Samuel Gibiat, Isabelle Michard, Montluçon. Les hôtels nobles (XVe-XVIIIe siècles), Montluçon, Edition des amis de Montluçon, société d’histoire et d’archéologie, 2006, 199 p. (Boris Bove)

Samuel Gibiat, archiviste-paléographe moderniste et Isabelle Michard, architecte des bâtiments de France, ont conjugué leurs compétences pour réunir des dossiers aussi complets que possible sur les hôtels aristocratiques de Montluçon : actes notariés, terriers, plan cadastral, photographies anciennes ou récentes donnent une idée de l’évolution du bâti et de la propriété de ces maisons bien habitées du XVe au XVIIIe siècles. L’essentiel de l’ouvrage se compose de 59 notices monographiques portant sur des demeures disparues ou toujours visibles (p. 26-185), précédées d’une introduction synthétique (p. 6-25).

Le corpus de résidences présentées est homogène, car défini par le statut social commun de leurs occupants : la noblesse, qu’elle soit ancienne ou récente, d’épée ou d’offices. Cette homogénéité permet de proposer une courte synthèse, propre à dégager les caractéristiques et l’évolution architecturale et sociale de ces hôtels et de leur propriétaire.

Ces hôtels sont d’abord ceux des officiers des ducs de Bourbon qui firent de la ville aux XIVe et XVe siècles le siège d’une des 20 châtellenies de leur  principauté. La réunion de celle-ci au domaine royal en 1531 n’enlève pas à Montluçon son statut de centre administratif, puisque cette ville de 3.000 à 5.000 habitants abrite un grenier à sel, un siège d’élection, puis une direction des aides et un bureau des traites foraines, une lieutenance de maréchaussée et enfin une subdélégation de l’intendance de Moulins, la capitale du Bourbonnais. Les officiers présents durant l’âge d’or de la ville, entre le XIVe et le XVIe siècle, font souvent carrière ailleurs et sont remplacés par des nouveaux venus issus du notariat et du patriciat marchand (la ville est le centre d’un commerce régional du vin), qui appartiennent au milieu des « officiers moyens ». Les officiers de judicature cèdent enfin le pas aux officiers de finance dans la première moitié du XVIIIe siècle, tandis que l’ancienne noblesse militaire de Combraille mise à mal par la guerre de Sept ans (1763) et l’érosion de la rente foncière s’installe massivement en ville pour y chercher un nouveau confort de vie.

La quasi-totalité des hôtels sont construits en alignement sur rue, possèdent des annexes bâties, une cour privée fermée avec porte cochère, un puits et des caves, des écuries et des communs, et enfin un jardin, le plus souvent de petite taille. Le plan médiéval est caractérisé par l’absence de pièces de liaison, compensée par un plan en L avec une vis hors d’oeuvre à la jonction des deux ailes, qui a le mérite de relier tous les niveaux et les espaces entre eux tout en conférant le prestige castral de la tour à la demeure. Plusieurs hôtels modernes résultent de la réunion de maisons médiévales mitoyennes. À partir du XVIe siècle, l’espace intérieur tend à se spécialiser avec l’apparition de l’anti-chambre et du cabinet. Peu de bâtiments datent du XVIIe siècle, mais beaucoup reçoivent des modifications de décoration extérieure qui les mettent au goût du jour : le vitrage et les croisillons de bois remplacent ainsi les meneaux. Les maisons anciennes sont en pierres de taille, tandis que celles des XVIIe-XVIIIe siècles sont en blocage de galets de rivière en raison de l’épuisement des carrières locales. Quelques hôtels possèdent une chapelle privée, en général à l’écart de la rue et des circulations intérieures. Les discordances entre le plan des caves et celui du bâti permettent de mesurer l’accroissement de l’emprise au sol de ces maisons.

Le principal intérêt de l’ouvrage est de mettre en regard la documentation écrite avec l’architecture pour un corpus très cohérent. Les historiens apprécieront de pouvoir enfin voir ce qu’ils sont le plus souvent contraints d’imaginer en lisant les actes notariés, car la plupart de ces demeures sont encore debout et une iconographie riche et abondante permet de les visualiser aisément. Ce petit livre est donc un jalon remarquablement utile pour tous ceux qui s’intéressent aux hôtels aristocratiques d’ancien régime. L’ouvrage pèche en revanche par son côté « guide à l’usage exclusif des érudits locaux », comme en témoigne, sur les diverses cartes proposées, l’absence d’indication claire des noms de rues, alors que c’est le mode de classement des notices et que l’introduction évoque la genèse du tissu urbain et le zonage social de la ville. On aurait aussi souhaité une analyse sociale mieux affûtée. Ainsi la valeur heuristique de la taxinomie distinguant les ostels d’origine médiévale, des hôtels qualifiant des demeures composés de corps de logis multiples et des maisons sans dépendance est douteuse peu cohérente empiriquement, puisque l’hôtel désigné sous le nom de Château jaune date du XVe siècle et ne s’insère pas dans le classement général… Ailleurs il est question de la bonne exposition solaire qui explique la localisation de quelques hôtels sur un côté de la rue, sans précision d’orientation, ni de repérage architectural : bonne orientation de l’entrée ? de la cour ? des appartements ? quelle est l’orientation des autres hôtels ? L’intérêt d’un corpus cohérent est de pouvoir en tirer des statistiques générales et une typologie, qui est abordée dans l’ouvrage seulement de manière intuitive et allusive. Enfin, les explications historiques semblent parfois un peu courtes : les auteurs notent que beaucoup de ces hôtels s’apparentent à des maisons ordinaires et attribuent cette absence d’architecture remarquable à la relative modestie de leurs propriétaires, sans définir ce que devrait être un hôtel remarquable dans un centre administratif secondaire, sans se demander si toutes les élites d’ancien régime avaient nécessairement un habitat remarquable en ville et sans s’interroger sur le sens de cette possession et la place de cet habitat dans leur patrimoine global. De même la causalité entre la ruine économique de l’aristocratie militaire au XVIIIe siècle et son installation dans des demeures urbaines plus confortables n’a rien d’évident : faut-il supposer que les maisons de ville sont moins chères que les maisons rurales ? On l’aura compris, l’ouvrage est précieux et se recommande par la qualité des données recueillies, mais laisse un peu sur sa faim quant à leur exploitation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.