Revue 303, VÉGÉTAL, n° 103, hors série, novembre 2008, 288 p., ills., Diffusion Pollen-Littéral (lclaquin@pl2d.com) (Dominique Hervier)

Ce foisonnant numéro thématique dirigé par Jacques Cailleteau, concepteur et fondateur de la Revue 303, arts, recherches et créations, est placé sous la direction scientifique de Claude Figureau, directeur honoraire du jardin des plantes de Nantes. Consacré à la Région des Pays de la Loire, ce périodique trimestriel fondé en 1984, présente en outre chaque année un numéro spécial devenu pour beaucoup d’entre eux un outil de référence (le cheval, l’architecture rurale, la Loire, les paquebots) qui offre l’intérêt d’élargir au-delà de la Région l’étude du thème. C’est encore le cas pour VEGETAL, thématique déjà abordé dans deux numéros spéciaux en 1987 et 1994 (numéros 14 et 40).

Cette copieuse livraison de 52 articles, s’est donnée pour objectif de faire le point sur les lieux, les hommes, les pratiques qui contribuent depuis le siècle des Lumières à donner à la Région – particulièrement à Nantes et à Angers – une identité forte. Précisément le choix du mot titre indique la volonté de faire le tour du sujet côté campagne comme côté ville, dans ses aspects scientifiques comme dans ses rapports avec l’architecture et l’art en apportant plusieurs témoignages sur des métiers en évolution rapide. En ce sens, la composition de ce volume, à la différence des deux précédents, est une belle démonstration de ce qui se fait aujourd’hui dans la Région.

VEGETAL est organisé en six sections de taille inégale : Historique, Végétal et science, Végétal et espace naturel, Végétal et espace urbain, Végétal, art et architecture, Végétal et métiers ; ces six parties regroupent des textes, des articles ou des entretiens conduits pour la plupart par J. Cailleteau, de cinquante sept spécialistes qu’on regrette bien sûr de ne pouvoir nommer tant leurs propos sont tour à tour précis, éclairants et toujours sensibles, car le thème plus que tout autre doit être traité par de véritables amateurs.

La première partie campe l’origine maritime des collections botaniques de Nantes au XVIIIe siècle lorsque son jardin botanique obtient du roi l’appellation de « jardin de port », relais pour les pays d’outre mer du jardin des Plantes du quartier Saint-Victor à Paris (sujet déjà évoqué dans le numéro 72 en 2002 par Catherine Vadon, « Nantes, jardin exotique du siècle des lumières »). Puis, dans chacune des sections, la ville, ses abords, son architecture et son urbanisme sont évoqués dans ses rapports avec le végétal : Josette Garcia Melgares traite de l’angélique des estuaires menacé par le développement économique et urbain et relate l’engagement aux côtés de Nantes Métropole de la DIREN et du jardin botanique de Nantes pour promouvoir une démarche interdisciplinaire et innovante sur la biodiversité urbaine et engager une assistance aux maîtres d’ouvrages et aux gestionnaires. Le végétal en cage est traité par Dominique Amouroux, l’Arbre aux hérons, projet original en rive de Loire est présenté par ses concepteurs François Delarozière et Pierre Orefice ; l’écologie humaniste et résistante de Gilles Clément – principe déjà maintes fois exposé il est vrai – est analysé par Emmanuelle Bouffé. Quant à Claude Eveno, sa contribution « verts paradis de l’architecture » offre un parcours allant de la Californie au Japon en passant par le cap Sizun pour conclure sur une note désabusée à propos de « l’idéologie verte qui nous fait courir vers l’illusion d’une architecture verte, soi-disant capable de sauver la planète et qui ne sert en fait qu’à déculpabiliser à moindres frais, avec le risque pris d’une fin de l’urbanité en dispersant la ville dans la verdure, en diluant la forme d’une ville dans l’informe. ». Cette lucidité est à porter àl’actif de ce numéro de 303 qui à bien des égards, dépasse les limites régionales pour amplifier la réflexion.

La quatrième partie est spécialement consacrée au végétal dans l’espace urbain. Elle comporte des articles consacrés aux grands parcs nantais et aux jardins familiaux, sujets certes un peu attendus mais aussi un texte de Claude Figureau consacré à la flore des villes sur laquelle nous devons à l’évidence réviser notre manière de voir et notre réflexe d’éradication sans discernement, la ville devenant selon l’auteur un « véritable espace de biodiversité ». Cet article incite donc à regarder autrement ce qui pousse en ville et à ne pas méconnaître le rôle porteur des semelles de nos souliers ! Le grand projet urbain de l’île de Nantes est raconté par son concepteur, Alexandre Chemetov qui explique comment il y a développé tout au long de la maturation du projet « une culture de l’action fondée sur la reconnaissance des plantes et des arbustes existants ». Quant à l’article que Josette Garcia Melgares consacre à la revivification des richesses naturelles de la portion du quartier Malakoff dit petite Amazonie , inscrit désormais dans Natura 2000 (réseau européen d’espaces naturels) où les anciens impacts des bombes de la Seconde Guerre mondiale ont fait surgir des mares végétalisées, il montre bien l’implication de la mairie de Nantes et de la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) dans cette prise en compte de la nature en ville.

 L’entretien de Jacques Cailleteau avec Philippe Retière, président de la fédération départementale des maraîchers nantais ouvre des perspectives neuves sur la densification des espaces agricoles, leur coexistence future avec l’habitat urbain et la production d’énergie. En Hollande, faute d’espace libre des stratégies de cohabitation sont en train de se développer.

Notons également la présentation du centre hospitalier Georges Mazurelle, hôpital psychiatrique proche de la Roche-sur-Yon et son emploi thérapeutique de l’environnement naturel ainsi que l’autre expérience périurbaine du Lieu Unique, le centre commercial Beaulieu, réhabilitation d’un bâtiment des années 70 conçu par Patrick Bouchain. Si bien qu’à la lecture de ce numéro, il apparaît que rien n’aurait pu se faire si à maintes reprises les services de l’État et les collectivités territoriales mais aussi les hommes ne s’étaient fortement impliqués en synergie.

Outre la présentation d’expériences novatrices notamment en milieu urbain, ce numéro thématique se révèlera utile par sa bibliographie et les références à de nombreux organismes spécialisés comme Plantes & Cité, société Ecocert, le conseil national des Parcs et jardins présidé par Jean-Pierre Bady qui décerne un label « jardins remarquables » ou encore la fédération nationale des jardins familiaux. Si on peut regretter l’absence d’une véritable introduction présentant l’articulation générale et les problématiques du numéro, saluons les photographies essentielles et sensibles de Bernard Renoux qui enrichissent la compréhension de ces approches tour à tour historique, technique, architectural, botanique et humaine et concourent à la qualité du numéro. Géographes comme urbanistes et historiens pourront désormais avec profit se reporter à ce VEGETAL en Pays de Loire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.