Christine Mengin, Guerre du toit et modernité architecturale : loger l’employé sous la république de Weimar, Publications de la Sorbonne, 2007, 540 p. (Isabelle Mity)

Sous la République de Weimar, l’Allemagne traverse une grave crise du logement à laquelle l’Etat tente de trouver une solution. L’action de diverses sociétés de construction affiliées à de puissants syndicats d’employés constitue dans les années 1920 une des modalités de la politique du logement. Dans leur volonté d’apporter une réponse adaptée à un groupe social bien précis, celui des employés, ces sociétés de construction définissent de nouveaux paramètres de confort et développent un vocabulaire architectural en rupture avec les canons en vigueur. L’ouvrage de Christine Mengin, issu de sa thèse de doctorat, a pour ambition de retracer l’histoire et les enjeux de l’habitat de l’employé sous la République de Weimar, véritable creuset de l’habitat de masse contemporain. Ce faisant, l’auteur donne à voir un pan méconnu de l’histoire de l’architecture allemande au XXe siècle en analysant l’antagonisme entre tradition et avant-garde qui s’exprime à travers les deux principales sociétés de construction destinées à loger les employés et aboutit finalement à l’affirmation d’une architecture fonctionnelle, simplifiée et rationalisée, incarnée par la barre d’habitation moderniste.

Le point de départ de l’étude est la « guerre du toit » de Berlin-Zehlendorf qui opposa en 1928 partisans du toit plat et défenseurs du toit en pente après l’édification dans un quartier ouest de Berlin de deux cités « rivales » par deux sociétés de constructions idéologiquement opposées, la Gagfah et la Gehag. La Gagfah, porteuse d’une idéologie conservatrice et völkisch, réalise avec sa cité Fischtalgrund des maisons individuelles au toit en pente, véritable tribut au mouvement de promotion du patrimoine régional (Heimatschutz) et au mouvement pour la cité-jardin. En face, la Gehag, société de construction d’inspiration sociale-démocrate, offre avec la Cité de la Case de l’Oncle Tom un ensemble moderniste cohérent d’immeubles et de maisons en bande utilisant des éléments en série, la couleur et le toit plat.

Si différentes soient-elles formellement, ces deux cités sont nées du même refus de l’historicisme et de la volonté de simplifier l’architecture, dans la lignée du mouvement réformiste de la fin du XIXe siècle. Elles veulent également toutes deux répondre au problème du logement de l’employé, ce groupe social né de la mutation économique de l’Allemagne et qui s’affirme par son mode de vie et son organisation syndicale comme une nouvelle classe sociale moyenne (neuer Mittelstand), bien distincte de la classe des ouvriers. Le chapitre 2, véritable plongée sociologique au coeur de ce groupe social en gestation dont le mode de vie préfigure à bien des égards le mode de vie moderne, est d’ailleurs un des plus intéressants de l’ouvrage. Or, à cette catégorie sociale tournée vers l’avenir, il faut des logements de bonne qualité et de facture moderne, en complète opposition avec les sinistres casernes locatives des grandes villes édifiées pendant la période wilhelminienne et vecteurs d’anti-urbanisme. En d’autres termes, le logement doit être un des moyens par lequel l’employé souhaite marquer son appartenance à la classe moyenne.

C’est cette volonté qui anime les syndicats d’employés et les pousse à se lancer dans une politique du logement de grande envergure par le biais de sociétés de construction et avec la participation de l’Etat. Si les trois grands maîtres d’ouvrage que sont la Gagfah, la Gehag et la Heimat reflètent des partis pris politiques et architecturaux différents, ils affichent des ambitions similaires et participent à la mise en place d’une véritable culture de l’habitat (Wohnungskultur). Il s’agit en effet d’offrir aux employés des logements hygiéniques, c’est-à-dire spacieux, clairs, confortables, susceptibles de garantir leur épanouissement physique et moral. Le cadre le plus propice au bon développement de l’individu se situe à la périphérie des grandes villes ; il doit proposer un environnement naturel, par opposition à l’enfer gris des grandes villes repoussoirs dont Berlin constitue l’incarnation. L’idéologie des trois sociétés et leur pratique architecturale sont étudiées très concrètement au chapitre 5 à travers trois cités d’habitation emblématiques des trois maîtres d’ouvrage syndicaux. Il faut saluer à ce titre l’utilisation de nombreux supports visuels extrêmement utiles tels que des plans ou des photographies, qui illustrent les descriptions minutieuses de l’auteur et permettent au lecteur néophyte en histoire de l’architecture de se raccrocher à une image concrète lorsque le lexique architectural se fait plus complexe.

L’opposition entre toit en pente et toit plat, entre la Gagfah et la Gehag, entre tradition et modernité, entre méthodes de construction artisanales et techniques industrielles amène finalement l’auteur à inscrire la pratique architecturale sous la république de Weimar dans le couple conceptuel Kultur/Zivilisation, central en Allemagne depuis la fin du XVIIIe siècle. Les maisons individuelles au toit en pente de la Gagfah, fidèles à la tradition et gardiennes du régionalisme, traduiraient une conception corporatiste et individualiste du groupe social des employés et situeraient ainsi la Gagfah du côté de la Kultur. En revanche, l’idéal de la collectivité à l’oeuvre dans les immeubles et les maisons en bande de la Gehag reflèterait une vision des employés comme une classe sociale au sens marxiste du terme et l’esthétique industrielle et internationaliste qu’elle revendique l’apparenterait à la Zivilisation. Cet antagonisme est cependant dépassé à la fin des années 1920 par le modernisme réactionnaire (reactionary modernism) de la Gagfah, qui finit par se convertir à l’industrialisation du bâtiment et à l’esthétique moderniste et sacrifie pragmatiquement l’idéal de la maison individuelle (Heimstätte) à la barre d’habitation, évolution irréversible symbolique de l’avènement de la société de masse.

Sous le régime nazi, l’économie de guerre aboutira finalement au remplacement définitif de l’idéal völkisch du Heimatschutz par l’industrialisation du bâtiment et provoquera l’acceptation totale de la technique, préalable à la reconstruction de l’Allemagne et au miracle économique de l’après-guerre.

Cet ouvrage clair, extrêmement bien documenté et illustré, assorti d’un épilogue sur la patrimonialisation actuelle des cités d’habitation, de notices biographiques retraçant le parcours et l’oeuvre des architectes impliqués dans l’action des sociétés de construction syndicales, doté d’un lexique franco-allemand, d’une bibliographie fournie et de cinq index très utiles, est une contribution précieuse tant à l’histoire de l’architecture de l’Entre-deux-guerres en Allemagne qu’à l’histoire sociale et plus particulièrement à la connaissance du groupe social des employés. Outre le fait qu’il comble une lacune dans la recherche française comme allemande, il démontre l’importance de la sociologie en architecture et convainc, à travers une analyse fouillée de la guerre du toit, que « l’histoire de la forme n’est pas réductible au geste architectural » (p. 29).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.