Compte-rendu : “Au service de la ville. L’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, 1700-2020” (2021)

Au service de la ville. L’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, 1700-2020, Archives municipales de Lyon, Lyon, 2021, 303 p.

Compte-rendu rédigé par Laurent-Henri Vignaud.

De bonnes fées historiques s’étaient déjà penchées sur le berceau de l’Académie de Lyon, depuis sa première histoire publiée par l’un de ses académiciens en 1839 jusqu’à l’étude pionnière de Francisque Bouiller (1878) qui permit ensuite les travaux sur les « Lumières provinciales » de Roger Chartier (1969) et de Daniel Roche (1978), poursuivis aujourd’hui par ceux de Pierre Crépel. Son origine est pourtant tortueuse, comme celle de pratiquement toutes les académies de province du xviiie siècle qui naissent de la concurrence entre cercles savants tenus par les notables du lieu. Une première académie dite « des Sciences et Belles-Lettres », comptant seulement sept membres et menée par l’avocat Brossette, apparaît en 1700, rapidement menacée par une académie « des Beaux-Arts » constituée en 1713. La première n’a de scientifique que le nom et accueille bon nombre de professeurs du collège jésuite de la Trinité ; la seconde, fondée par le mathématicien et musicien Jean-Pierre Christin, ne tarde pas à relever le flambeau des sciences en 1736 et s’organise en trois classes : mathématiques, physique et arts. Entre-temps, en 1724, des lettres patentes ont été accordées par le roi en vue de réunir les deux compagnies. C’est chose faite en 1758. L’Académie « des Sciences, Belles-Lettres et Arts » est ensuite rétablie en 1800 après la suppression de 1793, pour être toujours active de nos jours.

Cet ouvrage est le catalogue d’une exposition présentée aux Archives municipales de Lyon de mai à septembre 2021. Il replace l’activité de l’Académie dans l’espace urbain lyonnais, au xviiie siècle où elle participe de « l’idéologie de l’amélioration et de la réforme » propre à l’esprit des Lumières, puis au xixe siècle dans un contexte marqué par le triomphe des sociétés savantes, en lien étroit avec les transformations économiques et politiques, enfin au xxe siècle, dont le catalogue ne nous dit pas assez s’il faut le considérer – ainsi qu’il est probable – comme un siècle de déclin ou si l’institution lyonnaise se singularise encore par sa vitalité en comparaison des autres académies que l’État centralisateur appela « provinciales ». L’ouvrage est découpé en chapitres thématiques : histoire, urbanisme, économie, éducation, sciences, médecine, vie littéraire, arts et patrimoine.

Lyon avait bien des atouts qui devaient rendre son académie fertile : c’est une antique capitale historique, religieuse, commerciale, industrielle et culturelle. Sous l’Ancien Régime, l’Académie participe à la vie urbaine, comme ses consœurs, en favorisant les recherches sur les ponts, les cimetières, le pavage des rues, l’adduction en eau potable, l’inoculation variolique, etc. : en tout, quarante-six sujets de concours entre 1758 et 1793, sans compter les mémoires des académiciens lus en séance. Le concours de 1784 sur la manière « la moins dispendieuse et la plus efficace de diriger à volonté les machines aérostatiques », nanti d’un prix de 1 200 livres, est resté célèbre à défaut d’être unique en son genre. Le xixe siècle offre encore une centaine de ces occasions d’émulation savante, littéraire et parfois morale. Le grand chantier urbain est alors à l’aménagement de la presqu’île de Perrache et au viaduc, achevé en 1847, permettant l’arrivée du train Paris-Marseille. En 1800, le troisième consul Lebrun fonde un prix qui porte son nom et récompense les inventeurs de « nouveaux procédés avantageux pour les manufactures lyonnaises ». Les médailles pleuvront jusqu’en 1914.

Un intéressant chapitre (p. 68-85) entreprend de brosser le portrait social et politique de l’Académie au xixe siècle. On y apprend, sans réelle surprise mais avec des détails bien précieux, le conservatisme de la compagnie dans une ville marquée à la fois par le poids de sa bourgeoisie d’affaires et industrielle et par une école de spiritualité catholique, via les disciples d’Ozanam et de Ballanche. Nombreux sont les académiciens poursuivis durant la Terreur. Une fois la société rétablie, l’opinion des académiciens se partage entre un bonapartisme plus ou moins sincère et un légitimisme appuyé dont la limite n’est atteinte qu’avec les lois sur la presse de Charles X, contre lesquelles les académiciens protestent officiellement et courageusement en 1827. En 1830 encore, le premier directeur du Musée des Beaux-Arts, François Artaud, dont l’œuvre archéologique est marquante, refuse de prêter serment au nouveau régime et démissionne (p. 271-295). Par la suite, les membres de l’Académie se tiennent à distance des manifestations ouvrières, des lois sur l’école ou de celle sur la séparation de l’Église et de l’État. Cela n’empêche pas un véritable souci philanthropique de s’exprimer, notamment en matière d’éducation. Ici, le cas lyonnais éclate dans toute son originalité : la ville est longtemps dépourvue d’université quoique dotée d’un collège jésuite réputé, comme tant d’autres, mais c’est l’initiative d’un officier de la Compagnie des Indes, le major général Claude Martin, qui fait date par la création en 1833 d’une école de formation professionnelle (tournée vers l’industrie textile) nommée La Martinière, connue pour ses méthodes pédagogiques novatrices (p. 92-101). Ses meilleurs élèves peuvent tenter à partir de 1857 l’entrée à l’École centrale ou plus tard, après 1883, à l’École Supérieure de Chimie industrielle de Lyon. La forte présence de « fils de » du milieu des affaires parmi les académiciens facilite ce dynamisme éducatif au service du riche tissu industriel et commercial de la ville. Si l’enseignement de La Martinière s’ouvre aux filles après 1879, ce n’est cependant pas à l’exemple de l’Académie, qui reçoit sa première académicienne en… 1987 (p. 82-85).

Les liens académiques avec les milieux d’affaires expliquent l’effervescence des recherches dans le domaine de la mécanique, de la chimie, de la pharmacie et de la médecine humaine et vétérinaire à Lyon tout au long des xixe et xxe siècles (p. 106-167). Pravaz, inventeur de la seringue, Lacassagne et surtout son élève Locard, fondateurs des principes modernes de la médecine légale, Chauveau, pour la cardiologie, Lortet, directeur du Museum en 1869 et premier doyen de la jeune faculté de médecine en 1877, Bottex et ses successeurs Rollet, Gaté et Thiers, brillants représentants de la vénérologie, Grignard (Prix Nobel 1912) et Mérieux, pour la chimie, sont tous des académiciens. À côté, l’activité littéraire et artistique de l’Académie ferait presque pâle figure.

Pourtant, les débuts étaient prometteurs comme en témoigne le débat entre Rousseau et Charles Borde sur « l’utilité des sciences et des arts » et le haut-patronage de Voltaire (p. 174-179) qui était membre associé, en compagnie de Bernoulli, Buffon, Lalande, Maupertuis, Franklin, Monge, etc. Mais au siècle suivant, celui de la poésie, Lyon ne produit rien de grand, à l’exception de quelques poèmes de Laprade, Soulary ou Pize. La presse, en revanche, dans une ambiance très balzacienne où les journaux se font la guerre selon leur couleur politique, est un secteur prospère (p. 189-199). La sculpture néoclassique et la peinture pompière donnent de belles pièces mais c’est surtout l’école de dessin, fondée en 1756, encore et toujours en lien avec l’industrie, notamment celle de la soierie, qui se montre remarquable (p. 210-212). Les domaines de l’architecture (Soufflot) et de la musique (Dumas, George-Hainl, Martin-Witkowski, Duchamp, Vallas) s’illustrent également. Ici, nous en sommes réduits au catalogue des « génies » puisque ces chapitres ne nous permettent pas d’en dire davantage.

L’ouvrage s’achève par l’examen du patrimoine de l’Académie (p. 252-295), avec d’intéressantes pages consacrées à François Artaud (1767-1838), céramologue réputé et pionnier dans l’expertise archéologique des mosaïques, à l’origine de la collection municipale d’antiques et de médailles. Il faut relier ce chapitre à l’un des tout premiers, consacré aux antiquités lyonnaises (p. 14-29). Plusieurs monuments célèbres, comme la mosaïque du cirque, la table claudienne, l’autel taurobolique, les aqueducs ou l’autel de Rome et d’Auguste ont mobilisé les « antiquaires » et plus tard les archéologues, tous ou presque académiciens, donnant naissance à une remarquable école de fouilles et d’épigraphie, toujours active et dont l’un des représentants au xxe siècle fut Amable Audin, descendant d’une famille d’imprimeur et auteur d’une fameuse Topographie de Lugdunum (1956). Le dernier document offert à la lecture (p. 292-295) est une lettre sur les hiéroglyphes écrite par Champollion à son ami Artaud en septembre 1820.

Comme catalogue d’exposition, l’ouvrage remplit son rôle par ses notices riches et détaillées. L’ampleur des activités académiques aux xixexxe siècles laisse présager de nouvelles études qui compléteront celles sur l’Ancien Régime écrites par Roger Chartier et Daniel Roche. Les académies « provinciales » n’ont pas fini de faire parler d’elles.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cédric Feriel (11 mars 2024). Compte-rendu : “Au service de la ville. L’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, 1700-2020” (2021). Histoire Urbaine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w03s


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search