Jacqueline Viruega, La bijouterie parisienne du Second Empire à la Première guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 2004, 390 p. (Marie-Agnès Dequidt)

Des fastes du Second Empire à la Première guerre mondiale, Jacqueline Viruega nous fait entrer dans le monde de la bijouterie parisienne. Monde riche (à tous les sens du terme) s’il en est, et riche avant tout de diversité de productions. Le terme bijouterie est ici un raccourci couvrant tout ce qui concerne les bijoux, qu’ils soient « fins » ou « faux » (on dira plus tard : de fantaisie) mais également la joaillerie (le travail des pierres précieuses) et l’orfèvrerie (le travail des métaux précieux).

Dès 1860, toute la gamme des bijoux est présente sur le marché, du joyau princier au bijou de deuil (dont les matériaux et les couleurs sont codifiés et qui se portera jusqu’au début du XXe siècle) ; de la chaîne au camée. Il faut dire que la réputation de Paris est ancienne dans la pratique des arts du métal. Les bijoux parisiens ne cessent cependant d’évoluer dans leur style, depuis les bijoux « romantiques » de Froment-Meurice ou les émaux de Falize, aux bijoux pleins d’audace de Boucheron et jusqu’aux productions éphémères de l’art nouveau représenté entre autres par les chefs-d’oeuvre de Lalique.

Si les bijoux de luxe connaissent une demande qui ne fléchit pas pour la clientèle aisée traditionnelle, la production doit également suivre une autre tendance forte du marché : l’ouverture vers le bon marché pour répondre à la demande toujours croissante des cercles élargis de la bourgeoisie montante. Le doublé or, le plaqué or, les métaux non précieux (acier ou alliage de divers métaux) ou les fausses perles contribuent à la fois à étendre la production et à répondre à cette demande élargie. Ces produits de demi-luxe, en imitation des bijoux de prix, exigent cependant une facture soignée pour correspondre à l’image française.

En parallèle, les améliorations techniques visent à baisser les coûts de production par l’introduction de machines qui réduisent la part de main-d’oeuvre et le temps de réalisation. Cependant, la spécificité de la bijouterie française est sa grande qualité que tous les fabricants tiennent à préserver. La main de l’homme intervient donc toujours, ne serait-ce que dans la finition des produits et dans le contrôle final.

C’est cette qualité qui assure la prééminence de l’exportation de la bijouterie parisienne, malgré les prix inférieurs des productions des autres pays européens, même si un fléchissement se fait sentir à partir de 1913. Cette position apparaît clairement au travers des expositions universelles (1867, 1878, 1889, 1890, 1900) dans lesquelles les bijoutiers parisiens emportent tous les prix et médailles de leurs catégories.

Une façon de contrecarrer les prix bas notamment de l’Allemagne et de la Suisse est de modifier le titre de l’or (proportion d’or dans les alliages formant la matière des objets de bijouterie et d’orfèvrerie). Jacqueline Viruega nous fait vivre les luttes acharnées entre partisans et opposants du maintien de la loi de Brumaire an VI imposant en France un minimum de 18 carats (soit 750 millièmes d’or ou 75%, ne laissant au 25% pour du cuivre). Pour les uns, c’est la garantie de qualité de la production française certifiée par un poinçon qui en assure la suprématie internationale, sans compter l’argument de l’Etat qui trouve dans les contrôles payants une sorte d’impôt sur le luxe nécessaire pour renflouer l’économie nationale. Les autres pressent le gouvernement à agir vite, à baisser le titre jusqu’à 14 voire 8 carats sans aucune obligation ni contrôle, pour lutter contre les productions étrangères non soumises à obligation qui menacent les exportations par leurs prix réduits. Les débats s’étendent sur plusieurs décennies, divers projets de loi à l’appui. Ils ne sont qu’en partie réglés par la loi de 1884, donnant une autorisation de titrer à 14 carats pour les boîtiers de montres et sans titre (or et argent) uniquement pour le marché de l’exportation. La mise en application de cette loi étant difficile, les débats se poursuivent sans aboutir à une solution satisfaisante pour les différentes parties.

Au-delà de la production des bijoutiers parisiens, Jacqueline Viruega nous invite à découvrir l’organisation du métier par l’intermédiaire des enquêtes de la chambre de commerce de Paris, des annuaires Azur de la profession et des actes de sociétés. Nous découvrons alors un monde tout de contraste, assez typique de la Fabrique de Paris, s’appuyant principalement sur une production artisanale. Les ateliers, s’ils sont quasiment tous voisins dans le quartier du luxe du coeur de Paris de la rive droite, sont très disparates dans leur organisation. Ainsi, le nombre d’employés varie d’un entrepreneur solitaire ou d’une ouvrière à domicile à un atelier d’une centaine d’ouvriers, tandis que la constitution de la société peut être aussi bien familiale, à parts égales ou non entre actionnaires, faisant ou non intervenir des commanditaires qui apportent seulement du capital ou qui participent au travail quotidien, réunissant des capitaux faibles voire dérisoires ou très importants. Toutes ces variations dépendent en partie de la spécialisation de l’atelier mais aussi de la personnalité de l’entrepreneur.

La durée de vie moyenne de ces sociétés est assez courte (environ cinq ans), qu’elles génèrent une autre société par modification d’actionnaires ou qu’elles cessent leur activité. Si les faillites ne sont pas rares, elles dépendent en grande partie de la conjoncture économique du pays (notamment la période de crise des années 1880) et de ses voisins vers lesquels se fait l’exportation plutôt que d’une mauvaise gestion qui est rarement citée. Le monde de l’art rejoint donc le monde économique et les bijoutiers doivent trouver leur chemin entre tradition et adaptations au goût du jour et aux conditions économiques.

Jacqueline Viruega nous présente également quatre parcours individuels qui illustrent deux types de cheminements : les héritiers d’un côté, faisant fructifier les affaires familiales et les self-made men de l’autre, qui démontrent l’ouverture du métier à de nouvelles compétences.

Enfin, à l’aube de la Première guerre mondiale, le système artisanal de la Fabrique de Paris s’épuise et les exportations diminuent. La production française est de plus en plus cantonnée au haut de gamme et ne parvient pas à s’adapter aux productions de masses.

La présentation de Jacqueline Viruega nous fait découvrir la bijouterie avec force détails et anecdotes. On regrette cependant quelques imprécisions dans l’organisation des idées (allers-retours chronologiques, définitions venant après l’utilisation des termes, sujets traités en plusieurs endroits, quelques redites). La documentation est riche même si on aurait pu souhaiter des notes à la fois plus explicites et moins nombreuses. Enfin, et l’auteur n’y est pour rien, des illustrations en couleur auraient agréablement étayé les descriptions des merveilleuses productions de Paris. Tout cela n’enlève en rien à l’intérêt de cet ouvrage dans lequel on voit vivre un aspect de Paris au tournant du XXe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.