Clémence Thévenaz Modestin, Un mariage contesté. L’union de la Cité et de la Ville inférieure de Lausanne (1481), Lausanne, 2006, Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 38, 313 p. (Mathieu Caesar)

Le 6 juillet 1481, les deux communautés lausannoises de la Ville inférieure et de la Cité s’unissaient pour former désormais la communauté de la Cité de Lausanne. Clémence Thévenaz Modestin analyse avec rigueur et minutie cet événement qui n’avait pas fait jusqu’alors l’objet de recherches approfondies par l’historiographie vaudoise. Deux questions avaient été particulièrement négligées. D’une part, celle de l’existence d’un acte d’union datant du 9 juillet 1480, que les historiens n’avaient expliqué que de façon « assez évasive » en le qualifiant de « projet ». D’autre part, la position du chapitre face à cette union « paraissait elle aussi peu claire d’après les sources édités. » (p. 17).

Un mariage contesté témoigne de l’attention accrue que les médiévistes portent à l’histoire de la diplomatie et de la négociation1. Le processus, qui n’affecte pas uniquement l’histoire médiévale, est issu du regain d’intérêt dont bénéficie depuis quelques décennies l’histoire du politique et du pouvoir. Lors d’une interview récente, Carlo Ginzburg indiquait dans ce domaine la voie la plus prometteuse et invitait les contemporanéistes à « lire les sources avec une plus grande vigueur analytique et une plus grande imagination2. » C’est ce qu’a fait la médiéviste Clémence Thévenaz qui s’est livrée à une relecture approfondie des sources disponibles et a exploité une documentation jusqu’alors peu utilisée, telle que la comptabilité des Communautés ou le Manuel du Chapitre qui contient les procès verbaux de cette institution (p. 21-29). Elle a pu ainsi reprendre et éclairer cet épisode de l’histoire lausannoise.

L’union naît sur fond de crise financière et politique issue des guerres de Bourgogne et de tensions montantes avec l’évêque (p. 33-53). En mars 1478, la Ville inférieure et la Cité décidèrent de s’unir. Cependant, pour des raisons que les sources ne permettent pas d’éclairer, l’union ne prit forme qu’en 1480 (p. 57-58). Clémence Thévenaz démontre avec précision que l’acte du 9 juillet 1480 n’était pas un simple projet comme on le croyait jusqu’à présent et que l’union fut effective puisque les deux communautés procèdèrent aussitôt à la fusion de leurs administrations (p. 77-83). Pourtant, ni le Chapitre, ni l’évêque, n’avaient donné leur consentement à l’union, ce qui explique, en partie les tensions postérieures.

L’analyse des intenses négociations entre le Chapitre et les membres de la nouvelle Cité montre que le premier s’opposa assez rapidement à l’union, non pas en raison du contenu de l’acte, d’ailleurs favorable au Chapitre, mais du fait que ses membres n’avaient pas été consultés pour la rédaction (p. 101). Le Chapitre appuyait ses prétentions sur le rôle qu’il exerçait dans l’administration de l’ancienne Cité dans laquelle les ecclésiastiques détenaient quatre des huit sièges du conseil et se réservaient le droit d’approuver les comptes, ainsi que la nomination du syndic (p. 38). L’acte de 1481 apparaît donc le fruit des négociations « pour faire accepter par le Chapitre un acte d’union reformulé » (p. 115).

La Cité dut également surmonter l’opposition de son évêque qui, lui aussi, protestait contre son exclusion de toute négociation (p. 110-120) et surtout contestait au Chapitre le droit de participer à cette union (p. 167). Il faut attendre jusqu’en 1483 pour que la question soit résolue, suite aux nombreuses interventions des villes de Berne et de Fribourg et de la Maison de Savoie. Par la sentence arbitrale du 3 février 1383, l’union est reconnue et les querelles aplanies (p. 175-180).

L’historiographie vaudoise considère que les tensions avec l’évêque étaient la cause principale de l’union de la Cité avec la Ville inférieure (p. 46) et Clémence Thévenaz souscrit à cette thèse (p. 46-53). Il nous semble pourtant que le poids donné aux tensions avec l’évêque est excessif. Les différentes querelles qui opposèrent les Lausannois à l’évêque expliquent certes en partie cette union, mais il n’est pas inutile de rappeler que la décision de l’union date du 18 mars 1478, moment où les rapports avec l’évêque ne connaissaient pas de tensions.

La comparaison avec la naissance de la Communauté à Genève, à la fin du XIIIe siècle, offre d’intéressantes analogies. Il apparaît en effet que c’est davantage le manque de sécurité – et l’incapacité de l’évêque de la garantir – qu’une lutte avec l’évêque, qui pousse les bourgeois à chercher la protection et l’aide du comte de Savoie3. Dans le cas lausannois, il nous semble que la recherche de sécurité constitue un moteur aussi important que les tensions avec l’évêque et que ces tensions doivent plutôt être envisagés comme un facteur d’accélération et de renforcement d’un processus déjà en acte. Clémence Thévenaz ne néglige certes pas ces aspects (p. 43-46), mais dans la suite du livre met davantage l’accent sur les rapports tendus avec l’évêque.

Dans cette perspective il aurait fallu insister davantage sur les conséquences des guerres de Bourgogne, ainsi que sur les rapports de forces entre les villes confédérées et la Maison de Savoie. Nous souscrivons pleinement à l’idée que les interventions des villes suisses et de la Maison de Savoie, lors des différends entre l’évêque et la Cité suite à l’union, ne se comprennent pas en dehors de ce processus qui voit la progressive augmentation de l’influence des villes suisses au détriment de la puissance savoyarde sur les bords du lac Léman (p. 182). Ce point aurait cependant mérité de plus amples développements que le court paragraphe que lui consacre l’auteur. En particulier, il n’aurait pas été inutile d’approfondir les raisons qui poussèrent l’évêque à se tourner vers Berne et Fribourg alors que la nouvelle Communauté recherchait plutôt l’appui de la maison de Savoie.

 L’analyse des négociations menée par Clémence Thévenaz met aussi en évidence deux faits, qui constituent autant de points que les médiévistes et les historiens des villes auraient intérêt à approfondir davantage. Premièrement les docteurs en droit apparaissent comme des acteurs incontournables lors de toute négociation. En particulier, il serait intéressant de mieux saisir ce qui apparaît comme un véritable réseau de conseillers juridiques résidants dans les villes de la région4. Deuxièmement le rôle politique du Chapitre à l’intérieur de la ville est loin d’être négligeable, ce qui contraste avec le peu d’intérêt que les historiens vaudois ont consacré à cette institution5.

L’ouvrage est considérablement enrichi par des pièces justificatives et des annexes de qualité. Les premières comprennent tout d’abord l’édition par ordre chronologique de l’ensemble des sources concernant cette union (p. 193-265) ; chaque source (ou extrait) étant précédée d’un bref commentaire. Les secondes se composent de trente-sept notices biographiques des principaux acteurs de l’union (p. 270-289), ainsi que d’une chronologie des événements les plus importants (p. 291-292).

Un mariage contesté est donc plus qu’une simple étude détaillée d’un événement local. A travers l’étude minutieuse de l’union des communautés de la Ville inférieure et de la Cité du Lausanne de la fin du XVe siècle, Clémence Thévenaz Modestin aborde le problème de l’émancipation urbaine et des rapports entre la « commune » et l’Eglise.

1 Voir en particulier le tout récent ouvrage de Maria Teresa Ferrer Mallol, Jean-Marie Moeglin, Stéphane Péquignot, Manuel Sánchez Martínez (sous la direction de), Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, Barcelone, Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 61, 2005.

2 «Ci manca una nuova storia politica torno in Italia a insegnare il mio metodo» interview à Carlo Ginzburg par Dino Messina, dans Corriere della Sera, 16 octobre 2006.

3 Maurice de Tribolet, « La communauté de Genève à la fin du XIIIe siècle », Mémoires de la Société pour l’histoire du Droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, no 33 (1975-1976), p. 268.

4 La notion de « réseau urbain » a déjà été évoquée pour ces régions, mais uniquement dans l’optique du pouvoir exercé par la Maison de Savoie, Jean-Pierre Leguay, « Un réseau urbain médiéval : les villes du comté puis du duché de Savoie », Les villes en Savoie et en Piémont au Moyen Âge, Moncalieri, 1979, p. 13-64.

5 Actuellement une bonne étude d’ensemble sur le Chapitre de Genève fait aussi défaut.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.