Philippe Dailgader, De vrais citoyens. Violence, mémoire et identité dans la communauté médiévale de Perpignan, 1162-1397, traduit de l’anglais par A.Catafau, Canet, Éditions Trabucaire, 2004 (Marie-Thérèse Lorcin)

Écrit en anglais, publié aux Pays-Bas, on pouvait craindre que l’ouvrage de ce collègue américain ne reste mal connu en France, comme le fut de celui de Richard Emery. Le voici traduit. Ce livre a le mérite de poser des questions nouvelles à des sources aussi classiques que les chartes de franchises, registres notariés et documents fiscaux. L’auteur, certes, s’appuie sur les recherches antérieures (cf. la bibliographie p. 255-267, dont environ 40 % de titres en français et 30% en anglais). Mais il tente une synthèse d’histoire sociale et politique en demandant : ces « true citizens », qui étaient-ils et qui croyaient-ils être ?

Le citoyen de Perpignan est désigné par les mots homo ou habitator, jamais par cives, car la ville ne fut jamais évêché. Deux choses le définissent : il jouit des privilèges et usages de sa ville ; il a le droit d’être défendu, lui et ses biens, par les autres citoyens formés, si besoin est, en troupe armée, la ma armada. C’est ce qui fait la force et l’originalité du système, revendiqué avec obstination. L’attachement à cet archaïsme, légitimant la vengeance et s’opposant à l’établissement de la Paix de Dieu comme de la Paix royale, valut à la cité nombre de conflits avec ses princes, puis le silence gêné des historiens du XIXe siècle. L’histoire de Perpignan en effet a surtout souligné le rôle économique de la ville qui, pendant le Moyen Âge central, devint un des grands centres commerciaux et manufacturiers de la Méditerranée occidentale. Des pages nombreuses furent aussi consacrées à l’étude des relations entre chrétiens et juifs. Perpignan participa en effet à la vague de pogroms qui balaya la péninsule Ibérique et franchit les Pyrénées en 1391.

Analysant la charte communale, ses confirmations et ses variations, l’auteur voit dans ces épisodes un dialogue entre histoire et mémoire. Le chapitre 5 s’intitule « l’oubli ». À travers une histoire troublée, on constate que les citoyens de Perpignan se déclarent farouchement attachés aux traditions et ne cèdent rien lorsqu’il s’agit de la défense. En revanche, ils acceptent, voire ils demandent, des modifications lorsque la conjoncture économique l’impose. Ainsi l’article 30 de la charte garantit la liberté d’exporter les grains. Mais en temps de pénurie et de conflit avec les autres villes, les consuls prennent comme partout les mesures d’urgence pour assurer l’approvisionnement. La notion de citoyenneté elle-même évolue sous la pression des circonstances. À l’origine, les citoyens devaient non seulement prêter serment à la charte, mais faire résidence continue en ville, sauf pour accomplir des travaux agricoles hors les murs. L’évolution de l’économie et l’afflux d’immigrés rendirent cette disposition de plus en plus difficile à maintenir. La résidence imposée aux nouveaux venus fut progressivement réduite à une période de cinq ans, puis aux quatre principales fêtes religieuses. Mais alors qu’en 1322 encore, un citoyen n’était pas obligé de posséder un bien en ville, la propriété devint au cours de la seconde moitié du XIVe siècle une des bases de la citoyenneté. En 1368, ceux qui possèdent des biens dans et hors la ville n’ont plus à résider que pendant le tiers de l’année et aux quatre fêtes. En 1397, la non résidence entraîne une amende, mais ne fait plus perdre la citoyenneté.

La défense est un sujet sensible. L’histoire troublée de la région l’explique en partie seulement. Le texte fondamental dit ceci : si un non citoyen cause du tort à un citoyen, celui-ci se plaindra aux consuls et au batlle (bailli) qui convoqueront le coupable. Si celui-ci refuse de comparaître, consul et batlle et tous les citoyens en armes pourront s’en prendre au malfaiteur, cela en toute impunité. Cette légalisation de la vengeance s’appelle la ma armada.

Le prince (roi de Majorque, roi d’Aragon), tenta à plusieurs reprises de supprimer cette coutume en réactivant la Paix royale comme dans toute la Catalogne. Succès mitigé et peu durable. Les citoyens préféraient l’auto-défense. Au XIIIe siècle, le roi réussit à imposer que l’armée des citoyens soit commandée par le batlle et non par les consuls élus. L’intégration au royaume d’Aragon en 1344 entraîna un recul du pouvoir princier sur ce point parce que le roi avait besoin de gagner des fidélités. Il fit simplement payer cher la confirmation de la charte (5000 florins, et par deux fois). Vers 1400 encore, la tradition de la ma  armada est solidement implantée et les consuls en ont repris la direction.

Les Juifs n’étaient en aucun cas des citoyens. Ils formaient comme dans toutes les villes du royaume une communauté propre, l’aljama judeorum, mentionnée dès 1260. Ils habitaient un quartier, le call, dont ils pouvaient fermer les portes. Les chrétiens leur étaient hostiles pour diverses raisons, dont les dettes contractées auprès des prêteurs juifs. L’auteur passe en revue les divers aspects de la marginalisation physique et de la marginalisation juridique ainsi que leurs limites. On ne voit pas bien si le pogrom de 1391 est simplement l’extension d’une vague de violences venue du sud ou s’y ajoutaient des facteurs propres à Perpignan. Quel rôle jouèrent les cadres ecclésiastiques ? La ville avait alors quatre paroisses et quatre couvents de Mendiants, dont il n’est pas question. L’hostilité envers les prêteurs juifs est-elle le fait des seuls débiteurs, ou s’était-il développé un commerce concurrent de l’argent géré par des chrétiens ?

Chose certaine en revanche, aux rivalités traditionnelles entre citoyens et non citoyens, entre chrétiens et juifs, se développaient d’autres oppositions, sources de conflits parfois aigus. L’accès au consulat, comme dans les autres villes de Catalogne, avait tendance à se fermer, alors que les marchands et les artisans avaient pour eux le nombre et l’évolution économique. Sur une quinzaine de corporations rassemblant chacune plusieurs métiers, les professions les mieux représentées étaient les bourgeois (rentiers), les marchands et les pareurs de drap. Les chefs de corporations les plus actives réclamaient une part du pouvoir, dont le droit d’élire les consuls. Derrière eux s’agitait comme partout une foule de travailleurs sans qualification guettés par le chômage et les épidémies. Les troubles sporadiques se multiplièrent pendant la période 1378-1382, que Ph. Wolff et M. Mollat appelèrent « les années révolutionnaires ». À Perpignan, la grande explosion se produisit en 1391-1393, où le pogrom ouvrit la porte à des violences répétées et pas seulement aux dépens des juifs. Le déferlement de la férocité effraya les consuls qui demandèrent au roi l’autorisation d’imposer aux citoyens de prêter le serment communal, un peu oublié. Faute de sources narratives, la nature et la gravité des violences commises n’apparaissent qu’indirectement (listes de biens pillés qu’il faut rendre, nombre de condamnations à la peine capitale quand la répression s’abat). Au seuil du XVe siècle, la solidarité sur quoi reposait la bonne marche du système ancien semble avoir disparu, mais la ma armada reste en vigueur.

Le terme violence figure dans le titre de l’ouvrage, et l’on voit que ce n’est pas un vain mot.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.