Compte-rendu : Marie Bouhaïk-Gironès, “Le Mystère de Romans. 1509, une cité en spectacle (EHESS, 2023).

Marie Bouhaïk-Gironès, Le Mystère de Romans. 1509, une cité en spectacle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2023, 240 p.

 

Compte-rendu rédigé par Suzanne Rochefort

 

Les 27, 28 et 29 mai 1509, à l’occasion de la Pentecôte, plus de 4 000 spectateurs se pressent chaque jour dans la cour du couvent franciscain de Romans-sur-Isère. Sur une grande scène de 35 mètres sur 17 est donné le Mystère des trois doms, une pièce relatant l’existence des saints patrons de la ville, Séverin, Félicien et Exupère. Cet événement théâtral, objet du dernier ouvrage de Marie Bouhaïk-Gironès, est l’une des manifestations de spectacle sacré les mieux documentées avant le milieu du XVIe siècle. Il manquait cependant un travail prenant à bras le corps l’ensemble de cette documentation, exceptionnelle, quoique nécessairement incomplète : des archives communales et notariales, un manuscrit de comptabilité du spectacle, un autre contenant son compte-rendu, et enfin le texte du mystère. Malgré la conservation de ce dernier élément, M. Bouhaïk-Gironès met à distance toute approche texto-centrée qui consisterait à en faire le centre des analyses, réduisant les archives à des outils pour lui donner du sens. Au contraire, le livre se présente comme un essai d’histoire sociale dans lequel l’historienne se place « au cœur du chantier spectaculaire » (p. 16) et non de la représentation en elle-même. Les chapitres suivent pas à pas l’élaboration du mystère, c’est-à-dire une pièce de théâtre à matière religieuse : commandes et financements, composition du contenu, construction de la scène et des décors, préparation des acteurs. Le lectorat est guidé par un lexique ainsi qu’un glossaire qui accompagne la comptabilité, document hautement technique qui est reproduit en annexe (en plus du compte-rendu du spectacle et du prix-fait des charpentiers).

L’introduction et le premier chapitre méthodologique donnent le ton de l’ouvrage, qui est court mais dense. L’essai est tiré du mémoire d’habilitation à diriger des recherches de M. Bouhaïk-Gironès et s’appuie sur une quinzaine de ses publications antérieures. L’historienne propose des conclusions nettes et signale ses désaccords, notamment vis-à-vis de l’histoire littéraire traditionnelle. Par exemple, le texte du mystère n’est pas écrit pour être lu en entier : seul le conducteur du jeu possède le manuscrit intégral, tandis que chaque acteur ne dispose que de son rôlet, c’est-à-dire un document avec ses répliques. M. Bouhaïk-Gironès dénonce également la prétendue tradition antithéâtrale de la pensée chrétienne, poncif historiographique qui a masqué les spécificités et la vitalité des pratiques spectaculaires des xve et xvie siècles en France. Plusieurs grands rôles du mystère de Romans (Dieu, le pape, des évêques) sont joués par des ecclésiastiques. Surtout, l’historienne défend l’idée que la dramatisation des textes à contenu religieux offre au public un « espace de lien à Dieu » (p. 158), qui se déploie dans le temps long de la représentation (une dizaine d’heures sur plusieurs jours).

Pour le démontrer, M. Bouhaïk-Gironès réinscrit pleinement le théâtre sacré dans les dynamiques urbaines. Selon les registres municipaux de Romans, la décision de faire représenter ce mystère fait suite à plusieurs années de fléaux (sécheresse, épidémie de peste). L’autrice refuse de voir dans cette résolution une simple instrumentalisation du sacré à des fins politiques ou une volonté d’édification morale des habitants. Prenant au mot les acteurs historiques, dans une démarche d’histoire pragmatique, M. Bouhaïk-Gironès associe le mystère à un acte de grâce. La décision de donner une représentation de grande envergure est comparée à celle de faire construire un rempart. Le coût financier est certes important pour la ville, qui se retrouve déficitaire (1 730 florins de dépenses, 1 300 de recettes). Mais la cité y gagne en protection en raison de la « fonction défensive, prophylactique et réparatrice » (p. 158) qui est alors prêtée au théâtre. Cette perspective convaincante éclaire l’implication de toute une série d’acteurs urbains pendant plus de dix mois. De nombreux artisans de la région sont mobilisés, et les dépenses sont prises en charge à moitié par les institutions de la ville, à moitié par les institutions ecclésiales, alors même que les deux parties connaissaient de nombreuses tensions sur d’autres sujets. Enfin, le compte-rendu de l’événement est appréhendé comme un support de construction « de la memoria d’une cité et de son investissement dans cet acte pieux » (p. 72). Le théâtre religieux, par la spécificité de l’expérience sociale qu’il procure, se révèle donc être un site privilégié pour tisser des liens entre le sacré et l’espace urbain.
Plus que le titre ne le suggère, M. Bouhaïk-Gironès convoque au fil de l’ouvrage des exemples d’autres mystères, joués entre les années 1450 et 1550 à Bourges, Chalon-sur-Saône ou encore à Angers. Ces ouvertures ont différents statuts dans le propos. Parfois, l’historienne procède à une comparaison, comme dans le cas du processus d’élaboration du texte de la pièce. Celui de Romans peut être décrypté : c’est une œuvre collective. Le manuscrit est composé par le chanoine Pra, ponctuellement secondé, avant que des commissaires examinateurs puis des acteurs ne fassent évoluer le texte jusqu’au dernier moment – M. Bouhaïk-Gironès y décèle une forme « d’écriture de plateau » (p. 89). En revanche, pour le Mystère de Saint-Sébastien donné à Chalon-sur-Saône en 1497, la commune s’approprie la fonction-auteur. Douze notables de la ville remanient un mystère déjà existant, puis organisent le spectacle et y jouent chacun un rôle. Dans plusieurs passages du livre, les analyses sur d’autres cités permettent au contraire de pallier les vides du dossier romanais, afin de mieux éclairer les « pratiques sociales de création et d’élaboration d’un grand spectacle urbain » (p. 97). Le mystère de Romans contient un rôle de diable : peut-être l’acteur était-il auparavant passé devant un notaire pour stipuler qu’il n’invoquait pas personnellement les démons, acte existant pour un mystère d’Avignon en 1470. De même, les didascalies du Mystère des trois doms détaillent des scènes de torture et d’exécution, dont on ne sait presque rien. Mais l’historienne indique que des spectacles similaires donnaient lieu à des prouesses (faire jaillir le feu d’un masque de diable, matérialiser l’Enfer grâce à des fusées pyrotechniques). Ces pages frappantes sur les compétences des « maîtres des secrets » et les feintes utilisées afin de rendre visible l’invisible signalent un vaste chantier de recherche en histoire des techniques1.

La lecture de cet ouvrage se révèle donc à la fois très agréable, marquante et nécessaire, car les renouvellements formulés autour du théâtre médiéval ont une double portée. En montrant comment l’histoire sociale et urbaine peut intégrer le spectacle sacré, M. Bouhaïk-Gironès plaide plus largement pour une historicisation des multiples pouvoirs de la fiction.

 

 

1. Ce chantier a été amorcé dans le dossier suivant : Marie Bouhaïk-Gironès, Olivier Spina et Mélanie Traversier (sous la direction de), n °spécial « Mécanique de la représentation. Machines et effets spéciaux sur les scènes européennes (xvexviiiIe siècle) », Revue d’histoire du théâtre, n °278, 2018/2.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cédric Feriel (1 juillet 2024). Compte-rendu : Marie Bouhaïk-Gironès, “Le Mystère de Romans. 1509, une cité en spectacle (EHESS, 2023). Histoire Urbaine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11wr2


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search