Christophe Jerretie, La gare d’Ussel et son quartier, Treignac, Ed. Les Monédières, 2007, 167 pages, 72 ill. (Noëlle Gérôme)

L’étude minutieuse de Christophe Jerretie, géographe de formation, conduite avec la collaboration de René Martinat, ancien cheminot et élu municipal, montre, par la multiplicité des dimensions abordées et des questions qui restent à résoudre, l’importance de l’inscription du service du chemin de fer dans la vie des petites villes.

L’ouvrage détaille d’abord, avec la plus grande précision, la chronologie des installations ferroviaires en fonction des impératifs techniques du service et les enjeux sociopolitiques locaux liés au prestige de ces équipements nouveaux. L’histoire du périple du fronton de la gare, sculpté aux armes de la ville, en témoigne.

L’analyse du quartier des cheminots est très complètement conduite. Elle commence par l’étude de l’implantation des équipements scolaires et religieux, par celle du marquage symbolique des espaces révélés par les noms de rue, et par celle du remploi de l’ancien bâti. Elle se poursuit par l’observation de la mise en oeuvre de constructions nouvelles et leurs destinations successives au cours d’une période de presque un siècle (fin XIXe siècle – fin XXe siècle). La prolifération des activités industrielles et artisanales liées à l’activité des chemins de fer est bien connue, mais on découvre grâce à cette monographie la multiplication étonnante des établissements hôteliers de toutes catégories (hôtels de tourisme à l’architecture théâtrale, restaurants de bonne tenue, évoquant une vocation touristique, et des commerces plus modestes, pour une clientèle peu fortunée, mais aussi les « locaux sociaux » du personnel cheminot, restaurants et dortoirs).

La place relative des cheminots dans la société locale est décrite par le fonctionnement des oeuvres sociales qui leur sont destinées, leur rôle dans la vie associative et la politique municipale, la dynamique de l’activité syndicale, et enfin l’invention de rituels de sociabilité propres au groupe des cheminots. On notera aussi l’évocation du marché propre au quartier et surtout la fête du quartier de la gare qui survivra à l’usage de la gare elle-même – preuve de la fonction mémorielle de l’activité festive.

On le constate, l’histoire d’une gare, construite grâce aux archives et à une iconographie abondante, contribue à éclairer un « phénomène social total ». La lecture de cette étude locale modeste mais riche d’enseignement fait souhaiter que les institutions soucieuses d’urbanisme et d’histoire des chemins de fer engage un jour prochain une synthèse des monographies de l’histoire sociale des implantations puis du désengagement des chemins de fer dans les petites villes et les zones rurales.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.