Compte-rendu : Sylvain Schoonbaert (coord.), “Des ponts et des villes : histoire d’un patrimoine urbain” (2023)

Sylvain Schoonbaert (coordonné par), Des ponts et des villes : histoire d’un patrimoine urbain, Mérignac, Ville de Bordeaux et Bordeaux Métropole, 2023.

Compte-rendu rédigé par Nathalie Montel

Cet ouvrage est l’une des principales traces imprimées d’un ensemble de manifestations destinées à célébrer, en 2022, le bicentenaire du premier pont de pierre de Bordeaux1. Il rassemble les communications de deux journées d’études traitant des relations entre les villes et leurs ponts, organisées conjointement par les services urbains de l’agglomération (Ville de Bordeaux et Bordeaux Métropole) et l’université Bordeaux-Montaigne. Tiré à 500 exemplaires et diffusé gratuitement, ce livre de 320 pages est aussi publié sur le site des presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine en accès libre2.

Même s’il n’est pas totalement inédit, le parti pris est original : il s’agit de considérer les ponts comme des objets d’histoire urbaine et d’interroger la diversité des liens qui unissent ces ouvrages d’art à leur environnement citadin3. Quel rôle jouent ces édifices particuliers en ville et dans quelle mesure ces infrastructures de transport influent-elles sur l’évolution de la configuration urbaine ?

Pour répondre à ces questions, le livre réunit quatorze articles répartis en trois parties, chacune examinant un moment particulier du rapport de la ville à ses ponts. Intitulée « villes sans ponts, villes de ponts », la première partie regroupe cinq articles, qui font voyager le lecteur dans le temps et l’espace : de Saintes entre 1560 et 1843 (Éric Grosjean) à Amiens aux périodes médiévale et moderne (Christophe Cloquier), en passant par Cahors aux xiiie et xive siècles (Anne-Charlotte Javonena) et Montpellier à la fin du Moyen Âge (Geneviève Dumas et Lucie Galano). Dans ces villes traversées par des rivières, ce sont les multiples fonctions, tant pratiques que symboliques, des ponts mais aussi leurs évolutions dans le temps que soulignent notamment les contributions. Elles montrent également que le pont tout à la fois désenclave les cités – leur permettant d’ouvrir des espaces à l’urbanisation ou de communiquer avec un ailleurs parfois lointain – cloisonne le territoire urbain.

Dans la deuxième partie, baptisée « ponts de papier, ponts rêvés », les auteurs dressent le portrait et détaillent les projets de concepteurs de ponts : les ingénieurs des ponts et chaussées Le Ragois de Saint-André (Florian Grollimund) et Claude Deschamps (Stéphane Blond), qui, respectivement au xviiie et xixe siècle, imaginent des ouvrages d’art pour relever le défi du franchissement de la Garonne à Bordeaux, mais aussi l’architecte Henri Prost qui en 1950 conçoit un pont-promenade pour le Grand Paris (Corinne Jaquand) et l’ingénieur Jean-Antoine Giral qui étudie le projet d’un ouvrage en maçonnerie de forme inédite pour les États du Languedoc (Catherine Isaac).

Avec la troisième partie, « Après les ponts : restaurations, valorisations », les investigations historiennes cèdent le pas à des préoccupations plus contemporaines, exprimées par un ingénieur et des professionnels de la conservation ou de l’animation du patrimoine. Cinq contributions interrogent les dynamiques plurielles de la patrimonialisation, les modalités de restauration ou les nouveaux usages d’ouvrages d’art, situés respectivement à Rochefort (Florence Dubois et Frédéric Chasseboeuf, puis Christophe Bourel Le Guilloux), Bordeaux (Christophe Batard), Saint-Nazaire (Emmanuel Mary) et Rennes (Mathieu Cardin). Reflets des techniques de construction et valeurs esthétiques d’une époque révolue, ces infrastructures de transport sont adaptées, au fil du temps, aux nouvelles mobilités.

Dans chacune des trois parties, un « cahier » s’ajoute aux articles. Là, les images prennent le pas sur les textes, consacrés successivement à une restitution numérique du pont d’Avignon (Marc Andrieu), à un retour sur l’exposition organisée pour les 200 ans du pont de pierre de Bordeaux (Sylvain Schoonbaert) et à la candidature de Porto pour l’inscription de ses six ponts métalliques sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco (Rui Ramos Loza). Dans ces trois exemples, les ponts sont devenus emblématiques des cités dans lesquelles ils ont été édifiés.

Actes de colloque, l’ouvrage n’échappe pas à la loi du genre : les contributions sont inégales, tant sur la forme que sur le fond. Certains textes auraient mérité d’être davantage soignés et leurs références plus systématiquement vérifiées, tandis que le propos d’autres s’éloigne de la problématique générale proposée, traitant plus classiquement des modalités et enjeux de la construction de ponts, la ville ne constituant alors plus qu’un cadre d’action. Dans ce livre foisonnant, à l’iconographie abondante, la pluralité d’approches offre néanmoins des pistes de réflexion éclairant le rôle joué par les ponts dans les transformations sociales et matérielles des villes d’hier et d’aujourd’hui. Les considérer comme des équipements participant activement aux dynamiques urbaines constitue sans conteste une perspective stimulante, dans laquelle pourront s’inscrire de nouvelles recherches s’intéressant tant au passé qu’au futur des villes et de leur aménagement.

1. Signalons également Frédéric Laux (sous la direction de), Le temps des ponts. Quatre siècles de défis bordelais. Histoires des franchissements de la Garonne du xviiie au xxie siècle, Bordeaux, Le Festin/Archives Bordeaux Métropole, 2022.

3. Isabelle Backouche, « Le rôle des ponts dans la différenciation de l’espace urbain parisien à la fin de l’Ancien Régime », dans Annie Fourcaut (sous la direction de), La Ville divisée. Les ségrégations urbaines en question. France xviiie-xxe siècles, Paris, Créaphis, 1997, p. 49-67.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2024, 11 mars). Compte-rendu : Sylvain Schoonbaert (coord.), “Des ponts et des villes : histoire d’un patrimoine urbain” (2023). Histoire Urbaine. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w03t

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search