Jean-Denis CLABAUT, Les caves de Douai, la construction civile au Moyen Âge, préface de Pierre Demolon, Presses universitaires du Septentrion, 2007, 332 pages, 170 ills. (Dominique HERVIER)

Depuis plusieurs décennies, l’archéologie urbaine se développe considérablement et l’étude des caves permet pour certaines villes comme Douai, dont il était courant de penser jusqu’ici qu’il n’y subsistait guère de vestiges médiévaux, d’apporter des données précieuses sur leur histoire et de mieux comprendre leur évolution. Aussi, faut-il saluer l’énergie et la passion que Jean-Denis Clabaut a déployé depuis quelques années pour établir des relevés systématique, pour découvrir et analyser les caves des villes du Nord de la France. Douai bénéficie ainsi de son expérience à travers cette publication dont le titre correspond bien au contenu.

Cet ouvrage est en effet le fruit de recherches conduites à l’université de Picardie dans le cadre de la préparation d’une thèse sur les caves médiévales des villes de l’ancien comté de Flandre et il faut se féliciter de voir publier rapidement les résultats d’une recherche délicate à mener à tous égards. Un premier ouvrage de Jean-Denis Clabaut, consacré en 2001 aux caves médiévales de Lille, avait déjà révélé tout un matériel inédit sur le sujet ; avec les caves de Douai, il se confirme que la connaissance des villes médiévales passe par l’étude des caves conduite avec l’aide conjointe des textes, des ressources de l’archéologie et avec l’analyse in situ ainsi que le souligne très justement le responsable de la direction de l’archéologie de la communauté d’agglomération du Douaisis, Pierre Demolon, qui préface l’ouvrage.

S’inscrivant dans la collection « Histoire et Civilisations » des Presses du Septentrion, l’ouvrage a bénéficié des concours croisés de la Drac et de la société archéologique de la ville de Douai, ainsi que du soutien du Conseil régional Nord/Pas de Calais.

L’introduction présente un résumé de l’histoire de Douai et donne les cadres de la recherche et de l’enquête de terrain. Sur 420 maisons, l’enquête, porte à porte, a permis d’accéder à 80% des caves, ce qui donne un corpus conséquent. L’auteur souligne d’ailleurs qu’il n’est fort heureusement pas clos et peut encore s’enrichir à l’occasion de travaux urbains. Ensuite, sont successivement analysés les plans des caves (entre le XIe et le XVIe siècle), leurs matériaux, les conditions du chantier ; l’élévation, avec un chapitre très attendu sur les voûtes et un autre sur les aménagements (accès, niches, puits, ferrures, sols) dont la lecture jusqu’ici négligée est riche d’enseignement. Un précieux tableau récapitule les critères de datation de chaque cave recensée, ce qui permet à l’auteur de nous livrer une lecture interprétative des observations recueillies et de les répartir en trois groupes. Les caves du premier groupe, peu nombreuses, se caractérisent par leur inadéquation avec l’état actuel du parcellaire et par leur mise en oeuvre fruste. Des comparaisons avec des mises en oeuvre repérées à Amiens, Provins ou encore Gand ont pu inciter l’auteur à les dater de la fin du XIe ou début du XII e siècle. Le deuxième groupe (33 caves) se caractérise par des plans rectangulaire et perpendiculaire à la rue et témoigne de la période de densification maximale des constructions et de la fixation du parcellaire médiéval. Si les voûtes sont en berceau ou d’arêtes, de nombreux planchers ont pu être restitués grâce aux corbeaux et attestent d’une pratique remontant au XIIe siècle, pratique abandonnée au fil des ans au profit de voûtement en pierre résistant mieux aux incendies. Le troisième groupe, documenté à la fois par des textes et par la méthode des comparaisons stylistiques, voit apparaître des caves construites en grès, datables de la seconde moitié du XIVe siècle et du début du XVe ; elles sont voûtées d’ogives et portées par des colonnes à chapiteaux polygonaux ; ce groupe comporte également des caves voûtées en berceau, démontrant, comme le souligne l’auteur, que les structures ne peuvent être les uniques critères de datation.

 Sont ensuite abordées les fonctions et utilisation des caves (caves-carrières, cavessouterrains, caves-habitation ou refuge) et l’on sait gré à ce propos à l’auteur de clarifier la question du souterrain, mythe si répandu dans l’imaginaire des habitants. Le chapitre sur les caves comme espace économiques est un des plus riches de perspectives nouvelles, notamment dans ses liens avec l’artisanat.

Un précieux catalogue des caves classées par ordre alphabétique des noms de rue forme la partie documentaire de l’ouvrage. Il propose une fiche technique à sept entrées, illustrée pour chacune des caves de plans et de coupe qui sont malheureusement séparés des illustrations photographiques. La rubrique « Bibliographie » certes est muette en ce qui concerne la cave, mais on aurait cependant aimé savoir si le reste de l’édifice avait parfois fait l’objet d’une publication. En ce qui concerne la localisation des caves dans la ville, le lecteur dispose de deux plans. Le premier (page 23) situe les caves de un ou deux niveaux à l’intérieur de la paroisse étudiée avec les noms de rues. La seconde approche cartographique, plus détaillée (pages 319 à 324) restituent les plans de caves par zones de concentration. On regrettera seulement de ne pouvoir situer ces rues sur un plan global de la ville mais les contraintes économiques de l’édition étant ce que l’on sait, il faut se réjouir de voir publier un ensemble aussi finement analysé.

Oublions ces minimes réserves sur la forme de la publication et concluons au grand intérêt de cette étude qui réside dans une méthode d’investigation donnant à chaque détail son poids dans l’interprétation, mais qui sait rester prudente dans ses hypothèses. Tout en livrant un matériel inédit, l’auteur nous en donne les clefs de lecture et construit une typologie qui peut se révéler d’une grande utilité pour analyser d’autres terrains. Il faut souhaiter que ce type d’études et de publication puisse se généraliser pendant qu’il en est encore temps, car ces éléments difficiles d’accès sont, on le sait, très menacés par l’évolution des villes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.