Rosemary Wakeman, The heroic city, Paris 1945-1958, The university of Chicago press, Chicago, 2009, 416 pages (Danielle Tartakowsky).

Rosemary Wakeman à qui l’on doit déjà une passionnante étude de la modernisation de Toulouse, du sortir de la deuxième guerre mondiale à 19751, est une éminente spécialiste d’histoire urbaine de la France, à ce jour en charge du programme d’études urbaines de l’université de Fordham. Le remarquable ouvrage qu’elle consacre à Paris s’inscrit dans le droit fil de sa précédente étude en s’interrogeant sur la nature des liens qui se jouent entre tradition et modernisation urbaine, mais s’attache plus spécialement aux spécificités chronologiques et formelles du processus de modernisation de la capitale. L’ouvrage s’appuie sur la retraversée d’une bibliographie qui impressionne par son ampleur et sa diversité et sur d’efficaces plongées dans la presse et les archives publiques pour proposer une approche extrêmement originale d’un sujet qu’on croyait bien connaît et qu’il renouvelle singulièrement.

L’originalité de la démarche s’exprime d’abord dans la chronologie choisie, d’ordinaire intégrée dans la plus longue durée de ces années « d’atermoiements et de velléités »2, séparant les derniers feux tardifs de l’haussmannisation du nouvel haussmannisme du tournant des années soixante. Il débute en 1945, quand Paris, qui n’a pas subi le sort et des destructions de certaines communes et noeuds ferroviaires avoisinants, tel Noisy-le-Sec, devenu vitrine de la reconstruction modernisatrice et rationnelle, se caractérise à la fois par son architecture préservée et par une politisation sans précédent, fruit de la Résistance et à la Libération (mais qu’il conviendrait peut être de faire remonter aux années trente). Les images longtemps prévalentes se brouillent soudain et la capitale, hier avant-garde de la modernité, le cède à « un puzzle énigmatique d’images et de spatialités concurrentes ». Paris, que Rosemary Wakeman appréhende de bout en bout comme un espace social, s’affirme pour une capitale épargnée, propre à signifier l’inscription dans un temps rassurant qui n’aurait pas passé, au regard de son peuple et du Monde. Ce « territoire du populisme (chapitre 3) offre un « paysage » (chapitre 2) constitué de territoires de petite taille, indissociables de ceux qui les peuplent et des sociabilités qu’ils génèrent. Ces territoires peuvent être perçus comme autant d’îlots insalubres à détruire de toute urgence ou, tout au contraire, comme des modes d’un vivre ensemble, à préserver impérativement ; expressions du meilleur, avec Chombart de Lauwe, ou du pire, avec le Corbusier ou avec ceux qui s’inscrivent après lui dans le sillage des congrès internationaux d’architecture moderne (chapitre 4). Rosemary Wakeman qui est fin connaisseur de l’histoire sociale et culturelle de la France choisit de revenir sur ces territoires du peuple naturalisés jusqu’à devenir des espaces indigènes de Paris et de son peuple, confondus, en démultipliant les angles d’approches. Elle retraverse avec talent l’histoire urbaine, les appropriations festives et politiques de l’espace public (chapitre 1 et 3), la production cinématographique, photographique et littéraire (chapitre 5), la sociologie urbaine, les documentaires télévisés et montre, par touches successives, comment l’humanisme poétique, qu’on ne mobilise d’ordinaire que dans les seuls champs cinématographiques et photographiques irrigue la totalité des analyses, des appropriations et des combats, en conférant à des pratiques et à des représentations issus d’horizons divers une unité profonde, tout à la fois politique, esthétique et éthique, générée autant qu’appropriée par des acteurs qui peuvent se réclamer simultanément de conceptions du monde et de la ville pourtant peu compatibles avec ce populisme en acte. Ces approches intriquées et les bivalences qu’elles autorisent et entretiennent vont contraindre les planificateurs à des compromis dont les réalisations des années soixante, abordés dans le septième et dernier chapitre de l’ouvrage, sont la meilleure expression. Elles expliquent qu’un urbanisme d’îlot ait prévalu sur un urbanisme d’alignement ou un urbanisme d’ensemble, mais répond aussi bien de ces effets pervers dont la rénovation du Marais, à laquelle l’auteur consacre des pages tristement convaincantes, constitue un parfait exemple, expression d’un Paris devenu capitale mondiale de la nostalgie, vidé de sa substance populaire et destiné à d’autres.

L’ouvrage de Rosemary Wakeman, servi par une belle écriture qu’il convient de saluer et illustrés par des photographies de grand intérêt, échappant au lot commun, oblige à repenser cette séquence de l’histoire urbaine par trop souvent réduite à ses manques pour en saisir les dynamiques à l’oeuvre. En introduisant de savants jeux de miroirs entre des disciplines et des écrits qui trop souvent s’ignorent et en proposant de relire ces quinze années d’histoire au prisme d’un humanisme poétique qu’il promeut au centre de tous les systèmes de penser et d’agir, il interpelle bien au delà de l’histoire urbaine et appartient à ces trop rares ouvrages qui incitent à repenser ce que l’on imaginait bien savoir.

1 Rosemary Wakeman, Modernizing the provincial city : Toulouse, 1945-1975. Harvard university press, Cambridge, Massachusetts, London, 1997.

2 Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville XIXe-XXe siècle, Le Seuil 1993.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.