Robert Marconis, Julie Vivier, 150 ans de transports publics à Toulouse, Toulouse, Privat, 2009, 144 p. (Matthieu Flonneau).

L’ouvrage produit par le géographe Robert Marconis et la journaliste Julie Vivier invite à « embarquer pour un voyage passionnant au coeur des transports en commun toulousains ». Remarquablement illustré au fil de ses deux parties qui posent dans un cas d’abord (I) « un héritage inscrit dans l’espace urbain » et envisagent ensuite (II) les « enjeux contemporains », le texte présente, avec de précieuses dates à l’appui depuis l’arrivée du chemin de fer, la succession des grands systèmes de transport qui ont assuré la mise en mouvement d’une « métropole d’équilibre » pour reprendre la terminologie employée aux beaux temps de l’aménagement du territoire. On remarquera toutefois la très étonnante absence de cartes ou de plans qui laisse le sentiment d’un espace généralement appréhendé, certes évoqué dans le texte, et délié des tensions territoriales évidemment problématiques à l’heure de la métropolisation.

Cette monographie est intéressante même si elle paraît souffrir d’un défaut historiographique majeur : elle restitue une vision lissée a posteriori et souvent téléologique d’une évolution complexe que la seule cohérence affirmée de la stratégie contemporaine de pouvoirs publics volontaristes ne peut pas expliquer. Tout semble aboutir – « la boucle est bouclée » p. 136 – à l’avènement du métro puis au « retour » du tramway. Vue du haut, depuis le prisme de la décision politique – le député-maire actuel Pierre Cohen, aussi président du Grand Toulouse, et pour l’occasion préfacier, apparaît souvent en photographies et citations… –, le processus paraît limpide même si l’emboîtement complexe des échelles contemporaines est bien exposé (p. 134).

Les enjeux sociaux de la mobilité semblent toutefois parfois négligés (la place des usagers est bien signalée mais pas vraiment approfondie, p. 93-95) au point qu’un événement anecdotique comme la grève du tramway le week-end même de son inauguration à la fin de novembre 2010 ne saurait être vraiment compréhensible pour le lecteur. La problématique plurimodale de la mobilité enfin n’est pas entièrement couverte par l’ouvrage qui laisse notamment l’automobilisation massive et consentie largement en marge de l’analyse. Celle-ci reste malgré tout comme une première pierre très utile pour un chantier historiographique désormais ouvert.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.