René Favier (éd.), Pierre-Philippe Candy. Orgueil et narcissisme. Journal d’un notaire dauphinois au XVIIIe siècle, préface de Daniel Roche, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, collection La Pierre et l’Ecrit, 2006, 662 p. (Clarisse Coulomb)

« In manus tuas domine commendo memoriam meam. [Entre tes mains, Seigneur, je remets ma mémoire] Je soussigné Pierre-Philippe Candy, fils à feu sieur Joseph-Marie, bourgeois de Crémieu, déclare vouloir me servir du présent livre de compte contenant l’employ de l’argent que j’ai reçu à compter de ce jour dix octobre mil sept cent soixante dix neuf, jour du décès de sieur Joseph-Marie Candy, mon frère, dont je suis héritier suivant son testament […] ». Ainsi commence le livre de comptes de Pierre-Philippe Candy. Né le 24 octobre 1759, celui-ci a tout juste 20 ans lorsqu’il prend la plume. La mort de son frère aîné fait du jeune séminariste l’unique héritier mâle d’une famille bourgeoise de Crémieu, petite ville dauphinoise de 2.000 habitants située au sud-est de Lyon. Il quitte en conséquence le séminaire pour entamer des études de droit à Grenoble avant de se marier et d’acheter un office de notaire dans sa ville natale en mars 1787. Cependant, on est loin d’un livre de comptes classique, à la manière de celui d’Etienne Borrelly, notaire à Nîmes. En effet, le livre est divisé en deux entrées : à la même date du 10 octobre 1779, un journal commence en ces termes : « Delicia mea Nota Sint omnibus. [Que mes plaisirs soient connus de tous] Je ne rappellerai pas ici les premières démarches que j’ai faites auprès des personnes du sexe, ni les discours amoureux que j’ai pu leur tenir dans le temps que j’étois abbé. […] Je ne commencerai donc le détail de ma conduite qu’à compter du jour du décès de Joseph-Marie mon frère, arrivé le dix octobre mil sep cent soixante dix neuf. Ce détail sera écrit non pas dans l’intention de faire parade de mes vertus ou faiblesses, ni de faire connaître aucunement le sexe pour lequel j’ai soupiré et duquel j’ai pu recevoir quelques faveurs, mais seulement pour me procurer une espèce de consolation dans un temps de disgrâce, ou de tristesse ». Il s’agit donc à la fois d’un livre de comptes et d’un journal de ses aventures sexuelles, tenus en parallèle. Comme le note Daniel Roche dans sa préface, on voit par là combien la frontière entre les livres de raison et les écrits personnels et proto-autobiographiques est difficile à tracer. Ce qui réunit les comptes courants de la maison et ceux des fredaines amoureuses est sans doute sa double formation de séminariste et de notaire : le compte scrupuleux des actes sexuels relève certainement d’une pratique transmise par le séminaire, tandis que les notaires ont eu une grande influence dans la tenue des livres de raison. René Favier montre que cette écriture reflète la « dualité du moi, le jeune libertin et le notable en devenir ».

Les historiens s’intéressent aujourd’hui aux écrits du for privé, comme le rappelle Daniel Roche, qui fait en ce domaine figure de pionnier avec l’édition en 1982 du Journal de ma vie du compagnon vitrier Jacques-Louis Ménétra. Depuis plus de deux décennies, on est passé de l’histoire des groupes à celle des individus, de l’intérêt pour l’histoire socio-économique à celui pour la vie privée, tandis qu’après la forte influence exercée par la sociologie et l’économie sur l’Ecole des Annales, on assiste au retour de la littérature et à la réhabilitation des sources narratives. La publication du Journal de Candy s’insère dans le cadre du GDR sur les écrits du for privé dirigé par J.-P. Bardet et F.-J. Ruggiu, dont René Favier est membre, et qui s’est donné pour objectif l’inventaire et l’étude de ces sources intimes1. L’oeuvre de Philippe Candy consiste en trois volumes tenus d’octobre 1779 à septembre 1796, soit 459 folios intégralement publiés. Le texte est accompagné d’une présentation d’une centaine de pages ainsi que d’un riche appareil critique (cartes, tableaux récapitulatifs, index et bibliographie).

Le manuscrit découvert par René Favier se distingue des écrits de ce type par le côté obsessionnel des notations sexuelles. Inlassablement, Candy note ses masturbations, ainsi que ses relations érotiques — jusqu’aux attouchements de tous les tétons qui passent à proximité. Pour ces récits plus ou moins élaborés, mais qui s’apparentent souvent à des listes bien monotones, il utilise un code largement basé sur le détournement du vocabulaire religieux ainsi que des clefs simples comme le verlan. « On est ici devant un discours sexuel et technique d’une grande pauvreté, inspiré par la littérature pornographique, mais aussi par une culture de groupe, celle des jeunes mâles en attente d’établissement qui profitent de leur jeunesse, se vantent de leurs bonnes fortunes, et ont tendance, pour leur propre plaisir et pour rendre les autres jaloux, à les exagérer » note Philippe Lejeune2. Pour expliquer cet étrange assemblage d’un livre de raison classique à un journal de plaisir, il invoque un « pacte exhibitionniste fantasmé » : Candy a besoin de s’imaginer vu pour jouir de ses souvenirs.

« Après nous avoir invités à entrer chez lui, il fait comme si nous n’étions pas là…. » D’où les signes nombreux qui en font un objet public, destiné à la lecture d’autrui et, dans le même temps, l’utilisation d’un code transparent pour narrer ses fredaines. Ce manuscrit est en conséquence un magnifique document pour l’histoire des femmes… victimes, comme en témoigne l’histoire de la maîtresse de Candy, Thérèse Trichon, reconstituée par René Favier. Celle-ci étant tombée enceinte, il profite d’abord de ses angoisses pour avoir avec elle des relations « sans protection », puis, devant son insistance pour lui faire reconnaître l’enfant, il engage une vigoureuse contre-offensive. En effet, ce n’est que la fille d’un petit cabaretier que Candy ne songe jamais à épouser. En conséquence, leur fille est déposée à l’hôpital de la Charité de Lyon — elle mourra moins de deux semaines après comme en témoigne son acte de décès retrouvé par René Favier — et Candy remporte la procédure engagée par sa maîtresse ; celle-ci doit partir s’installer à Lyon ; Candy peut désormais faire en toute sérénité sa cour à Marion Thévenin, fille d’un des plus gros propriétaire fonciers de la région, « l’idole de son âme », qu’il épouse en janvier 1786.

Débute alors l’ascension d’un notable dans la ville dont René Favier retrace les principales étapes et en particulier le coup d’accélérateur donné par la Révolution. Cet homme des Lumières, lecteur de Voltaire, Rousseau, d’Holbach (sans oublier la littérature pornographique de son temps) s’engage dans la Révolution de façon modérée ; Candy sait tirer profit des événements en achetant nombre de biens nationaux dont l’ancien couvent des capucins de Crémieu. Il est élu maire de la ville durant la réaction thermidorienne et meurt le 23 août 1829 notable respecté, père de douze enfants — dont huit de sa seconde épouse. Cependant, depuis 1792 son engagement dans les affaires publiques, ainsi que la mort de sa première femme, « l’Idole », suivie de celle de sa mère ont ralenti le rythme de l’écriture. Il s’arrête définitivement le 22 septembre 1796 sur une note mélancolique : « il a plu le restant de la journée, soupé et couché de bonne heure ». Laissons le dernier mot au spécialiste des écrits intimes qu’est Philippe Lejeune : « C’est là une grande découverte archéologique, qui change le paysage du journal personnel. »

 1 C’est dans ce cadre que René Favier a présenté pour la première fois le manuscrit, jusque-là peu connu, « Sexualité et histoire de soi. Le journal de Pierre-Philippe Candy, notaire dauphinois à la fin du XVIIIe siècle », dans Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des coeurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, PUPS, 2005, p. 209-226.

 2 Philippe Lejeune, « Pierre-Philippe Candy, diariste érotique » dans “sur la naissance du journal personnel entre 1750 et 1815”,<http://autopacte.org>.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.