier, ou quand au contraire, ils s’engagent en faveur de transformations alternatives. On veillera à contextualiser les notions utilisées, depuis « l’aménagement » jusqu’aux « politiques publiques » dont les protagonistes et les cadres d’expériences varient d’une époque à l’autre.

 

Ces mobilisations peuvent prendre plusieurs significations (défense active ou résistance), emprunter plusieurs formes ou répertoires d’action (requêtes, pétitions, procès, occupations, rondes, manifestations, émeutes) et viser divers types d’aménagements urbains : alignements, dégagements, transports, circulation, construction, rénovation urbaine, assainissement, installation ou déplacement d’équipements divers (usines, cimetière, prisons, hypermarchés). Elles peuvent susciter des organisations ad hoc (associations, comités de défense) ou réactualiser des groupements antérieurs (corporations, syndicats). Enfin, elles sont prises en charge et animées par une grande diversité d’acteurs qui interviennent à des échelles variées selon leur horizon d’attente et leurs moyens d’action.

Déployé sur la longue durée, le colloque historicisera les résistances et les remises en cause de ce qui est souvent perçu, ou affirmé, comme un geste de « modernisation », et les communications identifieront et spécifieront différents modes de construction des actions, enjeux, groupes et espaces matériels impliqués, à la lumière des exemples développés. Il s’agira de mettre en valeur les dynamiques à l’œuvre et les intérêts et représentations partagés ou conflictuels qui président à ces mobilisations. L’approche par la dimension spatiale est légitimée par la manière dont les acteurs revendiquent la cause pour laquelle ils s’unissent : ils désignent un espace ou l’échelle locale comme l’enjeu de leur mobilisation. Pour autant, cet ancrage dans l’espace ne correspond pas nécessairement à une attache physique – résidence ou lieu de travail – et peut revêtir d’autres formes d’appartenance.

La comparaison entre plusieurs études de cas montrera la façon dont les populations envisagent ces transformations urbaines, entre attente et résistance, et comment ces mobilisations urbaines ont pris forme et utilisé un éventail d’arguments très riche (héritages urbains, modernisation, insalubrité, mal logement, appartenance locale) qu’il faudra rapporter aux réalités sociales et rapports de force politiques. On pourra également aborder les effets et les conséquences des mobilisations que ce soit directement sur l’objet de la mobilisation ou dans un rayon politique ou social plus large. A cet égard, on sera sensible à l’articulation des temporalités, décalage ou simultanéité entre mobilisation et élaboration ou mise en œuvre des projets.

 

Si le motif explicite de la mobilisation semble inscrit dans l’espace circonscrit de la ville, la diversité des motivations qui dessinent plusieurs cercles d’acteurs critiquant ou contestant un aménagement urbain, revendiquant ou initiant des aménagements alternatifs, invite à aborder les mobilisations comme les formes locales, parfois occultées, d’une remise en cause plus globale des transformations sociales. Se pose à cet égard, la question de la signification politique de ces combats et le questionnement sera aussi l’occasion de donner de la consistance au « politique » et d’appréhender les différents contextes et les temporalités de la territorialisation des questions sociales.

Parmi les angles d’analyse envisagés on peut citer : les interactions entre mobilisations et aménagements urbains, les usages des enquêtes, l’articulation entre mobilisations sociales et description savante ou médiatique, les formes du conflit ou de la négociation, l’analyse des groupes qui se mobilisent.

On écartera les propositions qui s’en tiennent à une simple instrumentalisation de la ville pour décrire une lutte sociale, la ville ne devenant qu’un cadre d’action (par exemple les révolutions de 1848 ou le printemps arabe). De même la question de l’articulation entre l’attachement au passé (à la forme ancienne de la ville et de ses sociabilités) et une éventuelle affirmation identitaire devra être documentée et analysée, et non simplement postulée.

 

Le colloque privilégiera des communications inscrites dans une histoire sociale, attentive aux pratiques des acteurs de tous ordres, et qui ne s’en tiennent pas aux discours (des aménageurs ou des pouvoirs). Les circulations entre pratiques et idées seront bienvenues.

 

En choisissant la longue durée, le colloque permettra de dénaturaliser la question de l’aménagement urbain qui s’inscrit toujours dans un contexte – qu’on pourra décrire à plusieurs échelles d’action et de décision – propre à chaque époque.

 

Le colloque se tiendra sur trois jours à l’EHESS, Paris I, Marne-la-Vallée

 

Comité d’organisation :

Isabelle Backouche (EHESS-CRH), Annie Fourcaut (Paris I-CHS), Nicolas Lyon-Caen (CNRS-CRHQ), Nathalie Montel (Latts, Marne la vallée), Valérie Theis (UPEM-ACP), Loïc Vadelorge (UPEM-ACP), Charlotte Vorms (Paris I-CHS).

 

Comité scientifique :

Thierry Allain (Montpellier 3), Sylvie Aprile (Université de Lille 3), Francesco Bartolini (Université de Macerata), Christoph Bernhardt (IRS Leibniz Institut für Regionalentwicklung und Strukturplanung, Erkner, Berlin), Patrick Boucheron (Paris I-LAMOP), Vanessa Caru (CEIAS-EHESS), Maria Castrillo Romón (Université de Valladolid), Olivier Chatelan (Larhra), Sylvie Fol (Paris I-Geo-Cité), David Garrioch (Monash University), Isabelle Grangaud (CNRS-IREMAM), Simon Gun (Leicester), Renaud Le Goix (Paris I, Geo-Cité), Susanna Magri (CNRS), Pierre Monnet (EHESS/IFHA), Vincent Milliot (Université de Caen-CRHQ), Frédéric Moret (UPEM-ACP), Hélène Noizet (Paris I-LAMOP), Fabrice Ripoll (Université Paris Est Créteil Val de Marne-Lab’Urba), Thibault Tellier (Université de Lille 3-Centre de recherches historiques du Septentrion), Danièle Voldman (CNRS).

 

 

Les propositions de communications devront impérativement parvenir avant le 15 juin 2014 sous forme d’une page au maximum décrivant la problématique, le terrain d’enquête et/ou le corpus de sources utilisé.

Vous préciserez votre rattachement institutionnel et votre adresse électronique afin que le comité d’organisation puisse vous rendre réponse à la fin du mois de juin.

 

À envoyer à Diane Carron, EHESS-Centre de Recherches Historiques

diane.carron@ehess.fr

Le « Projet Garzoni » : Arts, métiers, apprentissages entre Venise et l’Europe (XIVe-XVIIIe siècle)

Université de Lille3 – MESHS, 2, rue des Canonniers, Lille – 18 juin 2014 

Première journée d’étude du projet GATS:
Le « Projet Garzoni » : Arts, métiers, apprentissages entre Venise et l’Europe (XIVe-XVIIIe siècle)

Les Archives d’Etat de Venise possèdent une série documentaire riche et intéressante qui n’a jamais été véritablement exploitée. Il s’agit de 32 registres contenant les « Accordi dei garzoni » (contrats d’apprentissage), déclarés par les différents corps de métier auprès de la « Giustizia Vecchia ». Parmi ses nombreuses fonctions, cette magistrature s’occupait en effet de veiller au bon déroulement des pratiques d’apprentissage, indispensables pour acquérir le statut de « maestro » (maître) dans chacune des corporations. Ces documents couvrent un arc chronologique très vaste (de 1573 jusqu’en 1772, avec quelques lacunes) et constituent une source d’information précieuse, permettant à la fois de découvrir l’identité des maîtres et apprentis actifs à Venise dans les différents métiers, et d’en savoir davantage sur leur travail, le fonctionnement de l’atelier ou de la boutique et les pratiques de la formation à Venise à l’époque moderne. S’agissant toutefois d’une masse de données considérable (60 000 contrats environ), pour que ces informations deviennent véritablement parlantes, pour qu’elles puissent contribuer à enrichir l’état des connaissances historiques sur ce thème si crucial et actuel qu’est l’apprentissage, le Projet Garzoni va procéder à la création d’une base de données Open Access, permettant de traiter le contenu de ces documents et de le rendre enfin véritablement accessible aux spécialistes du monde entier. Cette journée est la première manifestation scientifique liée au projet Garzoni. Des spécialistes de l’histoire de Venise et de l’apprentissage vont se rencontrer pour un échange que nous espérons riche et innovant.

9h30 : Accueil des participants 10h00 : Anna Bellavitis, (Université de Rouen, GRHIS) Valentina Sapienza et Martine Aubry, (Université de Lille 3, IRHiS)
Présentation du projet Garzoni : travaux en cours
10h30 : Anna Bellavitis, (Université de Rouen, GRHIS) « L’apprentissage à Venise à l’époque moderne »
11h00 : Emilie Fiorucci, (Université de Rouen, GRHIS) « L’apprentissage dans les Statuts des corps de métiers Vénitiens »
11h30 : Valentina Sapienza, (Université de Lille 3, IRHiS) « Apprendre à peindre ? Les contrats d’apprentissage des peintres de la Giustizia Vecchia entre la fin XVIe et le début XVIIe siècle »
12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

14h30 : Corine Maitte, (Université Paris Est, ACP), « Apprentis et garçons dans l’Art du verre, XVI-XVIIe siècle »
15h00 : Sandra Bazin, (Université de Lille 3, IRHiS) « L’apprentissage et l’activité des miroitiers à Paris (XVIIe-XVIIIe siècles) »
15h30 : Pause café
16h00 : Raoul De Kerf & Bert De Munck, (Center for Urban History, Antwerp University) « Early modern apprenticeship in Antwerp gold- and silversmith ateliers »
16h30 : Discussion 17h00 : Fin des travaux / Conclusion
Le Projet GATS réunit plusieurs universités et institutions européennes (Universités de Lille 3, Rouen, Venise, Ljubljana, Rijeka, Warwick ; Ecole Pratique des Hautes Etudes ; Fondazione Giorgio Cini di Venezia, Archivio di Stato di Venezia ; Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne)

Séminaire 3 juin 2014, “vers la fin du département de la Seine-Saint-Denis ?”

La Seine-Saint-Denis
2013-2014
 
(entrée libre/invitation à diffuser)
 
Cevipof
Sciences Po. Paris
98 rue de l’Université Paris 7e (Métro Solférino ou Assemblée nationale)
17 h. – 19 h. / Salle Annick Percheron
 
Organisateurs :
Marie-Hélène Bacqué (sociologue, urbaniste, Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Mosaïques LAVUE), EmmanuelBellanger (historien, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, CNRS/Université Paris 1),
et Henri Rey (politiste, Cevipof)
 
Séance du 3 juin 2014
Grand Paris : vers la fin du département de la Seine-Saint-Denis ?
 
Parmi les invités :
 
Mireille Ferri,  conseillère régionale, vice présidente de l’IAU
 
Frédéric Gilli, économiste, co-directeur de Metropolitiques.eu
Stéphane Peu, président de l’OPH Plaine commune habitat
 
Stéphane Troussel, président du Conseil général de Seine-Saint-Denis

Appel à comm: Paysage, urbanisme et santé, congrès SFSE, Rennes, 25-27 nov 2014

Vous trouverez ci-dessous à télécharger le pré-programme et appel à communication du 5e congrès national de la Société française Santé et Environnement qui se tiendra à Rennes (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), du 25 au 27 novembre 2014.

1ere annonce congrès Paysage urbanisme et santé SFSE 2014

Résumé :

Les relations entre les paysages, formes et ambiances urbaines, aménagements, la vie  quotidienne et la santé, sont des questions ouvertes depuis le 19e siècle.
Qu’en est-il à l’heure de l’urbanisation généralisée ?
La santé, selon la définition de l’OMS (1946), est un état de complet bien-être physique, mental et social, et pas seulement une absence de maladie ou d’infirmité. Elle est une  ressource et non un but en soi, qui s’inscrit dans un processus dynamique et global  Charte d’Ottawa, 1986).
La production scientifique dans ce champ très large relève de disciplines très variées : architecture, urbanisme, épidémiologie, géographie, sociologie, anthropologie, psychologie, écologie, toxicologie, voire entomologie/zoologie et botanique. Des associations entre événements de santé et caractéristiques du paysage et de l’urbanisme sont mises en évidence, et posent aussi sous cet angle la question des inégalités de santé
(et de la justice sociale). Comment les ambiances et les formes urbaines peuvent-elles constituer des ressources pour l’amélioration de la qualité de vie ? Ces questions suscitent en France un intérêt croissant des autorités de santé, qui ont besoin d’identifier les déterminants et incertitudes, afin de construire un cadre méthodologique pour la prise de décision en matière d’aménagement du territoire.
Quels choix opérer qui tiennent compte des comportements individuels et collectifs, à quelle échelle spatiale et à quel horizon temporel ? Il s’agit notamment de s’interroger sur  la densification, la mobilité et la mixité sociale et fonctionnelle, promues par la Charte d’Aalborg (1994).
Le congrès SFSE « Paysage, urbanisme et santé » a pour objectif de rassembler les décideurs, les chercheurs et praticiens, pour un partage de connaissances et d’expériences dans la perspective d’élaboration de la combinaison la plus pertinente entre approches quantitatives et qualitatives. Une telle élaboration doit impérativement impliquer les différents publics, habitants et usagers.

Journée d’études “La parcelle dans tous ses états”, 18 juin 2014, Univ Paris-Est Créteil

Groupe Transversal du LABEX Futurs Urbains : Usages de l’histoire et devenirs urbains

Journée d’étude du 18 juin 2014

Université Paris-Est Créteil

61 av. du Général de Gaulle, 94010 Créteil salle i1 105

« La parcelle dans tous ses états… entre histoire et projets urbains »

Déconsidérée par l’urbanisme de plan-masse de l’après-guerre, la parcelle est revenue au cœur des débats dans le cadre des programmes de renouvellement urbain et de densification des banlieues. Les années 1990-2000 ont vu ainsi émerger des expériences diverses qui allaient dans le sens d’un nouveau pittoresque urbain en réintroduisant un système parcellaire ou en reprenant les traces de l’ancien.

Les questions posées par la mutabilité dans le temps du système parcellaire sont l’objet de cette première journée d’étude qui s’attachera à identifier les « valeurs » portées par la parcelle, qu’elles soient celles de l’usage, de la sécurité, de la mémoire, ou qu’elles renvoient à des stratégies économiques d’occupation foncière.

Cette journée d’étude est organisée par le Groupe Usages de l’histoire et devenirs urbains qui s’est formé, sous la direction de Loic Vadelorge, au sein du Labex Futurs urbain de l’Université Paris-Est pour interroger le rapport entre l’histoire et les développements urbains contemporains.

Organisation des journées : Florence Bourillon (UPEC/CRHEC) Bourillon@u-pec.fr ;

Corinne Jaquand (ENSAPB/Ipraus) corinne.jaquand@orange.fr

La parcelle et ses valeurs

9h30 Accueil du public

9h45 Introduction par Loic Vadelorge, Florence Bourillon et Corinne Jaquand

SESSION 1_ Emergences

10h00 Boris Bove, Université Paris 8/Pouvoirs, savoirs et sociétés

Parcellaire et bâti dans le Paris du XIIIe siècle.

Isabelle Grudet et Claudio Secchi, ENSA Paris La Villette/LET

La ville sans parcelles, une vision transversale de l’urbanisme de l’entre-deux-guerres.

Preston Perluss, Université de Grenoble/LARHRA

Structures parcellaires limitrophes des institutions ecclésiastiques parisiennes.

 

11h15 Pause

 

11h30 Charline Sowa, doctorante ENSA Grenoble/MHA-evt
Villes rétrécissantes et projets urbains : des expériences à observer pour réinterroger le système parcellaire actuel et son devenir.

Philippe Thiard, U-PEC/Lab’Urba
La trame parcellaire, levier du projet urbain ? L’exemple du projet urbain LOI à Bruxelles.

 

12h15 Synthèse et débat animé par Sylvain Schoonbaert, ENSAP Bordeaux/Mairie de Bordeaux

 

13h00-14h30 Déjeuner-buffet

 

SESSION 2_ Reconstructions, reconstitution parcellaires

14h30 Camille Bidaud, doctorante ENSA Paris-Belleville/IPRAUS
Plan d’alignement et reconstruction du patrimoine urbain après la Première guerre Mondiale : les places d’Arras.

Elisabeth Essaian, ENSA Paris Val de Seine/IPRAUS
Changer de statut, changer de forme? Fin et renaissance du parcellaire dans la Russie soviétique et contemporaine.

Denis Bocquet, ENSA Strasbourg/LATTS

Réinventer une trame urbaine à Berlin : Hans Stimman entre reconstruction critique et néo-historicisme 1990-2007.

Thierry Jeanmonod, ENSAP Bordeaux et Jonathan Secondy, étudiant Master

La parcelle versus le projet urbain? Le cas de Royan à la Reconstruction.

 

16h45 Synthèse et débat animé par Jérôme Bazin, UPEC/CRHEC

 

17h30Clôture de la journée par Florence Bourillon, Corinne Jaquand

Une seconde journée d’étude se déroulera en février 2015 autour de La parcelle et ses échelles à l’ENSA Paris-Belleville.

logos_UPEC

Société Française d'Histoire Urbaine


Carnets de recherche