Philippe Guignet, Nouvelle histoire de Valenciennes, Toulouse, Editions Privat, 2006, 269 p. (Judith Rainhorn)

Un quart de siècle après la parution de la renommée Histoire de Valenciennes du chanoine Platelle, l’« Athènes du Nord » méritait que l’on se penche à nouveau sur son histoire, récemment enrichie de nombreux travaux universitaires portant sur diverses périodes du XVe au XXe siècle. Grâce au travail de Philippe Guignet, la collection « Histoire des villes » des éditions Privat, déjà riche d’une douzaine de titres, s’enrichit donc d’une nouvelle synthèse sur l’histoire de Valenciennes. Ville de rivière avec son port sur l’Escaut, ville de frontière depuis le traité de Verdun (843), lieu d’épanouissement artistique, elle fut aussi une ville de commerce à la solide culture politique, civique et religieuse et son développement depuis le Moyen Âge en a fait un site important de la révolution industrielle aux XIXe et XXe siècles. Au travers d’une vingtaine de courts chapitres suivant une progression chronologique, de la naissance de la ville au VIIe siècle jusqu’à la période la plus récente, Philippe Guignet relate les temps forts de cette longue histoire et met en lumière les principales mutations urbaines qui ont affecté Valenciennes depuis plus d’un millénaire.

À partir de la légende gauloise du « val des Cygnes », les cinq premiers chapitres exposent « l’essor impétueux et précoce » de Valenciennes au cours du Moyen Âge jusqu’au milieu du XVIe siècle, premier âge d’or de la ville marquée par des signes identitaires forts, parmi lesquels le miracle du saint cordon tient une place particulière : en l’an 1008, alors que la peste fauchait les Valenciennois par centaines, une intervention miraculeuse de la Vierge sous la forme d’un cordon rouge entourant la ville aurait apporté la guérison aux malades qui empruntaient son tracé. Tradition demeurée vivace jusqu’à nos jours, cette première épreuve de la ville est célébrée chaque année par une procession sur le parcours du « fil rouge », le jour de la Nativité de la Vierge. Dès le XIIe siècle, la bonne draperie de Valenciennes a fait de la ville un centre d’exportation important dont les produits de qualité se vendent sur divers marchés extérieurs, notamment aux foires de Champagne. L’épanouissement de Valenciennes doit alors beaucoup au comte de Hainaut, Baudouin IV, surnommé à bon droit « l’Édifieur » (1120-1171), qui construit un château, une nouvelle enceinte et engage de grands travaux dans la ville. Jalouse de sa puissance communale et de ses « libertés » dont la splendide façade de l’hôtel de ville construit au XIVe siècle est le symbole éclatant, Valenciennes entretient des relations tendues avec le pouvoir comtal du Hainaut puis avec les ducs de Bourgogne, nouveaux maîtres du comté à partir de 1433. Épargnée dans une large mesure par la guerre de Cent Ans, idéalement située pour approvisionner les grandes villes de la Flandre septentrionale telles Bruges ou Gand, Valenciennes demeure jusqu’au « beau XVIe siècle » une cité manufacturière prospère dont la draperie et le commerce des grains du Cambrésis sont les sources primordiales de la richesse et où s’épanouissent une bourgeoisie marchande et une production artistique variée. Alors que les Pays-Bas sont, sous le règne de Charles Quint, le pays le plus urbanisé d’Europe après l’Italie du Nord, Valenciennes y occupe le sixième rang dans la hiérarchie urbaine, loin derrière Anvers, Bruxelles ou Gand, mais à peu de distance de Bruges et de Lille.

La déchirure religieuse du milieu du XVIe siècle ouvre une période de troubles majeurs. Théâtre d’affrontements violents entre calvinistes et catholiques au cours des années 1560, Valenciennes devient une « Genève du Nord » sur laquelle s’abat une répression féroce tant sur le plan humain – arrestations et pendaisons donnent le départ d’un mouvement d’émigration vers les pays rhénans, l’Angleterre et la Hollande -, qu’économique – les biens des « rebelles » sont confisqués – et politique – la ville voit suspendus ses privilèges et se renforcer le contrôle du roi d’Espagne, dont la Redoute de la porte d’Anzin, édifiée en 1569, est la marque matérielle. Devenue terre d’élection de la Contre Réforme aux Pays-Bas, Valenciennes se couvre d’établissements religieux au cours du siècle suivant, sous la houlette des Jésuites et des Capucins. Au bref sursaut démographique du début du XVIIe siècle succède une période de marasme économique et commercial marquée par de graves crises de mortalité (1635-1638, 1668), que ne font qu’amplifier la guerre et le siège subi en 1656. Devenue française malgré elle à l’issue du siège expéditif de mars 1677, Valenciennes subit durement le règne de Louis XIV, malmenée politiquement et surtout fiscalement. La population de la ville diminue notablement – de 20 000 à 16 500 âmes environ – dans le dernier quart du siècle en raison d’un vaste mouvement d’émigration des jeunes hommes, probablement lié aux difficultés économiques de la cité et notamment de la manufacture textile. C’est dire que la grâce fantaisiste des « fêtes galantes » de Watteau, glorieux enfant du pays, contraste avec la réalité urbaine et politique morose de Valenciennes. Devenue capitale de l’intendance frontière du Hainaut en 1716, la ville s’émancipe de la tutelle lilloise mais ne parvient pas, au cours du XVIIIe siècle, à faire face à l’effondrement de ses assises financières. Celui-ci explique la timidité du remodelage urbanistique que connaît la ville, qui ne bénéficie d’aucun plan d’alignement des rues avant 1790. L’hôpital général est construit entre 1751 et 1767, mais l’aménagement, en 1752, d’une place royale se borne à l’édification, au fond de la Grand’Place, près du beffroi, d’une statue pédestre en marbre de Louis XV. Le désendettement progressif de la ville dans les années 1780 autorise seulement la restauration et l’exhaussement du beffroi, la remise à neuf de plusieurs salles de l’hôtel de ville et l’aménagement des locaux de la naissante académie de peinture et de sculpture. C’est que, dans le sillage de Watteau, Valenciennes a vu se former nombre d’artistes dont la notoriété est alors incontestable : le peintre Pater, le graveur Eisen – maître de dessin de Mme de Pompadour –, ou encore le sculpteur Saly, premier prix de Rome. Alors même que Valenciennes fait bon accueil à la franc-maçonnerie, la diffusion de la philosophie des Lumières y demeure extrêmement modeste. L’évolution de la population est le reflet du marasme économique de la ville, dont les manufactures de mulquinerie sont concurrencées par l’essor des fabriques rurales, et que ne parvient pas à redresser la brève aventure dentellière. La période révolutionnaire est marquée par le siège tragique de la ville en 1793 et par le déchaînement d’une terreur « à retardement » jusqu’à l’été 1795.

Les chapitres 11 à 13 s’attachent à décrire le second âge d’or valenciennois qui couvre à grands traits le XIXe siècle, celui de l’industrialisation triomphante et de l’essor démographique de la ville. Charbonnages, sucreries, sidérurgie, métallurgie, constructions mécaniques enchevêtrent leurs installations dans l’espace restreint d’un arrondissement dont la population fait plus que doubler en un siècle, tandis que la ville même voit sa population croître plus modestement, essentiellement grâce à l’immigration. Outre le textile et la brasserie, l’activité industrielle majeure de la ville réside dans l’extraction charbonnière. Initiée en 1736, l’exploitation de la houille dans le bassin valenciennois (Anzin, Vieux-Condé, Denain) fait pourtant progressivement place au cours du XIXe siècle à l’industrie métallurgique et sidérurgique, actrices majeures de la révolution industrielle locale : grâce au « combinat Valenciennois-Lorraine » (O. Hardy-Hémery), la production de fonte décuple entre 1877 et 1913 et le Valenciennois produit au début du XXe siècle près du quart de l’acier français. Logiquement, le mouvement ouvrier trouve dans ce bastion industriel l’une de ses terres d’élection, secouée périodiquement par de grandes grèves dont celle d’Anzin, en 1884, a inspiré Germinal. Le grand XIXe siècle est également une période faste pour le rayonnement culturel, artistique et religieux de la cité de l’Escaut : construction d’églises (dont la fameuse Notre-Dame-du-Saint-Cordon), réalisation d’une nouvelle gare, travaux d’assainissement et d’adduction d’eau, construction du théâtre et du musée des Beaux-Arts, restauration de l’hôtel de ville qui compte désormais une oeuvre du sculpteur Carpeaux, autre enfant du pays. Surtout, le démantèlement des fortifications de la ville, adopté en 1890, transforme le pourtour de la ville en un vaste chantier et permet la naissance de nouveaux quartiers au-delà du boulevard circulaire construit à l’endroit des fortifications détruites.

Le XXe siècle est celui des destructions massives et de la reconstruction modernisatrice. Aux destructions du tissu urbain, des transports et de l’appareil industriel pendant la Grande Guerre succède le redémarrage du système de production qui permet le repeuplement de la ville. Ville radicale dans un environnement « rouge », Valenciennes se reconstruit et s’agrandit au lendemain de la guerre. D’autant que, ici comme ailleurs, la loi Loucheur favorise l’essor des faubourgs par ouvriers et petits employés. Le redressement démographique de la ville est d’ailleurs largement lié à l’immigration : en 1931, 45% des Valenciennois sont nés hors de l’arrondissement. Partiellement interrompue par la crise économique des années 1930, cette renaissance est de courte durée, avec de nouvelles destructions massives de la ville pendant les premières semaines de la guerre, notamment le grand incendie de mai 1940.

Contrairement à ce qui s’était passé en 1918, il est immédiatement décidé que la reconstruction de la ville ne s’effectuera pas « à l’identique ». Considérée comme une ville témoin, Valenciennes mobilise les réflexions des aménageurs dès les premiers temps du régime de Vichy. En avril 1941, l’architecte Albert Laprade est chargé d’établir un plan de reconstruction de la ville sur lequel se fonde, avec quelques modifications, l’aménagement du centre-ville au cours des deux décennies suivantes. Cette période est aussi celle de la dernière splendeur démographique de l’arrondissement, liée à la modernisation des charbonnages et de la sidérurgie, essor qui entraîne l’expansion du tissu urbain avec l’édification de quartiers périphériques au-delà des boulevards circulaires.

En quinze ans (1965-1980), la conjonction charbon-acier sur laquelle reposait la ville disparaît et le Valenciennois perd les deux tiers de ses emplois (fermeture d’Usinor en 1978). Cet effondrement économique et démographique (la ville perd 20% de ses habitants entre 1968 et 1990) nécessite une conversion des fonctions urbaines et des activités régionales, qui est menée par une nouvelle génération de décideurs. L’arrivée de Jean-Louis Borloo à la mairie, après près d’un demi-siècle de gestion municipale de Pierre Carous, ouvre une ère de rebond et de renouveau, qui passe désormais moins par l’industrie (même si l’installation de Toyota en 2001 est un signe symbolique fort) que par le développement des activités tertiaires, notamment avec dans le domaine des transports et de la formation.

Enrichi d’une intéressante et vivante iconographie et de très nombreux outils (encadrés, plans de la ville, chronologie des maires, bibliographie, index, etc), l’ouvrage de Philippe Guignet vient utilement revisiter l’histoire d’une ville profondément marquée par l’histoire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *