Compte-rendu : Bécot, Devienne, Fournier, Frioux, Mathis, Rainhorn (dir.), “Le chemin, la rive et l’usine. Faire de l’histoire environnementale avec Geneviève Massard-Guilbaud” (2023)

Renaud Bécot, Elsa Devienne, Patrick Fournier, Stéphane Frioux, Charles-François Mathis, Judith Rainhorn (dir), Le chemin, la rive et l’usine. Faire de l’histoire environnementale avec Geneviève Massard-Guilbaud, Paris, Presses des Mines, 2023.

compte-rendu rédigé par François Jarrige

Geneviève Massard-Guilbaud a joué un rôle important dans l’essor de l’histoire environnementale francophone à l’aube du xxie siècle. Venant de l’histoire sociale et de l’immigration après une thèse sur les Algériens à Lyon soutenue en 1989, elle opère peu à peu un tournant vers l’histoire environnementale en engageant le premier travail empirique de fond sur l’histoire des pollutions industrielles en France. Plongeant dans les nombreux dossiers des établissements classés conservés dans les archives départementales, elle reconstitue alors les cycles de pollutions industrielle du xixe siècle, leurs impacts et les multiples enjeux soulevés par leur régulation, initiant une riche moisson de travaux sur ces thèmes longtemps marginalisés.

Mais Geneviève Massard Guilbauld a aussi joué un rôle majeur dans la structuration du champ de l’histoire environnementale et sa reconnaissance, notamment en publiant une série de textes historiographiques qui rappelaient l’ancienneté de ces débats et les héritages de l’école des Annales et de l’étude des « milieux ». Elle a aussi contribué à l’institutionnalisation de ce nouveau champ après sa montée de Clermont-Ferrand à Paris lors de son élection sur la première chaire d’histoire environnementale ouverte à l’EHESS en 2005. Dans les années qui suivent, elle anime un séminaire stimulant où se croisent de jeunes historiennes et historiens préoccupés par les enjeux écologiques et navrés de l’absence de ce thème dans les institutions académiques françaises. Elle contribue aussi à fonder dans la foulée l’European Society for Environmental History en 2007 et le réseau de chercheurs en histoire environnementale (RUCHE) en 2008.

C’est pour rendre hommage à ces diverses facettes du travail de l’historienne que les éditrices et éditeurs de ce volume, toutes et tous proches de Geneviève Massard-Guilbaud, ont rassemblé les 13 textes qui composent ce volume, autour des quatre thématiques qui ont structuré son œuvre : les mobilités et migrations, les aménagements hydrauliques, les pollutions et la question de l’urbain. Il faut souligner l’ampleur thématique, spatiale et temporelle des études réunies qui couvrent une large gamme de situations entre la France, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni, Cuba, du xvie siècle à nos jours. L’ensemble regroupe des études de cas et des monographies situées mais aussi des contributions plus épistémologiques et historiographique autour des enjeux de l’écriture de l’histoire sociale et environnementale au xxie siècle.

La première partie, intitulée « Exodus », rappelle d’abord les premières enquêtes sur les migrations et les populations immigrées. À l’heure où les changements environnementaux ne cessent d’aggraver les crises et d’imposer des déplacements à des populations vulnérables, Anne-Marie Granet revient ainsi sur la façon dont « les risques naturels interrogent les mobilités », à partir du cas alpin qu’elle connaît bien et en invitant à sortir des clichés tenaces sur les montagnards. Emmanuel Dupit revient plus précisément sur les apports du travail de G. Massard-Guilbauld sur les « Algériens à Lyon » en explorant la question de l’aide et de l’assistance aux populations nord-africaines dans la ville durant la seconde Guerre Mondiale.

La deuxième partie intitulée « Voies d’eau » concentre le regard sur la question des aménagements hydrauliques qui a été au cœur des préoccupations les plus récentes de l’historienne. Son dernier chantier, encore inachevé, porte en effet sur l’histoire de l’aménagement de l’estuaire de la Loire et du port de Nantes et ses conséquences sur la ville, ses paysages et les relations de pouvoir en son sein. Petra J. E. M. Van Dam revient ainsi sur les débats incessants autour de la qualité des eaux de surface dans les villes hollandaises depuis la fin du Moyen Âge. Stéphane Durand explore l’aménagement du littoral languedocien à travers la construction du « canal des étangs » au xviiie siècle, et les impasses sociales et environnementales que rencontrent les projets des ingénieurs. L’historien belge Tim Soens termine en explorant « How the Vesdre was Lost » : la rivière la Vesdre fut en effet au cœur de la Belgique industrielle au xixe siècle, les rejets et aménagements ont transformé l’environnement, accru les inondations malgré les dénis des manufacturiers, en creusant les injustices environnementales qui se font encore sentir aujourd’hui.

La troisième partie explore ce qui a été au cœur de la contribution de Geneviève Massard Guilbaud à l’histoire environnementale, ces pollutions dont elle a montré qu’elles n’étaient pas des conséquences malheureuses et regrettables du progrès, mais des choix délibérés imposés par les intérêts industriels. Plusieurs études reviennent ainsi sur les « trajectoires des pollutions », celle de Pablo Corral-Broto suit ainsi l’influence du décret de 1810 sur les établissements classés dans l’espace ibérique et à Cuba, alors que Olivier Saint-Hilaire examine la mémoire de la catastrophe d’AZF à Toulouse et les logiques d’invisibilisation des enjeux environnementaux. Thomas Le Roux, dans une démarche plus réflexive, interroge avec lucidité les enjeux politiques de l’écriture de l’histoire à l’ère des bouleversements environnementaux globaux et observe que Geneviève Massard-Guilbaud a fait le choix – au nom d’une certaine conception de la science – de se mettre en retrait des débats politiques et médiatique sur le sujet (p. 117). Fabien Bartolotti, Xavier Daumallin et Olivier Raveux reviennent de leur côté sur la trajectoire du laboratoire historique Telemme, de l’Université d’Aix-Marseille, initialement consacré à l’histoire économique et qui s’est peu à peu tourné vers la prise en compte des enjeux environnementaux en relisant notamment à cette aune l’évolution des calanques et de la région marseillaise.

La dernière partie consacrée à « l’environnement urbain, à la croisée des chemins » regroupe des textes avec une tonalité plus historiographique sur les renouvellements de l’histoire urbaine au prisme des enjeux environnementaux. De façon originale, Richard Rodger analyse ainsi comment l’essor des loisirs urbains, et notamment des pratiques sportives, a contribué au verdissement des villes modernes comme Edimbourg avec la multiplication des terrains plantés. Dieter Schott et Christoph Bernhardt, deux collègues allemands avec lesquelles Massard-Guilbaud a beaucoup collaboré, rappellent le rôle important de Geneviève Massard-Guilbaud dans la structuration d’un réseau international de chercheurs en histoire environnementale de l’urbain et dans les échanges transnationaux sur ces thématiques à l’occasion de nombreux colloques et publications collectives. Ils reviennent sur la contribution de l’historienne à quelques débats et enjeux clefs de l’histoire urbaine de l’environnement, autour des protestations des riverains, des « désastres urbains », ou de l’approche comparée des régulations des activités insalubres en ville.

Le dernier chapitre rédigé par Sabine Barles, et qui peut aussi être vu comme une conclusion, est sobrement intitulé « Transitions ? ». Il propose une réflexion sur les limites et l’utilité du concept de transition appliqué à l’histoire, alors que la notion s’est installée au cœur des politiques publiques et qu’elle est contestée par des travaux récents en histoire de l’énergie. Refusant d’abandonner la notion « aux définitions normatives et ou instrumentalisantes » actuelles (p. 233), elle la défend au nom de ses vertus heuristiques et politiques.

On le voit, ce volume d’hommage est foisonnant comme souvent avec ce type d’exercice. Il offre un bilan riche et utile de l’historiographie environnementale du début du xxie siècle en suivant la trajectoire d’une historienne qui a marqué de son empreinte la nécessaire écologisation de l’écriture l’histoire.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2024, 11 mars). Compte-rendu : Bécot, Devienne, Fournier, Frioux, Mathis, Rainhorn (dir.), “Le chemin, la rive et l’usine. Faire de l’histoire environnementale avec Geneviève Massard-Guilbaud” (2023). Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w03u

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search