Evénement : La refonte de la muséographie du musée Gadagne (entretien)

Entretien avec Xavier de La Selle, directeur du musée Histoire de Lyon (MHL), à propos de la refonte de la muséographie du musée Gadagne (9 février 2024) et Coralie Mouton, Responsable du service médiation et développement des publics.

Entretien mené par Laurent Coudroy de Lille et Natacha Coquery

 

Laurent Coudroy de Lille : Gadagne a révélé au public fin 2023 la dernière section de sa muséographie rénovée. Les trois autres parties ayant été ouvertes les années précédentes, pouvez-vous nous expliquer les principales innovations apportées à ce qui existait auparavant ?

Xavier de La Selle : La principale innovation est un repositionnement total en termes de muséologie, muséographie et scénographie… tout en revenant à la source de ce qu’est un musée de ville. Cette notion est en effet très assumée historiquement comme étant l’émanation d’une intention politique. A Lyon, elle fut portée par les grands élus locaux et nationaux que furent Edouard Herriot et Justin Godart au début du siècle dernier, à l’époque où on érigeait la statue de Laurent Mourguet (1769-1844), inventeur de Guignol. On travaillait sur l’identité de la ville, à l’époque des « petites patries » de la IIIème République. C’est à ce moment que s’ouvrent certains de ces musées de ville… à l’étranger plus qu’en France d’ailleurs, car le mouvement resta finalement assez peu développé dans notre pays.

Mon ancienne prédécesseure, Simone Blazy, voulait renouer avec ce projet, alors que le parcours permanent dont le musée avait hérité était devenu autre chose : un musée de collection, ou même d‘art. Gadagne avait dérivé à travers ses acquisitions : beaucoup d’iconographie, des arts décoratifs… avec un certain complexe par rapport au musée des Beaux-Arts, doublé d’un autre complexe, celui du musée généraliste par rapport à de plus petits musées, mieux identifiés. Il y avait même un certain sentiment d’échec dans cette ancienne muséographie qui alignait des objets par ordre chronologique.

Il fallait refondre en profondeur les choses, et tendre vers un « musée de ville ». Ce qui n’est pas facile à faire comprendre en France où la chronologie et l’histoire sont souvent confondues. Un musée de ville s’intéresse d’abord à un territoire, l’espace d’une ville. Il a le devoir de permettre aux habitants de relier leur histoire à celle du territoire.

Le langage d’un musée, à la différence d’archives ou d’une bibliothèque, étant l’exposition, sa fonction revient finalement à mettre en scène un récit, à travers la collection. Très personnellement, en passant du monde des archives – j’ai commencé ma carrière aux Archives Départementales et suis passé par le Rize de Villeurbanne (qui intègre le service des archives municipales) – au monde du musée, je considère que je suis passé de la « fabrique » de l’histoire à la mise en scène du « récit ».

La notion de musée de ville recoupe vraiment celle de musée de société, apparue très tard (début des années 1990) et comme « astuce » du ministère de la Culture qui souhaitait qualifier tout ce qui ne relevait pas des Beaux-Arts. Dans ces musées, la collection n’est plus première : elle doit d’abord contribuer au récit. Ces musées ont aussi une vocation sociale, pour amener les visiteurs à se situer dans leur territoire.

Les collections de Gadagne – qui ne sont pas immenses – sont aussi plus fragiles que celles d’un musée des Beaux-Arts : des documents papier, des objets parfois hétéroclites. En raison de leur fragilité elles ne sont pas toutes présentables au public, comme le sont davantage les objets d’art. Le parcours ne peut être permanent, ou pérenne, ne serait-ce que pour cette raison, et le renouveler est légitime. L’ancien parcours existait depuis 15 ans… on ne sait pas combien celui que nous venons d’inaugurer durera, mais il a vocation à se renouveler. Voilà pourquoi nous avons choisi une refonte radicale.

 

 

FIGURE 1

La cour principale du Musée Gadagne. Ensemble résidentiel de la Renaissance habité par les banquiers florentins éponymes, l’hôtel de Gadagne devient musée historique de Lyon en 1921, associé au Musée de la marionnette (créé en 1950). Il est rénové au début de notre siècle.

@ Musée d’histoire de Lyon – Gadagne

 

Laurent Coudroy de Lille : la rénovation du bâtiment, beau palais urbain de la Renaissance, impliquait de nombreuses contraintes, et s’est faite avant celle de la muséographie. La Société française d’histoire urbaine avait d’ailleurs organisé son congrès annuel 2012 dans les locaux rénovés.

Vous nous dites que ce n’est pas cet énorme chantier qui a conduit à renouveler le contenu du musée.

Xavier de La Selle : en effet, cette rénovation était terminée quand je suis arrivé.

Je répète, il devenait vital de revoir cette muséographie. On n’avait sans doute pas les moyens de tout faire en même temps… et il fallait aussi une certaine réflexion. Mettre en place des dispositifs de médiation, et cela prend du temps.

Natacha Coquery : que voit-on aujourd’hui dans le musée ?

Xavier de La Selle : le nouveau parcours suit une approche thématique, avec toutefois chaque fois un « récit ». Celui-ci ne met pas exclusivement en valeur des collections mais aussi des objets empruntés ailleurs, tout en liant indirectement le propos à des questions contemporaines.

Pour cette organisation, qui n’est chronologique qu’à l’intérieur de chaque partie, il nous a fallu naviguer entre deux risques : trop thématiser, de manière scolaire (l’économie, la société… etc.) ou cultiver des clichés qui sont nombreux à Lyon, ce qu’on appelle parfois la « lyonitude ».

Il fallait saisir des singularités lyonnaises. Nous l’avons fait à partir des personnages de fiction. Ceux-ci occupent visuellement beaucoup de place, avec des anachronismes humoristiques. Nous voulions aussi jouer avec les codes du musée (un diorama, comme ceux que l’on trouve dans les musées d’histoire naturelle, ou des présentations relevant des sciences et techniques). Il fallait toucher des publics « non traditionnels », ceux qui ne sont pas à priori des publics de musée. Mais encore faut-il que ces nouveaux publics veuillent entrer : la communication est importante.

 

FIGURE 2 : Deux des séquences muséographiques (« expositions ») affichées en façade du Musée : « Portraits de Lyon » et « Les pieds dans l’eau ».

@ Laurent Coudroy de Lille

 

Mais quelles sont les quatre séquences ? La première, « Portraits de Lyon », porte sur ce qui définit la ville de Lyon, son évolution générale, ses emblèmes, parfois ses clichés. La deuxième, « Les pieds dans l’eau », porte sur le rapport avec les cours d’eau : une sorte de récit écologique, mais aussi dans les aspects sociaux, les usages du milieu.

La troisième, « Qu’est-ce que tu fabriques ? », la plus importante, utilise les lunettes de l’histoire économique, industrielle et ouvrière, et insiste sur la soierie, sans reprendre l’histoire glorieuse des négociants ou de la seule innovation, car cette exclusivité fait aussi partie des clichés. Enfin, la quatrième, « Lyonnaises, Lyonnais », porte sur la ville comme lieu politique, l’engagement dans la cité. On s’est référé à ce qu’écrivait Georges Duby dans l’Histoire de la France urbaine : ce qui définit une ville, c’est sa nature politique. Il y prenait l’exemple de Trévoux, toute petite cité parlementaire proche de Lyon. On y évoque le politique non pas seulement à travers la gouvernance mais aussi l’implication des citoyens. Il y avait une certaine difficulté, car nous y traitons de la structure politique locale… dont nous dépendons directement, le musée étant purement municipal. Cette partie est assez diversement comprise, en fonction des positions des personnes.

L’inauguration s’est faite, quel hasard ! le surlendemain des obsèques de Gérard Collomb, maire de 2001 à 2017 puis 2018 à 2020, qui a beaucoup marqué la ville et la Métropole, et avait inauguré quand il était en fonction le premier volet de notre muséographie.

 

FIGURE 3 : « Les pieds dans l’eau ». Sous le regard de Louise, « lavandière de la fin du XIXème siècle » tenant une bouée de piscine, sont présentées les grandes vues urbaines de Charles-François Nivart (les berges du Rhône, 1804).

@ Musée d’histoire de Lyon – Gadagne

 

 

Natacha Coquery : quels sont les apports de la recherche universitaire pour le musée, et à quoi sert, ou a servi, le comité scientifique ?

Xavier de La Selle : notre volonté, assez assumée, a été de ne pas constituer une instance formelle de comité scientifique. A la fois nous voulions assumer notre propos… et la diversité des champs de recherche, au-delà d’ailleurs de leur simple dimension historique. Nous avons souhaité travailler beaucoup avec les chercheuses et chercheurs, une sorte de comité scientifique éphémère qui nous a permis de valider certaines hypothèses. Nous avons fonctionné par entretiens individuels, pour recueillir des idées et finalement beaucoup plus de matériau que ce qui est présenté. Il n’y a pas de catalogue mais des livrets, établis dans une complémentarité bien comprise avec les chercheurs et chercheuses.

Il fallait entretenir un rapport de liberté avec les chercheurs, qui ne sont pas co-responsables des contenus, et garder la main sur des écritures finales, qui sont des textes de médiation. Si certains textes sont plus légers que d’autres, les formulations ont toujours été exigeantes, appelant de multiples relectures. Ces relectures étaient très fructueuses, comme par exemple le tout petit texte de la partie « Les pieds dans l’eau », sur les fleuves. Pour évoquer leur débit, leur histoire et sa projection future, il y eut des allers retours nombreux avec Jean-Paul Bravard, géographe spécialiste du Rhône.

J’ajoute que le musée Carnavalet, dont la refonte est très différente de ce que nous avons fait, a fonctionné de manière assez similaire avec les chercheurs, selon ce que m’a dit Valérie Guillaume, sa directrice.

Natacha Coquery : pouvez-vous nous dire comment s’est fait le suivi du projet par toute l’équipe du musée ?

Xavier de La Selle : l’équipe a bien suivi, car les réflexions ont été très partagées, tout cela se mettant très progressivement sur les rails. Dans un musée les principales compétences se trouvent dans les collections, même si la médiation est aussi importante.

Le propos doit rester un support de médiation, à la portée de publics larges, même s’il y a d’importants contenus scientifiques. Les critiques que nous avons reçues ont fait apparaître une inquiétude d’élus qui avaient besoin d’être rassurés par un comité scientifique. Mais les chercheurs l’ont compris, comme l’historien Paul Chopelin qui a défendu le propos du musée sur le rôle de Joseph Chalier (1747-1793) pendant la Révolution, face aux attaques de la presse1. Le comité n’aurait pas été pas une caution, car il y a une responsabilité singulière que le musée doit assumer. Il nous a fallu expliciter clairement ces positions, et l’équipe a défendu le projet.

Laurent Coudroy de Lille : comment avez-vous travaillé à cette refonte avec un point de vue de médiation ?

Coralie Mouton : le musée d’histoire de Lyon souhaite s’adresser aux habitantes et habitants, avec leur bagage culturel, leur vécu, et leur pratique ou non des musées. Pour ce faire, il convenait de placer les publics au cœur du projet afin de réaliser un parcours adapté, avec différents niveaux de lecture, ce que le directeur et la responsable des expositions ont souhaité et encouragé.

Ainsi, chaque exposition a été pensée par un « groupe projet » qui comprenait notamment une chargée des publics du service médiation. Elle apportait son expertise, sa connaissance de la médiation et des pratiques des publics à la fois sur le contenu, la scénographie et les dispositifs de médiation présents dans les salles. Elle coordonnait aussi la mise en relation avec les publics cibles, avant, pendant et après, notamment en organisant des rencontres et des séances de test des dispositifs.

La médiation dans le nouveau parcours du musée d’histoire de Lyon participe à garantir une multiplicité d’expériences de visite que le visiteur est invité à composer, selon ses attentes et ses envies.

Laurent Coudroy de Lille : comment, notamment sur l’histoire économique et sociale et de la soierie, se fait l’articulation avec d’autres musées ? Si le très important musée des Confluences dépend de la Métropole et a un propos très différent, y en a d’autres qui abordent cette dimension, notamment le musée du textile, en cours de rénovation complète. Par ailleurs, vous dirigez d’autres musées municipaux : celui des Arts de la Marionnette, également installé à Gadagne, celui de l’Imprimerie, dans la Presqu’île de Lyon, et celui de l’automobile Henri Malatre à Rochetaillée-sur-Saône.

Xavier de La Selle : j’ai mieux compris notre projet en le considérant comme une enquête à travers les ressources lyonnaises. Le paysage des musées lyonnais est très diversifié, riche, mais très peu organisé, avec des tutelles très variées (privé, associations, métropole, région). L’expression de « musée de synthèse » ou « table des matières » avait été utilisée par Simone Blazy, qui avait conduit la rénovation du bâtiment.

La Grande Fabrique est la clé de compréhension de l’histoire lyonnaise, y compris dans ses aspects politiques, les droits sociaux, les apports migratoires. Mais si cette histoire est très originale, unique en Europe, le rendez-vous entre la ville et son histoire économique a été un peu manqué. Lyon a eu tendance à gommer son passé industriel. Et ceci, alors que le discours sur la soie perdure malgré l’effacement de l’activité. Quelle différence avec Saint-Etienne et ses musées industriels ! Certes, nous n’avions pas les collections parfaites pour cela… mais l’intention d’insister. La trajectoire du musée des tissus est révélatrice : créé par des industriels, il est devenu un musée d’art, avec la présentation de belles collections de tissus, mais dont la dimension technique et sociale est assez peu développée. Cela ne changera pas, d’après ce qu’on connait de la nouvelle étape qui s’ouvre pour ce musée sous la tutelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il y a beaucoup d’enjeux dans la relation avec ces autres lieux. Par exemple le musée de l’Imprimerie, qui est exceptionnel, évolue vers un musée des arts graphiques.

 

FIGURE 4

Intérieur d’atelier de canut (Musée d’histoire de Lyon, inv. 97.3).

Cette petite peinture du XIXème siècle sur carton relevant de l’art populaire décrit de manière assez didactique la fabrication domestique de tissu uni, produit ordinaire de la grande époque soyeuse. La présence des objets de vie quotidienne et l’activité des différentes générations évoque précisément le cadre familial du travail.

@ Musée d’histoire de Lyon – Gadagne

 

Natacha Coquery : Lyon aurait été le lieu idéal pour mettre en valeur les techniques… mais cela reste donc insuffisant ?

Xavier de La Selle : le politologue Philippe Dujardin qui fut conseiller en matière de politiques culturelles auprès de la métropole prêche dans le désert depuis des années, justement sur cette culture technique. C’est la même chose pour le Rhône et la Saône… On aurait pu aussi davantage insister sur l’imaginaire des deux fleuves.

Natacha Coquery : quel est aujourd’hui le public d’un musée de ville ?

Xavier de La Selle : le public est d’abord constitué d’habitants ; c’est comme cela qu’il faut l’imaginer. Ensuite, chaque section aura aussi son public… Touristique pour la première partie, enfants pour « Les pieds dans l’eau », adolescents pour « Qu’est-ce que tu fabriques »… et pour les enjeux politiques : jeunes en âge de voter. Mais la question touristique est importante : le quart de nos visiteurs est composé de touristes qui veulent avoir une vision globale et synthétique.

Enfin, le public doit être élargi hors les murs, par exemple à travers les balades urbaines qui ont beaucoup de succès. A côté des guides professionnels, il y a profusion de pratiques de visite et une véritable « ubérisation » de la visite. Le paysage a beaucoup changé.

Le musée de ville recouvre tous ces enjeux. A côté des salles du musée qui mobilisent l’essentiel de notre activité, on doit élargir à tous les enjeux de la ville. Par exemple, on a mis en place un Vélomusée qui circule dans Lyon. Un musée de ville doit être un peu partout en même temps, et son utopie est de faire entrer dans un musée des choses qui bougent tout le temps, la ville comme métaphore du temps qui passe. L’enjeu le plus fort devient de créer des relations et approfondir les liens avec ce qu’on pourrait appeler la « première communauté patrimoniale » car parmi les acteurs de la ville, il y a aussi les historiens urbains et la recherche urbaine en général. L’institution est aussi là pour catalyser les choses. Pour cela, nous sommes tributaires de tout le monde. L’exposition « Lyon sur le divan », pour laquelle vous étiez intervenus tous deux, était un manifeste pour une ville qui bouge, qui se métamorphose2.

Coralie Mouton : en effet, le public d’un musée de ville est multiple. Aujourd’hui, nous travaillons avec et pour des publics variés et proposons des activités de médiation et une programmation culturelle adaptées à chacun. Cependant, le public d’un musée de ville ne se cantonne pas aux murs du musée. Il était essentiel d’aller à la rencontre de toutes et tous qui vivent et pratiquent la ville. Pour ce faire, nous mettons en place de nombreux partenariats avec des acteurs du territoire, des structures sociales, hospitalières, culturelles, etc. Nous intervenons notamment dans les crèches, les EHPAD et les hôpitaux afin de proposer des temps de médiation. Enfin, nous avons souhaité une confrontation plus directe avec les habitantes et habitants, avec le Vélomusée qui permet de créer un espace de rencontre et d’échange autour de la ville, ses usages et son histoire.

Natacha Coquery : dans quelle mesure un musée comme Gadagne est-il également utilisé comme outil pédagogique pour les écoles, collège sou lycées de la ville ?

Coralie Mouton : en tant que musée d’histoire et de territoire, Gadagne est un lieu propice à l’accueil du public scolaire, qui représente environ 25% de nos visiteurs. Avec le nouveau parcours du musée d’histoire de Lyon, nous avons pour ambition d’être à la fois un lieu ressource mais aussi d’échange et de questionnement. Le musée doit à la fois permettre aux jeunes lyonnaises et lyonnais d’appréhender la ville, de comprendre son histoire et de s’interroger en tant que citoyen.

Le nouveau parcours du musée d’Histoire de Lyon s’accompagne d’une offre d’activités de médiation (visites, ateliers) qui répondent à la fois aux attentes des professeur-es en lien avec les programmes scolaires, mais aussi à celles des élèves. Nous avons notamment conçus des visites-jeux, inspirés des escape games, afin de rendre les élèves acteurs de leur découverte et leur compréhension de l’histoire de la ville. Ces activités ont été testées, avant leur lancement, avec des classes issues des quartiers prioritaires de la ville de Lyon afin d’impliquer d’autres classes du territoire et d’être au plus juste des attentes des publics. En outre, la découverte de la ville se fait aussi dans la rue, avec notamment les balades urbaines qui abordent des thématiques historiques et sociétales dans différentes quartiers de la ville. Chaque activité invite, en plus de l’apport de connaissances, les élèves à s’interroger, développer leur esprit critique et leur curiosité, affirmant ainsi le rôle citoyen du musée. Gadagne est aussi impliqué auprès des scolaires à travers des projets et dispositifs culturels comme le « Patrimoine et moi ». Ce dispositif, co-animé avec la Direction de l’éducation, accompagne des classes lyonnaises dans la découverte et l’appréhension de leur quartier et leur patrimoine de proximité sur une année.

Gadagne est donc un outil pédagogique pour les scolaires et inscrit dans le parcours d’éducation artistique et culturelle de l’ensemble des élèves de Lyon.

Laurent Coudroy de Lille : pouvez-vous nous dresser un tableau des musées « de société » en France, puisque vous présidez l’association qui les réunit ?

Xavier de La Selle : la Fédération des écomusées et musées de société, créée en 1989, eut un réel succès. Elle rassemble également des structures qui ne sont pas des musées, comme le Rize de Villeurbanne. Plusieurs musées de ville y adhèrent (Strasbourg, Marseille, Gadagne), mais pas tous : Nantes et Carnavalet n’en font pas (encore) partie. A Lyon, Lugdunum, musée gallo-romain, est adhérent. Il existe aussi un regroupement des musées des ville, le CAMOC (présidée par la directrice du musée de Lisbonne), instance dépendant de l’ICOM3. Le City museum network Barcelone anime le réseau avec Joan Roca i Albert, forte personnalité de ce milieu. On se retrouve entre nous tous les dix-huit mois, avec une dynamique intéressante à échelle européenne. Il y a des historiens : Peter Stabbel à Anvers et Rosa Tamborrino à Turin qui s’intéresse au numérique et fut présidente de l’association italienne d’histoire urbaine4. Nous organisons maintenant de grandes rencontres et nous participerons au colloque de l’Association européenne d’histoire urbaine à Ostrava (septembre 2024) pour une table ronde sur le sujet.

 

1 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Église et la Révolution (1788-1805), Letouzey, Paris, 2010, 463 p

2 Musée Gadagne : Lyon sur le divan. Les métamorphoses d’une ville, Libel, 2017.

3  Le CAMOC (International Committee for the Collections and Activities of Museums Of Cities) est rattaché à l’International Council of Museums (ICOM) 

4 Tim Marshall et Joan Roca (ed.) : European City Museums, MUHBA 80, Ajuntament de Barcelona, 2023 (accessible en ligne : https://www.barcelona.cat/museuhistoria/sites/default/files/activitats_pdf/2023-09/EuropeanCityMuseums.pdf).



Citer ce billet
Cédric Feriel (2024, 3 juin). Evénement : La refonte de la muséographie du musée Gadagne (entretien). Histoire Urbaine. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rd5

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search