Critique de film. “Astérix. Le Domaine des Dieux” (2014).

 Astérix : Le Domaine des Dieux (film d’animation franco-belge d’Alexandre Astier et Louis Clichy, 2014, 1h 25, éd. DVD, M6 Vidéo, 2015)

 

 

Critique rédigée par Olivier Berger

A l’occasion de ses dix ans, le film d’animation Astérix : Le Domaine des Dieux ressort au cinéma en février 2024. Réalisé par Alexandre Astier et Louis Clichy, il est une adaptation réussie, y compris dans les graphismes, de l’album de BD du même titre paru en 1971 (Neuilly, Dargaud, 47 p.)1. Pour le créateur de la série Kaamelott (2005-2009), c’est le premier des deux films qu’il a consacrés à Astérix avant de recommencer en 2018 sur la base d’un scénario inédit2. Astier est l’auteur des dialogues et du scénario. C’est la neuvième fois que l’on adapte Astérix en dessin animé.

Revenons sur le synopsis de l’album, dû à René Goscinny et Albert Uderzo : la Gaule, soumise par l’Empire romain entre les mains de Jules César, présente un pôle de résistance qu’est un petit village gaulois d’Armorique. N’arrivant pas à en venir à bout, César a l’idée d’encercler le village par la destruction de sa forêt, pour y implanter des insulae, ces ancêtres des immeubles locatifs de 4 à 6 étages, inventés par les Romains3, pour y loger dans de bonnes conditions des populations civiles romaines. Encerclés par cette manœuvre psychologique, « contaminés » éventuellement par le mode de vie de ces envahisseurs, les Gaulois pourraient y succomber ou se diviser4 et ainsi cesser leur insoumission, par leur marginalisation suivie de la mort de leur village. Le projet est une sorte de colonie qui ne dit pas son nom, dans un territoire que l’occupant contrôle mal, où la sécurité n’est pas assurée. D’un point de vue schématique, la trame de la BD peut se lire comme une guerre froide symbolique, reflétant la partition contemporaine Est-Ouest, sinon comme une lutte de la France contre la domination culturelle anglo-saxonne, qui s’immisce jusqu’à donner le nom des pièces d’un appartement en anglais, dans les brochures des promoteurs. Dans Le Domaine des Dieux, les Gaulois se divisent entre profiteurs et mécontents, puisque, à l’image de la France de l’Occupation, les auteurs montrent ceux qui tirent profit de la présence romaine en ouvrant des commerces ou en faisant croître leur chiffre d’affaires5.

La manœuvre psychologique de César sera retournée par Astérix et ses amis, qui vont chasser sans violence les locataires romains, en les dégoûtant de la contrée, après avoir placé dans un logement leur barde que personne ne peut supporter. Une fois les civils partis, c’est la garnison du camp d’Aquarium qui y est parquée, avant l’explication finale avec les villageois aidés de leur potion magique, qui chassent les occupants et démolissent le Domaine des Dieux. Celui-ci devient une ruine romantique dans la forêt, laquelle reprend ses droits6.

Mais le plan des Romains était pourtant bien ficelé : à grand renfort de publicité, des candidats sont trouvés à qui l’on promet un projet de vie merveilleux, dans un cadre envié réservé aux dieux, d’où le nom de cette résidence. C’est un animateur inspiré de Guy Lux dans son nom et son visage7, qui tire au sort les candidats dans l’arène. Tout ne se passe pas comme prévu, malgré quelques espoirs pour les Romains, leur plan est un échec qui voit une fois de plus triompher les Gaulois. Leur victoire s’incarne dans la destruction des immeubles, qui étaient mal faits, pour en recouvrir les stigmates par un reboisement au moyen de glands de chênes couverts d’une potion de Panoramix, afin de leur donner immédiatement la taille d’arbres centenaires. Un peu comme la France le fit sur les terres de l’Argonne après la Grande Guerre8. Symbole de mensonges et de promesses non-tenues, le grand ensemble, fut-il de luxe, disparaît dans le néant pour redonner l’espace mangé à la nature. Un message écologiste avant l’heure (et toujours souverainiste) alors que la France était devenue une société de consommation à son apogée, mais encore, une société qui roulait sur ses nouvelles autoroutes, quelques années avant son premier choc pétrolier qui allait remettre en question les constructions de logements à grande échelle, en multipliant les coûts par quatre.

Il est évident que les auteurs de la BD se sont inspirés des polémiques autour du grand ensemble de Parly 2 du Chesnay, commencé en 1966 et qui aurait dû s’appeler Paris 2 (rien que les noms de ses différentes résidences en gardent la trace, mais le nom est une contraction entre Paris et Marly, à proximité)9. Ils se moquent de ces grands ensembles vendus par de coûteuses campagnes de communication dans la presse, insistant sur un nouveau style de vie (présenté comme « Paris 2, une ville de loisirs, un art de vivre unique au monde »)10, à l’aide de brochures publicitaires sophistiquées, pour vendre cher un logement ordinaire sinon luxueux11, qui pourrait avoir des malfaçons12, en le dotant de quelques équipements ou services supplémentaires à connotation bourgeoise. On insiste sur un accès aux loisirs, traditionnellement considéré comme l’apanage des catégories sociales supérieures. C’est ce que reprend la publicité du Domaine des Dieux, promettant le repos à l’homme rentrant de Rome toutes les trois semaines (durée estimée du trajet) et à la femme une vie mondaine et consumériste avec les autres mères de famille de la résidence13. Des commerces, un théâtre et des thermes constitueront les lieux des loisirs14. Les équipements promis ne sont qu’en projets, donc l’acquéreur n’est même pas certain de les voir un jour.

Plus grande copropriété d’Europe en son temps, plébiscité par les cadres supérieurs qui y étaient majoritaires15, l’ensemble Parly 2 (1966-1978), constitué autour d’un centre commercial sur un modèle nord-américain, est dû à l’association du promoteur Balkany et de l’architecte Claude Balick, qui a décliné le concept dans d’autres villes, à la suite des résidences Elysée 1 et 2 de La Celle-Saint-Cloud (1959-1963 et 1962-1966). En dehors du Chesnay, on réalise le même projet à Fontenay-le-Fleury (Parc Saint-Cyr, 1961-1963 ; Parc Montaigne, 1964-1967) puis à Grigny (Grigny 2 en cours de réhabilitation, 1969-1978) ou aux Mureaux (Résidence Grand Ouest, 1971-1976), sans oublier la petite résidence Montjouy à Jouy-en-Josas (1965-1968)16. D’autres promoteurs suivent ce modèle pour le décliner avec le même type d’équipements, attirant ainsi une clientèle de cadres, dans un contexte de construction massive de logements en accession17. Il faut dire que les promoteurs privés se lancent, accompagnés par des banques au début des années 1960, drainant l’épargne sur des opérations rentables (parfois jusqu’à 20 %), bénéficiant du rapatriement des capitaux suite aux décolonisations18. On peut citer les résidences Grand Jardin (1965-1966) et le Domaine de Bel Abord à Chilly-Mazarin (1963-1966) avec piscine et tennis19, la résidence du Parc de Diane à Jouy-en-Josas (1968-1972), la Résidence l’Orée de Sénart à Draveil (1964-1966) ou le Parc de Rocquencourt (1968). On peut parler de grands ensembles vu leur échelle et leurs équipements20. Le talent des promoteurs se voit dans la réussite de leurs opérations de communication qui donnent de la visibilité à leurs réalisations. Pour Elysée 1 et 2, ils ont même offert aux acheteurs une Fiat 500, devenant la seconde voiture de ces heureux ménages, comme on peut le vérifier sur les premières cartes postales du site, car chaque résidence est diffusée en images. Ces cartes reprennent les équipements comme la piscine, pour mettre en valeur ces nouveaux ensembles21. Le terme « Elysée » désignant le paradis des élus22, comment s’étonner du choix du titre par Goscinny et Uderzo, dont le lecteur contemporain aura compris l’allusion à ces résidences sans les nommer ? L’architecte du Domaine des Dieux serait déjà le créateur de l’idée du drugstore et du drive-in, appelés « potion-tabernae » et « conduisez-dedans » (p. 6).

Voyons à présent le film d’animation, destiné au jeune public mais encore, à ses parents voire ses grands-parents, qui ont lu la BD et vécu la période des grands ensembles des Trente Glorieuses. Le film est une adaptation réussie, fidèle à la BD dans ses grandes lignes, même s’il a éliminé l’allusion à Rome 2, incomprise du spectateur actuel. Aucun amateur d’Astérix ne sera déçu. Astier et Clichy ont remis au goût du jour cette aventure, en gardant son esprit frondeur, autant que son message anti-bétonnage. On retrouve les anachronismes chers aux pères d’Astérix, comme le dépliant qui devient un « impliable »23, de même que dans l’album Astérix chez les Helvètes (N., Dargaud, 1970, 48 p.), où l’autoroute est une « charovoie » avec des stations-service pour chevaux24. Le médecin du camp romain porte une lampe à huile sur le front, comme un ORL contemporain25. Les esclaves sont aussi bigarrés que peuvent l’être les travailleurs immigrés dont le secteur du BTP est friand. Selon les époques, ils étaient italiens, espagnols, algériens ou maliens sur les chantiers français, mais avec un salaire bas dans une branche à forte création de richesse. Dans le film, ils sont affranchis suite à leur grève26, pour devenir salariés aux mêmes conditions, puis légionnaires, alors que dans la BD ils partent pour devenir les pirates27 que les héros rencontrent dans chacune de leurs aventures. Astier et Clichy ajoutent ici le cliché de la Bretagne pluvieuse. Leurs bâtiments ont un air de parenté avec ceux de Ricardo Bofill, pourtant, ils ont reconnu s’être inspirés du Caesars Palace de Las Vegas, hôtel-casino de style romain (1966).

Le changement notable est le rajeunissement du couple romain qui gagne le concours pour recevoir un appartement, avec un personnage nouveau, leur fils, Apeldjus, pour susciter l’identification du public enfantin à un héros, qui va participer aux épreuves qui s’imposent aux vaillants guerriers gaulois. Au lieu d’emménager directement, Petiminus et sa femme Dulcia sont refusés plusieurs fois pour dossier incomplet. Les voix choisies, comme celle de Lorànt Deutsch pour l’architecte Anglaigus, collent bien aux caractères des personnages. Par rapport à l’album original, les Gaulois essaient de nombreux subterfuges pour chasser les habitants romains sans violence (du fait de la présence d’enfants et de leur statut de civils) en les dégoûtant de la contrée. Le but des Romains est bien de faire disparaître le village gaulois en le marginalisant une fois qu’il sera entouré d’immeubles et qu’il deviendra selon César une simple « amphoreville » (p. 5), donc un bidonville, comme on le voit sur la séquence de début avec la maquette, reprise dans le film. Sans forêt, plus de sangliers, donc plus de ressources. On voit sur le village gaulois l’ombre des immeubles qui le prive partiellement de soleil.

En fait, la BD et le film semblent dénoncer l’hypocrisie de l’aménagement urbain quand il cache une opération de gentrification, qui sert à provoquer un changement de population dans un même secteur, comme ceci avait commencé à Paris sous le baron Haussmann28. Dans la BD comme dans ce film, les acquéreurs ne se bousculent pas du fait de l’éloignement de l’Armorique par rapport à Rome, vue comme un centre et du fait de la mauvaise réputation de cette région jugée hostile, telle une banlieue à problèmes, où l’ordre et la sécurité ne seraient pas assurés malgré la présence des forces militaires romaines29. La publicité doit aider les candidats potentiels à franchir le pas en vendant du rêve, une qualité de vie – se réduisant aux espaces verts artificiels et au consumérisme, des équipements et des services, sans omettre l’argument du bon air. Mais il s’agit bien d’une tentative de faire installer des habitants venus d’un centre à la marge de leur empire, comme on tenterait de faire partir des citadins dans une banlieue. Territoire ambivalent, cette banlieue gauloise peuplée de « barbares » n’attire pas les foules, mais elle inquiète. Elle correspond un peu à la définition que donne Fiona/Bernadette Lafont de la banlieue dans La Ville bidon (de J. Baratier, 1976, 1h 19) : « Tout le monde a peur de tout le monde » (33e min. 02 s.)30. Cette opération de renouvellement urbain parvient presque à son terme dans le film, alors qu’elle est interrompue par l’attaque des Gaulois dans la BD, laquelle se solde par la destruction des immeubles et l’expulsion des légionnaires qui avaient remplacé les locataires romains partis de leur plein gré. Chez Astier, les Gaulois se romanisent (par le vêtement et le mode de vie) et obtiennent gratuitement un logement pour entrer au Domaine des Dieux parmi les Romains, vidant leur village où Astérix reste seul face à l’assaut romain imminent pour le détruire, puisqu’il doit céder la place à une réplique du Colisée. Astérix va donc retarder l’action en mystifiant les Romains tandis qu’il n’a plus de potion magique, puis il en fait concocter à la hâte par le druide qui se sert dans les logements du Domaine des Dieux, où il a le temps de servir les prisonniers, qui se libèrent et chassent les Romains. Obélix affaibli s’échappe d’un égout géant où il était captif, puis rejoue les numéros des Yamakasi31 sur les façades des insulae pour échapper aux Romains. Au final, la résistance gauloise paye, leur village et leur mode de vie survivent aux divisions. Vaincus, les Romains s’en vont, remplacés par la forêt qui est encore le cadre du banquet32, lequel clôt habituellement les albums, même si la fin du film diffère de celle de la BD33. Comme ingrédients traditionnels de la victoire des résistants gaulois, on retrouve toujours la ruse et la force induite par leur potion magique. L’Armorique ne deviendra pas la banlieue de Rome à sa périphérie34. Symboliquement, les Gaulois ont refusé de céder aux sirènes du marketing pour conserver leur mode de vie lié à l’autoconsommation dans la nature.

Les références nombreuses à d’autres films à succès sont trop connues pour s’y attarder. Les réalisateurs glissent quelques allusions à la vie politique actuelle, après le très gaullien « Je vous ai compris » du chef gaulois35, on a un Romain qui s’appelle Travaillerpluspourgagnerplus36, contremaître poussant les esclaves à la productivité. Ils n’oublient pas de dénoncer le marketing dans l’immobilier, pas plus que les malfaçons des immeubles, un thème déjà saisi par beaucoup de films précédant cette animation37. Tout comme la BD, l’adaptation actuelle est un film de critique, qui vilipende les promoteurs38, leur prétendue bienveillance, avec beaucoup d’humour et de rythme, mais sans proposer un modèle alternatif : faut-il revenir à du logement collectif sur des emprises petites, avec peu d’étages ? Ou à un habitat pavillonnaire dont on maîtriserait l’étalement ? Comment les grands ensembles de standing ont-ils vieilli ? A l’heure des ravalements thermiques, sont-ils toujours attractifs ? Leurs habitants ont-ils changé d’un point de vue sociologique ? Sont-ils encore heureux de vivre dans ces résidences ?39 Que sont devenus les équipements collectifs et comment ont-ils évolué ? Quel est l’impact de la crise Covid sur le choix des ménages quant à leur modèle de logement, qui détermine leur mode de vie ou le confort auquel ils aspirent ? Voici encore de beaux chantiers pour continuer la réflexion qu’ouvre cet excellent film, à voir avec plaisir, qui fut un grand succès en salles, deux fois nominé.

 

 

1 Cf notice consacrée au 17e album d’Astérix in Aymar du Chatenet (dir), Dictionnaire Goscinny, Paris, Lattès, 2003, 1247 p., pp. 278-281 ; « Le Domaine des Dieux », in Philippe Durant, Dictionnaire insolite d’Astérix, Paris, Nouveau monde graphic, 2021, 349 p., pp. 118-119 ; 120-123.

2 Astérix, le Secret de la potion magique, mêmes réalisateurs, 2018, 1h 25.

3 Henri Goelzer, art. « insula », Dictionnaire latin-français, Paris, Flammarion, 1995, 691 p., p. 328.

4 Une analyse de la stratégie de séduction par l’argent a été portée par Heinz-Peter Preusser, in « “Orgies ! Orgies ! Nous voulons des orgies !” Astérix, une épopée du processus de civilisation », Allemagne d’aujourd’hui, n°217, 2016/3, pp. 33-49, ici p. 37, trad. Roland Crastes.

5 Même schéma dans Les Chinois à Paris de Jean Yanne (1974, 1h 50).

6 Pour les Gaulois du village, leur forêt est sacrée. On se souvient du lien fusionnel entre le chien Idéfix et les arbres (thème récurrent des albums), qui reflète le sentiment de ses maîtres, mais encore, des créateurs d’Astérix.

7 Quant au Centurion Oursenplus, il a la tête d’André Pousse (1919-2005).

8 Les auteurs Goscinny et Uderzo sont sévères vis-à-vis des promoteurs, alors que beaucoup ont cherché, avec leurs architectes, à faire une articulation équilibrée entre construction et verdure, parfois en gardant les arbres d’un ancien parc de château, sinon en en plantant de nouveaux, pour soigner le cadre. Malgré leur critique, il faut noter que le Domaine des Dieux, dont on ne voit qu’un seul immeuble dans l’album (lequel sous-entend que l’opération serait entièrement achevée), est bâti au milieu d’une forêt, comme cela se faisait parfois au XXe s.

9 César dit au début de l’album que l’architecte voulait nommer l’ensemble Rome II, mais qu’il n’y a qu’une seule Rome. Il propose donc « Domaine des Dieux », pour « encourager les clients » [sic] (p. 6). Chez Astier, l’idée vient du sénateur Prospectus (2e m. 57 s.). Voir aussi la publicité « Paris 2 devient Parly 2 », Le Monde, 2 juill. 1966, Dossier Le Chesnay, Musée de l’Île-de-France, Sceaux.

10 Selon une publicité pour Paris 2, « Une ville est née, Paris 2 au Chesnay », issue de L’Express n°778, 16 mai 1966, 8 p., coll. privée. Voir aussi le reportage « Un art de vivre » », 2e chaîne ORTF, « Zoom », 28 juil. 1966, 12 m. 05 s., INA, lien Un art de vivre | INA [consulté le 16 mars 2024]. On y croise une grande maquette du projet présentée au public. Une publicité similaire a été faite pour la résidence Montjouy, in L’Express n°723, 26 av.-2 mai 1965, 2 p, coll. privée.

11 Le luxe est revendiqué par les promoteurs de Parly 2 avec des matériaux nobles tels l’acajou et la pierre de taille. Certains aménagements donnent le ton : dressing-room, buanderie, office, entrée de service, plusieurs WC et salles de bains pour assurer un confort digne d’une maison bourgeoise. Avant Balick, Fernand Pouillon avait déjà employé la pierre de taille dans ses immeubles comme à Billancourt et Meudon-la-Forêt.

12 César présente l’architecte comme un homme exceptionnel car beaucoup de ses insulae ne se sont pas effondrées (p. 6). La question des malfaçons est abordée dans Le Grand Bazar (de Claude Zidi, 1973, 1h 24) avec Gérard Rinaldi en agent immobilier gêné et dans Elle court, elle court, la banlieue (de Gérard Pirès, 1973, 1h 31), lors des visites du jeune couple avec l’agent. Chez Astérix, le mode de vie aliénant du grand ensemble, fut-il de standing, n’est pas abordé, tandis que Christian Clavier, dans Je vais craquer (de François Leterrier, 1980, 1h 45), incarne un jeune cadre qui se révolte contre l’absurdité de sa condition, dans son appartement de Parly 2, où, une fois chômeur, il découvre qu’il n’a rien à faire.

13 Cette vie collective des mères au foyer était une réalité, dans ces résidences. Des exemples sont connus à La Celle-Saint-Cloud comme à Massy, où il existe un reportage sur cette ville de juillet 1972, INA, lien : 1972 : Massy, une ville nouvelle ? | Archive INA – YouTube [consulté le 9 mars 2024].

14 Comme le seront le Drugstore, la piscine et les équipements culturels de Parly 2, qui a sa propre église comme la résidence Elysée 2 dotée d’une chapelle avant l’opération du Chesnay.

15 Georges Duby (dir), Histoire de la France urbaine, tome 5, La ville aujourd’hui, Paris, Seuil, 1985, 668 p., p.342.

16 D’après un article de presse non identifié (2 p.). Cf Cité de l’Architecture de Chaillot, article 133 Ifa 24/2.

17 De 1951 à 1972, on construit 7 millions de logements dont 4,9 millions en accession. Cf Olivier Wieviorka (dir), La France en chiffres, de 1870 à nos jours, Paris, Perrin, 2015, 666 p., p. 122.

18 Cf Histoire de la France urbaine, op. cit., pp. 341 ; 324-326.

19 La vasque sur le dessin de couverture de l’album Le Domaine des Dieux ressemble à celles du jardin à la française du Domaine de Bel Abord, achevé en 1966.

20 Bien que Pierre George et Fernand Verger donnent le seuil de 800 logements, réalisés entre un à trois ans, pour qualifier un groupe d’immeubles d’habitation de grand ensemble. Cf P.G., F.V., art. « Ensemble », Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF, 10e éd., 2009, 480 p., p. 150. Certaines résidences de notre corpus sont sous ce seuil, bien que des promoteurs les désignent comme de véritables villes ou villages. Il y a l’idée de recréer une entité avec une vie collective.

21 Il existe des publicités dans des magazines, rendant compte de l’opinion d’habitants d’immeubles livrés, afin de trouver de nouveaux clients pour les appartements disponibles. Cf « Ma vie à Parly 2 depuis deux ans », Paris-Match, mai 1970, 3 p., coll. privée.

22 Henri Goelzer, art. « élysée », Dictionnaire français-latin, Paris, Flammarion, 1995, 640 p., p. 230.

23 Caricature d’une publicité pour Parly 2, dont un plan d’appartement est ironiquement baptisé « plan des cenacula type 1 » (pp. 28-29), avec loggias saillantes telles celles des séjours de la résidence du Chesnay, où les logements sont divisés en trois types. Des balcons saillants aux angles de l’insula et sur sa façade (p. 31) évoquent aussi les immeubles de Parly 2. Cette parodie de publicité par les auteurs d’Astérix reprend l’esprit de celle extraite du magazine, citée plus haut, qu’ils avaient connue. Ils se moquent des architectes en donnant un plan de masse du Domaine aussi illogique qu’absurde dans cet « impliable », où l’on voit des tours et des barres, alors que ce type de bâtiment n’a pas existé chez les Romains. On a le futur centre commercial et les thermes, comme le futur « shopping center » et sa piscine au Chesnay.

24 Dans cet album, Astérix et Obélix déjeunent dans un restaurant au-dessus de l’autoroute, le Restovoie, semblable à ceux de J. Borel, avant de passer la nuit dans un Charotel (motel) puis de faire le plein d’eau et d’avoine (pp. 18-20). L’idée des pompes distribuant de l’avoine a été reprise par Jean Yanne dans son film Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ (1982, 1h 37), soucieux de créer des situations anachroniques dans ses films comme il le refera dans Liberté, Egalité, Choucroute (1985, 1h 53), parodie de la France de 1789.

25 Et le Centurion tire le frein à main de sa tour de siège avant d’en descendre, devant le village (59e m. 22 s.). Plus tard, tous les habitants romains regardent la bataille de leurs fenêtres en mangeant du raisin comme les spectateurs des cinémas avec le pop-corn (1h 07 m. 50 s.).

26 J. Yanne semble avoir repris le thème de la grève générale qui apparaît dans Deux heures moins le quart…, ainsi que l’affichage de publicités dans les arènes, comme dans la BD. Chez Astier, les esclaves, suivis par les légionnaires de la garnison, font grève pour améliorer leurs conditions de travail, dans l’esprit de la BD. Yanne donne au consul romain de son film le même rôle machiavélique que celui de César avec son Domaine des Dieux : le consul veut transformer les arènes en supermarché, en périphérie de sa ville nord-africaine. Une grève des légionnaires devant César est évoquée par le générique de fin du Domaine des Dieux, clin d’œil à la scène de la grève des gladiateurs face à Michel Serrault/César de Deux heures moins le quart…

27 Ceci semble pourtant suggéré dans le générique de fin du film.

28 Les opérations de requalification ou de renouvellement urbain débouchent parfois sur ce résultat, en partie ou en tout, ce qui est souvent montré du doigt par leurs opposants. Dans certains cas, la spéculation entraîne une augmentation des loyers dans un secteur, poussant au départ forcé ses habitants modestes.

29 Dans la BD comme le film, le gagnant romain se voit menacé d’un lâcher de lions s’il refuse son appartement.

30 Dans Le Domaine des Dieux, ce serait plutôt la méfiance réciproque qui caractérise les relations Gaulois-Romains.

31 Célèbres par leurs films qui ont révélé au public la discipline du Parkour ou art du déplacement urbain, où l’individu, en bonne condition physique, franchit tous les obstacles en les contournant ou les utilisant pour avancer dans un univers minéral. Cf Yamakasi, d’Ariel Zeitoun, 2001, 1h 30 (voir la scène d’escalade de la tour des Bleuets à Choisy-le-Roi). Leïto/David Belle fait plusieurs scènes de Parkour dans Banlieue 13 (de Pierre Morel, 2004, 1h 24) pour semer ses poursuivants.

32 Banquet qui a lieu sur la canopée dans le film.

33 Dans La Ville bidon, l’enjeu est une opération d’aménagement qui doit faire disparaître une décharge, ses occupants illégaux et la cité de transit, qui font tache dans le paysage, pour attirer une population de cadres. Le Député-Maire veut ainsi « civiliser » les marginaux comme César veut civiliser les « barbares gaulois ».

34 La fin du film diffère de l’album, en cela que le sénateur, le Centurion et l’architecte sont condamnés à devenir gladiateurs à Rome comme punition de leurs échecs. César se retrouve en haut d’un arbre suite à un jet de « gland magique » par Apeldjus depuis les arènes.

35 Formule prononcée par le Consul qui retourne la foule des mécontents dirigée par Coluche/ Ben-Hur Marcel au début de Deux heures moins le quart…

36 Référence au slogan de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy sur la défiscalisation des heures supplémentaires (2007).

37 Innovation du film, le décor du hall de l’insula en mosaïque est raté et s’effondre lorsque Petiminus y touche.

38 La seule couverture de la BD est explicite : Astérix tourne le dos au dessin idéal du Domaine, d’un air boudeur. Cette couverture a servi à annoncer la parution de l’album dans le Journal Tintin, avec ces mots « Un placement sûr à deux pas de la forêt en bordure de mer » [sic].

39 Certains indices font penser à une réponse affirmative. De même, les habitants contemporains de ces ensembles ne paraissaient pas partager l’opinion négative des auteurs d’Astérix à l’égard de leurs résidences.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2024, 16 avril). Critique de film. “Astérix. Le Domaine des Dieux” (2014). Histoire Urbaine. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w7z7

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search