Frédéric Vial, Les habitants d’Alcântara, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2006, 489 p. (Marie-Christine Volovitch-Tavares)

Avec Les habitants d´Alcântara, histoire sociale d´un quartier de Lisbonne au début du 20e siècle, Frédéric Vidal présente une version de sa thèse de doctorat d´histoire soutenue à l´Université de Lyon-2 en 2003. Il envisage d´étudier ce quartier de la capitale portugaise, à une époque de dynamisme industriel, « moins comme un espace urbanisé que comme un milieu social, un espace de relations dans un univers urbain diversifié ». Pour mener cette recherche, il fait appel à l´histoire des sociétés urbaines, à l´histoire sociale du salariat au Portugal et, très largement, à la démographie historique. Il précise qu´ il se situe clairement «dans le cadre d´une histoire de type expérimentale et précise que « son projet n´est pas une étude de quartier mais une étude des formes de cohésion sociale et des effets des évolutions sociales et industrielles sur les manières dont les individus et les collectifs s´approprient un espace urbain ».

Cette recherche s´appuie à la fois sur une connaissance approfondie des évolutions sociales et professionnelles de l´industrialisation portugaise et sur l´usage intensif des registres d´état civil d´une partie d´Alcântara. Le recours à cette source «pauvre » se révèle très riche, tant par ses données que par la façon dont celles-ci sont formulées, permettant ainsi d´observer à la fois les relations interindividuelles (de famille, de voisinage, d´identités professionnelles) et les types de liens sociaux.

Un des intérêts de ce travail est d´inscrire l´évolution d´Alcântara dans l´ensemble de l´évolution de la capitale portugaise, une histoire et des travaux historiographiques portugais encore peu connus en France. Frédéric Vidal, dans les débats sur le «retard portugais » aux 19e et 20e siècles, s´inscrit dans la lignée de ceux des historiens portugais qui remettent en cause les analyses antérieures et soulignent les dynamiques de modernisation du Portugal, surtout en ce qui concerne Lisbonne et Porto. Ainsi Alcântara n´est pas étudié ici comme un cas atypique de faubourg industriel et ouvrier, mais comme un quartier ouvrier d´une capitale européenne en évolution, même si celle ci se fait à un rythme spécifique.

La première partie aborde le contexte géographique, économique et démographique d´Alcântara, longtemps espace périphérique en aval de Lisbonne, devenu, au tournant des 19º et 20º siècles, un faubourg industriel à la forte identité ouvrière et républicaine (la République est proclamée en 1910). Au cours des premières décennies du 20º siècle, Alcântara évolue vers l´univers urbain plus diversifié d´un quartier populaire qui n´est plus essentiellement ouvrier. Les trois parties suivantes exploitent la lecture approfondie de l´état-civil de deux rues très peuplées d Alcântara, source qui permet d´envisager successivement les relations interpersonnelles et les liens avec la ville sous trois angles. D´abord, à travers les parcours individuels des parents, puis sous l´angle des professions, des métiers et des statuts (parents, parrains et marraines, voisins témoins). La dernière et quatrième partie de la recherche revient sur les évolutions des liens sociaux (famille, voisinage, liens interprofessionnels) en s´interrogeant sur la façon dont se constituent les groupes professionnels et sociaux , avec l´objectif de cerner les proximités et les distances sociales et leurs évolutions.

On obtient ainsi l´histoire sociale d´un quartier où l´industrie est étroitement mêlée à la ville et où les milieux sociaux populaires sont composites. Les identités professionnelles sont variables et s´orientent autour de deux pôles dont la métallurgie donne le meilleur exemple. D´une part de fortes identités de métiers (chaudronnier, serrurier) ou de statut (ouvriers de l´Arsenal ou employés de la compagnie de tramway Carris), et d´autre part, à l´opposé, la grande instabilité des identités professionnelles de travailleurs peu qualifiés aux tâches et aux fonctions polyvalentes. Les situations personnelles et professionnelles des hommes sont plus faciles à cerner que celles des femmes, mais des spécificités féminines sont aussi mises en relief. Ainsi en est-il de deux cas où des femmes se trouvent dans des situations opposés en ce qui concerne les possibilités d´intégration dans la ville et le quartier. D´un côté des mères célibataires venues dans le flot de l´exode rural récent (souvent des régions nord-est du Portugal) et à l’opposé des épouses nées à Lisbonne, ou mieux à Alcântara, qui garantissent un bon ancrage dans le quartier du couple et de la famille. L´absence générale de mention de la situation professionnelle des femmes (qualifiées quasi indistinctement de domesticas ) reflète sans surprise l´image médiocre de leur travail de ménagères ou de salariées.

La recherche présente les évolutions professionnelles entraînées par la modernisation de l´industrie portugaise, tout en les replaçant au sein des spécificités des métiers et des statuts professionnels tant au Portugal qu´á Lisbonne en particulier. L´analyse fine des données de l´état-civil, appuyée sur une bonne connaissance du contexte social portugais permet de repérer les représentations des identités professionnelles et leurs évolutions. Il en ressort une image d´Alcântara comme un quartier où les relations sociales évoluent fortement au début du 20º siècle. Vers 1900, la situation est très ouverte (importance de l´exode rural et des migrations interurbaines) mais aussi très centrée sur le monde ouvrier et peu lié à Lisbonne (certains ont pu parler de « ghetto ouvrier »). Dans les années trente, Alcântara est devenu un quartier populaire plus hétérogène et aussi plus intégré à Lisbonne (être d´Alcântara c´est être de Lisbonne),  mais où le milieu sociologique tend à se figer. La ville n´est plus le lieu de tous les possibles et de toutes les mobilités.

On pourrait souhaiter que les repères cartographiques et historiques soient moins allusifs afin de permettre aux lecteurs en France, peu familiers de la géographie sociologique du Portugal et de Lisbonne, d’apprécier cette recherche à sa juste valeur. Il reste à souhaiter que ce travail stimulant ouvrira la voie à d’autres travaux sur l´histoire contemporaine de la société portugaise et plus spécialement de la Lisbonne populaire que l´on appréciera mieux avec ce que ce travail nous révèle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.