Parution : Isabelle Brian, Prêcher à Paris sous l’Ancien Régime – XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2014

Vient de paraître :

Isabelle Brian, Prêcher à Paris sous l’Ancien Régime – XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2014

Présentation par l’éditeur :
Des prédicateurs d’Ancien Régime on connaît surtout quelques grands noms : Bossuet, Bourdaloue mais des milliers d’anonymes ont également prêché à Paris aux xviie et xviiie siècles. Ils montaient en chaire les dimanches, lors des avents, carêmes, octaves et fêtes des saints. Ce livre traite moins du contenu de leurs discours que des conditions d’exercice de ce métier de prédicateur en temps de réforme catholique : cadre réglementaire imposé par les pouvoirs politiques et religieux, art et manière de prêcher, formes de rémunération et de reconnaissance. Sont aussi examinées les attentes et réactions des auditeurs transformés en un public recherché et redouté et les modalités du passage de la prédication orale à la publication des sermons.
L’ouvrage paraît dans la collection “Lire le XVIIe siècle”, sous la direction de Delphine Denis et Christian Biet, Série “Littérature, libertinage et spiritualité”, n°3, dirigée par Sophie Houdard

La cour et la ville (à la fin du Moyen Age), colloque international, Valladolid 2-3 juin 2014

COLLOQUE INTERNATIONAL
La cour et la ville

Réception et installation des entourages royaux dans les villes ibériques à la fin du Moyen Âge
2 JUIN – 3 JUIN 2014
VALLADOLID

Coord. : Germán GAMERO IGEA, María NARBONA CÁRCELES
Org. : Instituto Universitario de Historia Simancas (Valladolid), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
Col. : Université de Limoges, Universidad de Zaragoza

Lieu de célébration :
Seminario Julio Valdeón
Facultad de Filosofía y Letras
Universidad de Valladolid
Plaza del Campus, s/n
47011 Valladolid

Présentation
Ce colloque s’inscrit dans le programme de recherche portant sur Les cours en péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge. Une analyse des cours au bas Moyen Âge est envisagée ici d’un point de vue relationnel en centrant le propos sur l’une des scènes principales de leur manifestation : la ville.
Pendant les deux journées de travail, seront analysées les situations créées par cette relation cour-ville, tant dans les grands espaces urbains que dans les bourgs plus modestes, en tenant compte des réalités propres aux divers territoires ibériques – qui, considérés à partir d’une ample perspective, incluent le royaume de Naples après son incorporation à la Couronne d’Aragon. Pour nourrir la réflexion et animer les débats, des spécialistes de l’histoire de la Cour et des villes, et des historiens de l’art ont été réunis. L’objet principal est d’aborder des questions de nature matérielle autant que symbolique, où le conflit et la symbiose se manifestent de façons très diverses en fonction des réalités de chaque période

Programme
LUNDI 2 JUIN

10h-10:30h

Ouverture

Michel BERTRAND
Directeur de la Casa de Velázquez

Milagros ALARIO TRIGUEROS
Decana de la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de Valladolid

Mª Isabel DEL VAL VALDIVIESO
Directora del Instituto Universitario de Historia Simancas

Introduction

Germán GAMERO IGEA
Universidad de Valladolid
et María NARBONA CÁRCELES
Universidad de Zaragoza
Villas y ciudades en la recepción de las comitivas regias: aspectos materiales

10h30-13h

EL REINO PORTUGUÉS

Présidence
María NARBONA CÁRCELES
Universidad de Zaragoza

Manuela SANTOS SILVA
Universidade de Lisboa
Itinerancia y condiciones de instalación en las ciudades de la corte regia portuguesa y de sus casas

Rita COSTA GOMES
Towson University
Dislocation, distinction, separation: how the court experienced the city in late medieval Portugal

15h-18h

LA CORONA DE ARAGÓN I: LOS TERRITORIOS IBÉRICOS

Présidence
María Isabel DEL VAL VALDIVIESO
Universidad de Valladolid

Miguel RAUFAST CHICO
Institució Milà i Fontanals (CSIC, Barcelona)
«En aquesta ciutat no s’aposenta». Encuentros y desencuentros entre corte real y municipio en el espacio urbano de la Barcelona del siglo XV

Vera-Cruz MIRANDA
Universitat de Barcelona
La visita del príncipe de Viana a la ciudad de Mallorca

Germán GAMERO IGEA
Universidad de Valladolid
Solventar el aposento regio: algunas soluciones en la Corte de Fernando el Católico

MARDI 3 JUIN

10h30-13h

LA CORONA DE ARAGÓN II: NÁPOLES

Présidence
Alexandra BEAUCHAMP
Université de Limoges

Roxane CHILÀ
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
La cour en ville, au quotidien. L’exemple de la cour de Naples sous le règne d’Alphonse le Magnanime (1442-1458)

Joan MOLINA FIGUERAS
Universitat de Girona
Espectáculo e imágenes para un nuevo rey: la entrada triunfal de Alfonso de Aragón en Nápoles (1443)

15h-18h

EL APOSENTAMIENTO EN LAS CIUDADES CASTELLANAS

Présidence
Jose Antonio BONACHÍA HERNANDO
Universidad de Valladolid

Alicia MONTERO PRIETO
Universidad Autónoma de Madrid
La realeza en Burgos: problemas en el aposento regio

Diana PELAZ FLORES
Universidad de Valladolid
Conflictos y poder en torno al Don en los contactos entre ciudades y corte: el caso de Burgos

Beatriz MAJO TOMÉ
Universidad de Valladolid
Valladolid, residencia real a fines de la Edad Media: significado y consecuencias de la presencia regia en la villa

Conclusions
Alexandra Beauchamp
Université de Limoges
María Narbona Cárceles
Universidad de Zaragoza

“Paris ville de cour (XIIIe-XVIIIe siècle)”, 5-6 juin 2014

“Paris ville de cour (XIIIe-XVIIIe siècle)”

Paris, Auditorium du Petit Palais

5-6 juin 2014

organisateurs : Boris Bove, Murielle Gaude-Ferragu, Cédric Michon

Les études sur la cour de France de manquent pas, pourtant, peut-être parce qu’elle reste longtemps itinérante et que ses membres se recrutent à travers tout le royaume, les historiens s’intéressent rarement au cadre urbain de ses séjours, et en particulier à Paris. La cour semble être une institution hors de l’espace, alors pourtant que Paris, « cœur du royaume », s’impose de plus en plus comme son centre de gravité. Ce colloque Paris, ville de cour vise à réconcilier l’histoire de la cour avec l’histoire urbaine. Il est donc consacré à l’étude des relations entre la cour de France et la ville de Paris, du Moyen Âge au XVIIIe siècle, en prenant en compte les dimensions politiques, sociales, culturelles, artistiques et économiques qui ont marqué ce rapport. Le mot « cour » 
 e
st ici entendu au sens étroit des gens de cour qui sont dans la proximité du souverain, et qui le suivent dans ses pérégrinations, par opposition aux serviteurs de l’Etat qui sont fixés à Paris par les institutions centrales de la monarchie.

Jeudi 5 juin

9h30 : Accueil

 10h : Introduction : Boris Bove, Murielle Gaude-Ferragu, Cédric Michon


Session 1 – Présence et absence de la cour 

10h 30 : Boris Bove (Université Paris 8), « Les rois médiévaux sont-ils Parisiens ? Essai de synthèse des itinéraires royaux médiévaux de Philippe Auguste à Louis XI (1179-1483) »

10h 55 : Caroline zum Kolk (Cour de France.fr/Institut d’études avancées de Paris), « La place de Paris dans l’itinérance curiale sous les derniers Valois (1515-1589) »

11h 20 : Laurent Lemarchand (Université de Rouen), « Les déménagements de la Cour en 1715 et 1722 et leurs conséquences sur Paris et Versailles »

11h 45 : Discussion

12h : déjeuner


Session 2 – Loger dans la ville

14h : Guillaume Fonkenell (Musée du Louvre), « Le Grand Dessein du Louvre face aux contraintes de la ville, XVIIe-XVIIIe siècles »

14h 25 : Alexandre Gady (Université Paris IV-Sorbonne), « Les hôtels parisiens au début du XVIIIe siècle »

14h 50 : José Martinez-Milan (université autonome de Madrid), « L’installation de la cour à Madrid au XVIe-XVIIe siècle comme exemple de dysfonctionnement des relations économiques entre la ville et la cour »

15h 15 : Discussion

15h 25 : pause

Session 3 - L’économie de cour et son poids sur la ville

15h 40 : Florence Berland (université de Cergy-Pontoise), « Le poids de la cour de Bourgogne sur l’économie parisienne »

16h 05 : Arnaud Alexandre (conservateur du patrimoine, DRAC Auvergne), « La commande d'orfèvrerie faite par Louis d'Orléans et Valentine Visconti »

16h 30 : discussion

16h40 : John McEwan (Université d’Aberystwyth), « Les Londoniens comme fournisseurs à la cour royale au XIIIe siècle »

17h 05 : Marjorie Meiss-Even (univ. de Lille 3), « Le Paris commercial des Guise au XVIe siècle »

17h 30 : Discussion

Vendredi 6 juin

Session 4 - Représentation et dialogue des sociétés de cour et urbaine

9h 30 : Michèle Szkilnik (univ. de Paris 3), « Le charme discret de Paris dans les romans de chevalerie du XVe siècle »

9h 55 : Monique Chatenet (Conservateur en chef du Patrimoine au Centre André Chastel), « Les fêtes et les cérémonies curiales à Paris au XVIe-XVIIe siècle ».

10h 20 : Discussion-Pause


Session 5- Les échanges culturels entre ville et cour

10h 45 : Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), « Acteurs de ville, farceurs de cour ? le théâtre à Paris aux XVe et XVIe siècles »

11h 10 : Pauline Lemaigre-Gaffier (Université Versailles-Saint-Quentin), « Une administration entre cour et ville. Les Menus Plaisirs du Roi à Paris au XVIIIe siècle »

11h 35 : Bruno Petey-Girard (UPEC) : « Une cour royale pour les Lettres à l’aube du XVIIe? Marguerite de Valois à Paris, 1605-1615 »

12h  : Discussion

12h15 : Déjeuner


Session 6 - L’investissement des gens de cour dans la ville

14h : Elodie Ozenne (Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense), « Une demeure de choix pour l’éternité : les sépultures des gens de la cour du roi dans trois couvents parisiens (XIIIe-XVe siècle) »

14h25 : Etienne Hamon (Université de Picardie), « La dynamique des commandes parisiennes des premiers cercles de la cour au début du règne de Charles VIII (1483-1494) : un reflet des desseins avortés du roi pour la capitale ? »

14h 50 : discussion

15h : Mathieu Deldicque (conservateur du patrimoine, Service des musées de France), « Courtisans à Paris autour de 1500 : l'exemple de l'amiral Louis Malet de Graville et de son entourage »

15h 25 : Rita Costa Gomes (Towson University), « Lisbonne ville de cour » 

15h 50 : Discussion 

16h : Pause

16h15 : Conclusions : Werner Paravicini (université de Kiel), Jean-Marie Le Gall (université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

17h : fin du colloque
cropped-cropped-DSC005041

Soutenez et rejoignez la SFHU !

Animé par l’équipe de la Société Française d’Histoire Urbaine, ce site a pour vocation de fédérer la communauté française et francophone des historiens de la ville. On y trouve des informations sur la SFHU, sur sa revue Histoire Urbaine (3 numéros par an) et sur ses activités (en particulier ses journées d’études annuelles) mais aussi sur les multiples facettes de la recherche en histoire urbaine : colloques, publications, appels à projets, soutenances, initiatives diverses ont vocation à être annoncés dans la section “Billets” de ce site, et à être régulièrement regroupés dans une lettre d’information.

Si vous souhaitez communiquer une initiative, ou si vous souhaitez recevoir les informations (inscription à la lettre d’information), merci de prendre contact par courriel: sfhu@univ-paris-est.fr.

Pour adhérer ou réadhérer, c’est par ici !

 

 

Compte rendu : Peter Clark (ed.), The Oxford Handbook of Cities in World History, Oxford University Press, 2013, 882 p. (Jean-Luc Pinol)

Peter Clark (ed.), The Oxford Handbook of Cities in World History, Oxford University Press, 2013, 882 p. (Jean-Luc Pinol)

A la suite de la publication de son ouvrage sur les villes européennes de 400 à 2000, Peter Clark vient de coordonner la publication chez Oxford University Press d’un handbook, Cities in World History. Oxford University Press a d’ailleurs donné un dynamisme incontestable depuis les années 2010 à sa collection The Oxford Handbook, abordant au cours de la seule année 2013, des domaines aussi différents que les études postcoloniales, l’histoire de l’Afrique contemporaine, celle des femmes et du genre dans l’Europe médiévale ou du Monde Atlantique de 1450 à 1850, de la religion et de la violence ou de la médecine, celle de la guerre froide ou de la révolution américaine… et fin 2013 est paru l’ouvrage consacré à l’histoire de la consommation sous la direction de Frank Trentmann.

Ce précis des villes du monde est organisé en trois grandes périodes chronologiques, de l’origine des villes aux années 600, du début du 7e siècle à 1800 et la troisième période, enfin, de 1800 à nos jours. Pour répondre aux multiples questions qu’aborde l’ouvrage, pas moins de 55 contributeurs ont uni leurs efforts pour traiter les 43 chapitres qui sont répartis de manière assez inégale entre les trois grandes périodes : dix chapitres pour les premières cités (des origines à 600), treize pour les villes de l’époque pré-moderne (600-1800) et, donc, vingt chapitres pour la ville contemporaine (après 1800). Chaque partie associe synthèses régionales et approches thématiques, ces dernières permettant de d’aborder des thèmes transversaux. Ces derniers sont d’ailleurs nettement plus développés pour la troisième période chronologique, consacrés par exemple aux relations ville industrialisation en Orient et en occident, à rôle du cinéma ou, encore, à l’impact de la ville sur l’environnement. Pour la première et la seconde périodes chronologiques, les thèmes transversaux reprennent en mobilisant les synthèses régionales les thématiques de l’économie, du pouvoir ou des migrations.

A la fin du chapitre d’introduction, Peter Clark reconnaît très honnêtement : « In sum, this Handbook cannot hope to offer a definitive or comprehensive view of global urban history, as was made clear at the start. Rather through the following chapters spanning from ancient times to the present, the aim is to establish a framework for analysis, to open up an arena for comparative discussion and debate, to foreground big issues and questions for further research, to highlight the infinite complexities of urbanisation over the longue durée, and to shed a bright , multicoloured spotlight on a subject that will never go away. »

La plupart des chapitres comptent entre 50 et 60000 signes (notes et bibliographie comprises) ce qui, bien sûr, semble d’une envergure limitée quand le sujet est bien connu du lecteur mais qui permet de disposer d’un cadre pour qui découvre une thématique ou une nouvelle région du monde. On peut cependant légitimement se poser la question du lectorat d’un tel ouvrage à l’aune de la manière dont fonctionne aujourd’hui la recherche mais il est certain que ce type d’ouvrage incite à voir large et à relativiser les spécificités que d’aucun voit dans leur propre recherche.

Les chapitres les plus stimulants correspondent aux approches thématiques où la dimension comparative est plus développée mais ils ne peuvent fonctionner qu’en se fondant sur les acquis présentés dans les vastes synthèses régionales. Certains de ces chapitres, faute de place, sont trop généraux – tel est le cas de celui consacré aux banlieues pour la période contemporaine – mais d’autres sont vraiment stimulants tel celui sur l’industrialisation qui revient sur la grande divergence Est/Ouest et sur les analyses de Kenneth Pomeranz ou encore celui sur les villes créatives. Dans le premier cas, deux jeunes chercheurs comparent les étapes de l’industrialisation en Angleterre et dans la Chine du XIXe et du XXe siècles, et s’interrogent sur les conditions d’émergence d’un groupe d’entrepreneurs dynamiques dans le monde urbain. Dans le second, ce sont deux chercheurs confirmés – dont Peter Clark lui-même qui avaient déjà abordé le thème dans European Cities and Towns – qui s’interrogent sur la pertinence du concept de villes créatives tel qu’il a émergé dans les années 1980 et sur son caractère opérationnel pour l’analyse des villes depuis le XVe siècle. Ce chapitre fonctionne d’ailleurs comme une série de case studies fondés sur l’analyse concrète de Londres, Paris, New York ou… Helsinki. Et les auteurs de distinguer les global creative cities, les niches culturelles (comme Stockholm ou Kingston à la Jamaïque, pour la production musicale), les centres technologiques spécialisés comme Bangalore, la « Silicon Valley » de l’Inde où Texas Instruments s’est installé dès le milieu des années 1980 ou, enfin, les villes, souvent de taille plus modeste, qui tentent, tant bien que mal, de prendre en marche des trains lancés par d’autres dans le domaine culturel pour pallier le déclin industriel comme Hull ou Huddersfield en Angleterre…

Pour la période 600-1800, le chapitre consacré au rôle des migrations en Europe et en Chine montre bien en quoi ce type d’analyses globales peut aider à repenser les problématiques de recherche. En dépit des différences de sources disponibles, il apparaît que les migrations imposées par le pouvoir central, dans un but de repeuplement, sont plus prégnantes en Chine que dans l’Europe médiévale et moderne, à l’exception, sans doute de la Russie. De même les restrictions à la mobilité liées au « second servage » en Europe orientale renvoient à la limitation des déplacements qui résulte du système d’enregistrement des ménages dans la Chine impériale des Ming (1368-1644) même si la réglementation est assouplie à la fin de la domination Han. Enfin, mais cela découle de ce qui vient d’être dit, la politique d’immigration est moins déterminée par les cités chinoises que par les villes d’Europe qui bénéficient, globalement, d’une plus grande autonomie politique. Les conséquences sont importantes : dans le monde chinois, l’administration impériale s’organise par district sans distinguer le rural et l’urbain ; les sources distinguent rarement les migrations vers les villes ou vers leur hinterland.

A la lecture des bibliographies des différents chapitres, on note la très fréquente mention des ouvrages de Lewis Mumford, et en particulier, de City in History, alors que les ouvrages de James Dyos et Stephan Thernstrom qui ont, de part et d’autre de l’Atlantique, pesé sur les manières d’aborder l’histoire urbaine ne sont pas, sauf erreur, mentionnés. Quand on se souvient de l’impact de la New Urban History dans les années 1970 et 1980 ou de l’influence de la revue Urban History Yearbook –devenu Urban History – qui fut initiée par H.J. Dyos, force est de constater que des pages entières des manières de pratiquer l’histoire urbaine semblent passées sous silence.

Comme d’autres domaines, l’histoire urbaine est entrée, ou est en train d’entrer, dans l’ère du numérique. Les deux premières références données par Peter Clark dans son introduction générale sont des sites web, le premier dépend des Nations-Unies, le second fournit des données sur les agglomérations urbaines actuelles et propose des cartes ; ce site web, localisé en Allemagne1, est bien le signe que le numérique transforme les manières de faire de l’histoire, et de l’histoire urbaine, en particulier.

Pour reprendre Peter Clark lui même, ce Handbook ne présente pas encore la synthèse d’une histoire urbaine globalisée mais sa lecture, très stimulante, ouvre de vastes perspectives pour y parvenir.

 

Atouts de l’urbain et processus de « revalorisation », séminaire, Lyon, 21 mai 2014

Séminaire doctoral « Les valeurs de l’urbain », 2013-2014

 

Séance 3 : Atouts de l’urbain et processus de « revalorisation »

mercredi 21 mai 9h30-12h30 / 14h-17h

salle Élise RIVET, ISH, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e (Metro Jean Macé, Tram T2 Centre Berthelot)

La séance questionnera le paysage, les fonctions et les pouvoirs centripètes attachés à l’espace urbain. Les concepts et thématiques discutés sont les suivants : attractivité, équipements, patrimoine, ville durable, hiérarchie urbaine, gentrification, écoquartier, rénovation urbaine, création, requalification, (dé)territorialisation, politiques urbaines.

Membres organisateurs : Manuel Appert (EVS, géographie), Loïc Bonneval (CMW, sociologie), Natacha Coquery (LARHRA, histoire moderne), Christian Montès (EVS, géographie), Valérie Sala Pala (TRIANGLE, science politique).

 

Programme

 

Matinée

Rénovation urbaine

- Guilhem Boulay (géographe, université d’Avignon, UMR 7300 ESPACE) : La revalorisation de la ville est-elle une question de géographie ?

- Manuel Appert, (géographe, université Lyon 2, EVS) : Substitution de valeurs et reterritorialisation de Londres post JO2012.

- Martine Drozdz (doctorante en géographie, université Lyon 2, EVS) : Les modalités de la rénovation des franges péri-centrales du quartier d’affaire de la City.

- Isabelle Backouche (historienne, EHESS) : La fabrique de la ville entre patrimoine et architecture (seconde moitié du XXe siècle).

 

Après-midi

L’attractivité urbaine

- François Cusin (sociologue, université Paris-Dauphine, chaire Ville et Immobilier) : La valeur de la centralité : une approche comparée des villes françaises à partir de leurs marchés immobiliers.

- Déborah Galimberti (doctorante en science politique, université de Saint-Étienne, Triangle) : La construction des politiques d’attractivité urbaine à Lyon et Milan.

- Matthieu Giroud (géographe, université Paris Est Marne-la-Vallée) : Les continuités populaires comme formes de résistance à la gentrification ?

- Pierre Gilbert (doctorant en sociologie, université Lyon 2, CMW) : La valeur de la centralité : une approche comparée des villes françaises à partir de leurs marchés immobiliers.

Street Singers in Renaissance Europe (and beyond), CFP, Berlin 26-28 mars 2015

CALL FOR PAPERS
Renaissance Society of America Annual Meeting
Berlin, 26-28 March 2015

Street Singers in Renaissance Europe (and beyond)

This panel(s) shall focus upon a central figure of the oral world of Renaissance culture: the singer of tales or the street singer (known as cantimbanco or cantastorie in Italy, ballad singers or mountebanks in England, Bänkelsänger in Germany, ciegos copleros in Spain, chanteurs de rue in France, or Meddah in the Ottoman world). Heirs of medieval minstrels and jesters, ballad singers were poets, musicians, and performers who entertained, educated, and informed their audiences with a vast and various catalogue of narrative, lyrical, political, didactic, and dramatic works.

At least since Peter Burke’s seminal work on early modern popular culture, cantastorie and their equivalents in other parts of Europe have been identified as crucial mediators in the dynamic continuum of learned and popular cultures, orality and literacy. These elusive performers held a place at the epicenter of Renaissance society and culture: they epitomize the ‘hybridity’ that characterized this era.

The organizers welcome proposals from scholars of history, language, art, music or literature, which investigate the texts, performances, and careers of street singers and other closely-related performing professions in Renaissance Europe (and beyond).

To be considered for these sessions, please send a 150-word abstract of your paper (please include a title and relevant keywords) and CV with full contact information to both organizers: Massimo Rospocher (mrospocher@fbk.eu<mailto:mrospocher@fbk.eu>) and Luca Degl’Innocenti (l.deglinnocenti@leeds.ac.uk<mailto:l.deglinnocenti@leeds.ac.uk>). The deadline for submission is May 31st. For additional details on the RSA Berlin 2015 conference, visit http://www.rsa.org/?2015Berlin

Foreigners in the Deep Heart of Medieval and Early Modern Societies (Europe, the Mediterranean and the Muslim World), 18-20 juin 2014

International conference organized by Francisco Apellániz, David Do Paço and Cédric Quertier

18-20 June 2014


European University Institute Villa Schifanoia / Badia fiesolana

Discussants: R. Grafe, T. Krstić, L. Molà, G. Todeschini, R. Zaugg Contact : David.DoPaco@EUI.eu

Sala Cappella, Villa Schifanoia, via Giovanni Boccaccio 121, Firenze.

Max Weber Common Room, Badia Fiesolana, via de’ Roccettini 9, San Domenico di Fiesole


Wednesday, June 18: A Legal History. Cappella (Villa Schifanioa)

10h30-12h – Introductions : F. Apellániz, D. Do Paço, C. Quertier.

14h-16h – (1) Courts, Trials and Societies.

Max Weber Common Room (Badia Fiesolana)

F. Apellaniz (European University Institute, Marie Curie Actions): ‘Solving Conflict in Mediterranean Complex Environments : Europeans at Markets and Courts in the Late Medieval Middle East (1350-1500)’.

A. B. Fernandez Castro (European University Institute): ‘Judging Foreignness in the Audience of the House of Trade of Seville (1583-1598)’.

J. Wubs-Mrozewicz (Universiteit Leiden): ‘Conflict Resolution with Foreigners in the Hanse area in the Fifteenth and Sixteenth Century: Law and Diplomacy’.

Discussant: Roberto Zaugg (Sciences po).

16h30-18h30 – (2) Foreignness Politics.

R. Dorin (Harvard University): ‘From Jew to Foreigner: Canon Law and the Expulsion of Jews in the Late Middle Ages’.

J. M. Escribano Paez (European University Institute):  ‘Italian Merchants in Iberian and Maghreb’s cities Between the XVth and XVIth Centuries’.

V. McGuire (European University Institute, Max Weber Programme): ‘Franco-Levantines: Reading Citizenship and National Belonging Through the History of the Merchants of Venice’.

Discussant: Tijana Krstić (Central European University).


Thursday, June 19 : Foreigners and Elements of Foreignness. Max Weber Common Room (Badia Fiesolana)

10h-12h: (1) Determining Foreigners.

C. Quertier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / École Française de Rome): ‘Le Marchand florentin à Pise : de l’homme invisible à la nation marchande la plus privilégiée (XIVe siècle)’.

M. Pakucs (‘Nicolae Iorga’ Institute of History, Bucharest): ‘The pernicious nation of the Greeks: ‘Greek’ Merchants in Transylvania, Sixteenth- Seventeenth Centuries’.

M. Grenet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ERC ConfigMed): ‘Un cosmopolitisme de frontière ? Marchands ‘étrangers’ et fabrique des identités locales dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle’.

Discussant: Giacomo Todeschini (Università degli studi di Trieste).

14h-16h: (2) Migrations and Social Bonding.

J. M. Escribano Paez (European University Institute):  ‘Italian Merchants in Iberian and Maghreb’s cities Between the XVth and XVIth  Centuries’.

C. Tarruell (École des Hautes Études en Sciences Sociales / Universidad Autónoma de Madrid):‘L’accueil de musulmans et de juifs venus « de leur propre volonté » au sein de la Monarchie hispanique (fin XVIe – début XVIIe siècles)’.

M. Gasperoni (École des Hautes Études en Sciences Sociales / École Française de Rome):‘Les hommes circulent et s’échangent. Phénomènes migratoires entre Marches et Romagne à l’époque moderne’.

Discussant: Roberto Zaugg (Sciences po).

16h30-18h: (3) Belonging to a Community.

O. Mercan (European University Institute): ‘Italian Communities in Istanbul in the Late 15th and 16th c.’.

S. Montemezzo (Università di Verona): ‘Being Alien Merchants in a Capital City. Venetians in London and Bruges at the End of 15th century’.

C. Santus (École Pratique des Hautes Études / Scuola Normale Superiore di Pisa): ‘Becoming Foreigners: Eastern Christians and «Franks» at the turn of the 18th century’.

Discussant: Regina Grafe (European University Institute).

Friday, June 20 : Social Bonding and Polarisation. Max Weber Common Room (Badia Fiesolana)

10h-12h: (1) Geography.

D. Do Paço (European University Institute, Max Weber Programme): ‘From Modern Pacific to Early Modern Central Europe: on Marshall Sahlins’ Process of Indeginization’.

M. Couderc (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): ‘La cour, matrice d’intégration. Les ‘Grecs’ en Europe du Nord-ouest (Angleterre, Bourgogne et France), XVe siècle.’.

S. Nadalo (Northwestern University / Paris College of Art): ‘From Market to Synagogue: Locating Pluralistic Sociality in the Free Port of Livorno’.

Discussant: Luca Molà European University Institute).

14h-15h30: (2) The Unbearable Lightness of the Peripheries.

A. Lestremau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): ‘He ælþeodige unsida lufode. Rois, ducs et étrangers dans l’Angleterre anglo-saxonne au XIe siècle’.

K. Prajda (Institute of History, Hungarian Academy of Sciences): ‘Florentine Merchant Companies in the Republic of Venice and in the Kingdom of Hungary During the First Decades of the 15th Century. A Comparative Analysis of Commercial and Social Relations’.

L. Binz (European University Institute): ‘Latin Catholics in Constantinople 1650-1750’.

Discussant: Tijana Krstić (Central European University).

16h00: Conclusion by Giacomo Todeschini (Università degli Studi di Trieste).

contact : David.DoPaco@eui.eu ou cedric.quertier@gmail.com

Parution: De la Courly au Grand Lyon, Histoire d’une communauté urbaine, par Cédric Polère

Vient de paraître :

DE LA COURLY AU GRAND LYON, HISTOIRE D’UNE COMMUNAUTÉ URBAINE
par Cédric Polère, docteur en sciences politiques (IEP de Grenoble) et sociologue

Lyon, Editions Lieux dits, 2014

Présentation par l’éditeur:
Créée en 1969, rassemblant aujourd’hui 58 communes, la Courly fait figure de pionnière en France dans de multiples domaines, mais son histoire n’avait jamais été écrite : en trois parties (Pour comprendre la communauté urbaine de Lyon, La communauté urbaine à l’oeuvre et Les coulisses communautaires) ce véritable ouvrage d’auteur raconte, dans un style accessible à tous et agrémenté de nombreuses images d’archives, « la grande aventure » de la communauté urbaine de Lyon pendant ses 44 années d’existence.

Soutenance: Cédric Quertier, La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle

Cédric Quertier

a le plaisir de vous convier

 à la soutenance de sa thèse de doctorat d’histoire médiévale intitulée

Guerres et richesses des nations. La communauté des marchands florentins à Pise au XIVe siècle

 

Devant l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne et un jury composé de MM. Laurent Feller (Université Paris 1, directeur) et Giuliano Pinto (Université de Florence, directeur), de Mme Laura de Angelis (Université de Florence) et de MM. Patrick Boucheron (Université Paris 1), Franco Franceschi (Université de Sienne), et Didier Lett (Université Paris 7),

Le 27 mai 2014 à 14h00,

En salle Jean-Baptiste Duroselle

(Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e).

Un pot, auquel vous êtes chaleureusement invités, sera donné à l’issue de la soutenance en salle Perroy

(Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, esc. R, 3e étage).

Pour la bonne organisation, une réponse est souhaitée s’il vous plaît avant le 20 mai : cedric.quertier@gmail.com


Carnets de recherche