Evénement : Exposition “Délos et ses pierres : la fabrique d’une ville antique” (2023-2024)

Exposition Délos et ses pierres : la fabrique d’une ville antique

du 1er octobre 2023 au 28 janvier 2024, à la Villa Kérylos (Beaulieu-sur-Mer)

du 31 janvier 2024 au 22 mars 2024, Aix-Marseille Université (Aix-en-Provence)

du 12 juin au 31 novembre 2024, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 5 rue Raulin, 69007 Lyon

de mars à début juin 2025, Médiathèque André Labarrère, 10 place Marguerite Laborde, 64000 Pau

 

Entretien avec les commissaires de l’exposition Jean-Charles Moretti, archéologue, directeur de recherche CNRS-IRAA, Stéphanie Zugmeyer, architecte, ingénieure d’études Aix Marseille Université-CNRS-IRAA et Violaine Sautter, géologue, directrice de recherche CNRS-IMPMC.

entretien réalisé par Guillaume Biard*

Guillaume Biard (GB) : L’exposition Délos et ses pierres : la fabrique d’une ville antique présente l’histoire de la construction délienne à travers l’analyse des roches mises en œuvre dans les édifices. Comment ce projet est-il né ? Correspond-il à une nouvelle manière d’étudier la ville antique ?

JeanCharles Moretti (JCM) : L’étude des pierres de construction à Délos s’inscrit dans une longue histoire. La plupart des archéologues et des architectes qui se sont intéressés à l’architecture délienne ont cherché à déterminer la provenance des roches mises en œuvre. Le travail que je mène de longue date sur l’architecture du site a naturellement éveillé mon intérêt pour le sujet, d’autant que Délos offre pour cette étude un terrain favorable pour deux raisons : la ville et son territoire n’ayant pas été occupés à l’époque moderne, presque toutes les carrières et une grande partie de la ville sont conservées dans un état exceptionnel. De plus, les inscriptions de Délos conservent une partie des comptes du sanctuaire d’Apollon aux époques classique et hellénistique. Ils enregistrent des achats de roches destinées aux monuments financés par la caisse sacrée.

La nouveauté de notre étude réside ainsi dans une approche qui considère ensemble toutes les sources disponibles pour l’étude des pierres de construction, démarche inédite en Grèce. Même l’ouvrage de R. E. Wycherley, The Stones of Athens (1978), se limite à mentionner les différentes roches, sans analyse de détail. L’inspiration est en fait venue de travaux réalisés dans d’autres contextes, notamment de l’ouvrage de Fr. Glary et J.P. Gély, Pierres de construction. De la carrière au bâtiment… (2020), qui propose une analyse complète de la chaîne opératoire qui va de la carrière au chantier de construction en France sur le temps long.

Figure 1 – Affiche de l’exposition (création graphique : Hite Design Graphique)

GB : Cette approche nouvelle repose sur la collaboration entre plusieurs disciplines. Comment s’est organisé le travail entre les différents spécialistes ?

JCM : La collaboration entre architectes, archéologues, géologues, historiens des sciences et géomaticiens, qui s’est matérialisée dans un programme financé par l’Agence nationale de la recherche, a rendu possible cette approche globale. Réalisé en collaboration avec l’Éphorie des antiquités des Cyclades, le programme rassemble cinq instituts de recherche : l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA), l’École française d’Athènes (EFA), l’Institut des Sciences de la Terre de Paris (ISTeP), l’Institut de Minéralogie, de Physique, des Matériaux et de Cosmochimie (IMPMC) et le Centre Alexandre-Koyré (CAK). Ce dernier établissement, spécialisé dans l’histoire des sciences, a apporté une mise en perspective sur l’histoire longue des relations entre la géologie et l’archéologie.

Violaine Sautter (VS) : Au sein de cette équipe, les géologues que je représente aujourd’hui se sont bien sûr fondés sur les travaux des archéologues, qui observent depuis longtemps les pierres de l’île. Notre rôle a donc d’abord consisté à préciser certaines observations, notamment par la réalisation d’une nouvelle carte géologique au 1/5 000, plus détaillée que celle, déjà très précise, réalisée au 1/10 000 par L. Cayeux en 19111.

Figure 2 – Cartes géologiques de L. Cayeux en 1911 et de L. Jolivet en 2023 (création graphique du panneau : Hite Design Graphique ; cliché : Joseph Ballu)

Nous avons ainsi identifié de nouveaux faciès, ce qui a des conséquences sur les plans archéologique et géologique : là où les archéologues n’avaient repéré qu’un type de granite local, nous en avons identifié trois. La cartographie détaillée des marbres locaux a changé notre perception du volume initial des lentilles et donc du volume de marbre exploité, comme le montre Tommy Vettor dans sa thèse2, que j’ai dirigée et qu’a suivie également JCM.

Sur le plan géologique, la cartographie a permis de comprendre comment les différents granites, majoritaires sur l’île, se sont mis en place par étapes dans un contexte plus large de tectonique des plaques : Délos se situe sur le front de subduction de la plaque africaine sous la plaque européenne. Les marbres déliens résultent de cette subduction qui comprime les roches carbonatées océaniques lors de leur enfouissement. Ultérieurement, des processus d’extension fondent les roches en profondeur occasionnant la formation de granite et la remontée des marbres profonds en surface.

GB : Qu’est-ce qui a guidé le choix de présenter l’exposition à la Villa Kérylos ? Quels procédés avez-vous mis en œuvre pour évoquer, loin de Délos, les paysages, les pierres et les vestiges de l’île ?

JCM : Pour évoquer l’architecture sans présenter de blocs, nous recourons à des panneaux associant textes, photographies et dessins. L’exposition est par ailleurs enrichie de films présentant les travaux de terrain et de capsules numériques montrant l’usage d’outils d’extraction et d’analyse géologique3. De plus, les outils d’extraction et de taille ayant relativement peu évolué, nous avons pris le parti d’exposer des outils d’extraction et de taille traditionnels. Faute de pouvoir faire venir des blocs de Délos, nous exposons des échantillons des roches que les visiteurs peuvent observer et toucher.

La Villa Kérylos est apparue comme le lieu d’exposition idéal pour deux raisons : la galerie des antiques, qui se présente comme un long couloir, se prête parfaitement à l’exposition de panneaux ; la Villa a un rapport direct avec Délos, puisque son architecte, Emmanuel Pontremoli s’est notamment inspiré des maisons déliennes. Soulignons que nous profitons grandement de cette association avec la Villa, car les visiteurs, qui viennent découvrir cette folie du début du xxe s. inspirée de l’antique, prolongent souvent leur visite par celle de l’exposition, au sujet plus spécialisé.

Dans le choix du lieu, il ne faut pas négliger l’implication personnelle de Vassiliki Castellana, chargée des actions culturelles et pédagogiques à la Villa Kérylos, qui a accueilli avec enthousiasme le projet, mais aussi le soutien d’Antide Viand, administrateur de la Villa, et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, propriétaire du monument. Par ailleurs, outre celui des institutions impliquées dans le programme de recherche, l’exposition a bénéficié du soutien institutionnel et financier du Centre des monuments nationaux, du Consulat Général Honoraire de Grèce à Monaco, de l’Association des amis de la Villa Kérylos, du Centre culturel hellénique, d’Aix-Marseille Université, de l’Institut d’Archéologie méditerranéenne, de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, de l’Université Paris Est Créteil et de la société Autovision.

G.B. : L’exposition s’appuie sur de nombreuses réalisations graphiques, du relevé architectural à la reconstitution. Quels principes ont guidé leur élaboration et leur choix ?

Stéphanie Zugmeyer (SZ) : Nous avons utilisé sur les panneaux des réalisations graphiques élaborées dans le cadre du programme de recherche, notamment celles qui représentent l’extraction de la pierre, directement compréhensibles par le public. Elles apparaissent aussi, à côté de dessins de l’illustrateur Stéphane Nicolet, dans le livret pour enfants conçu par Virginie Mathé4.

Les représentations tridimensionnelles, sous forme d’écorchés de grand format, des quatre bâtiments qui constituent le fil directeur de l’exposition, dessinées par Anna Papadopoulou, comptent parmi les réalisations graphiques les plus importantes. Présentées et complétées à toutes les étapes, elles donnent à voir, mises en œuvre dans la construction, les différentes roches, locales comme importées.

Figure 3 – La Maison des comédiens (dessin : Anna Papadopoulou ; cliché Joseph Ballu).

JCM : Ces quatre monuments qui structurent le parcours d’exposition sont représentatifs des phases d’occupation de Délos depuis l’époque archaïque, avec l’Oikos des Naxiens construit au début du vie s., jusqu’à la fin du iie s. av. J.C. avec la Maison des comédiens. Le Temple des Déliens et le Portique d’Antigone représentent l’époque classique et le iiie s. Le choix ne repose cependant pas que sur des considérations chronologiques. Nous avons retenu des édifices dont les commanditaires sont différents : les Naxiens pour l’Oikos, les Déliens pour le temple, un roi macédonien pour le portique et enfin des membres de la société cosmopolite qui s’installe à Délos après 167 av. J.C. pour la Maison des comédiens. Nous avons enfin pris en compte l’état de conservation des bâtiments et la variété des roches, pour montrer comment sont associées dans la construction roches locales et importées.

G.B. : La matière abordée est abondante et le sujet complexe. Comment l’exposition guide-t-elle progressivement le visiteur vers une approche spécialisée de la construction délienne ?

JCM : L’introduction historique représentait un enjeu important, car Délos a été occupée à partir de la seconde moitié du iiie millénaire av. JC. et abandonnée vers le viie s. apr. J.C. Cette très longue histoire est présentée sur une frise chronologique de 9 m de longueur, qui met en rapport les grandes phases de l’histoire politique et artistique du monde grec avec ce que l’on sait de Délos à la même période. Elle offre l’occasion d’une première présentation, à leur place dans l’histoire, des quatre monuments qui servent de fil directeur.

Figure 4 – Neuf mètres d’histoire du monde grec et de Délos (création graphique : Hite Design Graphique ; cliché : Virginie Mathé)

G.B. : L’étude géologique des pierres de la construction constitue un temps fort de l’exposition. Quelles ont été sur ce point les principales étapes du travail et comment les résultats en sont-ils présentés ?

VS : L’étude géologique a commencé en 2018 par un repérage et un inventaire sur le terrain. Isabelle Moretti, géologue à l’ISTeP, et moi-même avons sillonné l’île pour recenser les roches, rédigeant une fiche descriptive par faciès et constituant une lithothèque à l’usage des archéologues. À partir de 2019, Laurent Jolivet, géologue spécialiste des Cyclades, a conçu la nouvelle carte géologique à partir de nos observations. Tommy Vettor s’est, pour sa part, concentré sur le marbre.

Comme la carte géologique est un document de lecture difficile, elle a été simplifiée pour l’exposition. Elle montre les trois types principaux de roches présents dans l’île : des granites majoritaires – figurés en rouge ; des gneiss au nord – en brun ; des marbres sous forme de lentilles dans les granites – en bleu. Les échantillons montrent aux visiteurs que l’île ne comporte pas qu’un seul gneiss, mais au moins deux. Les trois types de granites sont également présentés, tout comme les marbres et les roches sédimentaires, à savoir deux types de poros.

Pour donner à voir les pierres importées, on a extrait des collections de roches du Muséum national d’histoire naturelle des pierres repérées dans les édifices. Le visiteur peut ainsi apprécier les différences de couleur et de texture des quatre grandes catégories de roches, mais aussi des types au sein des catégories. Elles sont mises en rapport avec les constructions grâce aux écorchés, où les couleurs conventionnelles de la carte géologique sont reprises.

GB : Le visiteur découvre ensuite les carrières de l’île. Sur quels résultats de votre recherche avez-vous choisi d’insister dans cette section ?

SZ : Après avoir initié le visiteur à l’identification des différentes roches, l’exposition montre comment chaque roche était exploitée. Sur ce point, l’apport des géologues a été essentiel, car ils ont identifié des carrières que nous n’avions pas repérées, notamment celles de gneiss qui ne présentent pas de traces d’outils. Un œil exercé les repère à des lacunes dans le paysage, mais aussi aux aménagements qui les environnent : rampes pour acheminer le matériau, cônes de déblai et murs limitant la carrière. Pour le granite et le marbre, où les traces d’outils sont plus nombreuses, il est possible de présenter les différents modes d’extraction.

JCM : Dans ce domaine aussi, notre recherche a apporté des nouveautés. En effet, les travaux sur les carrières de gneiss et de granite sont rares et nous avons beaucoup progressé dans la compréhension des techniques de leur extraction. D’autre part, nous avons identifié et cartographié pour la première fois une quarantaine de carrières à Délos, souvent de superficie très réduite. Nous avons tenu à présenter cet important résultat sur la carte géologique, mais aussi sur un écran tactile, qui permet d’accéder à des informations sur chaque carrière et sur les modes d’extraction qui y étaient pratiqués.

GB : Les édifices de Délos sont cependant construits majoritairement en pierres importées. Quelles sont les principales avancées dans ce domaine et comment sont-elles mises en valeur dans l’exposition ?

VS : Sur cet aspect, il faut insister sur la difficulté particulière présentée par les marbres, dont il est souvent difficile d’identifier l’origine à l’œil nu, tandis que le granite et le gneiss sont plus aisément reconnaissables. L’origine de bien des marbres employés dans la construction délienne demeurait indéterminée. Pour pallier cette difficulté, Tommy Vettor a analysé à l’aide d’instruments spécialisés les éléments traces de 172 échantillons de marbre, ce qui lui a permis d’identifier 90 % des provenances. Les marbres déliens, dont trois carrières ont été identifiées, sont désormais bien caractérisés : on trouve dans l’île un marbre à gros grains, mais aussi, dans la carrière du théâtre, un marbre proche à l’œil nu de celui de Naxos. Quant aux marbres importés, Tommy Vettor a montré que le marbre de Paros était très employé, mais a aussi identifié du marbre de Tinos en quantité importante.

En ce qui concerne les autres pierres, nous avons repéré dans les constructions, après L. Cayeux, un gneiss argenté mis en œuvre sous forme de grandes dalles, dont nous avons confirmé qu’il venait de l’île voisine de Rhénée. De la même façon, nous avons identifié dans la construction des schistes bleus ainsi que des prasinites ou schistes verts provenant de Tinos.

JCM : Ce travail d’identification a changé notre perception de l’architecture délienne. Pour les marbres, certaines hypothèses se sont vues confirmées – l’Oikos des Naxiens est bien en marbre de Naxos –, mais on ignorait que ce marbre était encore utilisé dans les constructions des époques classique et hellénistique. Nous avons été surpris de constater également que le marbre de Tinos était utilisé à Délos dès l’époque archaïque, par exemple pour la construction du Monument aux hexagones. Certaines identifications faites par nos prédécesseurs se sont avérées fausses : les analyses ont montré que le Temple des Athéniens n’est pas en marbre du Pentélique, mais en marbre de Paros. Enfin, des problèmes anciens ont pu être résolus : les analyses ont établi que le marbre utilisé pour le portique de Philippe vers 210 av. J.C. vient de la ville de Philippes, en Macédoine. Les avancées concernent également les autres types de roches. Ainsi le poros n’a-t-il pas seulement été importé de Rhénée et, plus encore, de Mykonos, mais aussi de Milo, d’où provient un poros de formation volcanique.

GB : Quels sont les apports de votre travail en matière d’histoire urbaine ?

JCM : La détermination précise de l’origine d’environ 95 % des roches mises en œuvre dans la construction permet d’écrire une histoire de la fabrique de la ville. Elle éclaire les choix des commanditaires déliens et étrangers.

Dans cette longue histoire, on décèle des constantes, comme l’utilisation des pierres locales ou des pierres de Rhénée dès l’époque mycénienne. En revanche, certaines pierres font leur apparition dans la construction publique à une période déterminée. C’est le cas du poros de Milo, utilisé pour la première fois dans le portique d’Antigone au milieu du iiie siècle av. J.-C., avant d’être mis en œuvre dans d’autres constructions offertes par des rois de Macédoine et enfin dans les maisons de la seconde moitié du iie s. On peut mentionner aussi les marbres d’Athènes, qui ne sont utilisés qu’à partir du moment où l’île est intégrée à la cité d’Athènes, après 167 av. J.-C., d’abord dans les propylées du sanctuaire d’Apollon, puis dans d’autres constructions athéniennes et des maisons.

Les pierres proviennent principalement des Cyclades, avec des importations de Rhénée et de Myconos toutes proches, mais aussi de Tinos, de Paros, de Naxos et de Milo. À partir du iiie s. av. J.C., les Macédoniens font venir des pierres de Macédoine, de Philippes et un peu de Thasos. La géographie des importations s’étend à Athènes à partir de 167 av. J.-C. On ne trouve en revanche à Délos pas de pierres du Péloponnèse, ni de pierres de Grèce centrale, si l’on excepte Athènes, ni de roches d’Asie Mineure. Se dessine ainsi une économie régionale à laquelle s’adaptent, la plupart du temps, les commanditaires étrangers.

Le rayon relativement limité des importations ne doit toutefois pas occulter le fait que la majorité des pierres de construction ne proviennent pas de l’île, ce qui constitue une originalité délienne. Certes, une grande partie des pierres importées vient de Rhénée, notamment pour la construction de la ville, mais nous avons montré qu’elles avaient été extraites dans la partie nord de l’île, qui n’appartenait pas à Délos. La mise en évidence d’une économie de la construction fondée sur les importations rejoint les observations faites pour les autres matériaux et pour les denrées, presque toujours importés. Délos est un grand port de commerce, à l’activité plus ou moins intense selon les périodes, mais où l’importation prime souvent sur l’utilisation des produits locaux, car les ressources du territoire sont limitées et le transport maritime est peu coûteux dans l’Antiquité.

GB : Quelles perspectives s’ouvrent, après le mois de janvier, pour l’exposition, et quels prolongements comptez-vous donner à vos recherches ?

JCM : Deux ouvrages rendront compte des résultats de nos recherches à brève échéance : un volume de synthèse sera déposé en 2024 pour une publication dans la série de l’Exploration archéologique de Délos, tandis qu’un petit guide paraîtra rapidement dans la collection Épitomè de l’EFA. Une partie des résultats sera aussi mise en ligne sur le Web-SIG de Délos (https://sig-delos.efa.gr).

L’exposition à la Villa Kérylos s’achèvera le 28 janvier. Elle sera ensuite présentée à Aix-en-Provence, dans les locaux d’Aix-Marseille Université, puis gagnera Lyon et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. À moyen terme, l’exposition sera aussi présentée en Grèce : des contacts ont été pris à Nauplie et il est prévu, en accord avec l’Éphorie des Antiquités des Cyclades, qu’elle vienne à Délos. Elle pourra s’y déployer au musée, où les panneaux seront complétés par la présentation de blocs d’architecture, et sur le site, où les visiteurs pourront reconnaître les roches sur les monuments.

L’étude générale que nous avons menée appelle des approches monographiques. Il serait souhaitable que le repérage des carrières et l’estimation des volumes extraits débouchent sur la fouille et l’étude précise de certaines carrières. La même remarque vaut pour les édifices, pour lesquels des monographies viendront préciser notre étude.

Hors de Délos, les perspectives sont nombreuses, tant certains lieux de provenance restent mal étudiés. Je pense évidemment à Rhénée, où l’étude des carrières doit être poursuivie, mais également à Mykonos. Tinos, surtout, doit retenir l’attention, car l’île a fourni beaucoup de marbre, mais aussi des schistes. Or, aucune des carrières de cette île n’a été étudiée. Une meilleure connaissance des carrières et une caractérisation des roches des Cyclades pourrait être le point de départ d’une étude de leurs exportations, qui replacerait l’économie lithique de Délos dans un cadre plus large.

Sur le plan des études architecturales, il faut étendre le travail aux autres matériaux de construction. C’est pourquoi, avec SZ, nous élaborons dans le cadre de l’IRAA un programme de recherche sur les assemblages. Nous nous trouvons, une fois de plus, dans des conditions favorables à Délos grâce aux informations livrées par les comptes de construction et à la préservation de nombreux scellements de métal ou de bois qui assujettissaient les pierres de grand appareil.

VS : J’abonde dans le sens de JCM et souligne qu’il faut compléter les bases de données sur toutes les carrières du bassin méditerranéen. Un travail de recension doit être mené à Tinos, accompagné d’une analyse géologique fine, mais aussi à Syros et peut-être à Amorgos. Il faut sortir des sentiers battus que représentent les carrières de Paros, de Naxos, du Pentélique et de l’Hymette.

SZ : Il faut aussi signaler que l’étude que nous avons menée à Délos inspire des collègues travaillant sur des carrières de granite ou de marbre dans d’autres régions. Nous attendons en retour beaucoup de leurs travaux, qui identifient d’autres techniques d’extraction et d’autres outils.

** Maître de conférences HDR en histoire de l’art et archéologie grecque, Aix Marseille Université – IRAA, IUF. Entretien réalisé le 27 novembre 2023.

1. Lucien Cayeux, Exploration archéologique de Délos. IV. Description physique de l’île de Délos. Première partie, 1911.

2. La thèse de Tommy Vettor, Provenance des marbres dans l’architecture du site archéologique de Délos en Grèce de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, a été préparée à Sorbonne Université sous la direction de Violaine Sautter et Laurent Jolivet. Financée par le programme ANR GAD, elle a été soutenue le 30 mars 2023.

3. Disponible aussi sur la chaîne YouTube de l’École française d’Athènes : https://www.youtube.com/playlist?list=PL4LMmPIO8wm4Cp1j6MsnMgnbD0YcqhuZw



Citer ce billet
Cédric Feriel (2024, 19 février). Evénement : Exposition “Délos et ses pierres : la fabrique d’une ville antique” (2023-2024). Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vv3p

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search