Vincent Peyre et Françoise Tetard, Des éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée, Paris, La Découverte, 2006, 272 p. (Thibault Tellier)

Il n’est sans doute pas vain de revenir sur les modalités de prise en charge urbaine des jeunes en situation de délinquance, surtout après les émeutes urbaines de novembre 2005. Selon les auteurs de l’étude, la prévention spécialisée serait née au tournant de la Seconde Guerre mondiale de plusieurs expériences locales, notamment celle de Lille, où en 1943, dans le cadre de l’association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence, a été mis en place des « équipes de prévention à la délinquance juvénile ». Selon les spécialistes de ces questions à l’époque, il s’agit d’une expérience « ne se rattachant à aucune formule connue ». Le cadre urbain comme référence ne fait guère de doute : il s’agit bien de prendre en charge, de manière préventive, certains jeunes issus des quartiers défavorisés des villes. Au plan local, plusieurs expériences, sous forme de clubs, vont ainsi voir le jour au cours des années 1950. Il s’agit bien à chaque fois de contribuer à soulager la misère sociale qui caractérise les quartiers insalubres de la périphérie des grandes villes françaises. Le club des Réglisses est ainsi lancé Porte de Montreuil en 1953 à l’endroit même où, au siècle précédent, se trouvait la « zone ».

À partir de la seconde moitié des années 1950, la politique des grands ensembles contraint les éducateurs de rue à réviser leurs échelles d’intervention. C’est également la période durant laquelle ces mêmes éducateurs, ou du moins certains d’entre eux, s’inspirent des modèles d’intervention sociale pratiqués aux Etats Unis. L’action des social workers connaît alors une certaine renommée en France. La question de la territorialisation des pratiques sociales est en tout cas d’actualité à la fin des années 1950 dans le domaine de la prévention. Pour mener à bien la réflexion dans ce domaine, il est à noter que les praticiens font appel à des experts en sociologie urbaine, à commencer par Paul-Henry Chombart de Lauwe qui, en 1959, a créé son Groupe d’Ethnologie sociale à Montrouge. Dès lors, les expériences menées dans les quartiers pauvres vont servir de référence pour une action plus institutionnelle. Il est vrai que l’épisode des « blousons-noirs », ces jeunes délinquants d’un nouveau genre que la France découvre au cours de l’été 1959, force également les pouvoirs publics à agir rapidement. Mais au-delà de ce phénomène qui va durer en tout trois années, c’est également l’arrivée au stade de l’adolescence des enfants du baby-boom qui contraint à une réponse massive et globale. Les équipements socioculturels prenant en charge ces jeunes font alors partie des prévisions opérées par les Ve (1966-1970) et VIe Plan (1966-1970). La gestion sociale des jeunes des grands ensembles se traduit alors en construction de mètres carrés sociaux. C’est aussi le démarrage de la profession d’animateur dont la tâche consiste à « occuper » intelligemment les jeunes en manque d’activités. Cette fonction sociale du loisir est alors promise à un bel avenir, surtout dans des zones fortement urbanisées comme les ZUP. En 1970, par le biais d’un décret publié par le ministère de la santé, la prévention spécialisée est élevée au rang d’élément constitutif d’une politique publique que le gouvernement entend promouvoir en matière de prise en charge des jeunes. Deux ans plus tard, un nouveau décret fixe les grandes lignes de ce que doit être la prévention spécialisée. Il précise en particulier l’aide apportée par les pouvoirs publics à « la mise en place d’activités destinées à prévenir l’inadaptation et la délinquance, activités connues sous le nom de clubs et équipes de prévention ».

Si l’on peut y voir une certaine volonté de normalisation de la part des autorités de tutelle, il n’en reste pas moins qu’au cours des années 1970, le nombre d’associations va plus que doubler, passant de 263 à 565 entre 1973 et 1983. On s’explique donc d’autant moins les raisons pour lesquelles, lors de la mise en place de la Politique de la ville dans les années 1981-1982, en particulier concernant les dispositifs de lutte contre la délinquance, les milieux de la prévention spécialisée n’aient pratiquement pas été mobilisés par le nouveau pouvoir.

Il n’en reste pas moins que le rapport entre le développement urbain et le traitement social qui en découle fixe depuis ses origines la prévention spécialisée au cadre urbain. D’ailleurs, pour les auteurs, cela ne fait guère de doute : « le terme de quartier se trouve donc associé dès le démarrage à l’idée de prévention, présentée comme exclusivement urbaine » (p. 87). Le livre, d’une lecture aisée et toujours sérieusement documenté, apporte une contribution importante à la connaissance historique des modes d’intervention sociale en milieu urbain.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.