Alexandre Simon Stefan, Les guerres daciques de Domitien et de Trajan. Architecture militaire, topographie, images et histoires, Rome, ÉfR, coll. de l’ÉfR n° 353, 2005, 811 pages (Yves Roman)

Comment ne pas avoir le vertige ? Non parce qu’A. S. Stefan nous dit avoir entamé sa recherche après un survol des camps romains qui, encore de nos jours, entourent Sarmizegetusa, mais parce qu’il nous explique tout simplement dans son introduction que ces camps sont toujours visibles aujourd’hui, qu’ils se découvrent parfois au détour du virage d’une route et le plus souvent au-delà des ailes d’un avion. Certes, le camp romain n’est plus un inconnu en France depuis que, sans parler d’Alésia, la recherche de ces mêmes camps en Gaule a, depuis une trentaine d’années, pris une nouvelle dimension. On peut songer, en effet, aux publications de Michel Reddé, ou à ce pré de Saint-Bertand-Comminges aux bords arrondis, qui sont ceux d’un camp romain du IIIe siècle, mais de là à imaginer que « l’ensemble bâti durant des siècles autour de la capitale dace » est toujours parfaitement visible, il y a une révélation qui renvoie au mot conservatoire et à des paysages d’Afrique du Nord où la marque de Rome dépasse toujours très largement le niveau du sol. Bref, la matière, si l’on peut dire, est toujours vivante, en tout cas parfaitement visible, et ce n’est pas le moindre des intérêts de cette recherche, qui peut très largement produire ses preuves.

A. S. Stefan étant architecte, l’ouvrage se présente comme une analyse du bâti et du figuré, ce qui semblera le plus normal du monde. On relèvera cependant une sorte d’hésitation dans la relation entre ceux-ci et l’histoire. À n’en pas douter le lien était impératif, sa mise en oeuvre délicate. De là sans doute un plan discutable qui, après une première partie sur le royaume dace et ses défenses, une deuxième consacrée aux traces de la présence militaire romaine dans la zone de la capitale dace, en vient, remontant le temps, à l’histoire des Daces et des Gètes depuis l’époque archaïque jusqu’en 85-89 ap. J.-C., avant d’aborder les guerres daciques de Domitien (quatrième partie), puis les guerres daciques de Trajan (cinquième partie). De tout cela, il ressort une certitude : la Sarmizegetusa de l’époque dace est passablement difficile à connaître. Non seulement, en effet, les Romains, qui y installèrent deux camps successifs en 102 et 106 ap. J.-C., y ont passablement détruit, mais les envoyés de l’empereur d’Autriche n’ont rien arrangé au XIXe siècle. C’est qu’on rechercha là en 1803 et 1804, au moyen d’un bataillon d’infanterie, les restes de l’or des Daces, pour financer les guerres contre Napoléon Ier. Il y a franchement plus remarquable comme fouilles archéologiques. Le XXe siècle devait faire mieux, relever des séries de terrasses qui, si l’on veut bien faire abstraction de la forêt actuelle et prendre en compte des murs de soutènement imposants ou des vestiges monumentaux, permettent de reconstituer la Sarmizegetusa de l’époque dace. C’était une ville de type hellénistique que l’on peut comparer à Pergame, ce qui est conforme… aux sources, notamment Strabon (VII, 3, 5) qui décrit très bien la montagne sacrée des Géto-Daces (Côgaionon), environnement d’un monde très largement religieux, où, depuis au moins Zalmoxis, le grand-prêtre était largement associé au pouvoir royal. Tel était le monde, largement influencé par l’hellénisme ce qui semblera normal, que les Romains entreprirent de remplacer.

À dire vrai, quand Trajan intervint, et Domitien avant lui, l’affaire n’était pas nouvelle et avait depuis longtemps une large part dans l’imaginaire romain. Sous le Flavien, les guerres eurent, dans leur déclenchement, un aspect sordide, Domitien ayant réduit (ou supprimé) les subsides versés par les Romains au royaume dace. Le monarque dace, Diurpaneus, attaqua alors (peut-être, nouvelle chronologie, dans la première moitié de 85) la Mésie, dont le légat C. Oppius Sabinus, fut vaincu et tué. C’est ensuite par un nouvel échec que s’acheva l’entreprise de Cornelius Fuscus, préfet du prétoire, tué, lui aussi, dans une bataille rangée où les Romains furent très largement défaits. Le butin était immense. C’était des armes, des machines de guerre, et un étendard selon Dion Cassius, butin qui fut retrouvé dans les forteresses prises par Trajan en 102. Rome connaissait donc une immense défaite et l’on a pu (St. Gsell) comparer celle-ci au désastre de Teutoburg sous Auguste. Domitien se rendit sur place et prit les mesures qui s’imposaient. La Mésie fut scindée en deux provinces et la riposte mise en place, en 86 et 87 fut suivie de la victoire de Tapae (site localisé, par A.S. STEFAN, dans la vallée du Mures). La guerre qui suivit, conduite par Tettius Iulianus (en trois campagnes ?), aboutit à la paix avec Décébale en 89, l’élément remarquable de celle-ci, bien illustré par les fouilles de Divici, étant le franchissement du Danube par les Romains, forçant là la défense dace. C’était une affaire de pont et on peut imaginer aller plus loin, grâce à une comparaison avec les ponts de César sur le Rhin (quelques restes retrouvés, près de Coblence)… et grâce à ce que dit, par comparaison, un orfèvre en la matière, Napoléon Ier lui-même, à propos du pont construit par l’ingénieur comte Bertrand face à l’île de Lobau, non loin de Vienne (Napoléon Ier, Précis des guerres de César écrit par Marchand à l’île Sainte-Hélène sous la dictée de l’empereur, Paris, 1836, rééd., Naples, 1984, p. 60-61). Le franchissement d’un fleuve fut toujours une affaire importante pour toutes les armées. Comme il est évident que les qualités d’un architecte sont un atout précieux dans la reconstitution d’une campagne à partir de quelques maigres textes que complète heureusement l’apport de l’archéologie. C’est ce qui permet à A. S. Stefan de faire des propositions de lieux de batailles, l’attaque de Tettius Iulianus l’ayant conduit plus près de la capitale dace qu’on ne l’imaginait. Quant à l’empereur de Rome, car il faut revenir à lui, nous le voyons voguer sur le Rhin et le Danube à la tête d’une puissante flotte, peut-être au printemps 89. Et ce fut la paix, une paix dont les conditions sont pour nous un peu énigmatiques. Pour parvenir à un résultat convenable, dit A.S. Stefan, il faut mettre en parallèle les paix de Néron et de Domitien. Solution désespérée, mais que faire ? Rome retrouvait sa position dominante, donnant un roi aux Daces, même si Décébale avait refusé de venir recevoir la couronne. D’un point de vue matériel, l’important n’était pas là, mais dans une « assistance technique » dit A. S.  Stefan, un transfert de technologie dirait-on aujourd’hui, mais qui avait un aspect particulier. Rome entendait contrôler les mouvements de ce type vers Sarmizegetusa, qui attirait, moyennant des émoluments élevés, des techniciens civils ou militaires. Quant aux subsides, A. S. Stefan accepte le chiffre de 8 millions de sesterces versés annuellement aux Daces et passe à l’étonnante réception de type funèbre que, selon Dion Cassius (LXVII, 9, 1-6), Domitien donna à Rome aux principaux sénateurs et chevaliers, qui, dans une ambiance sépulcrale s’attendaient à être égorgés. Mais ce texte est-il authentique ? Il ne restait à Domitien qu’à triompher, la Fortune étant de retour et la frontière du Danube inférieur renforcée.

Avec les guerres de Trajan, on serait en droit de penser à une information précise et quasiment complète. Or il n’en est rien, A. S. Stefan écrivant même que les causes de la guerre sont obscures et que « faute de documents pertinents nouveaux, les seuls éléments à prendre en compte sont les progrès de l’archéologie et les découvertes épigraphiques » (p. 503). En revanche, nous connaissons bien la technologie mise en oeuvre, si bien qu’A. S. Stefan a pu s’appesantir sur une famille d’engins de jet comme la manuballista, la cheiroballista et la carroballista (p. 526). La guerre était en partie devenue une affaire de technique. Ce qui n’empêche pas notre auteur de discuter, comme bien d’autres avant lui, des causes de la guerre. Que voulait Trajan ? Très certainement affermir le nom de Rome, faire craindre l’Empire romain… et assurer sa gloire, « trait dominant de la personnalité de Trajan » (p. 537). Cela dit, A. S. Stefan s’attache ensuite à retracer les deux guerres daciques de Trajan. C’est un va-et-vient permanent entre le terrain, illustré par les découvertes archéologiques et la propagande romaine, qui atteignit un sommet avec la Colonne trajane. La première partie de la première guerre de Trajan (101) fut dominée par une campagne mésique, ce qui signifiait qu’une seconde campagne était impérativement nécessaire pour aboutir à un résultat éventuellement durable. La seconde campagne de la première guerre eut lieu en 102, avec une grande armée et commença une nouvelle fois par le franchissement du Danube. Naturellement, on ne retracera pas l’événementiel ici, les entorses au traité ayant ensuite amené Trajan, non sans incertitude à une seconde guerre dacique (105-106) mais l’on s’attardera à cette convergence de l’archéologie, de la philologie, de l’histoire de l’art… et de la photographie aérienne, avec par exemple cette remarquable photographie (figure 240) qui montre encore aujourd’hui la zone de bivouac du Comarnicel, avec ses trois camps romains, encore parfaitement visibles. Ces camps de marche sur des crêtes alpines ne peuvent qu’interpeller les spécialistes des affaires militaires et il y a certainement là l’une des réussites de cet ouvrage. L’architecte a fait son travail, un immense labeur, et apporté bien des éléments aux spécialistes de l’armée, comme aux historiens de Rome à propos d’une équipée discutable en son fond — comme le montre la politique de replis d’Hadrien — mais qui enflamma l’imaginaire romain. En un combat épique, Trajan entrait dans la légende.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.