Laura Lee Downs, Histoire des colonies de vacances, de 1880 à nos jours, Paris, Perrin, 2009, 433 p. (Thibault Tellier)

Dans son avant-propos, l’historienne américaine rappelle que son intérêt pour l’histoire des colonies trouve son origine dans la recherche qu’elle avait réalisée pour son premier ouvrage, L’inégalité à la chaine, dans lequel il était question du travail des ouvrières dans les usines métallurgiques de France et de Grande-Bretagne entre 1914 et 1939. Elle avait été frappée par le fait que, contrairement à cette dernière, la France offrait de véritables cultures urbaines et industrielles qui continuaient à côtoyer des cultures rurales et locales. De là, l’idée de travailler sur un pan de cette culture urbaine, à savoir l’histoire des colonies de vacances.

Le présent ouvrage est une version remaniée de celui paru sept ans plus tôt en anglais sous le titre Working-class movements and the colonies de vacances in France, 1880-1960. Chaque chapitre a été repensé et réécrit à la lumière du séminaire animé par l’auteur à l’EHESS sous le titre « Enfance et guerre au XXe siècle ». Celle-ci ajoute en introduction que son sujet d’études s’inscrit également dans les nouvelles approches historiographiques consacrées à l’histoire de la réforme et de la protection sociales avant l’avènement de l’État-providence en France. L’ouvrage explore donc trois pistes principales : la place des pouvoirs publics dans la définition d’une politique qui ne dépassera réellement le cadre municipal qu’au lendemain de la seconde Guerre mondiale ; un faisceau d’explorations pédagogiques destiné à une tranche d’âge que l’auteur qualifie de transition entre deux régimes d’enfances, à savoir l’ancien qui fait avant tout de l’enfant un travailleur en devenir, et le nouveau qui voit surtout un jeune citoyen qu’il faut éduquer ; enfin, l’inscription d’une politique sociale dans le cadre urbain du premier vingtième siècle. Si les deux premiers objets mériteraient autant d’attention, c’est toutefois le troisième qui sera privilégié.

Laura Lee Downs prend le parti d’étudier dans le détail principalement deux villes grandes productrices de colonies de vacances, Suresnes la socialiste avec Henri Sellier, et, à partir de 1925, Ivry-la-Rouge, dont le maire est Georges Marrane, et qui le restera jusqu’en 1940. L’histoire des colonies de vacances est effectivement très liée à l’évolution urbaine du pays, en particulier durant le premier vingtième siècle. Elle se construit même, pour ainsi dire , contre elle. Le premier élément qui motive les autorités municipales à envoyer les enfants à la campagne, c’est précisément les mauvaises conditions sanitaires dont ils sont les principales victimes. La tuberculose fait alors des ravages parmi les jeunes citadins. La structuration des municipalités à partir des années 1880 permet donc de développer, pour certaines d’entre elles du moins, une véritable politique municipale dédiée à l’envoi des enfants dans des endroits où l’air est plus sain. Les colonies de vacances sont ainsi faites pour leur permettre de se refaire une santé et de se former aux principes de l’hygiène. Cette volonté de préserver la population enfantine des miasmes de la ville industrielle restera souvent en vigueur jusqu’à la veille de la seconde Guerre mondiale. Progressivement, un second élément intervient pour expliquer le succès des colonies de vacances. Il s’agit de l’enjeu politique. Dès les années 1880, les forces catholiques ont compris l’intérêt qu’ils pouvaient retirer de l’organisation de ces colonies, qui plus est, alors que la République radicalise sa politique à leur égard. Les patronages urbains d’abord, les colonies conduites par des prêtres ensuite, se multiplient. En réaction à ce mouvement, certaines municipalités vont faire des colonies de vacances la vitrine de leur politique. Henri Sellier, maire de Suresnes, bien connu pour son engagement au service des habitations à bon marché, sera ainsi un actif propagandiste des colonies. Pour lui, promouvoir d’une part le logement sain, et d’autre part permettre aux plus jeunes d’aller respirer l’air de la Nièvre (qui s’est détachée électoralement des partis catholiques et a donc été choisie pour cela) relèvent de la même logique : hygiénisme et ruralisme sont alors présentés comme les deux fleurons du socialisme municipal. Cet engagement municipal s’avère d’ailleurs payant puisqu’au début des années 1930, les trois quarts des enfants de Suresnes prennent des vacances, colonies municipales et catholiques confondues. En 1925, toujours en banlieue parisienne, mais à Ivry cette fois, on retrouve la même logique, avec toutefois de la part de la municipalité communiste, un parfum doctrinal plus accentué. C’est ainsi que les jeunes de la colonie municipale qui se rendent d’Ivry à la gare Montparnasse, crient le long du parcours « Les Soviets partout ».  L’affirmation de politiques municipales dédiées à l’encadrement des plus jeunes s’inscrit donc parfaitement dans la définition de l’espace politique urbain. On peut également y percevoir les racines d’une structuration des politiques municipales dans le domaine social. Ivry crée ainsi très tôt « l’oeuvre des Vacances populaires enfantines ». Quant à Henri Sellier, il suggère de former un regroupement des villes de la banlieue ouest afin de mettre en place les colonies de vacances. L’organisation de la banlieue passe donc également par ces dernières. De ce point de vue, aucune force politique ne reste indifférente à ces enjeux, y compris le Parti social Français du Colonel de La Rocque. L’un des aspects les plus neufs du travail de l’historienne est peut-être de montrer ici en quoi la construction d’une politique des colonies de vacances n’est guère le privilège de la gauche. Très tôt, La Rocque et ses équipes se sont montrés soucieux d’opposer justement à la gauche un encadrement pour les jeunes. Au travers du PSF, on perçoit en quoi l’échelle du quartier devient éminemment stratégique pour définir une action militante locale. Selon la propagande du mouvement, il s’agit en effet de mettre en place une stratégie selon la formule utilisée, de « pénétration sociale » des quartiers ouvriers.

L’ouvrage se clôt sous forme d’épilogue sur la période qui suit la Seconde Guerre mondiale. Le temps des colonies municipales semble déjà éloigné et c’est désormais l’État qui joue le rôle d’impulseur, quitte pour cela à sanctionner les excès militants comme dans le cas d’Ivry qui voit sa subvention remise en cause alors que la guerre froide s’installe en France. Aujourd’hui, les colonies de vacances appartiennent définitivement au passé, mais on ne peut que rejoindre l’auteur lorsqu’elle affirme que l’heure est d’avantage à la consommation de séjours de courte durée, au détriment souvent du « vivre ensemble ». Il est pourtant vrai que le besoin des jeunes citadins de quitter les villes, ne serait-ce que l’espace d’un été se ressent toujours. L’exemple des colonies de vacances pourrait être médité par les maires qui sont en proie à des difficultés sociales avec les plus jeunes de leurs concitoyens.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.