Alain Faure et Claire Lévy-Vroelant, Une chambre en ville, Hôtels meublés et garnis parisiens 1860-1990, Grâne, Éditions Créaphis, 2007, 430 p. (Florence Bourillon)

L’ouvrage présenté par Alain Faure et Claire Lévy-Vroelant aborde une question qui a ressurgi de façon dramatique au cours des dernières années : celle des garnis parisiens, de ces chambres en ville qu’évoque le titre, logement de fortune ou mal-logement, en bref de cet « innommable [que l’on accepte] dans l’espoir demain, de vivre dans des murs plus clairs ».

Cependant ce n’est en aucun cas un ouvrage de circonstance. Le propos des auteurs est de saisir la notion efficiente dans l’histoire longue des deux derniers siècles du « système du garni » à la fois élément essentiel dans la formation et le renouvellement de la population parisienne, et dans l’apprentissage de la ville ou mieux, des façons d’y vivre et de s’y insérer. Le garni oscille, en effet, entre structure d’accueil, habitat de transition ou espace de relégation selon des temporalités qui correspondent aux étapes du peuplement parisien, aux offres et aux politiques de logements, aux stratégies de lutte contre l’insalubrité. L’attention des auteurs ne s’arrête pas aux généralités ou aux discours des observateurs, membres des commissions d’hygiène, philanthropes ou fonctionnaires de la Préfecture de la Seine, souvent horrifiés de ce qu’ils découvrent et attentifs à la plainte. Ils cherchent également à comprendre la singularité de cet habitat entre précarité, refuge, « entre-soi » ou simple second choix de logement populaire. La variété des échelles d’observation conduit ainsi à mettre en valeur les ruptures et les continuités à l’oeuvre, du logement du provincial célibataire dans des garnis tenus par des « pays » à la Martin Nadaud ou du jeune couple en attente d’une installation meilleure, à la « familialisation » qui devient évidente à partir des années 1920. Ainsi d’un habitat temporaire d’accueil de populations migrantes ou en cours d’installation à la fonction d’habitat principal, donc durable, d’individus et de familles dans l’incapacité d’avoir un logement ordinaire ; d’un habitat certes inconfortable pour ne pas dire insalubre, assez peu différent des maisons qui l’entourent, à une forme beaucoup plus précaire et marginalisée de logement voire « d’infra-logement », sorte « de bidonville en dur ». Le fonctionnement commercial du secteur reste l’une des permanences du système, faisant des occupants non pas des locataires mais des clients, soumis à la fiche de police, au moins jusqu’à la fin des années 1960 ; et du garni, l’objet de règlements et de contrôles sanitaires. Pour autant, ce statut admet des processus paradoxaux de droit au maintien dans les lieux (comme entre 1949 et 1961), ou plus récemment de recours à une aide de l’État sous forme d’aides financières qui ressemblent à des prestations individuelles. Tout cela démontre l’un des constantes du « système du garni » : sa souplesse d’adaptation et son extrême sensibilité à la conjoncture.

L’étude repose sur une étude statistique approfondie du secteur, particulièrement bien menée par les deux auteurs, spécialistes connus et reconnus à la fois des archives et de la démographie parisiennes. Elle commence – puisque « compter c’est nommer » – par un chapitre consacré à la définition ou plus précisément à la désignation du garni à travers des sources d’origines différentes souvent foisonnantes mais aussi lacunaires et surtout discontinues : archives de la Préfecture de police, recensements, annuaires et recueils statistiques, enquêtes privées, casiers sanitaires, documents fiscaux (relevés de patente et documents cadastraux) etc. Le choix méthodologique a consisté à joindre à une reconstitution la plus complète possible de séries, une analyse plus  systématique de corpus. Ainsi de l’analyse faite des listes nominatives à partir de 1926 dans des rues « à garnis » choisies au sein des îlots dits insalubres, des classements opérés par la Préfecture de la Seine, ou des illustrations qui y sont insérées, etc.

Est ainsi mise en valeur une histoire du garni qui se déroule en trois grandes étapes : une longue progression au cours du XIXe siècle, liée à la capacité d’offrir un accueil à une population migrante, masculine et plutôt jeune dans un contexte général de progression démographique parisienne ; puis un « hyper gonflement » du système dans les années 1920, lié à l’incapacité d’offrir une installation aux nouveaux arrivants pourtant moins nombreux, créant les conditions d’une crise du « système », confirmée lors de la crise économique et de la guerre ; enfin, le second XXe siècle, sans véritable reprise, à destination d’une population immigrée ou de ménages « faibles », exclus du logement social, devenue captive. La situation n’a fait que s’aggraver durant les dernières décennies du fait de la crise de l’emploi, des logiques d’exclusion du logement ordinaire et de la déréglementation du secteur.

Au total, un ouvrage important qui remplit sans conteste le projet initial d’une analyse, sur l’ensemble de la contemporanéité, d’une forme très particulière de logement populaire, et qui, ajoutons-le car ce n’est plus si courant, n’hésite pas à démontrer pour convaincre, par une analyse systématique des sources (par ailleurs présentées en annexe) et un exposé de la méthode. La lecture pour autant n’en est pas rendue difficile.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.