EFFOSSE, Sabine, Entretiens avec Roger Goetze. Un financier bâtisseur 1957-1988, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, 103 pages (Loïc Vadelorge)

Depuis une quinzaine d’années, la publication d’entretiens avec les acteurs de la production urbaine est à la mode, témoignant d’un indéniable retour du biographique dans l’histoire urbaine du contemporain. L’ouvrage court que Sabine Effosse consacre à Roger Goetze, ancien gouverneur du Crédit Foncier et président du Groupe central des villes nouvelles, tranche cependant dans cette production à deux niveaux. D’une part, le témoin choisi n’est ni un architecte-urbaniste, ni un élu local, mais un acteur de l’ombre, celui qui tient les cordons de la bourse. Ce récit vient fort à propos rappeler que l’histoire des ZUP et des villes nouvelles s’est autant écrite au ministère des Finances, au Crédit Foncier et à la Caisse des Dépôts, qu’au sein du ministère de la Construction, de l’Equipement ou des établissements publics des villes nouvelles. Cette histoire, que la thèse de Sabine Effosse a éclairée pour le secteur du logement aidé, reste encore à écrire pour les grandes opérations d’aménagement et d’urbanisme des trente Glorieuses. Le livre donne ici des pistes de recherche que l’histoire économique et l’histoire urbaine devront prolonger. D’autre part, ce livre n’est pas un simple témoignage brut. Le volume de l’appareil critique dépasse amplement celui de l’archive orale proprement dite. Ce qui pourrait apparaître comme un défaut d’écriture s’avère en réalité une réussite indéniable. Les entretiens avec Roger Goetze sont bien écrits à deux voix, celle du témoin et celle de l’historienne, qui articule le récit avec l’état de nos connaissances sur les différents thèmes abordés par l’ancien gouverneur du Crédit Foncier de France. Sabine Effosse, qui fut étroitement associée au Programme d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles (2000-2005) maîtrise parfaitement la bibliographie, permettant à l’ouvrage de dépasser le stade du récit, pour devenir un livre de référence.

Second volume des entretiens avec Roger Goetze, l’ouvrage début en 1957, au moment où le « banquier public » passe de la Direction du Budget au poste de sous-gouverneur, puis de gouverneur du Crédit Foncier. La première partie de l’ouvrage est donc consacrée à l’histoire de la direction du Crédit Foncier. Goetze revient sur la modernisation de l’institution, via la décentralisation de certaines décisions, qui n’est pas sans rappeler ce qui se passe à la Caisse des Dépôts à la même époque. Il évoque la crise de 1968, la féminisation du Crédit Foncier et la délicate réforme de la grille de gestion des personnels. Il revient aussi sur la tutelle du Ministère des Finances, forte jusqu’en 1966 et qui engendre un fonctionnement bancaire particulièrement complexe, mêlant le public et le privé. Là encore, le parallèle avec la Caisse des Dépôts et ses filiales (SCIC, SCET) est patent. Un long chapitre, de loin le plus intéressant, est consacré au financement du logement aidé. Le témoignage de Goetze complète ici la thèse de Sabine Effosse. Au-delà des aspects techniques, souvent difficiles à suivre pour le néophyte (création de la Caisse de consolidation et de mobilisation des crédits à moyen terme en 1957), l’ouvrage aide à préciser la chronologie du financement, trop souvent limitée à l’opposition de la loi du 21 juillet 1950 (aide à la pierre) et de celle du 3 janvier 1977 (aide à la personne). Il rappelle que l’histoire du logement est étroitement liée à celle de l’inflation et du déficit de l’Etat, conditions déterminantes de l’évolution des politiques urbaines des années 1958-1980.

Dans une seconde partie, consacrée aux villes nouvelles, Roger Goetze évoque son rôle à la tête de deux organismes aussi atypiques qu’essentiels, le Groupe central de planification urbaine (GCPU) et surtout le Groupe central des villes nouvelles (GCVN) dont il fut le premier président. Disons-le d’emblée, l’histoire de ces deux groupes interministériels est encore balbutiante, malgré les avancées réalisées dans le cadre de la Mission Roullier. Le témoignage de Roger Goetze permet tout d’abord de restituer la dimension nationale de la politique des villes nouvelles, trop souvent étudiée par les chercheurs via le prisme de la seule région parisienne. En faisant le lien avec la politique des métropoles d’équilibre, le récit rappelle que les villes nouvelles furent des projets d’aménagement régionaux, avant d’être des réalisations urbaines. Leur histoire est indissociable de celle de la DATAR et des réformes administratives du milieu des années 1960 (préfets de région, CODER, communautés urbaines). Si le cas des Rives de l’Etang de Berre est peu évoqué, celui des villes nouvelles de la région lyonnaise (La réussite de L’Isle d’Abeau et l’échec de Meximieux), de Lille (campus de Villeneuve d’Ascq) et du Rouen (Le Vaudreuil) est détaillé, révélant que les projets de l’Etat composent très tôt avec des configurations locales spécifiques.

Paradoxalement, on en apprend moins sur les villes nouvelles de la région parisienne, Roger Goetze reproduisant les discours attendus sur le rejet des cités-dortoirs (Sarcelles). Les historiens ont depuis invalidé cette histoire officielle qui oppose de manière abusive le temps des grands ensembles et celui des villes nouvelles (Histoire urbaine, 17, décembre 2006). Curieusement aussi, Roger Goetze se trompe sur certaines réalisations des villes nouvelles, donnant à l’architecte Ricardo Bofill la paternité de l’Axe majeur de Cergy-Pontoise, qu’on doit en réalité au sculpteur Dani Karavan. On n’apprend pas davantage sur la loi Boscher (1970) et la loi Rocard (1983), qui régissent le mécano administratif des villes nouvelles. En revanche, l’éclairage sur le fonctionnement du Groupe central des villes nouvelles vient confirmer certaines hypothèses de travail sur la réalisation de ces villes. Si elles ont été lancées, c’est moins parce que l’Etat a décidé de mettre des moyens financiers importants que parce qu’il a organisé, via le GCVN, un groupe de coordination permettant d’établir des raccourcis entre les administrations concernées (Finances, Equipement, culture, etc.). Le terme de « coordination », employé par Roger Goetze, nous apparaît ainsi plus intéressant pour expliquer l’histoire des villes nouvelles, que celui d’ « administration de mission » qui désigne généralement le GCVN et son secrétariat. Dans cette optique, les villes nouvelles apparaissent moins comme l’aboutissement d’un improbable urbanisme d’Etat que comme la préfiguration d’un Etat animateur, que la décentralisation des années 1980 tentera de mettre en place.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.