André Guillerme, La naissance de l’industrie à Paris, entre sueurs et vapeurs, 1780-1830. Collection Milieux, Champ Vallon, Seyssel, 2007, 439 p. (Denis Woronoff)

Paris a été une grande ville d’industrie, voire, aux XVIIIe-XIXe siècles, la capitale industrielle de la France. Les historiens commencent à mieux le savoir et à le dire ; c’est la fin d’un oubli ou d’un déni. André Guillerme, spécialiste incontesté de l’histoire des pollutions en milieu urbain, explorateur attentif des circulations « sous la peau de la ville », nous propose une lecture personnelle, brillante de la genèse de l’industrie à Paris. Cet ouvrage pourra sembler doublement provocateur. Sur la chronologie, d’abord. Alentour de 1780, l’industrie était fort présente, et non naissante, dans la capitale. Pour s’en tenir aux Faubourgs, Saint-Marcel, Saint-Antoine et Saint-Denis, l’activité d’ateliers en tous genres et parfois de dimension proprement industrielle y mobilisait déjà des dizaines de milliers de Parisiens, depuis plus d’un siècle. Le coeur du livre porte sur une double révolution, celle de la chimie organique, qui relève de l’artisanat, celle de la chimie minérale où la grande entreprise a la meilleure part. C’est taire l’effervescence de la « cotton mania » des années 1780-1810 et plus largement l’hégémonie des industries textiles en termes de main-d’oeuvre, l’essor inégalé de la construction et de tout ce qu’elle entraîne (jusqu’aux papiers-peints) ou le succès croissant des arts du feu (terre, verre et métaux). Mais cela est vu en fait sous un angle inédit, celui de la soude, des acides, de la chimie des colorants, de la mécanique qui rendent compte autrement de ces réalités. L’auteur s’intéresse à la façon dont le corps de la ville produit sa substance industrielle, sa matière première et innove dans sa mise en oeuvre.

Au commencement est la récupération, après vidange et équarrissage. Peaux, os, boyaux, graisses animales, excréments, André Guillerme détaille avec virtuosité les moyens et les modalités la « révolution biochimique ». C’est le versant sombre et mal odorant de l’industrialisation à la parisienne. Il faut y ajouter l’eau courante, telle la Bièvre chargée de matières organiques et de sels, les eaux dormantes et souterraines qui aident aux préparations des corroyeurs et des teinturiers. Plus largement, l’humidité active les processus chimiques. On lui doit l’indispensable salpêtre. Grâce à elle, les chiffons, les cuirs évoluent comme il convient ; ce livre est un hymne aux vertus de la putréfaction. L’auteur nous conduit dans les hangars et les arrière-cours, à où l’on prépare la colle, les chandelles, le savon noir, l’amidon. On apprend à tirer des boyaux les cordes pour instruments de musique et à utiliser les pouvoirs décolorants et désinfectants du noir animal, produit par la calcination des os. Ces activités ne requièrent aucune mécanisation spécifique ; elles restent à portée des artisans. La révolution chimique, qu’illustre mais ne résume pas Lavoisier (on songe parmi d’autres à Chaptal et à Darcet), repose sur les acides et en premier lieu sur l’acide sulfurique, véritable levier de l’industrie. Comme le dit Guillerme, la capitale de la chimie théorique devient dans cette période la capitale de la chimie appliquée. Il y faut des capitaux, des équipements ; cela ne peut se faire en petit. L’espace aussi est nécessaire. Sans fuir la ville, les nouvelles installations se portent volontiers à la périphérie : Javel, Clichy, Les Ternes, La Villette, Vaugirard. Ces usines dérangent, polluent. Pourtant les pouvoirs publics les soutiennent et encouragent même celles qui s’implantent en ville. Le rejet des ateliers qui exploitent la matière organique est beaucoup plus net. En somme, les boyauderies, tanneries, fonderies de suif sont, à terme, condamnées à partir, les usines chimiques, elles, sont acquittées. C’est qu’elles sont gouvernées par la science et donc perfectibles. La science, pensent des autorités comme le Conseil de salubrité, saura toujours réparer les dégâts qu’elle occasionne. Les pages qui décrivent les ravages du mercure ou ceux du plomb, les quantités proprement incroyables de divers métaux lourds abandonnés dans le sol feront réfléchir les Parisiens d’aujourd’hui. Plus que l’essor de cette chimie industrielle ou la montée en puissance, à partir de 1820 de la mécanique – deux axes connus de l’industrialisation parisienne -, on souhaite signaler l’originalité des développements que André Guillerme consacre au blanc, sous toutes ses formes. Il analyse la rage soudaine de blanchir les vêtements, les murs, et le sucre, d’éclairer la ville comme jamais. Si le noir animal (pour le sucre) n’a pas  d’inconvénient, l’eau de Javel, le gaz peuvent créer des catastrophes, et le blanc de plomb (pour la peinture) empoisonne lourdement. Il en ira de la céruse au XIXe siècle comme de l’amiante au XXe siècle : un très long délai entre la mise en cause et l’interdiction effective.

Un livre vaut aussi par les prolongements qu’il suggère, sans les accomplir. On trouve ici, par exemple, des remarques rapides sur le rôle d’intermédiaires des pharmaciens ou sur le dossier encore bien maigre des incendies industriels et de l’histoire des assurances. Sur le thème de la récupération – style chiffonniers- ou du recyclage – du métal, du verre etc.- la démonstration devra être reprise hors de ce cadre : l’économie de la fripe comme art d’accommoder les restes, n’est pas la marque des temps anciens, ni des seuls domaines de l’alimentation et des vêtements. La géographie de cette industrie a besoin, elle aussi, d’une nouvelle chance. Les emplacements traduisent une spécialisation relative des territoires. De ce point de vue, l’Ile des Cygnes mériterait une monographie. La dynamique est bien la ruée vers l’Ouest (Chaillot, Javel, Le Gros-Caillou), telle que chacun la constate, mais il y a des mouvements dans les autres directions et un renforcement correlatif pendant la première moitié du XIX°siècle des implantations à Paris. Des filatures, des raffineries, des ateliers de mécanique, des usines chimiques se multiplient alors en milieu urbain. Comment expliquer cette géographie complexe ? Les réponses manquent encore. Enfin, le jeu des échelles devrait une fois de plus enrichir notre compréhension de ces phénomènes. C’est en circulant des parcelles à l’agglomération en passant par les quartiers qu’on aura chance de mieux saisir l’histoire de l’industrialisation de la Ville.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.