Ernesto García Fernández, Gobernar durante la Edad media : oligarquías y élites urbanas en el pais Vasco, Diputación foral de Álava, Vitoria-Gasteiz, 2004, 736 pages. (Amparo RUBIO, traduction Denis Menjot)

Avec cet ouvrage, Gouverner au Moyen Âge : oligarchies et élites urbaines au pays basque, Ernesto García Fernández aborde une thématique significative de l’histoire des trois provinces basques de l’Álava, du Guipúzcoa et de Biscaye, celle de l’organisation politique et sociale de leurs villes au Moyen Âge. Il analyse minutieusement le fonctionnement du pouvoir local, ainsi que celui des élites sociales et politiques des noyaux urbains dans une perspective méthodologique nouvelle.

E. García part en effet de l’hypothèse que dans ces localités il existe une multiplicité de pouvoirs qui s’articulent dans un système complexe de relations sociales et politiques. Il entend l’”univers de la société urbaine” comme un espace dans lequel se conjugue cette diversité de pouvoirs, espace qui dépasse le cadre strictement municipal et s’étend aussi aux autres groupes urbains qui ne sont pas organisés en lignages. C’est précisément cette approche méthodologique qui explique la structure de l’ouvrage qui se divise en deux grandes parties subdivisées chacune en trois chapitres. La première se réfère strictement au pouvoir municipal (que les sociologues appellent le pouvoir institutionnalisé) : à sa configuration, à son évolution et à ses transformations. La deuxième traite des autres pouvoirs dans la ville : le pouvoir économique et social des oligarchies et des élites urbaines, le pouvoir du “mouvement associatif”, du clergé et des organisations religieuses.

Dans la première partie, l’auteur s’intéresse tout particulièrement à l’étude des ordonnances et des règlements municipaux comme éléments régulateurs de la vie économique et sociale de la société urbaine. Une analyse rigoureuse de cette documentation municipale fait apparaître que les nombreuses mesures prises par les dirigeants se regroupent en trois blocs thématiques qui se réfèrent respectivement en premier lieu à la politique annonaire et à la réglementation de l’économie, en second lieu à la politique de sécurité urbaine, d’ordre public, de salubrité, d’hygiène et de moralisation des mœurs et en troisième lieu à la politique de “pureté de sang” et de ségrégation des minorités juives et converties qui s’accentue dans les dernières décennies du XVe siècle.

L’auteur consacre ensuite un chapitre entier à l’étude des finances des villes basques et de leur gestion par les pouvoirs locaux. Il montre que les ressources proviennent fondamentalement de l’affermage ou de la vente des biens patrimoniaux (propios) : pâturages, bois, aires de battage, etc.., mais aussi des impôts royaux – alcabalas -, dont les municipalités sont responsables de la perception à partir de la fin du XVe siècle et de l’instauration de l’encabezamiento qui consiste en la fixation par la monarchie d’une somme forfaitaire par chaque ville. S’y ajoutent d’autres impositions à caractère extraordinaire à l’origine mais qui avec le temps finissent par se transformer en impôts ordinaires, d’une part, les sisas sur les produits de consommation courante et les derramas “tailles,” auxquelles les dirigeants ont recours aussi assez fréquemment et, d’autre part, les repartimientos, impôts royaux de répartition qui dans certains cas servent à obtenir des fonds pour faire face au paiement d’autres impôts.

Dans le troisième chapitre de l’ouvrage, l’auteur analyse les différents mécanismes utilisés par les élites urbaines pour occuper et accaparer les magistratures et offices municipaux d’alcalde, regidor, fiel, jurado, député et procureur. Le modèle vitorien se distingue tout particulièrement avec la disparition de  l’attribution des charges par le système des “groupes lignagers” (bandos) en 1476 et l’ouverture des offices de la “République” à un secteur plus large des élites urbaines. Cette réforme s’étend progressivement aux villes voisines de Bilbao, Vergara, Mondragón, Laguardia, Salvatierra, Elgoibar, Motrico, Logroño et San Vicente de la Barquera.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, l’auteur traite des autres pouvoirs de la ville, en marge du conseil municipal. Pour préciser le pouvoir économique et sociale des élites urbaines, il s’efforce d’abord de déterminer leurs sources de revenus et montre qu’elles proviennent pour une bonne part de la fiscalité royale par le canal notamment des juros (rentes constituées) et de leur participation aux biens municipaux par le biais de l’affermage de certains d’entre eux. L’analyse détaillée de toute la documentation disponible, mais pas très fournie, sur la distribution et la répartition des biens familiaux : testaments,  constitutions de majorats, contrats de vente, de mariage et d’affermage, inventaires post-mortem et livres de comptes fait apparaître des différences économiques importantes entre les patrimoines des élites urbaines basques.

Dans le cinquième chapitre, consacré au phénomène associatif comme forme d’expression de la sociabilité, E. García met en lumière la grande diversité des organisations : confréries religieuses et professionnelles, confréries d’hidalgos, hermandades. Il s’attache toute particulièrement aux confréries de marchands, pêcheurs, forgerons, tisserands, tailleurs, cordonniers, bouchers, relativement bien éclairées par la documentation dans les provinces basques au bas Moyen Âge et met en évidence les moyens utilisés par ces professionnels pour défendre la spécialisation de la production et la diversification sociale du travail. Particulièrement significatif est le cas des hermandades (fraternités) politiques. Dans ces trois provinces, au cours des XIVe et XVe siècles, elles se dotent d’ordonnances spécifiques qui donnent naissance à une nouvelle organisation de caractère supralocal avec une capacité juridictionnelle beaucoup plus ample que celle des conseils municipaux, pour intervenir, par exemple, dans les questions relatives à l’ordre public, à la défense de leurs privilèges face aux exigences des autres institutions, à la levée d’impôts pour mener à bien leurs actions.

Le dernier chapitre de l’ouvrage, au titre évocateur “manifestations du pouvoir de Dieu”, aborde l’influence exercée par les clercs sur la société urbaine dans son ensemble. à commencer par la juridiction de l’évêque, du chapitre et des ordres religieux. L’auteur analyse quelques aspects jusqu’alors négligés par l’historiographie comme la célébration des synodes diocésains, l’introduction de l’observance dans les monastères des villes basques, ou encore la participation des élites au “pouvoir spirituel” de l’Eglise à travers l’étude des pratiques testamentaires et notamment du choix des sépultures.

Cet ouvrage écrit, par l’un des meilleurs spécialistes du l’histoire du Pays basque médiéval et qui fourmille de détails, est une bonne et riche synthèse fondée sur l’analyse d’une documentation originale et qui s’appuie sur une bibliographe importante et diversifiée. Il met parfaitement en lumière la complexité des rapports de pouvoir au sein de la société urbaine basque. Il constitue indéniablement un apport de grande qualité à la connaissance du monde urbain et des élites du pouvoir au Pays basque au Moyen Âge. Ajoutons que l’ouvrage comporte en annexe un florilège de 25 documents, un dossier de graphiques, un glossaire et, rareté qui mérite d’être signalée, deux index, un des noms et un des lieux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *