Evenement: “Villes en Gironde au Moyen-Âge”. Archives départementales de Gironde. 28.11.23 – 07.04.24

Exposition, événements :

 

Villes en Gironde au Moyen Âge, Archives départementales de la Gironde

28 novembre 2023 – 7 avril 2024

 

Entretien avec Sylvie Faravel, commissaire de l’exposition, maîtresse de conférences en histoire et archéologie médiévales à l’université Bordeaux Montaigne (Ausonius, UMR 5607).

1er février 2024

Entretien réalisé par Sylvain Schoonbaert et Florian Grollimund1

 

Sylvain Schoonbaert : D’où est née cette idée d’une exposition sur les villes médiévales en Gironde ? Y avait-il une occasion particulière à célébrer ?

Sylvie Faravel : Il y a plus de 50 ans qu’une exposition n’avait pas été consacrée au Moyen Âge aux Archives départementales de la Gironde. Elle avait été organisée avec la Société archéologique de Bordeaux, pour son centenaire je crois, et encore ne concernait-elle pas seulement cette période. C’était peut-être à l’époque du doyen Yves Renouard (1908-1965) ou Charles Higounet (1911-1988), représentants d’une grande époque de l’histoire urbaine médiévale à Bordeaux. Agnès Vatican, directrice des archives, a donc passé cette commande au laboratoire Ausonius de l’université Bordeaux Montaigne, avec le soutien du Conseil départemental.

Sylvain Schoonbaert : L’entrée de l’exposition est marquée par le territoire administratif actuel de la Gironde et explique les découpages des diocèses médiévaux. Est-ce facile d’expliquer tout cela au grand public ?

Sylvie Faravel : Parler de la Gironde au Moyen Âge est un anachronisme mais il s’agissait de mettre en valeur les fonds des Archives départementales. Nous avons passé beaucoup de temps à discuter du titre de l’exposition. À un moment, nous voulions parler de la « Guyenne girondine », même si c’était l’idée, le public n’allait pas forcément en comprendre d’emblée l’assise territoriale. La Gironde existe au Moyen Âge, mais ce terme désigne l’estuaire et aussi la Garonne maritime, quasiment jusqu’à La Réole. L’introduction explique ainsi le choix de mettre en valeur les archives du département dans un territoire et à une période connus, avec toutes les frustrations que cela suppose. Ici, dans les voûtes Poyenne, nous avons été limités par l’espace, le nombre de vitrines, de documents à emprunter ou exposer… mais le panorama me semble assez complet.

 

Figure 1 : Vue de l’exposition dans les voûtes Poyenne des Archives départementales de la Gironde. Cliché AD33.

 

Sylvain Schoonbaert : Parmi les nombreux documents exposés, des ouvrages rares sont issus des collections des Archives départementales de la Gironde, mais aussi d’autres centres d’archives : faute de représentations graphiques d’époque, les sources textuelles en particulier ne sont-elles pas difficiles à appréhender par nos contemporains ?

Sylvie Faravel : L’idée était d’avoir des documents compréhensibles par le public mais de ne pas montrer que des textes. Comme il n’y a pas de plans, pas d’images pour le Moyen Âge, sauf quelques enluminures que nous avons empruntées par exemple avec des reproductions des Archives nationales, nous avons été obligés de piocher dans la documentation moderne. Comme nous sommes tous de l’école de Jean-Bernard Marquette, nous ne pouvons pas travailler sans plans, sans cartes. Nous avons donc emprunté dans la documentation planimétrique moderne et les cadastres napoléoniens qui donnent à voir une image la plus proche possible du Moyen Âge.

Sylvain Schoonbaert : Comment avez-vous, avec l’ensemble du comité scientifique, imaginer cette exposition multisite, qui aborde aussi des thèmes qui dépassent l’histoire urbaine ?

Sylvie Faravel : L’exposition se décline en six parties prises en charge par toute une équipe (Frédéric Boutoulle, Ézéchiel Jean-Courret, Nathalie Crouzier-Roland, Sandrine Lavaud et moi-même). Il s’agit d’un Moyen Âge restreint, puisque nous n’avons pas de documents avant le XIe siècle, et encore, nous n’avons qu’un seul document de cette époque. La plupart sont du XIIe au XVe siècle pour les documents médiévaux et ensuite jusqu’au XIXe siècle pour les documents d’archives que nous avons utilisés. La première partie explique que les deux cités de Bordeaux et Bazas, sont les seules villes antiques avérées à l’origine du développement du réseau des villes ultérieures. L’une des premières cartes du département de la Gironde conservée aux Archives de Bordeaux Métropole montre le réseau urbain hérité à la fin de l’Ancien Régime. Le réseau des communes et des villes qui sont devenues des chefs-lieux d’arrondissement, Bordeaux, Blaye, La Réole avant qu’elle ne soit supplantée par Langon ; ce réseau est le reflet de celui des gros bourgs et des petites communes, dont certaines se retrouvent dans l’exposition car elles sont documentées et d’autres au contraire pas du tout. Ainsi, de nombreux habitants qui auraient souhaité voir parler de leur commune dans l’exposition seront déçus car beaucoup n’y figurent pas. Mais l’on signale aussi que certaines villes, comme Pommiers, qui est une ville à la Révolution, n’a plus, trente ans après, aucune maison : elle a disparu. Le réseau de ce que l’on considérait comme des villes au Moyen Âge a beaucoup évolué au XIXe siècle, surtout au sud Bazadais, le professeur Marquette les avait d’ailleurs étudiées, Aillas-le-Vieux, Pommiers… Nous n’avons pas vraiment fait la liste, j’en connais une grosse dizaine, mais il y a aussi toutes les bastides2 qui sont censées avoir été fondées au Moyen Âge mais qui n’ont peut-être jamais existé. Ce travail n’a pas été fait.

La carte moderne de Desmarais (1759), où l’on peut se promener sur un écran numérique, permet de constater que le territoire de la Gironde au Moyen Âge est d’abord un territoire rural composé de hameaux et d’habitats dispersés, de fermes : la ville est l’exception. Les petites vignettes de cette carte montrent les agglomérations du Médoc sur lesquelles on ne sait rien. Et avec ses erreurs, comme Castillon-de-Médoc, mentionnée comme le siège de la fin de la guerre de Cent Ans, par confusion avec Castillon-sur-Dordogne. La ville de Blaye, représentée sous deux états, dont l’un avant les fortifications de Vauban, se rapproche le plus de la ville médiévale. Une autre carte exceptionnelle du XVIIIe siècle, conservée aux Archives départementales des Yvelines, montre l’état de la ville de Langon telle qu’elle devait être au Moyen Âge, avec le nom de tous les propriétaires. Nous avons le plan de cet arpentement, mais pas le texte. À Castillon, nous avons un plan « brouillard » ; ici, nous avons le plan mis au propre. À Sauveterre-de-Guyenne, le plan terrier de 1739 permet de remonter aux origines de propriété du Moyen Âge, il est curieusement découpé à l’intérieur seulement des murs de la bastide, comme s’il n’existait rien autour. L’exposition a été l’occasion d’une très belle restauration de ce plan, étudié et publié dans les années 1980 par Anne-Marie Cocula, historienne spécialiste de l’Aquitaine et de la Dordogne.

 

Figure 2 : Plan terrier de Sauveterre, 1739 (AD Gironde, 2 Fi 6059).

 

Pour Libourne, nous avons un enregistrement du texte de l’arpentement, mais pas le plan. Sans numérotation des maisons dans les rues, la description se fait par déambulation et selon les confronts3 et, dans une bastide, c’est assez simple de s’orienter et de reconstituer la topographie, avec le nom des rues, les monuments, les points de repères. Au XVe siècle, il existe déjà des plans, des cartes qui montrent que potentiellement, on savait faire un plan, pas géométrique mais suffisamment précis pour décrire justement l’espace.

La deuxième partie de l’exposition explique les relations de pouvoir des seigneurs sur les villes et inversement celles du pouvoir des villes elles-mêmes. La troisième partie aborde les villes comme des pôles économiques. La quatrième partie aborde la vie quotidienne urbaine. La cinquième partie étudie la fortification des villes et leur implication dans la guerre de Cent ans en particulier. La sixième fait office de conclusion en ouvrant sur la période actuelle pour montrer que le Moyen Âge n’a pas totalement disparu du paysage urbain et sur la façon dont on peut retrouver son empreinte dans les villes d’aujourd’hui.

Sylvain Schoonbaert : La quatrième partie de l’exposition aborde justement la question de la vie quotidienne des citadins. Quelles sont les sources et leurs limites pour comprendre cela ?

Sylvie Faravel : Les inventaires après décès sont tardifs et nous n’en avons pas partout. Pour comprendre la vie quotidienne, il faudrait faire une exposition à la fois d’archéologie et d’archives. Même aujourd’hui, avec les fouilles urbaines centrées surtout sur Bordeaux, nous n’avons pas suffisamment de données. Quelques objets prêtés par le musée d’Aquitaine, mais surtout issus de fouilles récentes de Sauveterre-de-Guyenne ou plus anciennes à Bordeaux avec le chantier de la place Camille-Jullian, permettent de se faire une idée, malheureusement pas de la vie quotidienne du petit peuple mais surtout des élites. Les villes qui ont une commune, un marché, des registres de coutume, montrent bien comment se règlent les aspects judiciaires de la ville, les conflits familiaux, l’adultère, ceux de voisinage, les larcins, les petits vols de légumes ou de fruits dans les jardins… Ils montrent aussi comment on est puni, les couvre-feux, toute une règlementation qui laisse entrevoir la vie urbaine. Pour les autres, là encore, nous ne savons pas.

Florian Grollimund : Le Moyen Âge est un peu le « paradis » de la charte, mais comment rendre ce type de document « communicant » ?

Sylvie Faravel : Le travail de Laurine Ribeiro, étudiante en master études médiévales à l’Université Bordeaux Montaigne, qui a transcrit et traduit de nombreux documents inédits, a été particulièrement important pour la valorisation de la documentation écrite exposée – ce travail a d’ailleurs permis de mesurer l’ampleur du travail éditorial restant à accomplir sur les fonds girondins. Pour rendre les textes accessibles au grand public, des écrans numériques présentent dans l’exposition la transcription et la traduction de l’ensemble des textes originaux en latin, gascon et français exposés. Dans les parchemins, des illustrations témoignent aussi de la licence de certains scribes. Dans le livre des coutumes de Bordeaux, dit Cartulaire de Baurein, qui est pourtant un document très officiel, une des « réclames » est une caricature obscène de Jean sans Terre, qui fait écho à la réputation de ce souverain, deux siècles après son règne.

 

Figure 3 : Livre des coutumes de Bordeaux dit Cartulaire de Bordeaux, extrait, première moitié du XVe siècle (ABM, Bordeaux, AA 4, fol. 57 r°).

 

Dans une reproduction de la Bibliothèque nationale de France des coutumes de Bordeaux, nous avons choisi de reproduire les pages qui disent quels sont les modes de jugement des condamnés. Là aussi, l’illustration agit comme un véritable mode d’emploi des supplices, comme celui pratiqué à Bordeaux : « l’estrapade ». Le juge assis commande le bourreau et lui dit de lever le prisonnier pendu par les deux bras alors qu’en même temps, il est retenu par les pieds par un boulet qui l’écartèle. C’est une sorte de bande-dessinée qui explique avant la lettre comment utiliser ces supplices.

 

Figure 4 : Coutumes de Bordeaux, extrait,1438 (Bnf, Ms français, 5361, fol. 11 r°).

 

Florian Grollimund : L’exposition présente une documentation très riche. S’il y a un document incontournable, sur lequel s’attarder et pourquoi ?

Sylvie Faravel : Les fonds médiévaux ne constituent pas l’essentiel des collections des Archives départementales de la Gironde. Cette exposition a été l’occasion de présenter des fonds que nous consultons souvent ou qu’au contraire nous avons découverts, mais que les centres d’archives ne connaissaient pas forcément bien ; ce fut aussi l’occasion de restaurer certains documents. Les archives de petites communes seront peut-être tentées, à la suite de cette exposition, de les verser aux Archives départementales. De notre côté, elle nous a permis de faire un état de l’art de l’historiographie, c’est donc un enrichissement mutuel. L’exposition nous a permis de voir les lacunes que l’on avait et les recherches ultérieures à entreprendre.

Je n’ai pas de document préféré, ce qui me tient à cœur c’est l’Esclapot, registre du calendrier perpétuel copié dans le cartulaire municipal de Monségur au XIIIe siècle, mais je trouve le Livre velu de Libourne ainsi dénommé car il est recouvert d’un cuir poilu, particulièrement émouvant. Ce livre du XVe siècle est ouvert à la page juratoire, où le maire, les jurats, le roi ou son représentant, les officiers de la ville, etc. prêtaient serment de fidélité et/ou de remplir leur office en respectant les règles de la ville. À force de passer les mains pour jurer sur l’image qui représente une crucifixion, elle est usée, tout comme la page de texte d’à côté, également très importante, puisqu’elle est porteuse d’une revendication individuelle du cartulaire, du serment de la ville au roi et du roi à la ville. Le document transmet une trace matérielle de la prestation de serment de générations de Libournais, en cela il en donne un témoignage émouvant.

 

Figure 5 : Mois d’août et de septembre du calendrier perpétuel copié dans le cartulaire municipal de Monségur, dit l’Esclapot, extrait, XIIIe siècle (AC Monségur, AA1, fol. 4v°-5r°).

Figure 6 : Cartulaire municipal de Libourne dit Livre velu, extrait, XVe siècle (AM Libourne, AA1, fol. 20v°-21r°).

 

Florian Grollimund : Quel est l’apport de la vidéo sur la scénographie ? Cela fonctionne-t-il bien, avec le public scolaire par exemple ?

Sylvie Faravel : Pour attirer le jeune public, ce qui n’est pas évident sur une telle exposition, nous avons échangé sur nos méthodes respectives de médiation. Cyril Olivier, coordinateur des recherches et des expositions pour les Archives de la Gironde, a eu l’idée de contacter la société bordelaise Asobo qui a créé un jeu vidéo qui s’appelle A Plague Tale (https://www.asobostudio.com/fr/jeux/plague-tale-requiem) dont la première version avait été faite d’images tirées de villes de Gironde comme Saint-Émilion. Ils nous ont proposé d’emprunter trois passages de ce jeu vidéo ; le premier invite ainsi à entrer dans l’exposition et le dernier à en sortir ; l’on peut aussi jouer au jeu lui-même.

Sylvain Schoonbaert : Vous nous avez expliqué qu’il fallait dès l’entrée de l’exposition, justifier du territoire de la Gironde qui n’existe pas au Moyen Âge. On a compris aussi qu’il y a eu des villes fantômes voire des villes de papier. Mais qu’en est-il du terme de ville lui-même ?

Sylvie Faravel : Je ne sais pas ce qu’est une ville au Moyen Âge. Chaque fois qu’on me pose la question, je suis très embarrassée mais nous l’expliquons dans l’exposition et dans son catalogue. Quand on voit la « ville » de Pommiers, qui fait un hectare ; et pourtant il y a tous les éléments : des murs, des rues, un marché ! Je préfère parler d’habitat groupé. Au Moyen Âge, lorsqu’on regarde les textes, la ville est définie comme un site fortifié et le mot qui revient le plus souvent est alors le castrum qui peut aussi bien désigner Bordeaux qu’un petit bourg. Le mot ville arrive plutôt à la fin du Moyen Âge, il peut désigner Bordeaux ou toute autre ville, communale ou seigneuriale. Encore dans les cadastres napoléoniens, lorsqu’on regarde des petits bourgs du Bazadais, à des endroits où il n’y a rien, il n’y a plus que le château et on voit « la ville ». Et la ville, c’est vraiment la ville enclose, sous-entendu le bourg qui se distingue de la campagne parce qu’il a été entouré de murailles. C’est un critère, mais pour nous, le critère principal, c’est la notion de commune, de privilèges. C’est ce qui ressort de l’exposition : les villes érigées en commune sont celles qui produisent et conservent le plus d’archives. Cadillac, par exemple, ville seigneuriale dotée de seulement quelques franchises, n’en produit que très peu. L’existence d’une jurade est par conséquent le meilleur indicateur, encore que certaines ne soient mentionnées qu’une fois et n’ont peut-être existé que sur le papier. Langon est un bon exemple, elle a sans doute connu un développement économique, mais c’est une commune dont nous ne savons que peu de choses, essentiellement, par ricochet, grâce aux archives communales de Saint-Macaire, sa rivale, située juste en face. Pourquoi n’y a-t-il pas eu de libertés communales accordées à Langon ? C’est peut-être une volonté seigneuriale de brider le développement des villes car finalement, moins les villes ont été autonomes, moins elles se sont développées. Le développement de beaucoup de villes en Guyenne est lié au lien direct au roi, leur seigneur, qui a donné et accru des franchises notamment afin d’avoir des alliés de poids contre les Français… et les villes en ont également joué pour avoir de plus en plus de privilèges.

Tous les événements prévus autour de l’exposition (catalogue, conférences, visites…) https://archives.gironde.fr/n/villes-en-gironde-au-moyen-age/n:601

 

1 Technicien inventaire au service architecture et patrimoine de la direction de l’urbanisme, Bordeaux Métropole.

2 Une bastide est une ville nouvelle close, de fondation comtale, royale ou ecclésiastique construite au Moyen Âge sur la base d’un lotissement dont le plan régulier comporte une place centrale entourée d’un passage couvert ouvrant par des arcades, et d’une charte municipale permettant aux habitants de s’administrer avec un conseil élu.

3 Les confronts représentent un moyen simple de définir un lieu par son voisinage selon les quatre directions et donc ici les limites des parcelles qui se « confrontent ».



Citer ce billet
Cédric Feriel (2024, 28 mars). Evenement: “Villes en Gironde au Moyen-Âge”. Archives départementales de Gironde. 28.11.23 – 07.04.24. Histoire Urbaine. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4al

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search