Marc Perelman, L’ère des stades : genèse et structure d’un espace historique, Gollion (Suisse), Infolio, 2010, 461 p. (Antoine Lebas)

L’ouvrage de Marc Perelman propose moins une étude sur l’histoire et les formes des stades qu’il ne dessine et définit le contexte historique conditionnant leur apparition et leur succès à partir de l’analyse des pratiques plus ou moins sportives qui s’y donnent à voir. A travers cet essai philosophico-esthétique polymorphe, combinant observations techniques et développements psychologiques, l’auteur, architecte et professeur d’esthétique à l’Université de Nanterre, soumet cette forme architecturale à la lecture socio-politique d’un sport moderne dont le stade constitue le lieu emblématique, et qui recouvre un ensemble de pratiques hautement symboliques de notre société.

L’auteur se penche, en préalable, sur le statut du corps mis en oeuvre dans ces activités, statut qui détermine la place du sport dans une société mondialisée. Prenant d’emblée le contrepied d’une vision harmonieuse du sport, l’auteur voit dans le spectacle sportif le lieu d’un assujettissement de l’homme à son corps : corps formaté et indifférencié des spectateurs assis, immobiles, réduits par les gradins à une corporalité dont le nombre fait masse ; public infantilisé par un spectacle qui renvoie à ses propres limites physiques et en appelle aux ressorts primaires des pulsions émotives ; athlète de compétition devenu « bête de concours », au corps pesé, chronométré, divisé par les disciplines, devenu distinct de l’homme auquel il est réduit. Car le sport mis en scène n’a rien d’une promenade de santé, individuelle, dictée par le plaisir. L’auteur voit dans une compétition sans fin le vrai moteur du sport, structuré par un principe de rendement physique, de progrès infini, avec pour fin une performance couronnée par un record dont l’essence est d’être toujours surpassé. Au passage de la production à la productivité répond l’évolution du sport loisir au sport de compétition. L’essor du loisir sportif et du spectacle des compétitions s’inscrit dans une temporalité rythmée par le travail, mais soustraite à sa sphère, ainsi que dans le cadre productiviste d’une société de consommation qui est aussi société du spectacle, dont le sport reflèterait la dimension oppressive et aliénante. L’auteur vise à démontrer combien le stade illustre l’adéquation de l’organisation de son espace aux valeurs de cette société.

Le stade appartient à la ville comme le sport moderne relève d’un loisir citadin. La rigueur de son cadre architectural fait du stade le sanctuaire de la compétition sportive, manifestations de loisirs pour des masses attirées par l’odeur du sang. Car il s’agit moins d’exercices joyeux, rassemblant des foules en liesse, que d’un spectacle destiné à une masse transformée en machine à émotions dont l’agressivité est de moins en moins refoulée. Autant que sur la piste, le spectacle est dans l’arène dont l’architecture contribue à rassembler la foule, la souder en une masse indissociable. A côté de ses fonctions évidentes et avouables (d’accueil, de distraction), le stade présente des capacités occultes, ambiguës voire inquiétantes, de contention qui n’ont pas échappé aux régimes totalitaires.

Le succès et la multiplication des stades, apparus au début du XXe siècle, tient à leur capacité à magnifier le spectacle sportif sur les modes visuels et sonores. Cette autorité spatiale qui s’impose aux athlètes comme au public, le stade la doit d’abord à l’adéquation parfaite entre sa forme – circulaire et circonscrite – et sa finalité : donner à voir le spectacle sportif dans les meilleures conditions. Mais le stade est plus qu’une scène et qu’une machine à gagner ; sa beauté radicale tient à ce qu’il intègre un ordre supérieur (technico-esthétique) qui justifie une discipline des corps distraits de la réalité du quotidien. Sa capacité à fasciner la masse spectatrice découle de cette dimension monumentale qui tend à dépersonnaliser les individus en maintenant une forte domination sur la foule excitée. L’auteur dénonce ici justement la dérive possible de tentations totalitaires que l’historien se doit de rappeler.

Aujourd’hui, le stade se propose toujours d’associer le rêve à la réalité, la simplicité d’une forme pure à la complexité technologique d’un spectacle qui se donne comme spectacle de la technologie. Grâce aux virtualités techniques des nouveaux matériaux – béton armé, métal, verre, etc. –, tout un vocabulaire formel impose respect au public : tribunes en surplomb, élévations monumentales, amples courbures des gradins, couvertures géantes. Son architecture demeure toutefois marquée par la priorité accordée au confort visuel et physique (éclairage puissant, pente des gradins, sièges individuels) et à un souci de sécurité nécessitant cloisonnement des tribunes, clôtures, caméras de surveillance. Car l’organisation du stade en structure fermée, isolée, favorise la violence et la développe en tous sens (terrain, gradins, abords). La faute en revient à la forme en bulle du stade qui favorise la régression des spectateurs qui abdiqueraient leur individualité au profit d’une adhésion à la forme d’une masse visuelle et sonore ; leur agressivité générale y décomposerait l’espace du stade, dissout dans un volume sonore orchestré par la rondeur de l’enceinte.

Depuis quelques décennies, les exigences de retransmission des manifestations sportives font concurrence au panoptisme collectif du stade : la visibilité totale désormais exigée par les médias reconfigure l’architecture des nouveaux stades. Des caméras mobiles permettent de visualiser le spectacle non seulement dans le stade, mais le stade se aussi montre sur l’écran de chaque foyer comme un chez-soi collectif en lieu et place de la maison, en substitut du foyer identitaire, maison commune où une communauté se reconnaît et se rassemble, hors de toute référence au réel. L’auteur livre ici une synthèse dense et bien documentée qui approfondit, élargit et renouvelle une thèse naguère énoncée par J.-M. Brohm. Il y remet en perspective le sens d’un monument, véritable cathédrale des temps modernes, dont la place et le rôle révèlent le statut de l’homme et de ses loisirs sportifs dans la société actuelle. On regrettera la seule prise en compte du sport de compétition et du sport spectacle, parti bien complaisant envers la dictature des médias ; car cette fascination à l’encontre d’une forme architecturale qui crève l’écran finit par cacher la forêt de pratiques sportives individuelles, silencieuses et hédonistes qui s’épanouissent hors de toute débauche architecturale et de toute emprise médiatique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.